Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Archéologie des villes normandes

Une maison urbaine à Bayeux (ixe-xviiie siècle)

De la maison canoniale à la maison de la fabrique

Florence Delacampagne

Texte intégral

Contexte de la découverte

1Dans le cadre du réaménagement paysager des abords de la cathédrale un diagnostic archéologique a été réalisé sur son bas-côté sud. L’importance des vestiges découverts au niveau du chevet et leur position affleurante par rapport à l’aménagement prévu ont nécessité, au printemps 2003, une fouille sur une surface d’environ 350 m2.

  • 1 Dessin en perspective des abords de la cathédrale de Bayeux fait par Raphael Lefrancoys, peintre, 1 (...)

2Dans ce secteur de l’angle sud-est de l’enceinte antique et médiévale de la ville, plusieurs aménagements étaient attendus (fig. 1). Tout d’abord le rempart de la ville conservé en élévation jusqu’au xviiie siècle passait à la perpendiculaire de la cathédrale à quelques mètres du chevet. Une porte médiévale de l’enceinte dite « Porte de l’Évêque » ainsi qu’une des églises du groupe cathédral, l’église Saint-Étienne, étaient connues par les textes et une vue en perspective de 1624 (fig. 2)1.

Fig. 1 – Plan de Bayeux au Moyen Âge (ixe-xe siècle)

Fig. 1 – Plan de Bayeux au Moyen Âge (ixe-xe siècle)

Fig. 2 – Dessin à l’encre de 1624 représentant la cathédrale et son parvis

Fig. 2 – Dessin à l’encre de 1624 représentant la cathédrale et son parvis

Sur ce dessin très intéressant nous apercevons le calvaire qui se trouvait devant la cathédrale, l’ancien cimetière et surtout l’ancienne Porte Saint-Vigor.

  • 2 E. Deslandes, « Étude sur l’église de Bayeux, les alentours de la cathédrale », Baiocana, 1917, sup (...)
  • 3 E. de Laheudrie, Bayeux, capitale du Bessin, des origines à la fin de la monarchie, t. I, Bayeux, C (...)

3L’église Saint-Étienne, vétuste, avait été démolie dès le xviie siècle2, tandis que le rempart et la Porte de l’Évêque furent détruits seulement dans le dernier tiers du xviiie siècle. Les fossés de la ville furent comblés à la même époque, dans le cadre de travaux d’assainissement, après avoir servi notamment de dépotoirs3.

4Le secteur fut ensuite occupé par de simples maisons, détruites au milieu du xixe siècle dans le cadre d’une mise en valeur de la cathédrale. Celle-ci avait consisté entre autres à abaisser le niveau des terres sur tout le bas-côté sud de la cathédrale pour dégager la base de l’édifice.

5Un tronçon du rempart de la ville a d’abord pu être dégagé sur environ 24 m de longueur. Toute l’élévation découverte appartient à la construction d’époque gallo-romaine (fig. 3). Il s’agit, côté intra-muros, d’un mur dont la base est constituée de gros blocs rectangulaires calcaires, certains étant en remploi. L’élévation est réalisée en petit appareil calcaire carré incluant quelques chaînages en moellons rectangulaires. Côté extra-muros, le mur est en appareil moyen, irrégulier, et forme un fruit, sa facture témoignant de nombreux remaniements. Le blocage intérieur est construit selon la technique dite « en bain de compression », à savoir par alternance de lits de mortier et de lits de pierres mis en couches parfaitement horizontales, à l’intérieur d’un mur banché. Le rempart conservé atteint 4 m de hauteur. À 2 m de la base du mur, son épaisseur diminue d’un moellon. Pour éviter les infiltrations le dernier rang est protégé par un larmier débordant composé de tuiles en terre cuite maçonnées. Des rangs de briques alternent régulièrement avec les rangs de moellons pour assurer l’horizontalité de la maçonnerie et le chaînage de l’ensemble.

Fig. 3 – Relevé du rempart

Fig. 3 – Relevé du rempart

[relevé S. Leconte, L. Gohin – DAO L. Gohin]

6C’est contre l’extrémité nord de ce rempart qu’est appuyé le bâtiment de pierre qui fait l’objet de cette contribution.

Le bâtiment : description archéologique

7Ce bâtiment, découvert au chevet de la cathédrale, est perpendiculaire au rempart. Il a été reconnu sur trois côtés, la densité des réseaux urbains, eaux pluviales, tout-à-l’égout et moyenne tension, limitant considérablement le champ des investigations. Les murs sud, ouest et est ont donc été mis au jour, le mur est étant le rempart lui-même (fig. 4 et 5).

Fig. 4 – Relevé de l’ensemble du bâtiment

Fig. 4 – Relevé de l’ensemble du bâtiment

Fig. 5 – Vue d’ensemble du bâtiment

Fig. 5 – Vue d’ensemble du bâtiment

8Le mur sud (St. 14), le mieux conservé, mesure 9,70 m de longueur et 0,60 m de largeur. À son extrémité est, il s’appuie à la perpendiculaire sur le parement intérieur du rempart. À l’ouest, il se poursuit sous une voirie qui n’a pu être sondée. Il est conservé, côté intérieur, sur 1,10 m de hauteur tandis qu’à l’extérieur le mur mesure, fondations comprises, 1,50 m de hauteur. Ce mur est d’une facture médiocre. Moellons carrés calcaires, disposés en rangs irréguliers, y cohabitent avec quelques éléments de briques romaines, des éléments en remploi, le tout lié presque uniquement à l’argile (fig. 6). Plusieurs remaniements sont discernables même si, entre eux, la chronologie n’est pas toujours évidente à établir. Deux embrasures de fenêtre et de porte sont encore visibles, toutes les deux obturées lors d’un remaniement postérieur.

Fig. 6 – Relevé de l’élévation du parement sud du mur carolingien

Fig. 6 – Relevé de l’élévation du parement sud du mur carolingien
  • 4 X. Delestre, Saint-Pierre-aux-Nonnains (Metz, Moselle), de l’époque romaine à l’époque gothique, Pa (...)

9Dans l’embrasure de l’ouverture la plus orientale, une pierre était posée à plat en guise de seuil. De format rectangulaire, elle présentait sur trois côtés des rainures à fond plat. La pierre, une fois déposée, a révélé une face entièrement sculptée. Il s’agit d’une plaque de chancel carolingien placée là en remploi (fig. 7). La plaque est entière, bien que brisée en quatre morceaux lors de sa pose. Elle mesure 110 cm de hauteur, 45 cm de largeur et 11 cm d’épaisseur. Cet élément prestigieux provient vraisemblablement de la cathédrale voisine. En effet, une nouvelle cathédrale fut construite par l’évêque Odon à partir des années 1050 et fut dédicacée en 1077. La destruction du chancel serait donc antérieure à cette date. Il est par contre difficile de savoir à quel moment cette plaque a été utilisée en remploi. Un élément en pierre de cette taille ne peut rester longtemps entreposé sans être endommagé. La modification des ouvertures du bâtiment a donc dû se faire assez rapidement, sans doute au milieu du xie siècle4.

Fig. 7 – Vue de la plaque de chancel carolingien

Fig. 7 – Vue de la plaque de chancel carolingien
  • 5 Étude des enduits peints par Véronique Legoux, Tours, octobre 2004.

10Côté intérieur, ce mur a l’exceptionnel intérêt de posséder des vestiges d’enduit peint formant un bandeau d’environ 0,60 m de hauteur depuis le premier sol d’occupation du bâtiment (fig. 8). Cet enduit possède encore des éléments de couleur rouge5. Il n’y a pas de motif lisible, le bandeau à la base du mur étant sans doute uni. Côté extérieur, le mur possède encore quelques traces d’enduit recouvrant les pierres, ce qui pourrait expliquer le peu de soin apporté à la facture de la maçonnerie (fig. 9).

Fig. 8 – Vue des enduits peints du mur sud

Fig. 8 – Vue des enduits peints du mur sud

Fig. 9 – Vue de l’enduit extérieur du mur sud

Fig. 9 – Vue de l’enduit extérieur du mur sud

11À l’extrémité ouest, un petit bloc de maçonnerie grossièrement carré, enduit sur deux faces et au sommet plan, s’appuie sur ce mur sud et délimite l’angle intérieur sud-est de la pièce (st. 18). Il pourrait s’agir du socle d’une arcade de voûtement de la pièce. Un remaniement du mur au-dessus de ce bloc se traduit par un rang de moellons en saillie, côté intérieur. Ce muret de maçonnerie délimite le piédroit d’un seuil constitué de pierres plates calcaires (fig. 10). De l’autre côté du seuil, le mur se poursuit vers le nord sur environ 2 m de longueur, dans un alignement légèrement décalé vers l’ouest. Il est très mal conservé. Une fois le seuil franchi, le mur sud se poursuit vers l’ouest et passe sous une voie qui n’a pu être sondée. Le niveau dégagé ne permet pas de dire si l’on se trouve à l’intérieur d’une autre pièce ou dans une cour. Toutefois le mur se différencie par le fait qu’il ne porte pas de traces d’enduit peint. Le sol dégagé est recouvert d’un dallage constitué de pierres plates calcaires.

Fig. 10 – Vue du seuil

Fig. 10 – Vue du seuil

12Côté est, le bâtiment a utilisé le rempart comme pignon. Ce mur a, comme pour le mur sud, été recouvert d’un enduit peint. La reconnaissance archéologique de ce côté a été des plus succinctes, le rempart et le sol du bâtiment étant traversés par une canalisation d’eaux pluviales et par deux lignes moyenne et haute tension. Il n’a pas été possible, en raison de l’absence de données vers le nord, de connaître les dimensions exactes de ce bâtiment. Par défaut, il mesure au minimum 9,70 m de longueur et 5 m de largeur.

13À l’extérieur du bâtiment, un sondage a été pratiqué au pied du mur sud pour connaître son mode de fondation et le contexte de son implantation. Cette maçonnerie est liée à l’argile et est constituée de moellons calcaires carrés de même nature que ceux de l’élévation. Le mur est construit sur un niveau homogène contenant du mobilier céramique datable des viie-viiie siècles (fig. 11).

Fig. 11 – Sondage extérieur au pied du mur sud

Fig. 11 – Sondage extérieur au pied du mur sud

14Enfin dans l’angle sud-est, une petite structure de plan carré de 2 m de côté s’appuie sur l’angle extérieur formé par le mur sud du bâtiment et le rempart. La construction est plus tardive. Elle a été creusée dans un secteur en partie remblayé, car le mur ouest ne possède qu’un parement intérieur, le blocage étant directement appuyé sur la terre de remblai. Ses dimensions, des traces de cuvelage et de dépôt organique dans un des angles internes permettent de penser qu’il s’agit de latrines (fig. 12).

Fig. 12 – Vue des latrines

Fig. 12 – Vue des latrines

15Quatre sols successifs datant vraisemblablement du premier état du bâtiment ont été reconnus. Le premier niveau en mortier de chaux correspond au niveau de base de l’enduit peint. Le second est constitué de petites pierres plates irrégulières scellées dans le mortier. Ces pierres très usées témoignent d’une utilisation assez longue du sol. Le troisième niveau qui le recouvre est en mortier de chaux. Chaque niveau, très propre, ne mesurait que quelques centimètres d’épaisseur (fig. 13). Aucun élément de datation n’y a été trouvé. Un niveau de petites pierres calcaires plates dans une terre limono-sableuse recouvre le dernier sol de mortier. Les quelques éléments de mobilier céramique qui l’accompagnaient ont pu être datés de la fin du ixe siècle ou du début du xe siècle.

Fig. 13 – Vue des sols

Fig. 13 – Vue des sols

16Deux sépultures ont été installées à l’intérieur du bâtiment, creusées dans ce dernier niveau d’époque carolingienne. Une sépulture d’enfant est appuyée contre le mur sud. La fosse creusée mesure 1,40 m de longueur sur 0,50 m de largeur. Elle est entourée de pierres calcaires, et comprend un calage particulier pour la tête. Aucun mobilier archéologique n’accompagnait cette sépulture (fig. 14). La deuxième sépulture est celle d’un nourrisson. Elle est installée dans une petite fosse grossièrement circulaire de l’ordre de 0,40 m de diamètre. La fosse était creusée à environ 0,40 m au nord du mur et était recouverte d’un empierrement.

Fig. 14 – Vue de la sépulture d’enfant

Fig. 14 – Vue de la sépulture d’enfant

17Ces deux sépultures ont été scellées par un niveau archéologique qui contenait du mobilier céramique datable du milieu du xe siècle, voire de la deuxième moitié du xe siècle.

  • 6 N. Warmé, « La datation des structures de combustion par la méthode archéomagnétique : quelques exe (...)
  • 7 E. Anquetil, « Cloches et carillons de la cathédrale de Bayeux », Mémoires des Sciences, Arts et Be (...)

18L’histoire de ce bâtiment subit un hiatus important car les niveaux stratigraphiques du xie au xiiie siècle ont été très perturbés, voire détruits par l’utilisation régulière du bâtiment comme atelier de fabrication de cloches. Une quinzaine de vestiges de moules à cloches ont pu été identifiés, tant à l’intérieur du bâtiment qu’à l’extérieur vers le sud. Sur plus de 1,50 m de hauteur, les vestiges de ces moules alternent avec des niveaux de comblement cendreux ou argileux. À l’intérieur du bâtiment les différents remblais argileux rapportés ont rapidement recouvert le niveau d’enduit peint. Ce comblement explique sans doute le bon état de conservation de cet enduit. Peu de mobilier archéologique fut mis au jour dans ces niveaux. La céramique découverte donne une chronologie s’étageant du xive au xviie siècle. Les moules sont de tous formats entre 0,50 m et 2,50 m de diamètre. Un seul moule à cloches, en raison de son bon état de conservation, a pu faire l’objet d’une datation par archéomagnétisme. Il s’agit du moule stratigraphiquement le plus récent découvert à l’extérieur du bâtiment. C’est aussi le plus grand, puisque son diamètre est de 2,50 m. La datation par archéomagnétisme donne une date inscrite dans une fourchette entre 1600 et 16406. Une conclusion capitulaire de 1624 indique que l’on paya à un fondeur de Villedieu une somme de 180 livres, pour avoir fondu une cloche d’un diamètre similaire7. Vu les dimensions particulièrement exceptionnelles de ce moule, il pourrait vraisemblablement s’agir du même objet (fig. 15).

Fig. 15 – Vue du moule à cloches

Fig. 15 – Vue du moule à cloches
  • 8 M. Petitjean (dir.), « Fouilles de sauvetage sous la place du Marché à Compiègne (Oise) 1991-1993. (...)
  • 9 M. Wyss, « Un établissement carolingien mis au jour à proximité de l’abbaye de Saint-Denis : la que (...)
  • 10 A. Jacques, « Arras au Moyen Âge », Archéologia, no 304, septembre 1994, p. 58-66.
  • 11 A. Renoux, Fécamp, du palais ducal au palais de Dieu. Bilan historique et archéologique des recherc (...)

19Bien que son plan soit lacunaire, cette maison, dans un état exceptionnel de conservation, est la première maison carolingienne urbaine, en pierre, découverte à Bayeux et même en Basse-Normandie. Quelques rares éléments de comparaison sont néanmoins connus pour la moitié nord de la France. À Compiègne (Oise), les fouilles effectuées sur la place du Marché, par Martine Petitjean, ont permis la mise au jour d’un bâtiment carolingien, de plan rectangulaire, d’une superficie de 36 m2. Les murs sont conservés sur 1,70 m de hauteur et 0,70 m de largeur. Des planchers de bois carbonisés et effondrés laissent supposer l’existence d’un étage. Comme pour Bayeux, les fondations sont peu distinctes de l’élévation, les murs sont parementés de façon très irrégulière avec, là aussi, quelques tendances vers l’opus spicatum. Enfin le parement intérieur est enduit d’argile8. La destruction de ce bâtiment par un violent incendie serait antérieure à la fin du ixe siècle. À Saint-Denis, aux abords de l’ancienne abbatiale, un édifice connaît également des éléments de parenté avec le bâtiment de Bayeux. Sa construction est datée de la fin du viiie ou du début du ixe siècle. Il mesurait 14 m de largeur et a été repéré sur plus de 50 m de longueur. Les murs sont inégalement conservés en élévation, mais leur largeur est de 0,70 m. Dans l’angle sud-est du bâtiment, une petite construction de plan carré est adossée et est interprétée comme une cage d’escalier ou le soubassement d’un balcon, ce qui induit que le bâtiment possédait un étage. Au regard des textes, ce bâtiment est aujourd’hui identifié comme pouvant être une structure palatiale et pourrait correspondre à la domus de Charlemagne9. À Arras, le cas est un peu différent puisque le bâtiment en pierre du haut Moyen Âge, découvert sous l’emplacement de l’ancienne cathédrale gothique, est construit sur les sub-structions encore en état d’un édifice gallo-romain10. Géographiquement plus proche de Bayeux, à Fécamp, c’est en périphérie du monastère des moniales qu’un bâtiment en pierre a été mis au jour par Annie Renoux lors des fouilles menées de 1973 à 1984 sur le site du château. Le bâtiment maçonné mesure 12,50 m de longueur par 6,25 m de largeur. Son état a été très altéré par des constructions postérieures, mais les murs conservés sont de construction assez soignée, constitués de silex bleu-noir grossièrement équarris et de quelques moellons calcaires. La largeur des murs varie de 0,50 m à 0,55 m. La datation du bâtiment est délicate en raison du peu de mobilier datable mais la céramique découverte concourt à une datation viiie-ixe siècle. Sa fonction pourrait être celle d’un bâtiment résidentiel ou d’une hôtellerie11.

Essai d’identification du bâtiment

Aux xie-xve siècles, une maison du chapitre ?

20Rien ne permet de reconnaître la fonction de ce bâtiment aux ixe et xe siècles. Néanmoins, sa surface minimum de 45 m2, sa facture (murs en pierre conservés sur plus d’1 m d’élévation), la présence d’enduits peints, de sols de mortier ou dallés de qualité, témoignent d’un habitat luxueux. Au chevet de la cathédrale, on peut imaginer une construction appartenant au chapitre, ou à l’un de ses membres.

  • 12 Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis (Livre noir), V. Bourrienne (éd.), Paris – Rouen, Société (...)
  • 13 V.-É. Pillet, Serlon. Sur la prise de Bayeux, Bayeux, Groult, 1839, vers 171.

21Une maison de Bayeux, en pierre, est bien connue par les textes : celle du trésorier Conan, membre du chapitre en 109212. Le poète Serlon décrit sa maison comme une demeure remarquable (domus insignis)13. Endommagée par l’incendie de 1105, Conan la restaure, mais il est fortement endetté auprès du roi Henri Ier, aussi, à sa mort, sa maison est-elle confisquée. En 1154, Henri II Plantagenêt cède, en concession à vie, à Guillaume d’Harcourt, trésorier de l’église de Bayeux, la maison en pierre et le jardin de l’ancien trésorier Conan, jusqu’à ce que les héritiers de celui-ci lui aient payé les 300 marcs d’argent dus à Henri Ier Beauclerc :

  • 14 Recueil des actes d’Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces frança (...)

Sciatis quod, quando dominia mea de Bajocis apud Cadomum recognita fuerunt per sacramenta legalium hominum de Bajocis, inter alia recognitum fuit regem Henricum, avum meum domum lapideam, quae fuit Conani thesaurarii, et virgultum ejusdem, post mortem ipsius Conani, in dominio suo habuisse propter trecentas marcas argenti quas Conanus, die qua fuit vivus et mortuus, ipsi regi Henrico debebat […]14.

  • 15 Ibid., 82, 8, 14.

22Cet acte fait à Caen est ratifié la même année à Rouen15. En 1189, Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre et duc de Normandie, cède et confirme à Henri II, évêque de Bayeux, la maison en pierre qui appartint jadis au trésorier Conan, avec son jardin et son petit bois à l’extérieur du mur de Bayeux :

  • 16 Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis, t. I, no 272.

domum lapideam, quae fuit Conani thesaurarii, cum toto masuagis, et virgultum ejusdem Conani, quod est extra murum Bajocense juxta praefatum masuagium, cum omnibus pertinentiis suis16.

  • 17 Ibid., no 275.
  • 18 Ibid., no 251.
  • 19 Ibid., no 116.

23Dans un acte daté des années 1189-1205, Henri II, évêque de Bayeux, donne en perpétuelle aumône au doyen Étienne et au chapitre la maison du trésorier Conan avec toutes ses dépendances. Le chapitre l’abandonne au doyen Étienne et à ses successeurs : dedimus in perpetuam elemosinam […] domos Conani, quondam thesaurarii nostri, cum omnibus suis adjacentiis17. À la fin du xiie siècle, Étienne, doyen de Bayeux, et le chapitre notifient la cession faite à Henri, grand-couteur de Bayeux et à ses successeurs, de vieilles maisons, appartenant au doyen, situées devant la Porte de l’Évêque, moyennant le paiement d’une livre de poivre. Là encore, la maison du trésorier Conan est nominativement désignée : [] cum domus Conani, quondam thesaurarii, […] domos antiquas, quae sunt ante portam episcopi18. Enfin, au milieu du xiiie siècle, la maison est encore mentionnée dans le Livre noir du chapitre sous l’appellation « manoir du doien de Baieux »19.

  • 20 J. Le Maho, « Regard archéologique sur l’habitat rouennais vers l’an mil : le quartier de la cathéd (...)

24À Rouen, lors des fouilles effectuées aux abords de la cathédrale, Jacques Le Maho a mis au jour plusieurs bâtiments de pierre dans lesquels il propose de reconnaître les offices du chapitre de la cathédrale. Un des bâtiments mesure 5 m de largeur et est d’une longueur minimum de 12 m. L’épaisseur des murs, et l’appui de l’un d’entre eux contre la collégiale Saint-Étienne, permettent de supposer l’existence d’un étage. Des trois pièces qui composaient le rez-de-chaussée, l’une était à usage de latrines. Un mur de refend en moellon et des morceaux de tuiles romaines composaient un semblant d’opus spicatum. L’hypothèse avancée est donc celle d’un logis canonial, à l’usage d’un ou de plusieurs dignitaires du chapitre. Le matériel recueilli dans ce bâtiment est daté de la fin du ixe au milieu du xe siècle20.

La fabrique de la cathédrale de Bayeux

  • 21 Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis, t. I, no 47.
  • 22 Ibid., no 82.
  • 23 Ibid., no 174.
  • 24 Ibid., no 403.

25Les premières mentions de la fabrique de Bayeux apparaissent dans le Livre noir dans la deuxième moitié du xiie siècle dans deux chartes de l’évêque de Bayeux, Henri II. Dans le premier acte daté des années 1165-1205, l’évêque accorde des privilèges et des indulgences à ceux qui, chaque année, pendant cinq ans, donneront 6 deniers pour subvenir aux besoins de la fabrique et aux travaux de l’église21. Il rétablit également une ancienne confrérie de charité pour aider aux réparations de l’église cathédrale. Dans le deuxième acte, de la même date, Henri II assigne les fruits des prébendes des chanoines décédés à la fabrique et ordonne à tout nouveau chanoine de respecter cette prescription22. Dans une charte datée de 1159-1181, le pape Alexandre III confirme cette application23. Enfin, en 1254, le pape Innocent IV accorde une indulgence d’un an et quarante jours à tous ceux qui viendront en aide à la fabrique de l’église de Bayeux24. De nombreux autres renseignements concernant le rôle de la fabrique et du fabricier (ou clerc de la fabrique) sont donnés par les délibérations du chapitre de Bayeux pour la période allant du xive au xviiie siècle. Ces délibérations renseignent à la fois sur la nature des revenus de la fabrique, l’étendue des rôles de cette institution, les responsabilités du fabricier et le poids du chapitre et de l’évêque.

Qu’est-ce qu’une fabrique au Moyen Âge ?

  • 25 Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, A. Vauchez (dir.), Paris, Éditions du Cerf, 1997, p. 577- (...)

26C’est une institution destinée à pourvoir à la construction et à l’entretien des édifices sacrés. Elle prend également en charge les objets de culte, les vêtements et les livres liturgiques. Le terme de fabrica remonte à l’Antiquité chrétienne à une période où les revenus d’une église étaient répartis en quatre parts dont l’une était réservée à l’œuvre de la fabrique (opus fabrice). Avant la réforme grégorienne rien n’est prévu pour les bâtiments. Or la construction des cathédrales rend indispensable la création d’un tel organisme pour à la fois collecter et gérer les fonds. Un ou plusieurs chanoines appelés « ouvriers » (operarii) ou « trésoriers » (thesaurarii) ont alors pour mission d’entretenir les bâtiments. Dès le début du xiiie siècle, l’autonomie de la fabrique est reconnue par Rome, et cette institution constitue un bénéfice distinct de celui de l’église. Elle tient des ressources parfois abondantes de sa propre dotation, des dîmes, des dons et legs des fidèles. En cas de besoins financiers supplémentaires des impositions sont appliquées aux paroissiens25.

Les revenus26

  • 26 V. Tabbagh, « Une cathédrale et ses fidèles : Notre-Dame de Rouen à la fin du Moyen Âge », in Chapi (...)
  • 27 Chanoine Le Mâle, « Extraits des délibérations du chapitre de Bayeux (XIVe-XVIIIe siècles) », Bulle (...)
  • 28 Ibid., p. 169, no 628.
  • 29 Ibid., p. 170, no 635.
  • 30 Ibid., no 636.
  • 31 Ibid., p. 171, no 640.

27Le premier acte qui concerne les revenus est du 12 septembre 1347. Le pape Alexandre III accorde à la fabrique les revenus lui afférant des prébendes vacantes par la mort des bénéficiaires27. Les revenus peuvent être aussi des dons, qui peuvent provenir des religieux et des paroissiens. Les évêques font régulièrement des donations à la fabrique en linge, vêtements sacerdotaux, ornements épiscopaux et en argent. Charles de Neufchatel donne ainsi en 1499 des draps d’or pour faire une chasuble, 2 tuniques et 2 chappes ainsi que sa mitre, sa crosse, ses gants et anneaux28. En 1520, Louis de Canossa fait des dons de même nature29. En 1600, René Daillon donne la grande Croix et des deniers30. Enfin, en 1662, F. de Nesmond donne un bassin d’argent qui a servi à lui laver les pieds31.

  • 32 Ibid., p. 150, no 473.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 156, no 517-518.
  • 35 Ibid., p. 161, no 564.
  • 36 Ibid., p. 157, no 525.

28Les chanoines peuvent être appelés à cotiser, comme en 1588, de 600 écus pour la fabrication de chaises32 ou, en 1596, pour les orgues33. Les paroissiens apportent leur obole à raison d’un denier par chef de famille34. Pour certains travaux, des prêts sont consentis. À la fin du xve siècle, la fabrique rembourse au Trésor, en plusieurs versements successifs, la somme de 1 500 livres empruntée pour une horloge35. En 1574, le chapitre ratifie un prêt fait par lui-même au profit de la fabrique36.

Les travaux

  • 37 Ibid., p. 159, no 545.
  • 38 Ibid., p. 150, no 473.
  • 39 Ibid., p. 162, no 571.
  • 40 Ibid., p. 168, no 615.
  • 41 Ibid., p. 173, no 660.

29Certains actes renseignent sur la nature des travaux effectués. Il peut s’agir, comme en 1391 et 1461, de la réparation du haut de la tour gauche, ébranlé par la tempête37, ou en 1427, de la réparation de celle du milieu38. En 1485, le fabricier achète mille livres de fer d’Espagne pour les mouvements de l’horloge. Il donne deux lits à l’artisan qui promet de demeurer dans la ville jusqu’à ce qu’il ait achevé lesdits mouvements39. En 1593, le fabricier fait allonger l’autel, mettre des piliers pour soutenir les angelots et accommoder la croix de devant l’Église40. En 1654, il fait faire des petits cierges blancs, afin de les donner à tous les chanoines pour porter le Saint-Sacrement aux malades41.

Les fonctions du fabricier42

  • 42 P. Lardin, « Un manœuvre privilégié, le valet de la fabrique de la cathédrale de Rouen à la fin du (...)
  • 43 Chanoine Le Mâle, « Extraits des délibérations… », p. 155, no 508.
  • 44 Ibid., no 510 et p. 160, no 550.
  • 45 Ibid., p. 155, no 511.

30Il est rappelé, à plusieurs reprises, au fabricier dans le courant des xive et xve siècles, qu’il est tenu d’écrire son compte en français. Il ne peut rien acheter qui dépasse 100 sols sans la présence des commissaires. Il marquera en détail tous les matériaux qu’il a fait employer et ceux qui sont restés, et ne peut garder plus de 10 livres des deniers de ladite fabrique. Il reçoit 25 livres de pension par an43. Des dotations complémentaires peuvent lui être données pour suivre des travaux de réparation44. Par contre, des obligations lui sont faites pour obtenir certaines offrandes. Par exemple, il n’obtient les petites matines de la Vierge que si lui-même y assiste45.

Le bâtiment de la fabrique

  • 46 Ibid., p. 164-165, no 590.

31Un seul acte fait état du bâtiment de la fabrique. Il s’agit d’un texte du 16 septembre 1528, dans lequel Louis de Canossa, évêque, demande la permission au chapitre d’enfermer une place qui est proche de l’église Saint-Sauveur et d’y faire une porte pour l’évêché, ce qui lui est accordé à condition qu’il authentifie cette place comme dépendant de l’église, qu’il ne bâtisse rien au préjudice du chapitre ou de l’église, que les processions passent comme de coutume « et que les fenêtres de la maison de la fabrique demeureront et même pourront être agrandies »46. Un sondage a permis de retrouver la base du mur situé à gauche de cette porte (fig. 2).

Conclusion

32Le bâtiment, fouillé en 2003, fut construit autour du ixe siècle pour servir de demeure luxueuse. Rien ne nous permet de connaître sa fonction initiale ni la nature de ses occupants, mais sa situation incite à penser qu’il appartient déjà peut-être au chapitre ou à l’un de ses proches. Aux xie et xiie siècles, plusieurs textes décrivent et situent la maison du trésorier Conan à l’emplacement de ce bâtiment. Tout corrobore cette attribution : une maison en pierre, située devant la Porte de l’Évêque, avec un petit bois à l’extérieur du rempart… La fabrique, mentionnée pour la première fois dans la deuxième moitié du xiie siècle, fut ensuite vraisemblablement installée dans tout ou partie de la maison donnée au trésorier Guillaume d’Harcourt, dont la fonction à partir de cette période va s’étendre à toute la gestion des comptes de la fabrique. Cette maison de la fabrique, bien localisée par les textes, est appelée aussi « ancien doyenné », or nous savons que la maison du trésorier Conan a été donnée au doyen Étienne et à ses successeurs.

33Une fonderie de cloches appartenant à la fabrique y est attestée à la fin du xve siècle, mais nous en avons des preuves archéologiques dès le xive siècle. Les bâtiments sont alors loués à des habitants à qui le fabricier fait remise du loyer en raison des gênes occasionnées par la fonderie. En 1668, Monseigneur de Nesmond récupère les bâtiments de la fabrique et donne la chapelle Saint-Yves en échange pour continuer l’ac-tivité de fonderie. On imagine que les bâtiments de la fabrique, après au moins deux, voire trois siècles de fonderie de cloches, sont dans un état précaire. Ils seront d’ailleurs détruits en 1756.

Notes

1 Dessin en perspective des abords de la cathédrale de Bayeux fait par Raphael Lefrancoys, peintre, 1624.

2 E. Deslandes, « Étude sur l’église de Bayeux, les alentours de la cathédrale », Baiocana, 1917, suppl. 7, p. 320.

3 E. de Laheudrie, Bayeux, capitale du Bessin, des origines à la fin de la monarchie, t. I, Bayeux, Colas, 1945, p. 432-444.

4 X. Delestre, Saint-Pierre-aux-Nonnains (Metz, Moselle), de l’époque romaine à l’époque gothique, Paris, Imprimerie nationale – Ministère de la Culture et de la Communication (Guides archéologiques de la France), 1988, p. 30-43 ; Naissance des arts chrétiens. Atlas des monuments paléochrétiens de la France, Paris, Imprimerie nationale – Ministère de la Culture et de la Communication (Atlas archéologiques de la France), 1991, p. 256-259.

5 Étude des enduits peints par Véronique Legoux, Tours, octobre 2004.

6 N. Warmé, « La datation des structures de combustion par la méthode archéomagnétique : quelques exemples normands », in Les Arts du feu en Normandie (Actes du XXXIXe congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Eu, 21-24 octobre 2004), Caen – Rouen, Annales de Normandie – Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 2005, p. 57-61.

7 E. Anquetil, « Cloches et carillons de la cathédrale de Bayeux », Mémoires des Sciences, Arts et Belles Lettres de Bayeux, t. XI, 1910, p. 47.

8 M. Petitjean (dir.), « Fouilles de sauvetage sous la place du Marché à Compiègne (Oise) 1991-1993. L’évolution urbaine de l’aire palatiale du haut Moyen Âge aux marchés médiéval et moderne », Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 13, 1997, p. 39-53.

9 M. Wyss, « Un établissement carolingien mis au jour à proximité de l’abbaye de Saint-Denis : la question du palais de Charlemagne », in Aux marches du palais. Qu’est-ce qu’un palais médiéval ? (Actes du VIIe congrès international d’archéologie médiévale, Le Mans-Mayenne, 9-11 septembre 1999), A. Renoux (dir.), Publications du LHAM – Université du Maine, 2001, p. 191-200.

10 A. Jacques, « Arras au Moyen Âge », Archéologia, no 304, septembre 1994, p. 58-66.

11 A. Renoux, Fécamp, du palais ducal au palais de Dieu. Bilan historique et archéologique des recherches menées sur le site du château des ducs de Normandie (IIe siècle A. C.-XVIIIe siècle P. C.), Paris, CNRS, 1991, p. 127-139.

12 Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis (Livre noir), V. Bourrienne (éd.), Paris – Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1902-1903, 2 vol., t. I, no 22.

13 V.-É. Pillet, Serlon. Sur la prise de Bayeux, Bayeux, Groult, 1839, vers 171.

14 Recueil des actes d’Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces françaises et les affaires de France, É. Berger et L. Delisle (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1909-1920, t. I, 75, 28.

15 Ibid., 82, 8, 14.

16 Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis, t. I, no 272.

17 Ibid., no 275.

18 Ibid., no 251.

19 Ibid., no 116.

20 J. Le Maho, « Regard archéologique sur l’habitat rouennais vers l’an mil : le quartier de la cathédrale », in La Normandie vers l’an mil, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 2000, p. 179-183.

21 Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis, t. I, no 47.

22 Ibid., no 82.

23 Ibid., no 174.

24 Ibid., no 403.

25 Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, A. Vauchez (dir.), Paris, Éditions du Cerf, 1997, p. 577-578 ; M. Parisse, notice « fabrique », in Dictionnaire du Moyen Âge, C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), Paris, PUF, 2002, p. 514 ; G. Gourdain, « Travaux neufs et réparations dans la cathédrale de Rouen au XVe siècle », in Chapitres et cathédrales en Normandie (Actes du XXXIe congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Mortagne-au-Perche, 16-20 octobre 1996), Caen, Annales de Normandie, 1997, p. 407-416 ; E. Hamon, « Le financement du chantier de la tour nord de la cathédrale de Bourges au début du XVIe siècle », in Du projet au chantier, maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux XIVe-XVIe siècles, O. Chapelot (dir.), Paris, EHESS, 2001, p. 117-139 ; A. Droguet, « Les comptes de la fabrique de la cathédrale de Tréguier (1480-1542) », in Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Âge, X. Barral I Altet et al. (dir.), Rennes, Université de Haute-Bretagne, 1983, p. 209-212 ; P. Du Colombier, Chantiers des cathédrales, Paris, Picard, 1973, p. 35-40.

26 V. Tabbagh, « Une cathédrale et ses fidèles : Notre-Dame de Rouen à la fin du Moyen Âge », in Chapitres et cathédrales en Normandie, p. 215-230.

27 Chanoine Le Mâle, « Extraits des délibérations du chapitre de Bayeux (XIVe-XVIIIe siècles) », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XLIII, 1935, p. 157, no 524.

28 Ibid., p. 169, no 628.

29 Ibid., p. 170, no 635.

30 Ibid., no 636.

31 Ibid., p. 171, no 640.

32 Ibid., p. 150, no 473.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 156, no 517-518.

35 Ibid., p. 161, no 564.

36 Ibid., p. 157, no 525.

37 Ibid., p. 159, no 545.

38 Ibid., p. 150, no 473.

39 Ibid., p. 162, no 571.

40 Ibid., p. 168, no 615.

41 Ibid., p. 173, no 660.

42 P. Lardin, « Un manœuvre privilégié, le valet de la fabrique de la cathédrale de Rouen à la fin du Moyen Âge », in Chapitres et cathédrales en Normandie, p. 361-373.

43 Chanoine Le Mâle, « Extraits des délibérations… », p. 155, no 508.

44 Ibid., no 510 et p. 160, no 550.

45 Ibid., p. 155, no 511.

46 Ibid., p. 164-165, no 590.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de Bayeux au Moyen Âge (ixe-xe siècle)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 2 – Dessin à l’encre de 1624 représentant la cathédrale et son parvis
Légende Sur ce dessin très intéressant nous apercevons le calvaire qui se trouvait devant la cathédrale, l’ancien cimetière et surtout l’ancienne Porte Saint-Vigor.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Fig. 3 – Relevé du rempart
Légende [relevé S. Leconte, L. Gohin – DAO L. Gohin]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 4 – Relevé de l’ensemble du bâtiment
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Fig. 5 – Vue d’ensemble du bâtiment
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 6 – Relevé de l’élévation du parement sud du mur carolingien
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 7 – Vue de la plaque de chancel carolingien
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Fig. 8 – Vue des enduits peints du mur sud
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Fig. 9 – Vue de l’enduit extérieur du mur sud
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Titre Fig. 10 – Vue du seuil
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Fig. 11 – Sondage extérieur au pied du mur sud
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Fig. 12 – Vue des latrines
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 13 – Vue des sols
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 14 – Vue de la sépulture d’enfant
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 15 – Vue du moule à cloches
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9455/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 751k

Auteur

Service départemental d’archéologie du Calvados

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540