Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Épilogue : l’image de la ville normande dans la littérature et l’iconographie

L’image des villes normandes chez les écrivains normands de langue latine des xie et xiie siècles

Pierre Bouet

Texte intégral

1Les écrivains normands (chroniqueurs, historiens, poètes) de langue latine qui ont rédigé leurs ouvrages aux xie et xiie siècles ont peu parlé des villes. On pourrait trouver à ce manque d’intérêt de nombreuses explications qui feraient appel à la fois à la finalité spirituelle de leur mission d’écrivain et à une conception théologique de l’histoire.

2Mais il nous importe davantage de prendre en considération les rares et précieuses informations qu’ils nous donnent pour tenter de dessiner l’image de la ville normande qui se révèle à travers elles. Nous devons, cependant, au préalable essayer de définir les données culturelles qui ont façonné le regard des écrivains normands, car toutes les images que nous renvoient leurs ouvrages ne sont pas nées d’un regard naïf et innocent, mais d’une complexe métamorphose qui joue autant sur les données de la tradition que sur les observations objectives.

L’image de la ville façonnée par la culture

3Avant même de prendre la plume pour rédiger leurs ouvrages, les clercs normands avaient déjà dans leur mémoire une certaine image de la ville façonnée par leur formation scolaire et par leur culture, acquises dans des institutions profondément marquées par la foi chrétienne.

La tradition antique

  • 1 Ammien Marcellin, Res gestae, É. Galletier et J. Fontaine (éd.), Paris, Les (...)
  • 2 Claudien, Éloge de Stilicon, 3, M. Platnauer (éd.), Londres – Cambridge (Mass.), Heinem (...)
  • 3 Rutilius Namatianus, De reditu suo, J. Vessereau et F. Préchac (éd.), Paris (...)

4L’école médiévale a transmis aux clercs les images que les Anciens proposaient de leurs villes, dont le modèle était évidemment Rome, la capitale du monde. Les clercs connaissaient par la lecture des historiens ou des poètes les merveilles de la ville antique. Les innombrables descriptions de Rome ou d’autres grandes cités que l’on trouve dans la littérature latine ont gravé dans leur mémoire les éléments qui constituaient la ville. Il est facile de choisir des textes probants dans ce vaste corpus des laudes urbis. Ammien Marcellin qui, dans ses Res gestae, raconte l’arrivée de l’empereur Constance II à Rome en 356, évoque l’éblouissement du prince découvrant les splendeurs de la ville éternelle (decora Vrbis aeternae). C’est l’occasion pour Ammien de présenter une longue description de Rome en établissant une hiérarchie des lieux et des monuments : les rostres et le forum « si glorieux de l’antique puissance romaine », la Curie, le palais impérial sur le Palatin, le sanctuaire de Jupiter Tarpéien « qui domine tout comme le ciel domine la terre », les thermes « aux constructions aussi vastes que des provinces », la masse de l’amphithéâtre « dont le regard de l’homme n’atteint que difficilement le sommet », le Panthéon « avec sa coupole grandiose », le temple de la Ville et le forum de la Paix, le théâtre de Pompée, l’Odéon, le stade ainsi que les autres ornements de la ville éternelle1. Claudien, peu de temps après, dans son Éloge de Stilicon, célèbre le consul qui veille sur « la plus grande cité qui existe sous la voûte céleste », dont « les édifices resplendissants d’or rivalisent avec les astres dont ils approchent » : « mère des armes et des lois » (armorum legumque parens), « elle étend son empire sur l’univers et a été le premier asile du droit »2. Rutilius Namatianus, après avoir été préfet de Rome, s’écrie en quittant la ville en 417 : « Jamais je ne laisserai s’évanouir ta glorieuse image de mon cœur ». Il voit en elle la mère des hommes et des dieux et reconnaît qu’en « offrant aux vaincus le partage de ses propres lois, elle a fait une cité de ce qui était jadis l’univers » (Dumque offers victis proprii consortia juris / Vrbem fecisti quod prius orbis erat)3.

5Dans ces trois évocations de Rome se trouve clairement exprimée l’image que les Anciens se faisaient de la ville. Sur le modèle de Rome, la ville est tout d’abord un espace topographique structuré afin qu’elle puisse remplir diverses fonctions essentielles : la fonction politique de centre du pouvoir avec le forum et le palais impérial sur le Palatin, la fonction religieuse avec le temple de Jupiter capitolin et tous les autres temples qui veillent sur la cité, la fonction militaire avec l’arx et les murailles, la fonction économique avec les ports, les boutiques, les basiliques et les aqueducs, la fonction socio-culturelle avec les théâtres, les amphithéâtres, les odéons, les thermes et les cirques. C’est cette image topographique de la ville que Rome va proposer à tous les peuples de son empire et qui va servir de modèle dans les provinces.

6Mais la ville, construite sur le modèle de Rome, n’est pas seulement un moyen d’intégrer les vaincus, elle apparaît comme la forme d’organisation sociale la plus achevée et le symbole de la civilisation la plus éminente. Le terme urbanitas exprime parfaitement cet idéal de l’homme civilisé qui se réalise dans l’urbs. Rutilius Namatianus rappelle solennellement la mission civilisatrice de Rome qui a donné des lois à des peuples qui n’en possédaient pas et qui a fait de tous les territoires conquis une patrie unique (patriam unam) et même de tout l’empire romain une seule cité (urbs). Ces éloges de Rome ont inspiré des poètes provinciaux qui, à leur tour, ont célébré leurs cités ; Clermont, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Autun, Narbonne ont, elles aussi, fait l’objet de poèmes de louange rédigés par des poètes comme Ausone, Sidoine Apollinaire ou Paulin de Bordeaux.

  • 4 Virgile, Géorgiques, E. de Saint-Denis (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1963, livre II (...)
  • 5 Cf. J.-M. André, « L’espace urbain dans l’expression poétique », in Rome. L’espace urba (...)

7Mais, dès l’époque républicaine, les poètes, qui ne cessent pourtant pas de proclamer la grandeur de Rome, en dénoncent les misères et les servitudes, voire les turpitudes. Virgile, qui voit en Rome « la merveille du monde » et qui « contemple le Capitole étincelant d’or au lieu des ronces et des broussailles qui le hérissaient jadis »4, s’en prend cependant aux tares de la civilisation qui se manifestent dans le luxe, la cupidité et le gigantisme. Horace, Juvénal et Martial, de leur côté, sont plus sensibles encore à l’embarras des rues, aux bruits de la foule, à l’immoralité du peuple avili5. Ainsi se trouvent proclamées en même temps la grandeur d’une Rome que les dieux ont investie de l’imperium universel et les misères d’une civilisation urbaine que tout oppose au bonheur simple de la vie à la campagne. Cette satire de la vie citadine annonce les invectives violentes des auteurs chrétiens contre la cruauté et l’immoralité de certains spectacles organisés dans les amphithéâtres, les cirques et les thermes.

8Il convient de se souvenir que les clercs normands avaient encore sous les yeux d’importants vestiges urbains de ces villes d’origine antique, dont les historiens et les poètes font l’éloge et la critique. Mais ces vestiges antiques avaient, le plus souvent, mal supporté les atteintes des hommes et du temps qui passe. Les clercs les contemplent tout en déplorant leur délabrement. Hildebert de Lavardin est suffisamment imprégné de culture antique pour proclamer à la fin du xie siècle :

  • 6 Hildebert de Lavardin, Carmina 36, A. B. Scott (éd.), Leipzig, Teubner, 1969, p. 22, ve (...)

Tu es sans égal, Rome, bien que tu sois presque entièrement en ruines. Brisée, tu nous apprends encore quelle fut ta grandeur lorsque tu étais intacte. Le temps qui passe a anéanti tes splendeurs ; les arcs de César et les temples des dieux gisent dans les marécages […] Mais il en demeure assez pour que ces monuments qui s’élèvent encore ne puissent être égalés, il s’en est effondré assez pour que ce qui est tombé ne puisse plus être relevé […] Le travail des hommes a pu créer une Rome si grande que même le travail des dieux n’a pu la détruire6.

9Cette présence littéraire de la Rome antique se révèle de façon étonnante dans un passage de Dudon de Saint-Quentin. Lorsqu’il décrit la ville de Rouen dévastée par les Vikings venus avant Rollon, Dudon emprunte au poète Virgile les expressions célèbres de son récit de la chute de Troie dans le livre II de l’Énéide pour décrire le spectacle découvert par Rollon :

  • 7 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), M (...)

En descendant de son navire et en parcourant la ville d’un pas rapide, Rollon vit des blocs énormes dispersés et les pierres des temples arrachées, des églises ébranlées dans leur fondement même et les murs abattus en divers endroits ainsi que des gens en petit nombre et sans armes7.

  • 8 Cf. P. Bouet, « Dudon de Saint-Quentin et Virgile. L’Énéide au service de la cause (...)

10On eût certes préféré qu’il ait présenté une description fidèle et réaliste de la ville de Rouen que les Vikings avaient attaquée à plusieurs reprises. Mais Dudon, qui n’avait pas vu la ville dévastée, puisqu’il écrit un siècle après, imagina la tragédie de la cité neustrienne par la médiation du regard de Virgile. Ainsi la ville de Rouen en ruines devient par la magie de l’écriture la Troie de Virgile à laquelle le Dieu souverain de l’Olympe a promis une seconde fondation chargée d’exercer la domination universelle. Cette médiation virgilienne permettait, en outre, à Dudon d’assimiler Rollon le fondateur d’un nouveau lignage et créateur d’un nouveau regnum à Énée le fondateur de Rome, la seconde Troie8.

La tradition de la cité épiscopale

  • 9 Sur l’histoire de la cité épiscopale du Ve au IXe siècle, voir (...)
  • 10 PL, 77, 14, 37, 28, 21.

11Mais cette image de la ville classique n’est nullement stéréotypée. À partir du ive siècle, qui voit le triomphe du culte chrétien dans les centres urbains, la ville devient également la cité de l’évêque9. Du ve au ixe siècle, l’évêque est appelé à jouer un rôle de plus en plus important, principalement lorsque disparurent l’administration et les institutions romaines. Au ve siècle, la ville a encore son dynamisme et exerce toujours ses fonctions diverses : l’évêque est assurément, à cette époque, un notable de la cité, mais son autorité ne dépasse pas le cadre de la communauté chrétienne. Quand, à la fin du ve siècle, on prit conscience que Rome ne pouvait plus assurer ni l’administration ni la défense de la ville, les citoyens se confièrent à la protection de l’évêque dont le pouvoir s’étendit alors à la totalité de la cité. À partir de ce moment, l’évêque devient un homme politique et d’ailleurs, pour des raisons d’efficacité, le peuple élit sur le siège épiscopal des membres de l’aristocratie, parfois d’anciens hauts fonctionnaires de l’État, comme Germain d’Auxerre ou Sidoine Apollinaire. Il n’est pas surprenant que le pape Grégoire le Grand au début du viie siècle parle de l’auctoritas et de la potestas de l’évêque, en employant des termes réservés jusque-là aux magistrats romains10.

12Le triomphe du christianisme eut des conséquences importantes non seulement dans l’organisation de la société et dans la vie culturelle, mais aussi dans la topographie de la ville. Dès le ive et le ve siècles, la physionomie de la ville avait été transformée par la présence de l’évêque qui fait édifier au cœur de la cité l’ecclesia, à laquelle s’ajoutèrent bientôt une seconde et une troisième églises ainsi qu’un palais épiscopal, des basiliques de cimetières et des bâtiments pour les secours aux pauvres.

13La ville devint d’autant plus la cité de l’évêque que les comtes et les rois eurent tendance aux vie et viie siècles à préférer leurs résidences rurales pour mieux surveiller les domaines royaux des campagnes. Le roi Dagobert avait quitté Metz, la capitale de l’Austrasie, dès 629 et Charlemagne ne créa pas sa nova Roma dans une cité antique mais à Aix-la-Chapelle. De toute façon, quand le comte choisit de résider en ville, la prééminence revient à l’évêque qui exerce son autorité sur tout le diocèse, alors que le pouvoir du comte reste cantonné au territoire de sa juridiction correspondant à un pagus. De plus, par le jeu des immunités et des exemptions accordées par les rois, l’évêque s’impose comme le véritable maître de la cité avec tous les pouvoirs, même ceux réservés auparavant aux comtes. Ainsi l’évêque du Mans exerce une véritable fonction comtale avec tous les pouvoirs régaliens dès le début du viiie siècle.

14Les clercs normands pouvaient faire coïncider sans difficulté ces deux images de la ville : celle de la ville antique qu’ils revisitaient chaque jour par la lecture des auteurs profanes et celle de la cité épiscopale dans laquelle ils vivaient. Cette surimposition s’effectue d’autant plus aisément que, de la ville antique à la ville médiévale, il y a une réelle continuité. À part quelques notables exceptions, tous les chefs-lieux des cités antiques sont devenus des villes. Un changement important se produisit encore au ixe siècle, qui eut des incidences dans le domaine de l’urbanisme et de la topographie. La réorganisation canoniale commencée à Metz au milieu du viiie siècle imposa un nouveau type d’architecture dans toutes les villes épiscopales : outre l’agrandissement des cathédrales et la restauration des bâtiments hospitaliers, on édifia le claustrum canonial avec dortoir, réfectoire, cuisines, celliers et jardins. Pour permettre ces extensions foncières au cœur de la ville, il fallut l’aide des autorités impériales qui promulguèrent des capitulaires pour libérer des terrains : ce fut le cas en 822 à Rouen et en 835 au Mans. De la sorte, la cité carolingienne avec son pôle cathédral put renouer avec l’une de ses fonctions essentielles dans l’Antiquité, celle d’être un centre de vie intellectuelle où l’on dispensait les savoirs. Si la ville avait été autrefois un lieu de culture et de connaissances où l’on devait se rendre pour acquérir les savoirs indispensables au cursus honorum, elle le redevint au ixe siècle, même si alors elle n’était plus le lieu unique de formation intellectuelle des élites, en raison du rôle éminent que jouaient depuis plusieurs siècles les centres monastiques bénédictins implantés dans les campagnes.

L’idéal de la solitude et le contemptus urbis

15Mais même si la ville est perçue par les clercs médiévaux comme le centre des pouvoirs civils et religieux et comme le lieu privilégié du savoir et de la culture, elle n’échappe cependant pas à l’ambivalence déjà exprimée par les poètes antiques. Dans les derniers siècles de l’empire romain, les Pères de l’Église avaient violemment dénoncé les spectacles obscènes du théâtre, les massacres du cirque et de l’amphithéâtre et l’immoralité des bains publics. Au temps de la cité épiscopale, il y eut toujours des clercs pour s’en prendre aux vices cachés des centres urbains. La Bible elle-même incitait à reconnaître dans la ville à la fois l’ébauche de la future Jérusalem céleste et la résurgence de la Babylone antique. Dans sa lettre à Thomas Becket, Jean de Salisbury voit dans la cité de son époque une représentation du paradis :

  • 11 Jean de Salisbury, Epistulae, W. J. Millor et C. N. L. Brooke (éd.), Oxford, Clarendon (...)

Quand j’ai vu à Paris l’abondance des livres, l’allégresse des gens, la considération dont jouissent les clercs, la majesté et la gloire de l’Église tout entière, les diverses activités des philosophes, j’ai cru voir l’échelle de Jacob dont le sommet touchait le ciel et qui était parcourue par des anges en train de monter et de descendre11.

  • 12 Cité par J. Le Goff, Les Intellectuels au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1960, p. 24.
  • 13 Cité par T. Dutour, La Ville médiévale, p. 46.
  • 14 Cité par J. Le Goff, Les Intellectuels au Moyen Âge, p. 24.

16Mais d’autres, à la suite des ermites qui dénonçaient les vices des cités, y voyaient les perversités de Babylone. Cette attitude à l’égard de la ville et de la culture urbaine annonçait les anathèmes de Bernard de Clairvaux à l’adresse des clercs : « Fuyez du milieu de Babylone, fuyez et sauvez vos âmes »12. Rupert de Deutz, qui dénonce lui aussi l’injustice qui règne dans les villes et la débauche qui sévit dans les caves, croit que « c’est Caïn qui le premier édifia une ville alors qu’Abraham et Isaac n’ont édifié ni villes ni châteaux en se contentant de cabanes »13. Ces condamnations sans appel de Bernard de Clairvaux et de Rupert de Deutz ne concernent pas uniquement les vies adonnées au jeu, au vin et aux femmes, mais aussi aux dangers des activités philosophiques : « Les bois et les pierres t’apprendront plus que n’importe quel maître ! »14, ajoute encore saint Bernard.

17Pour les âmes les plus intransigeantes, la conversion est apparue très tôt comme la nécessité de quitter la ville et tous ses dangers : convertere signifie dès lors « se détourner » du mal, du monde, de la ville et de la civilisation citadine pour se retirer dans un lieu de solitude, un désert sableux ou forestier. Cette recherche de la solitude récupère en quelque sorte la thématique alexandrine de la beatitudo pastorum, chère à Virgile. Les premiers chapitres de la Genèse conférèrent à ces lieux idéalisés le prestige mythique du Jardin d’Éden, jardin de l’abondance et de l’innocence au sein de la nature. C’est par fidélité à cette volonté d’isolement que les fondations monastiques virent le jour le plus souvent au sein de solitudes désertiques ou au cœur des forêts sauvages.

  • 15 Gesta sanctorum Patrum Fontanellensis coenobii, P. Pradié (éd.), Paris, Les Belles Lett (...)

18La Chronique des abbés de Fontenelle, rédigée vers 823-833 à la demande de l’abbé Anségise, illustre parfaitement cet amour de l’isolement pour pouvoir se consacrer entièrement à la prière et à la contemplation. Les Gesta sanctorum Patrum Fontanellensis coenobii présentent une description éloquente du site où le monastère fut implanté. Le père fondateur, Wandrille, choisit une plaine ceinturée par trois collines recouvertes de forêts et encadrée par deux rivières, qui se jettent dans la Seine. Ce lieu était quasiment inaccessible, couvert de buissons épineux, de broussailles inutiles, de ronces serrées et de marécages (veprium asperitate ac spinarum densitate virectorumque inutilium ac paludum immensitate inaccessibilis) : c’était un véritable repaire de brigands et l’antre des bêtes sauvages (in quo magis latibula latronum ac lustra ferarum quam habitatio videbatur hominum). Les moines nettoyèrent et purifièrent les lieux de l’antique souillure afin que, selon la citation d’Isaïe, « dans les bauges, où habitaient jusque-là les dragons, se lèvent les roseaux et les joncs » (in cubilibus in quibus prius habitabant dracones, oriretur viror calami ac junci). Le site ressembla alors à la prairie verdoyante où l’auteur des Nombres croyait voir l’endroit où se dressaient « les tentes de Jacob et celles du Seigneur » (Quam pulchra tabernacula tua Jacob […] ut tabernacula quae fixit Dominus)15.

  • 16 J. Fontaine, « La culture carolingienne dans les abbayes normandes : l’exemple de Saint (...)

19Les Gesta offrent dans ce passage un texte digne de figurer dans une anthologie des descriptions bucoliques des sites monastiques. Le locus asceticus réunit ici deux traditions antiques : la tradition de la solitudo et celle du locus amoenus où les Anciens avaient exprimé la nostalgie d’une campagne idyllique. Jacques Fontaine a montré que cette description faisait référence, par la médiation de Bède le Vénérable, à Virgile et à la Bible16. Par les opérations de défrichement les moines ont transformé ce lieu inculte et sauvage en un paysage géorgique, avec « ses plaisantes prairies irriguées » et « ses vergers et jardins verdoyants » chantés par Virgile. Mais ce locus asceticus qui se modèle sur le locus amoenus virgilien se présente en même temps comme la métaphore du Paradis. La Seine est déjà appelée Géon, l’un des quatre fleuves de l’Éden. Quant aux citations des Nombres et d’Isaïe, elles donnent une finalité spirituelle à cette aventure puisque le défrichement a pour fonction de faire naître les bonnes œuvres là où les hommes vivaient comme des bêtes : les fondations monastiques jouent un rôle civilisateur.

  • 17 Dudon, 2, 12, p. 153 et 26, p. 166.

20On pourrait présenter d’autres textes évoquant cette transformation d’un paysage inculte en un lieu harmonieux qui préfigure le jardin du Paradis et qui apparaît comme un lieu privilégié d’une aventure civilisatrice. D’une tout autre façon, mais dans le même esprit, Dudon de Saint-Quentin présente la future Normandie comme un jardin fertile. Pour convaincre Rollon de demeurer définitivement dans la vallée de la basse Seine, ses compagnons dressent l’inventaire des avantages rencontrés sur cette terre. Ils lui parlent de la fertilité du sol, de l’importance des forêts, du grand nombre de rivières regorgeant de poissons, de la présence de vignes et de l’accès facile à la mer. Dans cette énumération il n’est question que de la richesse du sol. Aucune allusion aux villes, qui auraient pu constituer un argument supplémentaire en faveur de la future Normandie17.

21Ces remarques étaient indispensables pour rappeler que les clercs du Moyen Âge ne pouvaient regarder les villes que par la médiation d’une culture dont ils étaient particulièrement imprégnés. La littérature profane avait façonné une image de la ville considérée comme le lieu privilégié de la civilisation, des arts et du savoir. La tradition chrétienne avait, au terme d’une longue évolution, transformé la ville en cité de l’évêque, avec toutes les conséquences architecturales, culturelles et économiques que cela amenait. Mais, dès les origines du christianisme, se manifeste dans le courant érémitique et monastique une autre forme de pensée qui voit dans la ville un lieu de perversion et de compromission et qui propose aux âmes éprises de perfection la fuite dans des lieux retirés pour y édifier le royaume de Dieu à l’image du Jardin d’Éden.

Les témoignages des écrivains normands

Urbs et civitas

22Avant de passer en revue les rares textes où prosateurs et poètes proposent des descriptions de villes normandes, nous devons examiner la pertinence des termes urbs et civitas, utilisés par ces auteurs pour qualifier une agglomération importante. Les exemples de Dudon de Saint-Quentin et de Guillaume de Poitiers suffisent pour montrer que urbs et civitas sont devenus des termes synonymes. Il en est ainsi chez Guillaume de Poitiers : Rouen, Le Mans, Tours, Londres, Winchester et Rome ont reçu cette double dénomination : urbs / civitas Rotomagensis, urbs / civitas Cenomannica, urbs /civitas Turonica… Pour la Normandie, Rouen est la seule ville à avoir eu droit à ces deux termes. Lorsque Guillaume de Poitiers énumère la diversité des agglomérations de Normandie et d’Angleterre, il se sert du mot urbes à côté de castella, de villae et de monasteria. Nous arrivons à la même conclusion chez Dudon de Saint-Quentin avec les 117 emplois d’urbs et les 57 occurrences de civitas (tableau 1). Cette synonymie se manifeste par des expressions interchangeables pour Bayeux (civitas / urbs Bajocensis) et Évreux (civitas / urbs Ebroica). On note de même, pour la ville de Rouen, de nombreuses constructions parallèles avec principes, porta, moenia, suburbium suivis du génitif civitatis ou urbis. Quelques phénomènes mineurs tendraient cependant à montrer, conformément à l’étymologie, que urbs semble s’appliquer mieux à une ville quelque peu prestigieuse. Ainsi l’expression civitas Rotomagensis ne se rencontre qu’à 3 reprises alors que urbs Rotomagensis est employée 24 fois. La ville de Fécamp qualifiée une fois abusivement de civitas n’a jamais le droit à l’appellation d’urbs.

Tableau 1 – Emplois de civitas et de urbs

civitas urbs
Guillaume de Poitiers
Rouen p. 50 : civitas Rotomagensis p. 56 : in urbe Rotomago
2 + 2 p. 256 : illa universa civitas p. 102 : in urbem
Dudon de Saint‑Quentin
Rouen tota Rotomagensium civitas Rotomagensis urbs
28 + 64 3, 58 ; 4, 68 ; 4, 81 3, 36 ; 3, 41 ; 3, 44 (2) ; 3, 47 ; 3, 50 ;3, 58 ; 3, 60 ; 3, 64 ; 4, 80 ; 4, 83 ; 4, 90 (2) ; 4, 95 ; 4, 96 (3) ; 4, 102 ; 4, 105 ; 4, 109 ; 4, 111 ; 4, 116
civitas urbs
2, 30 ; 3, 44 (2) ; 3, 45 ; 3, 58 ; 4, 68 ; 4, 70 (2) ; 4, 71 ; 4, 72 ; 4, 81 (4) ; 4, 92 (2) ; 4, 95 ; 4, 96 (4) ; 4, 97 (2) ; 4, 98 (2) ; 4, 109 ; 4, 126 2, 11 (4) ; 2, 30 ; 3, 45 (2) ; 4, 70 (2) ;4, 81 (4) ; 4, 83 ; 4, 90 ; 4, 92 (4) ; 4, 96 ; 4, 97 (3) ; 4, 98 (3) ; 4, 99 (5) ; 4, 124
Bayeux Bajocensis civitas : 3, 51 Bajocensis urbs : 3, 41 ; 4, 68
2 + 2 civitas : 2, 10
Évreux Ebroica civitas : 4, 110 ; 4, 115 Ebroicensis urbs : 4, 72 ; 4, 113 ; 4, 116 ; 4, 117 ; 4, 118
4 + 4 civitas : 2, 16 (2)
Fécamp 1 civitas : 4, 126
Laon : 1 civitas ; Chartres : 3 civitas et 3 urbs ; Paris : 7 urbs ; Senlis : 2 urbs ; Beauvais : 1 urbs ; Luna : 9 urbs

Les témoignages sur les villes

  • 18 Dudon, 2, 11, p. 153.

23Si les auteurs normands parlent peu des villes, leurs propos les concernant méritent d’autant plus notre attention. Dudon de Saint-Quentin évoque souvent de façon allusive Rouen et les autres villes de Normandie. À trois reprises cependant il fournit des informations plus abondantes sur la capitale du duché. Nous avons déjà parlé de la description de Rouen dévastée par les Vikings dans les termes même où Virgile avait raconté l’anéantissement de Troie18. Ces lignes sont-elles un jeu de lettré à l’intention des initiés qui connaissaient Virgile par cœur ? Ou, par-delà les mots, Dudon ne décrit-il pas la situation dramatique de la cité lors de l’arrivée de Rollon ? Rien dans son texte n’indique que ces destructions soient le fait des pirates vikings ; elles pourraient être aussi bien la conséquence d’un manque d’entretien et de l’usure du temps. Le recours à la langue virgilienne ne saurait toutefois disqualifier ce témoignage : pour dire les choses, on emploie nécessairement les mots que l’on a appris. L’important n’est donc pas le fait d’emprunter une ou plusieurs expressions, mais le choix effectué par l’écrivain entre tous les emprunts possibles.

  • 19 Dudon, 3, 58, p. 200 : Quum autem fama celer habitantium in finibus Northmannicis mente (...)

24Le retour du duc Guillaume Longue Épée à Rouen après son ambassade réussie auprès du roi de France et de l’empereur germanique est relaté à la manière des entrées royales19. Le peuple de Rouen se précipite pour voir son duc après une longue absence : « toute la cité de Rouen, saisie d’une joie excessive, se précipita à sa rencontre d’un élan soudain » (commota nimio gaudio, tota Rotomagensium civitas subito processu contra illum exsiliit). Le récit de Dudon se poursuit par la présentation du rituel de l’accueil solennel du duc dans sa capitale. Les femmes se tiennent au sommet des tours avancées de l’enceinte défensive, tandis que les hommes âgés se rassemblent dans les carrefours. Les jeunes et les hommes d’âge mûr courent à la rencontre du duc à l’extérieur de la ville et, lorsque celui-ci arrive au pied de l’enceinte, il est accueilli par tout le clergé qui l’attend à la porte de la ville. Ces lignes témoignent d’un véritable cérémonial pour l’entrée solennelle du prince avec, semble-t-il, une hiérarchisation de l’espace selon les catégories sociales.

  • 20 Ibid., 4, 113, p. 276, vers 1-13 : Gurgite caeruleo Sequanae meat aestuantis amnis / Et (...)

25Dans une apostrophe à la ville de Rouen20, Dudon évoque, en outre, le cadre idyllique des bords de Seine que les ondes viennent caresser en « lavant la chevelure des herbes et des fleurs odoriférantes ». Dans ce tableau, il décrit les collines couvertes d’arbustes, la campagne où pousse la vigne, les prés irrigués par les rivières et le fleuve qui apporte à la ville les marchandises les plus diverses, en insistant sur l’importance du phénomène des marées.

  • 21 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi ducis Normannorum et regis Anglorum, (...)

26Guillaume de Poitiers est encore plus avare de descriptions dans ses Gesta Guillelmi. La ville de Rouen est présentée tantôt comme la capitale du duché (caput principatus), tantôt comme la métropole religieuse de la province ecclésiastique (metropolis). Le retour du duc-roi à Rouen en mars 1067 après sa victoire à Hastings et son couronnement est accueilli avec solennité : clercs et moines le reçoivent comme leur protecteur, tandis que les femmes, les vieillards et les jeunes accourent à sa rencontre. Bayeux, Caen et Lisieux sont mentionnées soit pour leur cathédrale soit pour leurs monastères. Des villes comme Le Mans, Alençon et Domfront, nous ne connaissons que leur système défensif, murailles souvent rendues plus sûres grâce aux rochers escarpés sur lesquels les forteresses ont été édifiées. Quant à Londres, Guillaume de Poitiers nous apprend que ses murs enfermaient une population nombreuse et farouche et que, par son port sur la Tamise, elle faisait venir des marchandises exotiques21.

  • 22 Gui d’Amiens, Carmen de Hastingae proelio, F. Barlow (éd.), Oxford, Clarend (...)

27Gui d’Amiens, auteur d’un Poème sur la bataille d’Hastings, ne se montre guère plus généreux dans ses développements sur la ville de Londres : il nous dit seulement que, protégée à gauche par une enceinte et à droite par la Tamise, c’est une grande ville (urbs ampla), très riche et peuplée d’habitants obstinés22.

  • 23 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, M. Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon Pre (...)

28Orderic Vital, préoccupé par le développement des monastères bénédictins, s’intéresse peu aux villes. C’est lors des conflits et des incendies qu’il mentionne les édifices des cités. La ville de Rouen fait exception puisqu’il en présente deux descriptions. La première est précédée d’une histoire de la ville depuis sa fondation23. Ce serait Jules César qui, selon Orderic, aurait édifié au bord de la Seine la ville de Rouen, après avoir construit sur les ruines de la cité de Calet la ville de Lillebonne. Son choix aurait été motivé par l’existence de plusieurs rivières : l’Aubette et le Robec qui se jettent dans la Seine à l’est de la ville, et la Maromme qui coule plus à l’ouest. Après cette évocation historique, Orderic présente un tableau circonstancié de la ville. Cette ville élégante, qui rassemble des populations différentes, est entourée de montagnes et de forêts. Elle se trouve dans un site agréable qu’agrémentent les eaux courantes et les prairies. De puissantes murailles renforcées par des tours et des retranchements assurent sa protection. Elle dispose d’un port qui lui permet de recevoir fruits, poissons et produits de toutes sortes. Les marchands qui s’y rencontrent lui procurent la richesse qui permet d’édifier de belles demeures et de remarquables églises.

  • 24 Ibid., 5, 134-136.

29La ville d’Antioche, conquise par Bohémond, le fils de Robert Guiscard, a le privilège de faire l’objet d’une aussi longue description que Rouen24. Orderic, qui emprunte son récit à Baudri de Dol, met l’accent sur la place forte. Antioche, protégée à l’est par quatre montagnes et à l’ouest par le Fafar, est construite sur quatre collines. Une double muraille l’enferme : sur la muraille intérieure, la plus haute, s’élèvent 450 tours puissantes, défendues par des parapets. Parfaitement sûre, cette ville qui regorge de produits naturels de toutes sortes est également une très belle cité avec ses 340 églises et le patriarche d’Antioche a autorité sur 153 évêques.

  • 25 Ibid., 4, 224 : Considera, Conane, quam pulchram tibi patriam conatus es subjicere. En (...)

30Lors d’une révolte préparée par un certain Conan, Henri Ier Beauclerc rétablit l’ordre dans la ville de Rouen. Avant de faire tuer le responsable de la rébellion, Henri lui fait contempler la ville dont il a voulu s’emparer25. Il lui montre qu’au sud s’étend un parc agréable et des forêts remplies d’animaux sauvages, qu’au pied de la muraille coule la Seine qui apporte chaque jour des navires chargés d’un grand nombre de marchandises. De l’autre côté se trouve la cité où vit une population nombreuse et qui est fière de ses murailles, de ses églises et de ses demeures. Henri conclut, avant de faire tomber dans le vide son prisonnier, que c’est à bon droit que toute la Normandie est soumise à cette cité (cui jure a priscis temporibus subjacet Normannia tota).

  • 26 Raoul Tortaire, Epistula IX, in L. Du Bois, Archives annuelles de Normandie, Caen, Manc (...)

31Nous possédons d’un voyageur un document qui nous fournit des informations sur deux villes dont nous n’avons guère parlé : Caen et Bayeux. Ce document est une épître en distiques élégiaques composée par un moine de Fleury-sur-Loire, Raoul Tortaire, qui raconte avec beaucoup d’humour un voyage qu’il fit à la fin du xie siècle de Caen à Bayeux26. Il commence par évoquer Caen, édifiée sur les bords d’une rivière avec un château construit au nord de l’agglomération sur une colline élevée. Au sud, des prés verdoyants encadrent le cours de la rivière sur près de trois milles. Caen possède un port capable d’accueillir de gros navires grâce au jeu de la marée (grandes sibi quas mittit mare naves). La terre des environs, dépourvue de forêts, est très fertile, même si on n’y trouve ni l’olivier, ni le figuier, ni la vigne, ni la noix gauloise. Pour compenser ces manques, elle reçoit par le port des produits divers venus d’Angleterre.

32Raoul Tortaire tente, après son séjour caennais, de rejoindre Bayeux en passant par la côte. Il y découvre la mer et son cheval affolé lui fait prendre un bain forcé dont il réchappe de justesse « couvert d’eau, de fange et d’herbes marines » (vers 23-24 : aqua conspersus / et ulva atque luto). Mais il est recueilli dans une villa des bords de mer où il demeure dix jours à déguster les divers poissons de la pêche et à découvrir les plaisirs de la plage : il se promène sur le sable, ramasse des galets polis et s’aventure même dans les flots jusqu’aux jambes (vers 38 : crure tenus lymphas pervagor aequoreas). Parvenu à Bayeux, il est séduit par la splendeur des édifices et contemple la cathédrale dont il énumère les éléments les plus admirables : l’élévation des tours (turres excelsas), l’éclat des statues extérieures (sculptis fulget imaginibus), le parement des murs intérieurs (saxo pulchre perfecta polito), la couronne de lumière en argent (argenti coronam) et la richesse des vases liturgiques. Raoul a vu aussi dans la cathédrale une toile de lin (bysso) dont on n’ose penser qu’il puisse s’agir de la célèbre tenture. Mais Bayeux est loin d’être la ville de tous les chefs-d’œuvre puisque, après avoir demandé dans une auberge de bon aloi un peu de vin pour apaiser sa soif, Raoul se vit offrir une boisson extraite de pommes aigres (vers 59 : succus pomis extortus acerbis) : après y avoir trempé les lèvres, il crut qu’on avait voulu attenter à sa vie.

  • 27 Serlon de Bayeux, Versus de capta Bajocensium civitate, in Recueil des hist (...)

33Le long poème de Serlon de Bayeux qui raconte la prise et l’incendie de Bayeux lors de l’attaque du roi Henri Ier en 1105 énumère les monuments détruits par le feu27. Serlon commence le récit des malheurs de sa cité en rappelant que cet épisode s’insère dans la longue suite des destructions de villes. Mais si les Troyens résistèrent pendant dix longues années pour empêcher la destruction de leur ville, les citoyens de Bayeux n’eurent même pas le courage de défendre la leur durant une seule journée : Dieu a châtié ces lâches en favorisant par un vent violent la progression du feu qui a ainsi anéanti une grande partie de la ville. Ces citoyens s’étaient réfugiés tout tremblants dans les églises et, devant le danger, ils prirent la fuite en gagnant les parties hautes des édifices : « s’ils l’avaient pu, ils auraient même gagné les étoiles ! » (vers 55 : Credo volavissent ad sidera si potuissent !). La cathédrale a été la proie des flammes (hac fuit usta die sacra Virginis aula Mariae), ainsi que dix églises (templaque bis quina simili periere ruina), le palais épiscopal qui avait été construit par Odon et décoré de fresques (praelucens grata specie perit aula cremata / miro picta modo quam praesul condidit Odo), la belle demeure du trésorier Conan (domus insignis Conani), les maisons des chanoines (aedes nostrorum pretiosas canonicorum) et même le palais du prince. Serlon évoque les suites tragiques de cet incendie, mais il commence par relater la mort de 39 personnes bloquées dans une église sans pouvoir ouvrir les portes.

  • 28 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, H. Omont (éd.), Rouen, Métérie, 1884, vers 769-788 (...)

34Étienne de Rouen, dans son Draco Normannicus28 rédigé à la fin du xiie siècle, présente sa ville comme une fondation de César (Caesaris urbs), en se souvenant d’Orderic Vital, qui l’a beaucoup inspiré. Il évoque à sa suite l’importance du fleuve qui coule au pied de la cité et qui permet aux navires d’aborder ainsi que l’existence des trois rivières. Comme Orderic il rappelle que la ville est entourée de collines et de forêts et que la campagne environnante produit des fruits à suffisance. Il ajoute trois indications originales que n’avait pas données l’auteur de l’Historia ecclesiastica : une source traverse la ville par le milieu pour le plus grand bonheur des habitants (fons ortu dubius mediam transcurrit in urbem), l’air est parfaitement sain (aura salubris) mais la terre trop froide ne produit pas le vin que l’on fait venir de France (crescere vix patitur botones frigida tellus / munere tam claro Francia servit ei).

Les éléments constitutifs d’une ville

35À partir de ces données et malgré la maigreur du dossier, il est possible de dégager les éléments qui constituaient une ville pour les clercs normands des xie et xiie siècles.

  • 29 Guillaume de Poitiers, II, 29, p. 218.
  • 30 Orderic Vital, vol. VI, p. 78 et 228.

36Le premier élément qui domine dans toutes ces chroniques consacrées aux conquêtes et aux luttes intestines c’est la muraille qui enserre la cité. La ville est d’abord une agglomération protégée par une enceinte défensive. C’est derrière ces murailles que se réfugient les populations en cas d’attaque : c’est ce que font les Londoniens en 1066. L’une des tâches essentielles des rois et des ducs est donc de reconstruire ou de consolider les murs d’enceinte que l’usure du temps ou les sièges ont fragilisés. On y ajoute parfois des tours proéminentes qui permettent une meilleure défense en cas d’assaut. Lors de la prise d’une ville ennemie, le vainqueur peut soit raser les murailles pour empêcher toute nouvelle révolte, soit édifier au cœur de la ville une forteresse, comme Guillaume le Conquérant le fit à Londres en 1066 (munitionem in ipsa construere urbe)29. En temps de paix il arrive que l’on se serve des pierres de la muraille pour construire à moindre coût d’autres édifices : ce fut le cas à Lillebonne au viiie siècle, à Reims au xe siècle. Difficiles à assiéger en raison de l’importance de ces enceintes, les villes furent souvent prises soit par trahison, soit au terme de très longs sièges, soit par le feu. C’est ainsi que furent prises Bayeux, en 1105, et Évreux, en 1119, par le roi Henri Ier au cours de luttes intestines30. L’élément le plus important de l’enceinte est la porte, lieu de passage et de rencontres. Par elle se nouent les relations nécessaires de la cité avec le terroir environnant qui assure sa subsistance et avec le monde extérieur. Quand elle se ferme, la ville devient un lieu clos et fragile. La porte de la cité est chargée de toute la symbolique biblique, aussi n’est-il pas surprenant qu’elle soit représentée souvent dans l’iconographie pour évoquer la ville entière.

37Les clercs normands accordent également une grande attention à la situation géographique de la cité. Ce sont les fleuves et rivières qui constituent l’élément capital de la topographie urbaine : l’Orne à Caen pour Raoul Tortaire, la Tamise à Londres pour Guillaume de Poitiers, la Seine et ses petits affluents à Rouen et à Saint-Wandrille pour Orderic Vital et l’auteur de la Chronique des abbés de Saint-Wandrille. Les écrivains normands apprécient aussi la richesse ou la pauvreté du territoire qui entoure la ville : ils parlent de la fertilité de la terre en termes généraux, mais ils sont plus précis pour indiquer les productions qui font défaut. Leur regard se porte enfin sur un cadre géographique plus large : on sait ainsi que Rouen est entourée de collines et de forêts, où l’on peut s’adonner à la chasse. Par la précision de ces notations d’ordre géographique les poètes et les historiens normands semblent être persuadés que la ville ne saurait vivre refermée sur elle-même, mais qu’elle a une relation vitale avec le terroir dont dépend son existence même. Si la ville permet, en cas de danger, la survie des populations rurales en les accueillant à l’intérieur des murailles, la campagne voisine assure en retour la vie des habitants de la ville en leur fournissant jour après jour les ressources vivrières.

38Les clercs ont conscience de l’importance des réalités économiques pour le développement des villes. Ils mentionnent l’existence du port sur les bords du fleuve qui constitue la base de la plupart des activités économiques et le fondement de la richesse des citoyens. Si le terroir fournit à la cité les ressources dont elle a besoin, le port lui permet d’exporter ses marchandises et ses produits et de faire venir de très loin les produits qualifiés d’exotiques. Orderic Vital dans sa chronique parle aussi des foires (fora urbana) et de la présence des marchands qui favorisent les échanges commerciaux.

39Les écrivains médiévaux ne parlent pas de toutes les villes ; c’est en raison de leur importance politique ou religieuse dans la principauté ou dans le royaume que certaines trouvent place dans leurs ouvrages. La ville est, en effet, un centre de pouvoir. C’est dans les grandes cités que résident le duc ou ses représentants. C’est là que le duc tient sa cour régulièrement. C’est là également qu’il réunit les grands conciles provinciaux, comme à Lisieux en 1055, à Lillebonne en 1080 et à Rouen en 1062, 1096, 1108, 1118 ou 1128. Mais c’est principalement à la personne de l’évêque que la ville médiévale s’identifie le mieux, puisque c’est lui qui contrôle non seulement la vie de la communauté chrétienne, mais aussi la vie économique et culturelle. La cathédrale, avec ses constructions adjacentes, est implantée au cœur de la cité, au même titre que le forum dans la ville antique. C’est là que se rassemblent dans l’unité tous les ordres de la société. La topographie de la ville se transforme selon les grands chantiers ouverts par l’évêque : cathédrales, palais épiscopal, bâtiments canoniaux et tous les autres édifices religieux.

40Rouen jouit d’un statut particulier dans tous les ouvrages, puisqu’elle est redevenue depuis le viiie siècle la métropole de la province et qu’elle reste à la fois la plus grande ville du duché et le lieu officiel de résidence ducale. Guillaume de Poitiers la qualifie à juste titre de metropolis et de caput principatus, reconnaissant ainsi la double vocation de cette cité : capitale religieuse et capitale politique.

41Lieu privilégié des pouvoirs, rempart d’une région, centre économique d’un vaste territoire, la ville s’impose aussi dans les chroniques et les poésies par les séductions de son architecture. La ville est l’endroit où l’on édifie les monuments les plus majestueux et les mieux décorés : Raoul Tortaire est émerveillé par l’éclat de la cathédrale de Bayeux tandis qu’Orderic Vital considère que non seulement les murailles et les églises urbaines avec leurs tours (moenibus sacrisque templis), mais également les riches demeures (et urbanis aedibus), contribuent à faire de Rouen une cité de belle apparence (speciosa). Serlon de Bayeux déplore la destruction des édifices qui faisaient la notoriété de la cité en évoquant, d’une part, la cathédrale et le palais épiscopal qualifié d’édifice remarquable avec ses admirables fresques (praelucens grata specie aula miro picta modo) et, d’autre part, la demeure exceptionnelle du trésorier Conan (domus insignis Conani) ainsi que toutes les autres maisons canoniales (aedes pretiosas canonicorum).

42De nombreuses agglomérations définies par les éléments présentés jusqu’ici pourraient prétendre à cette dénomination d’urbs et de civitas. Ce serait à tort, car le dernier élément qui consacre le statut de ville au Moyen Âge, c’est l’antiquité de ses origines, sur laquelle chroniqueurs et poètes se montrent prolixes, principalement Orderic Vital. Étienne de Rouen présente Rouen comme une urbs antiqua, en rappelant qu’elle fut fondée par César et peuplée de Romains. Orderic a lui aussi attribué à César la fondation des villes de Lillebonne et de Rouen. Après avoir anéanti la ville de Calet, César aurait édifié une nouvelle cité à laquelle il aurait donné le nom de Julia bona, puis il aurait fondé la ville de Rouen sur les bords de la Seine. Orderic cherche également à percer l’origine du nom de ces villes anciennes : son souci étymologique n’a que le mérite d’exister. Julia bona aurait évolué en fonction des corruptions propres aux gens des provinces en Illibonne ou Lillebonne. Quant à Rouen, Rodomus, il affirme de bonne foi que c’est la contraction de Romanorum domus, « la maison des Romains ». Pour cela il s’appuie sans doute sur un ouvrage perdu, les Gesta Romanorum, recueil d’extraits de César et de Paul Diacre auxquels on aurait ajouté des textes légendaires. Mais au-delà de ces fantaisies étymologiques, Orderic cherche à rattacher la fondation de Rouen à un personnage illustre, comme il l’avait déjà fait pour Coutances, fondée selon une antique tradition par l’empereur Constance Chlore qui aurait pris pour concubine une femme de Coutances, prénommée Hélène.

43Avec plus de soin encore, Orderic présente les origines spirituelles des cités épiscopales. Plus que par la notoriété des grands empereurs romains, c’est par le sang des premiers missionnaires que ces cités ont véritablement pris naissance. Pour le moine de Saint-Évroult le saint fondateur est le patronus de la cité, qui protège la communauté plus efficacement encore que les murailles qui l’entourent. Tous ces évangélisateurs qui convertirent cette région de la Gaule étaient, en outre, issus de familles sénatoriales romaines. Tel est le destin de Taurin qui convertit les habitants d’Évreux en les délivrant des dangers causés par les serpents et les crapauds. Ce serait saint Denis qui, au temps du persécuteur Domitien, aurait envoyé Nicaise et ses compagnons évangéliser la vallée de la basse Seine. Les évêques du xie siècle apparaissent donc comme les authentiques successeurs de ces premiers missionnaires venus de Rome ou sur l’in-jonction de Rome. Les pouvoirs des évêques trouvent ainsi une puissante légitimité dans cet enracinement successoral, dont sont évidemment dépourvus les pouvoirs des princes.

44Peut-on dire cependant que les écrivains normands ont exposé complètement ce qui définit la ville médiévale ? Ont-ils été sensibles à tous les éléments qui constituaient la cité ? Certes non. S’ils n’oublient pas de dire que la ville rassemble toujours une population importante (Rodomensis civitas populis est… opulentissima ; civitas populosa ; urbs populosa), ils ne parlent jamais du rôle culturel de la ville. On peut en comprendre la raison. Si dans l’Antiquité la ville était bien le lieu unique du savoir et de la culture, la situation est différente aux xie et xiie siècles puisque c’est au sein des campagnes, dans les monastères, que s’est réfugiée, pour une grande part, la vie intellectuelle. Certes aux xie et xiie siècles la ville a retrouvé quelque prestige intellectuel et, à l’ombre des cathédrales, des maîtres éminents attirent de plus en plus d’élèves. La ville favorise l’éclosion de nouvelles disciplines, jugées par certains pernicieuses du fait que l’argumentation rationnelle se substitue peu à peu à l’autorité des Pères. C’est à cette époque que prendront naissance les premières universités.

45Les clercs normands ne parlent pas non plus des transformations importantes qui se font jour dans les villes : il n’y a guère d’allusions à ces forces nouvelles qui contestent les pouvoirs excessifs, voire arbitraires, des aristocrates et des princes de l’Église. Quand ils en disent quelques mots c’est pour voir dans ces luttes une contestation perverse, qui risque de mettre en péril l’équilibre des ordres de la société. Or déjà, dès 1069, au Mans, les revendications des bourgeois avaient abouti à l’instauration d’une commune.

 

46En conclusion nous pouvons dégager quelques points importants.

47Le bilan de cette enquête sur les villes normandes peut se résumer ainsi : pour les clercs dont nous avons retenu les témoignages, il n’existe qu’une ville digne de leur intérêt, c’est Rouen, qui s’impose parce qu’elle est métropole de la province ecclésiastique et la capitale du duché, parce qu’elle est la ville aux origines prestigieuses avec la référence à César et à Nicaise, et parce qu’elle est l’agglomération la plus importante et la plus dynamique du duché. De ce fait, elle peut être le symbole de la Normandie entière.

48Les autres cités épiscopales occupent une place plus modeste, même si l’antiquité de la dignité épiscopale leur vaut cependant l’appellation de civitas et d’urbs. S’il fallait établir un ordre de prééminence entre les cinq principales cités, il est évident que Bayeux, Lisieux, Évreux et Coutances mériteraient d’être citées en premier. En dehors de ces villes, quelques autres agglomérations méritent leur attention : Lillebonne, l’ancienne cité épiscopale où se tiennent parfois des conciles, Fécamp, la ville des ducs, Caen et Falaise, en souvenir du Conquérant, Domfront et Alençon, les places de la Marche du Sud. Aucune de ces agglomérations ne saurait cependant être considérée comme une ville puisque, pour ces clercs, c’est la dignité épiscopale héritière des premiers apôtres romains qui demeure le critère ultime de ce statut.

49L’image de la ville que l’on voit se former à la lecture des écrivains normands des xie et xiie siècles est une image qui veut être fidèle aux réalités de l’époque : la plupart des affirmations sont, en effet, confirmées par la connaissance que nous en avons par d’autres sources. Mais cette image reste encore trop tributaire de celles qu’ils ont acquises de leur formation scolaire et de leur expérience ecclésiastique. De ce fait tournés vers les modèles que fournit le passé, ils ont beaucoup de difficulté à percevoir les changements profonds qui se manifestent justement dans les villes à l’époque même où ils prennent la plume. Ils n’ont pas vu l’importance novatrice des écoles urbaines ni la formation d’une nouvelle classe sociale, celle des bourgeois.

50Formés directement ou indirectement par la culture monastique qui continue de proposer l’isolement ascétique et la fuite du monde comme l’idéal de la vie parfaite, ces clercs regardent avec méfiance les turbulences d’une population qu’il devient difficile d’encadrer. Quand ils se tournent vers le futur pour se représenter le royaume de Dieu à venir, c’est bien plus le Jardin d’Éden qu’ils imaginent que la Jérusalem céleste.

Notes

1 Ammien Marcellin, Res gestae, É. Galletier et J. Fontaine (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1968, p. 166-168 (livre 16, 10, 13-14) : Proinde Romam ingressus imperii virtutumque omnium larem, cum venisset ad rostra perspectissimum priscae potentiae forum obstipuit […] miraculorum densitate praestrictus, allocutus nobilitatem in Curia populumque e tribunali, in Palatium receptus […] Deinde intra septem montium culmina per acclivitates planitiemque posita urbis membra conlustrans et suburbana, quicquid viderat primum, id eminere inter alia cuncta sperabat : Iovis Tarpei delubra, quantum terrenis divina praecellunt, lavacra in modum provinciarum exstructa, amphitheatri molem […], Pantheon velut regionem teretem speciosa celsitudine fornicatam, […] et Vrbis templum forumque Pacis, et Pompei theatrum et Odeum et Stadium aliaque inter haec decora Vrbis aeternae.

2 Claudien, Éloge de Stilicon, 3, M. Platnauer (éd.), Londres – Cambridge (Mass.), Heinemann, 1956, t. II, p. 52, vers 130-137 et 150-153 : Proxime Dis consul qui tantae prospicis urbi / Quae nihil in terris complectitur alius aether ; / Cujus nec spatium visus nec corda decorem / Nec laudem vox ulla capit ; quae luce metalli / Aemula vicinis fastigia censerit astris. / Quae septem scopulis zonas imitatur Olympi / Armorum legumque parens, quae fundit in omnes / Imperium primique dedit cunabula juris […] Haec est in gremium victos quae sola recepit / Humanumque genus communi nomine fovit / Matris, non dominae, ritu ; civesque vocavit / Quos domuit nexuque pio longuinqua revinxit.

3 Rutilius Namatianus, De reditu suo, J. Vessereau et F. Préchac (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1961, p. 4-6, vers 47-50, 53-54, 63-66 : Exaudi, Regina tui pulcherrima mundi, / Inter sidereos Roma recepta polos ! / Exaudi, Genitrix hominum Genitrixque deorum, / Non procul a caelo per tua templa sumus […] Obruerint citius scelerata oblivia solem / Quam tuus ex nostro corde recedat honos […] Fecisti patriam diversis gentibus unam ; / Profuit injustis te dominante capi. / Dumque offers victis proprii consortia juris, / Vrbem fecisti quod prius orbis erat.

4 Virgile, Géorgiques, E. de Saint-Denis (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1963, livre II, vers 534 : […] rerum facta est pulcherrima Roma ; Énéide, A. Bellesort (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1964, t. II, livre VIII, vers 347-348 : […] et Capitolia ducit / aurea nunc, olim silvestribus horrida dumis.

5 Cf. J.-M. André, « L’espace urbain dans l’expression poétique », in Rome. L’espace urbain et ses représentations, F. Hinard (dir.), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1992, p. 83-95.

6 Hildebert de Lavardin, Carmina 36, A. B. Scott (éd.), Leipzig, Teubner, 1969, p. 22, vers 1-4, 23-24, 29-34 : Par tibi, Roma, nihil cum sis prope tota ruina. / Quam magni fueris integra, fracta doces. / Longa tuos fastus aetas destruxit et arces / Caesaris et superum templa palude jacent […] Tantum restat adhuc, tantum ruit, ut neque pars stans / Aequari possit, diruta nec refici […] Cura hominum potuit tantam componere Romam / Quantam non potuit solvere cura deum.

7 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXIII, 1865 (cité désormais Dudon), 2, 11, p. 153 : Classe autem descendens celerique gressu lustrans urbem, [Rollo] vidit disjectas moles ejus avulsaque templorum saxa, ecclesias fundamento emotas, muros hinc inde disruptos parvamque manum et inermem…

8 Cf. P. Bouet, « Dudon de Saint-Quentin et Virgile. L’Énéide au service de la cause normande », Cahier des Annales de Normandie, no 23, 1990, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, p. 215-236.

9 Sur l’histoire de la cité épiscopale du Ve au IXe siècle, voir T. Dutour, La Ville médiévale, Paris, Odile Jacob, 2003 ; P. Riché, « La représentation de la ville dans les textes littéraires du Ve au IXe siècle », in La Fin de la cité antique et le début de la cité médiévale, C. Lepelley (dir.), Bari, Edipuglia, 1996, p. 183-191 ; B. Beaujard, « L’évêque dans la cité en Gaule aux Ve et VIe siècles », ibid., p. 127-145 ; É. Magnou-Nortier, « Du royaume des civitates au royaume des honores », ibid., p. 321-330 ; M. Fixot, « Une image idéale, une réalité difficile : les villes du VIIe au IXe siècle », in Histoire de la France urbaine, G. Duby (dir.), t. I, La Ville antique, Paris, Seuil, 1980, p. 497-562.

10 PL, 77, 14, 37, 28, 21.

11 Jean de Salisbury, Epistulae, W. J. Millor et C. N. L. Brooke (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1979, p. 6 (Lettre à Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry) : Vbi viderem victualium copiam, laetitiam populi, reverentiam cleri et totius ecclesiae majestatem et gloriam et varias occupationes philosophantium, admirans velut illam scalam Jacobi cujus summitas caelum tangebat eratque via ascendentium et descendentium angelorum

12 Cité par J. Le Goff, Les Intellectuels au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1960, p. 24.

13 Cité par T. Dutour, La Ville médiévale, p. 46.

14 Cité par J. Le Goff, Les Intellectuels au Moyen Âge, p. 24.

15 Gesta sanctorum Patrum Fontanellensis coenobii, P. Pradié (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1999, p. 10-14 : A tribus enim plagis, id est a septentrionali, occidua atque australi, montibus arduis ac frugiferis bachique fertilissimis silvisque est obsitum condensis. Ab oriente item habet fontem huberrimum qui ab ortu suae manationis per spatia passuum plus minusve mille trecentorum manat sicque cursu suo expleto in alveum Sequanam influit ad meridianam ejusdem coenobii plagam. Ab occidente item fluvius illic est mirabilis in aquilonali ejusdem coenobii plaga ab imo progrediens atque in meridiana Geon praedicti alvei profunda se demergens. Inter haec duo mirabilia flumina prata ejusdem coenobii sunt amoena atque irrigua […] Locus autem ipsius coenobii tam fertilis tamque jocundus existit ut cum quis illic advenerit inter pomorum nemora et hortorum amoenitate virentia in haec protinus libeat ei prorumpere verba : « Quam pulchra tabernacula tua Jacob et tentoria tua Israhel ! Vt valles nemorosae, ut horti juxta fluvios irrigui, ut tabernacula quae fixit Dominus quasi cedri prope aquas ». Erat namque isdem locus […] veprium asperitate ac spinarum densitate virectorumque inutilium ac paludum immensitate inaccessibilis. In quo magis latibula latronum ac lustra ferarum quam habitatio videbatur hominum. Hunc locum pretiosissimus Vuandregisilus [et monachi] studuerunt […] precibus orationibusque a pristina flagitiorum sorde purgare ac inutilia quaeque evellendo projicere demumque fundamenta coenobii jacere, ut juxta prophetiam Isaiae « In cubilibus in quibus prius habitabant dracones, oriretur viror calami ac junci », id est fructus bonorum operum ibi nascerentur…

16 J. Fontaine, « La culture carolingienne dans les abbayes normandes : l’exemple de Saint-Wandrille », in Aspects du monachisme en Normandie (IVe-XVIIIe siècle), L. Musset (dir.), Paris, Vrin, 1982, p. 43-48.

17 Dudon, 2, 12, p. 153 et 26, p. 166.

18 Dudon, 2, 11, p. 153.

19 Dudon, 3, 58, p. 200 : Quum autem fama celer habitantium in finibus Northmannicis mentes subito de optato Willelmi ducis reditu percelleret ducemque suum tam magnificum adesse praemoneret, commota nimio gaudio, tota Rotomagensium civitas subito processu contra illum exsiliit diversaque diverticula, ut eum videre posset, requirit femineoque sexu stante muri in propugnaculis, senilis aetatis vulgo in biviis, juvenilis mediaeque aetatis plebe currente obviam ei, clerus praestolatus illum in portam civitatis cum reverentia monasticae institutionis ovanter suscepit.

20 Ibid., 4, 113, p. 276, vers 1-13 : Gurgite caeruleo Sequanae meat aestuantis amnis / Et movet ingentes pelagos vaga cursitantis aestus, / Lambit odoriferas et gramine floridante ripas, / Molliter herbarumque comas lavat unda praepes ample, / Ipsam quum refluum torquent mare detrimenta lunae, / Detrusam retrorsum fluctibus aequoris minantis / Eptadis officio mutantia vel crementa passum. / Vmbroso et vestiti palmite praenitente colles, / Deliciosus ager vinetaque continens honesta, / Cursibus undarum irriguis satis emicantque prata : / Vrbs qua percelebris nunc, Rotome, praenites decora / Labentis jocundis usibus affluenter amnis / Merce quibus varii componere foenoris queat se…

21 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi ducis Normannorum et regis Anglorum, R. Foreville (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1954 (cité désormais Guillaume de Poitiers) : I, 38, p. 90 (Le Mans) ; I, 17, p. 36 (Domfront) ; I, 19, p. 42 (Alençon) ; I, 41, p. 102 et II, 41, p. 256 (Rouen) ; II, 28, p. 214-216 (Londres).

22 Gui d’Amiens, Carmen de Hastingae proelio, F. Barlow (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1999, vers 637-640 : Vrbs est ampla nimis, perversis plena colonis / Et regni reliquis dicior est opibus ; / A laeva muris, a dextris flumine tuta / Hostes nec timuit nec pavet arte capi.

23 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, M. Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1969-1980 (cité désormais Orderic Vital), vol. III, p. 36 : Denique idem Caesar omnem Neustriam sollerter exploravit et super Sequanam fluvium urbem Rotomagum construi praecepit ; in loco aptissimo ubi ad orientale caput urbis Albala fluvius cum Robecco et ab occasu Marrona in Sequanam diffluit. Rodomus autem quasi Romanorum domus ab ipsis conditoribus appellata est, ubi legio Quiritum provinciales undique gubernans et comprimens tute commorata est. Rodomensis civitas populis est ac negociorum commerciis opulentissima, portus quoque confluentia et rivorum murmure ac pratorum amoenitate jocundissima. Fructuum et piscium cunctarumque rerum exuberantia ditissima, montibus et silvis undique circumdata, muris ac vallis et propugnaculis validissima, moeniis et aedificiis domorum ac basilicarum pulcherrima.

24 Ibid., 5, 134-136.

25 Ibid., 4, 224 : Considera, Conane, quam pulchram tibi patriam conatus es subjicere. En ad meridiem delectabile parcum patet oculis tuis et saltuosa regio silvestribus abundans feris. Ecce Sequana piscosum flumen Rotomagensem murum allambit navesque pluribus mercimoniis refertas hoc cottidie devehit. En alia parte civitas populosa menibus sacrisque templis et urbanis edibus speciosa cui jure a priscis temporibus subjacet Normannia tota.

26 Raoul Tortaire, Epistula IX, in L. Du Bois, Archives annuelles de Normandie, Caen, Mancel, 1824, p. 209-215, vers 3-12 et 45-52 : In ripa positum fluvii latus aspice castrum / Ad boream collis editiore loco. / Prata virent latus ad notium longe secus amnem / Per tria ducta fere millia lata parum. / Portus habet grandes sibi quas mittit mare naves / Vix manat fluvius quo repente sinum. / Terra ferax segetis, sed opacis indiga sylvis / Gallica nux, vitis, ficus, oliva deest. / Insula diversis quam mercibus Anglia ditat / Et quacumque mari cingitur occiduo […] Hinc eo Bajocas, ubi vidi culmina clara / Turres excelsas aedis honorificae / Intus quae saxo pulchre perfecta polito / Exterius sculptis fulget imaginibus / Multa metallorum locupletat quam variorum / Copia cum bysso, murice, vermiculo / Ferrea sustentant argenti vincla coronam / Alte quae durae sunt clave fixa sudis

27 Serlon de Bayeux, Versus de capta Bajocensium civitate, in Recueil des historiens des Gaules et de la France, L. Delisle (éd.), t. XIX, Paris, Palmé, 1880, vers 14-15 et 159-177 : Vates facundi referunt ab origine mundi / Vrbes destructas et ad infortunia ductas […] Flammaque destruxit qua turbo per omnia duxit / Cum templis aedes (ni cernas, vix mihi credes) / Hac fuit usta die sacra Virginis aula Mariae / Templaque bis quina simili periere ruina / Sors caret exemplo de quodam cognita templo / In quo mors hausit quos portarum sera clausit / Reddens ter denos exsangues atque novenos / Quos si vidisses, miserabiliter doluisses. / Praelucens grata specie perit aula cremata / Miro picta modo quam praesul condidit Odo / Tali digna viro ; casu pessundata diro / Tecta decore pari desperant se reparari / Et domus insignis Conani fit cibus ignis. / Sortis mundanae fluxum decus est et inane ; / Splendida res transit, quasi sordida ; nulla remansit : / Talis in hac tota regione domus mihi nota. / Aedes nostrorum pretiosas canonicorum / Dum sine more furit, vigor omnes igneus urit

28 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, H. Omont (éd.), Rouen, Métérie, 1884, vers 769-788 : Caesaris urbs celebris Romano germine creta / A Danis potitur ; novit et arma parat. / Vrbs antiqua, potens, populosa, decora, jocunda, / Divitiis pollens, nobilitate, situ. / Labitur hinc fluvius dulcis potuque salubris / Navigiis clarus, piscibus unda ferax. / Desuper adveniens alius decurrit in urbem / Vtilis, at primus undique grana molit. / Hinc alius similis cursum deflectit ab Ortu, / Deserit occasum tertius, inde fluit. / Fons ortu dubius mediam transcurrit in urbem / Et duplici cives utilitate fovet. / Collibus et silvis hinc cingitur, inde nitescit / Fructibus et pratis stat preciosa satis. / Crescere vix patitur botones frigida tellus. / Munere tam claro Francia servit ei. / Menia non recolo, turres portusque relinquo / Civibus atque locis aura salubris adest. / Vrbs igitur florens sibi cernitur esse perhennis / Dum semper variis affluit ipsa bonis.

29 Guillaume de Poitiers, II, 29, p. 218.

30 Orderic Vital, vol. VI, p. 78 et 228.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540