Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Histoire des villes normandes, des origines gallo-romaines à la fin du Moyen Âge

Falaise pendant l’occupation anglaise

François-Xavier Lemercier

Texte intégral

1À cause de sa position stratégique importante, à la croisée des chemins entre la Bretagne et Paris, Caen et l’Orne, Falaise fut une place forte importante pour l’économie et la défense du duché. Les ducs de Normandie ne s’y sont pas trompés et, pour cela, ils ont bâti sur l’éperon rocheux l’orgueilleuse forteresse qui résiste encore de nos jours malgré les mauvais traitements, volontaires ou non, infligés par les hommes.

2Pendant la guerre de Cent Ans, la ville et son château n’ont pas dérogé à leur rôle de place stratégique. La première partie de la guerre a tenu la ville hors de la tourmente, même si elle fut touchée par les différentes crises, telles que la Peste ou la récession économique, et même si, pour ce dernier fléau, les retombées furent minimes. En 1417, les Anglais prirent la ville et la gardèrent jusqu’en 1450. Pendant toutes ces années, la ville a plus ou moins bien vécu cette occupation. Il n’est pas question ici de traiter de l’économie de la ville pendant cette période. Ce point pourrait faire à lui seul l’objet d’une étude approfondie. Le but de cette contribution est de tracer un tableau des relations entre la ville et l’occupant : comment Falaise a-t-elle vécu l’occupation ? Quelle fut l’attitude des différentes couches sociales de la ville pendant le conflit ?

3Nous tenterons de répondre à ces questions en les examinant sous trois aspects. Tout d’abord, nous étudierons les garnisons, qui constituent un très bon indicateur concernant une ville pendant son occupation. Puis s’impose un examen de l’attitude du roi d’Angleterre à l’égard de la ville natale du Conquérant. Il convient enfin de présenter quelle fut l’attitude des Falaisiens durant cette occupation anglaise.

 

4Parmi tous les indicateurs qui révèlent la fidélité d’une ville, la présence et l’attitude de la garnison sont parmi les plus importants. En effet, celle-ci a tenu une place majeure à Falaise, par son rôle défensif, mais aussi par son comportement dans la ville. Mais cette importance fut-elle constante ? Quels furent les règlements la concernant ? Et de quelle manière les a-elle respectés ?

5Dès le lendemain de la chute de la ville et de son château, les Anglais y installèrent une garnison. Les données chiffrées concernant cette garnison en 1417 restent inconnues : nous ne disposons de données de cette nature qu’à partir de 1424. Le graphique ci-après montre l’évolution à partir de cette date, jusqu’à la reprise de Falaise en 1437 (fig. 1). Malheureusement, le manque de documents ne permet pas une énumération plus fine. En 1424, la garnison comptait 124 hommes, répartis entre 12 fantassins, 93 archers et 19 cavaliers. Aucun événement survenu à Falaise ou dans les environs ne peut permettre d’expliquer la raison de cette nombreuse garnison. Cependant, il est possible que son importance ait des causes géographiquement plus lointaines. En effet, en 1424, le siège du Mont-Saint-Michel débutait. Peut-être le gouvernement d’Henri VI craignait-il un assaut éventuel des troupes françaises sur le nœud de communication falaisien, pour faire diversion et alléger la pression que les Anglais exerçaient sur le Mont. Cependant, alors que le Mont était toujours assiégé, la garnison diminuait fortement à Falaise, dès l’année suivante. En effet, elle a perdu près de 36 % de ses troupes, réparties comme suit : 10 fantassins, 60 archers et 10 cavaliers. Ce mouvement, qui s’accroît en 1426 (60 hommes : 9 fantassins, 45 archers, 6 cavaliers), peut avoir plusieurs explications.

Fig. 1 – Les garnisons de Falaise 1424-1437

Fig. 1 – Les garnisons de Falaise           1424-1437

6La première est que, pour les Anglais, le temps des conquêtes est fini, et que les garnisons peuvent être dégarnies, car un assaut français est peu probable, d’autant plus que Charles VII est réfugié dans le « royaume de Bourges » et bloqué par le manque de moyens. De plus, le siège du Mont exige de plus en plus d’hommes, du fait que le blocus anglais est inefficace. Enfin, mis à part quelques accrochages locaux, la Normandie est relativement tranquille.

  • 1 Confirmation de cette légère augmentation est donnée par un autre comptage de la même (...)
  • 2 Cahiers Léopold Delisle, t. XVI, 1967, p. 74. Thomas Kingeston a laissé une trace impressio (...)
  • 3 J. Stevenson, Letters and papers illustrative of the wars of the English in France during t (...)
  • 4 R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise en Basse-Normandie (1418-1450), Cahier des (...)
  • 5 M.-A. Moulin, L’Occupation anglaise à Argentan, 1417-1450, mémoire de DEA, sous la directio (...)
  • 6 R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise…, p. 116.
  • 7 À titre d’exemple, à Argentan en octobre 1435, la garnison a connu un accroissement (...)
  • 8 Les Chronicques de Normendie (1223-1453), A. Hellot (éd.), Rouen, Métérie, 1881, p. 162.

7En 1428, en revanche, la garnison retrouve un peu de son importance. Il faut dire que c’est le début du siège d’Orléans, qui n’est qu’à quelques jours de marche. En effet, la garnison a augmenté ses effectifs de plus de 8 %, ce qui donne 70 hommes (40 archers et 30 cavaliers). Ces chiffres doivent donc être mis en relation avec le siège d’Orléans1, où seulement une petite partie de la garnison s’est rendue. En 1430, les effectifs reviennent au niveau de 1424, probablement à cause de la chevauchée de Jeanne d’Arc. Une fois la Pucelle capturée à Compiègne, la garnison de Falaise fait un bond prodigieux, gagnant 50 % par rapport à 1426, avec 120 hommes, placés sous les ordres de Thomas Kingeston2. La composition était la suivante : 10 fantassins, 90 archers et 20 cavaliers3. La deuxième raison de cette nouvelle augmentation est que le gouvernement d’Henri VI préfère regarnir ses places fortes, car le roi de France est revenu sur l’échiquier politique et ses partisans se font de plus en plus entreprenants, n’hésitant pas à faire des raids dans la région de Falaise4. À ce sujet, il faut signaler que, depuis sa libération en juin 1429, après cinq années de captivité, Jean II d’Alençon multiplie les opérations militaires dans la région d’Argentan afin de reconquérir ses terres5. En 1434, on assiste à une modification importante de la structure de la garnison : 90 fantassins, 54 archers et 30 cavaliers sont à Falaise. Cela représente une augmentation de plus de 50 hommes, ce qui est considérable. En outre, on observe un basculement au niveau des rapports entre les fantassins et les archers puisque désormais les premiers priment sur les seconds. On pourrait en déduire que les Anglais craignent peut-être un renversement de la fidélité des Falaisiens. En effet, en cette année 1434, les Anglais ont cru que Falaise, tout comme Avranches et Bayeux, s’était rangée du côté de Charles VII6. C’était faux, mais les Français ont pu faire courir ce bruit, afin que l’ennemi renforce certaines positions, cibles imaginaires, et dégarnisse les objectifs réels7. Il se peut aussi que le gouvernement d’Henri VI ait récupéré des cavaliers et des archers à Falaise pour renforcer ses armées de campagne. Le mouvement d’accroissement de la garnison s’est renforcé jusqu’à atteindre son maximum en 1450 où, selon les Chroniques de Normandie8, les effectifs atteignaient 1 500 hommes. Il est cependant probable que le chroniqueur a exagéré l’importance de cette garnison, pour donner plus de mérite à l’armée de Charles VII.

  • 9 En outre, dans l’ouvrage de C. T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of (...)
  • 10 Ce fait est attesté en 1449 dans les Comptes de la ville de Falaise (cf. supra).
  • 11 C. T. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 37.
  • 12 Ibid., p. 96 et 97.

8En résumé, il est raisonnable de penser que la garnison de Falaise et les mouvements militaires ennemis sont liés. Elle augmentait, en effet, quand les Français se faisaient de plus en plus menaçants et que leurs succès militaires devenaient plus fréquents, comme après la prise de Dieppe en 1435, pour atteindre son paroxysme pendant la reconquête de la Normandie, après le coup de Fougères, qui marque la rupture par les Anglais de la trêve de 1444. Cependant, il y a encore une chose intéressante à noter au sujet des garnisons, ce sont les variations internes entre les cavaliers, les fantassins et les archers. Le tableau montre que les archers ont toujours un effectif supérieur aux fantassins et aux cavaliers jusqu’en 1430. Cela s’explique sans doute par le fait que leur solde est beaucoup plus importante, à cause de l’entretien du cheval et des valets supplémentaires qui les accompagnent9. Cependant, le manque d’informations concernant ces variations ne permet pas d’expliquer ces différences importantes d’effectifs, tout comme il ne permet pas d’expliquer l’absence des canonniers, alors que la ville disposait d’une artillerie performante au moins depuis 142210. À cela, il faut ajouter qu’il est peu probable que les variations de garnisons soient dues à des mouvements internes à la ville, car celle-ci semble relativement calme. Aucun rapport de la vicomté n’indique de mouvements anglophobes comparables à ceux de Rouen, où l’attaque de Ricarville en 1432 et la présence d’un « maquis » dans la ville ont obligé les autorités à renforcer considérablement la garnison11. Selon Richard Wideville12, une garnison urbaine dépasse rarement 120 hommes, toutes catégories confondues, car pour lui, une garnison est d’abord un instrument de maintien de la paix, plutôt que de répression ou de défense. À Falaise, nous en avons l’illustration pour la période 1425-1430.

 

9Afin de contrôler leurs garnisons, les rois d’Angleterre ont imposé des règlements. On peut donc se demander quelle fut l’attitude de la garnison de Falaise et si elle a respecté ces règlements. Dans les années 1417-1419, Henri V s’est méfié des habitants de Falaise, si bien qu’il a imposé des directives à ses troupes, qui étaient cantonnées dans le château. Il fallait éviter que des habitants ne massacrent quelques-uns de ses soldats et, inversement, dissuader les soldats de se payer sur les biens de l’habitant.

10Ainsi, le 18 août 1419, Henri V envoie une lettre au capitaine du château dans les termes suivants :

  • 13 Cité par R. Herval, Falaise, cité normande, Rouen, Édition de la Vicomté, 1929, p. 76.

Nous vous enjoignons de faire en sorte que tous les soldats, qui sont chargés de la garde et de la défense du chastel, restent en son enceinte et non en la ville, afin d’obvier aux dangers et inconveignants qui pourraient résulter de leur absence13

  • 14 P. German, Histoire de Falaise, Alençon, Imprimerie alençonnaise, 1966, p. 144.

11Mais il semble que cet ordre ne fut pas respecté, car le 10 octobre de la même année, Henri V ordonnait au gouverneur d’emprisonner les officiers ou les soldats qui séjourneraient plus de quatre jours dans la ville, sauf s’ils étaient en mission14. Nous ne savons pas si cet ordre fut respecté. En tout cas, certains indices tendent à montrer que des exactions étaient accomplies par les soldats. Le 16 avril 1428, en effet, la chancellerie d’Henri VI envoie de Paris une lettre de rémission en faveur de Guillaume Le Maître, de Falaise, qui avait dû fuir en Bretagne après avoir subi des vexations de la part de soldats de la garnison. En 1423,

  • 15 P. Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la dominati (...)

certains Anglois fuissent venuez par nuit en l’hostel du père dudit Guillaume auquel il demouroit, et par force et violence eussent rompus les huis et fenestre dudit hostel en demandant femmes, auxquelz eust esté répondu que ilz voulissent deporter de fere plus tel effort audit hostel dont ilz ne vouldrent rien faire15.

12Le jeune homme s’était plaint auprès du capitaine de la ville et les soldats avaient été emprisonnés. Une fois sortis, ils l’avaient molesté et menacé de mort, si bien qu’il avait dû fuir en Bretagne (ce duché étant fidèle à Charles VII).

  • 16 ADC, F 1404 (3), Collection Danquin.

13Un autre indice montre que ces ordres n’ont pas dû être respectés totalement. Le 11 février 1437 (n. s.), une quittance de 16 sous 8 deniers est délivrée à Johan…… (le nom est illisible), bourgeois de Falaise, par Guillaume Eude, receveur de Falaise, en remboursement d’un hareng « sur luy prins par Jehan Roy, solier [soldat] de la garnison de Falaise »16. L’affaire se serait passée en 1434, mais l’acte ne précise pas si c’est une réquisition, un achat à crédit (qui aurait été remboursé avec retard) ou encore une exaction de la part d’un soldat de la garnison.

  • 17 ADC, F 1404 (1), Collection Danquin.

14Enfin, le dernier indice qui tend à montrer que la discipline était plus ou moins respectée est une quittance de 50 sous provenant des amendes des gens de la garnison. Robin Deboislibout, sergent du roi à Falaise, verse cet argent à Guillaume Raison, receveur des tailles en la vicomté de Falaise. Ces amendes peuvent avoir été prélevées pour la désobéissance à l’interdiction de sortir du château, et pour d’autres fautes, car elles vont de 5 sous (par exemple Johan Parkings) à 20 sous (Guillaume Holleby)17.

15Ces exemples montrent que les Anglais ont essayé de contrôler la garnison, en sanctionnant les abus commis par les soldats. Plus généralement, l’autorité royale (surtout sous Henri V) s’est efforcée d’utiliser avec les Falaisiens la voie de la clémence et de la générosité, en confirmant des privilèges et en donnant des avantages fiscaux, mais elle a demandé des contreparties.

  • 18 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des Archives d (...)

16La première mesure de clémence fut la confirmation des privilèges, qui eut lieu après l’enquête qu’Henri V avait ordonnée à ce sujet. Cette confirmation intervint le 12 janvier 142118. Dans cet acte, le roi promit de laisser à la léproserie Saint-Ladre la foire de l’Exaltation de la Sainte-Croix. Il promit également aux bourgeois qu’ils pourraient voyager sur ses terres sans payer de droit de passage d’aucune sorte. Il en alla de même pour les concessions octroyées dans ce domaine par Jehan le Maréchal, seigneur d’Argentan. Il confirma à l’Hôtel-Dieu le privilège de mort bois dans la forêt de Canivet.

17Ces confirmations sont bien évidemment politiques. Moins de quatre ans auparavant, en effet, ces mêmes bourgeois avaient participé activement à la défense de la ville contre les Anglais. En leur conservant leurs privilèges, Henri V tentait de les rallier afin d’éviter une rébellion.

  • 19 Ibid., no 780.

18Par ailleurs, les aides financières consenties pour la reconstruction des fortifications peuvent être considérées comme une marque de faveur d’Henri V envers la ville. L’exemple de l’aide du 13 mars 1420 est intéressante, car elle donne des informations sur les produits importés à Falaise : ainsi, « pour chaque pipe de vin de Bourgogne, d’Orléans, d’Ozée, de Gascogne et de la Rochelle, vendu à détail 25 soulz tournois, et pour chaque pipe de vin d’autre pays 20 soulz tournois »19.

  • 20 Ibid., no 353.

19Il faut noter au passage qu’une autre aide, portant sur le même genre de marchandises, fut octroyée le 23 avril 141920. Mais l’acte est moins intéressant, car il donne moins de détails. En fait ces donations ne sont pas désintéressées. En abaissant les charges financières des bourgeois, qui devaient payer les réparations, le roi d’Angleterre protège cette place stratégique contre les assaillants éventuels, qui auraient voulu profiter de la faiblesse des fortifications. Il s’attache la fidélité des bourgeois, tout en réparant et en renforçant les défenses. Cependant, ces mesures n’empêchent pas une certaine prudence de la part du roi, qui s’exprime en plusieurs occasions. Certaines sont politiques, d’autres d’ordre militaire.

  • 21 P. German, Histoire de Falaise, p. 144.

20La prudence politique se manifeste lorsque Henri V donne aux bourgeois, à leur demande, la permission de garder les murs de la ville nuit et jour21. D’un côté, il s’assure la fidélité des bourgeois qui avaient lutté contre lui, de l’autre, il fait peser sur eux une véritable épée de Damoclès, en plaçant au château une garnison anglaise qui, au moindre signe de trahison, peut intervenir. Après 1422, le gouvernement d’Henri VI poursuit la même politique. Aucun texte n’indique que les dispositions prises par le roi défunt dans ce domaine aient été modifiées.

  • 22 R. Herval, Falaise, cité normande, p. 77.

21Les autres signes de prudence sont d’ordre militaire. Tout d’abord, Henri V se réserve l’usage des fossés de la ville. Ensuite, il fait creuser des étangs pour gêner les évolutions des assaillants éventuels22. Ces dispositions eurent pour effet secondaire d’améliorer l’urbanisme de la ville. Cependant, le fait d’interdire les constructions dans les fossés montre que celles-ci étaient présentes avant le siège.

  • 23 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands… », no 1 138.

22La deuxième mesure de précaution est d’avoir fait abattre un « hôtel fort » appartenant aux religieux de Cormeilles. Dans un acte daté du 16 juillet 142223, quelques semaines avant sa mort, Henri V ordonne de faire « désenparer la fortification de l’hostel fort de la Falloize, appartenant comme l’en dit aux religieux de Cormeille et emplir les fossés […] en contraignant lesdits religieux a payer les mises, peines et dépens de ce faire… ». En cas de siège, en effet, cette fortification, qui se situait près de la Porte aux Frères, probablement extra-muros, aurait pu servir de réduit aux assiégeants.

  • 24 R. Herval, Falaise, cité normande, p. 77.

23La troisième mesure militaire est toujours d’ordre architectural. Henri V fit, en effet, modifier en 1422 une bonne partie des murailles du château et de la ville, en y faisant creuser des canonnières, qui sont encore visibles de nos jours. Ceci eut pour effet d’augmenter la capacité de résistance en cas de siège24.

  • 25 Ceci n’est attesté que pour le règne d’Henri VI, mais il est probable que cette mes (...)
  • 26 Commune de Fierville-Bray, canton de Bretteville-sur-Laize, Calvados.
  • 27 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), Fonds Danquin, suppl. carton XXI (...)
  • 28 Ibid., no 7 523, p. 12. Hiéville, canton de Saint-Pierre-sur-Dives, Calvados.

24Enfin, la dernière marque de prudence militaire concerne la garde du château. Henri V octroya aux bourgeois le droit de garder les murs de la ville, de jour comme de nuit, mais pas ceux du château. Pour assister la garnison dans la surveillance du château, le gouvernement d’Henri VI fit venir des veilleurs de toute la vicomté, pour éviter de solliciter des Falaisiens25. Ainsi, en 1441, la première trace de ces horsains est visible. Il s’agit d’une composition des assises de Falaise au sujet de la taxe de Fierville-la-Campagne26 pour le guet à Falaise. La source indique, entre autres, que le village est « tellement diminué et apetichié » depuis le mois de juin 1440, qu’il n’y a plus que quatre feux assujettis au guet. Et encore, ceux-ci payent 10 sous chacun, au lieu de 4 livres 16 sous tournois27. Un cas semblable fut examiné par les assises de Falaise le 28 septembre 1442, concernant la paroisse de Hiéville28. Ces taxes de remplacement du tour de garde prouvent que des communes éloignées de Falaise devaient y faire le guet, pour seconder les soldats de la garnison. Le gouvernement d’Henri VI profitait ainsi d’une ancienne coutume pour renforcer sa position dans la ville.

25Les autorités anglaises choisissent donc de confirmer les droits des Falaisiens dans le but de se concilier la population qui aurait pu leur être hostile. Elles choisissent de leur concéder la défense de la ville, soulageant ainsi une garnison fort occupée à surveiller le château, et flattent également les bourgeois qui peuvent ainsi défendre eux-mêmes leur bien. Mais cela suffit-il à susciter la fidélité de la population ? On peut se poser la question.

 

26Comme partout en Normandie, la population de Falaise fut séparée en deux clans. Il y avait ceux qui étaient favorables aux Anglais et ceux que les Anglais appelaient les « brigands ». Mais quelles couches de la population appartenaient à l’une ou à l’autre de ces catégories ?

27La collaboration à Falaise est quasi générale, personne n’y échappe. Toutes les couches sociales sont touchées. Cependant, certaines semblent plus concernées que d’autres.

  • 29 Bibliothèque du Musée des Beaux-Arts de Caen, Fonds Mancel, vol. I, Fal. 147, p. 63

28L’étude sociologique de la collaboration à Falaise n’a délivré que très peu d’informations sur le rôle du petit peuple dans ce domaine. Cette partie de la population est, en effet, celle qui a sûrement le plus souffert de la présence anglaise, à cause des exactions entre autres. Parfois, cependant, des traces d’une telle collaboration apparaissent dans nos sources. L’un des cas les plus intéressants concerne le rôle joué par des femmes qui ont essayé de porter des lettres à Essay, Alençon, Fresnay-le-Vicomte, pour demander du secours au bénéfice du lieutenant du roi à Falaise. Un acte, daté du 18 novembre 1431, présente quatre femmes comme des sortes d’agents secrets agissant pour le vicomte. Elles ont risqué leur vie, mais il semble qu’elles aient en partie échoué29. Si la collaboration du petit peuple est peu visible, à part quelques exceptions, c’est probablement qu’elle était quotidienne et discrète, qu’elle s’exprimait par de menus services, ne se quantifiait pas ou ne méritait pas salaire. De ce fait, elle n’avait pas mérité d’être notifiée à l’époque. Il n’en est pas de même, en revanche, pour le clergé et le patriciat.

  • 30 R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise…, p. 73.
  • 31 Ibid., p. 76.

29Le clergé a rarement laissé des traces de sa collaboration. Selon Roger Jouet, cependant, « beaucoup d’ecclésiastiques se sont ralliés à l’occupant et en ont retiré faveurs et respect de leurs privilèges »30. Ils sont aussi, comme tous les nouveaux sujets des rois anglais, astreints au serment de fidélité. Bien souvent ils ne le font que par souci de conserver leurs droits et possessions, « la soumission des ecclésiastiques ne fut donc dans beaucoup de cas qu’apparente et il faut nuancer la thèse d’un clergé qui […] se serait en fait et de cœur rallié à l’occupant »31. À Falaise, pourtant, il semble qu’une partie du clergé ait bel et bien collaboré avec les Anglais, car Charles VII lui a donné spécialement son pardon après la guerre, sans que l’on en sache la raison précise. Nous sommes toutefois d’accord avec Roger Jouet pour considérer qu’il ne faut pas généraliser.

30Si pour le clergé l’engagement auprès de l’Anglais fut limité, il n’en est pas de même pour le patriciat où, à part quelques exceptions, il fut quasi total, à commencer par la bourgeoisie.

31L’engagement de la bourgeoisie aux côtés des Anglais fut quasiment inconditionnel. Il faut dire qu’Henri V, puis le gouvernement d’Henri VI, ont encouragé un tel mouvement, plus ou moins ouvertement. Les confirmations de privilèges et les aides financières en sont les expressions les plus visibles. La collaboration bourgeoise de Falaise s’exerce sur deux plans : les finances et la politique.

  • 32 ADC, 386 EDT / 33. Compte de la ville de Falaise de 1448-1449.

32Dans le domaine financier, les exemples ne manquent pas : le compte de 1448-1449 en révèle de très intéressants. En effet, les pots de vin sont nombreux. Il est possible, par exemple, de dire que Talbot, comte de Shrewsbury et capitaine de Falaise, reçoit 40 livres en « don fait au nom de ladite ville et vicomté », afin de le remercier de ses interventions auprès des trésoriers généraux de la Normandie, pour leur faire rabattre les tailles octroyées au roi32.

  • 33 Ce chiffre n’est pas exhaustif, car malgré sa relativement bonne conservation, le compte de (...)
  • 34 Les recettes de la ville s’élèvent à 1 371 livres tournois en 1448. Compte de la ville de F (...)

33Les bourgeois ont également fait un effort important pour les remparts de la ville, qu’ils ont fait réparer, en dépensant (pour l’année 1448) 791 livres 10 sous et 2 deniers33, ce qui représente à peu près 57 % des revenus de la ville34. Il faut dire que les travaux ont été impressionnants. En un an d’exercice comptable, il y a eu 115 interventions concernant les murailles. Le tableau et le plan (fig. 2) ci-après montrent ces interventions, qui ont été analysées afin de détecter les secteurs qui ont été les plus transformés ou réparés. Dès le premier coup d’œil, on constate que la Porte de Bossy est la plus touchée par ces travaux, avec sept types de livraisons différentes, sept types de travaux et six réparations. La moins touchée est la Porte Le Comte, avec quatre sortes d’apports de matériaux, trois espèces de travaux de constructions et une seule réparation. Ainsi se dégage une topographie de l’état des murailles, juste avant le siège de 1450.

Travaux Porte
aux Frères
Porte
du Val
Porte
du Chastel
Porte
de Bossy
Porte
Marescot
Porte
Le Comte
Ville
Livraisons
bois 9 2 8 26 26 1 11
chaux 8 1 0 18 1 2 1
sablon 8 2 0 8 3 0 0
pierre 1 1 0 4 2 1 1
terres 1 0 0 1 0 1 0
tuiles 1 0 1 2 1 0 1
ferrures 0 1 6 2 1 0 7
cordes 0 0 0 0 0 0 2
armes 0 0 0 0 0 0 9
Réparations
palissades 3 1 0 1 0 0 0
barrières 2 0 0 0 0 0 0
maçonneries 2 3 0 4 0 3 11
charpenterie 0 0 3 6 3 0 1
nettoyages 1 0 2 1 0 1 0
boulevards 1 0 2 0 3 0 0
créneaux 0 0 2 1 0 0 0
arbalétrières 0 0 0 0 0 0 0
canonnières 1 4 0 0 0 2 3
cheminées 0 0 0 1 0 0 0
ferronneries 0 0 1 0 0 0 0
Constructions
maçonneries 4 0 0 4 2 0 2
charpenteries 0 0 2 0 0 0 0
palissades 2 0 0 0 0 0 0
arbalétrières 2 0 1 1 1 0 1
créneaux 0 0 1 0 0 0 1
ferronneries 0 0 0 1 0 0 0
canonnières 0 0 0 0 0 2 0
divers 3 1 2 3 2 0 5
total 49 16 31 84 45 13 56

Fig. 2 – Falaise : les travaux sur les fortifications 1448-1449

Fig. 2 – Falaise : les travaux sur les           fortifications 1448-1449
  • 35 Compte de la ville de Falaise de 1448-1449, fo 7 vo et 13 ro.
  • 36 Ibid., fo 13 vo.

34Le compte donne une autre information stratégique intéressante, c’est l’installation de onze nouveaux canons (également financés par les bourgeois), ce qui fait en tout dix-sept pièces d’artillerie. Voici les canons dont on connaît précisément l’emplacement : un à la Tour Raliete, deux Porte Le Comte, deux à la Tour Maillet, un à la Tour Monnier, un à la Tour Brun, un à la Tour Guy de Foullon, quatre Porte aux Frères (auxquels il faut en ajouter deux à des emplacements inconnus)35. Une canonnière est citée près de l’Hôtel-Dieu (qui sert également de magasin à poudre), mais le nombre de ses pièces est inconnu36. L’étude des travaux financés par les bourgeois montre qu’il y en eut beaucoup concernant la maçonnerie.

35De ces informations, on peut tirer deux conclusions. D’abord, les murailles avaient un besoin urgent d’être restaurées (car un tiers de ces travaux concernent les réparations) et modernisées, voire consolidées (car de grandes brèches ont été colmatées, notamment Porte aux Frères). Ensuite, les bourgeois ont amélioré la couverture en artillerie, surtout dans les secteurs nord et est de la ville, sans doute pour éviter les mauvaises surprises qu’ils avaient connues en 1417, du fait de l’artillerie anglaise. Bref, ils font tout pour éviter que les Français ne reprennent la bonne ville de Falaise. Mais une autre hypothèse doit être avancée. Peut-être les bourgeois ont-ils accompli ces travaux par loyauté vis-à-vis du roi : tenant de lui leur pouvoir, ils devaient garder la ville qui leur était confiée.

36La collaboration politique, quant à elle, se manifeste à plusieurs niveaux : la participation aux charges administratives, la capture de « brigands » et la représentation aux États.

  • 37 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands… ».
  • 38 Ibid., no 802.
  • 39 Ibid., no 339.
  • 40 L’une des seules exceptions est celle de l’Anglais Guillaume « Planton ».
  • 41 Compte de la ville de Falaise de 1448-1449, fo 12 vo.

37Sur le plan administratif, les preuves de collaboration sont nombreuses, et ceci assez rapidement après la capitulation. Ainsi peut-on citer l’exemple d’une lettre de provision de l’office de crieur de la vicomté de Jehan Briant, datée du 5 février 142037, ou bien celle de Guillaume Danoge, de Falaise, à l’office de garde des sceaux de la vicomté (20 février 1420)38, ou bien encore celle de Thomas Foillet, de Falaise, pour l’office de « croiage » de la juridiction des « ples et assises de la vicomté de Faloise » (27 mars 1419)39. La distribution de tels offices peut s’expliquer de deux manières. En premier lieu, Henri V veut pousser les Falaisiens à collaborer. Ensuite, le roi d’Angleterre entend profiter de la connaissance de la région par les nouveaux officiers. À ce sujet, il faut remarquer que beaucoup de postes civils sont confiés à des Français, même les plus importants, comme la vicomté40. En revanche, les offices militaires supérieurs sont réservés à des Anglais, comme par exemple aux nommés Kingeston ou Harington. Henri V, puis le gouvernement d’Henri VI, entendent ainsi conserver une marge de manœuvre vis-à-vis des Falaisiens. Cependant, le roi d’Angleterre laisse à des Français des postes militaires relativement importants. Ainsi, certains bourgeois sont capitaines de tours ou de portes dans la ville, comme par exemple Mathieu Dangerville, responsable de la Porte Mauduit41.

  • 42 Bretteville-le-Rabet, canton de Bretteville-sur-Laize, Calvados.
  • 43 Rougemontiers, canton de Routot, Eure (près de Montfort-sur-Risle, chef-lieu de canton du m (...)
  • 44 Acte daté du 22 mars 1420 (n. s.), BnF, ms. fr. 7 645, no 19, cité par R. Jouet, La Résista (...)
  • 45 Acte daté du 2 octobre 1419, ibid., no 23, p. 175.

38La deuxième manifestation de collaboration politique est la capture de « brigands », autrement dit des traîtres, par des Falaisiens. Signalons, par exemple, le procès-verbal de l’exécution de deux d’entre eux. Andrieu Auberil, de Bretteville-le-Rabet42, fut traîné, décapité et son corps pendu au gibet, connaissant à la fois le sort des traîtres (décollation) et des criminels (pendaison). Quant à Guillaume Binet, « de la paroisse de Rugemontiers près Montfort »43, il fut simplement pendu à Falaise, au même gibet. Ces deux « brigands » avaient été capturés par « Guillaume Descay, escuier, demourant à Faloise »44. On peut aussi citer le cas de Thomas de Monsegrey, « escuier estant en garnison en la ville de Faloise », qui reçoit de Raoul Vauquelin, grenetier de Falaise, les six livres usuelles en cas de capture d’un « brigand » pour « cause d’avoir prins Denis Duchesne, brigan, executé à Faloise pour ses démérites »45.

  • 46 Cahiers Léopold Delisle, t. XVI, fasc. 3-4, 2e sem. 1967, no 113, p. 76. Acte daté du 17 fé (...)

39La dernière manifestation de collaboration politique est la participation des bourgeois de la ville aux États convoqués par Henri VI à Rouen en 1446. La preuve est fournie par un mandement du roi aux Falaisiens de payer 27 sous 6 deniers par jour à Jehan Gresille et Jehan de la Moricière, pour 78 jours de vacation aux États46. Bien sûr, dans ce cas, la collaboration peut être expliquée par le devoir des communes d’aide au souverain.

40Pour conclure sur ce point, on peut considérer que la collaboration s’explique surtout par une volonté des habitants de la ville d’éviter au maximum les exactions et, le cas échéant, d’en faciliter un règlement judiciaire. Les Falaisiens voulaient garder leurs privilèges économiques et politiques, en ne mécontentant pas le roi, afin d’éviter d’éventuelles représailles. À ce stade de l’étude, il ne faut pas oublier cependant qu’il n’y avait pas de sentiment d’appartenance à une nation, et que les Falaisiens du xve siècle ont tout simplement accompli leur devoir vis-à-vis de leur seigneur.

41Peut-on dire pour autant que toute la ville ait collaboré ? Y a-t-il des manifestations de résistance et, si c’est le cas, quelles formes ont-elles revêtues ?

  • 47 En ce qui concerne la provenance des « brigands » exécutés, il est intéressant de noter (...)

42Les Falaisiens qui ont refusé de collaborer avec les Anglais sont une minorité. La meilleure preuve en est la quasi-absence de textes relatant la résistance d’habitants de Falaise. Cet état de fait est compréhensible, car dans une petite ville où il est très facile de mener une enquête, on prend de grands risques en se livrant à des actes de résistance. Falaise se révéla donc une ville relativement sûre pour les occupants. Par conséquent, les Anglais n’ont pas hésité à procéder dans la ville aux exécutions des « brigands » provenant de toute la vicomté (ce qui est normal) mais aussi d’ailleurs (ce qui est plus marquant)47. Ces exécutions s’y sont déroulées apparemment sans le moindre mouvement de foule trahissant un quelconque désaccord.

  • 48 M. Butet-Hamel, « La libération de la Normandie au XVe siècle », Au Pays virois, 1926, p. 6 (...)

43En fait, la résistance concerne surtout deux parties de la population : le petit peuple et le clergé. La seule preuve tangible de la résistance du petit peuple tient dans la trace d’une exécution. Le 26 avril 1435, une femme, Jehanne la Hardie, fut enterrée vive, car elle était accusée d’être « ennemie et adversaire du roi, receveuse, conseillante et favorisant les ennemis dudit roi de France et d’Angleterre ». Le bourreau reçut 5 sous pour la mener au gibet, 10 sous pour creuser la fosse, 10 sous pour enterrer la suppliciée et 3 sous 4 deniers pour deux paires de gants48. Ce type d’exécution paraît des plus cruels, mais il était courant quand il s’agissait de femmes.

  • 49 R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise…, p. 75.
  • 50 Archives nationales, JJ 175, no 243. P. Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI, t. (...)
  • 51 Ibid., p. 53. Il s’agit d’un évadé des prisons de Falaise qui chercha asile en l’ég (...)

44Une partie du clergé de Falaise s’est également montrée favorable aux résistants. Un certain nombre de clercs ont même participé activement à la résistance. Cela peut s’expliquer sans doute, comme l’a démontré Roger Jouet, par le fait que l’officialité était beaucoup plus clémente que la justice civile. Il arrivait parfois que des clercs qui avaient été pris plusieurs fois fussent tout simplement graciés, à la grande fureur des autorités civiles49. Ainsi, les Cordeliers de Falaise ont aidé activement les résistants évadés ou en difficulté50. Du fait que le droit d’asile n’était pas respecté par les Anglais pour les crimes politiques, comme cela est prouvé à Falaise51, les clercs ne pouvaient s’engager beaucoup dans la résistance, même si certains l’ont fait, comme les Cordeliers.

  • 52pro bono servicio nobis per dilectum armigerum nostrum Gerardum Huyn impenso, … consessim (...)

45Dans le patriciat, il existe au moins un fait de résistance par insoumission : il s’agit de Johan de Tartar. Cet officier de la garnison française a refusé de se soumettre au roi d’Angleterre en 1419. Il préféra fuir plutôt que de jurer fidélité au roi Henri V et fut remplacé par Gerard Huyn. Ce fait nous est connu par un document du 23 septembre 1419, lorsqu’Henri V donna à Gérard Huyn les biens que possédait Johan de Tartar dans la ville52. Il est intéressant de noter que ce fut ce même Huyn qui construisit le pont sur l’étang de Bercagne.

  • 53 On peut prendre en exemple le cas de Nicolas de Courseulles, chevalier, qui perdit ses terr (...)

46En conclusion, comme la plupart des villes de Normandie, Falaise ne fut pas un centre de résistance active, et ce pour plusieurs raisons. Il y avait tout d’abord le droit d’exil, puis l’expulsion, qui menaçaient les personnes soupçonnées, ne serait-ce que de ne pas vouloir prêter serment. De plus, dans la vicomté, il y eut de nombreuses dépossessions de nobles ne voulant pas jurer fidélité au roi d’Angleterre53. Ensuite, les légendes concernant les atrocités anglaises, plus ou moins justifiées, amenaient à faire réfléchir même les moins couards. Il faut ajouter à cela que les faveurs accordées par Henri V et confirmées par le gouvernement de son successeur ont amené la ville dans son ensemble à une collaboration active et quasiment spontanée.

  • 54 Les Chronicques de Normendie…, chap. XI, p. 159-160.
  • 55 Chroniques de Monstrelet, citées par R. Herval, Falaise, cité normande, p. 80-84.

47Vers la fin des années 1440, cependant, un danger se présente, celui du retour en force du roi de France, Charles VII. Dès le début 1450 le danger se précise. Après la chute de la ville de Caen, le 1er juillet, Charles VII et ses armées se mettent en marche dès le 8 juillet. Le lendemain, le roi de France installe son quartier général « du costé devers Argentan à une lieue près dudict Faloise en une abbaye nommée Saint Andrieu ; [avec lui logent] le roy de Cecille, le duc de Calabre, les comtes du Maine et de Saint-Pol et Tancarville et plusieurs autres »54. Selon les Chroniques de Monstrelet, Charles VII disposait d’une armée de 600 hommes (une compagnie d’ordonnance de 100 lances et 200 archers). Après cinq jours de canonnade, la ville et le château capitulent, malgré une artillerie puissante et bien disposée. Et le 20 juillet, conformément aux articles de la capitulation, les troupes anglaises partent avec armes et bagages. En outre Charles VII, malgré l’avis de ses conseillers, concède la libération de Talbot en prononçant ces paroles chevaleresques, devenues célèbres : « Si Tallebost est un adversaire redoutable, il ne convient cependant pas de le retenir prisonnier en raison de ses prouesses »55.

  • 56 Bibliothèque du Musée des Beaux-Arts de Caen, Fonds Mancel, Fal. 162, p. 67.

48Après la chute de la ville, les Falaisiens ont dû craindre que le roi de France ne supprimât les privilèges de la commune, compte tenu de leur attitude pendant la guerre. Il n’en fut rien. Le roi l’avait promis dans l’acte de capitulation. Il n’est mentionné aucune purge administrative, aucune perte de privilège. Les seules brimades, si l’on peut dire, furent uniquement symboliques. La plus importante fut la suppression des armes d’Angleterre et du blason de la ville (de gueule à trois tours de sable) au profit des armes de France. En outre, Charles VII a installé une garnison, qui s’est fort mal conduite et s’est comportée comme en terre ennemie. Un acte de la vicomté mentionne, en effet, que les habitants de Falaise se plaignent que les gens de guerre font des « choses déplaisantes [et commettent des] abatz et des vexations induites »56.

Notes

1 Confirmation de cette légère augmentation est donnée par un autre comptage de la même année : Archives départementales du Calvados (ADC), F 1422, Collection Danquin.

2 Cahiers Léopold Delisle, t. XVI, 1967, p. 74. Thomas Kingeston a laissé une trace impressionnante dans l’histoire de cette période : il fut bailli d’Évreux en 1424 et 1431-1434, puis bailli de Caen de 1434 à 1450 (cf. J. Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, Fayard, 1993, p. 488).

3 J. Stevenson, Letters and papers illustrative of the wars of the English in France during the reign of Henry the Sixth, king of England, Londres, Longman, Green, Longman, Roberts and Green (Rerum Britannicarum medii aevi scriptores), 1861-1864, 3 vol., t. II, p. 187.

4 R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise en Basse-Normandie (1418-1450), Cahier des Annales de Normandie, no 5, 1969, « La puissance occupante et les résistants », p. 39-56.

5 M.-A. Moulin, L’Occupation anglaise à Argentan, 1417-1450, mémoire de DEA, sous la direction de F. Neveux, Université de Caen, 1997 (dactyl.).

6 R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise…, p. 116.

7 À titre d’exemple, à Argentan en octobre 1435, la garnison a connu un accroissement temporaire de 90 hom-mes, ce qui donne un effectif global de 160 hommes. Cf. M.-A. Moulin, L’Occupation anglaise à Argentan

8 Les Chronicques de Normendie (1223-1453), A. Hellot (éd.), Rouen, Métérie, 1881, p. 162.

9 En outre, dans l’ouvrage de C. T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of a Medieval Occupation (Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 8), il est indiqué que le ratio normal des piétons archers et des archers montés est de la moitié de l’effectif et qu’ils sont tous payés 6 deniers tournois par jours.

10 Ce fait est attesté en 1449 dans les Comptes de la ville de Falaise (cf. supra).

11 C. T. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 37.

12 Ibid., p. 96 et 97.

13 Cité par R. Herval, Falaise, cité normande, Rouen, Édition de la Vicomté, 1929, p. 76.

14 P. German, Histoire de Falaise, Alençon, Imprimerie alençonnaise, 1966, p. 144.

15 P. Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise 1422-1435, Rouen, Lestringant, 1907, acte no 181, p. 89-90 (JJ 124 N 155, fo 165).

16 ADC, F 1404 (3), Collection Danquin.

17 ADC, F 1404 (1), Collection Danquin.

18 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des Archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766 », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXIII, 1858, no 907.

19 Ibid., no 780.

20 Ibid., no 353.

21 P. German, Histoire de Falaise, p. 144.

22 R. Herval, Falaise, cité normande, p. 77.

23 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands… », no 1 138.

24 R. Herval, Falaise, cité normande, p. 77.

25 Ceci n’est attesté que pour le règne d’Henri VI, mais il est probable que cette mesure avait déjà été prise sous Henri V, car le service de guet faisait partie de la coutume.

26 Commune de Fierville-Bray, canton de Bretteville-sur-Laize, Calvados.

27 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), Fonds Danquin, suppl. carton XXII, anc. no 7 530. M. Nortier, « Les rôles de guet : une source pour l’histoire démographique de la Normandie ? », Cahiers Léopold Delisle, t. XLI, fasc. 3-4, 1992, p. 12.

28 Ibid., no 7 523, p. 12. Hiéville, canton de Saint-Pierre-sur-Dives, Calvados.

29 Bibliothèque du Musée des Beaux-Arts de Caen, Fonds Mancel, vol. I, Fal. 147, p. 63.

30 R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise…, p. 73.

31 Ibid., p. 76.

32 ADC, 386 EDT / 33. Compte de la ville de Falaise de 1448-1449.

33 Ce chiffre n’est pas exhaustif, car malgré sa relativement bonne conservation, le compte de la ville possède des passages illisibles où les montants des frais sont effacés.

34 Les recettes de la ville s’élèvent à 1 371 livres tournois en 1448. Compte de la ville de Falaise de 1448-1449, fo 25 vo.

35 Compte de la ville de Falaise de 1448-1449, fo 7 vo et 13 ro.

36 Ibid., fo 13 vo.

37 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands… ».

38 Ibid., no 802.

39 Ibid., no 339.

40 L’une des seules exceptions est celle de l’Anglais Guillaume « Planton ».

41 Compte de la ville de Falaise de 1448-1449, fo 12 vo.

42 Bretteville-le-Rabet, canton de Bretteville-sur-Laize, Calvados.

43 Rougemontiers, canton de Routot, Eure (près de Montfort-sur-Risle, chef-lieu de canton du même département).

44 Acte daté du 22 mars 1420 (n. s.), BnF, ms. fr. 7 645, no 19, cité par R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise…, p. 177.

45 Acte daté du 2 octobre 1419, ibid., no 23, p. 175.

46 Cahiers Léopold Delisle, t. XVI, fasc. 3-4, 2e sem. 1967, no 113, p. 76. Acte daté du 17 février 1446, BnF, nouv. acq. fr. 1 482, no 178.

47 En ce qui concerne la provenance des « brigands » exécutés, il est intéressant de noter que l’un d’entre eux provient de l’Eure, du canton de Routot et un autre, du canton de Pacy-sur-Eure, du même département actuel.

48 M. Butet-Hamel, « La libération de la Normandie au XVe siècle », Au Pays virois, 1926, p. 62, mentionné par R. Herval, Falaise, cité normande, p. 78.

49 R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise…, p. 75.

50 Archives nationales, JJ 175, no 243. P. Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI, t. II, p. 258, cité par R. Jouet, La Résistance à l’occupation anglaise…, p. 74.

51 Ibid., p. 53. Il s’agit d’un évadé des prisons de Falaise qui chercha asile en l’église de la Trinité. Il y resta 8 ou 9 jours. Sachant qu’au bout de cette 9e journée, les Anglais violeraient le sanctuaire pour venir le chercher, il « leva une verrière et y mist une corde, faignant par ilec s’en estre parti, ce que non, mais actendi bien un jour et s’en yssi de nuit ».

52pro bono servicio nobis per dilectum armigerum nostrum Gerardum Huyn impenso, … consessimus eumdem hospicium infra villam nostram Falesie, quod fuit Johanne de Tartar, inobedientis nostris, … infra villam predictum habendo (A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands… », no 662).

53 On peut prendre en exemple le cas de Nicolas de Courseulles, chevalier, qui perdit ses terres en faveur de Johan Person (ibid., no 114).

54 Les Chronicques de Normendie…, chap. XI, p. 159-160.

55 Chroniques de Monstrelet, citées par R. Herval, Falaise, cité normande, p. 80-84.

56 Bibliothèque du Musée des Beaux-Arts de Caen, Fonds Mancel, Fal. 162, p. 67.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les garnisons de Falaise 1424-1437
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 2 – Falaise : les travaux sur les fortifications 1448-1449
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540