Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Histoire des villes normandes, des origines gallo-romaines à la fin du Moyen Âge

La constitution d’un réseau urbain en Normandie

François Neveux

Texte intégral

1Au début du xiiie siècle, la plupart des villes de Normandie existent déjà. À part les cités épiscopales, la plupart d’entre elles sont nées au cours de la période du xe au xiie siècle. Parallèlement sont apparus de nombreux villages nouveaux, généralement qualifiés de « bourgs ». Quelques-uns d’entre eux connurent un développement rapide au cours du xiie siècle et peuvent être considérés comme des villes au xiiie siècle. Même s’il s’agit d’un phénomène général en Occident, le cas de la Normandie n’en reste pas moins singulier. Partie de très bas, la province connaît un essor urbain plus notable que bien des régions voisines (si ce n’est la Bretagne). Pour comprendre la situation des villes normandes au xiiie siècle, il importe donc de faire un rapide retour en arrière sur les conditions de leur naissance.

L’origine des villes normandes

  • 1 Aujourd’hui Vieux, canton d’Évrecy, Calvados. Cf. P. Vipard, La Cité d’Aregenua (...)

2L’urbanisation de la région remonte à l’Antiquité. Les chefs-lieux de cités de la province romaine de Lyonnaise Seconde (puis province ecclésiastique de Rouen) sont devenus des sièges épiscopaux. Ceux-ci sont au nombre de sept : Rouen, Bayeux, Évreux, Lisieux, Sées, Coutances et Avranches. La seule ville antique qui n’ait pas conservé son statut urbain est Aregenua, ancienne capitale des Viducasses1. Quelques autres « villes » médiévales remontent également à l’Antiquité. Mentionnons d’abord, dans la vallée de la Seine, Vernon et Lillebonne (peut-être ancienne capitale des Calètes). Alauna (Alleaume), dans le Cotentin, n’a pas survécu sur son site primitif, mais a laissé la place à une ville nouvelle du xie siècle, Valognes. Ajoutons encore à cette courte liste Exmes, site fortifié qui servit de refuge aux évêques de Sées au cours du haut Moyen Âge, et Portbail, dont l’importance est attestée par son baptistère paléochrétien. Telles sont les localités qu’on peut sans doute ranger au nombre des villes au viiie siècle.

  • 2 Cf. L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe sièc (...)

3Après les destructions des invasions scandinaves (au ixe siècle), la reprise de la vie urbaine est très lente. Rouen et Bayeux semblent seules actives pendant la plus grande partie du xe siècle. Les autres villes épiscopales ne reprennent vie qu’à la fin du siècle. Il faut attendre le xie siècle pour assister à une véritable renaissance urbaine. Partout apparaissent alors des « bourgs ». Ce sont d’abord des bourgs suburbains, quartiers nouveaux autour des villes anciennes. Ce sont aussi des bourgs ruraux, nouveaux villages au statut privilégié, créés par le duc et par les seigneurs (laïcs ou ecclésiastiques). Ces agglomérations nouvelles sont le reflet de l’essor général qui se produit alors dans la province, plutôt que le résultat de la seule croissance démographique. Largement amorcé aux xie et xiie siècles, le mouvement se poursuit au cours du xiiie siècle, où l’on compte encore une cinquantaine de bourgs nouveaux (c’est-à-dire autant qu’au xiie siècle)2.

  • 3 Cf. L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Caen (...)

4Parmi eux, on distingue traditionnellement les bourgs castraux, construits auprès d’un château, et les bourgs monastiques, installés à proximité d’une abbaye. Certains bourgs disposent à la fois d’un château, d’un établissement religieux, d’un marché et d’une foire. Ils passent alors du statut de bourg rural à celui de ville. De telles réussites sont particulièrement nombreuses au xie siècle en Basse-Normandie. L’exemple le plus éclatant est celui de Caen3. Les autres villes nouvelles de cette époque sont Cherbourg, Valognes, Falaise, Argentan et Alençon (fig. 1).

Fig. 1 – L’origine des villes de Normandie

Fig. 1 – L’origine des villes de             Normandie

5Le mouvement ne va pas s’arrêter là. Beaucoup d’autres bourgs vont grandir et dépasser le statut de simple village pour se hisser à celui de ville, surtout au xiie siècle. Certes, la documentation ne permet pas le plus souvent de connaître les étapes de cette évolution, mais on peut en saisir le résultat, à partir du xiiie siècle. La Normandie se dote alors d’une solide armature urbaine, qui s’organise et se hiérarchise pour aboutir à la constitution d’un réseau urbain.

6Pour éclairer la formation de ce réseau urbain, il faut repérer toutes les villes, et même les plus petites, comprendre les relations qu’elles pouvaient entretenir les unes avec les autres, se faire une idée de leur importance relative, et donc de leur population. Rechercher le nombre d’habitants des villes est une entreprise difficile au Moyen Âge, en tout cas avant le xive ou le xve siècle. Il est nécessaire de recourir à des méthodes d’investigation indirectes. La première consiste à examiner les structures administratives qui se mettent en place dans la province au cours des xie et xiie siècles. On trouve, en Normandie comme ailleurs, deux administrations distinctes, celle du pouvoir laïc (ducal puis royal) et celle de l’Église.

Les chefs-lieux de diocèse et d’archidiaconé

7Les structures ecclésiastiques se sont forgées à partir des divisions administratives antiques.

8L’échelon supérieur est celui du diocèse. Les sept diocèses correspondent aux « cités » de la province romaine du Bas-Empire. Remarquons que les villes épiscopales, capitales religieuses, n’ont pas toujours conservé leur rang sur le plan économique et démographique. Bayeux a été supplantée par Caen et Sées par Alençon, dans le courant du xiie siècle. Rouen, au contraire, mais aussi Évreux, Coutances et Avranches, sont demeurées les premières villes de leurs diocèses.

9L’échelon inférieur est celui des paroisses, créées progressivement, du vie au xiie siècle. Seules les paroisses urbaines se mettent en place au cours du xiiie siècle.

  • 4 Pouillés de la province de Rouen, A. Longnon (éd.), Paris, Imprimerie nationale – Klincks (...)

10Entre diocèses et paroisses apparaissent des structures intermédiaires, les seules qui nous intéressent ici. Nous les connaissons grâce aux pouillés rédigés au xiiie ou au xive siècle4. Les paroisses ont été regroupées en doyennés, eux-mêmes inclus dans les archidiaconés. Chaque archidiaconé et chaque doyenné a son siège dans un chef-lieu, choisi en fonction de son importance. À travers le réseau de l’administration ecclésiastique, nous avons donc une image du maillage urbain de la province, tel qu’il s’était constitué vers le xiie siècle (fig. 2).

Fig. 2 – La Normandie ecclésiastique aux xiiie et xive siècles

Fig. 2 – La Normandie ecclésiastique             aux xiiie et xive siècles

11Les archidiaconés sont des subdivisions du diocèse, de taille grossièrement équivalente. Ils sont désignés, soit par le nom d’un « pays », soit par le nom d’une localité. Dans ce dernier cas, on peut supposer que la localité en question était considérée comme une ville dès le xiie siècle.

  • 5 Cf. V. Tabbagh, « Diocèse de Rouen », in Fasti Ecclesiae Gallicanae, t. II, Turnhout, Bre (...)

12Dans le diocèse de Rouen, outre l’archidiaconé du siège archiépiscopal, seul celui d’Eu portait le nom d’une ville (qui était aussi la capitale d’un comté). Peut-être aucune ville notable n’émergeait-elle dans les autres archidiaconés (Grand et Petit Caux, Vexin normand et Vexin français). La capitale de l’archidiaconé du Vexin français était Pontoise, située en dehors de la Normandie5.

13Le diocèse d’Évreux comptait trois archidiaconés. Deux d’entre eux, ceux d’Évreux et du Neubourg, portaient le nom d’une ville. Le troisième, l’archidiaconé d’Ouche, regroupait la partie du pays d’Ouche comprise dans le diocèse.

  • 6 Cf. F. Neveux, Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, (...)

14Le reste du pays d’Ouche se trouvait dans le sud du diocèse voisin de Lisieux, où il formait l’archidiaconé de Gacé. Celui-ci était désigné par le nom de sa principale localité, tout comme celui de Pont-Audemer, au nord du même diocèse. Les deux autres archidiaconés du diocèse portaient le nom de deux « pays », situés de part et d’autre de la Touques : le pays d’Auge, à l’ouest, et le Lieuvin, à l’est. Leur capitale commune était la ville épiscopale de Lisieux6.

15Le diocèse de Bayeux comprenait les archidiaconés de Bayeux et de Caen, assurément les deux villes du diocèse, puis ceux des Veys et de l’Hiémois. Ce dernier « pays » était divisé entre les diocèses de Bayeux et de Sées.

16Le diocèse de Sées comprenait aussi son archidiaconé d’Hiémois, mais celui-ci était souvent désigné par le nom de sa capitale, la ville d’Exmes. Dans ce diocèse, trois archidiaconés étaient donc désignés par le nom d’une ville : Sées, Exmes et Bellême. Les deux derniers portaient le nom d’un pays : le vaste Houlme au nord-ouest et le petit Corbonnais, au sud-est.

17Dans le diocèse de Coutances, seule la ville épiscopale donnait son nom à un archidiaconé. Les autres étaient appelés Cotentin, Bauptois et Val de Vire.

18De même, le petit diocèse d’Avranches ne possédait que deux archidiaconés : celui d’Avranches et celui du Val de Mortain.

19Les archidiaconés sont eux-mêmes divisés en doyennés. Or les chefs-lieux de doyenné tendent aussi à émerger du lot commun des paroisses rurales. Ils semblent déjà dotés de certains caractères urbains. L’institution trouve ses origines à l’époque carolingienne, mais on n’en a guère d’attestation dans la province avant le xiiie ou le xive siècle. Bon nombre de sièges de doyenné sont situés dans des localités qui n’existaient pas avant le xie siècle : les doyennés normands se sont donc mis en place au cours des xie et xiie siècles. Les doyennés regroupent un nombre très variable de paroisses. Si celui de la Chrétienté d’Avranches (le plus petit) ne compte que 9 paroisses, celui d’Exmes en comprend 64 et celui de Conches 70. Dans ces deux exemples, il s’agit de régions faiblement urbanisées des diocèses de Sées et d’Évreux. On a donc regroupé les paroisses rurales autour des seules villes de la région.

20Les structures ecclésiastiques, stabilisées vers le xiiie siècle, nous fournissent donc une première mesure de la densité urbaine en Normandie et de l’interconnexion des villes. Elles permettent de distinguer trois niveaux : villes épiscopales, chefs-lieux d’archidiaconé et de doyennés. Elles indiquent aussi, par défaut, les zones peu urbanisées, dont les archidiaconés sont souvent désignés par le nom d’un pays, et non par celui d’une ville. Ces indications sont cependant trop partielles et ne reflètent qu’incomplètement l’essor urbain qui a marqué la province au xiie et au xiiie siècle. Les structures ecclésiastiques ont tendance à se figer : elles peuvent traduire une situation ancienne, qui ne correspond plus à la réalité du xiiie et a fortiori du xive siècle. C’est pourquoi il est intéressant de croiser ces données avec celles qui proviennent de l’administration laïque.

Les chefs-lieux administratifs

21Avant 1204, sous les Plantagenêts, l’administration de la Normandie était déjà fort bien organisée. Les vicomtés étaient de vieilles circonscriptions, regroupées depuis peu au sein de vastes bailliages. Dès les années 1190, le roi de France, Philippe Auguste, avait repris à son compte ces rouages pour les appliquer au domaine royal. Maître de la Normandie après 1204, il ne remit évidemment pas en cause un système qui fonctionnait de façon très satisfaisante pour l’époque. La plupart des sièges de bailliage et de vicomté furent pourvus par de nouveaux administrateurs, souvent venus de l’ancien domaine royal (du moins pour les baillis). Dans l’ensemble, l’ancienne géographie administrative fut respectée, mais on observe quelques modifications intéressantes du point de vue de l’histoire urbaine. Les circonscriptions laïques sont beaucoup moins figées que les circonscriptions ecclésiastiques. Les nouveaux chefs-lieux furent établis dans des localités qui avaient pris de l’importance. Il est donc probable que les choix opérés alors reflètent bien la réalité de l’évolution urbaine au xiiie et au xive siècle.

  • 7 A. Vallez, « Les possessions de Charles de Navarre en Normandie », in Atlas historique de (...)
  • 8 Cf. L. Delisle, « Chronologie des baillis et des sénéchaux. Baillis de Normandi (...)
  • 9 Cf. A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon (1269-1380). Essai de géographie hist (...)

22Au sommet de la hiérarchie administrative, on trouve les sièges de bailliages (fig. 3). Dans les années suivant la conquête, on note un certain flottement. Deux bailliages, ceux de Rouen et de Caen, avaient des capitales stables et incontestées. Le bailliage de Cotentin avait son siège à Coutances, mais ne portait pas le nom de la cité, sans doute trop modeste. Le bailliage de Gisors était établi dans cette localité frontalière, dont Philippe Auguste avait déjà pris le contrôle avant la conquête. Gisors restait avant tout une forteresse et les baillis jouaient un rôle militaire autant que politique. Un bailliage fut installé à Verneuil, sans doute parce que la ville d’Évreux était la capitale d’un comté. Le comté d’Évreux demeura pourtant sans titulaire jusqu’à sa reconstitution en tant qu’apanage, en 13087, au profit de Louis, frère de Philippe le Bel. Verneuil conserva un bailli pendant tout le xiiie siècle, jusqu’en 13028. La ville fut par la suite intégrée dans le comté d’Alençon (en 1334)9.

Fig. 3 – Les bailliages de Normandie

Fig. 3 – Les bailliages de             Normandie
  • 10 Cf. L. Delisle, « Chronologie des baillis… », p. 144-146.

23Outre Rouen et Coutances, deux autres villes épiscopales furent d’éphémères sièges de bailliages. Le bailliage de Bayeux exista de 1206 à 1226, puis de 1248 à 125210. Son premier titulaire, Renaud de Ville-Thierry, cumula d’ailleurs ses fonctions avec celles de bailli d’Avranches, tout aussi peu durables. Bayeux et Avranches furent sans doute jugées trop peu importantes pour demeurer sièges de bailliage. Le territoire d’Avranches fut rattaché à Coutances et celui de Bayeux à Caen.

  • 11 A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon… », p. 11-28.

24De la même façon, la ville de Sées ne reçut jamais de bailli. La principale ville du diocèse de Sées, Alençon, ne fut pas elle non plus siège de bailliage, car elle était la capitale d’un comté, qui fut cédé en apanage en 1269 au fils de Saint Louis, Pierre11.

  • 12 Cartulaire de l’évêché de Lisieux, f o 1 (conservé à la Médiathèque municipale de Lisieux (...)
  • 13 Archives nationales, J 219, no 1 (octobre 1204). Cf. F. Neveux, Bayeux et Lisieux…, p. 43 (...)
  • 14 Cartulaire de l’évêché de Lisieux, f o 6-7. Cf. F. Neveux, Bayeux et Lisieux…, (...)

25La cité épiscopale de Lisieux, enfin, ne devint pas plus chef-lieu de bailliage, ou même de vicomté. En 1199, Jean sans Terre avait dû admettre que l’évêque en était le seigneur temporel, autant que spirituel12. En 1204, l’évêque se plaignit à Philippe Auguste des atteintes portées par ses agents « aux libertés de notre cité et banlieue »13. Il fut entendu, sans aucun doute, et le roi de France dut accepter de confirmer ce privilège, unique en Normandie. La juridiction temporelle de l’évêque était certes limitée : elle s’étendait à la ville elle-même ainsi qu’à sept ou huit paroisses de la banlieue. Plus tard, au xve siècle, l’évêque s’arrogea le titre de « comte de Lisieux », qui ne fut jamais reconnu par le pouvoir royal14.

  • 15 Arques-la-Bataille, canton de Dieppe, Seine-Maritime.
  • 16 Caudebec-en-Caux, chef-lieu de canton de la Seine-Maritime. Cf. A. Hellot, Essai sur les (...)

26Le bailliage de Caux semble avoir regroupé au xiiie siècle des territoires essentiellement ruraux. Les quelques villes de la région étaient situées sur les marges (vallée de la Seine, côte de la Manche ou frontière de la Bresle). On semble avoir eu quelque mal à lui trouver une capitale. Au début, les baillis paraissent avoir surtout résidé à Arques15, qui restait avant tout une forteresse. Le siège du bailliage finit par être fixé à Caudebec-en-Caux16, sur la Seine. Tout près d’Arques, Longueville fut la capitale d’un comté qui appartint à Enguerran de Marigny, fidèle de Philippe le Bel, jusqu’à son exécution, en 1315.

  • 17 Cf. L. Delisle, « Chronologie des baillis… », p. 130-133. Cf. également J. W. Baldwin, Ph (...)

27Un dernier bailliage, celui de Pont-Audemer, connut lui aussi une existence éphémère. Il avait été créé sur mesure par Philippe Auguste pour récompenser le routier Cadoc des services rendus au cours de la conquête. Il fut réuni au bailliage de Rouen en 1219, après l’arrestation de Cadoc pour malversations17. Le choix de Pont-Audemer comme siège de bailliage était cependant une reconnaissance du degré de développement de la ville.

28Les vicomtés formaient depuis le xie siècle l’armature principale de l’administration ducale, mais elles étaient désormais de simples subdivisions des bailliages. Le roi de France les conserva, en général dans les mêmes sièges. On peut noter cependant quelques changements significatifs (fig. 4).

Fig. 4 – Les chefs-lieux administratifs aux xiiie et xive siècles

Fig. 4 – Les chefs-lieux administratifs             aux xiiie et xive siècles
  • 18 Les sièges de bailliages demeuraient en effet des sièges de vicomté.
  • 19 A. Vallez, « Les possessions de Charles de Navarre en Normandie ».
  • 20 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873, rééd (...)

29En Normandie orientale, le bailliage de Caux comptait trois vicomtés royales, celles d’Arques, de Montivilliers et de Caudebec. Le bailliage de Rouen comprenait les trois vicomtés de Pont-Audemer, Beaumont-le-Roger et Rouen18. Du bailliage de Verneuil dépendaient les vicomtés de Conches et de Breteuil. Le territoire du diocèse de Lisieux (hors la cité épiscopale et sa banlieue) était réparti entre deux vicomtés : la vicomté d’Auge à l’ouest de la Touques, et celle d’Orbec à l’est. Au cours du xiiie siècle, Beaumont-le-Roger fut érigé en comté et cédé en apanage à Robert d’Artois, frère de Saint Louis19. Ce comté inclut alors les vicomtés de Conches et d’Orbec. Quant à la vicomté d’Auge, son siège se trouvait à Pont-l’Évêque, et elle s’étendait vers le nord-est au-delà de la Touques, jusqu’à Honfleur20.

30En Normandie occidentale, le bailliage de Caen comprenait les vicomtés de Caen, Bayeux, Falaise et Vire. Le bailliage de Cotentin était réparti entre les vicomtés de Coutances, Carentan et Valognes, dans le diocèse de Coutances, auxquelles il faut ajouter la vicomté d’Avranches.

  • 21 Cf. J. W. Baldwin, Philippe Auguste…, p. 263 et 617-618, note 156.
  • 22 G. Louise, « Domfront au XIIIe siècle », Le Pays bas-normand, no 198, 1990, p. 24 ; J.-P. Cormier, (...)
  • 23 A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon… », p. 11-28.

31Les frontières méridionales ou orientales de la province étaient occupées par des comtés ou des châtellenies souvent constitués depuis l’époque ducale. Ces terres avaient pour chefs-lieux des villes fortifiées, elles-mêmes protégées par de puissants châteaux. Après 1204, ces frontières n’étaient plus menacées et ces fiefs furent souvent cédés par le roi en apanage à des princes de la famille royale : les comtés d’Eu, d’Aumale et de Mortain à Philippe Hurepel (fils de Philippe Auguste et d’Agnès de Méran), jusqu’à sa mort en 123421, la châtellenie de Domfront à Robert d’Artois (frère de Saint Louis) et à ses descendants jusqu’en 134322, le comté d’Alençon et celui du Perche à Pierre, fils de Saint Louis, de 1269 à sa mort, en 128323.

  • 24 Ibid., p. 11-28 et 42-43.
  • 25 Jeanne d’Évreux, fille de Louis, comte d’Évreux, épousa le roi Charles IV en 1325 et fut (...)
  • 26 A. Vallez, « Les possessions du duc d’Orléans en Cotentin », in Atlas historiqu (...)

32Les princes apanagés avaient tendance à administrer leurs terres sur le modèle de l’administration royale. Ainsi apparurent de nouvelles vicomtés. Citons, par exemple, celles d’Alençon et d’Argentan (au xive siècle), dans le comté d’Alençon24. De même, des terres dans le bailliage de Cotentin furent cédées à Blanche et à Marie, filles de Jeanne d’Évreux, reine de France25 (en 1328 et 1338), puis revinrent par mariage à Philippe d’Orléans (en 1344). Tous ces biens constituèrent les deux nouvelles vicomtés de Saint-Sauveur-Lendelin et de Pontorson26.

  • 27 Les réservations royales ont été minutieusement étudiées par Anne Vallez : cf. les référe (...)
  • 28 A. Vallez, « Réservations royales en terre de Navarre », in Atlas historique de Normandie(...)
  • 29 A. Vallez, « En réserve de la royauté : la vicomté de Pont-Authou », Cahier des Annales d (...)

33À l’inverse, le pouvoir royal chercha à limiter les effets négatifs de la politique des apanages en conservant certains biens situés au sein même des terres cédées aux princes27. Ces réservations royales ont parfois suscité, elles aussi, l’apparition de nouveaux chefs-lieux de vicomté. En 1308, lors de la concession du comté d’Évreux à son frère Louis, Philippe le Bel se réserva la juridiction sur l’évêque, le chapitre cathédral et sur tous leurs biens28. En 1354, la vicomté de Pont-Audemer fut encore cédée à Charles de Navarre, comte d’Évreux et successeur de Louis. Mais la même politique aboutit à la constitution d’une nouvelle vicomté, la vicomté de Pont-Authou, qui regroupa toutes les terres réservées au sein de la vicomté de Pont-Audemer29.

  • 30 Dans l’actuel canton de Montfort-sur-Risle, Eure.

34Pont-Authou était situé sur la Risle, à une vingtaine de kilomètres en amont de Pont-Audemer30. Il n’est pas certain que cette localité puisse être considérée comme une véritable ville, car il s’agissait d’une création très politique. Le cas de Pont-Authou semble particulier. Dans l’ensemble, la plupart des sièges de vicomtés normandes, au xiiie et au xive siècle, ont été installés dans des agglomérations d’une certaine importance, qu’on peut considérer comme des villes secondaires.

35Les vicomtés ne représentaient qu’un échelon intermédiaire de la hiérarchie administrative. Elles étaient elles-mêmes subdivisées en sergenteries, comparables pour leur taille aux cantons actuels. Les sergenteries ont été formées au cours du xiiie siècle : elles n’apparaissent en pleine lumière qu’aux xive et xve siècles. Leur délimitation exacte est mal connue. Certaines étaient appelées par le nom de leur titulaire ou par une expression d’ordre géographique. D’autres, de plus en plus nombreuses, étaient désignées par le nom d’un village. Celui-ci faisait figure de petite capitale. Beaucoup de chefs-lieux de sergenterie, tout comme les sièges de doyenné, semblent déjà dotés de quelques caractères urbains. On peut sans doute les placer tout en bas de la hiérarchie des villes, parmi les localités qui forment le premier échelon d’un réseau urbain en formation.

Le réseau urbain normand

  • 31 A. Sadourny, « L’époque communale (1204-début XIVe siècle) », in Histoire de Rouen, M. Mo (...)
  • 32 R. Jouet, « Le temps des guerres et des pestes (début du XIVe siècle-1417) », in Histoire (...)
  • 33 F. Neveux, Bayeux et Lisieux…, p. 377-380 et 431-435.

36Les spécialistes des villes se sont souvent interrogés sur les critères qui permettaient de définir une ville. Avant le xive ou le xve siècle, il est impossible, sauf exception, de mettre en avant le critère du nombre d’habitants, car on l’ignore la plupart du temps. Pour le xiiie siècle, la population de Rouen a été évaluée entre 30 000 et 40 000 habitants31. Il s’agit d’une grande ville à l’échelle médiévale, qui dépasse de loin toutes les autres localités de la province. À la même époque, Caen comptait probablement plus de 10 000 habitants, mais sa population a fortement diminué au cours du xive siècle32. Aux xive et xve siècles, la population de villes comme Bayeux et Lisieux peut être estimée à 3 000 ou 4 000 habitants33. Nous serons donc amenés à considérer comme villes des agglomérations tournant autour de 1 000 habitants, sans qu’il soit possible d’étayer scientifiquement cette évaluation.

37Il faut donc recourir à d’autres éléments d’appréciation : les critères militaire, administratif, religieux et économique. Une localité donnée possède-t-elle un château et une enceinte ? Est-elle chef-lieu de bailliage, de vicomté, voire de sergenterie ? Bénéficie-t-elle d’institutions municipales ? Est-elle siège d’un évêché, d’un archidiaconé ou d’un doyenné ? Comprend-elle une abbaye ou un prieuré ? Dispose-t-elle enfin d’un marché et d’une foire ? Il s’agit là de caractéristiques de la vie urbaine. Ce qui compte, c’est l’addition de ces critères. Les principales villes en cumulent un grand nombre. Leur cas ne pose pas de problème, tout comme celui des villes moyennes, qui en réunissent plusieurs. Il est beaucoup plus difficile, en revanche, de discerner les petites villes, qui se distinguent difficilement des villages environnants. Avec toute la prudence nécessaire, tentons de dresser un inventaire des principales villes de Normandie au xiiie siècle et de leur hiérarchisation (fig. 5).

Fig. 5 – La hiérarchie des villes normandes

Fig. 5 – La hiérarchie des villes             normandes
  • 34 É. Barré, Les Actes se rapportant à la vie maritime dans les registres de l’Échiquier de (...)

38Rouen se trouve incontestablement en tête des villes normandes à cette époque. Métropole ecclésiastique, elle n’est véritablement capitale que d’un point de vue religieux. Sur le plan administratif, la ville n’abrite au xiiie siècle aucune institution centrale régissant l’ensemble de la province. L’Échiquier de Normandie se réunit d’abord à Falaise et à Caen (jusqu’en 1226), puis en alternance à Caen et à Rouen (à partir de 1268), et enfin uniquement à Rouen à partir de 129634. Près d’un siècle après la conquête, Rouen devient la capitale judiciaire et financière de la Normandie. Il n’empêche que sur le plan purement administratif, il n’y a pas de capitale « régionale ». Rouen n’est que siège de bailliage, tout comme Gisors, Verneuil, Coutances et Caen, qui apparaît déjà comme le second pôle urbain de la province.

39Caen est incontestablement la capitale secondaire de la Normandie. Création ducale du xie siècle, elle s’est imposée comme telle au cours du xiie siècle, surtout sous les rois Plantagenêts, grâce à sa situation exceptionnelle sur la route directe conduisant de l’Angleterre à l’Anjou, mais aussi grâce à la puissance de son château, qui abritait le trésor royal. Philippe Auguste, qui se méfiait de Rouen, lui a conservé ce rang. L’ancienne capitale n’en reprit pas moins progressivement la première place, qu’elle devait à sa prépondérance économique et démographique.

  • 35 A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon… », p. 42-43.
  • 36 Concernant les villes moyennes et petites de Haute-Normandie, je m’appuie sur l (...)

40Autour de Rouen et de Caen, s’organise tout un réseau de villes secondaires, qu’on peut qualifier de villes moyennes. Celles-ci ont des statuts et des fonctions diverses. Ce sont les autres sièges de bailliage (Coutances, Gisors et Verneuil), la plupart des autres villes épiscopales (Bayeux, Lisieux et Évreux), quelques capitales de comté (Alençon, et peut-être Eu et Aumale), quelques chefs-lieux de vicomtés organisés en commune (Falaise et Pont-Audemer). En Basse-Normandie, on peut ajouter Saint-Lô, ville fortifiée appartenant aux évêques de Coutances, et Argentan, qui devint au xive siècle une vicomté des comtes d’Alençon35. En Haute-Normandie, mentionnons de même le port d’Harfleur et celui de Dieppe, appartenant aux archevêques de Rouen, tout comme la ville de Louviers. À l’intérieur, on peut enfin signaler Neufchâtel-en-Bray36.

  • 37 Gournay-en-Bray, chef lieu de canton de Seine-Maritime.
  • 38 Pacy-sur-Eure et Nonancourt, chefs-lieux de canton de l’Eure.
  • 39 Moulins-la-Marche et Domfront, chefs-lieux de canton de l’Orne ; Essay, canton du Mêle-su (...)
  • 40 Saint-James, chef-lieu de canton de la Manche.

41Le réseau urbain est complété par un tissu de petites villes. Sur les anciennes frontières de la province, les forteresses ont donné naissance à des bourgs castraux. Au xiiie siècle, ceux-ci se trouvent souvent à la tête de châtellenies. Citons de l’est à l’ouest Gournay-en-Bray37, Pacy-sur-Eure et Nonancourt38, L’Aigle, Moulins-la-Marche, Essay, Domfront39 et Saint-James-de-Beuvron40.

  • 41 A. Vallez, « Les possessions du duc d’Orléans en Cotentin ». Pour la localisati (...)
  • 42 Cf. A. Vallez, « La vicomté de Trun », in Atlas historique de Normandie, t. II.

42À l’intérieur, ces petites villes sont surtout les chefs-lieux de vicomtés ne figurant pas dans la catégorie des villes secondaires. Dans le bailliage de Cotentin, mentionnons Valognes, Carentan et Avranches (également ville épiscopale), auxquelles on peut ajouter au xive siècle Saint-Sauveur-Lendelin et Pontorson (dans le cadre de l’apanage d’Orléans)41. En Normandie centrale, il s’agit surtout de Vire et de Sées (ville épiscopale), puis de Trun42. Plus à l’est, les petites villes situées à la tête d’une vicomté sont Pont-l’Évêque et Orbec (diocèse de Lisieux), Beaumont-le-Roger, Conches et Breteuil (diocèse d’Évreux). Dans ce dernier diocèse, mentionnons encore Elbeuf, Pont-de-l’Arche et Vernon, villes situées sur la vallée de la Seine. Dans le pays de Caux, citons Montivilliers, Arques puis Caudebec, au développement plus tardif. Au rang des petites villes, il faut aussi compter les ports qui ne semblent pas avoir atteint le rang des « villes secondaires » : Cherbourg, Barfleur, Port-en-Bessin, Touques, Fécamp, Saint-Valéry-en-Caux et Le Tréport. Ajoutons enfin des localités notables sur le plan ecclésiastique, sièges d’un archidiaconé (Le Neubourg, Gacé et Exmes), ou d’une grande abbaye (Saint-Pierre-sur-Dives et Bernay).

  • 43 J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale », Anna (...)

43Pour le xiiie siècle, un autre moyen d’appréciation peut être utilisé en vue d’évaluer l’importance relative des villes : l’implantation des couvents mendiants. Cette question a fait l’objet d’une intéressante enquête historique lancée en 1967 par Jacques Le Goff et publiée sous le titre suivant : « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale » (1970)43. Avant l’établissement d’un nouveau couvent, des renseignements étaient pris sur la population et la richesse de la ville, car il fallait éviter la concurrence entre les différents ordres. Les couvents franciscains, comprenant peu de frères, pouvaient s’installer dans de petites villes. Les couvents dominicains, plus importants, nécessitaient une population plus nombreuse (au moins 3 000 habitants). Seules les grandes villes (environ 10 000 habitants) pouvaient accueillir plusieurs couvents de mendiants, deux, trois ou quatre. Cette méthode a souvent été discutée depuis, mais il est intéressant d’en étudier les résultats concernant la Normandie.

44Les deux grandes villes de la province, Rouen et Caen, comptent plusieurs couvents de mendiants, de même que deux villes épiscopales, Bayeux et Évreux. La plupart des autres villes « moyennes », comme Coutances, Lisieux et Argentan, possèdent un seul couvent de mendiant (le plus souvent dominicain). Les petites villes, comme Sées ou Bernay, reçoivent plutôt un couvent franciscain. Cette approche n’entre donc pas en contradiction avec celle que nous avons adoptée, surtout basée sur les structures administratives.

 

45Ainsi se constitue au xiiie siècle un réseau urbain, dont les structures administratives et ecclésiastiques paraissent un reflet assez fidèle. Ce réseau comprend deux grandes villes (Rouen et Caen), une douzaine de villes moyennes et une quarantaine de petites villes, réparties à travers tout le territoire.

46Au niveau inférieur se trouve encore une bonne centaine de gros villages, sièges de doyenné ou de sergenterie, dont certains émergeront à l’avenir en accédant à la vie urbaine : ils rejoindront alors le groupe des petites villes, voire des villes moyennes. Ce réseau urbain est également irrigué par de multiples liens d’ordre économique, en particulier par le tissu des foires et des marchés. Ainsi, on peut considérer que se met en place, au xiiie et au xive siècle, le réseau urbain de l’époque moderne et contemporaine. Sans doute y aura-t-il des échecs et des reclassements, mais aussi des réussites inattendues, dues en particulier aux aléas de la révolution industrielle. On peut constater néanmoins que les « grandes villes » médiévales sont devenues capitales régionales, les villes moyennes chefs-lieux de département ou d’arrondissement. Quant aux sièges de doyenné ou de sergenterie, beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui des chefs-lieux de canton.

Notes

1 Aujourd’hui Vieux, canton d’Évrecy, Calvados. Cf. P. Vipard, La Cité d’Aregenua (Vieux, Calvados), chef-lieu des Viducasses. État des connaissances, Paris, Exé productions, 2002. Cf. également dans cet ouvrage les contributions d’Élizabeth Deniaux (« Les villes romaines et les origines des villes normandes »), et de Pascal Vipard (« Un exemple d’échec urbain en Gaule Lyonnaise : Aregenua, chef-lieu des Viducasses (Vieux, Calvados) »).

2 Cf. L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, t. IX, no 2, 1966, p. 177-208.

3 Cf. L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Caen, La Mandragore, 2000 (notamment p. 27-73).

4 Pouillés de la province de Rouen, A. Longnon (éd.), Paris, Imprimerie nationale – Klincksieck, 1903 : I – Diocèse de Rouen, Pouillé de 1337, p. 1 sq. ; II – Diocèse de Bayeux, Pouillé rédigé vers 1350, p. 93 sq. ; III – Diocèse d’Avranches, Pouillés de 1412 et 1480, p. 159 sq. ; IV – Diocèse d’Évreux, Extrait d’un pouillé rédigé vers 1370, p. 179 sq. ; V – Diocèse de Sées, Comptes de procurations (1369-1372), p. 201 sq., Pouillé rédigé vers 1335, p. 223 sq. ; VI – Diocèse de Lisieux, Pouillé rédigé vers 1350, p. 245 sq. ; VII – Diocèse de Coutances, Pouillé de 1332, p. 269 sq. Cf. également Polyptychum Rotomagensis diœcesis (Pouillé dit « d’Eudes Rigaud »), in Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXIII, Paris, Imprimerie nationale, 1876, p. 228-329.

5 Cf. V. Tabbagh, « Diocèse de Rouen », in Fasti Ecclesiae Gallicanae, t. II, Turnhout, Brepols, 1998. Voir la « Notice institutionnelle », p. 3-15, et en particulier la carte des « principales subdivisions du diocèse de Rouen », p. 4.

6 Cf. F. Neveux, Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Éditions du Lys, 1996. Voir en annexe la carte XXXV « Diocèse de Lisieux ».

7 A. Vallez, « Les possessions de Charles de Navarre en Normandie », in Atlas historique de Normandie, t. II, Caen, CRHQ – CEN, 1972-1993. La création de l’apanage est souvent datée de 1298. En réalité, à cette date Louis, frère de Philippe le Bel, reçut la donation de 15 000 livres de rentes. C’est seulement en avril 1308 que cette donation donna lieu à la constitution d’un apanage formé par la cité, prévôté et châtellenie d’Évreux (érigée en comté en faveur de Louis), pour une valeur de 6 199 livres de revenu.

8 Cf. L. Delisle, « Chronologie des baillis et des sénéchaux. Baillis de Normandie », in Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXIV, 1re partie, Paris, Imprimerie nationale, 1904, p. 97-157 (p. 130). D’après Léopold Delisle, la charge de bailli de Verneuil semble alors avoir été réunie à celle des baillis de Gisors.

9 Cf. A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon (1269-1380). Essai de géographie historique », Annales de Normandie, no 1, mars 1972, p. 11-45 (p. 31 et note 76).

10 Cf. L. Delisle, « Chronologie des baillis… », p. 144-146.

11 A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon… », p. 11-28.

12 Cartulaire de l’évêché de Lisieux, f o 1 (conservé à la Médiathèque municipale de Lisieux). Cf. F. Neveux, Bayeux et Lisieux…, p. 202.

13 Archives nationales, J 219, no 1 (octobre 1204). Cf. F. Neveux, Bayeux et Lisieux…, p. 438.

14 Cartulaire de l’évêché de Lisieux, f o 6-7. Cf. F. Neveux, Bayeux et Lisieux…, p. 203.

15 Arques-la-Bataille, canton de Dieppe, Seine-Maritime.

16 Caudebec-en-Caux, chef-lieu de canton de la Seine-Maritime. Cf. A. Hellot, Essai sur les baillis de Caux de 1204 à 1789, avec documents inédits à l’appui, Paris, E. Dumont, 1895.

17 Cf. L. Delisle, « Chronologie des baillis… », p. 130-133. Cf. également J. W. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement, Paris, Fayard, 1991, p. 288-289.

18 Les sièges de bailliages demeuraient en effet des sièges de vicomté.

19 A. Vallez, « Les possessions de Charles de Navarre en Normandie ».

20 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873, rééd. Brionne, Le Portulan, 1971, t. I, p. 2.

21 Cf. J. W. Baldwin, Philippe Auguste…, p. 263 et 617-618, note 156.

22 G. Louise, « Domfront au XIIIe siècle », Le Pays bas-normand, no 198, 1990, p. 24 ; J.-P. Cormier, « Autour de Robert III d’Artois, seigneur de Domfront : le Domfrontais dans le premier tiers du XIVe siècle », Le Domfrontais médiéval, 13, p. 19-30 (p. 19). Précisons que la châtellenie de Domfront fut rattachée au comté d’Alençon en 1343, à la mort de Robert III : cf. A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon… », p. 33-34.

23 A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon… », p. 11-28.

24 Ibid., p. 11-28 et 42-43.

25 Jeanne d’Évreux, fille de Louis, comte d’Évreux, épousa le roi Charles IV en 1325 et fut veuve en 1328. Elle mourut en 1371. Jeanne était la sœur de Philippe, comte d’Évreux, et la tante de Charles de Navarre.

26 A. Vallez, « Les possessions du duc d’Orléans en Cotentin », in Atlas historique de Normandie, t. II. Saint-Sauveur-Lendelin et Pontorson, chefs-lieux de canton de la Manche.

27 Les réservations royales ont été minutieusement étudiées par Anne Vallez : cf. les références données aux notes suivantes.

28 A. Vallez, « Réservations royales en terre de Navarre », in Atlas historique de Normandie, t. II.

29 A. Vallez, « En réserve de la royauté : la vicomté de Pont-Authou », Cahier des Annales de Normandie, no 23, 1990, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, p. 393-402.

30 Dans l’actuel canton de Montfort-sur-Risle, Eure.

31 A. Sadourny, « L’époque communale (1204-début XIVe siècle) », in Histoire de Rouen, M. Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 79.

32 R. Jouet, « Le temps des guerres et des pestes (début du XIVe siècle-1417) », in Histoire de Caen, G. Désert (dir.), Toulouse, Privat, 1981, p. 76-79. Roger Jouet évalue la population de Caen à 8 500 habitants, d’après le rôle du fouage de 1365. Cf. également L. Jean-Marie, « La population de Caen, XIe-XIVe siècles », Annales de Normandie, no 2, mai 1999, p. 115-142. Laurence Jean-Marie estime que la population de Caen dépassait certainement les 10 000 habitants au tournant des XIIe et XIIIe siècles et qu’elle s’est maintenue à un niveau élevé jusqu’au début du XIVe siècle. Caen se serait alors située dans un groupe de villes du royaume comptant entre 8 000 et 15 000 habitants (Châlons, Troyes, Amiens, Reims et Beauvais). En revanche, aux pires heures du XIVe siècle, la population de Caen pourrait être descendue jusqu’à 5 000 habitants, pour remonter à 6 500-7 000 habitants à la fin du siècle.

33 F. Neveux, Bayeux et Lisieux…, p. 377-380 et 431-435.

34 É. Barré, Les Actes se rapportant à la vie maritime dans les registres de l’Échiquier de Normandie conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime, thèse d’histoire, Université de Caen, 2004 (dactyl.), t. 4, p. 612-621 (Annexe 1 : « Sessions de l’Échiquier de Normandie des origines à 1497 »).

35 A. Vallez, « La construction du comté d’Alençon… », p. 42-43.

36 Concernant les villes moyennes et petites de Haute-Normandie, je m’appuie sur les travaux de Bruno Sintic. Cf. sa contribution à cet ouvrage : « Les élites sociales et politiques dans les petites villes de Normandie orientale (1450-1540) ». Son étude concerne en particulier quatre villes (Pont-Audemer, Harfleur, Louviers et Neufchâtel), qu’il considère comme des villes « secondaires ».

37 Gournay-en-Bray, chef lieu de canton de Seine-Maritime.

38 Pacy-sur-Eure et Nonancourt, chefs-lieux de canton de l’Eure.

39 Moulins-la-Marche et Domfront, chefs-lieux de canton de l’Orne ; Essay, canton du Mêle-sur-Sarthe, Orne.

40 Saint-James, chef-lieu de canton de la Manche.

41 A. Vallez, « Les possessions du duc d’Orléans en Cotentin ». Pour la localisation de ces villes, cf. supra.

42 Cf. A. Vallez, « La vicomté de Trun », in Atlas historique de Normandie, t. II.

43 J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale », Annales ESC, no 2, juillet-août 1970, p. 924-946.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’origine des villes de Normandie
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 2 – La Normandie ecclésiastique aux xiiie et xive siècles
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Fig. 3 – Les bailliages de Normandie
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 4 – Les chefs-lieux administratifs aux xiiie et xive siècles
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 5 – La hiérarchie des villes normandes
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 387k

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540