Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

La société urbaine dans les villes normandes

Les grandes familles rouennaises au xiiie siècle et leur rôle dans la cité

Alain Sadourny

Texte intégral

  • 1 Je me fonde sur la liste des maires donnée à la fin de l’Histoire de Rouen, M. Moll (...)
  • 2 La Ville médiévale, p. 329.

1Pendant la période à laquelle est consacrée cette étude (début xiiie siècle-1321), le nombre de maires connus s’élève à 118 et 8 familles ont détenu le poste 56 fois (soit 47 % du total). L’office de maire conférant une autorité considérable, l’accession à la mairie est la consécration suprême1. Aussi pouvons-nous le considérer comme un critère satisfaisant pour évaluer l’importance d’une famille. Il apparaît à première vue que la puissance publique est confisquée par un tout petit nombre de familles2. Ce sont elles que nous nous proposons d’étudier et nous essaierons de voir quel rôle elles ont joué dans la ville de Rouen et cela dans des limites chronologiques dépassant quelque peu le xiiie siècle.

2Si nous avons pris logiquement comme terminus a quo 1204, date de la prise de Rouen par Philippe Auguste et du rattachement de la Normandie au domaine royal capétien, nous avons reporté le terminus ad quem à l’année 1321. En effet, à cette date, les représentants du roi ont donné à Rouen une nouvelle constitution qui essayait de limiter la toute-puissance du patriciat rouennais de plus en plus contesté depuis environ quatre décennies et qui permettait dans une certaine mesure aux membres les plus aisés du Commun d’accéder au pouvoir.

3En essayant d’étudier ces grandes familles c’est un peu l’histoire de Rouen que nous allons retracer et cela en trois temps : en premier lieu nous verrons la disparition des vieilles familles et l’émergence de nouvelles, puis nous nous attacherons à voir quelles sont les bases de leur puissance, avant de terminer par l’étude de leur pouvoir politique et sa contestation.

Des familles successivement au pouvoir

  • 3 Le maire en fonction était alors Robert. Mathieu le Gros l’avait été en 1195, (...)

4Le 1er juin 1204, Rouen assiégée par Philippe Auguste signe une trêve de trente jours avec le roi de France. Parmi les trente-deux citoyens ayant juré d’observer les conditions imposées par ce dernier, figurent neuf anciens ou futurs maires à côté de représentants de familles illustres3.

  • 4 La Ville médiévale, p. 332.

5Toutes les familles représentées par un de leurs membres en 1204, à l’exception de deux ou trois, auront disparu avant 1240-1250. Ce phénomène de disparition des familles patriciennes est bien connu dans les villes de l’Occident médiéval4 et Henri Pirenne l’avait déjà signalé dans son ouvrage Les Périodes de l’histoire sociale du capitalisme. À Rouen, comme ailleurs, nous assistons à la disparition des familles au bout de trois à quatre générations et à leur remplacement par de nouveaux venus.

Les familles de la fin du xiie et du début du xiiie siècle

  • 5 S. Deck, « Les marchands de Rouen sous les ducs », Annales de Normandie, t. (...)
  • 6 L. Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ier siècle-1204) », in Histoir (...)

6Un premier groupe est composé par les familles qui ont été au pouvoir à la fin de la période ducale et qui le restent pendant les premières décennies du xiiie siècle. Ce sont leurs membres qui signent l’acte du 1er juin 1204. En raison de l’insuffisance de la documentation, leurs origines et leurs activités restent encore très mystérieuses. Il semble qu’à la faveur de la formation d’un ensemble anglo-normand, se soit constitué à Rouen un groupe d’hommes riches et puissants. On devine son existence vers 1090 lors de la lutte entre Robert Courteheuse, duc de Normandie, et Guillaume le Roux, roi d’Angleterre5. Il est très difficile, toujours faute de documents, d’analyser les sources de la richesse de ces hommes, mais il semble à peu près certain que trois éléments la constituaient, éléments entre lesquels il est impossible d’établir une hiérarchie6 : le commerce, la prise à ferme des revenus ducaux et les placements immobiliers.

  • 7 Ce sont notamment les chartes accordées par Henri Plantagenêt vers 1150, Ri (...)
  • 8 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 70 ; Id., « Les marchands normands en Angleter (...)

7Le commerce avec l’Angleterre est une vieille tradition rouennaise et la conquête de 1066 a renforcé la position des marchands rouennais à Londres et dans tout le pays. Tout au long du xiie siècle les ducs-rois ont confirmé les privilèges de Rouen7. Disposant du monopole du commerce sur la basse Seine, les marchands rouennais s’assurent la quasi-totalité des exportations des vins de France et d’Auxerre vers l’Angleterre et leur position sur les marchés anglais reste forte jusqu’au début du xiiie siècle8.

  • 9 Ils représentent vraisemblablement les pairs de la ville (cf. infra).
  • 10 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 4 279.
  • 11 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, T. Stapleton (éd.), Londres, (...)
  • 12 S. Deck, « Les marchands de Rouen… », p. 249.

8Aux bénéfices tirés de ce commerce viennent s’ajouter ceux résultant des opérations financières menées avec le duc. La prise à ferme des revenus ducaux permet de faire fructifier son argent sans assumer trop de risques. Dans les rôles de l’Échiquier normand de la fin du xiie siècle apparaissent les noms d’hommes appartenant aux milieux dirigeants de la ville sur lesquels nous reviendrons. Nous ferons de même pour les placements immobiliers. Que représente numériquement ce groupe d’hommes ? En étudiant les listes de témoins cités dans les divers actes passés, soit devant le maire de Rouen, soit devant l’official, on s’aperçoit qu’une trentaine de noms reviennent le plus fréquemment9. Quelques familles s’en détachent. Ce sont elles qui donnent les premiers maires : les Groignet, les Le Gros, les Du Donjon. Raoul Groignet, fils de Benoît qui fut chanoine de la cathédrale10, en 1197 gère les finances de la ville avec le maire Mathieu Le Gros11. Il fait partie des jurés ayant attesté en 1199 la coutume des moulins de Rouen. Il signe l’acte de 1204 avec son frère Guillaume. Ce dernier avait préféré le commerce ; on sait qu’il a organisé avec un Du Châtel un voyage à Jérusalem12. Avec son fils Hugues la famille disparaît du premier plan.

  • 13 Archives nationales, S 5 198, no 65 et S. Deck, « Les marchands de Rouen… », p. 249.

9Disparaissent aussi les deux fils de la vicomtesse Emma, apparentés aux Le Gros et aux Du Châtel13 qui sont régulièrement cités dans les listes de témoins et semblent avoir joué un rôle important à la fin de l’époque ducale. L’un d’eux, Hugues, est signataire de l’acte de 1204.

  • 14 A. Sadourny, « Une famille rouennaise à la fin de la période ducale : les Du (...)
  • 15 Ibid., p. 186.
  • 16 Ibid., p. 185-186.

10Les Du Donjon sont le meilleur exemple de ces familles antérieures à 120414. Lucas a été deux fois maire (en 1189 et en 1194), mais c’est surtout Laurent qui est connu. Homme de confiance de Jean sans Terre, il joue auprès de lui le rôle essentiel de financier : il est qualifié de vicomte de Rouen (à ce titre il afferme les revenus ducaux), il effectue de nombreux achats pour le roi ou la reine et, à plusieurs reprises, il lui prête de l’argent. Il est aussi intermédiaire entre l’Échiquier anglais et la cité de Rouen15. Cela lui vaudra toute une série d’avantages commerciaux en Angleterre après la conquête de 1204. Il continue encore à être témoin après cette date, mais ne semble plus avoir grand pouvoir. Son fils Nicolas fait encore le commerce des vins en Angleterre dans les années 1220-1230 ; la famille s’éteint avant 125016.

L’émergence d’un nouveau groupe (1204-milieu xiiie siècle)

  • 17 Nicolas et Jean sont cités dans les comptes de 1198 ; cf. Magni Rotuli Scac (...)
  • 18 Il n’y en a plus de traces dans la documentation de la fin du XIIIe et de l (...)
  • 19 Enguerrand en 1235 ; Durand en 1267 et 1280 (c’est probablement le même) ; Jean (...)

11Un certain nombre de personnes appartenant à ce groupe étaient déjà présentes comme témoins dans des actes antérieurs à 1204 : Enart de Rive, Jean Fessart ou Nicolas Pigache17. Le premier Filleul connu l’est en 1235 avec son accession à la mairie. De ces quatre familles retenues comme les plus représentatives de cette génération, deux ont une durée assez longue : les Pigache sont sept fois maire jusqu’en 1271 ; on ne les voit plus après18. Les Filleul dépassent notre cadre chronologique ; maires pour la première fois en 1235, ils le sont à intervalle régulier : il semble que chaque génération ait donné un maire à la ville19. L’insuffisance de la documentation ne permet pas d’étudier les liens matrimoniaux qui pouvaient les unir.

Le groupe de la seconde moitié du xiiie siècle

  • 20 Les seules indications que l’on possède concernent des ventes des draps de (...)
  • 21 Nicolas est maire en 1269 et en 1279 ; Thomas l’est en 1285, puis avec son (...)
  • 22 Après Jean en 1282, il y aura Nicolas en 1300 et 1307. La famille Le Lieur est surtout (...)

12Pour celui-ci, il ne fait aucun doute, comme nous le verrons plus tard, que le commerce est à l’origine de sa puissance politique. Trois familles m’apparaissent sortir du lot. Toutes font un important commerce avec l’Angleterre à partir des années 1240-1250. Comme celui-ci est surtout fondé sur les importations de laine anglaise, on peut se demander si ces marchands sont aussi impliqués dans l’industrie drapière en plein essor. Malheureusement on ne sait quasiment rien sur la draperie avant le milieu du xive siècle20. Les Naguet accèdent au pouvoir en 1269 avec Nicolas et ils détiennent encore la mairie après 132121. La famille existe encore dans la seconde moitié du xive siècle. Les Orbec et les Le Lieur ont une longévité bien plus longue ; le premier Orbec à être maire l’est en 1282 ; le premier Le Lieur l’est seulement en 130822. Dans ce groupe la survie de ces familles dépasse très nettement la moyenne de trois à quatre générations. À la fin du xiiie et au début du xive siècle nous voyons arriver les Alorge et les Mustel qui feront partie du patriciat à partir du milieu du siècle.

Deux cas à part : les Du Châtel et les Val Richer

  • 23 Elle avait affermé la vicomté de Rouen puis celle de Southampton, puis à nouveau celle (...)

13Le lignage Du Châtel a grandi tout au long du xiie siècle et le grand négoce apparaît comme étant à l’origine de la richesse. Gautier qui s’est associé avec G. Groignet pour un voyage à Jérusalem a épousé Emma, la fille de cette célèbre vicomtesse appelée aussi Emma23. Par ces liens il appartient à ce milieu de manieurs d’argent qui est au service du duc et qui réalise souvent de beaux profits. Mais les autres Du Châtel n’ont pas joué de rôle financier (on ne les voit jamais dans les rôles financiers publiés par Stapleton). La puissance politique de la famille est indéniable, car pour la période retenue ils ont été seize fois maire (soit 13 % du total) et au cours du xive siècle ils le seront encore souvent. C’est l’exemple même d’une famille ayant duré quatre siècles.

  • 24 Deux mémoires de maîtrise ont étudié sous ma direction ces deux familles : N. Leroux, U (...)
  • 25 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae…, t. II, p. 303 ; F. M. Powicke, The Loss (...)
  • 26 Bibliothèque municipale de Rouen, Archives municipales, Registre T3, fo 22.

14Le deuxième cas est celui des Val Richer24. Ils descendent sans aucun doute de Geoffroy le Changeur, un des proches du duc, comme le fut Laurent Du Donjon. Geoffroy est un des principaux responsables de la gestion des finances ducales : il encaisse les recettes provenant des fermes du domaine et du produit des ventes ; il effectue le paiement des dépenses et verse le surplus au trésor25. Par la faveur du duc Richard, il devient propriétaire de moulins à Martainville26 ; désormais les moulins allaient devenir une des principales richesses de la famille. Aucun Val Richer ne figure parmi les 32 signataires de l’acte de 1204. Ils accèdent à la mairie relativement tard, avec Jean, en 1232 ; ils la détiennent huit fois jusqu’à la fin de notre période (6,7 % du total) et viennent juste après les Du Châtel. Il faudra attendre 1347 pour voir un Val Richer redevenir maire ; entre temps ils avaient trouvé d’autres formes de pouvoir : Vincent, ancien maire, est bailli de Caux en 1277. Comme la famille précédente, les Val Richer ont une longévité remarquable puisqu’ils ne disparaissent, tout au moins de la documentation urbaine, qu’au xve siècle.

Les bases de la puissance

15Quelle que soit l’origine de la fortune des patriciens, à Rouen comme dans la plupart des villes marchandes, les bases de la puissance politique sont commerciales et financières. Les biens-fonds viennent les renforcer et, à la fin de notre période, les fermes urbaines ou autres viennent compléter le tableau.

Le commerce et les finances

  • 27 M. Mollat, « Une expansion différée par la guerre (1382-1479) », in Histoire de Rouen, (...)
  • 28 A. Sadourny, « Les marchands normands… », p. 137-138.
  • 29 Public Record Office, Londres : Liberate Rolls, Henri III, t. II, p. 302 et (...)
  • 30 A. Sadourny, « Les marchands normands… », p. 142.
  • 31 Ibid. : en 1270, sur une sortie autorisée pour les Rouennais de 1 400 sacs (4,3 % du to (...)
  • 32 Public Record Office, Londres : E 122 / 5 / 1 Boston 18 Edouard Io 15-16 ; et E 122 / 5 (...)
  • 33 Ibid., 122 / 136 / 26 Southampton Edouard II 8. 806 peaux sont achetées par Vincent et (...)

16Comme nous l’avons vu, commerce et finances sont à l’origine de la fortune des patriciens rouennais, mais dans une proportion qu’il est impossible de définir. Le commerce médiéval rouennais reposait, comme l’a écrit M. Mollat, sur trois axes : l’Angleterre, le Nord-Est flamand et l’arrière-pays parisien27. Seul le commerce avec l’Angleterre est relativement bien connu au xiiie siècle. C’est lui qui permet, malgré les vicissitudes politiques28, aux Rouennais de continuer à vendre outre-Manche les vins de l’arrière-pays (France et Auxerrois surtout). Les Du Donjon le font jusque dans les années 1230. Nicaise d’Orbec ainsi que Thibaut Du Châtel apparaissent comme des fournisseurs attitrés de la cour d’Henri III29. Mais les Orbec, à la différence de leurs prédécesseurs, changent de politique commerciale face à la concurrence accrue des vins de Gascogne pour se tourner vers le produit roi de l’Angleterre : la laine. Celle-ci alimente l’industrie drapière rouennaise en plein développement30. Nicaise, dans les années 1270, est le plus gros exportateur rouennais de laine31. Les Pigache sont présents à plusieurs reprises aux foires de Boston32. On voit aussi deux Val Richer à Southampton33.

  • 34 Ibid., E 122 / 5 /  1 et 2 Boston Ed. Io 15-16 et 18 ; E 122 / 93 / 1 Lynn (...)
  • 35 A. Sadourny, « Les marchands normands… », p. 143.

17Ce commerce permet aussi à d’obscurs marchands de s’enrichir et d’accéder plus tard au patriciat. Nous pensons à ceux précédemment cités : les Mustel et les Le Lieur. Jean Mustel fréquente Boston, Lynn et Southampton ; Isabelle Mustel est à Londres34. Robert Le Lieur est cité dans l’acte d’autorisation de sortie en 1271 pour douze sacs seulement ; en 1297 ses marchandises confisquées à Southampton comptaient 350 peaux35.

  • 36 C. de Beaurepaire, De la Vicomté de l’Eau de Rouen, Évreux, Impr. A. Hérissey, 1856, p. (...)

18Les opérations financières, si importantes à la fin du xiie siècle, n’apparaissent plus. À la fin du xiiie siècle et au xive certains patriciens, comme les Mustel, les Du Châtel ou les Val Richer, se mettront peu à peu à prendre des fermes royales (la Vicomté de l’Eau à Rouen) ou urbaines. Ainsi, en 1317, la Vicomté est affermée à Philippe du Val Richer et à un associé pour 2 229 livres et un peu plus tard elle l’est à Robert Du Châtel l’aîné et à des associés36.

La fortune foncière

  • 37 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 86.
  • 38 G. Duby, La Société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, A. Colin, (...)

19Comme nous l’avons écrit dans l’Histoire de Rouen37, l’histoire de la propriété foncière est très complexe car dans la ville existaient plusieurs seigneuries enchevêtrées les unes dans les autres : seigneuries surtout ecclésiastiques (Saint-Ouen dans les quartiers orientaux, le chapitre dans toute la ville et les abbayes normandes) et seigneuries laïques (le roi successeur du duc de Normandie et, de plus en plus, la Commune de Rouen). Mais au xiiie siècle la tenure urbaine est totalement libre. Notre documentation, uniquement fondée sur les sources ecclésiastiques (séries G et H aux Archives départementales et manuscrits de la cathédrale à la Bibliothèque municipale), peut nous induire en erreur, car selon les remarques de G. Duby « la fortune laïque n’apparaît à peu près jamais que lorsqu’elle se perd dans celle de l’Église » ; ainsi « nous sommes condamnés à ne voir la société laïque que par les yeux des clercs »38. Il faudra attendre l’apparition des premiers registres du tabellionage (à partir de 1360-1361) pour avoir une documentation élargie.

  • 39 L’étude des sépultures dans les diverses églises paroissiales en se référant à l’Histoi (...)
  • 40 Archives municipales de Rouen (AMR), Tiroir 417 ; A. Cerné, Les Anciens Hôt (...)

20La localisation des grandes familles dans les diverses paroisses de la ville n’est pas aisée car dans les actes du xiiie siècle la mention de la paroisse est très rare39. Il semble que beaucoup aient habité dans celles de la première enceinte de la ville : Notre-Dame-la-Ronde (des Du Châtel, les Orgueil), Saint-Erblanc (des Naguet, des Orbec, un Val Richer). On les trouve ensuite dans celles près de la Seine et donc du port : Saint-Éloi où se trouve le local de la première ghilde marchande devenu sans doute le premier hôtel de ville40 (les Filleul, des Orbec, Jean du Val Richer, des Pigache) ; Saint-Vincent qui sera la grande paroisse marchande au xve siècle (les Gigan, N. Fessart, Laurent Du Donjon) ; Saint-Étienne-des-Tonneliers (un Val Richer) ou Saint-Martin-du-Pont (ce sera la paroisse des Alorge). Mais aucun ne semble résider dans les quartiers orientaux où se localise l’industrie textile et où donc doivent habiter les valets travaillant dans les divers ateliers.

  • 41 La Ville médiévale, p. 330-331.
  • 42 A. Sadourny, « Les rentes à Rouen au XIIIe siècle », Annales de Normandie, no 2, mars 1971, p. 106.
  • 43 Ibid., p. 103-106.
  • 44 Ibid., p. 106 : le dépouillement du tabellionage de Rouen à partir de 1360 montre une s (...)

21Les biens immobiliers n’apparaissent bien souvent qu’au détour d’un acte et on ne peut se faire une idée de leur importance dans la fortune d’une famille. Il est certain que les patriciens rouennais (comme cela se fait dans toutes les villes41) ont acheté des biens immobiliers ou des rentes pour placer une partie de leurs bénéfices commerciaux. Nous avons l’impression qu’ils ont donné la préférence aux biens-fonds, maisons, diverses sortes de tènements ou des pièces de terre vides sur lesquelles on pouvait faire construire. Ils les baillent ensuite à rente ; cette opération était intéressante puisqu’au revenu annuel s’ajoutait le versement d’une certaine somme (tout au moins dans la première moitié du siècle). De ce fait, la rente constituée n’est pour eux qu’un moyen de placement relativement secondaire42. Il faut noter aussi le nombre restreint de rentes achetées par les laïcs : 79 pour tout le xiiie siècle contre 63 pour le seul chapitre et 58 pour les divers monastères43. Très souvent, ces rentes achetées par les laïcs sont données quelques jours plus tard à une maison religieuse ; on ne peut donc les considérer comme de véritables investissements44.

  • 45 ADSM, 35 H.
  • 46 ADSM, G 4 359.
  • 47 A. Cerné, Les Anciens Hôtels de ville…, p. 26.
  • 48 ADSM, G 4 290, 4 353, 4 368.
  • 49 ADSM, G 4 290.
  • 50 A. Sadourny, « Les rentes à Rouen… », p. 107.

22Prenons quelques exemples de familles. Les Du Châtel semblent surtout posséder des biens-fonds répartis dans le centre de la ville. En mars 1231, Robert achète à Laurent Du Donjon, pour 1 000 livres tournois, un tènement de pierre et de bois appelé « le donjon » avec tours et jardins, un vivier et des « appartenances »45. Cet énorme achat allait servir quelques années plus tard à accueillir les frères mineurs ; ce n’est donc pas un investissement mais la somme considérable montre la fortune de la famille. En 1212, Guy avait acheté un tènement rue Courvoiserie (paroisse Saint-Erblanc) à Silvestre d’Orgueil pour sept livres46 ; progressivement agrandi, il deviendra « le manoir aux Castiaux » acheté en 1352 par la ville pour en faire son nouvel hôtel de ville47. Les autres achats de Robert sont nombreux : un tènement de pierre et de bois pour 80 livres et 8 livres de rente ; un autre près des fossés et un devant l’église Saint-Ouen48. Et Geoffroy, en 1226, possède une maison de pierre et de bois rue Saint-Romain49. Mais ils achètent peu de rentes ; nous n’avons trouvé qu’une seule mention : un achat par Robert de 13 livres 7 sous tournois pour 152 livres50.

  • 51 Ibid.
  • 52 AMR, registre T3, fo 122.
  • 53 Ibid., fo 246.

23Les Val Richer possèdent des maisons situées dans des paroisses proches de la Seine (Saint-Vincent, Saint-Éloi, Saint-Pierre-du-Châtel, Saint-Cande-le-Jeune51) et aussi à Saint-Godard. Ils ont peu de rentes que nous voyons surtout par des dons ou des ventes au chapitre. En fait la fortune de la famille est surtout fondée sur la possession de moulins. Richard Ier avait donné à Geoffroy un moulin situé à Martainville52 ; au cours du xiiie siècle elle continue à investir : en 1232, Jean et son frère Geoffroy achètent à un chevalier le moulin de la Bretesque pour 20 livres « monnoie courante à Rouen et 100 livres »53. En 1282, ils vendent au maire pour 200 livres les deux moulins avec un autre situé à Déville (le moulin Chambellan).

  • 54 ADSM, G 6 439. S. Bahri, Les Filleul. Histoire d’une famille rouennaise aux XIIIe, XIVe(...)
  • 55 A. Sadourny, « Les rentes à Rouen… », p. 101.
  • 56 ADSM, 27 H, liasse 6.
  • 57 ADSM, 14 H 18, actes 645, 665, 693, 708 et 714.
  • 58 ADSM, 55 H, fo 212 vo.

24Un dernier exemple sera pris dans une famille de la génération suivante, celle des Filleul. En 1316, Raoul, de Saint-Éloi, qui avait été maire en 1309, fait son testament : il choisit comme lieu de sépulture l’abbaye de Sainte-Catherine et laisse 1000 livres tournois à sa famille ; il donne « pour le repos de son âme » 822 livres tournois54. Donner 1 822 livres suppose une fortune considérable ; si nous admettons que le rapport d’une rente est d’environ 10 %, le capital serait de 20 000 livres55. Les investissements à la campagne, si importants à partir du xive siècle, apparaissent timidement et ils sont encore le fait des grandes familles. Ils sont tous effectués dans les proches environs de Rouen : Darnétal pour les Pigache avec l’achat d’un moulin56 en 1222 ; Malaunay pour Thibaut Du Châtel entre 1269 et 127957 ; Boos pour Mathieu du Val Richer (il donne 400 livres tournois pour 20 acres de terre)58. C’est le début de l’implantation de cette famille dans cette zone au nord-est de Rouen.

Une puissance politique de plus en plus contestée

Les signes de la puissance

  • 59 N. Leroux, Une famille bourgeoise rouennaise…, p. 39-40.

25Tout d’abord, notons que les signes extérieurs de cette puissance sont peu visibles à Rouen, probablement là encore faute de renseignements. Nous ne savons rien sur leurs maisons (si ce n’est au mieux qu’elles sont « de pierre et de bois »), ni sur leur train de vie. Certains possèdent des armoiries dès le xiiie siècle. Les Du Châtel portent sur leur premier blason, décrit dans le chartrier de la ville de Rouen, « d’orange à la filière d’azur semé de trois gargouilles gueules crachant des tours d’or » ; leur second sera « d’or à la filière d’azur semé de tours de gueule »59. Vincent Filleul, fils de Durand, décédé en 1307 et inhumé à la Sainte-Trinité de Rouen, « portait d’argent une bande de gueule chargée de trois coquilles d’or ».

  • 60 ADSM, 35 H, et C. de Beaurepaire, Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine- (...)

26L’appartenance au chapitre cathédral est une preuve de l’arrivée au sommet de la hiérarchie sociale, dans la mesure où les chapitres recrutent dans une élite. Mais à Rouen, les relations entre le chapitre et la commune sont exécrables pendant toute la période médiévale. Dans une documentation, pauvre il est vrai pour le xiiie siècle, nous n’avons relevé que deux exemples de chanoines issus de l’aristocratie urbaine : un Groignet et un Val Richer. On peut prendre en compte aussi les dons aux établissements religieux, surtout s’ils sont ostentatoires. C’est le cas, en 1248, du don des Du Châtel aux frères mineurs de ce donjon acheté quelques années plus tôt ; participent au don plusieurs grandes familles, les Val Richer, les Gigan…60.

La puissance politique

  • 61 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 62 et A. Giry, Les Établissements de Rouen. Ét (...)
  • 62 Ce texte qui connut plusieurs copies et dont l’original est perdu pose de nombreux prob (...)
  • 63 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 63.
  • 64 Ce sera la règle à partir du dernier mandat de J. Luce en 1217 ; mais au XIVe siècle il (...)

27Elle reposait depuis le milieu du xiie siècle sur les Établissements de Rouen. Ceux-ci réservaient la direction de la ville à une élite connue sous le nom des Cent Pairs et donnaient au maire des pouvoirs considérables61. Le texte est muet sur le mode de désignation ou de recrutement des Cent ; il semble qu’ils existaient au moment de la rédaction du texte62. Il est permis de penser que les pairs ont été choisis (mais comment ?) parmi les membres de la ghilda mercatorum citée dans une charte d’Henri Plantagenêt au milieu du xiie siècle. Les membres de cette ghilde étaient donc les grands marchands représentant, sans aucun doute, la première élite urbaine au sein de laquelle ont été recrutés les maires. Le maire était choisi par le duc sur une liste de trois noms présentés par les Cent Pairs. Il était assisté par les Cent ainsi que par douze conseillers et par douze échevins63. Philippe Auguste, après 1204, conserva ce système en faisant peu à peu du mandat du maire un mandat annuel64. Les grandes familles conservaient intacte la possibilité de garder entre leurs mains le gouvernement de la cité sans se quereller ; en effet, à la différence de ce qui se passe dans bon nombre de villes du royaume, voire d’Occident, il n’y a à Rouen aucune trace de conflit même mineur au sein de la classe dirigeante.

  • 65 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, t. I, p. 293.
  • 66 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 93 et É. Le Parquier, L’Organisation municipal (...)
  • 67 É. Le Parquier, L’Organisation municipale de Rouen…, p. 23.

28Au cours du siècle, il semble que le nombre de familles participant au gouvernement de la ville ait diminué ; les listes de pairs connues à la fin du xiiie siècle ne comprennent qu’un nombre réduit de personnes. Un bon exemple se trouve dans le monitoire du chapitre, en 1291, contre le maire et les dirigeants de la Commune (à propos de conflits de juridiction sur des rues proches de la cathédrale). Le doyen excommunie le maire, Jean Naguet, et vingt-deux personnes qualifiées de Pairs : parmi elles deux Naguet, deux Du Châtel, un Val Richer, un Filleul et un Le Lieur ; figurent aussi cinq futurs maires de la ville : V. Michel, J. Le Loquetier, G. Des Essarts, G. De Saint-Léonard et J. Du Change65. De toute évidence, les pairs cités représentent ceux qui gouvernent la ville cette année-là et ils sont peu nombreux. Il semble que conseillers et échevins aient disparu, le monitoire paraissant identifier les pairs avec les échevins (major Rothomagi non sine assensu parium sive scabinorum dictae civitatis)66. Lorsque l’ordonnance de 1320 arrête le nombre de pairs à trente-six il n’est pas dit que ce soit un fait nouveau (« selon ce qu’il a éste accoustumé anciennement », dit-elle). En recensant les listes de responsables on s’aperçoit que les plus nombreuses comportent entre vingt-cinq et vingt-sept noms ; beaucoup d’autres quinze, douze, voire huit ou neuf et parmi les noms cités la moitié ont été ou seront maires67.

  • 68 Ces chiffres sont fondés sur le pouillé dit d’Eudes Rigaud qui dénombre 7 639 paroissie (...)

29Il faut bien se rendre compte que le poids de ces familles dans la population rouennaise diminuait régulièrement : une trentaine au grand maximum alors que la population totale pouvait être comprise entre 30 000 et 40 000 personnes68. Certes le patriciat n’est pas fermé car nous avons vu l’émergence de familles nouvelles mais il y avait probablement des gens dans le Commun qui s’étaient enrichis et qui étaient exclus du pouvoir. C’est sur eux que reposaient toutes les charges. Cette situation devenait intolérable d’autant plus que les abus commis par les familles étaient criants.

Les abus commis par la classe dirigeante et la contestation

  • 69 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 93.
  • 70 Il a été publié en 1852 par L. Delisle dans le Cartulaire normand de Philippe Auguste, (...)

30C’est surtout la gestion des finances qui posait le plus de problèmes. La crise est visible dès le milieu du siècle et elle n’est pas propre à Rouen car, en 1256, Saint Louis oblige les maires à rendre des comptes annuels. Jusqu’alors, ceux-ci étaient présentés à la dérobée entre parents sans que le Commun, qui supportait les charges de plus en plus lourdes, puisse connaître le moindre chiffre. Les maires voyageant avec un luxe inouï aux frais de la ville, le roi limite leurs dépenses somptuaires69. Ces exigences n’étaient pas inutiles car les finances de la ville étaient dans un triste état. Le compte de Rouen, présenté par le maire Guillaume de Gisors en 1260, le montre parfaitement70.

  • 71 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, p. 172 et A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 94.
  • 72 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, p. 196.

31La contestation apparaît au début des années 1280. En mai 1278, le roi Philippe le Hardi avait accordé au maire le droit de police dans toute la ville ; la surveillance exercée par le premier magistrat et ses sergents avait excité des haines violentes ; ainsi, au début de 1281, une insurrection éclata. Selon la chronique de l’Église de Rouen, le maire aurait été tué par la plèbe ; selon Farin, il aurait été jeté dans la Seine avec sa mule ; ce mouvement de colère a eu lieu lors du rassemblement provoqué par la foire de la Chandeleur et il est très nettement dirigé contre l’aristocratie urbaine71. Les émeutes viseront ensuite surtout les receveurs fiscaux envoyés par le roi. Philippe IV en profita pour abolir la Commune et supprimer les privilèges des Rouennais sur la basse Seine. En 1294 il rend la Commune moyennant 12 000 livres parisis ; l’accord avait été conclu avec les pairs sans l’assentiment du Commun qui devait payer. Celui-ci refusa et porta l’affaire devant le roi en faisant aussi remarquer que la répartition avait grevé les pauvres et épargné les riches. Philippe abolit l’assise en déclarant vouloir la faire lever par ses propres commissaires72.

  • 73 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 96-97.

32Après quelques années de calme apparent, les troubles recommencèrent avec cette fois en plus des heurts entre métiers. Les griefs du Commun contre le patriciat sont connus par les attendus de l’ordonnance promulguée par le roi : comptes rendus financiers devant quelques pairs parents du maire, distribution de pensions aux parents et aux amis sans utilité pour la Commune, voyages somptuaires contrevenant aux ordonnances de Saint Louis, administration sans contrôle des biens des orphelins. Après une longue enquête menée par les commissaires du roi, d’août à novembre 1320, au cours de laquelle furent entendus trente-six membres choisis par le Commun puis d’autres, « les plus sages et les plus pourvus, pers et autres », les décisions furent prises. Les coupables étaient trop puissants pour être punis ; les commissaires déclarèrent « vouloir jeter un voile sur le passé » et imposer « un silence perpétuel sur les comptes ». Les puissants n’étaient donc pas condamnés mais le roi, pour tenir compte de la situation politique de Rouen, donna à la cité une nouvelle constitution. Celle-ci ouvrait les organes du gouvernement aux « moyens »73.

Conclusion

33Était-ce la fin de la toute-puissance des grandes familles dont nous avons vu le rôle au xiiie siècle ? En fait seulement de manière très artificielle et apparente. En effet, « pour ôter matiere ou occasion de rancune ou discorde », les anciens pairs furent laissés en place jusqu’à leur mort. Comme la fonction de maire devenait moins attrayante, on prévoyait une amende de 50 livres pour tout pair qui refuserait la mairie. Quand on regarde la liste des maires, on trouve encore quatre fois les Du Châtel, cinq fois les Filleul, une seule fois les Orbec, Naguet et Val Richer. Mais les Mustel ou les Alorge le seront trois fois. Les vieilles familles ne laissent que peu à peu le pouvoir aux nouvelles et beaucoup d’entre elles conservent la place prépondérante qu’elles avaient eue pendant les siècles précédents.

Notes

1 Je me fonde sur la liste des maires donnée à la fin de l’Histoire de Rouen, M. Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 427-429 ; La Ville médiévale, A. Chédeville, J. Le Goff, J. Rossiaud (dir.), in Histoire de la France urbaine, G. Duby (dir.), t. II, Paris, Seuil, 1980, p. 329 ; A. Sadourny, « L’époque communale (1204-début du XIVe siècle) », in Histoire de Rouen, p. 84.

2 La Ville médiévale, p. 329.

3 Le maire en fonction était alors Robert. Mathieu le Gros l’avait été en 1195, 1198, 1199 et 1200. Nicolas de Dieppe qui succédera probablement immédiatement après la reddition de Rouen sera maire en 1207. Raoul Grognet l’avait été en 1201 et 1203. Un Robert du Châtel avait été maire en 1181 : est-ce le même ou son fils ? On ne le sait. Jean Luce le sera sept fois entre 1210 et 1217. Le Jean Fessart qui signe en 1204 est-il celui qui sera maire en 1221 ? Là aussi il y a une incertitude.

4 La Ville médiévale, p. 332.

5 S. Deck, « Les marchands de Rouen sous les ducs », Annales de Normandie, t. VI, 1956, p. 248.

6 L. Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ier siècle-1204) », in Histoire de Rouen, p. 59-60.

7 Ce sont notamment les chartes accordées par Henri Plantagenêt vers 1150, Richard Cœur de Lion en 1189 et Jean sans Terre en 1200, in Recueil des actes d’Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces françaises et les affaires de France, É. Berger et L. Delisle (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1909-1920, t. I, p. 18, no XIV ; t. II, p. 89-90, no DXXVI ; A. Chéruel, Histoire de Rouen pendant la période communale, Rouen, N. Périaux, 1843-1844, p. 249-253.

8 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 70 ; Id., « Les marchands normands en Angleterre au lendemain de 1204 », Cahiers d’études médiévales, 1979, p. 133.

9 Ils représentent vraisemblablement les pairs de la ville (cf. infra).

10 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 4 279.

11 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, T. Stapleton (éd.), Londres, Société des antiquaires de Londres, 1840-1844, t. II, p. 305.

12 S. Deck, « Les marchands de Rouen… », p. 249.

13 Archives nationales, S 5 198, no 65 et S. Deck, « Les marchands de Rouen… », p. 249.

14 A. Sadourny, « Une famille rouennaise à la fin de la période ducale : les Du Donjon », in La Ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges Jean-Pierre Leguay, P. Lardin et J.-L. Roch (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 183-188.

15 Ibid., p. 186.

16 Ibid., p. 185-186.

17 Nicolas et Jean sont cités dans les comptes de 1198 ; cf. Magni Rotuli Scaccarii Normanniae…, t. II, p. 342.

18 Il n’y en a plus de traces dans la documentation de la fin du XIIIe et de la première moitié du XIVe siècle.

19 Enguerrand en 1235 ; Durand en 1267 et 1280 (c’est probablement le même) ; Jean en 1291 ; Raoul en 1308 ; Jean en 1331…

20 Les seules indications que l’on possède concernent des ventes des draps de Rouen sur des places étrangères ou aux foires de Champagne ; l’organisation interne nous échappe totalement pour le XIIIe siècle.

21 Nicolas est maire en 1269 et en 1279 ; Thomas l’est en 1285, puis avec son frère Jean.

22 Après Jean en 1282, il y aura Nicolas en 1300 et 1307. La famille Le Lieur est surtout célèbre dans la seconde moitié du XIVe siècle, au XVe et au XVIe siècle ; c’est un des rares exemples d’une aussi grande longévité.

23 Elle avait affermé la vicomté de Rouen puis celle de Southampton, puis à nouveau celle de Rouen qu’elle avait laissée avec 2 214 livres de dettes. Cf. S. Deck, « Les marchands de Rouen… », p. 250.

24 Deux mémoires de maîtrise ont étudié sous ma direction ces deux familles : N. Leroux, Une famille bourgeoise rouennaise : les Du Châtel du XIIe au XVe siècle, Université de Rouen, 1998-1999 (dactyl.) ; E. Cadiou, Une grande famille rouennaise du XIIe au XVe siècle : Les Val Richer, Université de Rouen, 2001-2002 (dactyl.).

25 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae…, t. II, p. 303 ; F. M. Powicke, The Loss of Normandy (1189-1204), Manchester, Manchester University Press, 1913, p. 69-70.

26 Bibliothèque municipale de Rouen, Archives municipales, Registre T3, fo 22.

27 M. Mollat, « Une expansion différée par la guerre (1382-1479) », in Histoire de Rouen, p. 141.

28 A. Sadourny, « Les marchands normands… », p. 137-138.

29 Public Record Office, Londres : Liberate Rolls, Henri III, t. II, p. 302 et 361, et t. IV, p. 92. Par exemple Nicaise vend en 1237 quinze tonneaux de vin de France, un d’Auxerre et vingt-et-un d’Anjou.

30 A. Sadourny, « Les marchands normands… », p. 142.

31 Ibid. : en 1270, sur une sortie autorisée pour les Rouennais de 1 400 sacs (4,3 % du total des sorties), la part des Orbec représente 35 % ; deux ans plus tôt elle représentait 20 %.

32 Public Record Office, Londres : E 122 / 5 / 1 Boston 18 Edouard Io 15-16 ; et E 122 / 5 / 2 Ed. Io 18. Il achète en quelques jours 1 431 peaux.

33 Ibid., 122 / 136 / 26 Southampton Edouard II 8. 806 peaux sont achetées par Vincent et Mathieu.

34 Ibid., E 122 / 5 /  1 et 2 Boston Ed. Io 15-16 et 18 ; E 122 / 93 / 1 Lynn Ed. Io 15 ; E 122 / 68 / 9 Londres, Ed. Io 25-26.

35 A. Sadourny, « Les marchands normands… », p. 143.

36 C. de Beaurepaire, De la Vicomté de l’Eau de Rouen, Évreux, Impr. A. Hérissey, 1856, p. 448 et 461.

37 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 86.

38 G. Duby, La Société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, A. Colin, 1953, p. XIX.

39 L’étude des sépultures dans les diverses églises paroissiales en se référant à l’Histoire de la ville de Rouen de François Farin peut parfois nous aider.

40 Archives municipales de Rouen (AMR), Tiroir 417 ; A. Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, Rouen, Lestringant, 1934, p. 26.

41 La Ville médiévale, p. 330-331.

42 A. Sadourny, « Les rentes à Rouen au XIIIe siècle », Annales de Normandie, no 2, mars 1971, p. 106.

43 Ibid., p. 103-106.

44 Ibid., p. 106 : le dépouillement du tabellionage de Rouen à partir de 1360 montre une situation totalement différente.

45 ADSM, 35 H.

46 ADSM, G 4 359.

47 A. Cerné, Les Anciens Hôtels de ville…, p. 26.

48 ADSM, G 4 290, 4 353, 4 368.

49 ADSM, G 4 290.

50 A. Sadourny, « Les rentes à Rouen… », p. 107.

51 Ibid.

52 AMR, registre T3, fo 122.

53 Ibid., fo 246.

54 ADSM, G 6 439. S. Bahri, Les Filleul. Histoire d’une famille rouennaise aux XIIIe, XIVe et XVe siècles, mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 2000-2001 (dactyl.), p. 68-73.

55 A. Sadourny, « Les rentes à Rouen… », p. 101.

56 ADSM, 27 H, liasse 6.

57 ADSM, 14 H 18, actes 645, 665, 693, 708 et 714.

58 ADSM, 55 H, fo 212 vo.

59 N. Leroux, Une famille bourgeoise rouennaise…, p. 39-40.

60 ADSM, 35 H, et C. de Beaurepaire, Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. XII, 1902, p. 460-470.

61 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 62 et A. Giry, Les Établissements de Rouen. Études sur l’histoire des institutions municipales de Rouen, Falaise, Pont-Audemer, Verneuil, La Rochelle, Saintes, Oléron, Bayonne, Tours, Niort, Cognac, Saint-Jean d’Angély, Angoulême, Poitiers, etc., Paris, F. Vieweg, 1883-1885, 2 vol.

62 Ce texte qui connut plusieurs copies et dont l’original est perdu pose de nombreux problèmes. Il semble qu’il s’agisse d’un document élaboré par la municipalité de Rouen dans lequel étaient rédigées des coutumes urbaines reconnues par Henri II. On admet généralement comme date de rédaction la décennie 1160-1170. Il est à peu près certain aussi que les vingt-neuf premiers articles représentent le texte en usage avant 1204 ; les derniers ont dû être compilés peu après la conquête de Philippe Auguste.

63 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 63.

64 Ce sera la règle à partir du dernier mandat de J. Luce en 1217 ; mais au XIVe siècle il y aura de nombreuses entorses à cette pratique.

65 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, t. I, p. 293.

66 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 93 et É. Le Parquier, L’Organisation municipale de Rouen depuis le XIIe siècle jusqu’en 1449, Rouen, Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Rouen, 1932, p. 20.

67 É. Le Parquier, L’Organisation municipale de Rouen…, p. 23.

68 Ces chiffres sont fondés sur le pouillé dit d’Eudes Rigaud qui dénombre 7 639 paroissiens en 31 paroisses ; en tenant compte des lacunes et des exclus on peut compter entre 9 000 et 10 000 foyers.

69 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 93.

70 Il a été publié en 1852 par L. Delisle dans le Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi dans le tome XVI des Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie.

71 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, p. 172 et A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 94.

72 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, p. 196.

73 A. Sadourny, « L’époque communale… », p. 96-97.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540