Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Histoire des villes normandes, des origines gallo-romaines à la fin du Moyen Âge

Les transformations de la ville de Dieppe pendant la guerre de Cent Ans

Philippe Lardin

Texte intégral

  • 1 D. Barthélemy, Nouvelle histoire de la France médiévale, t. III, L’Ordre seigneuri (...)
  • 2 Surnom donné à la fille d’Henri Ier Beauclerc, qui fut mariée en 1114 à l’empereur (...)
  • 3 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 851, fo 56 (« unam acram terram in gal (...)
  • 4 Rigord, Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, Paris, Palmé, 1878, p. 39 (...)

1Comme Caen, la ville de Dieppe fut apparemment fondée après 1015 par le duc de Normandie Richard II (996-1027) dans le but d’orienter l’expansion normande vers la mer1. Le site était connu par les pêcheurs qui s’y installaient temporairement au moment de la saison du hareng, mais les véritables installations à caractère urbain se trouvaient alors à Arques où avait été édifié un château dans lequel résidaient les ducs lorsqu’ils venaient dans la région. Au début du xiie siècle, la ville était encore très peu peuplée et, lorsque l’impératrice Mathilde2 donna « une acre de terre sur le galet de Dieppe » à son chambellan, Roscelin, ce « fief » se trouvait entre l’église Saint-Jacques et le port, dans une zone de la ville qui était encore, pour sa plus grande part, dénuée de toute construction et sur laquelle Roscelin pourrait, par conséquent, construire une maison de pierre ou de bois à sa convenance3. Au cours du xiie siècle, la ville connut une rapide croissance grâce aux relations étroites qui unissaient désormais la Normandie à l’Angleterre et les rois de France avait pleinement conscience de son importance ; c’est pourquoi Philippe Auguste jugea nécessaire de la détruire pour affaiblir son adversaire Richard Cœur de Lion, alors roi d’Angleterre et duc de Normandie… En 1195, il partit du château d’Arques, assiégea Dieppe et, après l’avoir prise, incendia tous les navires du port et fit prisonniers ceux des habitants qui n’avaient pas pu fuir4.

  • 5 La formule est de l’abbé Cochet, dans sa conclusion au travail de Plan et description de la (...)
  • 6 On trouvait ainsi les « marais d’Épinay » et les « marais l’archevêque », ces derniers (...)
  • 7 ADSM, G 851, fo 83 vo.

2C’est dans ce contexte que la ville devint, en 1197, la propriété des archevêques de Rouen qui en perçurent rapidement l’intérêt : cette seigneurie leur procurait d’importants revenus sous forme de droits d’entrée et de sortie portant sur la pêche et, à un moindre degré, sur les transactions commerciales. Au début du xive siècle, la ville de Dieppe pouvait donc être considérée par les rois de France comme une bonne ville, au même titre que Caudebec ou Harfleur. Sa population atteignait peut-être 7 000 habitants et elle s’était étendue jusqu’aux villages voisins de Bouteilles et du Pollet qui appartenaient d’ailleurs à la même seigneurie. Toutefois, la ville proprement dite « flottait comme une île au milieu des eaux »5. Au nord-ouest, elle atteignait la mer. À l’est, elle était coupée du reste du Pays de Caux par le port, tandis qu’au sud s’étendaient des fossés et des marécages, dont une partie était exploitée sous forme de salines6. À l’ouest, la falaise formait également une limite naturelle nette sur laquelle on trouvait quelques pâturages7 et, par conséquent, c’était presque uniquement par la route de Rouen qui traversait les hameaux d’Épinay et du Val-Druel que la ville était reliée au reste du Pays de Caux.

  • 8 ADSM, G 851.

3Les premiers plans d’époque dont nous disposons ne remontent pas au-delà du xvie siècle. C’est dire combien il est difficile de se faire une idée concrète de l’aspect de cette ville pendant la guerre de Cent Ans et cela est d’autant plus regrettable que la construction des murailles en bouleversa sans doute assez sensiblement le paysage. Néanmoins, du fait du long conflit qui opposa pendant la deuxième moitié du xive siècle le chapitre de Rouen à l’archevêque à propos des revenus de Dieppe, le receveur Guillaume Tieullier fut amené à rédiger un Coutumier de la Vicomté, plusieurs fois recopié et conservé précieusement aussi bien dans les archives de l’hôtel archiépiscopal à Rouen que dans celles de Dieppe8. Ce recueil d’actes, de chartes et de résultats d’enquêtes menées personnellement par le receveur ou le procureur de l’archevêque avait pour but de préciser aussi complètement que possible les limites des « francs fiefs » c’est-à-dire les lieux privilégiés bénéficiant de franchises anciennes qui y étaient décrits « par bouts et côtés ».

  • 9 M. Méry, Plan et description de la ville de Dieppe au XIVe siècle.
  • 10 La plupart des rues mentionnées dans le Coutumier existaient encore, éventuellement (...)

4Ce document exceptionnel fut utilisé par M. Méry, ingénieur du port de Dieppe de 1838 à 1844, pour dresser un plan de la ville (fig. 1) dont la qualité est telle qu’il peut toujours être repris pratiquement sans modification9. À partir des données du Coutumier, ce spécialiste des plans mesura l’étendue de chacun de ces « fiefs » qu’il replaça dans sa rue tout en indiquant le nombre de maisons, de « masures » et de places vides – autrement dit de terrains vagues – dont il était composé10. En y ajoutant quelques données tirées des registres du tabellionage rouennais ou de documents enregistrant des constitutions de rentes ainsi que les informations se trouvant dans les registres de comptabilités, essentiellement dans les chapitres consacrés aux « Œuvres et réparations », on peut compléter quelque peu la description sans pourtant connaître l’ensemble de la ville. En effet, les archives municipales qui nous auraient renseigné sur bien des aspects du paysage urbain disparurent en 1694 dans l’incendie qui ravagea la ville à la suite d’un bombardement anglo-hollandais, destiné à calmer les ardeurs des marins dieppois dans la guerre de course…

Fig. 1 – Plan de Dieppe au xive siècle

Fig. 1 – Plan de Dieppe au xive siècle

[M. Méry ; médiathèque de Dieppe]

Dieppe au début du xive siècle

5Le plan de Dieppe au xive siècle dressé par M. Méry se fonde sur la description des francs fiefs, c’est-à-dire sur des données ne concernant que des parties limitées de la ville, ne représentant sans doute pas plus de 15 % de sa superficie totale.

  • 11 H. Legras, Le Bourgage à Caen. Tenure à cens et tenure à rente (XIe-XVe siècles), Paris, (...)
  • 12 R. Génestal, La Tenure en bourgage. Étude sur la propriété foncière dans les villes norma (...)
  • 13 C’est ce qu’indique pour Caen une charte de 1083. H. Legras, Le Bourgage à Caen…, (...)
  • 14 ADSM, G 540 à G 579.

6Aucun texte ne permet, en effet, de retracer l’évolution urbanistique que connut la ville, même si on peut supposer que celle-ci fut semblable dans ses grandes lignes à ce que l’on connaît pour les autres cités normandes et, notamment, pour Caen11. La ville avait d’abord dû être un burgus, autrement dit un territoire privilégié sur lequel le seigneur, en l’occurrence le duc de Normandie, avait voulu attirer des immigrants en leur permettant de tenir à des conditions favorables les maisons qu’ils y construiraient12. Pour ce faire, les ducs de Normandie avaient divisé le sol en un certain nombre de parcelles de superficie sans doute voisine, correspondant à ce qu’il fallait pour bâtir une maison et avoir un jardin et un verger13. Les nouveaux venus, généralement des pêcheurs et des commerçants, qui avaient pris le titre de bourgeois, disposaient d’un droit important sur les tènements qui leur avaient été confiés et, au fil du temps, ils ne firent qu’y renforcer leur droit de propriété héréditaire au point d’en faire des tenures libres et franches de tout droit seigneurial, comme le confirme le fait que les comptabilités de la seigneurie dieppoise n’enregistrent aucun droit de mutation, aucun droit de treizième, alors que ceux-ci sont présents dans les comptes des seigneuries rurales de l’archevêque de Rouen, notamment dans celle de Fresne-l’Archevêque14.

  • 15 Cette tenure, selon la coutume, se marquait notamment par le fait que la femme (...)
  • 16 ADSM, 2E1 / 172, fo 228 vo, 19 juillet 1426. Il pouvait toutefois l’acheter comme il le f (...)
  • 17 ADSM, 2E35 / 5 fo 32 vo, 7 février 1455.
  • 18 Même s’il est possible que le terme ait aussi désigné les hommes d’un autre sei (...)

7Le droit d’aliéner leurs propriétés était donc total pour les bourgeois de Dieppe et il semble, pour autant que la rareté des documents notariés nous permette de le dire, que ces tenures aient été tenues en bourgage15. Ainsi, Guillaume le Gois possédait dans la paroisse Saint-Remy un manoir « et le bourgage dudit lieu »16, tandis qu’en 1455, Guillebert de Fontaines était héritier par moitié de Robinette, femme de Guillebert de la Barre, « à cause de la bourgeoisie dudit lieu de Dieppe »17. Tous ces tènements devaient payer au seigneur – que ce soit le duc de Normandie ou, par la suite, l’archevêque de Rouen – un droit annuel en plusieurs termes, parfois en nature, que le receveur rassemblait dans le premier chapitre de ses comptabilités sous le nom de fermes non muables ; leurs titulaires pouvaient sous-louer une partie des terres dont ils disposaient à des manentes, c’est-à-dire des manants ou habitants qui ne portaient pas le titre de bourgeois18.

Les maisons19

  • 19 Sur cette question, voir La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre (Actes des t (...)

8C’était sur ces tenures bourgeoises que s’étaient édifiées les constructions. Dans son Coutumier, Guillaume Tieullier emploie fréquemment le terme de « masure » que M. Méry avait cru pouvoir traduire par maison alors que ce mot, très employé par les receveurs de l’archevêque dans l’ensemble du diocèse, était en fait la traduction du terme mansus qui ne désignait évidemment pas une petite maison, mais des parcelles de terrain sur lesquelles pouvaient éventuellement s’élever une ou plusieurs maisons (fig. 2).

Fig. 2 – Dieppe au xviie siècle. Plan anonyme

Fig. 2 – Dieppe au xviie siècle. Plan anonyme

[Médiathèque de Dieppe]

  • 20 En 1409, Colin Nepveu qui avait pris à rente une maison située dans la rue aux Gascons (...)
  • 21 Par exemple dans la partie du fief du seigneur de Bacqueville située « en la boucherie (...)

9Il est difficile de connaître en détail l’aspect des maisons dieppoises parce que, dès lors qu’elles étaient baillées à rente, les réparations passaient à la charge de celui qui les habitait. Néanmoins, lorsqu’elles étaient proches des bâtiments appartenant à l’archevêque, ses officiers pouvaient organiser les travaux et en faire payer une part au locataire20. De même, les nombreux actes notariés enregistrant les rentes qui pesaient sur les constructions ou les parcelles complètent un peu notre information, ce qui nous permet de constater que le paysage urbain dieppois était assez hétéroclite et formait un ensemble juxtaposant maisons de bois, grandes maisons en pierre, jardins et places vides21.

  • 22 ADSM, G 851, fo 53.
  • 23 ADSM, G 851, fo 52.

10En dehors du quai où les maisons de pierre étaient apparemment plus nombreuses, il n’y avait pas de quartier spécifique ne contenant qu’un seul type de constructions. Ainsi, en 1396, le fief de l’abbaye de Lewes, situé entre la Grande Rue et la rue de la Poissonnerie, était composé de deux maisons de pierre et d’une petite maison de bois22. En outre, au milieu des maisons d’habitations, se trouvaient parfois quelques bâtiments agricoles, où étaient entreposées la nourriture des chevaux et les céréales destinées à la consommation des locataires. La maison de Richard Jugrée, appartenant au franc fief de Janval dans la Grande Rue, était délimitée par une ruelle à l’opposé de laquelle se trouvait sa propre grange23.

  • 24 M. Duteurtre, « Maisons à pans de bois de 1624 à Dieppe », Connaissance de (...)
  • 25 ADSM, G 498, fo 18.
  • 26 ADSM, G 511, fo 51.
  • 27 ADSM, G 498, fo 18.

11La plupart des maisons de la ville étaient faites d’une armature de bois et d’un colombage empli de torchis24 (fig. 3). C’est du moins l’impression que laisse la lecture des comptes de l’archevêché décrivant les travaux et réparations des maisons situées à l’intérieur de la Vicomté ou de celles qui, pour des raisons diverses, étaient « venues en la main de Monseigneur »25. Toutes les maisons étaient construites sur un solin de pierre généralement en grès, les plus importantes possédant à leur base plusieurs rangées de maçonnerie comme la maison appelée « la salle Saint-Denis » dont, en 1451, il ne restait rien « fors la maçonnerie »26. Le seuil de ces maisons était souvent en grès tandis que l’armature, notamment les encadrements de portes et de fenêtres, était en bois de chêne. Les portes étaient en planches de hêtre clouées et renforcées par des pentures de fer. Comme leur nom l’indique, les « planchers », c’est-à-dire généralement les plafonds et le sol du premier étage, étaient, eux aussi, faits de planches clouées, séparées par une couche de terre27. Les fenêtres étaient, comme les portes, renforcées par des pentures de fer. Elles étaient généralement emplies de panneaux de verre nommés « boudines », qui venaient parfois des verreries de la forêt de Lyons.

Fig. 3 – La maison Miffant, xviie siècle

Fig. 3 – La maison Miffant, xviie siècle

Les maisons médiévales devaient être assez semblables, mais les colombages étaient remplis de torchis et les toits étaient couverts de tuiles. [cliché P. Lardin]

  • 28 ADSM, G 498, fo 18 vo. Même chose en 1427 pour les travaux à la maison de l’Esquevillon (...)
  • 29 ADSM, G 502, fo 48 vo ; ADSM, G 504, fo 32 vo.

12Les colombages étaient remplis de « terre », c’est-à-dire d’un torchis fait d’argile et de paille ou de foin séché. En 1406, pour réparer le pignon d’une maison de la rue de la Poissonnerie, on utilisa deux charretées d’argile et une charretée d’eau douce indispensable pour mouiller les carreaux de terre, « parce que l’eau salée ne valait rien »28. Les ouvriers chargés de ce travail, appelés terreurs, mélangeaient l’argile et le foin, les plaçaient dans des moules de bois, puis les empilaient et les mettaient en place à l’aide de planches clouées sur la paroi jusqu’à ce qu’elle fût complètement sèche29.

  • 30 ADSM, G 499, fo 45 vo.
  • 31 ADSM, G 851, fo 48 vo.
  • 32 ADSM, G 501 bis, fo 18 vo.

13Ces constructions étaient, en fait, assez fragiles et lorsqu’une maison n’était pas habitée, il arrivait fréquemment que les parois s’effondrassent et qu’un trou apparût. Il fallait alors le reboucher provisoirement, ce qui se faisait parfois à l’aide de pierres ou de planches en attendant de pouvoir refaire l’ensemble de la paroi. En 1409, par exemple, dans une maison récupérée par l’archevêque, un maçon « rembassa » toutes les huisseries et les coins de la construction, puis « restouppa », c’est-à-dire reboucha un trou dans la « maçonnerie », c’est-à-dire en fait dans le mur de torchis30. Ce genre de construction se détériorait assez vite ; en 1396, une des masures qui composaient le fief du seigneur de Bacqueville comprenait deux petites maisons, dont l’une était qualifiée de « mauvaise » par Guillaume Tieullier parce qu’elle était sur le point de s’effondrer31. Les assemblages de bois présentaient en revanche l’avantage de pouvoir être déplacés d’un lieu à un autre, puisqu’il suffisait ensuite de remplir les vides à l’aide de torchis32.

  • 33 P. Lardin, « Le plâtre dans la construction courante à Rouen aux XIIIe et XIVe siècles  (...)
  • 34 Comme l’hôtel de la Vicomté où, en 1407, des travaux dans la cohue, c’est-à-dire du tri (...)
  • 35 ADSM, G 851, fo 49 vo.
  • 36 ADSM, G 8114.

14Les maisons dieppoises étaient donc différentes de celles de Rouen, qui utilisaient presque toujours du plâtre pour remplir les colombages des maisons de bois. Cette situation tenait au fait que le gypse dont on tirait le plâtre venait de la région parisienne par la Seine et ne pouvait arriver à Dieppe que par la mer pour un prix généralement trop élevé33. Par conséquent, si le plâtre n’était pas inconnu, il était utilisé par des propriétaires aux revenus importants et le plus souvent pour des constructions de pierre34. Certaines maisons étaient complètement en bois et en torchis, mais d’autres avaient une huisserie en pierre35, quelques-unes étant parfois agrandies par la construction d’un appentis soutenu par des poteaux de bois36.

  • 37 ADSM, 2E1 / 172, fo 125 vo, 21 avril 1426.
  • 38 ADSM, G 851, fo 50.

15Quelques maisons s’étendaient sur l’espace compris entre deux rues et étaient dites « traversaines »37 tandis que d’autres étaient considérées par les autorités comme suffisamment importantes pour être qualifiées de « maisons à pignon ». Ce terme désignait la forme de la façade de la maison, c’est-à-dire la partie de la maison qui donnait sur la rue avec la porte d’entrée, un certain nombre de fenêtres et le triangle supérieur sur lequel reposait l’extrémité de la toiture. Ces pignons pouvaient donc être faits avec des matériaux variés. Sur le fief Guillaume Crespin, le pignon de la cinquième maison était en bois alors que celui de la onzième était en pierre38.

  • 39 ADSM, G 851, fo 58 vo.
  • 40 ADSM, 2E1 / 173, fo 92 vo, 23 août 1427. Il ne possédait en fait que le tiers de l’hôte (...)
  • 41 ADSM, G 498, fo 18.

16Certaines maisons pouvaient avoir plusieurs pignons. Celle qui constituait l’essentiel du fief des religieux de Conches au pied de la falaise de Caudecôte en avait deux qui donnaient sur le pavement sur une largeur d’environ 9 mètres, ce qui peut laisser supposer que la largeur d’une maison était souvent comprise entre 4 et 5 mètres39. La maison de Guillaume du Bosc-Fresnel, écuyer et seigneur de Beauvoy, située en face de la Halle au Blé, était également qualifiée d’hôtel à deux pignons40. Le pignon devait être rattaché au reste de l’armature de la toiture, faute de quoi, il risquait de « choir ». En 1406, dans une maison de la rue de la Poissonnerie qui fut récupérée par l’archevêque, les charpentiers durent utiliser « un demi-cent de lagnes » (c’est-à-dire de petites poutres) « pour faire les cuignes » (les étais) « pour rebouter ledit pignon », puis « y mettre une clef de bois pour tenir ledit pignon », la dite clef étant retenue par quatre grandes chevilles de fer. Ces réparations n’étant pas suffisantes pour renforcer la solidité de la construction, il fut également prévu de l’étayer à l’aide de grosses poutres appelées « tappons » attachées avec des grands clous « aigus », c’est-à-dire des clous longs et pointus41.

  • 42 BnF, MF 26 007 [599].
  • 43 Il s’agissait donc là de bâtiments anciens car l’utilisation de la pierre d (...)
  • 44 Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. I, p. 81.
  • 45 ADSM, G 851, fo 78 vo et 79. Faute d’héritiers, cette maison passa en 1371 à Jean Maune (...)
  • 46 ADSM, G 851, fo 43 vo.

17À côté de ces maisons traditionnelles, on trouvait aussi un certain nombre de maisons de pierre aux formes plus originales et souvent composées de plusieurs corps de bâtiment entourant une cour généralement pavée. C’était le cas, en 1368, du « manoir » d’Ancel Loutrel42, construit en pierre de Caen43. Dans le fief de l’Orfèvrerie était bâtie « une grande maison de pierre », révélatrice des revenus que procurait le commerce des métaux précieux44. En 1369, le manoir de Jean de Greiges, situé dans le fief de l’Acre Rousselin, était décrit par le receveur comme étant « la maison aux piliers de pierre » de la paroisse Saint-Jacques45. En 1396, dans le fief du Valasse, situé sur les quais, se trouvait une maison « jadis nommée les tourelles », ce qui traduisait son importance autant que son aspect extérieur46.

  • 47 ADSM, 2E1 / 173, fo 27, 29 mai 1427.
  • 48 En 1426, des grains appartenant à l’archevêché qui s’étaient échauffés dans (...)
  • 49 ADSM, G 504, fo 3. Guillaume Godard, également boucher, avait lui aussi un « hôtel sous (...)

18Faute de données dans les sources qui ne s’intéressaient qu’aux abornements au sol, on ignore combien d’étages possédaient les maisons dieppoises, mais il est sûr que la plupart en avaient plusieurs, surtout celles des plus riches bourgeois. En 1427, la maison de Jean Loutrel, dans la rue aux Gascons, était composée de « plusieurs pignons de maisons, étages, et édifices »47. Certaines maisons possédaient aussi un grenier dans lequel étaient entreposés les vivres et notamment les céréales48. D’autres maisons étaient en encorbellement au-dessus de la rue et on appelait « solier » la partie en surplomb sous laquelle étaient placés des étaux. On trouvait ainsi dans la rue de la Boucherie « un hôtel avec avant-solier sur rue, assis sur pots de bois »49.

  • 50 BnF, MF 26 007 [480].

19Les couvertures de toutes ces maisons – qu’elles fussent en bois ou en pierre – étaient constituées de tuiles produites notamment à Varengeville et parfois au Catelier. Une maison de taille moyenne était couverte d’environ 8 à 9 000 tuiles à crochet posées sur un lattis cloué sur la charpente. Les parties sensibles au vent, comme le faîte et les corniers, étaient renforcées à l’aide d’un mortier de sable et de chaux, car ces couvertures devaient résister aux tempêtes qui soufflaient violemment et fréquemment, projetant les toitures parfois jusqu’à des distances assez grandes de la côte. En 1368, le grand vent qui souffla la veille de la Sainte-Luce emporta, paraît-il, les tuiles de certaines toitures jusqu’à Arques50.

  • 51 ADSM, G 501, fo 65.
  • 52 ADSM, G 498, fo 20.
  • 53 ADSM, G 498, fo 18.

20La fréquence des pluies et l’humidité engendrée par la présence de la mer donnaient aux gouttières de ces maisons une importance évidente. Elles étaient faites de planches de bois recouvertes de plaques de plomb fixées à l’aide de clous51. Ces gouttières étaient toutefois relativement fragiles et, quand elles étaient remplies de neige, les officiers de l’archevêque faisaient appel à des manœuvres qui les nettoyaient pour éviter qu’elles n’éclatassent sous l’effet du gel52. Quand des fuites se produisaient, on utilisait du « brai », autrement dit du goudron, pour colmater les fissures53.

  • 54 Par exemple, les cinq maisons du fief du seigneur de Bacqueville situées dans la rue qu (...)
  • 55 ADSM, G 8 114.

21Lorsque plusieurs maisons étaient collées les unes aux autres, elles formaient alors un ensemble « à une couverture »54. Ce type d’installations ne pouvait manquer d’entraîner des problèmes de voisinage, surtout à propos des fenêtres par lesquelles on pouvait jeter ses détritus ou à cause de l’évacuation de l’eau de pluie qui risquait d’endommager les parois. Il y avait donc nécessairement des accords entre voisins prévoyant l’installation de dalles en ciment renforcé pour évacuer l’eau qui tombait dans la cour ou interdisant aux nouveaux propriétaires de construire plus haut que les maisons qui existaient déjà et les obligeant à mettre en place une gouttière suffisamment éloignée des murs55.

  • 56 On récupéra « 48 pierres du cintre de trois acres fendues et 6 ou 8 autres » (ADSM, G 5 (...)
  • 57 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques de la ville de Dieppe [1682], publiées par MM (...)
  • 58 Par exemple en 1428, pour un cellier de la rue des Wées (ADSM, G 504, fo 33).
  • 59 C’est ce que montre la fouille menée par B. Le Cain, Dieppe, rue du Petit-Enfer du 1er (...)
  • 60 ADSM, G 851, fo 55.

22De nombreuses maisons, surtout quand elles étaient en pierre et, en particulier, celles des marchands qui habitaient à proximité du port, possédaient des celliers, également appelés « voûtes », fermés par un cintre de pierre56. En 1477, quand on abattit des maisons près de l’église Saint-Jacques pour faire la nouvelle place du Marché, il n’en resta que les « caves »57. Quand les voûtes menaçaient de s’effondrer et que les réparations étaient repoussées pour des raisons financières, on se servait de pièces de bois pour soutenir le cintre58. Ces celliers, aux parois de pierre de taille59, pouvaient être fermés par un soupirail ou, éventuellement, servir d’entrée comme c’était le cas pour la maison dite « des Fleurs de Lys » dans le fief de l’Orfèvrerie qui n’avait pas d’autre issue du côté du port60.

  • 61 ADSM, 2E1 / 172, fo 18, 12 janvier 1426 et fo 125 vo, 21 avril 1426. Les enseignes de D (...)
  • 62 ADSM, 2E1 / 173, fo 89 vo, 18 août 1427.
  • 63 ADSM, G 851, fo 55.
  • 64 P. Cailleux, « Un élément de sociabilité : les enseignes rouennaises à la fin du Moyen (...)

23Comme il n’existait pas encore de numéros pour repérer les maisons, les responsables les décrivaient, on l’a dit, à l’aide de leurs abornements, mais certaines d’entre elles, plus originales ou plus importantes, portaient parfois un nom qui permettait de les reconnaître immédiatement. La maison possédée par Denis Plomme dans la rue des Wées était reconnaissable à son enseigne représentant une corne de cerf61. Celle du bourgeois Jaquet Perdriel, située devant l’hôpital, avait une coquille comme enseigne, peut-être parce qu’elle était voisine de l’église Saint-Jacques62. De l’autre côté du pâté de maison qui formait ce fief, une maison de pierre était décorée par une fleur de lys63. Le nom de ces enseignes ne nous est connu que par les actes du tabellionage rouennais qui les mentionnent fréquemment, alors que les hommes de l’archevêque à Dieppe ne le notaient pratiquement jamais. Il est donc difficile de suivre un éventuel accroissement du nombre des enseignes comme cela a pu être montré pour Rouen64.

Les rues

  • 65 ADSM, G 851, fo 60 vo.

24Toutes ces maisons s’alignaient le long des rues qui s’étaient progressivement tracées dans la ville. Comme on peut le voir sur le plan de M. Méry, la ville était traversée par la « Grande Rue » qui se prolongeait par la rue de la Carreterie et aboutissait à la place de la Vase où se trouvait le pilori. C’est sans doute autour de cette rue principale et le long du fleuve que la ville s’était développée. Ensuite, lorsqu’elle devint une seigneurie de l’archevêque de Rouen, elle connut un certain essor démographique qui entraîna le percement de plusieurs rues le long desquelles s’alignèrent les maisons, ce qui provoqua des bouleversements pour les constructions plus anciennes. Ainsi, le fief des religieux de Conches, sans doute le plus ancien de la ville, fut coupé en deux parties par le percement de la rue Haute qui se trouvait au pied de la falaise de Caudecôte65 et c’est pendant le xiiie siècle que les archevêques de Rouen firent percer une rue de la Poissonnerie, destinée à rassembler et à contrôler le commerce des produits de la pêche.

  • 66 ADSM, G 511, fo 45 vo.

25Toutes les rues n’étaient d’ailleurs pas aussi larges et dans la liste des francs fiefs dressée par Guillaume Tieullier, on trouve mention de « ruettes » séparant des blocs d’habitations. Ainsi, c’est par une « ruette » que l’on allait de la rue Feuquière jusqu’aux murs qui faisaient face à la mer. Près de certains entrepôts, on trouvait aussi la ruette au sel66.

  • 67 Par exemple la rue de la Poissonnerie, dès 1294 (ADSM, G 851, fo 68 vo). Ce phénomène s (...)
  • 68 ADSM, G 851, fo 56.

26Au xive siècle, le pavage des rues était une des attributions du corps de ville mais il s’agissait avant tout de veiller à son entretien, car si l’on admet que le terme « pavement », régulièrement employé pour indiquer les abornements, indique que la rue était pavée, on peut considérer que les principales rues l’étaient déjà dès la fin du xiiie siècle, tout comme la plupart des ruelles au début du xve siècle67. Autant qu’on puisse le dire à partir d’un texte assez obscur, il semble bien qu’une partie des pavés aient été extraits dans la ville même puisque dans la description du fief de l’Acre Rousselin, il est question, à plusieurs reprises d’une « carrière du pavement » située entre ce fief et le cimetière de l’église Saint-Jacques ainsi que d’une autre carrière située dans une « ruette » voisine68.

  • 69 Beauval, Histoire abregée des antiquités de la ville de Dieppe transcrite par Beauval a (...)
  • 70 C’est effectivement ce qui se fit à Rouen à partir des années 1390 (Archives municipale (...)

27Si l’on en croit les chroniqueurs, des travaux importants eurent lieu en 1396, année pendant laquelle on entreprit de refaire les chaussées, en les pavant de gros pavés de grès pris sur la côte entre Dieppe et Varengeville69. On sait, en effet, que lorsque les villes étaient fermées par une enceinte, elles procédaient généralement à une réfection du pavage des rues de manière à mieux évacuer les détritus qui s’accumulaient désormais à l’intérieur des murs70.

  • 71 G. Tieullier, Le Coustumier de la Vicomté de Dieppe, édité par E. Coppinger, Dieppe, Le (...)

28C’est donc sans doute dans la deuxième moitié du xive siècle que furent prises un certain nombre de dispositions destinées à lutter contre la saleté des rues. Il fut notamment interdit de « faire fumier sur le pavement en aucune rue » et, si quelqu’un y déposait des « fiens » devant chez lui, il lui fallait les enlever dès le lendemain, en les jetant éventuellement dans la mer. De même, les fenêtres des maisons durent être closes sur la rue, pour éviter les jets qui s’y font de nuit, et le pavement devant chacune des maisons dut être nettoyé par les propriétaires une fois par semaine71. La surveillance de l’application de cette réglementation était confiée au bourreau qui pouvait infliger des amendes aux contrevenants.

L’hôtel de la Vicomté

29Quand ils avaient reçu Dieppe, les archevêques de Rouen y avaient trouvé un certain nombre de bâtiments destinés aux activités commerciales ou sociales. Ils en avaient reçu quelques-uns en pleine propriété, mais un bon nombre était resté entre les mains de leurs précédents propriétaires.

  • 72 ADSM, G 501, fo 61 vo.
  • 73 ADSM, G 499, fo 45 et G 501, fo 63 vo.
  • 74 ADSM, G 499, fo 43 vo.

30Le lieu principal du pouvoir archiépiscopal se trouvait dans l’hôtel de la Vicomté. Il s’agissait d’un assez vaste ensemble de bâtiments aux destinations variées, situé près de l’entrée du port dans le quartier dit du Pollet de Dieppe (fig. 4). Les murs d’enceinte, percés de plusieurs portes, étaient en pierre et, à leur partie supérieure, des corbeaux de grès, encastrés dans la maçonnerie, soutenaient les sommiers qui constituaient la base de la charpente de la couverture72. Du côté de la mer, la muraille était agrémentée d’un « oriel », c’est-à-dire d’une fenêtre surélevée, soutenu par au moins quatre poteaux de bois et couvert de tuiles73. Du côté de la rue aux Lanternes, c’est-à-dire vers l’entrée du port, quatre huis qui ne fermaient pas à clef furent bloqués en 1408 à l’aide de barres de peupliers74.

Fig. 4 – L’hôtel de la Vicomté au début du xve siècle (rez-de-chaussée)

Fig. 4 – L’hôtel de la Vicomté au               début du xve siècle               (rez-de-chaussée)

[D’après le plan de Dieppe de M. Méry (d’après P. Lardin)]

  • 75 Un bourdon est un œil fait à l’extrémité d’une penture pour recevoir le gond. Ces batta (...)

31La porte principale de la Vicomté donnait sur les quais par un seuil de pavés et permettait d’entrer dans la « grande cour ». Elle était composée de trois gros piliers de grès et de deux battants de chêne maintenus par des « bourdons »75.

  • 76 ADSM, G 501 bis, fo 33 vo.

32À gauche de cette porte se trouvait la maison de la conciergerie, couverte de tuiles et munie de larmiers pour éloigner du mur les eaux de pluie, à laquelle on accédait par un escalier de bois parce qu’elle était légèrement surélevée76.

  • 77 ADSM, G 505, fo 34 vo et G 508, fo 40.

33Plus à gauche, contre la conciergerie, se trouvait une haute maison « d’emprès », appelée aussi « maison de bout » ou encore « la haute maison » qui était en fait la recette de la seigneurie. C’était dans cette partie des bâtiments que se trouvait la salle dans laquelle le receveur, son clerc et les sergents recevaient les marchands qui venaient payer les droits d’acquits pesant sur les chargements et les déchargements de marchandises dans le port. Située au rez-de-chaussée, cette « chambre de bas » disposait d’un comptoir recouvert de cuir cloué où l’on faisait la recette de la Vicomté77.

  • 78 Il était habituel que les parties les moins nobles des constructions importantes soient (...)
  • 79 ADSM, G 411, fo 7.
  • 80 ADSM, G 501 bis, fo 32.

34La partie supérieure des parois était faite de torchis d’argile78. À l’étage, se trouvait la « chambre aux secrétaires » percée de trois fenêtres que l’on atteignait par un « haut degré ». Elle était surmontée par un grand grenier percé lui aussi de trois fenêtres, dans lequel on entreposait les grains destinés à la consommation des habitants de l’hôtel79. Ce grenier se poursuivait par un « haut solier », c’est-à-dire une soupente qui pouvait éventuellement servir de chambre. La charpente était presque complètement en chêne et les soliveaux étaient maintenus par des sous-glaces80.

  • 81 ADSM, G 501, fo 64 vo.
  • 82 ADSM, G 498, fo 18 vo.
  • 83 ADSM, G 502, fo 48.
  • 84 ADSM, G 498, fo 8 vo.
  • 85 ADSM, G 499, fo 44 vo.
  • 86 ADSM, G 502, fo 48.

35À l’intérieur de la cour étaient installés des entrepôts destinés aux marchandises trouvées en épave ou confisquées pour forfaiture. Il y avait aussi, en face de la recette81, des bâtiments pour préparer les harengs livrés à l’archevêque, c’est-à-dire un saloir aux parois enduites de plâtre pour lutter contre l’humidité qui aurait pu gâter les poissons82 et, à côté, les roussables où l’on préparait les harengs saurs. La porte de ce dernier bâtiment était renforcée par deux barres de fer car on craignait les vols83. Au début du xve siècle, il y avait aussi dans la cour une volière à colombes et à pigeons, qui fournissait une partie de l’alimentation de l’hôtel84. Enfin, près de la mer, devant la maison de la vicairie, la cour était séparée par un mur de galets du jardin potager, auquel on accédait par un escalier soutenu grâce à des poteaux de bois enfoncés dans une base maçonnée85. Du côté de la mer, les murs de la cour n’étaient peut-être pas très hauts et, comme elle n’en était séparée que par un terrain vague, il fallait souvent vider les cailloux et les ordures qui s’y accumulaient pendant les tempêtes86.

  • 87 ADSM, G 504, fo 33 vo.
  • 88 ADSM, G 498, fo 18 vo.
  • 89 ADSM, G 518, fo 18.

36À droite de l’entrée se trouvaient les bâtiments officiels et les appartements de l’archevêque. Les assemblées générales des habitants et les assises du tribunal de l’archevêque se tenaient dans la cohue située au rez-de-chaussée dont une partie donnait sur les quais. C’était une vaste salle aux parois recouvertes de plâtre que l’on atteignait après avoir emprunté un couloir. On y entrait par une porte de bois fermant avec une serrure à deux clefs87. À l’extrémité de la pièce, on trouvait les sièges surélevés par un marchepied de pierre sur lesquels s’asseyaient ceux qui dirigeaient les séances du tribunal, c’est-à-dire le bailli, le procureur et les avocats88. Le sol était couvert d’un dallage de grès qui fut refait en grands carreaux de Hollande en 146389. La cohue comprenait plusieurs autres portes dont l’une donnait sur la cour de la vicairie. Dans le prolongement de la salle du tribunal, on installa une prison au cours de l’occupation anglaise, c’est-à-dire sans doute après 1423, pour remplacer la geôle dont on pouvait trop facilement s’échapper.

  • 90 ADSM, G 501, fo 62 vo.
  • 91 ADSM, G 499, fo 45.

37Dans cette partie des bâtiments se trouvaient aussi les écuries, situées en face du saloir. Les murs étaient apparemment faits d’argile et, en 1425, plusieurs trous durent être réparés à l’aide de planches et de colombes, en attendant l’intervention des « terriers »90. On n’y logeait généralement que quelques chevaux qui entraient en passant par un seuil en pierre de grès91.

  • 92 ADSM, G 501, fo 67.
  • 93 ADSM, G 501 bis, fo 32.

38Dans le prolongement des écuries se trouvait la chambre des écuyers, c’est-à-dire sans doute de ceux qui étaient chargés de l’entretien des chevaux et qui, parfois, se faisaient messagers92. Du côté de la mer, la chambre aux écuyers touchait un cellier qui fermait par une porte de chêne93.

  • 94 ADSM, G 499, fo 44.
  • 95 Les couvreurs recouvrirent une « guimberge », c’est-à-dire l’encadrement d’une clef de (...)
  • 96 ADSM, G 501, fo 62.
  • 97 ADSM, G 502, fo 47.

39Au-dessus de la cohue, on trouvait les appartements dans lesquels logeait l’archevêque lorsqu’il se rendait à Dieppe. Ils comprenaient, notamment, une vaste salle de réception dallée de grands carreaux que l’on atteignait par un degré de pierre protégé par un porche de bois94. La chambre de l’archevêque, que l’on tendait de tapisseries lors de ses séjours, se prolongeait par une chambre de parement où il s’habillait avant de paraître en public et par sa chapelle privée, dans laquelle se trouvait un long siège de bois et un « siège bas ». À l’autre extrémité de la chambre de l’archevêque se trouvait une petite pièce voûtée qui lui servait de garde-robe, c’est-à-dire de latrines95. Dans les appartements, les fenêtres et les portes étaient, au moins en 1424, faites en « bois d’Illande », c’est-à-dire en un bois dur et décoratif qui venait généralement des régions du nord de l’Europe96. Le sol de toute cette partie de l’hôtel de la Vicomté était recouvert de carreaux de terre cuite, que l’on fabriquait alors dans les tuileries de Varengeville. Dans l’ensemble des appartements, le chauffage était assuré par de petits âtres97.

  • 98 ADSM, G 501 bis, fo 33.
  • 99 ADSM, G 502, fo 47.

40À côté des appartements de l’archevêque, à l’étage, se trouvait la cuisine qui donnait sur une « dépense » aux murs d’argile dans laquelle étaient entreposées les provisions lorsque les appartements de l’archevêque étaient occupés98. En dessous se trouvait le cellier qui touchait les écuries et que l’on atteignait par un escalier de pierre fixé à l’aide de plâtre. Une cheminée de tuileaux séparait la cuisine de la « dépense »99.

  • 100 ADSM, G 509, fo 41.

41La maison de la vicairie recevait les officiers rouennais de l’archevêque lorsqu’ils venaient à Dieppe, notamment pour vérifier le compte de la harengaison, et comptait un certain nombre d’autres pièces dont il est difficile de préciser la localisation et la fonction. Tous ces bâtiments, jusqu’à la rue de Derrière la Vicomté, étaient couverts de tuiles. Pour éviter les dégâts provoqués par l’humidité quasi permanente, surtout à l’endroit où étaient situés ces bâtiments, les gouttières étaient aussi importantes que les larmiers et, en février 1451, on en refit 478 pieds, soit près de 160 mètres, ce qui montre l’ampleur de ces installations, dont une partie avait déjà été refaite au cours des années précédentes100. Chaque fois que cela était nécessaire, les plombiers faisaient fondre des tables qu’ils découpaient ensuite pour tapisser les conduits de bois des gouttières.

42On le voit, l’hôtel de la Vicomté présentait le même aspect hétéroclite (de bâtiments et de matériaux) que les autres maisons.

Le port

  • 101 Fief de l’Acre Rousselin et fief de l’abbaye de Foucarmont.
  • 102 « extra portam, juxta muros, ante naves » (ADSM, G 851, fo 46 vo).
  • 103 Archives municipales de Dieppe (AMD), Fonds Langlois, 3e classe, 2e liasse, no 1.
  • 104 Recueil général des édits, déclarations, lettres patentes et arrêts du Conseil d’État d (...)

43Le port de Dieppe qui avait fait la fortune de la ville et que les textes médiévaux appelaient le « hable » avait été formé par la réunion de trois rivières : l’Eaulne, la Varenne et la Béthune, qu’on appelait alors la rivière de Dieppe. Une fois de plus, les sources ne nous disent pratiquement rien de ce lieu, car son entretien était à la charge de la municipalité. Les plus anciennes mentions datent des premières années du règne d’Henri II (1154-1189)101. Le fief de Vatier l’Orfèvre avait ainsi été établi, « à l’extérieur du port, près des murs, devant les bateaux »102. Les limites d’un des fiefs francs des Malades de Janval étaient constituées par les « murs de la jetée » et, dans des lettres patentes du 27 juillet 1354, la jetée mentionnée en même temps que les fortifications et les quais103 était en train d’être reconstruite et devait constituer « un grand édifice de bois construit et assis dedans la mer pour tenir ouverte l’entrée dudit hable car autrement il serait estouppé »104.

  • 105 Coutumier, p. 34-35. Cette taxe pesait sur les navires de commerce comme sur les bateau (...)
  • 106 Dans le fief de Lewes se trouvait anciennement l’« échoppe au charbon » (ADSM, (...)
  • 107 Beauval, Histoire abrégée…, p. 18-19.
  • 108 En mars 1848, la municipalité de Dieppe avait fait démolir une motte de terre (...)

44Les bateaux qui entraient dans le port devaient payer à l’archevêque une taxe appelée « fouier » ou « fouger »105, destinée à financer les feux de charbon de bois que l’on allumait la nuit pour en indiquer l’entrée106. Selon Beauval, auteur d’une Histoire abrégée des antiquités de la ville de Dieppe transcrite en 1771, « on éleva en 1389 un phare de pierre de grès […] qui marquait aux bâtiments l’entrée du port pour les marées de nuit depuis la Saint-Michel jusqu’à Pâques »107. David Asseline, autre historien dieppois du xviie siècle, parlait, lui, d’une « guérite en pierre de grès » mais l’abbé Cochet constata, à l’occasion de fouilles qu’il effectua en 1848, qu’il s’agissait en fait d’une petite bâtisse en pierre de taille, qu’il datait du xiiie ou du xive siècle108.

45L’endroit le plus favorable pour mouiller dans le port était appelé la « Vase » et s’étendait « depuis la Porte Notre-Dame jusqu’aux degrés par là où l’on passe au batel passeur devant la Vicomté ». La dénomination indique clairement que le port y était peu profond, mais que les alluvions qui s’y étaient accumulées du fait du méandre du fleuve permettaient de s’y échouer sans dommage. Toutefois, malgré les revenus divers perçus sur l’activité portuaire et les impôts que le roi autorisait régulièrement la ville à lever depuis que les fortifications avaient été entreprises, les quais « non faits » étaient fréquemment « en ruine » et, selon des lettres du sénéchal de l’archevêché Jean de la Moricière datées du 30 décembre 1362 et confirmées par l’archevêque Philippe d’Alençon le 6 mars 1363, les marchands redoutaient de venir à Dieppe, car les berges du port subissaient le « flux et radecourt de l’eau de la mer passant par ledit hable ». Pour justifier les travaux, les officiers archiépiscopaux affirmaient que certaines maisons s’étaient même effondrées et que d’autres étaient « en péril de choir ». Selon eux, les bateaux risquaient d’être endommagés et leur déchargement était difficile. En outre, même si des jetées avaient commencé à être réparées, elles n’étaient pas achevées et risquaient d’être emportées par la mer.

  • 109 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, t. I, p. 269 ; M.-C. Guibert, Mémoires pour (...)
  • 110 Par exemple en 1423 (BnF, MF 26 046 [43]).

46C’est pourquoi les bourgeois durent accepter la mise en place de taxes nouvelles permettant d’accélérer les travaux. Il est probable que des quais efficaces furent réalisés dans les années suivantes. Malheureusement, une fois de plus, la disparition des archives municipales nous empêche d’en savoir plus. On peut toutefois admettre, comme l’affirme David Asseline, que les quais étaient construits sur des pilotis, « à cause du terrain gras et marécageux que l’on y rencontrait plus qu’ailleurs, notamment vers la porte appelée à cause de cela la porte de la vase ». Selon ce chroniqueur, ces quais présentaient une maçonnerie « merveilleuse », c’est-à-dire extraordinaire par son épaisseur et par sa hauteur de 25 pieds (plus de 6 mètres), le tout en grès109. Bien sûr, l’ensemble formé par « les clôtures, quais et jetées » coûtait cher à entretenir, car il devait « résister aux merveilleux et horribles temps du vent et de la mer » qui « deux fois en un jour naturel » les démolissaient et les abattaient, et cela servait d’argument récurrent aux représentants de la ville pour demander au roi des exemptions ou des réductions d’impôts110.

47L’absence de sources nous empêche aussi de savoir quelles étaient les installations qui permettaient le chargement et le déchargement des bateaux. Il est probable qu’une ou plusieurs grues avec des roues à écureuil devaient être utilisées, mais l’archevêque ne participait pas à son entretien.

Les autres infrastructures

  • 111 ADSM, G 504, fo 32 vo et 33.

48L’entretien de la Halle au Blé, citée dans une charte de 1282, était à la charge de l’archevêque ; on la connaît donc un peu grâce aux quelques réparations dont elle fut l’objet. Il s’agissait d’un bâtiment de bois et d’argile, couvert de tuiles comme la plupart des autres constructions de la ville. La charpente comprenait des « postées », c’est-à-dire les poteaux d’angle, des filières et des chevrons de chêne de 6 et 8 mètres de long et d’une trentaine de centimètres de « carré », c’est-à-dire de 5 à 6 centimètres de côté. Une « pièce de seuil » de près de 7 mètres de long à l’entrée n’avait sans doute qu’un support de pierre peu élevé. L’ensemble était fait de colombes de 4 mètres de long, ce qui devait correspondre à la largeur de l’entrée111.

49La ville possédait par ailleurs deux moulins. Le moulin à vent se trouvait près de l’entrée du port et le moulin à marée se trouvait à la limite sud de la ville et profitait de la montée des eaux dans les fossés pour accumuler de quoi faire tourner ses deux roues quand la marée redescendait. Ces installations étaient fréquemment en réparations et ne pouvaient donc pas suffire pour répondre aux besoins des Dieppois qui devaient, par conséquent, faire appel à d’autres moulins, situés en dehors de la ville.

50Il y avait encore dans la ville un certain nombre d’autres bâtiments qui servaient à l’ensemble de la population. C’était le cas de l’hôpital, de la léproserie située à Janval, et bien sûr des églises et des cimetières qui se trouvaient à côté. Malheureusement, on ne sait presque rien de l’aspect de ces bâtiments, car les archives qui les concernaient ont presque toutes disparu au cours de l’incendie de 1694.

L’impact de la guerre et de la Peste noire

La baisse démographique

  • 112 ADSM, G 8 112, 3 juillet 1351.

51La guerre de Cent Ans débuta en 1337 et il est possible qu’une attaque flamande ait eu lieu contre la ville dès 1339, mais elle n’entraîna que peu de dégâts. De même, si un nombre non négligeable de navires dieppois fut détruit lors de la bataille de l’Écluse en 1340, cela n’eut pas de véritable conséquence sur l’aspect général de la ville. Il n’en alla pas de même lorsque la Peste noire frappa la ville en 1348. L’épidémie fut d’une grande violence et entraîna la mort d’environ un tiers de la population, soit plus de 2 000 personnes. Les cimetières des églises Saint-Jacques et Saint-Rémy furent vite insuffisants pour enterrer tous les corps et il fallut trouver de nouveaux terrains. En 1351, un certain Rémond de Palemade confirma devant le bailli de la ville et le tabellion Guillaume Caperon, qu’il avait donné aux deux paroisses de la ville « une pièce de terre assise en la paroisse de la dite église Saint-Remi au bout d’icelle ville devant le manoir de l’hôpital, en laquelle place, grand foison de corps furent enterrés par la grande mortalité qui fut l’an 1348 ». Ce nouveau cimetière fut immédiatement consacré et on y plaça une croix « levée en remembrance »112. Dès lors, la peste devint une donnée permanente de la démographie et ses récurrences frappèrent encore la ville au début des années 1360, en 1387, en 1408 et en 1438.

  • 113 ADSM, G 851, fo 73.
  • 114 ADSM, G 851, fo 62 vo et 77.
  • 115 ADSM, G 869.

52Les conséquences de cette brutale chute démographique se firent évidemment sentir sur les revenus de la seigneurie et c’est parce que la part qui lui revenait lui paraissait insuffisante que le chapitre de Rouen engagea une lutte qui devait durer un demi-siècle contre l’archevêque et ses officiers dieppois. La mortalité provoqua surtout d’importants bouleversements sur le paysage urbain car de nombreuses maisons se retrouvèrent non seulement sans propriétaire mais aussi sans héritier. Elles tombèrent donc en ruines et se transformèrent en terrain vague. On en trouvait partout, même dans les zones anciennement peuplées comme, en 1365, dans la rue aux Lanternes113 ainsi qu’à proximité des maisons des plus riches notables. En 1366, plusieurs « vides places » s’alignaient sur le quai et on a vu qu’il avait fallu mettre en place un impôt destiné à l’entretien des quais et, par conséquent, des maisons « ruineuses »114. Cela ne fit pas disparaître toutes les mauvaises maisons et, en 1373, une maison située d’un bout sur les quais et touchant par l’autre bout à la rue de la Vicomté était tellement en ruines et si coûteuse à réparer que celui qui aurait dû en hériter préféra la donner à l’archevêque115.

  • 116 ADSM, 2E1 / 162, fo 137 vo, 23 mars 1408.
  • 117 ADSM, G 851, fo 55 vo.

53Ainsi s’étaient multipliées ce que les autorités appelaient des « vides places » (fig. 5) sur lesquelles il restait parfois quelques pans de mur comme le montre, en 1408, le contrat de vente à un Dieppois d’une rente pesant sur « une vide place avec tel édifice comme il y a dessus »116. Le Coutumier de Guillaume Tieullier, dans son énumération des limites des francs fiefs, mentionne de nombreuses « vides places » et, dans certains cas, les informations sont très parlantes. Ainsi, dans le fief de l’Acre Rousselin, on trouvait « une vide place où jà piéçà fut une grande maison »117.

Fig. 5 – Les « vides places » en 1396 et 1408

Fig. 5 – Les « vides places » en 1396               et 1408

[D’après P. Lardin]

54Ces places vides continuèrent à se répandre dans la ville au cours des années suivantes. Le chapitre des déchets de rente de l’année 1408-1409 enregistra ainsi l’existence de 23 places vides dont 11 pour la rue du Pollet et sur les quais, 5 pour les rues du Port de West et de la Halle au Blé et 3 aux alentours de la place du Pilori. Une des maisons qui n’avait pas payé ses rentes était notamment située entre deux « vides places », dont l’une n’avait plus aucun propriétaire.

  • 118 ADSM, G 499, fo 37 vo à 41 vo.
  • 119 ADSM, G 499, fo 39 vo.

55Parfois, pour ne plus avoir à continuer à en payer les rentes, les propriétaires décidaient d’abattre les maisons inoccupées devenues trop vétustes. Autant qu’on puisse l’affirmer à partir de ces documents forcément incomplets, puisque les rentes dues à l’archevêque ne pesaient pas sur toutes les maisons de la ville, certains quartiers, peut-être plus cossus, notamment les rues de la Boulangerie, de la Boucherie et la grande Rue, ne contenaient presque pas de « vides places »118 alors que, dans la rue des Wées, plus mal famée et située à proximité du fossé et des marais qui servaient de limites à la ville, on en trouvait plusieurs dont l’une avait appartenu à un certain Guillaume Davy, « exécuté pour ses démérites » avant 1408119.

  • 120 ADSM, G 851, fo 76 vo. En 1367, le bois d’une maison des faubourgs de Louviers fut récu (...)

56Les maisons vides encore debout suscitaient évidemment la convoitise de ceux qui avaient besoin de matériaux pour leurs propres bâtiments. Au lendemain de la première récurrence de la Peste, Andrieu du Temple et Jean de Brunville, qui appartenaient tous deux à des familles dominantes de Dieppe, firent « désédifier » une maison sans héritiers qui avait appartenu à un de leurs débiteurs, mais ils furent sanctionnés par le procureur de l’archevêque, car la maison était en fait « mise en main de justice pour cause de certains deniers dus par ledit Michel »120.

  • 121 Beauval, Histoire abrégée…, p. 19.
  • 122 ADSM, 2E1 / 162, fo 137 vo, 23 mars 1408.
  • 123 ADSM, G 506, fo 16 vo.

57Les « vides places » firent rapidement l’objet d’une surveillance étroite de la part des autorités archiépiscopales, autant pour des raisons esthétiques qu’hygiéniques. En 1396, selon Beauval, ceux qui avaient des places vides ou ruinées durent les clore pour qu’on ne pût pas y jeter de détritus et y bâtir des maisons et des corps de logis. Selon lui, les nouvelles constructions furent ensuite occupées par différents artisans, mais il n’y a pas de véritable preuve de cette transformation à la date qu’il indique, puisque cette mesure ne pouvait plus s’appliquer dès lors qu’il n’y avait plus aucun héritier121. Par contre, il est certain que ceux qui en avaient les moyens achetaient les « vides places » proches de leur maison, à la fois pour éviter qu’elles ne deviennent des dépotoirs et pour y construire de nouveaux bâtiments. En 1408, par exemple, la « vide place » qu’acheta Regnault de Belleville dans la rue de la Boulangerie se trouvait juste à côté de la maison de son père122. Dans la rue des Wées, Jean de Greiges prit à louage quatre masures « pleines de fiens et d’ordures », qu’il clôtura ensemble et dont il fit un jardin123.

  • 124 Sur cette question, voir A. Higounet-Nadal, « Les jardins urbains dans la F (...)
  • 125 N. Coulet, « Pour une histoire du jardin : vergers et potagers à Aix-en-Pro (...)
  • 126 Comme cela se faisait en Provence ; cf. L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Pr (...)

58Un certain nombre de ces places vides étaient en effet transformées en jardins124. Il s’agissait essentiellement de jardins potagers qui procuraient à ceux qui les exploitaient des légumes – notamment des fèves, des bettes et d’autres herbes comme la porée125 – parfois vendus sur les marchés, en particulier aux marins qui en emportaient sur leur bateau pour les premiers jours de navigation126.

  • 127 ADSM, G 499, fo 39.
  • 128 ADSM, G 499, fo 18. On retrouve la même répartition à Aix. Cf. N. Coulet, « Pour une hi (...)
  • 129 A. Higounet-Nadal, « Les jardins urbains dans la France médiévale », p. 125-127.

59Les comptabilités ne donnent pas l’impression qu’il y ait eu un jardin dans l’hôtel de la Vicomté, mais la zone comprise entre les habitations et la muraille, en bordure de la mer, en comprenait de nombreux autres appartenant parfois aux familles notables de la ville comme les Eude ou les Loutrel. Il y avait également des jardins à proximité des moulins à eau dans la rue des Wées, en dehors des murailles et à proximité des marais127. Certains jardins se trouvaient à l’intérieur même des habitations, par exemple dans la rue de la Boulangerie ou près de la Halle au Blé, et étaient mis en valeur par ceux qui y vivaient. Les terrains récupérés par l’archevêque étaient également loués à usage de jardin128. Tous ces jardins nécessitaient d’importantes quantités d’eau douce, mais il est probable que la pluie, fréquente dans la région, était la principale source d’approvisionnement et on ne devait faire appel aux livreurs d’eau douce qu’en cas de sécheresse prolongée129.

La construction des fortifications

60Une autre cause de la multiplication des « vides places » et des jardins fut la construction des fortifications, puisque les murs encerclèrent des zones inhabitées qui ne furent évidemment pas construites après les premières attaques de la peste. L’érection d’une enceinte plus ou moins complète, située « en frontière de la mer » pour protéger la ville des incursions des ennemis anglais et de leurs alliés flamands, fut en effet une nouveauté qui transforma complètement l’aspect de la ville.

  • 130 Beauval, Histoire abrégée…, p. 9.
  • 131 ADSM, G 869.
  • 132 Une charte d’Henri II indiquait en effet qu’il existait alors une porte et des murs ver (...)
  • 133 On retrouve le même phénomène à Lisieux du fait de la « paix française » au XIIe siècle (...)
  • 134 En 1258, une maison située sur le Hâble, près de l’hôtel de la Vicomté, s’é (...)

61Certes, à l’époque des ducs de Normandie, Dieppe avait été protégée par des murs dont la date de construction n’est pas connue avec précision. Si l’on en croit Beauval, la ville aurait été environnée de palissades et de fossés « dès l’année 1117 »130. Si le fait est exact, ces palissades de bois furent ensuite remplacées par des murailles, car le Coutumier mentionne effectivement, à plusieurs reprises, « les vieux murs de la ville » dont l’épaisseur était de 14 pieds, soit un peu plus de 3,50 mètres « qui souloient aller de la halle au blé droit à l’hôpital ». Au milieu du xve siècle, une enquête pour délimiter un franc fief confirma, en outre, que « les anciens murs vers la mer venaient par l’hôpital et d’illec repartaient vers les lieux où sont de présent les maîtres Jean Collut, Martin le Tailleur et autres »131. Ces murs, peut-être réparés vers 1188 lorsque Henri II et son fils Richard vinrent à Dieppe pour protéger la ville face aux menaces du roi de France132, n’entouraient pas toute la ville et servaient peut-être seulement à la protéger des assauts de la mer133. En tous cas, ils ne servirent à rien lorsque, en 1194, Philippe Auguste ravagea la ville et y mit le feu. Pourtant, l’attaque menée par le roi de France ne provoqua pas la construction d’une enceinte plus efficace et, après l’échange de 1197 qui livrait la ville à l’archevêque de Rouen, la muraille fut laissée à l’abandon, les anciens murs se retrouvant parfois à l’intérieur de parcelles sur lesquelles des maisons nouvelles étaient construites du côté de la mer134.

  • 135 C. Féron, « Les anciens remparts de la ville de Dieppe », Connaissance de Dieppe, no 13 (...)
  • 136 Lettres patentes du 27 juillet 1354, 18 octobre 1361, 1er février 1362, 18 (...)
  • 137 A. Salamagne, Les Villes fortes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2002, p. 57-60.

62Lorsque ce qui allait devenir la guerre de Cent Ans éclata en 1337, le port et la ville étaient donc sans protection135. Dès 1339, on l’a dit, la ville fut attaquée par les Flamands. Cela ne provoqua apparemment que des dégâts limités et les réparations furent rapides, mais les Dieppois avaient compris qu’il était désormais nécessaire de construire des fortifications solides. Pour cela, il fallait de l’argent et une organisation municipale. C’est pour subvenir aux dépenses entraînées par cette construction que la municipalité naissante fut autorisée à percevoir un certain nombre de droits portant essentiellement sur les transactions136, afin de pouvoir lancer et entretenir un chantier qui devait s’étaler dans le temps137.

  • 138 Coutumier, ordonnance des laineurs et drapiers, p. 50.
  • 139 BnF, MF 20 580 [57].
  • 140 D’après Beauval, Histoire abrégée…, p. 16, qui prétend s’appuyer sur un ouvrage du prés (...)

63Malheureusement, la date du début des travaux de fortifications n’est pas connue avec précision. Apparemment, dès 1358, la ville possédait des portes que l’on fermait pendant la nuit138, mais l’enceinte n’était pas encore achevée et quand, en janvier 1361, le roi Jean le Bon accorda aux Dieppois le droit de lever certaines taxes sur les boissons pour « la fortification et emparements nouveaux, édifices, fossés et autres ouvrages d’icelle ville », il autorisa les habitants à mettre en place d’autres taxes si cela était nécessaire pour « parfaire [c’est-à-dire achever] les clôtures et autres nécessités de la dite ville »139, les fossés n’étant peut-être alors protégés que par des palissades ou des murs ne comportant que quelques rangées de pierre140.

  • 141 AMD, Fonds Langlois, 3e classe, 19e layette, 2e liasse [2].
  • 142 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 131-132. D’après Beauval, grâce aux aide (...)

64Ce n’est que lorsque les souverains dotèrent la ville de ressources régulières que les travaux purent avancer assez rapidement et, dans ses lettres patentes de 1363, le roi put considérer Dieppe comme une « ville fermée », ce qui ne signifiait pas qu’elle était entièrement entourée par des murs mais qu’elle était désormais difficile à prendre sans y mettre le siège141. C’est le mur du côté de la mer qui avait été construit le premier. Son existence est, en effet, certaine dès 1363 et des documents de 1370, 1377 et 1388 indiquent en outre que la muraille s’étendait au nord en direction de la rue de Derrière la Vicomté. En 1386, les travaux de fortifications s’étaient avancés jusqu’au moulin à vent et la ville était donc entièrement mise en état de défense du côté de la mer, la muraille représentant peut-être 1 400 pas de long142.

  • 143 Lettres patentes du 15 octobre.

65L’enceinte de la ville avait été reculée jusqu’au perré, c’est-à-dire nettement plus près de la mer que les anciens murs (fig. 6). Les nouvelles murailles étaient assez hautes et des parapets protégeaient les maisons. En 1390, Charles VI, continuant à aider la construction et l’entretien de l’enceinte par l’autorisation de percevoir des taxes, donna aux responsables de la municipalité dieppoise la permission de lever un impôt de 40 sous par muid de sel vendu dans la ville143. Avec cet argent, on construisit donc la tête de pont qui regarde vers le nord et une haute muraille qui servait aussi de protection contre les marées. Pour améliorer la défense de la ville à l’entrée du port, on édifia à l’angle formé par la muraille une tour dite Tour Lanterne possédant, selon l’historien local David Asseline, une plate-forme et une guérite.

Fig. 6 – Le perré de Dieppe entre la mer et les anciennes fortifications, aujourd’hui remplacées par un alignement de maisons

Fig. 6 – Le perré de Dieppe entre la               mer et les anciennes fortifications, aujourd’hui remplacées par               un alignement de maisons

[cliché P. Lardin]

  • 144 ADSM, G 876.

66Du côté du Hâble, on avait très tôt construit une autre portion « des murs de la ville » afin de protéger les maisons des quais des coups de la mer qui les renversaient de temps à autre. Les premiers murs du quai s’étaient révélés assez fragiles et ils étaient rapidement tombés sous l’action des vagues. Comme on l’a vu plus haut, l’archevêque Philippe d’Alençon avait donc fait procéder à leur réfection et lors d’une assemblée des bourgeois, le 6 mars 1364, il avait été décidé de refaire « à nouveau les murs des quais parce que plusieurs maisons étaient chues et tournées en ruines et que d’autres étaient en péril de choir et d’être du tout perdues »144.

  • 145 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 132-133.
  • 146 ADSM, G 851 fo 56.
  • 147 C. Féron, « Le Bout du Quai commence ici », Connaissance de Dieppe, no 68, juillet 1990 (...)
  • 148 ADSM, G 851.

67En 1396, le fief de l’Acre Rousselin qui se trouvait au sud de l’église Saint-Jacques s’étendait en principe jusqu’au port mais « les murs de la ville étaient parmi ledit fief ». La muraille existait donc à cette date et s’étendait le long des quais, peut-être jusqu’à la Tour aux Crabes que David Asseline date de 1390, mais que le Coutumier ne mentionne pas145 (fig. 7). On accédait au port par une issue appelée justement Porte de l’Acre146. Toujours selon l’historien de Dieppe, c’est vers 1390 qu’un mur haut et fort fut construit entre la Tour aux Crabes et la plate-forme du Moulin à Vent pour protéger le terrain contre la mer147. Dès 1396, la muraille s’étendait aussi au sud de la Porte de l’Acre, puisque le fief des Malades de Janval, délimité par la rue de l’Abbaye, touchait également aux murs de la ville percés un peu plus à l’est par la Porte dite de l’Abbaye148.

Fig. 7 – La Tour aux Crabes

Fig. 7 – La Tour aux Crabes

[clichés P. Lardin]

  • 149 ADSM, G 851, fo 77 vo.
  • 150 ADSM, G 3 707. Pièce apparemment perdue.
  • 151 Comme au Tréport à l’époque d’Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 1 (...)
  • 152 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 126-128.

68De l’autre côté de la ville, les murs touchèrent la Porte de la Barre149 dès 1368 et c’est peut-être cette porte que l’archevêque Philippe d’Alençon fit réédifier peu avant 1371150. Pour étendre les murailles au pied de la falaise de Caudecôte, les responsables municipaux durent prendre à fieffe du châtelain de Hautot, Robert d’Estouteville, plusieurs maisons et masures voisines de la falaise, qu’ils abattirent pour en faire une portion de murailles percée par la Porte dite d’Estouteville, qui donnait sur le rivage et fermait la ville à cet endroit151. Les relations avec Robert d’Estouteville se détériorèrent rapidement parce que les Dieppois n’avaient pas respecté leurs obligations financières et celui-ci les pourchassa partout où ils étaient. Il en fit prisonniers un certain nombre qui furent incarcérés dans son château de Hautot, où il entretenait une garnison. Les bourgeois durent alors implorer la protection du roi qui accepta de les placer sous sa sauvegarde jusqu’à ce qu’ils eussent payé la somme de florins exigée par Robert d’Estouteville, ce qui eut sans doute lieu en 1384152.

  • 153 ADSM, G 503, fo 9.
  • 154 ADSM, G 851, fo 84. Selon Asseline, la clôture du côté de la terre aurait eu 900 pas de (...)

69Près de la Porte de la Barre, de l’autre côté du chemin qui menait à Épinay, on trouvait encore plusieurs fossés au début du xve siècle, ce qui indique qu’aucun mur n’y avait été construit153. En 1369, en effet, dans la rue des Wées, un terrain vague était délimité par les marais, ce qui signifie qu’il n’y avait pas encore de fortifications à cet endroit et cette situation dura sans doute assez longtemps, puisque les marais suffisaient à empêcher une intrusion des ennemis. Selon David Asseline, le mur d’enceinte de cette partie de la ville aurait été construit en 1394, mais le Coutumier ne le mentionne pas et il est certain qu’à cette date plusieurs maisons de la rue des Wées était délimitées par le fossé de la ville, encore mentionné en 1395, qui avait peut-être été creusé pour recevoir les eaux du marais et renforcer ainsi l’obstacle154.

  • 155 ADSM, G 511, fo 48 vo.

70Au sud de la ville, il y avait donc au mieux des palissades et les murs ne furent construits que bien plus tard. En 1451, une maison de la rue des Wées avait encore pour limites les fossés de la ville et les marais et dans le long chapitre qu’il consacra cette année-là aux rentes inutiles de cette rue, le receveur ne mentionne jamais les murs alors qu’il ne manque pas de le faire pour les tènements situés du côté de la mer155.

  • 156 ADSM, G 499, fo 37 vo ; G 511, fo 43 vo et 44.
  • 157 ADSM, G 869.

71Les murs étaient évidemment percés par un certain nombre de portes, dont on ne sait pas grand-chose faute de sources écrites, la Porte des Tourelles (fig. 8), la seule à être encore en place aujourd’hui, ayant subi de nombreuses transformations depuis le xve siècle. Ces portes apparaissent partiellement dans l’inventaire effectué en 1451 par le receveur de l’archevêque, lorsqu’il procéda à une révision complète des rentes qu’il ne pouvait pas percevoir. Outre la Porte de la Barre, qui existait avant la construction des fortifications, il y avait ainsi la Porte du Port de West, qui était fermée, et la Porte des Tourelles, qui donnait sur la mer. Dans la partie que l’on appelait le Pollet de Dieppe, c’est-à-dire autour de la Vicomté, vers l’entrée du port, à proximité de la place du Moulin à Vent, se trouvait la Porte aux Lanternes, accessible en 1409 par une ruelle non pavée qui fut ensuite élargie156. On trouvait aussi la Porte Notre-Dame, située à proximité de la place de la Vase. Enfin, deux autres portes, dite de l’Acre et de l’Abbaye, perçaient le mur allant de ce carrefour aux moulins à eau157. Certaines de ces portes avaient des ponts-levis et des poternes avaient été construites à fleur de fossé. Sauf au sud de la ville, il n’y avait donc plus aucune partie de la ville qui ne fût défendue par des portes saillantes, avec des tours et des places de forme carrée, hautes et basses, commandant dans les fossés, la chaussée, c’est-à-dire une sorte de contrescarpe.

Fig. 8 – La Porte des Tourelles

Fig. 8 – La Porte des               Tourelles

[cliché P. Lardin]

Les transformations de la ville pendant la première moitié du xve siècle

Les fortifications

  • 158 Bulletin de la Société d’histoire de la Normandie, t. VI, 1890-1892, Manuscrits, p. 192

72On est encore moins bien renseigné sur les transformations de l’enceinte au cours du xve siècle. Quand la ville devint anglaise en 1420, la municipalité continua à entretenir les murailles et les portes mais on ne connaît pas le détail de ces travaux. Tout au plus sait-on qu’en 1430, le maçon Robert le Bouteiller fut engagé par le capitaine de la ville « pour reprisser [c’est-à-dire reprendre] la muraille pour soutenir le rempart de terre que l’on fai[sait] audit lieu »158, ce qui semble indiquer qu’on renforçait la muraille avec des levées de terre, peut-être pour résister à l’artillerie dont l’utilisation ne cessait de croître.

  • 159 BnF, MF 26 075 [5542].
  • 160 BnF, MF 26 075 [5541 et 5543].

73Après la prise de la ville par les Français en 1435, les fortifications s’accrurent encore car, au fil des années, Dieppe devint une enclave de plus en plus isolée dans une Normandie presque entièrement reconquise par les Anglais. Dès l’arrivée des Français, les habitants renforcèrent la défense de la ville en approfondissant les fossés qui entouraient la ville. Les fortifications firent également l’objet de soins incessants et une nouvelle tour fut alors construite sur le port face au Pollet. Ces fortifications furent suffisantes pour résister à la tentative de reprise de la ville par Talbot, qui avait installé en 1442-1443 une bastille sur la falaise du Pollet en face de la ville. Après la chute de cette bastille, les travaux reprirent avec encore plus d’intensité et c’est sans doute le capitaine de la ville, Charles des Marets, qui ordonna la construction d’un boulevard de maçonnerie devant la porte de la Barre, de manière à empêcher les Anglais d’attaquer par la voie terrestre. En juillet et août 1446, des ouvriers lièrent les pierres qui composaient cet avant-poste avec un mortier à base de chaux fabriquée à partir de marne159. Ce boulevard recouvert d’une plate-forme était, par ailleurs, relié à la Porte de la Barre par un pont de bois qui enjambait sans doute les fossés marécageux situés à cet endroit160.

  • 161 ADSM, G 857.
  • 162 AMD, Fonds Langlois, 1re classe, 1re layette, 4e liasse, no 11.

74Les fossés furent également approfondis, notamment du côté de la mer, et on construisit une bastille, peut-être après le siège qui s’acheva en 1443. En effet, en 1455, une maison de la rue aux Lanternes, près de la Vicomté, sur laquelle pesait une rente payable par l’archevêque, était délimitée par « les fossés qui [avaient] été faits devant la bastille » tandis qu’une autre maison, proche de la rue Feuquière, « avait chu devant la bastille »161. Au début des années 1460, un mur de grès fut refait de neuf « en limite derraine faisant clôture sur partie des quais de la dicte ville », ce qui coûta 3 à 4 000 livres, mais s’effondra finalement en 1467 à cause d’une « grande tourmente de mer » qui avait sévi au cours de l’hiver162.

  • 163 En 1493, les conseillers municipaux rouennais décidèrent de faire venir des ouvriers di (...)
  • 164 ADSM, G 511, fo 43 vo.

75Par la suite, d’autres travaux mal connus furent faits aux fortifications, notamment aux fondations, et certains servirent de modèle pour les murailles rouennaises163. Dans le même temps, le capitaine renforça les fortifications et, en 1451, on acheva des fossés près du moulin à vent164, ce qui n’était pas inutile car, le 11 août 1454, une escadre anglaise, apparue au large de Dieppe, provoqua une grande émotion, qui incita Charles des Marets à accélérer la mise en défense de la ville.

Le château

  • 165 M.-C. Guibert, Mémoires pour servir…, p. 227.
  • 166 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 212 ; Histoire abrégée et ch (...)
  • 167 Seul Desmarquets, Mémoires chronologiques pour servir à l’histoire de Dieppe et à celle (...)

76Contrairement à ce qu’écrivent certains érudits locaux qui traduisent le mot castrum par château, alors qu’il désigne une forteresse, c’est-à-dire une ville protégée par des murs, Dieppe n’avait pas de château quand elle devint la possession des archevêques de Rouen et ceux-ci se gardèrent bien d’en faire édifier un. La construction du château eut donc lieu après la prise de la ville par les partisans de Charles VII en 1435. Certains chroniqueurs, comme M.-C. Guibert, pensent que le capitaine Charles des Marets en commença immédiatement la construction165, tandis que d’autres affirment que les premiers travaux furent lancés en 1443, après la chute de la bastille du Pollet166. Faute de documents précis, il est impossible de choisir entre les deux dates. Pourtant, comme les chroniqueurs qui rapportent la bataille du Pollet ne parlent pas d’un château167, on peut penser qu’il n’y en avait pas encore, car, s’il avait commencé à être édifié, même partiellement, Talbot n’aurait pas manqué d’essayer de s’en emparer pour ne pas avoir à installer une bastille sur la falaise du Pollet qui faisait face à la ville.

77De plus, même si les documents officiels concernant Dieppe et émanant de Charles VII sont assez peu nombreux avant 1445, on peut constater qu’ils ne commencent à faire état du château qu’après 1443, qui semble donc bien être l’année où les travaux de construction prirent une ampleur véritablement significative. Malheureusement, comme les travaux furent organisés et payés par la municipalité sur les ordres du capitaine, l’incendie de 1694 nous a privés des sources qui nous auraient permis de les suivre dans le détail.

  • 168 ADSM, G 511, fo 47 vo.
  • 169 ADSM, G 511, fo 51 vo et 54 vo.

78Ce qui est incontestable, c’est que ce château, sans doute limité au départ à une enceinte flanquée de quatre tours rondes et entourant une cour, n’était pas achevé en 1451 (fig. 9). En effet, les soldats de la garnison habitaient encore en ville dans des maisons confisquées aux partisans des Anglais qui avaient fui la ville. C’était le cas, notamment, pour Frappe Saulce et Thomas de Grouchy, « hommes de guerre logés par ordonnance du roi », qui occupaient, en 1451, deux maisons de la rue de l’Acre168. Le capitaine Charles des Marets habitait, lui, dans une vaste maison de la rue de la Poissonnerie, du côté de la Grande Rue, et plusieurs maisons du voisinage étaient également occupées par d’autres gens de guerre qui utilisaient les écuries pour leurs chevaux169.

Fig. 9 – Le château de Dieppe vu de la falaise de Caudecôte

Fig. 9 – Le château de Dieppe vu de               la falaise de Caudecôte

[cliché P. Lardin]

  • 170 AMD, Fonds Langlois, 1re classe, 1re layette, 3e liasse, no 11 et 12.
  • 171 AMD, Fonds Langlois, 1re classe, 1re layette, 4e liasse, no 11. Sur les canonniers, voir (...)

79En mars 1454, les travaux de construction du château avaient sans doute quelque peu avancé puisque Charles VII ordonna de porter de 500 à 800 livres par an la somme que la ville prenait sur le revenu des octrois « pour être employée et convertie par l’ordonnance de […] Charles des Marets, capitaine dudit lieu, en la perfection [c’est-à-dire l’achèvement] de certain chastel que nous faisons faire audit lieu pour la plus grande sûreté de la dite place »170. Les travaux se poursuivirent l’année suivante et le château fit l’objet de travaux de réfection ou, au moins, de transformations. Le bâtiment devint utilisable peu de temps après et le premier canonnier français connu à Dieppe, Bénart de la Fontaine, s’y installa en 1457 pour diriger et contrôler l’artillerie qui y avait été installée171.

Les constructions

80Pendant la dizaine d’années où la ville fut dirigée par des représentants du roi, elle eut à subir l’isolement et, en 1442-1443, les bombardements anglais. Les dégâts que ceux-ci occasionnèrent à la ville sont difficiles à mesurer, mais il est avéré qu’un certain nombre de maisons furent détruites et que d’autres, proches des zones touchées, furent abandonnées par leurs occupants. En 1447, quand l’archevêque récupéra la seigneurie de Dieppe, les louages enregistrés par le receveur ne consistaient le plus souvent qu’en masures « où souloient être des maisons » qui avaient désormais disparu. La situation était alors des plus confuses et il était difficile de savoir quels étaient les lieux sur lesquels pouvaient encore être perçues des rentes. Les « vides places » étaient peut-être encore plus nombreuses qu’au xive siècle et on les trouvait dans tous les quartiers de la ville (fig. 10).

Fig. 10 – Les « vides places » en 1447

Fig. 10 – Les « vides places » en               1447

[d’après P. Lardin]

81Pourtant, lorsque les maisons furent reconstruites, elles le furent selon les méthodes anciennes, c’est-à-dire en bois, torchis et couverture de tuiles. La guerre n’avait donc pas bouleversé les méthodes de construction et si les « vides places » furent progressivement réoccupées au cours des décennies qui suivirent, la principale transformation du paysage urbain dieppois, comme dans la plupart des autres villes, fut la construction des murailles, à laquelle s’ajoutait celle du château qui dominait la ville. Ce faisant, c’était la répartition du pouvoir à Dieppe que la guerre avait le plus modifié. Les représentants de l’archevêque devaient désormais tenir compte de la présence d’une garnison royale, dirigée par un capitaine, qu’ils ne contrôlaient plus, et surtout de l’existence d’une municipalité née pour gérer les travaux de fortifications, mais qui intervenait à présent avec autorité dans la plupart des affaires urbaines.

Notes

1 D. Barthélemy, Nouvelle histoire de la France médiévale, t. III, L’Ordre seigneurial, Paris, Arthaud, 1990, p. 22.

2 Surnom donné à la fille d’Henri Ier Beauclerc, qui fut mariée en 1114 à l’empereur romain germanique Henri V. Veuve en 1125, elle revint en Angleterre et garda le surnom d’« Impératrice » ou « Emperesse ».

3 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 851, fo 56 (« unam acram terram in galeto deppae »).

4 Rigord, Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, Paris, Palmé, 1878, p. 39 : « Anno 1195, Richardus, rex Angliae, collecto undequnque exercitu, castrum, quod Archas vocant, quod rex Francorum munitum tenerum obsedit. Sed paucis diebus effluxis, rex Francorum cum sexcentis electis militibus Francigenis superveniens, omnes Normannos fugavit et villam, quae Deppa vocatur, destruxit et homines abduxit et naves eorum combussit. »

5 La formule est de l’abbé Cochet, dans sa conclusion au travail de Plan et description de la ville de Dieppe au XIVe siècle, Dieppe, A. Marais, 1865, p. 33.

6 On trouvait ainsi les « marais d’Épinay » et les « marais l’archevêque », ces derniers formant la « prairie commune » de Bouteilles qui avait été donnée aux habitants par leur seigneur temporel.

7 ADSM, G 851, fo 83 vo.

8 ADSM, G 851.

9 M. Méry, Plan et description de la ville de Dieppe au XIVe siècle.

10 La plupart des rues mentionnées dans le Coutumier existaient encore, éventuellement sous d’autres dénominations, avant le bombardement de Dieppe en 1694.

11 H. Legras, Le Bourgage à Caen. Tenure à cens et tenure à rente (XIe-XVe siècles), Paris, Rousseau, 1911.

12 R. Génestal, La Tenure en bourgage. Étude sur la propriété foncière dans les villes normandes, Paris, Rousseau, 1900, p. 211-218.

13 C’est ce qu’indique pour Caen une charte de 1083. H. Legras, Le Bourgage à Caen…, p. 42-43.

14 ADSM, G 540 à G 579.

15 Cette tenure, selon la coutume, se marquait notamment par le fait que la femme disposait de la moitié des acquêts du couple. Voir P. Cailleux, « Modèles et pratiques en histoire médiévale urbaine : une approche de l’espace rouennais au Moyen Âge », Histoire, Économie et Société, 3e trimestre 1994, p. 401-417. Voir aussi P. Le Cacheux, « Note sur le bourgage rouennais du XIIe au XVe siècle », Revue du droit français et étranger, 1933, p. 736-737. À Évreux, les tenures laïques du domaine comtal étaient dites en « bourgeoisie », tantôt chargées de cens, tantôt « en franche bourgeoisie » ; cf. J. Massiet du Biest, « La propriété foncière et les tenures urbaines dans la cité d’Évreux du XIe au XVIIIe siècle », Le Moyen Âge, t. LXI, 1955, p. 437.

16 ADSM, 2E1 / 172, fo 228 vo, 19 juillet 1426. Il pouvait toutefois l’acheter comme il le faisait sans doute aussi pour le cent de harengs saurs qu’il devait au seigneur d’Estouteville.

17 ADSM, 2E35 / 5 fo 32 vo, 7 février 1455.

18 Même s’il est possible que le terme ait aussi désigné les hommes d’un autre seigneur ou des bourgeois d’une autre ville établis en un lieu sans rompre tout lien avec leur pays d’origine ; cf. H. Legras, Le Bourgage à Caen…, p. 45.

19 Sur cette question, voir La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre (Actes des tables rondes de Rouen (16-17 octobre 1998) et de Norwich (16-17 avril 1999)), D. Pitte et B. Ayers (éd.), Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 2002.

20 En 1409, Colin Nepveu qui avait pris à rente une maison située dans la rue aux Gascons et touchant l’hôtel de la Vicomté dut ainsi payer une partie des frais de couverture et de réfection des gouttières (ADSM, G 499, fo 44 vo).

21 Par exemple dans la partie du fief du seigneur de Bacqueville située « en la boucherie devant Saint-Jacques » (ADSM, G 851, fo 44).

22 ADSM, G 851, fo 53.

23 ADSM, G 851, fo 52.

24 M. Duteurtre, « Maisons à pans de bois de 1624 à Dieppe », Connaissance de Dieppe, no 109, mars 1996, p. 28-29.

25 ADSM, G 498, fo 18.

26 ADSM, G 511, fo 51.

27 ADSM, G 498, fo 18.

28 ADSM, G 498, fo 18 vo. Même chose en 1427 pour les travaux à la maison de l’Esquevillon ou de l’Émerillon. ADSM, G 502, fo 48 vo.

29 ADSM, G 502, fo 48 vo ; ADSM, G 504, fo 32 vo.

30 ADSM, G 499, fo 45 vo.

31 ADSM, G 851, fo 48 vo.

32 ADSM, G 501 bis, fo 18 vo.

33 P. Lardin, « Le plâtre dans la construction courante à Rouen aux XIIIe et XIVe siècles », in La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre, p. 95-102.

34 Comme l’hôtel de la Vicomté où, en 1407, des travaux dans la cohue, c’est-à-dire du tribunal, utilisèrent deux monts de gypse « venus de Rouen », cuits et battus sur place par un plâtrier, puis mis en œuvre à l’aide de deux charretées d’eau douce car, comme pour le torchis, l’eau de mer ne valait rien.

35 ADSM, G 851, fo 49 vo.

36 ADSM, G 8114.

37 ADSM, 2E1 / 172, fo 125 vo, 21 avril 1426.

38 ADSM, G 851, fo 50.

39 ADSM, G 851, fo 58 vo.

40 ADSM, 2E1 / 173, fo 92 vo, 23 août 1427. Il ne possédait en fait que le tiers de l’hôtel.

41 ADSM, G 498, fo 18.

42 BnF, MF 26 007 [599].

43 Il s’agissait donc là de bâtiments anciens car l’utilisation de la pierre de Caen avait apparemment beaucoup diminué en Normandie orientale au cours du XIVe siècle (ADSM, G 502, fo 47 vo). L. Dujardin, Carrières de pierre en Normandie. Contribution à l’étude historique et archéologique des carrières de pierre à bâtir à Caen (Calvados), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000 ; L. Musset, « La pierre de Caen », in Pierre et Métal dans le bâtiment au Moyen Âge, P. Benoît et O. Chapelot (dir.), Paris, 1985, p. 195-200.

44 Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. I, p. 81.

45 ADSM, G 851, fo 78 vo et 79. Faute d’héritiers, cette maison passa en 1371 à Jean Maunepveu.

46 ADSM, G 851, fo 43 vo.

47 ADSM, 2E1 / 173, fo 27, 29 mai 1427.

48 En 1426, des grains appartenant à l’archevêché qui s’étaient échauffés dans les bâtiments de la Vicomté furent « transportés et mis en un grenier emprunté en l’hôtel Catherine de Longueil », situé non loin de là (ADSM, G 411, fo 9).

49 ADSM, G 504, fo 3. Guillaume Godard, également boucher, avait lui aussi un « hôtel sous iceux soliers ».

50 BnF, MF 26 007 [480].

51 ADSM, G 501, fo 65.

52 ADSM, G 498, fo 20.

53 ADSM, G 498, fo 18.

54 Par exemple, les cinq maisons du fief du seigneur de Bacqueville situées dans la rue qui menait de la Porte de la Barre au Port de West ou les onze maisons qui formaient un angle devant l’église Saint-Jacques. En 1377, l’archevêque percevait dans la paroisse Saint-Remy des rentes sur deux masures édifiées joignant ensemble ainsi que sur deux autres maisons également jointives (ADSM, G 851, fo 49, 50, 82 vo et 83).

55 ADSM, G 8 114.

56 On récupéra « 48 pierres du cintre de trois acres fendues et 6 ou 8 autres » (ADSM, G 501 bis, fo 32 vo).

57 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques de la ville de Dieppe [1682], publiées par MM. Hardy, Guérillon et l’abbé Sauvage, Dieppe, A. Marais et A. Leblanc, Paris, Maisonneuve et Cie et Rouen, C. Métérie, 1874, t. I, p. 200.

58 Par exemple en 1428, pour un cellier de la rue des Wées (ADSM, G 504, fo 33).

59 C’est ce que montre la fouille menée par B. Le Cain, Dieppe, rue du Petit-Enfer du 1er octobre au 16 décembre 1994, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, décembre 1994, p. 10.

60 ADSM, G 851, fo 55.

61 ADSM, 2E1 / 172, fo 18, 12 janvier 1426 et fo 125 vo, 21 avril 1426. Les enseignes de Dieppe n’étaient donc pas différentes de celles des autres villes du royaume. À Paris, notamment, c’était le cerf et plus particulièrement la corne de cerf qui étaient les plus fréquentes. Voir S. Roux, « Images de bêtes urbaines », in Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 231.

62 ADSM, 2E1 / 173, fo 89 vo, 18 août 1427.

63 ADSM, G 851, fo 55.

64 P. Cailleux, « Un élément de sociabilité : les enseignes rouennaises à la fin du Moyen Âge », in La Rue, lieu de sociabilité ? Rencontres de la rue (Actes du colloque de Rouen, 16-19 novembre 1994), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 1997, p. 161-169.

65 ADSM, G 851, fo 60 vo.

66 ADSM, G 511, fo 45 vo.

67 Par exemple la rue de la Poissonnerie, dès 1294 (ADSM, G 851, fo 68 vo). Ce phénomène se retrouve ailleurs, notamment à Nantes. Cf. J. Kerhervé, « Paysage urbain et société à Saint-Vincent de Nantes aux XVe et XVIe siècles, d’après le rôle de la “taillée de Toussaint” », in Mondes de l’Ouest et villes du monde, regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 267.

68 ADSM, G 851, fo 56.

69 Beauval, Histoire abregée des antiquités de la ville de Dieppe transcrite par Beauval année 1771 (ADSM, F 246), p. 19 ; M.-C. Guibert, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Dieppe, Dieppe, A. Marais et A. Leblanc, Paris, Maisonneuve et Cie et Rouen, C. Métérie, 1878, p. 28.

70 C’est effectivement ce qui se fit à Rouen à partir des années 1390 (Archives municipales de Rouen (AMR), A 9, fo 318). Voir P. Lardin, « La municipalité rouennaise et la pollution à la fin du Moyen Âge », à paraître dans les Actes du colloque de Liessies La Pollution au Moyen Âge et à l’époque moderne (29-31 mars 1999).

71 G. Tieullier, Le Coustumier de la Vicomté de Dieppe, édité par E. Coppinger, Dieppe, Leprêtre, 1884, p. 18-19.

72 ADSM, G 501, fo 61 vo.

73 ADSM, G 499, fo 45 et G 501, fo 63 vo.

74 ADSM, G 499, fo 43 vo.

75 Un bourdon est un œil fait à l’extrémité d’une penture pour recevoir le gond. Ces battants de bois étaient épais et imposants car, en 1428, il fallut treize pièces de merrain pour les remettre en état (ADSM, G 504, fo 32 vo).

76 ADSM, G 501 bis, fo 33 vo.

77 ADSM, G 505, fo 34 vo et G 508, fo 40.

78 Il était habituel que les parties les moins nobles des constructions importantes soient faites en torchis. C’était le cas en 1378 pour les cuisines du château d’Arques (BnF, MF 25 944 [48]).

79 ADSM, G 411, fo 7.

80 ADSM, G 501 bis, fo 32.

81 ADSM, G 501, fo 64 vo.

82 ADSM, G 498, fo 18 vo.

83 ADSM, G 502, fo 48.

84 ADSM, G 498, fo 8 vo.

85 ADSM, G 499, fo 44 vo.

86 ADSM, G 502, fo 48.

87 ADSM, G 504, fo 33 vo.

88 ADSM, G 498, fo 18 vo.

89 ADSM, G 518, fo 18.

90 ADSM, G 501, fo 62 vo.

91 ADSM, G 499, fo 45.

92 ADSM, G 501, fo 67.

93 ADSM, G 501 bis, fo 32.

94 ADSM, G 499, fo 44.

95 Les couvreurs recouvrirent une « guimberge », c’est-à-dire l’encadrement d’une clef de voûte, « au bout de la chambre de Monseigneur » (ADSM, G 501, fo 64 vo).

96 ADSM, G 501, fo 62.

97 ADSM, G 502, fo 47.

98 ADSM, G 501 bis, fo 33.

99 ADSM, G 502, fo 47.

100 ADSM, G 509, fo 41.

101 Fief de l’Acre Rousselin et fief de l’abbaye de Foucarmont.

102 « extra portam, juxta muros, ante naves » (ADSM, G 851, fo 46 vo).

103 Archives municipales de Dieppe (AMD), Fonds Langlois, 3e classe, 2e liasse, no 1.

104 Recueil général des édits, déclarations, lettres patentes et arrêts du Conseil d’État donnez en faveur des habitants de Dieppe, Dieppe, chez Pierre Pillon, l’an 1700, p. 36.

105 Coutumier, p. 34-35. Cette taxe pesait sur les navires de commerce comme sur les bateaux de pêche. Elle frappait aussi les bateaux vides qui entraient dans le port, même involontairement « par force de temps ». Les bateaux de Dieppe et des ports des environs (Pourville, le Pollet, Neuville, Puys, Bracquemont, Belleville-sur-Mer, Berneval-le-Grand et Berneval-le-Petit) payaient une taxe annuelle d’un total de 4 sous. Les autres payaient 4 deniers chaque fois qu’ils entraient dans le port. Les navires qui amenaient des grains, du vin ou du bois payaient une redevance en nature.

106 Dans le fief de Lewes se trouvait anciennement l’« échoppe au charbon » (ADSM, G 851, fo 53).

107 Beauval, Histoire abrégée…, p. 18-19.

108 En mars 1848, la municipalité de Dieppe avait fait démolir une motte de terre que l’on appelait butte du Moulin-à-Vent, près de l’actuelle place du Moulin à Vent, sous laquelle se trouvaient les restes de cette « lanterne ». La Vigie de Dieppe, 28 mars 1848.

109 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, t. I, p. 269 ; M.-C. Guibert, Mémoires pour servir…, p. 253.

110 Par exemple en 1423 (BnF, MF 26 046 [43]).

111 ADSM, G 504, fo 32 vo et 33.

112 ADSM, G 8 112, 3 juillet 1351.

113 ADSM, G 851, fo 73.

114 ADSM, G 851, fo 62 vo et 77.

115 ADSM, G 869.

116 ADSM, 2E1 / 162, fo 137 vo, 23 mars 1408.

117 ADSM, G 851, fo 55 vo.

118 ADSM, G 499, fo 37 vo à 41 vo.

119 ADSM, G 499, fo 39 vo.

120 ADSM, G 851, fo 76 vo. En 1367, le bois d’une maison des faubourgs de Louviers fut récupéré par les hommes de l’archevêque et on ne paya rien parce que, faute d’héritiers, le receveur ne trouva personne à qui le payer (ADSM, G 634, fo 11 vo).

121 Beauval, Histoire abrégée…, p. 19.

122 ADSM, 2E1 / 162, fo 137 vo, 23 mars 1408.

123 ADSM, G 506, fo 16 vo.

124 Sur cette question, voir A. Higounet-Nadal, « Les jardins urbains dans la France médiévale », in Jardins et vergers en Europe occidentale (VIIIe-XVIIIe siècles) (Neuvièmes journées internationales d’histoire, Centre culturel de Flaran, 18-20 septembre 1987), Valence-sur-Baïse, Centre culturel de l’abbaye de Flaran, 1989, p. 115-144. Rappelons que presque tous les chefs de maison des villes bretonnes avaient au moins un jardin. Cf. J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, Maloine, 1981, p. 219. Pour l’Angleterre, C. Dyer, « Jardins et vergers en Angleterre au Moyen Âge », in Jardins et vergers…, p. 157-160.

125 N. Coulet, « Pour une histoire du jardin : vergers et potagers à Aix-en-Provence, 1350-1450 », Le Moyen Âge, t. LXXIII, 1967, p. 239, note 1. À Arles, on trouve dans les jardins des oignons, de l’ail, des raves, des épinards, des blettes, des salades, des courges, des choux, des fèves et des pois chiches ; cf. L. Stouff, Arles au Moyen Âge, Marseille, La Thune, 2000, p. 177. À l’exception des légumes proprement provençaux, on devait trouver les mêmes à Dieppe.

126 Comme cela se faisait en Provence ; cf. L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris – La Haye, Mouton et Co., 1970, p. 104.

127 ADSM, G 499, fo 39.

128 ADSM, G 499, fo 18. On retrouve la même répartition à Aix. Cf. N. Coulet, « Pour une histoire du jardin… », p. 250-253.

129 A. Higounet-Nadal, « Les jardins urbains dans la France médiévale », p. 125-127.

130 Beauval, Histoire abrégée…, p. 9.

131 ADSM, G 869.

132 Une charte d’Henri II indiquait en effet qu’il existait alors une porte et des murs vers la place de la Vase, près du port, Beauval parle aussi d’un château mais il traduit mal le mot castrum qui signifie ici forteresse (Histoire abrégée…, p. 10).

133 On retrouve le même phénomène à Lisieux du fait de la « paix française » au XIIe siècle ; cf. J. Lesquier, « Les fortifications de Lisieux au XVe siècle », Études lexoviennes, III, 1928, p. 197.

134 En 1258, une maison située sur le Hâble, près de l’hôtel de la Vicomté, s’étendait jusqu’au rivage de la mer et, en 1294, une maison de la rue de la Poissonnerie avait pour limite le « perré » de la mer, autrement dit la barre de galets qui formait le rivage (ADSM, G 851, fo 67 vo).

135 C. Féron, « Les anciens remparts de la ville de Dieppe », Connaissance de Dieppe, no 136, mars 1996, p. 16-19.

136 Lettres patentes du 27 juillet 1354, 18 octobre 1361, 1er février 1362, 18 octobre 1369, 7 juillet 1374, 17 janvier 1376, 26 février et 10 septembre 1378, 16 juillet 1389, 15 octobre 1390.

137 A. Salamagne, Les Villes fortes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2002, p. 57-60.

138 Coutumier, ordonnance des laineurs et drapiers, p. 50.

139 BnF, MF 20 580 [57].

140 D’après Beauval, Histoire abrégée…, p. 16, qui prétend s’appuyer sur un ouvrage du président Foucher dans les Antiquités de Normandie.

141 AMD, Fonds Langlois, 3e classe, 19e layette, 2e liasse [2].

142 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 131-132. D’après Beauval, grâce aux aides nouvelles accordées par le roi à la ville en 1389, les Dieppois poussèrent leurs travaux « si loin que la plate-forme du moulin à vent fut mise en état de défense du côté de la mer » (Histoire abrégée…, p. 18-19) ; M.-C. Guibert, Mémoires pour servir…, p. 27.

143 Lettres patentes du 15 octobre.

144 ADSM, G 876.

145 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 132-133.

146 ADSM, G 851 fo 56.

147 C. Féron, « Le Bout du Quai commence ici », Connaissance de Dieppe, no 68, juillet 1990, p. 6-12 et no 83, octobre 1991, p. 11.

148 ADSM, G 851.

149 ADSM, G 851, fo 77 vo.

150 ADSM, G 3 707. Pièce apparemment perdue.

151 Comme au Tréport à l’époque d’Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 127.

152 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 126-128.

153 ADSM, G 503, fo 9.

154 ADSM, G 851, fo 84. Selon Asseline, la clôture du côté de la terre aurait eu 900 pas de long depuis la place de la Butte jusqu’à celle du Moulin à Eau ou plutôt depuis les deux tours de la Porte de la Barre jusqu’à la tour, appelée Tour aux Pigeons parce que des pigeons sauvages s’y reposaient. Elle était faite de cailloux assez bien taillés, liés par un très bon mortier et fortifiée de plusieurs tours de forme ronde, saillantes et distantes l’une de l’autre d’environ 50 pas. Toutefois, ces fortifications, qui ne comprenaient pas d’embrasures propres à tirer au canon, étaient hautes, mais peu épaisses peut-être parce qu’elles étaient trop lourdes pour des fondements jetés dans un sol marécageux et insuffisamment pillotés. En fait, il n’a vu que les restes proches de la Porte de la Barre et cela ne prouve pas vraiment que des murs s’étendaient sur toute la longueur des marais. Selon lui, les fortifications étaient déjà tombées en désuétude à son époque, mais rien ne prouve qu’elles existaient à la fin du Moyen Âge (Les Antiquitez et chroniques…, p. 135-136). À Lisieux aussi, les fortifications restèrent inachevées au moins jusqu’en 1412 (J. Lesquier, « Les fortifications de Lisieux au XVe siècle », p. 199). Voir aussi le plan des fortifications de Lisieux établi par R. Jones, « Les fortifications municipales de Lisieux dans les chroniques et dans les comptes (première moitié du XVe siècle) », in La Guerre, la violence et les gens au Moyen Âge (Actes du CXIXe congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 26-30 octobre 1994), P. Contamine et O. Guyotjeannin (dir.), Paris, CTHS, 1996, t. I, Guerre et Violence, p. 237.

155 ADSM, G 511, fo 48 vo.

156 ADSM, G 499, fo 37 vo ; G 511, fo 43 vo et 44.

157 ADSM, G 869.

158 Bulletin de la Société d’histoire de la Normandie, t. VI, 1890-1892, Manuscrits, p. 192.

159 BnF, MF 26 075 [5542].

160 BnF, MF 26 075 [5541 et 5543].

161 ADSM, G 857.

162 AMD, Fonds Langlois, 1re classe, 1re layette, 4e liasse, no 11.

163 En 1493, les conseillers municipaux rouennais décidèrent de faire venir des ouvriers dieppois, parce qu’ils étaient spécialisés en particulier dans les fondations de bois pour les murailles (AMR, A 9, fo 93).

164 ADSM, G 511, fo 43 vo.

165 M.-C. Guibert, Mémoires pour servir…, p. 227.

166 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques…, p. 212 ; Histoire abrégée et chronologique de la ville château et citadelle de Dieppe et du fort du Pollet avec tous les privilèges accordés aux habitants de cette ville, par Croisé, p. 121 (AMR, Y 2812).

167 Seul Desmarquets, Mémoires chronologiques pour servir à l’histoire de Dieppe et à celle de la navigation, Paris, Desauges, 1785, p. 55-56, dit que Talbot établit son camp à côté du château avant de s’installer au Pollet. Il prétend aussi que les canons du château tiraient sur les ouvriers qui construisaient la bastille.

168 ADSM, G 511, fo 47 vo.

169 ADSM, G 511, fo 51 vo et 54 vo.

170 AMD, Fonds Langlois, 1re classe, 1re layette, 3e liasse, no 11 et 12.

171 AMD, Fonds Langlois, 1re classe, 1re layette, 4e liasse, no 11. Sur les canonniers, voir P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris – La Haye, Mouton, 1972, p. 297.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de Dieppe au xive siècle
Légende [M. Méry ; médiathèque de Dieppe]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Dieppe au xviie siècle. Plan anonyme
Légende [Médiathèque de Dieppe]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 946k
Titre Fig. 3 – La maison Miffant, xviie siècle
Légende Les maisons médiévales devaient être assez semblables, mais les colombages étaient remplis de torchis et les toits étaient couverts de tuiles. [cliché P. Lardin]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 4 – L’hôtel de la Vicomté au début du xve siècle (rez-de-chaussée)
Légende [D’après le plan de Dieppe de M. Méry (d’après P. Lardin)]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 5 – Les « vides places » en 1396 et 1408
Légende [D’après P. Lardin]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Fig. 6 – Le perré de Dieppe entre la mer et les anciennes fortifications, aujourd’hui remplacées par un alignement de maisons
Légende [cliché P. Lardin]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 7 – La Tour aux Crabes
Légende [clichés P. Lardin]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Fig. 8 – La Porte des Tourelles
Légende [cliché P. Lardin]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 9 – Le château de Dieppe vu de la falaise de Caudecôte
Légende [cliché P. Lardin]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 10 – Les « vides places » en 1447
Légende [d’après P. Lardin]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9448/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 386k

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540