Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Archéologie des villes normandes

Aux origines du « Grand-Rouen » : la périphérie de la capitale normande au temps des ducs (xe-xiie siècle)

Jacques Le Maho

Texte intégral

  • 1 L. Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ve siècle-1204) », in Histoire de (...)
  • 2 D. Bates, « Rouen from 900 to 1204 : from Scandinavian Settlement to Angevin “Capital” », i (...)
  • 3 C’est notamment une des idées directrices de la thèse d’André Chédeville, Chartres (...)

1Jusqu’à présent, les rares travaux consacrés à la ville de Rouen durant la période ducale se sont limités à l’étude de la zone intra-muros et de ses proches faubourgs. Tel est notamment le cadre choisi par Lucien Musset pour sa contribution à l’Histoire de Rouen publiée en 1979 sous la direction de Michel Mollat1. C’est également sur la cité et son suburbium qu’ont porté toutes les enquêtes d’histoire et d’archéologie rouennaises effectuées depuis cette date sur la période du xe au xiie siècle2. Si l’on veut saisir le phénomène urbain dans toute sa complexité, il paraît cependant nécessaire d’élargir le champ de recherche aux relations entre la ville et son arrière-pays, comme cela a été déjà fait pour d’autres capitales régionales hors de Normandie3. C’est ce que nous allons tenter ici, sans autre ambition que de dresser un premier état des lieux.

2Cette enquête ne portera ni sur la périphérie immédiate de la cité, ni sur le ressort de la lointaine préfiguration du bailliage du xiiie siècle que constitue la vicomté ou « comté » de Rouen. La plupart des faits étudiés se situent dans une zone intermédiaire, représentant un secteur de 10 à 15 km de rayon autour de la ville. Ainsi délimité, notre champ de recherche correspond à peu près à l’étendue du district actuel de l’« Agglomération de Rouen », qui regroupe aujourd’hui près d’une quarantaine de communes.

3Géographiquement, ce secteur se définit essentiellement comme une zone fluviale et forestière. L’élément structurant est le méandre que décrit la Seine au sud de la cité. Il englobe la forêt de Rouvray sur les hauteurs, un étage de cultures sur la terrasse intermédiaire, une série de villages-rues au bord de la Seine, et enfin une vaste étendue de prairies alluviales. Au nord, à l’est et à l’ouest s’étendent des plateaux boisés, les massifs les plus importants étant la Forêt Verte au nord de la ville et la forêt de Roumare à l’ouest ; ces plateaux sont entrecoupés de vallées dont plusieurs convergent vers la cuvette de Rouen.

Les résidences ducales et leurs dépendances

4Les textes des xie et xiie siècles nous font connaître quatre résidences princières à la périphérie de la ville. Trois se trouvaient dans la boucle de la Seine, sur la rive gau-che : le manoir de Quevilly, sur le site de l’actuelle chapelle Saint-Julien (commune du Petit-Quevilly) ; le prieuré de Notre-Dame-du-Pré entre Quevilly et le faubourg d’Émendreville (aujourd’hui Saint-Sever), où séjournèrent occasionnellement les ducs et duchesses de Normandie ; le manoir d’Oissel, sous la lisière orientale de la forêt de Rouvray. Une seule résidence ducale est attestée sur la rive droite, celle de Sainte-Vaubourg, à une dizaine de kilomètres en aval de la ville, au contact de la forêt de Roumare.

  • 4 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Mém (...)
  • 5 Chronique de Robert de Torigny, abbé du Mont-Saint-Michel, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Br (...)
  • 6 Annales de l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges. Chronique universelle des origine (...)
  • 7 Recueil des actes d’Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provin (...)
  • 8 J. R. Strayer, The Royal Domain in the Baillage of Rouen, Princeton, Princeton University (...)
  • 9 Lieu-dit « Port-Richard », commune du Petit-Quevilly (C. de Beaurepaire, Dictionnaire top (...)

5La première mention de la villa ducale de Quevilly se trouve dans les Gesta de Dudon de Saint-Quentin, écrits au début du xie siècle. Selon cet auteur, c’est dans cette résidence suburbaine que le duc Guillaume Longue Épée († 942) aurait confié son jeune fils Richard à ses trois tuteurs, Bernard, Bothon et Anslech4. Par la suite, le site ne réapparaît dans les sources écrites qu’au cours de la seconde moitié du xiie siècle. Robert de Torigni signale la reconstruction du manoir ducal par Henri II en 11615. On a conservé huit actes de ce duc datés de Quevilly pour la période 1170-1173. C’est là qu’Henri II séjournait lorsqu’en 1173 il apprit la rébellion de son fils Henri le Jeune6. Le complexe de bâtiments, que l’auteur des annales de Jumièges qualifie de « palais », se composait de plusieurs édifices dispersés dans un enclos : un document du début des années 1180 mentionne le clausum domorum7. Seule la chapelle, alors sous le vocable de Notre-Dame, a survécu ; elle conserve un décor peint de grande qualité que son iconographie mariale permet d’attribuer à la période palatiale de l’édifice, celui-ci ayant changé son vocable en celui de Saint-Julien lors de la transformation du site en léproserie en 1183. D’autres textes évoquent la « salle du roi » et, après 1183, la « salle des lépreuses » ou « salle des pucelles », cette dernière correspondant vraisemblablement à un bâtiment de grandes dimensions, peut-être l’ancienne aula du manoir ducal8. À la résidence ducale se rattachaient un vaste parc et probablement un port fluvial, au lieu-dit « Port-Richard »9 (fig. 1).

Fig. 1 – Le domaine ducal et ses dépendances autour de Rouen

Fig. 1 – Le domaine ducal et ses             dépendances autour de Rouen
  • 10 Chanoine A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1901, t. I, p. 394.
  • 11 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, M. Chibnall (éd.), Oxford, Clare (...)
  • 12 Recueil des actes d’Henri II…, « Introduction », t. I, p. 143 ; Le Dragon normand et autr (...)

6Situé entre Quevilly et Émendreville, au milieu des prairies, le monastère de Notre-Dame-du-Pré fut fondé en 1063 par Guillaume le Bâtard et Mathilde. Le terrain appartenait à l’abbaye du Bec-Hellouin, qui en fit un de ses prieurés. Les constructions restèrent relativement modestes jusqu’au temps d’Henri Ier Beauclerc. Ce dernier fit faire des travaux, construisit ou reconstruisit le cloître et le mur d’enceinte, ce qui lui valut d’être considéré comme un second fondateur10. Notre-Dame-du-Pré ne comptait pas parmi les lieux de séjour habituels des ducs. Grâce à Orderic Vital, on sait toutefois que le duc Robert Courteheuse s’y réfugia lors de l’émeute rouennaise de 109011. Plus tard, Mathilde l’Emperesse en fit l’une de ses résidences favorites ; c’est là qu’elle émit vers 1154 un de ses premiers actes en Normandie, et c’est en ce même prieuré qu’elle mourut en 116712.

  • 13 D. Bates, Regesta Regum Anglo-Normannorum – The Acta of William I (1066-1087), Oxford, Cl (...)
  • 14 Ibid., no 264.
  • 15 C. Johnson et H. A. Cronne, Regesta Regum Anglo-Normannorum, 1066-1154, Oxford, Clarendon (...)
  • 16 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, A.-L. Léchaudé d’Anisy e (...)
  • 17 Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXIII, Paris, Imprimerie nationale, (...)

7La résidence ducale d’Oissel est mentionnée pour la première fois en juin 1082, dans un acte de Guillaume le Conquérant et de Mathilde pour Marmoutier13. Au mois de septembre de la même année, un plaid rassembla en ce même lieu, autour de Guillaume, un grand nombre de prélats, d’abbés et de barons14. Henri Ier Beauclerc y fit plusieurs séjours entre 1106 et 1129. Les installations semblent avoir été relativement sommaires. C’est au milieu d’une prairie que se tint le plaid de septembre 1082. Dans un document du temps d’Henri Ier, il est spécifié que le gardien du manoir, Roland d’Oissel, doit fournir un édredon pour couvrir le lit du roi, de la paille pour garnir les paillasses ou tapisser le sol de la chambre chaque fois que le roi se rend en sa maison d’Oissel ; il doit aussi fournir un logement au maître d’hôtel du roi15. Oissel fut néanmoins un des principaux lieux de justice des ducs sur la rive gauche. Après le grand plaid de septembre 1082, où Guillaume rendit son arbitrage au sujet des droits d’exemption de l’abbaye de Saint-Wandrille, d’autres plaids s’y tinrent en 1150-1151 ; à la fin du xiie siècle, les hommes d’Oissel durent s’acquitter d’une amende pour avoir laissé échapper un prisonnier16. Comme à Quevilly, le domaine avait son propre port sur la Seine17.

  • 18 On connaît quatre actes d’Henri Ier datés de Sainte-Vaubourg, entre 1120 et 112 (...)
  • 19 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, CTHS, 1995, p. 402-404.

8Le manoir de Sainte-Vaubourg est mentionné pour la première fois au début du xiie siècle, comme maison de chasse d’Henri Ier18. Des bâtiments de l’époque ducale, qui ne semblent pas avoir été, là non plus, très importants, seuls subsistent quelques vestiges de la chapelle. Au domaine était associé un parc de forme ovalaire, clos de palissades et de fossés ; ses limites sont encore bien visibles sur les photographies aériennes19.

  • 20 M. Roblin, Le Terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque, Paris, Picard, 1951, (...)
  • 21 Dudon, p. 192.

9La pluralité de ces lieux de séjours ducaux, leur dispersion autour de la ville et leur relation avec les massifs forestiers se situent dans la tradition du haut Moyen Âge. Un bon élément de comparaison nous est fourni par les résidences de chasse des rois mérovingiens autour de Paris. Située à 6 km au nord-ouest de l’Île de la Cité, dans une boucle de la Seine, la villa royale de Clichy était associée à un massif boisé que les textes du viiie siècle appellent la « forêt de Rouvray » (actuel bois de Boulogne)20. L’ancienneté des toponymes d’Oissel et de Quevilly, la présence de plusieurs cimetières mérovingiens sur l’emprise de ces paroisses et l’existence probable de ports domaniaux comme dans les fiscs d’Arelaunum et du Vaudreuil, renforcent la présomption de lointains antécédents. Cela ne signifie pas que les sites des villae elles-mêmes n’ont pas varié : au palais de Bézu-la-Forêt (Eure), où séjournaient les rois carolingiens lorsqu’ils venaient chasser dans l’actuelle forêt de Lyons, les ducs semblent avoir préféré, dès le règne de Guillaume Longue Épée (c. 927-942), la villa de Lyons21. La continuité est très probable en revanche pour les réserves forestières associées à ces villae : propriétés du fisc carolingien, elles furent transmises aux comtes de Rouen en 911 et constituèrent la base foncière des domaines de chasse des ducs autour de la ville.

  • 22 Recueil des actes d’Henri II…, t. II, p. 87 et 297.

10Au cours des vingt dernières années du règne d’Henri II, le centre politique de l’État anglo-normand s’étant déplacé vers l’Aquitaine, les séjours royaux se firent plus rares en Haute-Normandie. Plutôt que d’en continuer inutilement l’entretien, Henri II décida de se défaire de deux de ses manoirs suburbains en faveur d’établissements religieux. Entre 1172 et 1178, il fit don aux Templiers de sa maison de Sainte-Vaubourg, avec son parc. Un peu plus tard, la villa de Quevilly fut cédée à une communauté de sœurs hospitalières22. Le domaine du méandre de Rouen revint au centre des préoccupations des ducs-rois dans les dernières années du xiie siècle, mais, cette fois-ci, pour des motifs d’ordre strictement militaire. Afin de s’assurer le contrôle des accès à la capitale du duché, Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre firent construire à grands frais deux puissantes forteresses à la racine du méandre, la Roche-d’Orival du côté amont, Moulineaux du côté de l’aval.

Le domaine ducal fieffé

  • 23 J. Le Maho, « L’apparition des seigneuries châtelaines dans le Grand-Caux à l’époque duca (...)

11Au milieu des années 1970, une étude sur les fiefs du pays de Caux au temps des ducs nous avait permis de constater que, dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour des palais de Fécamp et de Lillebonne, la majorité des fiefs était détenue par des lignages de chevaliers ou d’officiers de la maison du duc. Ces recherches avaient également mis en évidence, dans ces deux domaines princiers comme dans l’honneur des Giffard à Montivilliers, une répartition en trois zones concentriques : un noyau central correspondant au domaine non fieffé, un espace intermédiaire peuplé d’officiers et de serviteurs, une zone périphérique confiée à la défense de milites23.

  • 24 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, T. Stapleton (éd.), Londres, Socié (...)

12L’examen de la carte féodale de la région rouennaise nous amène aujourd’hui à des constatations analogues. À proximité des massifs boisés qui constituent l’assise du domaine non fieffé, les textes évoquent la présence d’un grand nombre d’officiers de la maison du duc. Dans la plupart des cas, ces textes concernent l’octroi de terres ou de rentes à titre de rémunération pour leur service. C’est ainsi qu’au cours de la seconde moitié du xiie siècle, les chapelains du palais de Rouen reçurent la dîme des porcheries des Essarts ; à un trésorier de Normandie fut attribuée celle des porcheries des forêts de Roumare et de Rouvray ; à un parquier et au gardien du domaine d’Oissel, des droits d’usage dans la forêt de Rouvray ; pour la garde de la tour de Rouen, Hugues de Cressy obtint 20 acres de pré dans le parc de Quevilly24.

  • 25 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie et de la Seine-Inférieure, (...)

13Une autre série de textes concerne les fiefs constituant l’assise de lignages d’officiers de la maison ducale, souvent détenteurs d’une charge héréditaire. Certains de ces fiefs sont clairement désignés comme des « fiefs de service ». Dans la confirmation des biens du prieuré Saint-Lô de Rouen entre 1179 et 1182, il est ainsi fait mention de 2 acres de pré à Croisset, de feodo unius monetarii ; le sire de Barentin déclare tenir sa terre du roi pro esse falconarius regis25.

  • 26 D. Bates, Regesta…, no 237.
  • 27 Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), M. Fauroux (éd.), Mémoires (...)

14La répartition géographique de ces fiefs laisse apparaître le souci qu’eurent les ducs de ne pas laisser se constituer de grands honores à proximité des centres du pouvoir. Aux environs immédiats de la ville, la plupart des inféodations furent faites en faveur de serviteurs du palais ou d’officiers de rang subalterne. Il faut aller jusqu’aux abords de la forêt de Roumare pour rencontrer de plus hauts personnages comme Gerald, sénéchal de Guillaume le Conquérant et souche de la famille de Roumare26, dont un membre allait être justicier de Normandie au temps d’Étienne, ou encore le Chambellan de Normandie à Boscherville. Si la fondation de la collégiale Saint-Georges par Raoul fils Gérald, précepteur et grand chambellan de Guillaume le Bâtard, semble bien désigner Boscherville comme le chef-lieu primitif du patrimoine du lignage qui allait prendre plus tard le nom de Tancarville, il est cependant révélateur de constater que cette famille ne détenait qu’une partie du village : plusieurs autres tenants du duc y étaient présents, simples milites comme les sires de Bardouville, ou officiers comme les sires de Gerponville27. Ceci explique le nombre relativement faible de châteaux dans la région rouennaise. Les plus importants d’entre eux se trouvaient à une certaine distance de la ville, comme ceux de Villers-Écalles, aux chambellans de Tancarville, de Clères et de Cailly, sans oublier les deux fortifications dont les restes se voient encore sur le territoire de Préaux, l’une, en terre, au cœur du village, la seconde, en pierre, sur la lisière des bois.

  • 28 J. Le Maho, « Les découvertes de Notre-Dame-de-Bondeville : quelques hypothèses », Bullet (...)
  • 29 J. Le Maho, « Châteaux d’époque franque en Normandie », Archéologie médiévale, t. X, 1980 (...)
  • 30 Orderic Vital, vol. VI, p. 280 : Interea Rutubus potens sevusque tirannus inexp (...)
  • 31 Le lien avec le passage d’Orderic Vital ne semble avoir été vu par aucun des nombreux spé (...)

15La présence autour de Rouen de nombreux officiers et milites de la maison ducale est évidemment liée au rôle de cette ville comme siège principal de la dynastie depuis 911. Toutefois, cette situation trouve ses antécédents dans une période très antérieure à celle des ducs. Au milieu du viie siècle, alors que Rouen était ville royale, résidait à proximité de cette ville un des principaux chefs de l’armée franque, le dux Amalbert. Ce haut personnage, qui fut un des leaders de l’opposition neustrienne au maire du palais Ebroïn dans les années 670, est aussi connu pour avoir fondé un monastère de femmes dans son domaine familial de la région rouennaise. Le seul récit qui nous a été conservé de cette fondation, dans la Vie de sainte Austreberthe, n’indique pas le nom du domaine, mais on peut en déduire que les propriétés d’Amalbert se situaient au nord-ouest de Rouen, ce qui accrédite fort son identification au site de Notre-Dame-de-Bondeville, à 6 km de la ville. En effet, des fouilles archéologiques ont fait découvrir à cet endroit, en 1999, les restes d’une vaste église mérovingienne, superposés aux vestiges d’un habitat aristocratique du viie siècle28. C’est probablement à cette curtis que se rattachait le domaine de chasse constitué par l’actuelle « Forêt Verte », connue au xie siècle sous le nom de Sylveison. De même, la présence des vicomtes de Rouen du xie siècle sur la colline du Mont-de-Rouen, au sud-est de la ville, pourrait trouver sa lointaine origine dans celle des comtes de l’époque carolingienne sur un site voisin, le promontoire fortifié du « Câtelier » à Bonsecours29. Une vieille légende rouennaise recueillie par Orderic Vital au début du xiie siècle évoque les souvenirs épiques s’attachant au « tyran Rutubus » et à son castellum implanté sur une hauteur au-dessus de la Seine30 ; le roman de « Robert le Diable », qui situe le mythique château de Robert sur une colline surplombant le fleuve, semble s’inspirer en partie de cette légende31.

Établissements ecclésiastiques et hospitaliers

  • 32 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 7, p. 418.
  • 33 Il a existé au manoir de Déville une « mare Saint-Romain ». Cette dénomination est peut-ê (...)
  • 34 F. de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Par (...)
  • 35 Gesta Sanctorum Patrum Fontanellensis coenobii (Gesta abbatum Fontanellensium), F. Lohier (...)

16On ne sait à quel moment les archevêques entrèrent en possession de leur manoir suburbain de Déville-lès-Rouen, en aval de Notre-Dame-de-Bondeville : la première mention du domaine est de 113132. Son acquisition pourrait cependant être assez antérieure à cette date. Au manoir s’attachait le massif forestier du « Bois-l’Archevêque » qui a pu appartenir à la mense archiépiscopale au temps de Robert d’Évreux (989-1037) ou de son successeur Mauger (1037-1055), tous deux grands amateurs de chasse33. Là encore, il s’agit d’une tradition très ancienne. Au viiie siècle, déjà, les archevêques de Rouen possédaient une grande garenne dans la boucle de la Seine en amont de Rouen ; c’est là, dans un domaine de l’episcopium nommé Cloviald (peut-être Cléon, mentionné sous la forme Cloion à la fin du xiie siècle)34, que l’archevêque Rainfroy, critiqué pour ses mœurs séculières et démis de ses fonctions vers 755, se retira et vécut jusqu’à la fin de ses jours35.

  • 36 Gallia Christiana, t. XI, col. 47.
  • 37 Ibid., col. 319 ; R. Strayer, « A forged Charter of Henri II for Bival », Speculum, XXXIV (...)

17Au-delà d’un cercle formé par l’abbaye Sainte-Catherine du Mont, le prieuré Saint-Paul (dépendance de Montivilliers) et le prieuré Saint-Gervais (à l’abbaye de Fécamp), trois sites monastiques que l’on peut considérer comme relevant encore du suburbium, les établissements ecclésiastiques se font plus clairsemés. La plupart d’entre eux correspondent à des fondations ducales, d’origine relativement tardive et, par conséquent, assez faiblement dotés ; aucun n’accéda au rang d’abbaye. Il en fut ainsi du prieuré déjà cité de Notre-Dame-du-Pré, du prieuré de Grammont, fondé dans la seconde moitié du xiie siècle à proximité du parc et du vivier des ducs36, et de Sainte-Vaubourg devenu à la même époque une commanderie templière. Les circonstances de la fondation de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame-de-Bondeville demeurent obscures ; elle bénéficia en 1154 d’une donation importante des seigneurs du lieu, mais les ducs contribuèrent également à sa dotation37.

  • 38 Orderic Vital, vol. IV, p. 79-80 ; U. Nilgen, « Thomas Becket en Normandie », in Les Sain (...)
  • 39 Wace, Le Roman de Rou, A. J. Holden (éd.) Paris, Picard, 1970-1973, t. II, p. 5 (...)
  • 40 L.-R. Delsalle, « Le vitrail de la vie de saint Romain (cathédrale Notre-Dame, baie 28) e (...)

18On ne peut terminer ce rapide portrait du « Grand Rouen » sans évoquer un autre élément caractéristique des périphéries urbaines au Moyen Âge, les hospices et maladreries. L’environnement rural des prieurés suburbains, loin du tumulte et des désagréments de la ville, destinait souvent ces établissements à assurer des fonctions hospitalières. En 1087, c’est au prieuré Saint-Gervais que fut transporté Guillaume le Conquérant mourant ; d’autres hauts personnages y firent des séjours de convalescence, comme le chancelier Thomas Becket en 116138. Très tôt, cependant, se manifesta le besoin de construire des établissements spécialisés. Selon Wace, Guillaume le Conquérant fit construire des hôpitaux pour cent pauvres dans quatre villes de Normandie, dont Rouen39. Cependant, cette fondation n’a pas laissé d’archives et sa localisation même nous échappe : il n’y a aucune base textuelle à la tradition qui l’identifie à « l’hôpital de Jéricho », sur la pente du Mont-Sainte-Catherine40.

  • 41 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXIV ; (abbé) P. Lan (...)
  • 42 Cf. J. Fournée, « Les lieux de culte de saint Thomas Becket en Normandie », Ann (...)

19On connaît un peu mieux les circonstances de la fondation des maladreries de Saint-Julien à Petit-Quevilly et de Saint-Jacques du Mont-aux-Malades. Comme nous l’avons vu, la première fut fondée par Henri II, au début des années 1180, sur le site du « palais » ducal de Quevilly. La seconde trouve son origine dans un prieuré de chanoines augustins établi au début du xiie siècle sur le coteau de Mont-Saint-Aignan, à proximité d’un chemin public41. Les chanoines y accueillaient les lépreux et bénéficièrent pour cela du soutien d’Henri II, qui leur accorda un droit de foire et, en expiation du meurtre de Thomas Becket, fit construire à ses frais l’église paroissiale Saint-Thomas, proche du prieuré42.

  • 43 J. Biarne, « Le Mans », in Topographie chrétienne des cités de la Gaule, des origines au (...)

20Si ces établissements hospitaliers semblent tous correspondre à des créations de l’époque ducale, leur répartition sur un large rayon autour de la ville, en bordure des chemins publics, n’est pas sans rappeler celle des xenodochia du haut Moyen Âge. On sait qu’il en existait toute une série autour de la ville du Mans dès l’époque mérovingienne43 ; bien que les sources écrites nous fassent ici défaut, la quasi-totalité des archives de la ville ayant brûlé lors du grand incendie de mai 841, il est très probable qu’il en était de même pour Rouen.

Les possessions des Rouennais autour de la ville

21Les actes de donation aux abbayes nous livrent de nombreuses informations sur les propriétés des Rouennais dans la campagne environnante.

  • 44 M. Fauroux, Actes…, no 135.
  • 45 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, Paris, Crapelet, 1840, no 69.
  • 46 Gallia Christiana, t. XI, Instr., col. 154-156 ; M. Fauroux, Actes…, (...)
  • 47 D. Bates, Regesta…, no 236 ; P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de (...)
  • 48 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 49.
  • 49 Ibid., no 40.
  • 50 Les Actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, (...)
  • 51 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, p. 458. Camérier de Richard II (ibid(...)
  • 52 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXXII.

22Avant le milieu du xie siècle, les sires de Varenne disposaient d’un pied-à-terre dans la cité, près de l’abbaye de Saint-Amand, mais également de 100 acres de forêt près de la Trinité-du-Mont et de 14 acres de terre arable à Blosseville-Bonsecours. Leur cuisinier était possessionné à Eauplet, au Pont-Honfroy, à Blosseville-Bonsecours et Sotteville-les-Rouen, lieux tous situés à l’est de Rouen44. Dans les années 1030-1040, Lesceline, comtesse d’Eu, résidait à Rouen avec ses fils dans son hôtel de la rue Saint-Nicolas45. À l’abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives, elle donna des droits de pêche en Seine à Couronne ; à Saint-Désir de Lisieux, elle céda la terre de Saint-Aubin-Épinay avec toutes ses dépendances ainsi que le domaine de Fontaine-Jacob, au faubourg de Martainville46 ; c’est probablement son fils Hugues, devenu évêque de Lisieux, qui donna son nom au Bois-L’évêque, au-dessus de la vallée de Darnétal47. Au début du principat de Guillaume le Bâtard, Ansfred, fils d’Osbern, vicomte d’Eu, possédait une résidence à Rouen (domum meam propriam). Mais on lui connaît également de nombreux biens autour de la ville : des possessions à Saint-Jacques sur Darnétal et Quévreville-la-Milon, 2 acres de prés entre Quevilly et Couronne, 1 acre entre les deux parties de Quevilly, 2 acres à Émendreville, une maison avec vigne et verger dans un faubourg de la ville ; le tout fut cédé, avec la maison de Rouen, à la Trinité-du-Mont48. C’est également à ce monastère que Roger, fils d’Hugues, évêque de Coutances, fit don de la moulte de sa domus propria à Rouen, avec divers biens à Blosseville (actuellement Bonsecours) et ses environs49. Sous le règne de Guillaume le Conquérant, un certain Bernard, fils d’Ospac, donna à Saint-Étienne de Caen sa maison de Rouen près du mur de la cité, avec tous les prés qu’il possédait à Bapeaume50. Citons encore le cas de Corbuzzon, une des principales figures de la société rouennaise du premier tiers du xie siècle, qui donna à la Trinité-du-Mont un droit de pêche près de l’île d’Oissel et 3,5 acres de pré51, ou encore le cas de Raoul fils d’Étienne, donateur vers 1180 d’un revenu sur un moulin de Carville au prieuré Saint-Lô52. De tout cela se dégage avec évidence une première conclusion : nombreuses étaient les familles qui possédaient non seulement une résidence à Rouen, mais également des biens fonciers et des rentes dans un rayon de 3 à 10 km autour de la ville (fig. 2).

Fig. 2 – Les possessions des Rouennais autour de la ville

Fig. 2 – Les possessions des Rouennais             autour de la ville
  • 53 P. Bauduin, La Première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Norman (...)
  • 54 P. Bauduin, La Première Normandie…, p. 206, n. 136.
  • 55 Enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêché de Bayeux, Recueil des historiens…, t (...)
  • 56 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 24 et 25.
  • 57 M. Fauroux, Actes…, no 96 ; A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 47.
  • 58 Orderic Vital, vol. III, p. 164.
  • 59 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 60.
  • 60 J.-M. Bouvris, « La renaissance de l’abbaye de Montivilliers et son développement (...)
  • 61 D. Bates, Regesta…, no 231.
  • 62 ADSM, G 7, p. 418 (bulle d’Innocent II) ; éléments repris dans une bulle pontificale de 1 (...)
  • 63 M. Fauroux, Actes…, no 80.
  • 64 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXXII.
  • 65 M. Fauroux, Actes…, no 52.
  • 66 N. Golb, Les Juifs de Rouen au Moyen Âge. Portrait d’une culture oubliée, Mont-Saint-Aign (...)

23Les origines sociales de ces possédants s’avèrent fort diverses. Parmi eux, on trouvait de hauts personnages comme l’évêque Hugues de Bayeux (c. 1011-1049), fils de Raoul d’Ivry. C’est probablement de ce dernier qu’il avait hérité de ses importantes propriétés d’entre Rouen et Andelle, dont Boos, Bouquelon et Celloville à l’est de la ville53 ; d’autres éléments du patrimoine d’Hugues semblent avoir plutôt relevé de la mense épiscopale, comme les revenus sur des moulins de Bapeaume54. Lorsqu’il se rendait à Rouen, Hugues devait séjourner à l’hôtel des évêques de Bayeux, que plusieurs sources du xiie siècle situent près du palais ducal, sur le front de Seine55. Au nombre des Rouennais possessionnés dans la campagne environnante, il faut également ranger certains grands officiers du palais ducal, comme les vicomtes de Rouen ; durant la première moitié du xie siècle, la charge était détenue par la famille d’Arques, connue pour détenir des propriétés sur le Mont-Sainte-Catherine, à Quevilly et dans la vallée de Maromme56. D’un fils du vicomte Erchembaldus, les moines de la Trinité-du-Mont obtinrent le Val-Richer (v. 1040), puis la moitié d’une chapelle à Bois-Guillaume (1068-1071)57. À la fin du xie ou au début du xiie siècle, Raoul de Montpinçon, sénéchal de Normandie, donna à Saint-Évroult 2 acres de prés à Émendreville58. D’un rang un peu plus modeste était ce monétaire du nom d’Eudes, fils d’un cuisinier du palais, qui figure parmi les bienfaiteurs de la Trinité-du-Mont entre 1050 et 107559. D’autres étaient des barons ou des chevaliers de la maison du duc, comme les sires de Conteville, détenteurs au début du xie siècle d’une propriété sur la rive gauche, à l’emplacement de la future abbaye du Pré ; Hugues de Grandmesnil, possessionné à Quevilly60 ; ou encore ce miles du nom de Roger, fils de Turold, qui, sur le point de partir en Angleterre avec Guillaume en 1066, donna aux moines de la Trinité-du-Mont 3 acres de terre à Sotteville-les-Rouen61. La plupart de ces seigneurs appartenaient à des familles étrangères à la région rouennaise, mais disposant d’un pied-à-terre dans la capitale normande. Nombreux étaient aussi, parmi les possesseurs de biens autour de la ville, les dignitaires ecclésiastiques. En 1131, le premier inventaire connu des biens de l’archevêché mentionne des prés et une grange à foins (domus ad fena conservanda) sur la rive gauche de la Seine, en amont de Sotteville62. Entre 1032 et 1035, Hugues, archidiacre de Rouen, vendit à l’abbaye de Saint-Wandrille son fief de Saint-Étienne du Rouvray, qui comprenait 14 hôtes, 2 vavasseurs et 24 arpents de pré63. Certaines propriétés suburbaines constituaient l’assise d’une prébende canoniale : vers la fin du xiie siècle, on trouve citée une prébende du chapitre de Saint-Lô au Bourg-Denis, à l’est de la ville64. D’autres relevaient d’un hôtel monas-tique ; depuis une donation de Richard II, en 1025-1026, l’abbaye de Saint-Wandrille était en possession d’un manoir au faubourg nord, près de l’église Saint-Laurent, mais aussi de 3 arpents de pré à Quevilly65. Il faudrait cependant se garder d’en conclure que l’aristocratie et l’Église étaient seules à détenir des biens dans la campagne environnante. Un récit hébraïque du xie siècle étudié par Norman Golb nous rapporte l’histoire d’un riche marchand juif de Rouen, Mar Reuben, contraint à l’exil par le duc Robert le Magnifique ; ce dernier lui avait confisqué tous ses biens, dont une terre apparemment située à faible distance de la ville, au-delà de la forêt66.

  • 67 M. Fauroux, Actes…, no 39.
  • 68 Voir par ex. A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 69 ; M.-J. (...)
  • 69 M. Fauroux, Actes…, no 80.

24La fortune de ces personnages et de ces familles n’était donc pas seulement d’origine foncière. Outre ses nombreuses propriétés autour de Rouen, Adèle, bienfaitrice de Saint-Ouen sous le règne de Richard II, disposait d’un patrimoine considérable en argent et en bétail67. Les mêmes seigneurs que les textes montrent comme détenteurs de biens autour de la ville possédaient souvent aussi un « cellier » dans le port de Rouen, ce qui suppose des intérêts dans le commerce du vin68. Pour beaucoup, l’achat et la vente de terres dans la campagne rouennaise étaient un moyen de réaliser de fructueuses opérations financières ; entre 1032 et 1035, l’archidiacre de Rouen Hugues vendit pour la somme de 80 livres sa terre de Saint-Étienne du Rouvray à l’abbaye de Saint-Wandrille69 ; une grande partie des acquisitions effectuées par les moines de la Trinité-du-Mont autour de leur abbaye au xie siècle le furent à prix d’argent.

  • 70 M. Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 251-300.
  • 71 Recueil des actes de Charles II le Chauve, G. Tessier (éd.), Paris, Imprimerie (...)

25On serait tenté d’en conclure que la détention de propriétés à la campagne était moins, au sein de la société urbaine, un signe aristocratique ou féodal que l’indicateur d’un certain niveau de richesse. S’il fallait trouver une marque distinctive à cette catégorie de Rouennais, on la verrait volontiers dans la possession d’un manoir en ville, une de ces grandes et belles maisons de pierre à étage, élevées en retrait de la rue, avec dépendances, cour et jardin, dont quelques découvertes archéologiques récentes nous ont livré les vestiges70. Les propriétés suburbaines devaient jouer le rôle d’une sorte de complément économique de ces manoirs, auxquels elles apportaient des rentes en argent pour l’entretien des bâtiments, mais aussi des provisions de bouche, du foin pour les chevaux et du bois de chauffage. Là encore, il ne s’agit pas d’une situation vraiment nouvelle. À la fin du règne de Charles le Chauve (875-876), deux diplômes royaux montrent que les chanoines de la cathédrale et les moines de Saint-Ouen possédaient déjà des moulins, des prés, des bois et des pêcheries à la périphérie de la ville ; les mêmes textes font état de possessions des notables rouennais à l’extérieur de l’enceinte urbaine71. Depuis toujours, la zone du Grand-Rouen semble donc avoir fonctionné comme une sorte de « poumon économique » de la cité.

Le rôle économique de la périphérie urbaine

  • 72 L. Musset, « Une institution peu connue de la Normandie ducale : les prés et les foins du (...)
  • 73 M. Fauroux, Actes…, no 52 et 85.
  • 74 Ibid., no 39, 36, 119 ; Orderic Vital, vol. III, p. 164.
  • 75 J.-M. Bouvris, « La renaissance de l’abbaye de Montivilliers… », p. 79, no 24 ; Mémoires (...)

26Dans un rayon de 5 à 8 km autour de la ville s’étendaient, de part et d’autre de la Seine, de vastes zones de prairies inondables. Essentiellement exploitées comme prés de fauche, elles constituaient, du point de vue économique, l’équivalent de la « prairie » ducale de Caen étudiée par Lucien Musset72. Entrée dans le domaine des ducs dès 911, cette réserve foncière fut toutefois l’objet de démembrements plus précoces. Aux donations de Richard II et de Robert le Magnifique en faveur des abbayes de Saint-Wandrille et de Fécamp73 succède toute une série d’actes de particuliers. Avant 1026, une certaine Adèle fit don à Saint-Ouen de son alleu en prés à Quevilly ; à Fécamp, un fidèle de Richard II céda divers droits dans le marais de Couronne ; à la Trinité-du-Mont, un fils du vicomte d’Eu donna, entre 1040 et 1050, plusieurs lots de prés entre Quevilly et « les deux Couronne », « entre les deux Quevilly » et à Émendreville ; à Saint-Évroult, Raoul de Montpinçon, sénéchal de Normandie, donna 2 acres de pré à Émendreville74 ; à Montivilliers, Hugues de Grandmesnil céda 4 acres de pré à Quevilly ; à l’abbaye de Cormeilles, les sires de Breteuil firent don de prés à Couronne et à Quevilly75. Le haut degré de morcellement de la propriété dans les prairies est confirmé par la microtoponymie : à partir du xiie siècle, il n’est pas rare de rencontrer des appellations du type le « Fossé-Roger » ou le « Fossé-Guillaume ».

  • 76 M. Fauroux, Actes…, no 39 ; Gallia Christiana, t. XI, Instr., col. 154-156.

27Les mentions de pêcheries (aquaria, piscaria, gordus) s’inscrivent dans la même évolution. Les plus anciennes attestations concernent essentiellement des libéralités ducales. Mais, dès avant 1026, on trouve une pêcherie de Quevilly entre les mains d’Adèle, bienfaitrice de Saint-Ouen ; à l’abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives, Lesceline, comtesse d’Eu, fit don de deux traits de pêche sur la Seine, à la hauteur de Couronne76.

  • 77 Bois des sires de Varenne en amont de la ville (M. Fauroux, Actes…, no 135) ; b (...)
  • 78 Actes en faveur de Grammont (Recueil des actes d’Henri II…, t. II, p. 351-352), (...)
  • 79 C. Johnson et H. A. Cronne, Regesta…, t. II, no 1 087.

28Au cours de la période considérée, la ceinture forestière du Grand-Rouen ne demeura pas toute entière dans le domaine des ducs. Si les forêts de Rouvray et de Roumare restèrent jusqu’au bout propriétés ducales, la Forêt Verte était propriété des moines de Saint-Ouen après avoir été pendant quelque temps celle de leurs confrères de Fécamp, et les bois couvrant les coteaux autour de la ville dépendaient d’un grand nombre de seigneurs laïques ou ecclésiastiques77. Les forêts ducales demeurent toutefois, pour cette période, les mieux documentées. Il faut d’abord souligner la volonté qu’eurent les ducs de préserver aussi longtemps que possible l’intégrité des massifs. Les défrichements, généralement liés à des cessions de parts de forêt pour la rémunération des officiers de la couronne, restèrent limités : en dehors de la trouée du petit hameau des Essarts dans la forêt de Rouvray, c’est sur la lointaine périphérie que se rencontrent, à partir de la fin de la période, la plupart des villages neufs. Les ducs veillèrent également à ne pas multiplier les concessions de droits d’usage. En ce qui concerne les établissements religieux, seuls ceux qui étaient riverains ou disposaient d’un prieuré dans l’agglomération rouennaise bénéficièrent, par la faveur du duc, de droits de pasnage, de contingents de bois de chauffage et de construction78. Les rares particuliers bénéficiant de privilèges analogues étaient des officiers du palais ou des agents en fonction dans ces domaines forestiers, comme Roland, intendant du domaine d’Oissel au temps d’Henri Ier, auquel fut reconnu en 1115 le droit de prendre du bois de construction et de chauffage selon ses besoins79. En revanche, sans doute là aussi dans un souci de préservation, les ducs se gardèrent toujours de consentir les mêmes privilèges aux habitants de Rouen.

  • 80 Orderic Vital, vol. III, p. 36.
  • 81 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXXII.
  • 82 Recueil des actes d’Henri II…, t. II, p. 351-352.
  • 83 Magni Rotuli…, T. Stapleton (éd.), t. I, p. 99.
  • 84 Magni Rotuli…, A.-L. Léchaudé d’Anisy et A. Charma (éd.), p. 66.

29Les bois de la région rouennaise constituaient également pour les ducs un domaine de chasse et une réserve de gibier jalousement gardée : on sait avec quelle fierté ceux-ci présentaient à leurs visiteurs, de la fenêtre de leurs appartements en haut de la grosse tour du palais de Rouen, la « forêt giboyeuse » qui s’étendait à perte de vue sur la rive gauche de la Seine80. Pendant longtemps, seules quelques prises, strictement contingentées, furent autorisées aux officiers ou aux établissements religieux. Roland d’Oissel devait se contenter de menu gibier comme le lièvre, le renard, le chat et la marte ; vers 1180, on reconnut aux chanoines de Saint-Lô le don d’un cerf à prendre dans la forêt ducale81. Ce n’est pas avant la fin du xiie siècle, lorsque les ducs entreprirent de se défaire d’une partie de leurs domaines rouennais, qu’ils accordèrent aux religieux de Grammont le droit de prendre, en forêt de Rouvray, tous les sangliers dont ils auraient besoin82. La préservation de la forêt était également une condition indispensable à l’élevage extensif des porcs. Les rares chiffres donnés par les textes ne donnent probablement qu’une faible idée de l’importance de cette activité d’élevage, au regard des énormes besoins qui devaient être ceux de l’agglomération rouennaise : les registres de l’Échiquier dénombrent 7 porcheries dans la clairière des Essarts, 8 dans la forêt de Roumare83. De cette activité d’élevage témoignent également, de manière plus indirecte, les textes évoquant les clôtures temporaires mises en place pour permettre la régénération de la forêt après le passage des troupeaux. C’est ainsi que les comptes de l’Échiquier mentionnent l’installation de trois « haies » dans les bois de Moulineaux84.

  • 85 M. Casset, « Un mode de gestion de l’espace rural : les parcs à gibier en Normandie au Mo (...)
  • 86 « W. vaccarius regis de Molinellos », 1066-1089 (ADSM, 16 H, Cart f. 320 ; indi (...)

30Cet élevage extensif trouvait son complément dans le système domanial que les ducs, tirant parti des avantages naturels de la plaine alluviale de Rouen, exploitaient dans les « parcs » de leurs résidences suburbaines. Ces enclos de plusieurs dizaines d’hectares, ceinturés de haies vives ou de palissades, s’apparentaient à de vastes fermes d’élevage, destinées au pacage du bétail et à la production de fourrage ; en outre, la clôture englobait souvent une garenne et un vivier85. Ces différentes caractéristiques se retrouvent dans la documentation qui nous a été conservée pour le parc de Quevilly et, dans une moindre mesure, pour celui de Sainte-Vaubourg. Au même principe de la ferme-modèle se rattachent les « vacheries », établissements spécialisés dans la production du lait et des fromages. La plus ancienne mention concerne la « vacherie » de Moulineaux, attestée entre 1066 et 1089 ; celles de Saint-Jacques-sur-Darnétal et de Saint-Martin de Boscherville ne sont pas attestées avant la fin du xiie siècle ; à la même époque, le seul prieuré de Grammont recevait, de l’une de ces exploitations, 300 fromages par an86.

  • 87 D. Bates, « Rouen from 900 to 1204… », p. 1-11.
  • 88 M. Fauroux, Actes…, no 39 (église identifiée par erreur à Saint-Julien ; sur ce point, cf (...)
  • 89 Recueil des actes de Charles II le Chauve, t. II, no 399, p. 387 ; sur l’identification d (...)

31Comme l’a bien montré David Bates, la prospérité de la place marchande de Rouen au temps des ducs reposait pour une large part sur le commerce et le transit des vins de Bourgogne et d’Île-de-France à destination de l’Angleterre87. Face à l’importance de ce trafic, la présence de quelques clos de vignes sur les coteaux dominant la ville, comme celui que l’acte d’Adèle pour Saint-Ouen mentionne au-dessus de l’église Saint-Vivien, ou encore la vigne de Poceron sur un coteau du Mont-Saint-Aignan, peut paraître relativement anecdotique88. Elle constitue cependant la survivance remarquable d’un élément du paysage suburbain du haut Moyen Âge : en 872-875 déjà, un diplôme pour la cathédrale fait mention de plusieurs vignes à proximité de Rouen, vraisemblablement dans la vallée de Darnétal89.

  • 90 J. Le Maho, « Quelques documents sur la production de céramique et de vaisselle de bois e (...)
  • 91 M. Fauroux, Actes…, no 158 ; la découverte, de 2003, concerne un site d’atelier des XIe (...)
  • 92 Ibid., no 116 (lecture fautive « torratores »).

32Une autre résurgence de l’époque prénormande – mais peut-être faut-il parler plutôt ici de permanence – réside dans la localisation périphérique de certaines activités artisanales comme la poterie ou la production de vaisselle de bois tourné. À l’atelier de potiers carolingien de la forêt de la Londe, situé à une vingtaine de kilomètres de Rouen, avaient succédé d’autres centres de production comme celui de Montaure, dans une clairière de la forêt de Bord. L’activité potière n’y est pas attestée avant les années 126090 ; mais il n’est pas sans intérêt de noter que la plus grande partie de ce village appartenait vers 1060 à Stigand, sénéchal de Guillaume le Bâtard, également connu pour ses possessions dans le quartier de la « Poterie » de Rouen, à proximité de l’église Saint-Étienne-des-Tonneliers ; une récente découverte archéologique a montré qu’une partie des céramiques peintes du xie siècle recueillies dans les fouilles de Rouen a de bonnes chances de sortir, précisément, des fours de la région de Montaure91. À n’en pas douter, c’est également au marché urbain que les nombreux tourneurs sur bois travaillant dans les forêts rouennaises destinaient l’essentiel de leur production ; ce devait être notamment le cas de ces tornatores qu’un texte signale vers 1040 dans les bois de Boos92.

Conclusion

  • 93 J. Le Maho, « Rouen à l’époque des incursions vikings (841-911) », Bulletin de la Commiss (...)

33Voici quelques années, une analyse des sources textuelles et archéologiques nous avait conduit à avancer l’hypothèse d’une refonte urbanistique de la cité de Rouen à la fin du ixe siècle. Réalisée à l’initiative du roi Eudes (888-898), cette vaste opération aurait eu pour but de repeupler la cité en y rassemblant une large partie de la population marchande des faubourgs et des vici portuaires de la zone fluviale ; à ce moment, la cité de la basse Seine, bientôt promue au rang de capitale du duché, concentrait en ses murs l’essentiel des activités artisanales et marchandes de la région93. La documentation que nous venons de passer en revue montre néanmoins tout ce qu’un tel regroupement – essentiellement dicté, peut-on penser, par des préoccupations d’ordre fiscal – avait d’artificiel : les liens d’interdépendance, fort complexes, que la ville entretenait depuis des temps immémoriaux avec son arrière-pays ne furent jamais abolis.

34À l’ancienneté des liens économiques de la cité avec la campagne environnante s’ajoutent des traits plus spécifiquement liés aux fonctions politiques et religieuses de la ville. Dans un rayon d’une dizaine de kilomètres s’impose partout la présence des ducs, des membres de leur entourage, des officiers du palais et des dignitaires de l’Église normande. On peut se demander dans quelle mesure une situation plus ou moins comparable ne se retrouverait pas dans la campagne de Bayeux, par exemple. Quoi qu’il en soit, un important travail de recherche reste à entreprendre sur les zones périurbaines du duché ; à n’en pas douter, une enquête systématique sur ce thème renouvellerait sensiblement notre vision de l’histoire des villes de la province.

Notes

1 L. Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ve siècle-1204) », in Histoire de Rouen, M. Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 31-74.

2 D. Bates, « Rouen from 900 to 1204 : from Scandinavian Settlement to Angevin “Capital” », in Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, J. Stratford (éd.), Londres, Maney (The British Archaeological Association, Conferences Transactions for the Year 1986 ; XII), 1993, p. 1-11 ; B. Gauthiez, « Paris, un Rouen capétien ? (développements comparés de Rouen et Paris sous les règnes d’Henri II et Philippe Auguste) », Anglo-Norman Studies, XVI, 1994 (Proceedings of the Battle Conference, 1993), p. 117-136 ; J. Le Maho, « Recherches sur les origines de quelques églises de Rouen (VIe-XIe siècles) », Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, t. XLIII, 1995 (1996), p. 143-205 ; Id., « Les lieux de pèlerinage rouennais au temps des ducs (Xe-XIIe siècles) », in Identités pèlerines (Actes du colloque de Rouen, 15-16 mai 2002), C. Vincent (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 2004, p. 45-66 ; D. Pitte, « Architecture civile en pierre à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », Archéologie médiévale, t. XXIV, 1994, p. 251-300 (à compléter par les références jointes par D. Pitte à sa contribution au présent volume : « Apports récents de l’archéologie à la connaissance des villes de Haute-Normandie au Moyen Âge (1975-2000)).

3 C’est notamment une des idées directrices de la thèse d’André Chédeville, Chartres et ses campagnes (XIe-XIIIe siècles), Paris, Klincksieck, 1973 (rééd. Paris, J.-M. Garnier, 1991).

4 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXIII, 1865 (cité désormais Dudon), p. 220.

5 Chronique de Robert de Torigny, abbé du Mont-Saint-Michel, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Brument, 1872, t. II, p. 331-332.

6 Annales de l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges. Chronique universelle des origines au XIIIe siècle, J. Laporte (éd.), Rouen, Lecerf, 1954, p. 68-69.

7 Recueil des actes d’Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces françaises et les affaires de France, É. Berger et L. Delisle (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1920, t. II, p. 297.

8 J. R. Strayer, The Royal Domain in the Baillage of Rouen, Princeton, Princeton University Press, 1936, p. 38.

9 Lieu-dit « Port-Richard », commune du Petit-Quevilly (C. de Beaurepaire, Dictionnaire topographique du département de Seine-Maritime, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, t. II, p. 795).

10 Chanoine A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1901, t. I, p. 394.

11 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, M. Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1969-1980 (cité désormais Orderic Vital), vol. III, p. 222.

12 Recueil des actes d’Henri II…, « Introduction », t. I, p. 143 ; Le Dragon normand et autres poèmes d’Étienne de Rouen, H. Omont (éd.), Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1884, p. 119 et 122.

13 D. Bates, Regesta Regum Anglo-Normannorum – The Acta of William I (1066-1087), Oxford, Clarendon Press, 1998, no 205.

14 Ibid., no 264.

15 C. Johnson et H. A. Cronne, Regesta Regum Anglo-Normannorum, 1066-1154, Oxford, Clarendon Press, 1956, t. II, no 1 087.

16 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, A.-L. Léchaudé d’Anisy et A. Charma (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XVI, 1852, p. 66.

17 Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXIII, Paris, Imprimerie nationale, 1876, p. 613.

18 On connaît quatre actes d’Henri Ier datés de Sainte-Vaubourg, entre 1120 et 1126 ; cf. C. Johnson et H. A. Cronne, Regesta…, t. II, no 1 222, 1 223, 1 439 et 1 440.

19 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, CTHS, 1995, p. 402-404.

20 M. Roblin, Le Terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque, Paris, Picard, 1951, p. 210-211.

21 Dudon, p. 192.

22 Recueil des actes d’Henri II…, t. II, p. 87 et 297.

23 J. Le Maho, « L’apparition des seigneuries châtelaines dans le Grand-Caux à l’époque ducale », Archéologie médiévale, t. VI, 1976, p. 1-147.

24 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, T. Stapleton (éd.), Londres, Société des antiquaires de Londres, 1840-1844, t. I, p. 99, t. II, p. CLXIX.

25 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie et de la Seine-Inférieure, Rouen, Lecerf, 1911, pl. XXXII ; Recueil des historiens…, t. XXIII, p. 613.

26 D. Bates, Regesta…, no 237.

27 Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), M. Fauroux (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXXVI, 1961 (cité désormais M. Fauroux, Actes…), no 197 ; A. Besnard, Monographie de l’église et de l’abbaye Saint-Georges de Boscherville, Paris, Lechevalier, 1899, « Pièces annexes », p. 3.

28 J. Le Maho, « Les découvertes de Notre-Dame-de-Bondeville : quelques hypothèses », Bulletin des Amis des monuments rouennais, octobre 2000-septembre 2001, p. 43-48.

29 J. Le Maho, « Châteaux d’époque franque en Normandie », Archéologie médiévale, t. X, 1980, p. 162.

30 Orderic Vital, vol. VI, p. 280 : Interea Rutubus potens sevusque tirannus inexpugnabile ut putabatur municipium super montem juxta Sequanam servabat, per quod circumjacentem provinciam navesque per proximum flumen meantes cohercebat.

31 Le lien avec le passage d’Orderic Vital ne semble avoir été vu par aucun des nombreux spécialistes de l’histoire littéraire qui, depuis le XIXe siècle, se sont penchés sur les origines de cette chanson de geste (en dernier lieu, voir É. Gaucher, Robert le Diable, histoire d’une légende, Paris, Honoré Champion (Essais sur le Moyen Âge ; no 29), 2003).

32 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 7, p. 418.

33 Il a existé au manoir de Déville une « mare Saint-Romain ». Cette dénomination est peut-être à mettre en rapport avec la dévotion particulière de l’archevêque Robert pour saint Romain, dont il fit la reconnaissance des reliques en 1036 (J. Le Maho, « Les lieux de pèlerinage rouennais… », p. 52-53).

34 F. de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, Picard, 1979, p. 60.

35 Gesta Sanctorum Patrum Fontanellensis coenobii (Gesta abbatum Fontanellensium), F. Lohier et J. Laporte (éd.), Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1936, p. 62-63.

36 Gallia Christiana, t. XI, col. 47.

37 Ibid., col. 319 ; R. Strayer, « A forged Charter of Henri II for Bival », Speculum, XXXIV, 1959, p. 230-237.

38 Orderic Vital, vol. IV, p. 79-80 ; U. Nilgen, « Thomas Becket en Normandie », in Les Saints dans la Normandie médiévale (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 26-29 septembre 1996), P. Bouet et F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2000, p. 192.

39 Wace, Le Roman de Rou, A. J. Holden (éd.) Paris, Picard, 1970-1973, t. II, p. 55.

40 L.-R. Delsalle, « Le vitrail de la vie de saint Romain (cathédrale Notre-Dame, baie 28) et l’histoire de Rouen », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Maritime, t. XLIV, 1996, p. 105.

41 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXIV ; (abbé) P. Langlois, Histoire du prieuré du Mont-aux-Malades-lès-Rouen, Rouen, Fleury, 1851.

42 Cf. J. Fournée, « Les lieux de culte de saint Thomas Becket en Normandie », Annales de Normandie, no 4, octobre 1995, p. 380 ; L. Grant, « Le patronage architectural d’Henri II et de son entourage », Cahiers de civilisation médiévale, t. XXXVII, 1994, p. 76.

43 J. Biarne, « Le Mans », in Topographie chrétienne des cités de la Gaule, des origines au milieu du VIIIe siècle, t. V, Province ecclésiastique de Tours, L. Pietri et J. Biarne (éd.), Paris, De Boccard, 1987, p. 52-56.

44 M. Fauroux, Actes…, no 135.

45 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, Paris, Crapelet, 1840, no 69.

46 Gallia Christiana, t. XI, Instr., col. 154-156 ; M. Fauroux, Actes…, no 140 ; pour l’identification de Fontaines et, par suite, de Sanctum Albinum, voir C. de Beaurepaire, Dictionnaire topographique…, t. I, p. 384.

47 D. Bates, Regesta…, no 236 ; P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXXII.

48 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 49.

49 Ibid., no 40.

50 Les Actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, L. Musset (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXXVII, 1967, no 7, p. 75.

51 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, p. 458. Camérier de Richard II (ibid., p. 459), Corbuzzon fut impliqué dans les luttes civiles qui marquèrent l’avènement de Robert le Magnifique (A. Cheruel, Normanniae nova chronica, Caen, Hardel, 1850, p. 3).

52 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXXII.

53 P. Bauduin, La Première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 206 ; M. Fauroux, Actes…, no 116.

54 P. Bauduin, La Première Normandie…, p. 206, n. 136.

55 Enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêché de Bayeux, Recueil des historiens…, t. XXIII, p. 701.

56 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 24 et 25.

57 M. Fauroux, Actes…, no 96 ; A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 47.

58 Orderic Vital, vol. III, p. 164.

59 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 60.

60 J.-M. Bouvris, « La renaissance de l’abbaye de Montivilliers et son développement jusqu’à la fin du XIe siècle », in L’Abbaye de Montivilliers à travers les âges (Actes du colloque de Montivilliers, 8 mars 1986), Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, no 46, 1988, p. 79, no 24.

61 D. Bates, Regesta…, no 231.

62 ADSM, G 7, p. 418 (bulle d’Innocent II) ; éléments repris dans une bulle pontificale de 1148 publiée par le Chanoine Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen, Paris, Picard, 1908, p. 615.

63 M. Fauroux, Actes…, no 80.

64 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXXII.

65 M. Fauroux, Actes…, no 52.

66 N. Golb, Les Juifs de Rouen au Moyen Âge. Portrait d’une culture oubliée, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 1985, p. 51-63.

67 M. Fauroux, Actes…, no 39.

68 Voir par ex. A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, no 69 ; M.-J. Le Cacheux, « Histoire de l’abbaye de Saint-Amand de Rouen », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XLIV, 1936, p. 244. En 1134, Guillaume Martel donne aux moines de Tiron deux muids de vin à Rouen (Abbé Sauvage, Les Chartes de fondation du prieuré de Bacqueville-en-Caux, Rouen, Métérie, 1882, p. 17).

69 M. Fauroux, Actes…, no 80.

70 M. Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 251-300.

71 Recueil des actes de Charles II le Chauve, G. Tessier (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1943-1955, 3 vol., t. II, p. 384, no 399 et p. 406, no 407.

72 L. Musset, « Une institution peu connue de la Normandie ducale : les prés et les foins du seigneur roi », Cahier des Annales de Normandie, no 17, 1985, Autour du pouvoir ducal normand, Xe-XIIe siècles, L. Musset, J.-M. Bouvris et J.-M. Maillefer (éd.), p. 77-94.

73 M. Fauroux, Actes…, no 52 et 85.

74 Ibid., no 39, 36, 119 ; Orderic Vital, vol. III, p. 164.

75 J.-M. Bouvris, « La renaissance de l’abbaye de Montivilliers… », p. 79, no 24 ; Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoire du département de l’Eure, L. Delisle et L. Passy (éd.), Évreux, Hérissey, 1869, t. III, p. 187.

76 M. Fauroux, Actes…, no 39 ; Gallia Christiana, t. XI, Instr., col. 154-156.

77 Bois des sires de Varenne en amont de la ville (M. Fauroux, Actes…, no 135) ; bois de Normare près de Boos, aux seigneurs de Pavilly (Abbé Fouré, « Le prieuré Saint-Michel au Mont-Sainte-Catherine près Rouen », in Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, Paris, Lethielleux, 1971, t. III, p. 317) ; bois de l’abbaye de Fécamp dans la paroisse Saint-Gervais (Abbé B. de Mathan, « L’abbaye de Fécamp dans les cahiers de dom Lenoir », in L’Abbaye bénédictine de Fécamp, ouvrage scientifique du XIIIe centenaire, Fécamp, Durand et fils, 1960, t. II).

78 Actes en faveur de Grammont (Recueil des actes d’Henri II…, t. II, p. 351-352), de Notre-Dame-du-Pré (p. 106), de Montivilliers (p. 17), de la léproserie de Quevilly (p. 297).

79 C. Johnson et H. A. Cronne, Regesta…, t. II, no 1 087.

80 Orderic Vital, vol. III, p. 36.

81 P. Chevreux et J. Vernier, Les Archives de Normandie…, pl. XXXII.

82 Recueil des actes d’Henri II…, t. II, p. 351-352.

83 Magni Rotuli…, T. Stapleton (éd.), t. I, p. 99.

84 Magni Rotuli…, A.-L. Léchaudé d’Anisy et A. Charma (éd.), p. 66.

85 M. Casset, « Un mode de gestion de l’espace rural : les parcs à gibier en Normandie au Moyen Âge », in Les Paysages ruraux en Normandie (Actes du XXXVIIe congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Pont-Audemer, 17-20 octobre 2002), J.-P. Hervieu, G. Désiré dit Gosset, É. Barré (éd.), Caen, Annales de Normandie, 2003, p. 153-169.

86 « W. vaccarius regis de Molinellos », 1066-1089 (ADSM, 16 H, Cart f. 320 ; indic. : C. de Beaurepaire, Dictionnaire topographique…, t. II, p. 705). « Totam vacheriam meam que est de subtus le Molinet juxta Secanam », 1177-1189 (Recueil des actes d’Henri II…, t. II, p. 352).

87 D. Bates, « Rouen from 900 to 1204… », p. 1-11.

88 M. Fauroux, Actes…, no 39 (église identifiée par erreur à Saint-Julien ; sur ce point, cf. J. Le Maho, « Recherches sur les origines… », p. 177) ; sur le vignoble de Poceron, cf. M. Fauroux, Actes…, no 62 et C. de Beaurepaire, Dictionnaire topographique…, t. II, p. 785.

89 Recueil des actes de Charles II le Chauve, t. II, no 399, p. 387 ; sur l’identification des toponymes Vitlina et Adelecta associés à la mention des vignes, cf. J. Le Maho, « Autour d’une fondation monastique de saint Wandrille (668) au diocèse de Rouen : la question de Vintlana », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Maritime, t. XLV, 1997, p. 168-171.

90 J. Le Maho, « Quelques documents sur la production de céramique et de vaisselle de bois en Haute-Normandie au Moyen Âge (XIe-XIIIe siècle) », in Le Monde rural en Normandie (Actes du XXXIIe congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Gisors, 2-5 octobre 1997), P. Manneville (éd.), Caen, Annales de Normandie, 1998, p. 327-335.

91 M. Fauroux, Actes…, no 158 ; la découverte, de 2003, concerne un site d’atelier des XIe et XIIe siècles à Acquigny (fouilles INRAP).

92 Ibid., no 116 (lecture fautive « torratores »).

93 J. Le Maho, « Rouen à l’époque des incursions vikings (841-911) », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Maritime, t. XLII, 1994 (paru en 1995), p. 143-202 ; Id., « The fate of the ports of the lower Seine Valley at the end of the ninth century », in Markets in early medieval Europe – Trading and “productive” sites, 650-850, T. Pestell, K. Ulmschneider (éd.), Bollington, Wingather Press, 2003, p. 234-247 ; Id., « Les premières installations normandes dans la basse vallée de la Seine (fin du IXe siècle) », in La Progression des Vikings, des raids à la colonisation, A.-M. Flambard Héricher (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen (Cahiers du GRHIS ; 14), 2003, p. 153-169.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le domaine ducal et ses dépendances autour de Rouen
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 2 – Les possessions des Rouennais autour de la ville
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

Auteur

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540