Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Archéologie des villes normandes

Apports récents de l’archéologie à la connaissance des villes de Haute-Normandie au Moyen Âge (1975-2000)

Dominique Pitte

Texte intégral

  • 1 Colloque international d’archéologie urbaine, Tours, 17-20 novembre 1980, Rapports prélimin (...)
  • 2 P. Lemaître, « Fouilles archéologiques en milieu urbain à Évreux », in Trésors archéologiqu (...)
  • 3 M. Mangard, « Recherches récentes à Lillebonne », ibid., p. 147-150.

1En France, l’archéologie urbaine s’est érigée en discipline au tournant des années 1970-1980, avec pour actes fondateurs un colloque tenu à Tours en novembre 1980 et la création, quatre ans plus tard, d’un Centre national d’archéologie urbaine au sein du ministère de la Culture. Parmi les 57 villes présentées à Tours, ne figure pour la région que Rouen, qui peut se prévaloir de quelques opérations de sauvetage, réalisées pour la plupart dans des conditions difficiles1. La capitale régionale n’est pourtant pas la seule agglomération à avoir été le théâtre de fouilles : Évreux a connu en 1978 et 1979 trois interventions dans le cadre de travaux d’urbanisme2. Michel Mangard mentionne, de son côté, plusieurs observations effectuées au cours de la même décennie à Lillebonne3.

  • 4 Voir à ce sujet D. Pitte, « Deux siècles d’archéologie à Rouen », Bulletin des Amis des mon (...)
  • 5 Rouen gallo-romain (Fouilles et recherches archéologiques, 1978-1982), catalogue d’expositi (...)
  • 6 La sortie, en 2004, d’un volume de la collection « Carte archéologique de la Gaule » (...)

2L’exercice de l’archéologie dans les villes est le fait à cette époque d’équipes composées essentiellement de bénévoles, dont les résultats spectaculaires (notamment à Rouen) ne sont sans doute pas étrangers à la nomination en 1981, au sein de la Direction régionale des affaires culturelles, d’un Directeur des antiquités historiques4. Ce dernier inaugure l’année suivante la seule exposition consacrée à Rouen gallo-romain jamais réalisée durant la période qui nous occupe5. L’émergence, dans la décennie qui s’ouvre, d’un véritable service et d’une législation concernant la prise en compte du patrimoine archéologique dans le cadre des procédures d’urbanisme va entraîner une multiplication des interventions ; en 1983, un numéro des Dossiers Histoire et Archéologie consacré aux fouilles dans les villes normandes permet de faire un point sur Rouen et Évreux à l’époque romaine, resté, en ce qui concerne la capitale normande, sans lendemain6. L’Antiquité domine encore dans les fouilles de Haute-Normandie, mais les périodes abordées vont vite se diversifier.

  • 7 Cette période est bien individualisée dans l’histoire de la recherche archéologique. (...)
  • 8 Deux sources permettent de retrouver les principales de ces opérations. Il s’agit de De la (...)
  • 9 Les fouilles programmées ont été peu nombreuses en ville, et l’on peut citer celles d’Annie (...)
  • 10 Nous n’évoquerons pas, au cours de ce travail, les agglomérations plus petites, qui (...)
  • 11 Il serait intéressant de vérifier dans quelle mesure cette absence de fouilles corr (...)

3Nous proposons d’esquisser ici un bilan de l’archéologie urbaine dans le dernier quart du xxe siècle7, en mettant l’accent sur les apports des fouilles à la connaissance des villes à l’époque médiévale. Il a fallu d’abord recenser les interventions qui s’étaient déroulées dans les villes actuelles, dont l’origine ancienne est attestée ; cette première sélection a permis de retenir, sur ce seul critère de localisation, environ 250 opérations, d’ampleurs très diverses8. Il s’agit, à quelques exceptions près, de fouilles de sauvetage, générées par des projets de constructions, et qui ne répondent donc pas à des programmes spécifiques de recherche9. Un premier fait s’est imposé : plusieurs agglomérations de premier plan n’ont fait l’objet d’aucune intervention archéologique durant la période retenue10 : c’est notamment le cas d’Eu, Gournay-en-Bray, Neufchâtel-en-Bray, Pont-Audemer et Nonancourt (fig. 1)11. Pont-de-l’Arche n’a connu qu’une campagne de diagnostic sur un vaste terrain rue Jean Prieur, tandis qu’à Aumale, deux jours de sondages à la pelle mécanique ont confirmé, en 1998, que le site du château médiéval « présentait un caractère défensif marqué ».

Fig. 1 – Localisation des principaux sites mentionnés dans le texte

Fig. 1 – Localisation des principaux           sites mentionnés dans le texte

[cartographie D. Pitte, réalisation C. Chapet]

  • 12 Parmi les villes qui ont fait l’objet de ces documents, signalons Gisors, Gaillon, (...)
  • 13 A. Lemoine-Descourtieux, La Frontière normande de l’Avre de la fin du Xe siècle au début du (...)

4D’autres villes, plus importantes encore, n’ont guère été mieux loties. La réalisation de « cartes archéologiques communales » destinées à faciliter la gestion de leur patrimoine enfoui n’a eu, sur ce point, qu’un faible impact12. Gisors s’est distinguée, de 1984 à 1993, par les recherches menées sur la barbacane de son château ; elles n’ont pas plus fait progresser la connaissance de la ville que les sondages menés en 1996 à la chapelle de la maladrerie Saint-Lazare ou sur le site du Prieuré en 1997. Gaillon a connu dans les années 1990 trois campagnes de sondages, réalisés au château dans le cadre de sa restauration par les Monuments historiques : les vestiges les plus anciens mis au jour sont du xive siècle et ne nous renseignent guère sur les origines de la forteresse et de l’agglomération qui s’est développée à ses pieds. On pourra également citer Bernay, dont l’abbatiale a fait l’objet de plusieurs interventions, mais dont le centre-ville a été délaissé par les archéologues. À Verneuil-sur-Avre, dont les travaux d’Astrid Lemoine-Descourtieux ont montré l’importance13, les archéologues n’ont fait que deux incursions (trois jours de terrain en tout, sans résultat conséquent), après le dégagement, en 1986, de sépultures et d’un four à cloche sur l’emplacement de l’église Saint-Laurent.

  • 14 On regrettera que l’intervention de la rue Saint-Just, en 1999, n’ait abouti qu’à des (...)
  • 15 B. Le Cain, « La fortification des villes côtières en Haute-Normandie à la fin du Moyen Âge (...)
  • 16 Ce constat pourrait être appliqué à bien d’autres villes de la région. Sur l’intérêt de l’é (...)

5À Harfleur, après deux décennies focalisées sur la nécropole et l’officine de potiers antiques du Mont-Cabert, l’intérêt des chercheurs s’est tourné vers les fortifications urbaines. Un sondage est réalisé en 1981 sur la Tour-du-Mulot, mais c’est dans les années 1990 que vont être obtenues les principales avancées. Une étude des vestiges en élévation, complétée par plusieurs interventions sur le tracé de la muraille, permettent de disposer aujourd’hui d’une base topographique fiable14. Dieppe constitue également un site particulier qui, après quelques observations effectuées au Pollet, a vu les efforts des archéologues se concentrer sur l’enceinte15 ; on pourra cependant s’étonner que l’un des plus importants réseaux de caves médiévales de la région n’ait à ce jour fait l’objet d’aucune publication. Une étude de ces caves apporterait des données sur l’urbanisation de la place que l’on serait bien en mal de trouver dans la documentation historique16.

6On voit, à partir des cas de Dieppe et d’Harfleur, que certaines villes sont l’objet de recherches plutôt « sélectives ». Hasard des opérations, ou intérêt particulier des intervenants ? Il semble qu’il faille voir dans ces exemples une combinaison des deux facteurs.

  • 17 É. Follain, Juliobona, ville gallo-romaine, Lillebonne, Ville de Lillebonne, 1999. Les comp (...)
  • 18 J. Le Maho, « L’époque médiévale », in Lillebonne, des origines à nos jours, Lillebonne, Vi (...)

7Au nombre des villes dont l’archéologie n’a éclairé qu’un pan de l’histoire, figure en bonne place Lillebonne, dont la topographie antique a été précisée par les fouilles et synthèses récentes17. L’apport de ces travaux à la connaissance de la ville médiévale est indéniable, quand on sait que des vestiges gallo-romains ont longtemps marqué son paysage et ont vraisemblablement joué un rôle dans sa structuration ; le château ducal s’est installé dans un angle de l’enceinte antique, tandis qu’une description du milieu du xvie siècle laisse entendre que le castrum lui servait de basse-cour18. À Brionne, dominée par les vestiges d’un formidable donjon roman, les recherches ont essentiellement livré des résultats pour la période antique.

8Vernon et Louviers ont en commun d’avoir connu, au cours de la période qui nous occupe, des tentatives de synthèse des résultats de la recherche récente, couvrant différentes périodes.

  • 19 La Fortification gauloise de Vernon : recherches récentes sur un oppidum des Véliocasses, (...)
  • 20 Carte archéologique de la Haute-Normandie, vol. 1 : « Cantons nord et sud de Vernon », (...)

9À Vernon, les fouilles, menées dans un premier temps sur le site du château médiéval (fig. 2), ont touché par la suite divers points du centre-ville. Les historiens, d’Edmond Meyer à Alphonse-Georges Poulain, n’ont jamais douté de l’existence d’une agglomération antique. Ils basaient leur certitude sur un petit nombre de découvertes mobilières et funéraires effectuées au xixe siècle ; les fouilles réalisées entre 1985 et 1993 ont livré un four isolé et quelques fragments épars de céramique antique, déconnectés de tout niveau d’occupation, alors que le sol naturel était atteint à diverses reprises par les travaux. Peut-être faudra-t-il rechercher des éléments de réponse à la question des origines de Vernon sur la rive opposée de la Seine : l’oppidum de Vernonnet semble en effet avoir été occupé entre la fin du ier siècle avant J.-C. et le iiie siècle de notre ère19. On ne sait guère plus de choses sur le passé mérovingien de la ville, révélé par de nombreuses découvertes funéraires qui n’ont pas, comme c’est souvent le cas en ville, pu être mises en relation avec un habitat20. Pour la période médiévale, des questions aussi importantes que le nombre, le tracé et la datation des enceintes attendent toujours le verdict de l’histoire et de l’archéologie.

Fig. 2 – Les fouilles du château de Vernon, en 1986

Fig. 2 – Les fouilles du château de           Vernon, en 1986

En arrière-plan, à droite : la grosse tour attribuée à Philippe Auguste. [cliché D. Pitte]

  • 21 Louviers, de l’Antiquité au Moyen Âge. Recherches archéologiques anciennes et récentes, Cat (...)

10La documentation historique permet d’évoquer Louviers à la fin du Moyen Âge. L’origine antique de cette agglomération, dotée d’une enceinte dans la seconde moitié du xive siècle, se précise au fil des fouilles récentes. Les éléments nous manquent pour décrire le manoir de Louviers, remis en 1196 par Richard Cœur de Lion à l’archevêque de Rouen, en échange d’Andeli. Pour les périodes antérieures au xiie siècle, l’historien ne dispose que de quelques mentions à partir de la fin du xe siècle, et l’archéologue présente les vestiges de deux nécropoles du haut Moyen Âge, qu’il ne peut cependant rattacher à un habitat. Les fouilles suggèrent cependant une continuité d’occupation du site depuis l’Antiquité, peut-être liée au commerce fluvial et à des échanges entre les vallées de l’Eure et de la Seine ; elles attestent d’une modestie de la place, notamment par rapport à Pîtres21.

 

  • 22 30 ans de recherches archéologiques à Évreux, catalogue d’exposition, Musée d’Évreux, 1990, (...)
  • 23 Notons cependant que P. Bauduin les a pour partie intégrées dans sa notice sur Évreux, (...)

11Évreux constitue, avec plus de cinquante interventions, un champ d’investigation important. Un bilan de la recherche, effectué en 1990, met en avant les acquis considérables dans la connaissance de la ville gallo-romaine. Les auteurs rassemblent à cette occasion sur un même plan les éléments archéologiques connus des villes antique et médiévale, tout en déplorant la modestie de l’apport concernant le Moyen Âge, due notamment à un nombre trop faible et une trop grande dispersion des opérations de fouilles22. La multiplication des chantiers, dans la dernière décennie du xxe siècle, apporte un nombre conséquent de données sur la ville médiévale : elles concernent des domaines aussi variés que la topographie, l’habitat ou l’artisanat, et attendent encore d’être synthétisées23.

  • 24 Les Thermes d’Évreux, Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques d (...)
  • 25 Il s’agit de la découverte d’édifices cultuels en 1995 rue de la Justice, d’un fanum au LEP (...)

12La date de création de la ville, à l’époque augustéenne, a été précisée. L’agglomération initiale, installée sur le versant d’une vallée alluviale arrosée par l’Iton, se développe vers l’est et le sud, pour atteindre à la fin du iie siècle, sa surface maximum. Elle présente, à cette époque, deux trames viaires d’orientations différentes, dont la trace a subsisté jusqu’à une date récente dans le parcellaire de la ville24. La parure monumentale est partiellement connue, avec, à l’est, un théâtre fouillé au xixe siècle, des thermes monumentaux révélés par les fouilles du centre hospitalier en 1993, et le forum que l’on suppose dans le secteur de la rue de la Petite Cité, à la suite de recherches menées en 1981. Ces monuments dominent un habitat construit pour une bonne part en torchis et colombages, côtoyant des domus maçonnées ; plusieurs fouilles permettent également, par leurs résultats, d’évoquer la périphérie de la ville25.

13En 1982-1985, puis en 1993, deux opérations ont mis en évidence une première tentative de fortification de la ville et son arrêt brutal dans les années 270-280, durant lesquelles Évreux connaît d’importantes destructions. Vers 300, la ville se dote d’une enceinte englobant une surface de 9 hectares, où va se concentrer l’occupation durant plusieurs siècles. La muraille abritera dans son angle sud-ouest la cathédrale (fig. 3) et accueillera à l’opposé le château médiéval. L’enceinte du castrum reste pour une bonne partie active durant le Moyen Âge et les fouilles effectuées en 1992 en arrière de l’hôtel de ville ont permis d’observer un système de double fossé précédant à l’est la muraille.

Fig. 3 – La cathédrale et l’évêché d’Évreux, vus à travers une brèche de l’enceinte gallo-romaine

Fig. 3 – La cathédrale et l’évêché           d’Évreux, vus à travers une brèche de l’enceinte           gallo-romaine

[cliché D. Pitte]

14À partir des xe-xie siècles, la ville reconquiert des espaces hors du castrum, selon un processus et une chronologie encore mal définis. Entre le côté nord de la muraille antique et l’Iton, se développe le bourg Saint-Pierre. Une première fouille, réalisée en 1992 rue Saint-Pierre, montre un hiatus dans l’occupation du secteur entre les iiie et xie siècles, et apporte des précisions sur la défense du bourg. Aux abords immédiats de ce dernier, se sont développées des installations artisanales au nombre desquelles figure un atelier de foulon des xiiie-xive siècles, mis au jour rue Isambard en 1993.

15D’autres interventions permettent de suivre l’expansion de la ville vers l’ouest et de préciser les circonstances de la réoccupation de l’espace séparant la ville close et le faubourg qui s’est développé à partir du xie siècle autour de l’abbaye Saint-Taurin. Au niveau des rues Isambard, Saint-Sauveur et Joséphine, les fouilleurs notent une absence de traces d’occupation humaine entre la période antique et les xiie-xiiie siècles. Dégagées en 1993, des sépultures associées à un mur scandé de contreforts correspondent peut-être à l’église Saint-Thomas, qui est encore mal connue.

 

16À Rouen, plus d’une centaine de fouilles ou sondages ont permis d’aborder l’histoire de la ville d’un point de vue diachronique. Les progrès de la connaissance sont indéniables et peuvent être évoqués à partir de quelques thèmes, qui seront présentés du point de vue de leur apport à la connaissance de l’urbanisme médiéval.

17Les niveaux d’occupation les plus anciens, atteints à de nombreuses reprises, confirment que Rouen est une création romaine, même si le site a livré ponctuellement des traces d’occupation antérieures. Sa parure monumentale est partiellement connue, avec un amphithéâtre au nord, des thermes publics à l’ouest de l’actuelle rue des Carmes, et le forum qu’un consensus des chercheurs situe à l’emplacement du palais de justice. Une trame viaire maintenant mieux connue délimite des îlots au sein desquels voisinent maisons en torchis et colombages et domus maçonnées. La ville de la fin du iie siècle est la mieux cernée : elle atteint à cette époque sa surface maximum, qui se réduira considérablement un siècle plus tard.

  • 26 Il s’agit de fouilles réalisées en 1981 et 1991 en arrière de la rue des Fossés-Louis-VIII, (...)
  • 27 P. Cailleux, D. Pitte, « Un vestige de l’hôtel des Bons-Enfants (XIIIe siècle) rue (...)
  • 28 Entre ces points extrêmes, qui déterminent l’axe présumé de la muraille, s’intercalent (...)
  • 29 É. Follain fait remarquer que cette ligne correspond dans la topographie de Rouen à (...)
  • 30 Par exemple, L. Fallue, « Essai sur l’époque de construction des diverses enceintes (...)

18Parmi les questions posées par les archéologues rouennais, figure celle de l’enceinte antique, qui délimite pendant plusieurs siècles la cité et marque au moins jusqu’à la fin de l’époque ducale le paysage urbain. Cette muraille a été souvent représentée sous la forme d’un carré d’environ 500 mètres de côté (fig. 4), la ville comptant, avec plus de 20 hectares enclos, parmi les plus importants castra du nord de la Gaule. Un bilan des connaissances oblige aujourd’hui à reconsidérer ce que l’on a accepté jusqu’à une date récente comme un fait acquis. Le tracé nord de la muraille, qui est pourtant le mieux connu, n’est pas sans poser de problèmes : les deux plus importants tronçons découverts n’ont pas été datés de façon identique et n’ont pas strictement la même orientation26. Le tracé du mur ouest est établi à partir de découvertes anciennes dont nous avons pu éprouver, il y a une dizaine d’années, la pertinence en observant un pan de maçonnerie antique dans le fond d’une cave, en arrière de la rue Massacre27. L’alignement oriental est déterminé en reliant deux découvertes fortuites réalisées à un siècle de distance dans le cadre de travaux d’assainissement : au nord, la portion de muraille identifiée en 1899 par Léon de Vesly rue du Petit-Mouton ne nous semble pas pouvoir être datée précisément ; à l’opposé, il s’agit de l’observation très rapide d’un massif de maçonnerie, apparu au fond d’une tranchée, rue des Bonnetiers28. Le tracé sud de la muraille est celui qui pose le plus de problèmes ; on l’a longtemps situé dans le secteur des rues de la Savonnerie et Saint-Étienne-des-Tonneliers. Compte tenu de la rareté et de l’imprécision des découvertes au-delà d’une ligne longeant la rue des Bonnetiers et la rue aux Ours29, on peut se demander si l’on doit laisser à l’écart l’hypothèse d’un castrum initial plus petit, émise à diverses reprises par des auteurs du xixe siècle30 ? Avec une partie infime du tracé de la muraille effectivement reconnue, l’archéologie nous incite à la prudence sur cette question.

Fig. 4 – L’enceinte gallo-romaine de Rouen

Fig. 4 – L’enceinte gallo-romaine de           Rouen

Elle a souvent été représentée comme un carré d’environ 500 mètres de côté par les archéologues de la fin du xxe siècle. Or, les découvertes archéologiques font défaut au sud d’une ligne longeant les rues des Bonnetiers et aux Ours (en pointillés sur le plan). [dessin D. Pitte]

19Évoquant la ville durant le haut Moyen Âge, et plus particulièrement au début du ixe siècle, Jacques Le Maho écrit :

  • 31 J. Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », Bulletin des Amis des monuments rouennais, (...)

La marque romaine est présente non seulement dans la division du district urbain en ville close et suburbium, mais aussi dans la cadastration de l’espace à l’intérieur de la cité […]. L’empreinte de l’Antiquité est encore très forte sur le cadre monumental : la cathédrale a conservé d’importants éléments du ive siècle, deux églises au moins occupent d’anciens édifices publics gallo-romains31.

  • 32 D. Pitte, B. Guillot, « Vestiges médiévaux sur le site de l’ancienne gare routière  (...)
  • 33 D. Pitte, B. Gauthiez, Le Château de Philippe Auguste, nouvelles recherches, Rouen, Musées (...)

20Les fouilles ont révélé une grande proximité des niveaux d’occupation des xie et xiie siècles avec les couches antiques. Creuser pour bâtir, c’est inévitablement rencontrer des structures gallo-romaines, dont il faut tenir compte, surtout lorsqu’il s’agit de murs épais. La récupération des matériaux est de mise, et l’on ne s’étonne pas en découvrant que le contrecœur de la cheminée romane mise au jour en 2001 sur le site de l’ancienne gare routière a été réalisé avec des fragments de tegulae32. Notons enfin que les ruines de l’amphithéâtre antique dominent longtemps la ville et qu’elles servent d’assise au château édifié par Philippe Auguste dans les premières années du xiiie siècle33.

  • 34 Citons, à l’ouest du cardo, les actuelles rues du Gros-Horloge, aux Juifs et de Saint-Lô.
  • 35 B. Gauthiez, « La réoccupation planifiée de la cité de Rouen au haut Moyen Âge », in Mediev (...)

21À Rouen, l’axe nord-sud de la ville médiévale reprend à peu de choses près celui du cardo. À l’intérieur du castrum, plusieurs voies est-ouest présentent un léger décalage avec des rues antiques reconnues en fouille34. Comment ce déplacement s’est-il effectué ? De façon brutale ou progressive ? L’évocation, par certains auteurs, d’une réoccupation planifiée de la cité de Rouen au haut Moyen Âge n’est pas supportée par une argumentation historique convaincante, et n’a pas été confortée par l’archéologie35.

  • 36 R. Quenedey, L’Habitation rouennaise, Rouen, Lestringant, 1926, p. 64-65.
  • 37 B. Gauthiez, « Les enceintes médiévales de Rouen », Bulletin des Amis des monuments (...)
  • 38 J. Heers, La Ville au Moyen Âge, Paris, Fayard, 1990, « Avant-propos », p. 8. L’arc (...)
  • 39 D. Pitte, « Apports récents de l’archéologie à la connaissance des quartiers ouest de Rouen (...)

22La question des enceintes médiévales de Rouen est de celles qui agitent depuis près de deux siècles les chercheurs. Ces derniers se sont reposés, jusqu’à une date récente, sur le schéma proposé par le commandant Quenedey d’une ville qui aurait connu trois accroissements principaux, matérialisés aux xiie, xiiie et xive siècles par la construction de nouvelles murailles36. Ce scénario a été récemment remis en cause par l’architecte Bernard Gauthiez, qui a formulé d’autres propositions à partir d’une lecture régressive du cadastre napoléonien37, méthode de travail vis-à-vis de laquelle Jacques Heers affichait en 1990 sa réserve38. B. Gauthiez admettait que ses hypothèses avaient besoin d’être mises à l’épreuve de l’archéologie et de l’étude des textes ; si ces derniers ne sont guère venus à son secours, les fouilles ont démenti au moins en un point le tracé supposé d’une enceinte du xiie siècle39.

23En ce qui concerne la question de l’évolution de la ville à partir du castrum, J. Le Maho propose une autre approche qui semble plus digne d’intérêt : il s’agit du recensement et du rassemblement sur un même plan des découvertes mobilières effectuées en fouille. Cette méthode tire sa pertinence du nombre important d’opérations réalisées dans la capitale normande et des progrès faits par les archéologues dans l’identification des niveaux du haut Moyen Âge. Le chercheur rouennais nous rappelle

  • 40 J. Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 27-28.

[que] les traces archéologiques du vaste quartier marchand extra-muros de Londres, occupé du vie au ixe siècle et décrit par les textes anglo-saxons comme une agglomération très peuplée, se limitent encore essentiellement, en dépit des efforts déployés depuis le début du siècle par les archéologues londoniens, à un semis de découvertes mobilières, à peine plus dense que celui observé dans la banlieue ouest de Rouen40.

  • 41 La muraille est mentionnée dans un texte de 1368 se rapportant à un litige opposant le (...)

24Il semble que cette méthode pourrait être utilisée avec profit dans les quartiers est de la ville, où se pose toujours la question de la progression de l’enceinte jusqu’à la limite des boulevards actuels. Les fouilles réalisées au cours des années 1990 de part et d’autre de l’actuelle rue Victor Hugo n’ont, en effet, livré aucun niveau d’occupation antérieur au xiiie siècle, dans ce secteur réputé avoir été enclos dès le xiie siècle ; elles ne nous ont par ailleurs pas renseigné sur une enceinte dont la proximité est suggérée par la documentation textuelle41.

25À regarder la question de près, on s’aperçoit qu’aucune partie d’enceinte construite aux xiie et xiiie siècles n’a à ce jour été physiquement identifiée à Rouen. Dans les années 1990, deux fouilles ont mis au jour des portions de murailles, sur un tracé généralement associé aux règnes de Philippe Auguste ou de Louis IX. Au collège Barbey d’Aurevilly, l’enceinte a été datée du milieu du xive siècle par des monnaies et l’abondant mobilier recueillis dans le comblement d’une tranchée liée à son édification ; nous sommes vraisemblablement en présence d’un ouvrage construit à l’instigation de Philippe VI (fig. 5). L’enceinte et la tour mises au jour au Rectorat ont été datées du début du xve siècle, mais il ne fait cependant guère de doute que ces fortifications érigées par les Anglais en bordure du couvent des Jacobins ont remplacé une défense antérieure.

Fig. 5 – Mise au jour d’une portion d’enceinte urbaine du milieu du xive siècle, lors de travaux effectués en 1993 au collège Barbey d’Aurevilly de Rouen

Fig. 5 – Mise au jour d’une portion           d’enceinte urbaine du milieu du xive siècle, lors de travaux effectués en           1993 au collège Barbey d’Aurevilly de Rouen

[cliché D. Pitte]

  • 42 Philippide, livre VIII (159) : « Duplices muri, fossataque tripla profundo ». Cf. Œuvres de (...)
  • 43 A. Salamagne, Les Villes fortes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2002, p. 5.

26Cette absence de trace dans le sol d’enceintes supposées de Rouen est pour le moins déconcertante, et nous sommes toujours dans l’impossibilité d’interpréter cette allusion à la double muraille et au triple fossé protégeant la capitale normande assiégée par Philippe Auguste en 1204, émise par Guillaume le Breton42. De même, aucune découverte n’a, à ce jour, permis de localiser la puissante « Tour de Rouen » édifiée vers l’an mil par le duc Richard Ier. Il ne semble pas que Rouen constitue sur ces points un cas à part, comme le souligne Alain Salamagne, qui relève dans un opuscule consacré aux villes fortes au Moyen Âge que le tracé de leurs enceintes reste souvent « – en particulier pour les périodes antérieures au xive siècle – difficile à reconnaître »43.

  • 44 R. Quenedey, L’Habitation rouennaise, p. 249.
  • 45 Ces travaux ont donné lieu à de nombreuses publications, et nous renvoyons le lecteur à la (...)

27Parmi les résultats les plus spectaculaires de l’archéologie rouennaise, figure la révélation d’une architecture civile en pierre, dont personne ne soupçonnait l’importance. Comme pour la question des enceintes, les chercheurs travaillant sur les maisons ont longtemps œuvré dans l’ombre du commandant Quenedey qui écrivait en 1926 : « la pierre a été peu employée au Moyen Âge dans les constructions privées de Rouen. C’est un fait que l’archéologie et les textes mettent en lumière »44. Dans le troisième quart du xxe siècle, une promotion immodérée du pan de bois à des fins touristiques a fini par accréditer l’image d’une ville médiévale dominée par un château et des églises en pierre, au pied desquels se massent des maisons de bois. De nombreuses découvertes archéologiques ont contredit cette représentation, qu’il convient aujourd’hui de regarder comme une idée reçue ; elles ont fait suite à la mise au jour, en 1976, des vestiges de deux constructions romanes dans la cour du palais de justice. En arrière des rues de la Pie (fig. 6) et Saint-Romain, les élévations de deux maisons des xiie et xiiie siècles ont été étudiées en 1988 et 1990. Les fouilles et prospections ont depuis révélé une large diffusion de cette architecture dans la ville ; cette donnée a été confirmée par les recherches menées en parallèle par Philippe Cailleux dans les archives médiévales45.

Fig. 6 – Rue de la Pie, 1988

Fig. 6 – Rue de la Pie, 1988

Appliquées au bâti en élévation, les méthodes de l’archéologie ont permis d’identifier, au centre de la photo, le mur-pignon d’une maison romane. [cliché D. Pitte]

  • 46 P. Calderoni, B. Guillot, « Construction civile médiévale en Haute-Normandie : découvertes (...)
  • 47 L.-F. Le Sage, Monuments civils et religieux et maisons particulières de Caudebec et ses en (...)
  • 48 D. Pitte, A. Lemoine-Descourtieux, « La maison romane en pierre dans les villes de Haute-No (...)

28D’autres villes, pour peu que l’on s’y intéresse, livreraient des résultats comparables à Rouen. Évreux a commencé à le faire, avec le dégagement en 1996, rue Joséphine, de l’étage inférieur du corps de logis d’un manoir édifié vers 130046. On peut également penser à Caudebec-en-Caux, célèbre pour sa maison dite « des Templiers », qui abritait au Moyen Âge de nombreux édifices civils en pierre, actuellement en cours d’étude et décrits pour certains d’entre eux par Louis-François Le Sage, au début du xixe siècle47. À l’autre bout de la région, les maisons en grison du secteur de l’Avre et de l’Iton ont fait l’objet d’une première approche48 ; la ville de Verneuil-sur-Avre possède encore plusieurs édifices romans en élévation qui attendent l’étude qu’ils méritent.

  • 49 Louviers, de l’Antiquité au Moyen Âge…, p. 47-48.
  • 50 F. et C. Gerber, Évreux : square Georges Brassens « La Médiathèque » 1993, Service (...)

29Les résultats obtenus par les archéologues dans le domaine de l’architecture de bois sont plus modestes. La raison principale de cet état de fait est la nature des matériaux utilisés, qui ne laissent dans le sol que des traces fragiles, bien souvent emportées dans les villes par des travaux postérieurs. Plusieurs sites méritent cependant notre attention ; il s’agit de Louviers, où plusieurs petites maisons du xive siècle, sans caves, ont été étudiées en arrière de la rue du Mûrier49. En 1997, rue Martainville, à Rouen, des vestiges d’édifices modestes de la fin du Moyen Âge sont apparus sous la truelle des chercheurs. Pour les périodes plus hautes, l’habitat urbain reste presque totalement inconnu, malgré d’intéressantes observations effectuées en 1992-1993 à Évreux et les découvertes de J. Le Maho au pied de la cathédrale de Rouen50. De façon paradoxale, la construction en torchis et colombages est mieux connue pour la région dans l’Antiquité que durant la période ducale.

  • 51 Par exemple, la « maison du charbonnier » (aujourd’hui disparue), rue des Capucins, qui pos (...)
  • 52 F. Épaud, « Un cas particulier de charpenterie médiévale normande : le bâtiment de Selles ( (...)

30Les maisons de bois encore en élévation n’ont guère été l’objet d’attention depuis les publications du commandant Quenedey. Elles ont pourtant été, pour la plupart, restaurées au cours des dernières décennies, sans que ces travaux aient suscité des recherches sérieuses. On regrettera l’absence de la dendrochronologie dans leur approche, si l’on excepte les résultats surprenants obtenus à Rouen lors de la mise en œuvre de cette technique dans le courant des années 197051. On se prend à rêver d’une campagne d’investigations utilisant les méthodes employées récemment par Frédéric Épaud pour l’étude du bâtiment médiéval de Selles, dans l’Eure52.

 

  • 53 Rouen, Espace du Palais, DFS de sauvetage programmé, X. Peixoto (dir.), Documentation du Se (...)
  • 54 C. David, E. Broine, S. Talin d’Eyzac, N. Thomas, « La reconnaissance géophysique planimétr (...)
  • 55 D. Pitte, « Sondages archéologiques et surveillances de travaux à Rouen (1989-1999) (...)
  • 56 D. Pitte, « Les caves médiévales de Vernon », Cahiers vernonnais, no 24, 2002, p. 5-10.

31À l’issue de ce tour d’horizon de la recherche régionale, on peut se demander si le souhait émis au début des années 1980, de voir une archéologie de la ville se substituer à une archéologie en milieu urbain, s’est réalisé. Nous avons constaté d’importantes disparités géographiques et l’absence d’interventions dans des agglomérations historiquement incontournables qui doivent encore être analysées à partir de données anciennes. En précisant la date de création et en éclairant le plan de nombre de villes antiques, les fouilles récentes ont contribué à une meilleure compréhension des origines et de l’évolution des villes haut-normandes. Comme partout ailleurs, l’archéologie régionale peine à aborder la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge ; divers prétextes ont été invoqués, au nombre desquels figurent l’absence de niveaux correspondant à cette phase chronologique sur les chantiers urbains, ou le désintérêt des fouilleurs pour la période. Au cours des années 1990 s’est élaboré le concept dit « des terres noires » : il s’agit de couches généralement sombres recouvrant les niveaux antiques, supposées contenir dans une stratification très resserrée et peu épaisse les traces de l’occupation du site durant le haut Moyen Âge. Qualifiés de « remblais », ces niveaux ont parfois été décapés sans étude pour atteindre les couches gallo-romaines. De timides tentatives de fouilles ont vu le jour dans la région, sans résultat concluant en milieu urbain53. Cette situation a conduit les chercheurs à élaborer une approche de ces « terres noires » par le biais de moyens techniques sophistiqués, qui doivent encore faire la preuve de leur efficacité54. Pour le Moyen Âge proprement dit, l’archéologie a montré son utilité pour les questions des enceintes et de la topographie des villes ; elle a prouvé qu’elle était en mesure, par ses résultats, d’influer sur notre perception du paysage urbain. On notera cependant que la question de la périphérie des villes est rarement abordée par les fouilleurs. L’approche archéologique du faubourg Martainville, à Rouen, se limite à l’identification, en 1999, de niveaux et de céramique du xiiie siècle, à l’occasion de sondages qui n’ont pas débouché sur une fouille55. En 2000, à Vernon, la découverte d’une partie de cellier a rappelé que le faubourg Gamilly était connu au Moyen Âge pour ses vignes56.

32Le bilan s’avère pour le moins mitigé : les fouilles réalisées dans le dernier quart du xxe siècle ont rarement dépassé le stade de la monographie de site, et la plupart d’entre elles attendent d’être replacées dans une analyse globale de la ville. Nous ne pouvons que souscrire au constat émis par le Conseil national de la recherche archéologique qui déplorait, en 1997, que la ville soit

  • 57 La Recherche archéologique en France, bilan 1990-1994 et programmation, Paris, Éditions de (...)

le lieu d’opérations successives conduites par une multiplicité d’intervenants différents, de plus en plus souvent de passage. L’absence de lien entre les opérations de terrain, traitées individuellement, a pour conséquence qu’à de très rares exceptions près, la volonté de considérer la ville comme objet d’étude s’amenuise57.

  • 58 La ville d’Eu possède un service exclusivement centré sur le sanctuaire antique de Bois-l’A (...)
  • 59 Pour Rouen, on regrette que les fouilles des Espaces du Palais n’aient débouché que (...)

33Dans la région, l’absence d’archéologue municipal58 et le manque d’implication des partenaires institutionnels du ministère de la Culture n’ont fait qu’accentuer une tendance qui ne paraît pas à l’heure actuelle devoir s’inverser. Il n’y a pas lieu d’incriminer sur ce point les acteurs de la recherche, mais plutôt les règles qui structurent cette dernière, qui ne favorisent pas le travail dans la durée. Les années 1990 ont vu l’émergence de chantiers disposant de moyens financiers importants, réalisés par des professionnels et des spécialistes, dont les apports spécifiques à l’histoire urbaine régionale ne sont pas toujours perceptibles59. On regrettera également que, durant la période considérée, les recherches historiques et archéologiques soient restées trop souvent des démarches séparées. On s’étonne de la persistance de cet état de fait, alors que quelques collaborations exemplaires ont montré l’intérêt d’une telle association lorsque l’on s’attache à évoquer la ville médiévale.

  • 60 Il est bon de rappeler que l’on ne date pas aujourd’hui la céramique (sur laquelle se fonde (...)
  • 61 Pour la période médiévale, le risque s’amplifie lorsque l’on établit des équivalenc (...)

34Il faudra bien poser un jour la question de la valeur de la documentation provenant des fouilles récentes. Les données archéologiques sont, en effet, en grande partie issues de la lecture de stratifications souvent complexes, dont la bonne compréhension dépend de nombreux facteurs parmi lesquels on peut citer les conditions dans lesquelles s’est déroulée la fouille. Ces données sont-elles toutes fiables ? Photos, relevés et commentaires devraient constituer pour chaque opération une documentation de référence, qui n’existe malheureusement pas dans tous les cas. Que faire, par exemple, de cette information primordiale pour l’histoire de Rouen, stipulant que le fossé nord du castrum a connu « un comblement en deux temps : xie, puis xiiie siècle », quand on sait que la fouille qui l’a générée en 1991 n’a donné lieu, à l’heure où nous écrivons ces lignes, à aucun rapport ? Dans quelle mesure peut-on mettre en parallèle, lorsque l’on s’attelle à une synthèse, des informations archéologiques recueillies dans des contextes très divers, parfois même à plus d’un siècle d’intervalle, lorsque l’on sait que les méthodes de travail et les critères de datation ont varié durant cette période60 ? Ne risque-t-on pas, en mêlant sans discernement des données de valeurs inégales, de créer une ville imaginaire61 ?

 

  • 62 A. Bolliet, J. Charpillon, G. Chomier, S. Bouquerel, Rapport d’audit sur l’archéologie prév (...)

35On pourra en conclusion s’interroger sur les moyens de pallier aux actuelles faiblesses de l’archéologie urbaine. À la pointe de la discipline au début des années 1980, les fouilles en ville sont devenues aujourd’hui minoritaires parmi les interventions réalisées sur le territoire national ; elles ont été supplantées par les recherches en milieu rural, dynamisées par les grands projets autoroutiers. Un rapport sur la situation en France, publié en 2003, préconise, pour la recherche en ville, une « action vigoureuse » des tutelles scientifiques et administratives « pour éviter que l’archéologie préventive ne laisse de côté une part importante du patrimoine historique »62.

Notes

1 Colloque international d’archéologie urbaine, Tours, 17-20 novembre 1980, Rapports préliminaires, Paris, AFAN, 1982, « Rouen », p. 431-441.

2 P. Lemaître, « Fouilles archéologiques en milieu urbain à Évreux », in Trésors archéologiques de la Haute-Normandie (Cinq années de fouilles et de découvertes, 1974-1979), Rouen, Lecerf, 1980, p. 223-228.

3 M. Mangard, « Recherches récentes à Lillebonne », ibid., p. 147-150.

4 Voir à ce sujet D. Pitte, « Deux siècles d’archéologie à Rouen », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 2001, p. 84-95.

5 Rouen gallo-romain (Fouilles et recherches archéologiques, 1978-1982), catalogue d’exposition, Rouen, Musée des Beaux-Arts, 1982. Nous n’oublions ni la rétrospective des fouilles régionales accueillie en 1990 par le Musée des antiquités de Rouen, ni l’exposition consacrée en 1995 aux découvertes antiques réalisées à l’occasion des fouilles de l’Espace du Palais, mais elles n’ont pas abordé la ville comme objet.

6 La sortie, en 2004, d’un volume de la collection « Carte archéologique de la Gaule » consacré à Rouen a partiellement comblé ce déficit.

7 Cette période est bien individualisée dans l’histoire de la recherche archéologique. Elle est régie par des procédures et des méthodes de travail élaborées sur les chantiers à partir de la fin des années 1970 et qui ont pris fin en 2001, avec la mise en place d’une loi sur l’archéologie préventive.

8 Deux sources permettent de retrouver les principales de ces opérations. Il s’agit de De la Gaule à la Normandie : 2000 ans d’histoire, 30 ans d’archéologie (publié en 1990 à l’occasion d’une exposition au Musée départemental des antiquités de Rouen) et des Bilans scientifiques édités depuis 1991 par le Service régional de l’archéologie.

9 Les fouilles programmées ont été peu nombreuses en ville, et l’on peut citer celles d’Annie Renoux au château de Fécamp (1973-1984) et de Jacques Le Maho au pied de la cathédrale de Rouen (1985-1993).

10 Nous n’évoquerons pas, au cours de ce travail, les agglomérations plus petites, qui ont été totalement ignorées par la recherche durant la période considérée.

11 Il serait intéressant de vérifier dans quelle mesure cette absence de fouilles correspond à un déficit d’opérations immobilières dans ces villes.

12 Parmi les villes qui ont fait l’objet de ces documents, signalons Gisors, Gaillon, Les Andelys, Conches et Fécamp.

13 A. Lemoine-Descourtieux, La Frontière normande de l’Avre de la fin du Xe siècle au début du XIIIe siècle : la défense et les structures de peuplement, thèse de doctorat sous la direction de F. Neveux, Université de Caen, 2003, 3 vol. (dactyl.).

14 On regrettera que l’intervention de la rue Saint-Just, en 1999, n’ait abouti qu’à des constatations stratigraphiques sommaires, dans un secteur de la ville pourtant prometteur.

15 B. Le Cain, « La fortification des villes côtières en Haute-Normandie à la fin du Moyen Âge : le rempart de Dieppe », Proximus, 1998 (Actes de la table ronde de Dieppe, 17-18 septembre 1996), p. 145-150.

16 Ce constat pourrait être appliqué à bien d’autres villes de la région. Sur l’intérêt de l’étude des caves, voir les travaux menés à Lille par J.-D. Clabaut, Les Caves médiévales de Lille, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001.

17 É. Follain, Juliobona, ville gallo-romaine, Lillebonne, Ville de Lillebonne, 1999. Les comptes rendus des fouilles menées au cours des dernières décennies à Lillebonne ne font jamais mention de découvertes concernant la période médiévale. Cette absence est due en grande partie à la localisation des interventions.

18 J. Le Maho, « L’époque médiévale », in Lillebonne, des origines à nos jours, Lillebonne, Ville de Lillebonne, 1989, p. 87.

19 La Fortification gauloise de Vernon : recherches récentes sur un oppidum des Véliocasses, catalogue d’exposition, Musée municipal de Vernon, Musée municipal A.-G. Poulain, 1998, p. 9.

20 Carte archéologique de la Haute-Normandie, vol. 1 : « Cantons nord et sud de Vernon », Rouen, Direction régionale des affaires culturelles, 1993. Ce récolement de la documentation archéologique relative à Vernon est malheureusement desservi par une cartographie inexploitable.

21 Louviers, de l’Antiquité au Moyen Âge. Recherches archéologiques anciennes et récentes, Catalogue d’exposition, Musée de Louviers, 2002.

22 30 ans de recherches archéologiques à Évreux, catalogue d’exposition, Musée d’Évreux, 1990, p. 49.

23 Notons cependant que P. Bauduin les a pour partie intégrées dans sa notice sur Évreux, rédigée en 1997 dans le cadre de l’Atlas historique des villes de France.

24 Les Thermes d’Évreux, Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’ouest de la France (Documents archéologiques de l’Ouest), 1997, p. 12.

25 Il s’agit de la découverte d’édifices cultuels en 1995 rue de la Justice, d’un fanum au LEP Hébert en 2000, et d’une villa au lieu-dit « Les Quinconces » en 1996.

26 Il s’agit de fouilles réalisées en 1981 et 1991 en arrière de la rue des Fossés-Louis-VIII, qui ont mis au jour des vestiges attribués au second quart du IVe siècle et à la fin du IIIe siècle.

27 P. Cailleux, D. Pitte, « Un vestige de l’hôtel des Bons-Enfants (XIIIe siècle) rue du Gros-Horloge à Rouen », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1991, p. 70-74.

28 Entre ces points extrêmes, qui déterminent l’axe présumé de la muraille, s’intercalent d’autres mentions, plus ou moins facilement localisables.

29 É. Follain fait remarquer que cette ligne correspond dans la topographie de Rouen à une rupture de pente, qui a bien pu être utilisée pour sa valeur défensive par les constructeurs de la première muraille (communication orale).

30 Par exemple, L. Fallue, « Essai sur l’époque de construction des diverses enceintes militaires de Rouen », Revue de Rouen et de la Normandie, 14e année, 1846, p. 82-91. Les partisans d’un castrum plus grand fondent parfois leur argumentation sur la localisation d’une chapelle Saint-Martin, réputée avoir précédé l’église qui porte le même nom et située par Grégoire de Tours super murum civitatis. L’utilisation d’un texte du VIe siècle pour localiser un mur édifié vers la fin du IIIe siècle nous paraît pour le moins périlleuse.

31 J. Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1995, p. 41.

32 D. Pitte, B. Guillot, « Vestiges médiévaux sur le site de l’ancienne gare routière », ibid., septembre 2002, p. 90-95.

33 D. Pitte, B. Gauthiez, Le Château de Philippe Auguste, nouvelles recherches, Rouen, Musées départementaux de Seine-Maritime, 1987.

34 Citons, à l’ouest du cardo, les actuelles rues du Gros-Horloge, aux Juifs et de Saint-Lô.

35 B. Gauthiez, « La réoccupation planifiée de la cité de Rouen au haut Moyen Âge », in Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, J. Stratford (éd.), Londres, Maney (The British Archaeological Association, Conferences Transactions for the Year 1986 ; XII), 1993, p. 12-19.

36 R. Quenedey, L’Habitation rouennaise, Rouen, Lestringant, 1926, p. 64-65.

37 B. Gauthiez, « Les enceintes médiévales de Rouen », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1985, p. 35-39.

38 J. Heers, La Ville au Moyen Âge, Paris, Fayard, 1990, « Avant-propos », p. 8. L’archéologie a montré plus d’une fois à Rouen que les tracés parcellaires ne reflétaient pas toujours une réalité ancienne.

39 D. Pitte, « Apports récents de l’archéologie à la connaissance des quartiers ouest de Rouen : à propos de la fouille de la rue des Bons-Enfants », Bulletin des Amis des monuments rouennais, septembre 1998, p. 69-75.

40 J. Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 27-28.

41 La muraille est mentionnée dans un texte de 1368 se rapportant à un litige opposant le roi et la ville, au sujet des rues Vatier-Blondel et du Petit-Ruissel, réputées assises « sur les fossez ou murs de l’ancienne forteresse de la ville » (Archives municipales de Rouen, registre U 1, fo 36 vo).

42 Philippide, livre VIII (159) : « Duplices muri, fossataque tripla profundo ». Cf. Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, historiens de Philippe Auguste, H.-F. Delaborde (éd.), t. II, Philippide de Guillaume le Breton, Paris, Renouard, 1885.

43 A. Salamagne, Les Villes fortes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2002, p. 5.

44 R. Quenedey, L’Habitation rouennaise, p. 249.

45 Ces travaux ont donné lieu à de nombreuses publications, et nous renvoyons le lecteur à la bibliographie figurant dans La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre (Actes des tables rondes de Rouen (16-17 octobre 1998) et de Norwich (16-17 avril 1999)), D. Pitte et B. Ayers (éd.), Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 2002, p. 91-93.

46 P. Calderoni, B. Guillot, « Construction civile médiévale en Haute-Normandie : découvertes archéologiques récentes à Rouen et Évreux », ibid., p. 57-60.

47 L.-F. Le Sage, Monuments civils et religieux et maisons particulières de Caudebec et ses environs (1827-1830), Bibliothèque municipale de Rouen, ms. Y 8. Ces édifices ont presque tous disparu.

48 D. Pitte, A. Lemoine-Descourtieux, « La maison romane en pierre dans les villes de Haute-Normandie », in Actes du colloque consacré à L’Habitation à l’époque romane (Issoire (Puy-de-Dôme), octobre 2000), à paraître ; Id., « Une maison romane à Breteuil ? », Vernoliana (Bulletin de l’association pour la sauvegarde des édifices vernoliens), no 6, 2003, p. 34-40.

49 Louviers, de l’Antiquité au Moyen Âge…, p. 47-48.

50 F. et C. Gerber, Évreux : square Georges Brassens « La Médiathèque » 1993, Service régional de l’archéologie, document final de synthèse no 1 181, 1998, p. 104-115 ; J. Le Maho, « Regard archéologique sur l’habitat rouennais vers l’an mil : le quartier de la cathédrale », in La Normandie vers l’an mil, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 2000, p. 179-184.

51 Par exemple, la « maison du charbonnier » (aujourd’hui disparue), rue des Capucins, qui possédait « un encorbellement et un pan de bois typique du XIIIe siècle », dont une poutre a été datée par la dendrochronologie du deuxième quart du XVe siècle ; R. Baudru, « Vie et survie des maisons à pans de bois », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1989, p. 26-27.

52 F. Épaud, « Un cas particulier de charpenterie médiévale normande : le bâtiment de Selles (Eure) », Bulletin monumental, 158-III, 2000, p. 239-249 (Selles est un village situé à proximité de Pont-Audemer).

53 Rouen, Espace du Palais, DFS de sauvetage programmé, X. Peixoto (dir.), Documentation du Service régional de l’archéologie, DFS no 222, p. 137.

54 C. David, E. Broine, S. Talin d’Eyzac, N. Thomas, « La reconnaissance géophysique planimétrique par la méthode électrique à la maille carrée de 10 cm. Une aide à la stratégie de fouille des “terres noires” rurales et urbaines », in Journées archéologiques régionales, Louviers (Eure) : résumés des communications, Rouen, Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie, 2002, p. 41-44.

55 D. Pitte, « Sondages archéologiques et surveillances de travaux à Rouen (1989-1999) », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 2000, p. 83-88.

56 D. Pitte, « Les caves médiévales de Vernon », Cahiers vernonnais, no 24, 2002, p. 5-10.

57 La Recherche archéologique en France, bilan 1990-1994 et programmation, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1997, p. 153-154.

58 La ville d’Eu possède un service exclusivement centré sur le sanctuaire antique de Bois-l’Abbé et Évreux a employé quelques années un archéologue municipal.

59 Pour Rouen, on regrette que les fouilles des Espaces du Palais n’aient débouché que sur la publication des données relatives à un mausolée antique ; l’intervention de la place de la Pucelle mériterait mieux que la simple mise en avant d’une fontaine gallo-romaine. Nous réservons nos commentaires sur l’opération du métro, en l’absence de publication scientifique, dix ans après l’achèvement de la fouille.

60 Il est bon de rappeler que l’on ne date pas aujourd’hui la céramique (sur laquelle se fonde une part non négligeable des attributions chronologiques proposées par les archéologues) avec les mêmes critères que ceux établis il y a trente ans.

61 Pour la période médiévale, le risque s’amplifie lorsque l’on établit des équivalences trop rapides entre les données archéologiques et la documentation historique, selon le principe « qu’à un vestige doit obligatoirement correspondre un texte ».

62 A. Bolliet, J. Charpillon, G. Chomier, S. Bouquerel, Rapport d’audit sur l’archéologie préventive et l’Institut national de recherches archéologiques préventives, Paris, 2003, p. 9.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des principaux sites mentionnés dans le texte
Légende [cartographie D. Pitte, réalisation C. Chapet]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 2 – Les fouilles du château de Vernon, en 1986
Légende En arrière-plan, à droite : la grosse tour attribuée à Philippe Auguste. [cliché D. Pitte]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Titre Fig. 3 – La cathédrale et l’évêché d’Évreux, vus à travers une brèche de l’enceinte gallo-romaine
Légende [cliché D. Pitte]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 909k
Titre Fig. 4 – L’enceinte gallo-romaine de Rouen
Légende Elle a souvent été représentée comme un carré d’environ 500 mètres de côté par les archéologues de la fin du xxe siècle. Or, les découvertes archéologiques font défaut au sud d’une ligne longeant les rues des Bonnetiers et aux Ours (en pointillés sur le plan). [dessin D. Pitte]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Fig. 5 – Mise au jour d’une portion d’enceinte urbaine du milieu du xive siècle, lors de travaux effectués en 1993 au collège Barbey d’Aurevilly de Rouen
Légende [cliché D. Pitte]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 6 – Rue de la Pie, 1988
Légende Appliquées au bâti en élévation, les méthodes de l’archéologie ont permis d’identifier, au centre de la photo, le mur-pignon d’une maison romane. [cliché D. Pitte]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 856k

Auteur

Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540