Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La Publication périodique

La revue Agus

Conjonction et point final

Clíona Ní Riordáin

Texte intégral

  • 1 Je souhaite remercier les membres de Gaedhalachas Teoranta qui m’ont permis d’accéder aux archives (...)

1Cet article est consacré à la revue Agus, revue de langue gaélique disparue en 1998 après la publication de 442 numéros et presque quarante ans d’existence1. De l’aventure de l’équipe d’Agus dans le monde de l’édition se dégage tout un contexte socioculturel dans lequel l’évolution de la politique du gouvernement irlandais au sujet de la langue gaélique joue un rôle essentiel. L’histoire de cette revue atypique est donc doublement intéressante : d’un côté, elle permet d’appréhender les objectifs des fondateurs et d’apprécier leur contribution à la renaissance de la culture gaélique dans le contenu des différents numéros ; de l’autre, la persistance des difficultés financières de la revue et les circonstances qui marquèrent la fin de sa publication amènent à s’interroger sur les finalités de la politique linguistique des gouvernements irlandais successifs et, plus précisément, sur les raisons de la mort brutale d’Agus après tant d’années de parution.

Origines et objectifs

  • 2 Littéralement, « Gaelicness Limited », avec un jeu de mots sur la notion de limite. En français, « (...)
  • 3 Numéros 1-3 datés de 1933, collection privée à Cork.
  • 4 Niall Ó Murchadha, « Cuimhní Cinn », Agus, XXXVIII, 3 Márta 1998, p. 6.

2La revue Agus fut fondée en 1961 dans la ville de Cork par un groupe, Gaedhalachas Teoranta2, qui militait en faveur de la langue gaélique. À ses débuts, la revue mensuelle comprenait 28 pages de textes et très peu d’images. Le rédacteur en chef, Diarmaid Ó Murchadha, et le directeur de publication, Cormac Mac Cárthaigh, étaient instituteurs et avaient un goût reconnu pour le journalisme. Mac Cárthaigh avait fondé la revue An Muimhneach3 à Cork pendant les années trente et Ó Murchadha avait travaillé pour la maison d’édition Sáirséil agus Dill pendant les années cinquante. Il était aussi chroniqueur littéraire pour l’hebdomadaire régional The Cork Examiner4.

  • 5 Source : brochure éditée par Gaedhalachas Teoranta à l’occasion du cinquantième anniversaire de la (...)

3Agus était la dernière en date des activités en faveur de la promotion de la langue gaélique entreprises par Gaedhalachas Teoranta, société fondée pendant la Seconde Guerre mondiale par des personnes originaires de la région de Cork, inquiètes de l’avenir du patrimoine irlandais en cas d’invasion allemande5. Les membres de Gaedhalachas Teoranta avaient initialement concentré leurs activités sur la pédagogie, avec l’ouverture de cours d’été pour enfants et l’installation d’une école résidentielle (Scoil na nÓg) au bord de la mer à Trabolgan. Le souci pédagogique de cette société transparaît aussi dans les objectifs que l’équipe d’Agus s’était fixés dès le premier numéro de la revue.

  • 6 « Tá ré na droch-Ghaeilge tagtha, buíochas le Dia », Agus, I, 1, p. 1.
  • 7 Ibid. : « Is Gaeilge Gaelige cibé des-Ghaeilge no droch-Ghaeilge í. »

4Dans le premier article, le rédacteur en chef s’efforce de souligner que la langue gaélique est la langue de tous les Irlandais, même de ceux qui ne la maîtrisent pas parfaitement. Cette attitude est corroborée par la citation mise en exergue et tirée de l’œuvre du poète Seán Ó Ríordáin : « Que Dieu soit loué, l’époque du mauvais gaélique est arrivée »6. Ó Murchadha invite tous les Irlandais à se saisir de cette revue et dénonce l’idée d’une quelconque hiérarchisation de l’irlandité. Il termine son article en exhortant ses lecteurs à pratiquer la langue quel que soit leur niveau de compétence : « Le gaélique est le gaélique, qu’il soit bien parlé ou non »7.

  • 8 « Léitheoireacht gan dua gan dualgas »

5Agus se veut distrayant et sans prétention comme l’indique son titre : Agus (« et » en gaélique), mot court et compréhensible qui traduit le désir de créer un lien avec l’autre et d’adjoindre le plus de lecteurs possible au lectorat gaélophone déjà existant. Ce désir est renforcé par la devise de la revue « Lecture sans difficulté, sans obligation »8. L’équipe éditoriale propose, outre des comptes rendus de lecture et des articles de fond sur l’actualité et l’histoire, un contenu un peu frivole où l’on parle chiffons et sport. De plus, une rubrique consacrée aux derniers potins du monde gaélophone titille la curiosité d’un public peu habitué à ce genre de chronique. Mais la revue se distingue des publications mensuelles de langue gaélique pour d’autres raisons. D’abord la date de sa conception (1961) en elle-même est étonnante. Les revues historiques An t-Ultach (1924), Comhar (1942), Feasta (1948) ont toutes été fondées bien avant cette époque, dans les années vingt à quarante. Dans un cas, la publication est survenue peu de temps après l’obtention par l’Irlande du statut de dominion, pour les deux autres, la Seconde Guerre mondiale a sans doute représenté un facteur déclenchant.

  • 9 Agus, I, 2, p. 1.

6Les archives de Gaedhalachas Teoranta ne donnent aucune indication expliquant clairement la démarche de l’association. Sans doute paraissait-il logique à ses membres de fournir de la lecture au jeune public qu’il tentait de former depuis une quinzaine d’années. Par ailleurs, comme l’indique le deuxième numéro de la revue, les fondateurs souhaitaient donner une voix au peuple de la province de Munster, et plus particulièrement à ceux de la ville de Cork. Il faut toutefois souligner le fait qu’Agus ne visait pas un public particulier, la revue n’avait pas l’intention de publier des articles érudits comme la revue Comhar. Elle ne cherchait pas non plus à promouvoir un genre littéraire comme c’était le cas pour Feasta, consacrée à la nouvelle. Au contraire, l’équipe d’Agus espérait répondre à un besoin du peuple gaélophone : besoin d’une lecture légère et amusante dans une « lingua franca autre que l’anglais »9.

  • 10 « Twenty years a withering » : jeu de mots en référence à l’œuvre de M. Ó Súilleabháin, Twenty Yea (...)
  • 11 Diarmaid Ferriter, The Transformation of Ireland, Londres, Profile Books, 2004, p. 601.

7Lorsque l’on replace les débuts d’Agus dans le contexte socioculturel de l’époque, on constate l’existence d’un débat houleux à propos du rôle de la langue gaélique au sein même de la société irlandaise. Dans les années qui suivent la partition de l’Irlande en 1922, le gouvernement du Sud attend de l’école qu’elle soit le vecteur de la regaélicisation du pays. Pour arriver à ses fins, il rend la langue gaélique obligatoire pour tous dans les concours nationaux. Cette politique se solde par un échec retentissant. Comme l’éditorialiste de The Bell le fit remarquer avec une ironie mordante en 1948, les gouvernements successifs s’employaient depuis vingt ans « à flétrir cette éclosion linguistique »10. En conséquence, dès le début des années soixante, on assiste à une remise en question du caractère obligatoire de l’enseignement du gaélique dans les écoles. De même, la compétence en langue gaélique requise pour accéder au fonctionnariat provoque l’indignation publique, et une campagne soutenue par le Language Freedom Movement secoue le pays pendant plusieurs années. À la même époque, le parti de centre droit Fine Gael change sa politique en faveur de l’abolition du gaélique obligatoire à l’école et demande par la même occasion que l’on reconnaisse que « les politiques antérieures étaient préjudiciables aux enfants »11. Il est également intéressant de noter que les mérites de la communication en gaélique vantés dans les pages d’Agus étaient proches de la politique proposée par l’autre parti de centre droit, Fianna Fáil, à cette même époque :

  • 12 Ibid., p. 600.

Dès le milieu des années soixante Fianna Fáil encouragea le peuple à utiliser la langue sans crainte, même si c’était avec des fautes de grammaire12.

8Lien de cause à effet ? Influence de la « petite revue » sur le grand parti ? Nul ne sait. Il faut toutefois souligner que parmi les futurs collaborateurs d’Agus figure Seamus Mac Gearailt, un ancien député du Fianna Fáil. Son nom apparaît sur la liste des actionnaires de la société, tout comme celui de Jenny Dowdall, sénateur du Fianna Fáil.

Contenu

  • 13 Agus, I, 2, p. 3-4.

9Le premier numéro de la revue paraît en juin 1961. Il coûte 9 livres et compte 28 pages. La qualité est au rendez-vous et le choix des articles varié et ambitieux. Entre autres contributions, figuraient deux poèmes de Seán Ó Ríordáin, une nouvelle, le premier d’une série de trois articles de la plume de Seán Ó Tuama, une rubrique « Sport » sur le golf et la boxe, et un article sur les chapeaux intitulé « Pas pour les hommes ». Il y avait également des proverbes ruraux et un article historique qui racontait l’élection de Patrick Pearse à la présidence du gouvernement provisoire de 1916. La revue combine avec succès l’attrait d’écrivains connus (Ó Ríordáin et Ó Tuama jouissaient déjà d’une certaine réputation) avec des rubriques inédites. Le tout fut très bien reçu. Des commentaires élogieux parurent dans les hebdomadaires nationaux : des articles de Risteard Ó Glaisne dans The Irish Press et de Breandán Ó hÉithir dans The Irish Times saluèrent l’arrivée de cette toute dernière publication en langue gaélique13.

10Le deuxième numéro d’Agus est augmenté d’une rubrique supplémentaire : « Les bruits qui courent du côté de Cork », bientôt complétée par « Les bruits qui courent du côté de Dublin ». Ces deux rubriques sont suivies avec une grande attention par les gaélophones des deux villes concernées. Parfois l’information concerne des événements d’ordre officiel, annonces de mariages ou de fiançailles, tournés dans un style assez particulier :

  • 14 Agus, I, 7, p. 6 : « Chuala Aingeal Ní Dhonnabháin (Corcaigh) an gaoth aduaidh agus duirt sí “Táim (...)

Aingeal Ní Dhonnabháin a écouté le vent qui soufflait de l’ouest et elle a dit « Oui, je le veux », maintenant elle a une bague au doigt14.

  • 15 Agus, II, 2, p. 8.
  • 16 Dossier de correspondance de la revue, conservé aux archives de Gaedhalachas Teoranta (Cork).

11D’autres commentaires sont plus elliptiques et controversés, comme celui qui suggère qu’un certain Seamus Ruiséal a fait la cour à deux femmes en même temps15. Une phrase de ce genre donna lieu à une menace d’action en justice de la part de Breandán Ó hÉithir. Homme de lettres et journaliste de renom, il crut y voir une allusion à sa propre situation et il demanda donc un démenti immédiat à l’équipe16.

  • 17 Agus, II, 1, p. 8.
  • 18 Agus, II, 7, p. 10.
  • 19 Agus, I, 5, p. 11-12.

12La revue publie des articles de qualité les années suivantes. Elle ose aborder des sujets controversés, comme le maintien de l’interdiction de pratiquer des sports dits étrangers pour les adhérents du GAA (Gaelic Athletic Association)17 ou la thèse chère à Daniel Corkery selon laquelle les écrivains irlandais de langue anglaise ne font pas vraiment partie du patrimoine irlandais18. Agus traite aussi de thématiques qui intéressent en priorité les lecteurs de la province de Munster comme la mise en service de l’aéroport de Cork19. Chaque numéro comprend également au moins deux poèmes et la revue publie des poètes célèbres comme Ó Ríordáin et Ó Direáin aussi bien que des jeunes poètes comme Nuala Ní Dhomhnaíll et Michael Davitt. Le désir de raviver la langue se manifeste dans des articles aux titres transparents comme « Faites-le en gaélique », qui encouragent les lecteurs à parler gaélique dans les magasins et dans leurs démarches auprès des organismes d’État. De plus, la rubrique consacrée aux proverbes et aux poèmes était si essentielle à l’esprit de la revue qu’elle ne cessa jamais de paraître pendant toute la durée de son histoire. Cependant, il faut souligner qu’Agus n’avait pas de supplément destiné aux enseignants. Contrairement à Inniu, journal qui paraît pendant les années soixante-dix et quatre-vingt, elle ne comprend aucun document à visée pédagogique facilement utilisable en classe. Pour mieux servir et amuser son lectorat, la revue proposa à partir de 1968 un supplément avec des bandes dessinées destinées aux enfants. Les aventures de Mící Mí-adh (Denis La Malice) attirèrent la sympathie des enfants qui disposaient de peu de textes ludiques en gaélique.

  • 20 « […] athletic youths and […] comely maidens » : référence à un discours célèbre de Éamon De Valer (...)
  • 21 Agus, I, 6, p. 15-16.
  • 22 Agus, II, 2, p. 18.

13Les photographies en noir et blanc qui figurent dans les pages de la revue pendant les années soixante traduisent bien l’ambiance de l’époque : hommes et femmes en tenue de soirée prenant part au dîner annuel d’Oireachtas na Gaeilge (festival gaélique national), hommes souriants en costume-cravate qui témoignent de leur intérêt pour la culture celte en assistant à une soirée d’étude. Sans correspondre tout à fait aux « jeunes gens sportifs » et aux « jeunes femmes avenantes » du discours d’Éamon De Valera20, les images et les textes donnent l’image d’une génération studieuse et convenable qui cherche à faire vivre la langue dans toutes les dimensions de leur existence, que ce soit en plantant des géraniums21 ou en travaillant avec, en fond sonore, Sonny Knowles qui pousse la chansonnette sur un disque Gael Linn22.

Financement et distribution

  • 23 Entretiens avec des membres de Gaedhalachas Teoranta.
  • 24 Roinn na Gaeltachta a été fondé en 1956.
  • 25 Agus, XXXVIII, 3, p. 6-7.

14Si Agus témoigne de l’engagement d’une génération pour la langue gaélique, elle raconte aussi l’histoire d’une revue constamment à la recherche de fonds. Le premier numéro contenait trois encarts publicitaires (Gael Linn, An Club Leabhar et Scoil na nÓg) et un formulaire d’abonnement. Un abonnement d’un an (douze numéros) coûtait 10 shillings. Il ne reste aucune trace des archives comptables pour les années soixante. Néanmoins, des sources proches du directeur de la revue confirment qu’elle n’a jamais été rentable23. L’entreprise avait été lancée en grande partie grâce aux subventions du ministère des Régions gaélophones24. Gaedhalachas Teoranta était ensuite intervenue périodiquement, augmentant considérablement sa contribution au fil des années. Les collaborateurs travaillaient gratuitement. Les photographies qui paraissaient dans la revue provenaient de la réutilisation des plaques photographiques du Cork Examiner, avec l’autorisation de Wally McGrath, ami du rédacteur en chef. Comme l’a très justement observé Niall Ó Murchadha, fils du premier rédacteur en chef, il est étonnant que dans de pareilles conditions la revue ait réussi à sortir tous les mois, coûte que coûte, pendant trente-sept ans25.

15Agus recevait peu de soutien des réseaux de distribution. Elle était distribuée dans les magasins Easons, l’autre moyen de diffusion étant l’abonnement. La petite boîte qui contient les fiches d’abonnements est toujours disponible aux archives de la revue. Il y a environ trois cents fiches, plusieurs ont été utilisées des deux côtés. Quand un abonnement était résilié, on prenait l’autre côté de la fiche et on l’utilisait pour un nouvel abonné. Mille exemplaires de la revue paraissaient chaque mois mais, d’après mes calculs, le nombre d’abonnements dépassa rarement les trois cents. Beaucoup d’abonnés résidaient dans la province de Munster, certains étaient adhérents à la Conradh na Gaeilge (Ligue gaélique), comme les fondateurs eux-mêmes, d’autres enseignaient pendant les cours d’été organisés par Gaedhalachas Teoranta. Des exemplaires étaient envoyés à toutes les universités et aux bibliothèques. Un certain nombre était expédié à l’étranger, en Tanzanie, à Portsmouth, au Pérou : des cadeaux, sans doute, envoyés aux Irlandais qui travaillaient dans ces contrées lointaines. Beaucoup de centres culturels au Royaume-Uni et aux États-Unis étaient abonnés, de même que tous les ténors du mouvement de soutien à la langue gaélique comme, par exemple, Pádraig De Brún, Pádraig Ó Fiannachta et Tomás Ó Fiach.

16La correspondance entre le directeur de la revue et les fonctionnaires du ministère des Régions gaélophones n’est pas complète, mais il existe assez de lettres pour comprendre la teneur de ces échanges. Les lettres de 1976 font référence aux rentrées d’argent pour les années précédentes : 439 livres en 1973, 221 livres en 1974, 320 livres en 1975. Le fonctionnaire se révèle incapable de comprendre comment mille exemplaires vendus ont pu rapporter si peu d’argent. Cormac Mac Cárthaigh souligne le nombre important d’exemplaires distribués (et non pas vendus). Il est certain que des exemplaires de la revue étaient distribués gratuitement dans les écoles mais il restait également beaucoup d’invendus. Cependant, malgré ses doutes et désaccords sur la gestion financière, le ministère des Régions gaélophones continua de subventionner la revue jusque dans les années quatre-vingt-dix. En 1979, la subvention représentait 250 livres par numéro, alors que les coûts de production s’élevaient à 286 livres. Dans une missive envoyée à son correspondant au ministère, Mac Cárthaigh explique que la subvention aurait besoin d’être augmentée de 500 % afin de permettre à la revue d’attirer de jeunes écrivains prometteurs. Sa demande resta lettre morte. Pourtant, elle mettait l’accent sur l’une des difficultés endémiques de la revue. Les jeunes écrivains étaient très contents de voir leur travail publié mais, passée cette première satisfaction, ils avaient envie d’être rémunérés pour leurs efforts. Comme Agus ne pouvait pas proposer de rémunération, la revue perdait des collaborateurs talentueux.

17Au fil des années la proportion des frais de production que représentait la subvention diminua. En 1994, la fabrication d’un numéro coûtait la somme de 913 livres (y compris la TVA à 21 %) et la subvention était égale à un peu plus de la moitié, 475 livres. Le nouveau rédacteur en chef, Mícheál Ó Súilleabháin, demanda à ce que la revue fût exemptée du paiement de la TVA, mais en vain.

Déclin

  • 26 Dossier de correspondance de la revue.

18La raison principale du déclin de la revue se trouve dans la petite boîte rouge qui contient les fiches d’abonnement. Au fond de la boîte, des dizaines de fiches portent l’inscription « marbh » (décédé). Des lettres des fils ou des filles de l’abonné qui témoignent de leur attachement à la revue accompagnent certaines fiches. Les fondateurs se sont ajoutés au nombre des disparus : Mac Cárthaigh décède en 1989 et Ó Murchadha cinq ans plus tard, en 1994. Le nouveau rédacteur en chef et son comité essaient alors d’élargir le lectorat. En 1994, lors de la création de la chaîne de télévision en langue gaélique T na G, ils envoient une proposition de collaboration au directeur Cathal Goan26. Ils proposent d’introduire dans leur supplément destiné aux enfants des bandes dessinées liées aux émissions de dessins animés qui passeront sur la nouvelle chaîne. L’assistante de Goan donna une réponse favorable et évoqua la possibilité d’un rendez-vous lors d’une prochaine visite à Cork, mais le projet n’alla pas plus loin.

  • 27 Ibid.
  • 28 Compte rendu de réunion dans les dossiers d’archives, conservés aux archives de Gaedhalachas Teora (...)
  • 29 Dossier de correspondance de la revue.

19Par la suite, le ministère des Régions gaélophones transféra la responsabilité de la publication des revues à Bord na Gaeilge, l’organisme d’État chargé du renouvellement et de la promotion de la langue gaélique. Ce transfert supprimait les leviers de pression politique susceptibles d’être utilisés auprès des personnes chargées de ce travail au ministère. Bord na Gaeilge envoya une lettre à tous les directeurs de revues gaélophones27 pour expliquer que le fonctionnement des revues était remis en question et qu’une enquête allait être ouverte. La lettre assurait le rédacteur d’Agus que, pendant le déroulement de l’enquête, les subventions continueraient d’être versées. Néanmoins, Bord na Gaeilge soulignait la nécessité de trouver des fonds extérieurs. Un comité fut établi le 20 mars 1996 pour discuter de la modernisation de la revue28. Avant la fin du mois, des lettres furent envoyées à de grandes entreprises irlandaises proposant l’achat d’encarts publicitaires dans la revue. Sans exception, les retours furent négatifs. Certaines réponses parvinrent malgré tout en gaélique29.

20Les résultats de l’enquête étaient sans appel. Les rapporteurs trouvèrent les articles ennuyeux, ils déplorèrent le manque d’images en couleur et soulignèrent l’absence de journalistes professionnels. Pour eux, la revue représentait un mauvais retour sur investissement. La subvention fut supprimée. Agus ne fut pas la seule revue concernée par cette mesure. An Gael Óg, la revue des Frères chrétiens, et Feasta, la revue de Conradh na Gaeilge, subirent le même sort. Les collaborateurs d’Agus furent révoltés de voir les résultats de l’enquête publiés dans les médias avant même que les rédactions en fussent informées. La rubrique hebdomadaire en langue gaélique de l’Irish Times, « Tuarascáil », détailla les faiblesses soulignées dans le rapport. Bord na Gaeilge fit savoir que les fonds allaient être redirigés vers une nouvelle publication attractive et moderne. Il y eut des échanges dans la page « Correspondance » de l’Irish Times et des protestations furent adressées à Bord na Gaeilge et au ministre chargé des régions gaélophones, Éamon Ó Cúiv, petit-fils de De Valera. Gaedhalachas Teoranta ne pouvait seule assumer les frais de production de la revue, et le dernier numéro commémoratif de 36 pages sortit en mars 1998.

21Agus semble être le témoignage vibrant de l’implication d’une génération dans une tentative de sauvetage et de renaissance d’une langue à laquelle elle était très attachée. Avec la disparition de cette génération, la revue entra dans son déclin. Les numéros continuèrent à sortir des presses, mais sans l’espièglerie, la fraîcheur et la variété de la première décennie. Le dévouement désintéressé qui caractérisait la génération de Mac Cárthaigh et Ó Murchadha disparut également. Rendement et rentabilité étant les maîtres mots dans la nouvelle Irlande, l’indifférence bienveillante que manifestaient les fonctionnaires du ministère des Régions gaélophones n’est plus de mise aujourd’hui.

22Et qu’est-il advenu des fonds libérés par la suppression d’Agus et des autres revues ? La nouvelle publication créée avec les fonds de Bord na Gaeilge s’appelait Cuisle. Avec à sa tête un rédacteur en chef venu de l’Irish Times, Uinsionn Ó Dubhghaill, la revue se vantait d’être professionnelle et moderne – une conception nouvelle dans le monde gaélophone. Son site peut être consulté en ligne. Mais la revue elle-même n’existe plus : elle aura duré moins d’un an.

23Bord na Gaeilge a aussi disparu. Elle a été incorporée dans une nouvelle organisation, Foras na Gaeilge qui, elle-même, fonctionne en binôme avec Tha Boord O Ulstèr-Scotch, organisme chargé de la promotion de l’Ulstèr-Scotch en Irlande du Nord. Le ministère des Régions gaélophones, disparu lui aussi, fait désormais partie d’un ministère plus vaste également chargé des affaires rurales.

24La législation récente qui a mis en place un texte garantissant l’accès aux services de l’État en langue gaélique, The Official Languages Act de 2003, semble aussi aller à l’encontre des motivations de la génération de Mac Cárthaigh et Ó Murchadha. Qu’il faille un texte de loi pour garantir l’accès aux services en gaélique, la première langue officielle de l’État, lui serait incompréhensible. Le déclin d’Agus révèle aussi le déclin de la langue qui risque de devenir un objet exotique, appendice désuet d’une nation moderne.

Notes

1 Je souhaite remercier les membres de Gaedhalachas Teoranta qui m’ont permis d’accéder aux archives de la société. Je rends hommage également au dernier rédacteur en chef de la revue, Mícheál Ó Súilleabháin, qui m’a accordé un entretien au début de l’année 2005.

2 Littéralement, « Gaelicness Limited », avec un jeu de mots sur la notion de limite. En français, « Gaélitude SARL » serait une traduction exacte, mais peu parlante !

3 Numéros 1-3 datés de 1933, collection privée à Cork.

4 Niall Ó Murchadha, « Cuimhní Cinn », Agus, XXXVIII, 3 Márta 1998, p. 6.

5 Source : brochure éditée par Gaedhalachas Teoranta à l’occasion du cinquantième anniversaire de la première école d’été en 1992.

6 « Tá ré na droch-Ghaeilge tagtha, buíochas le Dia », Agus, I, 1, p. 1.

7 Ibid. : « Is Gaeilge Gaelige cibé des-Ghaeilge no droch-Ghaeilge í. »

8 « Léitheoireacht gan dua gan dualgas »

9 Agus, I, 2, p. 1.

10 « Twenty years a withering » : jeu de mots en référence à l’œuvre de M. Ó Súilleabháin, Twenty Years A Growing.

11 Diarmaid Ferriter, The Transformation of Ireland, Londres, Profile Books, 2004, p. 601.

12 Ibid., p. 600.

13 Agus, I, 2, p. 3-4.

14 Agus, I, 7, p. 6 : « Chuala Aingeal Ní Dhonnabháin (Corcaigh) an gaoth aduaidh agus duirt sí “Táim sásta” agus tá fáinne ar a a lámh aici. »

15 Agus, II, 2, p. 8.

16 Dossier de correspondance de la revue, conservé aux archives de Gaedhalachas Teoranta (Cork).

17 Agus, II, 1, p. 8.

18 Agus, II, 7, p. 10.

19 Agus, I, 5, p. 11-12.

20 « […] athletic youths and […] comely maidens » : référence à un discours célèbre de Éamon De Valera où il évoquait sa vision d’une Irlande idyllique, le 17 mars 1943.

21 Agus, I, 6, p. 15-16.

22 Agus, II, 2, p. 18.

23 Entretiens avec des membres de Gaedhalachas Teoranta.

24 Roinn na Gaeltachta a été fondé en 1956.

25 Agus, XXXVIII, 3, p. 6-7.

26 Dossier de correspondance de la revue.

27 Ibid.

28 Compte rendu de réunion dans les dossiers d’archives, conservés aux archives de Gaedhalachas Teoranta (Cork).

29 Dossier de correspondance de la revue.

Auteur

Clíona Ní Ríordáin est agrégée de l’université et maître de conférences à l’université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. Auteur d’une thèse sur la poésie de Seamus Heaney, elle a écrit plusieurs articles sur la littérature irlandaise contemporaine (poésie et fiction), et s’intéresse également à la traduction. Membre du TRACT (groupe de recherche en traduction) et du Groupe de recherche en études irlandaises à Paris III, elle travaille actuellement sur l’influence de la traduction sur la poésie irlandaise contemporaine.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540