Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

La société urbaine dans les villes normandes

L’organisation sociale de la draperie rouennaise aux xive et xve siècles

Jean-Louis Roch

Texte intégral

1De la draperie normande, cette « grande industrie » de la fin du Moyen Âge, on connaît mieux la diffusion des produits sur les marchés extérieurs que son organisation sociale interne. Il existe pourtant en ce qui concerne Rouen une source incontournable, le tabellionage, l’équivalent du notariat des siècles ultérieurs ; son étude devrait permettre d’entrevoir les rapports entre marchands de laine, marchands de draps, drapiers, laineurs, teinturiers et petits artisans, de mieux cerner le financement des entreprises et peut-être d’éclairer le fonctionnement du système : sous-traitance, putting-out (Verlag), ou prédominance de petites entreprises autonomes, small commodity production.

  • 1 Sur les rentes constituées, voir A. Sadourny, « Les rentes à Rouen au XIIIe siècle », Annal (...)
  • 2 Les penteurs se trouvent dans les jardins et sont aussi groupés en série (« clos des penteu (...)

2Les registres du tabellionage rouennais, conservés à partir de 1360, contiennent jusqu’à l’occupation anglaise des ventes de draps, des ventes de laines, des contrats d’apprentissage ; mais les « meubles » disparaissent ensuite, et les tabellions n’enregistrent plus que les rentes, l’immeuble et les affaires d’héritage ; il n’y a de registres « meubles » qu’à partir de 1522. Les rentes constituées1, avec possibilité de « raquit », de rachat, sont un instrument très souple, qui assure en particulier le financement des entreprises : le vendeur est le débiteur, le débit-rentier, qui ayant reçu une somme d’argent doit payer régulièrement une rente à l’acheteur aux termes prévus. Ces rentes sont parfois gagées sur des maisons ; elles circulent aussi de mains en mains. Le tabellionage laisse aussi entrevoir quelques installations, quelques ateliers, des fouleries, des ateliers de teinture, des installations de tendage, pour sécher et tendre les draps après foulage, ce que l’on appelle ici les « penteurs » ; ces penteurs, tout le monde en possède, en trafique, achète des moitiés de « siège » de penteur, ou assoit des rentes dessus2. Dans le tabellionage, la mention de la profession ne devient fréquente qu’au cours du xve siècle, mais auparavant sont souvent mentionnées les paroisses. Les paroisses drapantes, celles où vivent et travaillent les artisans, sont celles de l’est de la ville, Saint-Nicaise, Saint-Vivien, Saint-Maclou. Les foulons et les teinturiers se trouvent près du ruisseau du Robec (Saint-Ouen, Saint-Vivien) ou de l’Aubette. Les marchands de draps habitent davantage dans les paroisses du centre de la ville, Saint-Étienne-de-la-Grande-Église, Saint-Cande-le-Vieil, Saint-Pierre-du-Châtel. Nous concentrerons notre attention sur deux moments de cette « industrie » : d’une part la fin du xive siècle et le début du xve siècle, peut-être la grande époque du drap de Rouen ; d’autre part le dernier tiers du xve siècle et le début du xvie siècle, qui voient une certaine réorganisation de cette industrie et l’essor des draperies voisines, et concurrentes, à Darnétal ou Elbeuf.

La fin du xive siècle et le début du xve siècle

  • 3 Archives municipales de Rouen (AMR), S 3, fo 62 vo-63. « Laner », lainer, c’est tirer le (...)

3Pour la fin du xive et le début du xve siècle, le tabellionage ne mentionnant qu’exceptionnellement la profession, il faut croiser ses données avec les rares listes des membres de la profession qui subsistent ; ainsi l’assemblée de la draperie, en avril 1394, lors de la promulgation des statuts : 36 tisserands et 93 « laneurs »3. Le tabellionage enregistre les ventes de laines et de draps et les dettes contractées auprès des teinturiers ; les ventes de draps concernent surtout des « détailleurs » ; la laine et la teinture nous éclaireront davantage sur le fonctionnement du système. Quatre groupes nous retiendront : ceux qui vendent la laine ; ceux qui vont à Saint-Denis ; les teinturiers ; les « laneurs ».

Ceux qui vendent la laine

4Le tabellionage enregistre des reconnaissances de dettes, payables souvent à moins de six mois. Quelques grands marchands, qui ne semblent pas être aussi des drapiers, y interviennent, en particulier à l’occasion de ventes « groupées », où la laine est vendue en « poids », c’est-à-dire en lot de 25 livres, valant 5 à 7 livres tournois ; il en faut deux ou un peu moins de deux pour faire un drap de Rouen. Six personnages se détachent du lot.

  • 4 ADSM, 2E1 / 154, fo 91, 117 et 182. Ordonnances des rois de France de la troisième race(...)

5Messire Jehan Braque l’aîné, chevalier, vend le 26 juillet 1391 24 poids de laine, 5 £ le poids, à cinq Rouennais, qui en prennent de 2 à 10 poids. Le 13 novembre, il vend 3 poids à Simon Adam, qui est peut-être le Simon Adam de la draperie « foraine », présent lors de la promulgation de l’ordonnance d’octobre 1381. Le 11 juillet 1392, Braque vend 21 poids à six Rouennais, 3 ou 4 poids chacun. Les mêmes noms reviennent d’une année sur l’autre4.

  • 5 ADSM, 2E1 / 154, fo 165 vo / 166 vo, 174 vo, 206, 208. Gillet Vinet possède aussi des p (...)

6Gillet Vinet vend en mai 1392 pour plus de 136 £ de laine à quatre Rouennais, dont Jehan Le Brumen, de Saint-Maclou, qui est sans doute un des laneurs de la liste de 1394. Le 11 juin, le 4 et le 12 novembre de la même année, Vinet vend à trois Rouennais de 9 à 10 £ de laine à chaque fois, de quoi faire un drap5.

  • 6 ADSM, 2E1 / 155, fo 50, 6 octobre 1394.
  • 7 AMR, A 5, fo 180 vo, 1409. Voir J.-L. Roch, « De la nature du drapier médiéval. L’exemp (...)

7Robert Sachin et Guillaume Delamare, associés, vendent en octobre 1394 20 poids de laine pour 110 £ à sept Rouennais, dont quatre de Saint-Maclou ; l’un d’eux est (sans doute) un des laneurs de la liste de 1394, Lerot Lambert6. Sachin et Delamare sont convoqués le 4 février 1409, avec des chaussetiers, des « détailleurs » (drapiers détailleurs), des courtiers en draps et des marchands, lors d’un conflit entre tisserands et drapiers. Parmi les marchands convoqués, deux autres vendent aussi de la laine : Jourdain Piedehuche et Guillaume Roque ; ce dernier vend en mai 1396 pour 30 £ de laine à un habitant de Louviers, Guillaume Quesnel7.

  • 8 ADSM, 2E1 / 162, fo 111, 18 janvier 1408. Cuir à poil, 2E1 / 155, fo 154 bis, 21 mai 13 (...)

8Jourdain Piedehuche, c’est aussi un marchand de vin, de sel et de cuirs. En janvier 1408, il vend 28 poids de laine pour 193 £ à sept Rouennais de Saint-Vivien et de Saint-Maclou ; l’un d’eux, Jean Purée, est qualifié de « drapier » en 1406, lorsqu’il prend en bail un siège de penteur, appartenant à la ville, à Martainville8.

  • 9 ADSM, 2E1 / 156, fo 135, 13 février 1397. Voir fo 53, 25 juillet 1396.
  • 10 BnF, ms. fr. 26 033, no 3 581.
  • 11 Le 10 avril 1397, ADSM, 2E1 / 156, fo 163.

9Étienne de Baudribosc vend le 13 février 1397 29 poids de laine à huit Rouennais, sept de Saint-Nicaise et un de Saint-Godard ; quatre d’entre eux ne prennent que deux poids, de quoi faire un drap. Guillaume Le Coq en prend 10 poids ; c’est peut-être le même qui est convoqué en février 1409 et était un des « tisserands » de la liste d’avril 1394. Deux autres étaient des laneurs de cette liste de 1394 : Rogier Ango et Ricard Vatterée ; ce dernier possède un penteur à Saint-Nicaise9. Colin Dutil prend 3 poids ; il est « foulon et lenneur de Saint Nigaise de Rouen » dans une liste d’amendes de 140410. Deux mois plus tard, le même Baudribosc vend 6 poids à Robert de La Rue de Saint-Maclou11 ; il y a un Robert de La Rue parmi les laneurs de 1394. Sans négliger la possibilité d’avoir affaire à quelques homonymes, on peut remarquer que ce sont en particulier les laneurs qui achètent la laine.

  • 12 ADSM, 2E1 / 160, 9 février 1406. À Paris, en septembre 1398 : AN, Z1A / 1 fo 163.
  • 13 ADSM, 2E1 / 154, fo 204 vo, octobre 1392 ; 2E1 / 155, fo 25, juillet 1395. Isneauville, (...)
  • 14 ADSM, 2E1 / 154, fo 206 vo, 6 novembre 1392 ; 2E1 / 155, fo 58, 31 octobre 1394.
  • 15 ADSM, 2E1 / 155, fo 252, 22 février 1396 ; Échiquier, 1B 9, fo 27. La Fonta (...)
  • 16 ADSM, 2E1 / 156, fo 41, 26 juin 1396 ; 2E1 / 156, fo 65, 12 septembre 1396.
  • 17 ADSM, 2E1 / 161, fo 116, 10 novembre 1406.

10La situation des cousins Henri et Guillaume Ango est un peu différente. En février 1406, Henri vend pour 19 £ 13 s. de laine à deux Rouennais de Saint-Godard, dont Roger Roussel ; celui-ci est à Paris en 1398, pour vendre des draps, avec Guerout Benoist, qui est un des laneurs de la liste de 139412. Les cousins Ango vendent de la laine, mais ils vont aussi la chercher dans le plat pays ; ils ont des bêtes à laine baillées à métairie, à Isneauville et à Saint-Georges-sur-Fontaine-le-Bourg13. La laine de métairie est une des sources d’approvisionnement de la draperie rouennaise ; les baux à cheptel sont de 3 ou 5 ans, et le bailleur a la moitié des laines et des agneaux. Les cousins Ango sont par ailleurs d’infatigables prêteurs et acheteurs de rentes et ceux qui leur vendent les rentes sont en particulier de la draperie : Guillaume Le Prevost, de la paroisse Saint-Laurent, pour 40 £ en novembre 1392, est sans doute un des laneurs de 1394 ; Regnault Guerout de Saint-Vivien, pour 10 £ en octobre 1394, que nous retrouverons à la foire de Saint-Denis14 ; Massiot Le Boucher de Saint-Pol, « drapier » de La Fontaine-Jacob, pour 5 £ en février 139615 ; Denis Delettre de Saint-Vivien, pour 22 £ en juin 1396, est un des laneurs de 1394 et il fait teindre par le teinturier Ricart Adam pour 27 £ en septembre 139616. On voit que les cousins Ango s’intéressent à la draperie et n’hésitent pas à la financer. Mais il y a plus : en 1406 Guillaume Ango achète la moitié d’une maison dans la paroisse Saint-Vivien, au bord du Robec, où il y a une foulerie et « tous les estoremens d’icelle foullerie », tout le matériel de cette foulerie17. Les cousins Ango sont des marchands d’argent plus spécialisés dans la draperie.

Ceux qui vont vendre des draps à Saint-Denis et à la foire du Lendit

  • 18 AN, K 930 no 11 ; J.-L. Roch, « De la nature du drapier médiéval… », p. 21.

11À Saint-Denis, en 1383, lors d’une enquête sur la teinture utilisant la racine de noyer, neuf Rouennais sont présents, parmi d’autres drapiers et marchands de draps18. Sept se disent « foulons » ; nous retiendrons trois noms.

  • 19 H. Dubois, « Drapiers normands aux foires de Bourgogne à la fin du Moyen Âg (...)
  • 20 AMR, A 1, fo 33 vo. Sur cette affaire, voir J.-L. Roch, « Entre draperie rurale… », p.  (...)
  • 21 ADSM, 2E1 / 153, fo 49, 4 mai 1381. Voir aussi 2E1 / 156, fo 32 vo et 90 vo.
  • 22 P. Cailleux, « Élites urbaines et financement public : les prêts des Rouennais au roi C (...)

12Ricart de Jumièges, « marchant et drappier de l’aage de 57 ans ou environ », à Saint-Denis en 1383. Il était aux foires de Châlons-sur-Saône en 137919. Il est convoqué en 1389, lors de l’affaire Pierre Dufresne, en tant que « boujonneur », garde juré du métier de la draperie20. Il possède des maisons à Saint-Vivien et Saint-Nicaise et des terres à Fresne-le-Plan et Lettegrives à l’est de Rouen et à Épreville dans le Roumois. Demeurant à Saint-Nicaise, il achète une rente en mai 1381 pour 100 £ à Raoul Le Pesqueur, de la même paroisse, qui est un des laneurs de 139421. Comme l’a montré Philippe Cailleux, Ricart est un des plus riches marchands rouennais, mis à contribution lors des emprunts de 1370 et 1372. Il possède une foulerie « nommée Espagne », dans la paroisse Saint-Vivien, qu’il donne en location en septembre 1363 pour quatre ans ; et il possède une maison dans la paroisse Saint-Ouen avec « une caudiere, un cauderon et troiz cuves a tainturier », qu’il donne en location en juillet 1370 pour neuf ans22. Nous sommes ici devant un grand marchand drapier, qui ne se contente pas d’aller vendre aux foires, mais possède aussi un atelier de teinture et une foulerie qu’il loue à des artisans, et ceux-ci doivent au moins en partie travailler pour lui.

  • 23 ADSM, 2E1 / 156, fo 164 vo, 13 avril 1397 ; Échiquier, 1B 6, fo 131 vo, 1B 8, fo 86, 1B (...)

13Regnaut Guerout, « foulon de l’aage de quarante cinq ans ou environ », à Saint-Denis en 1383. De la paroisse Saint-Vivien, il vend une rente aux cousins Ango en 1394. Il est convoqué lors de l’affaire Pierre Dufresne, en tant que boujonneur, en 1389, et il intervient à l’Échiquier en 1390 et 1391 avec quatre autres « drapiers » contre un jugement du bailli23.

  • 24 ADSM, 2E1 / 153, fo 31, 16 février 1381. Montville, canton de Clères, 15 km au nord de (...)
  • 25 ADSM, 2E1 / 154, fo 182 vo, 13 juillet 1392 ; 2E1 / 155, fo 16, 9 juin 1394 ; 2E1 / 155, fo 110, 13 (...)

14Jehan Le Roy, « foulon de l’aage de 30 ans ou environ », à Saint-Denis en 1383. De la paroisse Saint-Nicaise, il a pris en février 1381 pour trois ans un apprenti, appelé ici « varlet », de Montville, pour apprendre les « mestiers de laner, fouler et tondre draps », et lui faire « avoir la franchise d’yceulx mestiers »24. En juillet 1392, il est créditeur de 16 £ pour vente de laine. En juillet 1394 il achète une maison avec un « penteur » dans la paroisse Saint-Vivien. En février 1395, il prend la ferme du sceau des draps forains à Rouen pour trois ans, pour 50 £25.

  • 26 ADSM, 2E1 / 155, fo 144, 28 avril 1395 ; 2E1 / 154, fo 207 vo, 11 novembre 1392 ; 2E1 / 155, fo 123 (...)
  • 27 Ordonnances des rois de France…, t. VI, p. 661. ADSM, 2E1 / 156, fo 47, 10 (...)

15Ajoutons à ces trois Rouennais présents à Saint-Denis Guillaume Le Sesne, de Saint-Maclou, qui, en avril 1395, passe une procuration avec deux autres « drappiers » rouennais pour réserver des places au prochain Lendit. En novembre 1392, il a acheté un siège de penteur dans la paroisse Saint-Ouen. Il est le principal preneur de la ferme de la terre à fouler les draps en mars 1395, 77 £ pour trois ans. En janvier 1397, il prend pour 4 £ de rente, par un bail à rente, de la veuve de Guillaume Saffrey, « une maison, la foullerie, la court, la caudiere et les vesseaux », près du Robec dans la paroisse Saint-Vivien26. Ce Guillaume Saffrey faisait partie des 56 de la draperie foraine, convoqués lors de la promulgation de l’ordonnance du 29 octobre 1381. Après son décès, en 1396, ses deux fils Guillaume et Colin se partagent la maison du défunt, à Saint-Vivien, Guillaume prenant le penteur de devant et Colin celui de derrière27.

16Avec Ricart de Jumièges, Regnaut Guerout, Jehan Le Roy, Guillaume Le Sesne, nous avons affaire à quelques-uns des membres les plus représentatifs de la grande draperie rouennaise, marchands et drapiers, qui drapent, possèdent des penteurs, des fouleries, vont vendre aux foires à Saint-Denis et n’hésitent pas à prendre à ferme les taxes sur la draperie. Ce sont des marchands, mais aussi, au moins pour Le Roy et Le Sesne, des fabricants.

Les teinturiers

  • 28 AMR, S 3, fo 64, 1394.
  • 29 AMR, A 1, fo 33 vo, 5 septembre 1389 ; ADSM, 1B 6, fo 127 ro, 1390 ; 1B 16, fo 48, 1398. Sur ce con (...)

17Selon l’ordonnance de la draperie de 1394, ils ne peuvent draper28. Il y a ceux qui teignent en guède (en « voide ») et ceux qui teignent en garance (gaude, brésil et écarlate). Lors de l’affaire Pierre Dufresne, en 1389, 15 teinturiers sont convoqués. D’autre part, les teinturiers en garance sont en procès avec les teinturiers « forains » à l’Échiquier de 1390 à 139829. Nous retiendrons quatre noms parmi ceux qui sont convoqués en 1389.

  • 30 ADSM, 2E1 / 155, 1395, fo 117, 137, 197 ; 2E1 / 156, 1396, fo 28, 50 vo, 65.

18Ricart Adam, teinturier en garance de la paroisse Saint-Ouen ; il est présent au procès de l’Échiquier. De mars 1395 à septembre 1396, il est créditeur de huit personnes pour teinture de draps et de laine en garance, et pour des sommes allant de 7 à 39 £ ; parmi ceux-ci, Jaquet Le Tailleur de Saint-Ouen et Denis Delettre de Saint-Vivien sont des laneurs de la liste d’avril 1394. Il teint aussi pour un habitant de Louviers, Jehan Thorel30.

  • 31 ADSM, 2E1 / 155, fo 91 vo ; 2E1 / 156, fo 69 vo et 114 vo.

19Guillaume Le Borgne, teinturier en garance, est créditeur de trois habitants de Saint-Maclou et Saint-Vivien, en 1395-1397, pour teinture de 16 £ 12 s. à 38 £ ; parmi eux Guillaume Marie, qui est un des laneurs de la liste de 139431.

  • 32 ADSM, 2E1 / 154, fo 201 vo ; 2E1 / 155, fo 174 ; 2E1 / 156, fo 48 vo, 123 vo, 135 vo ; 2E1 / 161, f(...)

20Pierre Ogier, teinturier en garance de la paroisse Saint-Vivien ; il teint en gaude et en garance, mais aussi en guède. D’octobre 1392 à janvier 1397, il est créditeur de quatre Rouennais pour teinture, de 4 £ 1 / 2 à 58 £ ; trois de Saint-Vivien (dont Jehan Longuespée) et Colin Tierry de Saint-Nicaise, un des laneurs de 1394. Il teint aussi pour un habitant de Darnétal, Ricart Bouglier, en octobre 1406. Il prend en 1397 pour deux ans un apprenti de Bierville32.

  • 33 ADSM, 2E1 1 / 156, fo 67, 18 septembre 1396 ; 2E1 / 155, fo 66 vo, 21 novembre 1394 ; id., fo 76 et (...)

21Jehan Cherisier, teinturier en guède de Saint-Maclou, teint en particulier, en septembre 1396, pour Martin Le Jeune, de Saint-Ouen, « draps et laines » pour un peu plus de 11 £. Ce Martin Le Jeune est un des laneurs de la liste de 1394 ; et en novembre 1394, il baille à rente un demi-siège de penteur et la moitié de la « loge » de ce penteur, à Saint-Godard, à Pierre Filleul de Saint-Maclou. En février 1395, Jehan Cherisier vend pour 6 £ de drap à un habitant de Sainte-Colombe, près du Neubourg. Il teint aussi, en 1403, laine et drap pour un habitant de Caen33.

22Citons deux autres teinturiers, qui ne sont pas présents en 1389, lors de l’affaire Pierre Dufresne.

  • 34 ADSM, 2E1 / 156, fo 83, 28 octobre 1396 ; 2E1 / 154, fo 175. Jehan Quidors vend du cuir en (...)

23Regnaut Baont, de la paroisse Saint-Ouen. En 1396, il tient en louage, depuis 1389, quatre grands tonneaux, trois chaudières à teindre et deux « boucques » (récipient), de Jehan Cave et Jehan Quidors, qui pourront les reprendre quand ils voudront. Le 12 juin 1392, il teint des draps en garance et vend des draps pour 8,15 £ s.34.

  • 35 ADSM, 2E1 / 153, fo 14 vo, novembre 1380. La maison de la « foulerie », AMR, XX2, fo 27 (...)
  • 36 ADSM, 2E1 / 156, fo 30 vo, 1er juin 1396 ; Regnaut Benart, teinturier en guède, de Sain (...)
  • 37 ADSM, 2E1 / 155, fo 28 vo, 17 juillet 1394 ; on entrevoit comment s’amorce le Verlag, l (...)

24Regnaut Berel, teinturier en garance demeurant dans la paroisse Saint-Vivien, sur le Robec. Il est présent au procès à l’Échiquier de 1390 à 1398. Il a acquis en novembre 1380, au décès de la veuve de Jehan Varnier de Saint-Vivien, pour 200 francs or, « six caudieres assises, bouques et fourneises, le pavement qui siet en l’ouvreur, un condit de plon et les autres de bosc, 3 planques et 3 apuys de bosc seant sur l’eau, et toutes les autres choses appartenans au mestier de tainture » ; il loue le même jour à un des exécuteurs testamentaires une maison à Saint-Vivien, sur le Robec. Il est aussi propriétaire de la « maison de la foulerie » à Saint-Vivien. En juillet 1392, il teint en gaude et garance pour Gautier Auber de Saint-Vivien pour 28 £35. En juin 1396, ce même Auber fait teindre en guède pour 20 £ par Regnaut Benart36. Le 17 juillet 1394, Berel achète deux maisons attenantes à Darnétal à Jehan Cavelier dit Le Blanc ; le vendeur pourra demeurer dans l’une des deux maisons, mais s’oblige à « labourer ou faire labourer » sa vie durant « chascun an deux draps de la mueson de Louviers »37 ; il s’agit de ne pas contrefaire le label rouennais ; la mesure de Louviers est un drap moins dense, et de 19 et non 20 aunes de longueur.

  • 38 AMR, A 4, fo 45, septembre 1397 ; ADSM, 2E1 / 156, fo 152 vo, 22 mars 1397. Jehan Lecle (...)
  • 39 ADSM, 2E1 / 156, fo 50 vo, 19 juillet 1396 (les frères Madée) ; id., fo 85 vo, 3 novemb (...)

25En 1395, Berel est en procès à l’Échiquier avec un autre teinturier, Jehan Leclerc le jeune, à cause d’un pont sur le Robec. Ce même Jehan Leclerc le jeune, à moins que ce ne soit Jehan Leclerc l’aîné, aussi teinturier, et sans doute de la même famille, vend en mars 1397 pour 60 £ de draps à un bourgeois de Braine-en-Laonnois38. En juillet 1396, Berel emprunte avec son frère Martin, de la paroisse Saint-Vincent, 100 £ aux frères Madée, qui sont parmi les plus importants marchands d’argent lombards sur la place de Rouen. En novembre 1396, il se porte garant d’une rente vendue par deux habitants de Louviers, dont Jehan Thorel, aux frères Segouyn, autres marchands d’argent ; quelques jours plus tard, il vend lui-même une rente aux Segouyn, pour 100 £. Le 24 octobre 1396, il a acheté des draps à trois personnes, dont un habitant de Pont-Saint-Pierre, pour 10, 3 et 8 £39.

26Ces teinturiers sont les plus importants sur la place de Rouen. On remarquera au passage que la garance domine la guède. Ils traitent souvent d’affaires importantes ; plusieurs draps à la fois pour des sommes allant jusqu’à 58 £. Ils travaillent pour des drapiers, qui se retrouvent parmi les laneurs de 1394. Ils jouent à cet égard un rôle clé dans le financement des activités. Le crédit va ici parfois jusqu’à cinq ans, à rembourser aux quatre termes de chaque année. Ils teignent aussi pour Louviers, Darnétal ou Caen. Mais ils ne s’occupent pas que de teinture ; ils n’hésitent pas à acheter et à revendre des draps, se faisant à l’occasion détailleurs, en particulier en dehors de Rouen.

Les laneurs

27Le tabellionage éclaire le rôle clé des laneurs qui lainent, foulent et tondent les draps ; ce sont eux en particulier qui achètent la laine, la font filer et font teindre la laine ou les draps. Ceux qui à Saint-Denis se disent foulons sont en réalité des laneurs, ou plus exactement des drapiers, et des drapiers drapants, comme Jehan Le Roy. La condition de ces laneurs est cependant très variable, comme le montrent le cas de Pierre Duval et celui de Laurent Aubery.

  • 40 ADSM, 2E1 / 154, fo 168 vo-169 vo ; 1B 6, fo 127 vo et 1B 11, fo 120. Voir aussi Fonds Guitard, ADS (...)
  • 41 BnF, ms. fr. 26 033, no 3 581, 1404. Pierre et Laurent Duval sont de la par (...)

28Pierre Duval, en mai 1392, s’endette auprès d’une dizaine de personnes, qu’il doit rembourser d’ici un an. Il a acheté de la laine à son frère Laurent pour 19 £ 1 / 2, la tonte de mai. Il doit 5 £ 1 / 2 à Jehan Martin « pour tisture de drap ». Il a acheté quatre draps à quatre personnes différentes, dont deux sont aussi payées « pour paine de corps ». Il a fait teindre des draps pour 29 £ 5 s. à Guillaume de Rouves, qui est un teinturier en garance et est présent au procès de l’Échiquier contre les teinturiers forains, en 1390 et en 1395. Il doit 48 £ 1 / 2 à un autre teinturier « tant pour tainture de voide (guède) que d’argent sec presté ». Il doit un peu plus de 8 £ à un certain Guillaume Chieret « tant pour la paine et labeur dudit Chieret et de sa femme, comme d’argent sec presté »40. Il s’est ainsi endetté pour plus de 200 £ ; situation peut-être exceptionnelle d’un jeune qui s’installe. Il y a un Pierre Duval « foulon et lenneur de Saint Vivien » cité dans une liste d’amendes de 140441. Ce qui apparaît en tout cas, c’est l’éclatement de la production ; Duval, qui est certainement laneur, emploie chez lui quelques personnes, mais au coup par coup, « pour peine de corps » ; il fait tisser mais surtout achète des draps, un à un et à diverses personnes, qu’il fait ensuite teindre. Le tissu « industriel » repose sur une multitude d’arrangements, où se mêlent salaire et financement, travail et capital.

  • 42 ADSM, 2E1 / 156, fo 36 vo.
  • 43 ADSM, 2E1 / 155, fo 74 vo et 189 vo.

29Laurent Aubery, de la paroisse Saint-Nicaise, reconnaît le 15 juin 1396, « soy estre aloué a Raoul Le Roy de ladite parroice jusques a deux ans » ; il servira ledit Raoul tout ce temps « du mestier de fouler et lener draps comme ouvrier mestre dudit mestier sert a journee en ladite ville pour le pris de 46 £ ». Il reçoit 20 £ et sera ensuite payé chaque fin de semaine de 5 sous. Il pourra « appareiller » chaque année 4 pièces de draps « qui soient siennes », en rabattant audit Raoul 20 deniers pour chaque journée qu’il y travaillera. Il vend audit Raoul deux rentes, l’une pour 40 £, l’autre qui est un transfert de rente et rembourse peut-être une dette42. Car cette situation est l’aboutissement d’un endettement croissant : en décembre 1394, Laurent a déjà vendu 20 sous de rente (pour 10 £) au même Raoul, et, le 13 août 1395, lui et sa femme ont emprunté 45 £ à neuf ans, toujours au même Raoul43. Il y a un Laurent Aubery parmi les laneurs convoqués en avril 1394. Laurent Aubery, maître travaillant jusque-là à son propre compte, aurait été contraint de se louer à la suite d’un endettement croissant et de se louer à celui à qui il empruntait. Il se loue comme ouvrier maître servant à journée, c’est-à-dire vraisemblablement comme salarié chez ledit Raoul, qui doit donc être drapier. Il reçoit une avance sur salaire et peut travailler quelques jours par an pour lui-même. Son salaire annuel est satisfaisant (23 £) ; il a pu lui permettre de rembourser une partie de ses dettes. Endettement et avance sur salaire rapprochent notre cas du Verlag, mais le maître est ici réduit à la condition de salarié. Ce n’est pas de la sous-traitance ni de la manufacture décentralisée.

  • 44 P. Lardin, « La domination de Rouen sur la production de fer et de produits (...)

30Le Verlag a cependant existé à Rouen et autour de Rouen, en particulier dans les métiers du métal, comme l’a montré Philippe Lardin44. On retrouve ces pratiques dans le tabellionage, parmi les cloutiers, les couteliers, les tireurs de fil de fer, les faiseurs de cardes : avances d’argent « avant les mains » ; prêts dit « d’avantage » ; obligation de ne travailler que pour le Verleger « sans ouvrer a autre » ; fourniture d’outils ou de matière première. Les contrats d’« allouement » sont de 1 à 3 ans, le salaire aux pièces ou à la semaine. De telles pratiques, connues à Rouen, ne semblent pas, au moins à la lecture du tabellionage, concerner la draperie. On pourrait penser que les choses se passent sans recourir au tabellionage. Ce n’est sans doute qu’en partie vrai.

  • 45 AMR, S 3, fo 86 vo.
  • 46 BnF, JJ 166, no 309 ; référence citée dans B. Geremek, Le Salariat dans l’a (...)

31Les drapiers-laneurs, qui jouent ici le rôle clé, ont souvent une assise suffisante pour ne pas tomber sous la dépendance des grands marchands. Il est facile de se procurer la laine dans le plat pays, d’obtenir du crédit par le biais des rentes, de s’endetter auprès des teinturiers, pour plusieurs années. Les structures familiales, les associations, les relations de voisinage dans le cadre des paroisses, jouent certainement un rôle décisif. À la base du système, l’importance de la population engagée dans la draperie rend le marché de l’emploi très ouvert. Les laneurs achètent des draps tissés et engagent des ouvriers à la journée sur les places d’embauche, et non à l’année, ce qui dispense de recourir au tabellionage. Nous avons vu le cas de Laurent Aubery, maître servant à journée, mais la pratique, qui a pu être interdite ailleurs, semble ici fréquente. Il est dit dans les statuts de la draperie de 1451 « que nul maistre ne ouvrier de tiltre [tisser] ne voise au pont pour alouer, pourveu qu’il ait besongne a soy embesongner pour ung jour entier »45. La supplique des foulons, laneurs, tondeurs et tisserands de draps de la paroisse Saint-Vivien, en 1412, demande que les fils de maître passant maître soient dispensés des boissons et « vinages » excessifs et ne payent que 10 sous aux trésoriers de l’église, qui tombe en ruine ; car à cause des impôts et de la guerre qui ont abaissé le commerce, « en icelle [paroisse] n’a que po ou neent de personnes de grans chevances, mais sont presque tous laboureurs a journée desdits mestiers de tres petite chevance »46. Ainsi maîtres et fils de maîtres peuvent être contraints à se faire laboureurs à journée, comme nous l’avons supposé pour Laurent Aubery. Faut-il voir ici les conséquences d’un contexte difficile, les débuts de la guerre civile, ou bien assiste-t-on à un processus plus profond, la déchéance des petits artisans indépendants devenant salariés et la prolétarisation des ouvriers du textile, que l’on a pu constater ailleurs ? Il semble qu’en réalité le salariat coexiste avec la petite entreprise ; à la base du système, on entrevoit une foule de petits artisans, travaillant tantôt pour eux-mêmes, tantôt à façon, tantôt comme salariés, sans que l’on ait besoin de recourir au tabellionage ni mettre en place un véritable Verlag, une manufacture décentralisée. Au sommet, les plus riches artisans se font aussi marchands et vendent les draps des autres. C’est l’apogée de l’artisan entrepreneur, avant que le capitalisme commercial ne reprenne la main.

Le dernier tiers du xve siècle et le début du xvie siècle

  • 47 ADSM, 4BPII / 1 bis.
  • 48 AN, LL 1 312 et 1 313.
  • 49 Dont les marchands hantant les foires de Lyon. AMR, A 9, fo 182.

32Le tabellionage ne mentionne plus les affaires commerciales ; mais l’Échiquier contient quelques procès et on dispose d’un registre des audiences du bailliage de Rouen pour les années 1483-148447. On peut recouper ces indications avec quelques listes : celle des Rouennais présents au Lendit et à Saint-Denis dans les années 1487-1497 pour vendre des draps48 ; celle des drapiers, des teinturiers et des marchands convoqués lors de la consultation du 23 mars 1495 au conseil de ville sur la draperie49. Nous nous intéresserons ici à deux affaires qui viennent devant l’Échiquier en 1474 et en 1501, et qui éclairent la réorganisation des relations à l’intérieur de la draperie rouennaise.

Les marchands détailleurs de 1474

  • 50 ADSM, 1B 48, fo 202-205 ; J.-L. Roch, « Entre draperie rurale… », p. 229 ; (...)

33En 1474, un procès à l’Échiquier oppose les gardes boujonneurs de la draperie de Rouen à quatre « marchands détailleurs », Simon Dubosc, Richard Le Pelletier, Guillaume de La Chesnaye et Pierre Graffart, qui achetaient des draps de qualité inférieure, foulés au moulin, dans le plat pays, les faisaient teindre (à Rouen sans doute) et y apposaient leur propre sceau sans visitation de gardes ; le sceau permettait de les faire passer pour drap de « vicomté »50.

  • 51 ADSM, 2E1 / 189, 22 septembre 1460 ; 2E1 / 213, 3 novembre 1489 ; 4BPII / 1 bis, fo 216 (...)
  • 52 ADSM, 1B 52, fo 129 vo, 1490 ; 1B 53, fo 128 vo, 1497. Il est déjà en procès avec Petit (...)

34Richard Le Pelletier est un « marchant » de la paroisse Saint-Cande-le-Jeune ; en mai 1484, il est décédé et sa veuve, Jeanne Le Vesyé, ainsi que ses héritiers font saisir un drap appartenant à Jehan Le Seigneur afin d’obtenir le remboursement de 175 £ d’arrérages d’une rente de 10 £ par an51. Richard a deux fils, Richard et Jacques, qui sont au Lendit en 1489 et 1497. Richard est convoqué le 23 mars 1495 comme « marchant hantant les foires de Lyon ». Jacques vient devant l’Échiquier en 1490 et 1497 ; il était en « parçonnerie », en association, avec Jehan Le Brun dit Petit Coq, qui s’était obligé à un « nommé Legras », dit le texte, « pour l’achat de draps et de laynes et autres marchandises », les affaires s’étant faites à Lyon, semble-t-il. La question était : Jacques est-il tenu de payer les dettes de la parsonnerie52 ?

  • 53 ADSM, 2E1 / 211, 20 janvier 1488 et 26 avril 1487 ; 2E1 / 213, 10 février 1 (...)
  • 54 ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 196, 29 avril 1484 ; 2E1 / 202, 28 septembre 1477.

35Guillaume de La Chesnaye : on a affaire là aussi à une famille engagée dans le commerce des draps. On retrouve Alain le père, Guillaume et Romain ses fils, et Thomas, sans doute de la même famille, tous présents au Lendit en 1487 et 1489. Guillaume s’est installé dans la paroisse Saint-Michel, à l’ouest de la ville. En 1487, appelé « marchant », il achète une rente à Guillaume Fils-Dieu, « du mestier de draperie », de Darnétal. En 1490, il est dit « tondeur et drappier », avec Pollet Le Roy, et associé aux tondeurs à table sèche, dans un procès à l’Échiquier53. Alain est de la paroisse Saint-Étienne-de-la-Grande-Église, comme Thomas et Romain. Thomas, « drappier », achète des draps à Robinet Courtery de Rouen, en 1484. Romain, « drappier », est sans doute celui qui est convoqué parmi les drapiers détailleurs en 149554.

  • 55 ADSM, 2E1 / 211, 15 janvier 1488 ; 4BPII / 1 bis, fo 116 vo ; BnF, ms. fr. (...)

36Pierre Graffart, « marchant » de Saint-Cande-le-Vieil, est en mars 1484 en procès avec la famille Basire, qui est une famille de teinturier. Dans les mêmes années, le teinturier Robinet Paon lui doit une amende. Il est avec son frère Guillaume, de la même paroisse, au Lendit en 1489. En juin 1484, ce Guillaume se trouve à Lyon55.

37Ces grands marchands sont au Lendit ou à Lyon. Ils achètent des draps dans et hors de Rouen, forment des associations, sont en relation d’affaires avec des teinturiers et font donc teindre les draps qu’ils achètent. Ils ne drapent pas eux-mêmes, s’ils ont des « drapiers » dans leur famille, mais ils tondent certainement en dernière fin, « a sec », et en particulier des draps de « vicomté », ou qu’ils font passer pour tels. Au procès de 1474, ils sont suffisamment puissants pour obtenir à l’Échiquier une transaction favorable, le droit d’avoir leur propre sceau.

Le conflit de 1501 entre les tondeurs et les drapiers

  • 56 ADSM, 1B 59, 30 juillet 1501. Voir J.-L. Roch, « De la nature du drapier mé (...)

38Le 30 juillet 1501 un procès à l’Échiquier oppose les gardes du métier de tondre à table sèche, la tonte finale des draps, à une vingtaine de drapiers. Les tondeurs ont confisqué un drap de « vicomté » que tondait le drapier Guillaume Le Cauchoys. Le conflit concerne le droit de tondre sur tous draps, de Rouen et du dehors56. Les trois gardes tondeurs et détailleurs sont Guillaume de La Chesnaye, déjà rencontré en 1474, Robert Hardel et Regnault Le Poulletier.

  • 57 BnF, ms. fr. 26 105, no 1 315 (vers 1480) ; ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 214 vo.

39Robert Hardel, « drappier », est en amende envers les gardes de la draperie, vers 1480. En 1484, associé à Jehan Le Gras, il a vendu pour près de 20 £ de draps à Colin Des Verges57.

  • 58 ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 285, 25 juin 1484 ; 2E1 / 210, fo 92 vo, 21 janvier 1486 ; AMR, A9, fo 245, (...)
  • 59 AMR, A 10, fo 131 ; AMR, XX3, 22e compte, 1508-1509 ; BnF, ms. fr. 5 954, fo 12, 21 (...)

40Regnault Le Poulletier, « marchant de draps », examine en juin 1484, avec d’autres, un drap trop « gras », vendu par Jehan Beuselin à Jehan Le Gras. Il est de la paroisse Saint-Pierre-du-Châtel. Il intervient dans les débats sur la draperie au conseil de ville, le 12 novembre 149758. En 1508, il représente « les gardes et maistres de detailler draps » à l’Échiquier, face à plusieurs tondeurs à table sèche qui voulaient interdire aux détailleurs de tondre en leur maison. C’est là un conflit interne au groupe des détailleurs et tondeurs à table sèche, où le marchand domine le simple artisan. Il est aussi, en 1508-1509, un des deux « gardes et maistres » du métier de tondre à table sèche fermiers de la halle aux détailleurs de draps. C’est enfin un des « drappiers » convoqués en décembre 1513 au sujet des teinturiers en guède de Darnétal59.

  • 60 AN, LL 1 313, fo 27 vo et 62, 1487 et 1489. Voir aussi M. Mollat, Le Commer (...)
  • 61 ADSM, 2E1 / 212, 3 février 1489 ; 4BPII / 1 bis, fo 36, 29 décembre 1483.
  • 62 ADSM, 1B 53, fo 135 vo.
  • 63 ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 188, avril 1484 ; sur Jehan Fierabras, id., fo 24 ; BnF, ms. fr (...)

41En face de ces détailleurs et tondeurs à table sèche, qui sont avant tout des marchands de draps, on trouve une vingtaine de drapiers, des trois branches de lainer, fouler et tondre, qui pour tondre les draps de dehors sont supposés renoncer aux deux autres branches, mais semblent avoir du mal à s’y résigner. Plusieurs d’entre eux sont aussi présents à la foire du Lendit dans les années 1487-1497. Parmi ceux-ci, Adam Bachellier, Jehan Feron, Guillaume Auber60, Jehan Duval, Jehan Roque, et sans doute Pierre de Saint Laurens. Il y a un Jehan Duval « marchant » de Saint-Cande-le-Vieil, en 1489, et un autre ou le même qui a un apprenti du métier de tondre à table sèche en 148361. Jehan Roque est un des gardes du métier de tondre à table sèche, en 149762. Pierre de Saint Laurens est en procès en avril 1484 avec le teinturier de garance Jehan Fierabras, et il y a un Perrenot de Saint Laurens au Lendit, en 1487, 1488, 1489 et 1497 ; ce Perrenot est en amende envers les fermiers de l’aide des draps de Rouen vers 148063.

  • 64 ADSM, 4BPII / 1bis, fo 268 vo (1484) ; G 75, compte de 1485 ; 1B 52, fo 119 vo, 1490 ; (...)
  • 65 ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 5, 21, 25 et 154 vo ; G 75, compte de 1485.
  • 66 ADSM, 2E1 / 193, 3 octobre 1464 ; 2E1 / 187, fo 92 vo, 29 juin 1456 ; AMR, S 3, fo 11, (...)

42Parmi nos drapiers de 1501, Pollet Le Roy, de Saint-Étienne-de-la-Grande-Église, est dit « drappier » en 1484, « marchant de draps » en 1485, « tondeur et drappier » en 1490, et parmi les « detailleurs » de la liste de 1495. Mais il est dit aussi, comme son père d’ailleurs, « marchant drappier », en 1464, et ce sont les plus anciennes attestations de cette formule à Rouen, au moment où le drapier qui drape se fait de plus en plus marchand64. En décembre 1483, il est en procès au bailliage avec le « drappier » Guillaume Duval, mais aussi avec Jehan Le Brun qui lui devait 110 £ pour reste de vendue et livrée de draps depuis huit années en deçà. Il a un apprenti, en 1484, Marin de La Croix, du métier de tondre à table sèche, qu’il chasse d’ailleurs de chez lui, après que celui-ci lui ait bu son vin à son insu. En 1485, il vend une pièce d’écarlate vermeille à l’archevêque pour près de 58 £65. Il s’était marié en novembre 1459 ; il est le neveu de Jehan de Grenouville et le fils de Jehan Le Roy. Son père était en 1464 « marchant drappier » de Saint-Maclou, en relation avec un « drappier » de Pont-de-l’Arche. Il était un des trésoriers de la paroisse Saint-Maclou, en 1456, et qualifié de « drappier » ; parmi les paroissiens présents lors du bail d’un jardin par les trésoriers, se trouvaient Jehan de Grenouville, Jehan Le Gras et Jehan Le Seigneur. Or, nous retrouvons ces quatre marchands, avec quelques autres, dont les frères Dufour, venus à Lyon pour vendre des draps aux foires de Genève en 145766.

  • 67 AMR, A 10, fo 152 vo-155, 1509 ; voir J.-L. Roch, « De la nature du drapier médiéval… » (...)
  • 68 ADSM, 1B 60, fo 310 (et 14 vo, 74, 581, 585) ; 1B 61, fo 432 vo.

43Ceux qui se donnent ici pour drapiers sont déjà plus spécialisés dans la tonte et pratiquent la tonte à table sèche, comme Jehan Duval, Jehan Roque ou Pollet Le Roy. Ils sont donc en train de passer du côté des détailleurs et tondeurs, donc des marchands. À un moment où Rouen centralise et réexporte la production régionale, les détailleurs tondeurs veulent évincer les drapiers drapants de ce fructueux commerce, comme aussi de la vente au détail. Ils s’appuient pour y parvenir sur la séparation croissante entre les simples drapiers et les drapiers tondeurs. Car, comme le montrent les débats de 1509 au conseil de ville, une nouvelle catégorie est en train d’émerger, celle des drapiers tondeurs, les « tondeurs tabliers », qui se spécialisent dans la tonte (en eau et à sec), achètent les draps aux foulons laineurs et les vendent aux marchands venus du dehors67. S’instaure entre ceux qui font les draps et ceux qui les terminent une vente jusque-là non autorisée ; on ne devait vendre selon la réglementation que les draps tondus (en eau). Une séparation apparaît entre la foule des petits artisans drapiers et quelques drapiers tondeurs qui contrôlent la commercialisation. Parmi ces derniers, certains se font d’emblée marchands et vont vendre à l’extérieur. Les ventes de drapiers (drapant) à drapiers (marchands) se multiplient. Le drapier drapant et le marchand drapier s’éloignent l’un de l’autre. Ces évolutions et ce flou dans la répartition des fonctions entraînent indubitablement des tensions, à la fois au sommet du système mais aussi entre les compagnons de la draperie et les boujonneurs. En 1503, les « compagnons ouvriers de la grant drapperie » des branches de fouler, lainer et tondre sont en procès à l’Échiquier contre les tondeurs à table sèche (de Rouen) et les drapiers forains de Darnétal, qui foulent au moulin. Et à la suite de la découverte de « certain drap qu’ils dient puis naguere avoir esté trouvé appartenir a ung nomme Dufour et lequel ils dient estre deceptif et contrefait a la lisiere de Rouen », ils réclament des commissaires pour visiter et arrêter les draps « contrefaiz et foullez au moulin »68. Les artisans de la draperie, les petits laneurs, se désolidarisent des gardes boujonneurs, qui sont eux-mêmes parfois des drapiers tondeurs, et donc peuvent tondre, comme nous l’avons vu, des draps de dehors.

  • 69 AN, LL 1 312, fo 47 vo et 1313, fo 28 vo, 63 ; ADSM, 2E1 / 233, 15 mars 1503 ; 14H 506 ; 52BP (...)

44Les marchands rouennais s’intéressent, eux-mêmes, de plus en plus à ces draperies du dehors ; ainsi Pierre et son fils Jehan Moncaudon, qui sont à Saint-Denis et au Lendit en 1487 et 1489. Décédé avant mars 1503, Pierre possédait des maisons à Rouen, paroisses de Saint-Maclou, Saint-Nicaise et Saint-Étienne-de-la-Grande-Église, mais aussi à Darnétal. En février 1482, Olivier Delahaye dit Labbé, d’Elbeuf, doit à Jehan Moncaudon de Rouen 116 sous pour vendue de laine, restant de plus grande somme ; « et acorda ledit Moncaudon bailler ou faire bailler audit Labbé des draps a tiltre (tisser) jusques la valleur de ladite somme et aus dits termes » ; et s’il ne veut faire ladite « besongne », il paiera ladite somme aux dits termes69. Les Moncaudon, marchands de laine et de draps, interviennent ainsi à Elbeuf et sans doute à Darnétal. L’échange laine contre drap doit aussi exister, et Rouen centralise ainsi le produit des tissages extérieurs.

 

  • 70 « La plupart de ladite drapperye sont povres gens et n’ont de quoy, quant ils ont encom (...)
  • 71 M. Howell et R. Duplessis, « Reconsidering the early modern urban economy : the cases o (...)

45Au Moyen Âge, l’organisation sociale de la draperie rouennaise reste basée sur la prédominance des échanges marchands. La sous-traitance existe, mais elle semble rester limitée. On achète la laine, on achète les draps tissés et on s’endette auprès des teinturiers, avant de vendre aux marchands, qui parfois font teindre et font tondre en dernière fin. Dans ce monde où domine la petite entreprise, la vente rapide des tissus est cruciale et les marchands avancent l’argent aux petits drapiers70. Ce n’est pas la manufacture décentralisée, le putting out ou Verlag. Ce n’est pas non plus tout à fait la small commodity production, décrite par Martha Howell et Robert Duplessis pour Lille et Leyde, où les élites marchandes elles-mêmes limitent le développement du Verlag et les tentatives monopolistes71. Il y a bien ici résistance du système corporatif urbain, mais on assiste dans le même temps à la montée d’une classe marchande, imbriquée à l’origine dans la production, et qui se tourne de plus en plus vers la réexportation des draperies régionales. Ce qui se dessine déjà, au tournant de 1500, c’est l’essor des draperies du dehors, celles de Darnétal et bientôt d’Elbeuf, et l’avènement peut-être d’un certain capitalisme marchand.

Notes

1 Sur les rentes constituées, voir A. Sadourny, « Les rentes à Rouen au XIIIe siècle », Annales de Normandie, no 2, mars 1971, p. 99-108 ; et le mémoire de maîtrise de V. Pigoreau, Le Siège de Rouen vu à travers un registre du tabellionage en 1418, sous la direction de P. Lardin, Université de Rouen, 1997 (dactyl.).

2 Les penteurs se trouvent dans les jardins et sont aussi groupés en série (« clos des penteurs », etc.). On ne les trouve que dans les paroisses de l’est de la ville : Saint-Maclou, Saint-Vivien, Saint-Nicaise, Saint-Ouen, Saint-Godard.

3 Archives municipales de Rouen (AMR), S 3, fo 62 vo-63. « Laner », lainer, c’est tirer le poil du drap avec des chardons après tissage, afin de faciliter le foulage et la tonte ; ici les « laneurs » lainent, foulent et tondent les draps. Abréviations utilisées : ADSM (Archives départementales de Seine-Maritime), AN (Archives nationales), BnF, ms. fr. (Bibliothèque nationale de France, manuscrits français), £ (livres tournois), s. (sous). Les dates sont ramenées au style actuel.

4 ADSM, 2E1 / 154, fo 91, 117 et 182. Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. VI, Paris, Imprimerie royale, 1741, p. 661, 29 octobre 1381.

5 ADSM, 2E1 / 154, fo 165 vo / 166 vo, 174 vo, 206, 208. Gillet Vinet possède aussi des penteurs à Saint-Nicaise, qu’il baille à rente en septembre 1396 : 2E1 / 156, fo 67 vo.

6 ADSM, 2E1 / 155, fo 50, 6 octobre 1394.

7 AMR, A 5, fo 180 vo, 1409. Voir J.-L. Roch, « De la nature du drapier médiéval. L’exemple rouennais », Revue historique, no 613, mars 2000, p. 22. ADSM, 2E1 / 156, fo 28, 25 mai 1396.

8 ADSM, 2E1 / 162, fo 111, 18 janvier 1408. Cuir à poil, 2E1 / 155, fo 154 bis, 21 mai 1395. Vin à un habitant de Montivilliers en 1395, pour 124 £, 2E1 / 155, fo 148. Un vaisseau chargé de sel, 1394, 2E1 / 155, fo 24. Le 13 septembre 1396, il prend la ferme de 10 sous tournois, pour queue de vin vendue en détail, pour un an, 4 840 £, avec Jean Duchastel et Guillaume Alorge le jeune : 2E1 / 1 156, fo 65 ; AMR, A 5, fo 47, 24 mai 1406 (Purée) ; Martainville, faubourg à l’est de Rouen.

9 ADSM, 2E1 / 156, fo 135, 13 février 1397. Voir fo 53, 25 juillet 1396.

10 BnF, ms. fr. 26 033, no 3 581.

11 Le 10 avril 1397, ADSM, 2E1 / 156, fo 163.

12 ADSM, 2E1 / 160, 9 février 1406. À Paris, en septembre 1398 : AN, Z1A / 1 fo 163.

13 ADSM, 2E1 / 154, fo 204 vo, octobre 1392 ; 2E1 / 155, fo 25, juillet 1395. Isneauville, Seine-Maritime, canton de Bois-Guillaume au nord de Rouen ; Saint-Georges, Seine-Maritime, canton de Clères.

14 ADSM, 2E1 / 154, fo 206 vo, 6 novembre 1392 ; 2E1 / 155, fo 58, 31 octobre 1394.

15 ADSM, 2E1 / 155, fo 252, 22 février 1396 ; Échiquier, 1B 9, fo 27. La Fontaine-Jacob, qui jouxte Saint-Pol, est un des faubourgs à l’est de la ville sur l’Aubette ; voir J.-L. Roch, « Entre draperie rurale et draperie urbaine ? La draperie foraine de Rouen à la fin du Moyen Âge », Annales de Normandie, no 3, juin 1998, p. 216.

16 ADSM, 2E1 / 156, fo 41, 26 juin 1396 ; 2E1 / 156, fo 65, 12 septembre 1396.

17 ADSM, 2E1 / 161, fo 116, 10 novembre 1406.

18 AN, K 930 no 11 ; J.-L. Roch, « De la nature du drapier médiéval… », p. 21.

19 H. Dubois, « Drapiers normands aux foires de Bourgogne à la fin du Moyen Âge », in Recueil d’études offert en hommage au doyen Michel de Boüard, Caen, Annales de Normandie, 1982, vol. I, p. 241.

20 AMR, A 1, fo 33 vo. Sur cette affaire, voir J.-L. Roch, « Entre draperie rurale… », p. 217 ; et Id., « De la nature du drapier médiéval… », p. 22.

21 ADSM, 2E1 / 153, fo 49, 4 mai 1381. Voir aussi 2E1 / 156, fo 32 vo et 90 vo.

22 P. Cailleux, « Élites urbaines et financement public : les prêts des Rouennais au roi Charles V (1370-1372) », in La Ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges Jean-Pierre Leguay, P. Lardin et J.-L. Roch (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 129.

23 ADSM, 2E1 / 156, fo 164 vo, 13 avril 1397 ; Échiquier, 1B 6, fo 131 vo, 1B 8, fo 86, 1B 9, fo 42.

24 ADSM, 2E1 / 153, fo 31, 16 février 1381. Montville, canton de Clères, 15 km au nord de Rouen.

25 ADSM, 2E1 / 154, fo 182 vo, 13 juillet 1392 ; 2E1 / 155, fo 16, 9 juin 1394 ; 2E1 / 155, fo 110, 13 février 1395.

26 ADSM, 2E1 / 155, fo 144, 28 avril 1395 ; 2E1 / 154, fo 207 vo, 11 novembre 1392 ; 2E1 / 155, fo 123, 13 mars 1395 ; 2E1 /156, fo 115, 7 janvier 1397. Il existe en 1430 une « foullerie Jehan Le Sesne » à Saint-Vivien (2E1 / 174, fo 59). Et en mars et avril 1437, un Jehan Le Sesne, de Saint-Maclou, « du mestier de drapperie », a deux apprentis, dont son fils « pour avoir le mestier de drapperie de fouler, laner et tonldre » (ADSM, G 6 874).

27 Ordonnances des rois de France…, t. VI, p. 661. ADSM, 2E1 / 156, fo 47, 10 juillet 1396.

28 AMR, S 3, fo 64, 1394.

29 AMR, A 1, fo 33 vo, 5 septembre 1389 ; ADSM, 1B 6, fo 127 ro, 1390 ; 1B 16, fo 48, 1398. Sur ce conflit, voir J.-L. Roch, « Entre draperie rurale… », p. 224.

30 ADSM, 2E1 / 155, 1395, fo 117, 137, 197 ; 2E1 / 156, 1396, fo 28, 50 vo, 65.

31 ADSM, 2E1 / 155, fo 91 vo ; 2E1 / 156, fo 69 vo et 114 vo.

32 ADSM, 2E1 / 154, fo 201 vo ; 2E1 / 155, fo 174 ; 2E1 / 156, fo 48 vo, 123 vo, 135 vo ; 2E1 / 161, fo 108, 26 octobre 1406. Bierville, au nord-est de Rouen, canton de Buchy. Il y a un Cardin Bouglier garde boujonneur de la draperie de Darnétal en 1410 : BnF, ms. fr. 26 037, no 4 396.

33 ADSM, 2E1 1 / 156, fo 67, 18 septembre 1396 ; 2E1 / 155, fo 66 vo, 21 novembre 1394 ; id., fo 76 et 107, 7 février 1395 ; Sainte-Colombe-la-Commanderie, Eure, canton d’Évreux-Nord. Voir aussi 2E1 / 154, fo 195 vo, 16 septembre 1392 ; 2E1 / 159, fo 9 vo, 7 juin 1403.

34 ADSM, 2E1 / 156, fo 83, 28 octobre 1396 ; 2E1 / 154, fo 175. Jehan Quidors vend du cuir en avril 1396 (2E1 / 156, fo 3). Jehan Cave vend garance et alun en 1405 (2E1 / 159, fo 138 vo) ; ce sont donc d’abord des marchands, le second particulièrement impliqué dans la draperie.

35 ADSM, 2E1 / 153, fo 14 vo, novembre 1380. La maison de la « foulerie », AMR, XX2, fo 27 vo ; ADSM, 2E1 / 154, fo 186, 26 juillet 1392.

36 ADSM, 2E1 / 156, fo 30 vo, 1er juin 1396 ; Regnaut Benart, teinturier en guède, de Saint-Vivien, teint aussi pour Jehan Longuespée : 2E1 / 155, fo 107.

37 ADSM, 2E1 / 155, fo 28 vo, 17 juillet 1394 ; on entrevoit comment s’amorce le Verlag, la sous-traitance ; mais ici avec les drapiers du dehors. Les héritiers de Jehan Cavelier viendront s’installer à Rouen, au milieu du XVe siècle ; on les retrouve comme drapiers à Saint-Vivien, dans les années 1480 : 2E1 / 210, fo 42 vo, 46 vo, 90 et 2E1 / 211, 12 mai 1487.

38 AMR, A 4, fo 45, septembre 1397 ; ADSM, 2E1 / 156, fo 152 vo, 22 mars 1397. Jehan Leclerc l’aîné : 2E1 / 155, fo 89 vo.

39 ADSM, 2E1 / 156, fo 50 vo, 19 juillet 1396 (les frères Madée) ; id., fo 85 vo, 3 novembre 1396 (Thorel) ; id., fo 89, 11 novembre ; id., fo 80 vo, 24 octobre 1396. Pont-Saint-Pierre, Eure, canton de Fleury-sur-Andelle.

40 ADSM, 2E1 / 154, fo 168 vo-169 vo ; 1B 6, fo 127 vo et 1B 11, fo 120. Voir aussi Fonds Guitard, ADSM, F375, et 2E1 / 160, 6 mai 1405.

41 BnF, ms. fr. 26 033, no 3 581, 1404. Pierre et Laurent Duval sont de la paroisse Saint-Vivien : ADSM, 2E1 / 160, 6 mai 1405. Dans la liste de 1404, un Jehan Martin, drapier de Saint-Maclou, est en amende envers les gardes de la draperie.

42 ADSM, 2E1 / 156, fo 36 vo.

43 ADSM, 2E1 / 155, fo 74 vo et 189 vo.

44 P. Lardin, « La domination de Rouen sur la production de fer et de produits ferreux à la fin du Moyen Âge », in La Ville au Moyen Âge, N. Coulet et O. Guyotjeannin (éd.), Paris, CTHS, 1998, p. 247-264.

45 AMR, S 3, fo 86 vo.

46 BnF, JJ 166, no 309 ; référence citée dans B. Geremek, Le Salariat dans l’artisanat parisien aux XIIIe-XVe siècles, La Haye, Mouton and Co., 1968, rééd. 1992, p. 67.

47 ADSM, 4BPII / 1 bis.

48 AN, LL 1 312 et 1 313.

49 Dont les marchands hantant les foires de Lyon. AMR, A 9, fo 182.

50 ADSM, 1B 48, fo 202-205 ; J.-L. Roch, « Entre draperie rurale… », p. 229 ; sur les draps de « vicomté », qui eux sont contrôlés, voir Id., « Villes et bourgs drapiers en Haute-Normandie à la fin du Moyen Âge », in La Ville médiévale…, p. 90-94.

51 ADSM, 2E1 / 189, 22 septembre 1460 ; 2E1 / 213, 3 novembre 1489 ; 4BPII / 1 bis, fo 216 vo, 230 vo. Voir aussi M. Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952, p. 486-493.

52 ADSM, 1B 52, fo 129 vo, 1490 ; 1B 53, fo 128 vo, 1497. Il est déjà en procès avec Petit Coq, en 1484, « pour raison de certain drap que chacun disoit a soy appartenir » (1B 49, fo 163). Sur Legras, voir plus loin. Jehan Le Brun dit Petit Coq est au Lendit en 1489 ; voir aussi 4BPII / 1 bis, fo 184 vo.

53 ADSM, 2E1 / 211, 20 janvier 1488 et 26 avril 1487 ; 2E1 / 213, 10 février 1490 ; 1B 52, fo 119 vo, 1490.

54 ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 196, 29 avril 1484 ; 2E1 / 202, 28 septembre 1477.

55 ADSM, 2E1 / 211, 15 janvier 1488 ; 4BPII / 1 bis, fo 116 vo ; BnF, ms. fr. 26 105, no 1 315, amendes v. 1480. Robinet Paon est convoqué en mars 1495 parmi les teinturiers. Guillaume : ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 259, juin 1484.

56 ADSM, 1B 59, 30 juillet 1501. Voir J.-L. Roch, « De la nature du drapier médiéval… », p. 25-26.

57 BnF, ms. fr. 26 105, no 1 315 (vers 1480) ; ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 214 vo.

58 ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 285, 25 juin 1484 ; 2E1 / 210, fo 92 vo, 21 janvier 1486 ; AMR, A9, fo 245, 12 novembre 1497.

59 AMR, A 10, fo 131 ; AMR, XX3, 22e compte, 1508-1509 ; BnF, ms. fr. 5 954, fo 12, 21 décembre 1513.

60 AN, LL 1 313, fo 27 vo et 62, 1487 et 1489. Voir aussi M. Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 478.

61 ADSM, 2E1 / 212, 3 février 1489 ; 4BPII / 1 bis, fo 36, 29 décembre 1483.

62 ADSM, 1B 53, fo 135 vo.

63 ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 188, avril 1484 ; sur Jehan Fierabras, id., fo 24 ; BnF, ms. fr. 26 105, no 1315, vers 1480.

64 ADSM, 4BPII / 1bis, fo 268 vo (1484) ; G 75, compte de 1485 ; 1B 52, fo 119 vo, 1490 ; 2E1 / 193, 27 novembre 1464.

65 ADSM, 4BPII / 1 bis, fo 5, 21, 25 et 154 vo ; G 75, compte de 1485.

66 ADSM, 2E1 / 193, 3 octobre 1464 ; 2E1 / 187, fo 92 vo, 29 juin 1456 ; AMR, S 3, fo 11, 1457. Voir M. Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 293 et 484-485. Pont-de-l’Arche, chef-lieu de canton de l’Eure.

67 AMR, A 10, fo 152 vo-155, 1509 ; voir J.-L. Roch, « De la nature du drapier médiéval… », p. 26-27.

68 ADSM, 1B 60, fo 310 (et 14 vo, 74, 581, 585) ; 1B 61, fo 432 vo.

69 AN, LL 1 312, fo 47 vo et 1313, fo 28 vo, 63 ; ADSM, 2E1 / 233, 15 mars 1503 ; 14H 506 ; 52BP 7, 26 février 1482 (Elbeuf, Seine-Maritime, chef-lieu de canton ; référence aimablement communiquée par Claude Bouhier).

70 « La plupart de ladite drapperye sont povres gens et n’ont de quoy, quant ils ont encommenché un drap, le parfaire, se ce n’est par quelque marchant, qui va voir le drap, qui leur avanche deniers » (AMR, A 10, fo 153 vo, 1er septembre 1509).

71 M. Howell et R. Duplessis, « Reconsidering the early modern urban economy : the cases of Leiden and Lille », Past and Present, 94, 1982, p. 49-84.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540