Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Histoire des villes normandes, des origines gallo-romaines à la fin du Moyen Âge

Un exemple d’échec urbain en Gaule Lyonnaise : Aregenua, chef-lieu des Viducasses (Vieux, Calvados)

Pascal Vipard

Texte intégral

  • 1 Elles ont récemment fait l’objet d’un colloque tenu à Tours les 6-8 mars 2003 : Capitales é (...)

1Aregenua (aux ier et iie siècles) ou Civitas Viducassium (aux iiie et ive siècles), aujourd’hui Vieux (Calvados), modeste village situé à 10 km au sud-ouest de Caen, appartient à la catégorie des villes romaines de Gaule qui ont perdu leur statut de capitale au Bas-Empire1 et présente en outre la particularité de n’avoir conservé aucune structure topographique ou architecturale qui aurait pu lui permettre de continuer à jouer un rôle d’agglomération urbaine au Moyen Âge.

  • 2 Pour tous les points concernant Vieux à l’époque antique qui ne sont pas développés dans ce (...)

2Grâce aux recherches dont elle fait l’objet depuis la fin du xviie siècle, mais surtout depuis la fin des années 1980 sous l’égide du Conseil général du Calvados, elle est la ville bas-normande dont on commence à connaître le mieux l’histoire2. Si sa naissance et son développement suivent un schéma globalement semblable à celui de ses voisines et, plus généralement, de la plupart de ses homologues des Trois Gaules, son évolution tardive présente en revanche quelques particularités. Un certain nombre d’acquis récents permet, en effet, de commencer à mieux cerner les causes et les étapes de son déclin et de sa disparition.

Naissance et développement d’Aregenua (fig. 1)

Fig. 1 – Plan sommaire de Vieux aux époques romaine et franque

Fig. 1 – Plan sommaire de Vieux aux             époques romaine et franque
  • 3 On trouvera un essai de synthèse sur le territoire de la civitas des Viducasses dans (...)

3Malgré son nom purement gaulois, tout indique pour l’instant qu’Aregenua, chef-lieu de cité des Viducasses3, est une création romaine d’époque augustéenne, liée à des nécessités administratives. On ignore les raisons qui ont motivé le choix de ce site ; tout au plus peut-on supposer que la proximité du sanctuaire indigène de Baron-sur-Odon, situé à 2,5 km à l’ouest, n’y a pas été étrangère. Jusqu’à l’époque claudienne et même jusqu’à la fin du ier siècle, les traces matérielles restent peu abondantes. On retiendra toutefois que, dès les premiers temps, existait une trame d’implantation orthogonale qui n’allait jamais plus varier. Dans le domaine architectural, les premières traces d’une réelle phase de monumentalisation ne sont actuellement pas décelables avant l’époque hadrianique, sans doute dans les années 120-140. On observe alors les premières traces architecturalement détectables d’un net essor urbain : construction en pierre maçonnée notamment, réfections et créations de rues, édification d’un grand bâtiment public de l’est du Champ des Crêtes et peut-être aussi d’un théâtre, hausse significative de la qualité des constructions domestiques, parallèlement à l’apparition des premiers signes tangibles de luxe (pavages notamment). Tout au long du iie siècle, se produisit une dilatation des limites urbaines (création d’un faubourg occidental, recouvrement des carrières nord) et l’apogée architectural et monumental se situe au tournant des iie et iiie siècles et dans le premier quart du iiie siècle. Le témoignage le plus éclatant en est la réalisation des thermes du sud, offerts par les Sennii. Cette période est surtout décelable à travers les programmes décoratifs (peintures, mosaïques ou opus sectile, sculptures) constatés aussi bien dans les bâtiments publics que domestiques. La ville couvrait alors environ 35 hectares (avec des espaces peu ou non bâtis) et sa population pourrait avoir approché les 5 000 habitants, chiffre qui ne constitue bien évidemment qu’un ordre d’idée.

  • 4 Voir notamment l’exposé d’É. Deniaux, « Viducasses et Unelles. Recherches sur la (...)

4À cette acmé architecturale a également correspondu une acmé civique puisqu’il semble désormais ne plus faire de doute qu’Aregenua a bénéficié à cette époque de deux privilèges importants4 : d’une part l’immunitas (la Civitas Viducassium est en effet libera), qui la dispensait de l’acquittement du tributum soli, l’impôt foncier dû par les cités qui ne bénéficiaient pas du jus italicum, d’autre part de l’octroi du droit latin (la cité est colonia, ce qui, en Gaule, semble avoir correspondu à un statut de municipe de droit latin). Comme la petite dizaine d’autres coloniae et les trois autres civitates liberae attestées dans les Trois Gaules, Aregenua a donc vraisemblablement connu pendant une certaine période de son histoire un statut privilégié qui, en l’état actuel des connaissances, pourrait lui avoir conféré une place éminente par rapport à ses modestes voisines. Cette promotion juridique montre, en tout cas, qu’Aregenua devait avoir atteint un niveau d’organisation et de romanisation jugé suffisant pour accéder à ce nouveau statut et illustre parfaitement la réussite de la romanisation par le biais de la civilisation urbaine.

5Toutefois, cette période de floruit a été extrêmement brève : des derniers Antonins à l’époque des Sévères, voire jusqu’aux Gordiens (c’est-à-dire durant le dernier tiers du iie siècle et le premier, voire le deuxième quart du iiie siècle).

Déclin de la Civitas Viducassium et perte officielle de son statut urbain

6Dès la première moitié du iiie siècle, et sans doute plus précisément dans le deuxième quart, l’amorce du déclin commença à se manifester par un arrêt apparent des constructions nouvelles traduisant une absence de vitalité édilitaire (ralentissement ou arrêt des évergésies, du fait, entre autres, de l’essoufflement financier de la classe décurionale), selon un schéma commun à la plupart des villes de Gaule du Nord (et même du reste de l’Empire). À ce moment, les bâtiments officiels comme les demeures paraissent figés dans leurs acquis et l’on peut sans doute interpréter comme le début d’un déclin démographique les arrêts d’occupation constatés en divers endroits de la ville.

7On possède peu de matériel de cette période, mais suffisamment toutefois pour savoir que l’occupation et la vie civile suivaient leur cours, comme l’atteste, par exemple, la dédicace, vraisemblablement entre 263 et 267, d’un autel à Mars sur lequel la mention – rarissime – de deux consuls de Postume fournit, en outre, un témoignage concret du rattachement des Viducasses à l’Empire gaulois (CIL, XIII, 3 170).

  • 5 P. Vipard, « Les restes de l’atelier de tabletterie de la domus à la cour en U (...)

8L’abandon de certains bâtiments ou secteurs d’habitat se poursuivit pendant la seconde moitié du iiie siècle. On notera toutefois que dans le troisième quart du iiie siècle, voire un peu plus tard, un atelier urbain de tabletier, susceptible d’alimenter un marché important, produisait encore des objets d’excellente qualité5, et que, si une baisse qualitative du niveau de vie se constate sur un site domestique aussi riche que celui du « Bas de Vieux », il n’en restait cependant pas moins relativement élevé (mosaïque, verreries…). Il semble traduire une volonté de conserver un certain standing, au moins jusque vers la fin du iiie siècle ou au début du ive siècle, moment où l’on constate effectivement l’installation d’une occupation radicalement différente et très nettement plus modeste.

  • 6 R.-N. Sauvage, « [La ruine d’Aregenua Viducassium] », Bulletin de la Société des antiquai (...)

9Comme partout en Gaule, on constate donc bien, dans le dernier tiers ou quart du iiie siècle, une importante désorganisation, mais sans qu’on soit capable de bien en mesurer la nature ni l’importance exactes. Il ne faut cependant pas conclure, comme on l’a longtemps cru, sous l’influence des sources littéraires et d’après une interprétation sommaire des monnaies retrouvées (les antoniniani radiés et leurs imitations ont continué à courir durant le ive siècle), à une disparition quasi totale de la ville et de presque tous ses occupants vers 2766. Des découvertes des quinze dernières années, la réinterprétation d’observations anciennes et, surtout, une réflexion globale tenant compte de toutes les informations connues sur la cité, ont permis de mettre en évidence et de proposer une succession des faits quelque peu différente.

  • 7 S. Lepetz, J.-H. Yvinec, avec la collaboration de N. Desse-Berset, « L’élevage (...)

10On dispose, en effet, désormais d’un faisceau d’indices matériels suffisant pour attester l’existence, non seulement d’habitants – dont on ne possède, il est vrai, ni les restes (nécropoles), ni les habitations – mais également d’un pouvoir municipal à l’extrême fin du iiie siècle et dans le premier tiers du ive siècle au moins. Ces traces concernent surtout la voirie : recharge de la chaussée du decumanus K (au plus tôt dans le dernier quart du iiie siècle) dans un secteur a priori abandonné ou en cours d’abandon, pose d’une borne milliaire de Constance ou Constantin entre 305 et 312-337 (AE, 1979, 410) et percement, sans doute dans le second quart du ive siècle, du cardo Q à travers tout un quartier ruiné (fig. 2), mais en épargnant les monuments et les équipements publics. Ces deux derniers cas portent la marque d’une intervention officielle. Par rapport aux voies antérieures, les nouvelles ne semblent pas avoir été dotées d’égouts ni de trottoirs. Il faut également ajouter au dossier le fanum du site du Musée archéologique, en bordure du cardo F, édifié ou reconstruit sur un remblai datant au plus tôt du dernier quart du iiie siècle. En milieu urbain, ce type de monument religieux, également attesté dans des villes importantes comme Vienne, Saintes ou Autun, peut être considéré comme un signe du déclin du niveau de vie, mais également comme un indice du maintien de structures civiles et religieuses nécessaires à l’encadrement et aux besoins spirituels d’une population. On notera également qu’en l’absence matérielle de constructions aisées de cette époque (pour l’instant au moins), l’archéozoologie vient néanmoins administrer une preuve supplémentaire du maintien d’un niveau de vie de qualité sur le site, en mettant en évidence la présence d’une activité bouchère où le bœuf (aliment des classes aisées), qui constitue près de la moitié des restes animaux, l’emporte toujours nettement sur le porc et a même vu sa part croître en pourcentage dans la consommation7.

Fig. 2 – Évocation des ruines du quartier du « Bas de Vieux » vers le milieu du ive siècle apr. J.-C.

Fig. 2 – Évocation des ruines du             quartier du « Bas de Vieux » vers le milieu du ive siècle apr. J.-C.

[dessin L. Verrier – P. Vipard]

  • 8 Régionalement, des traces récentes – et encore inédites – en ont été mises au jour à (...)

11Toutes ces constatations récentes ne paraissent pas pouvoir être interprétées comme autre chose que le signe d’un certain dynamisme urbain8 – certes modeste – et comme la poursuite de la vie dans un cadre urbain accusant un net déclin qualitatif. Le cas de Vieux ne diffère finalement donc guère du cas général qui montre un net dépérissement des villes de Gaule dans la seconde moitié du iiie siècle, suivi d’un rétablissement urbain vers 289-325, coïncidant avec le rétablissement de la puissance de Rome dans l’Empire et d’une sécurité relative.

12Paradoxalement c’est ce constat qui est étonnant, parce qu’il semble en effet que c’est également à cette époque qu’est intervenu un événement capital pour l’histoire de Vieux, à savoir sa déchéance administrative, plus précisément la perte de son statut de capitale.

  • 9 Pour le détail de ces problèmes, voir l’introduction de P. Vipard à Inscriptions latines (...)
  • 10 N. Gauthier, « De Ratumagus à Rouen », in Histoire et numismatique en Haute-Normandie, N. (...)

13La géographie ecclésiastique médiévale conserve, en effet, la trace de l’absorption par les Bajocasses du territoire des Viducasses (fig. 3) qui correspond globalement à la partie orientale du diocèse de Bayeux9. La perte du rang de cité n’est réellement attestée par les sources écrites que vers 400, puisque la ville n’apparaît plus ni dans la Notitia Dignitatum (entre 379 et 406-408, avec quelques additions vers 425), ni dans la Notitia Galliarum. La présence d’« Araegenue », encore figurée sous la forme de deux tours accolées vues de face (fréquemment utilisée pour désigner des villes-capitales) sur la Table de Peutinger, copie d’une compilation tardive d’un document original d’époque sévérienne, partiellement corrigé jusqu’en 337-338 au moins, ne constitue pas une preuve de l’existence de Vieux en tant que capitale à cette date, voire de sa prééminence sur Bayeux (fig. 4). L’attribution des symboles y est, en effet, trop peu rigoureuse pour que l’on puisse se servir de ce document (par exemple, celui de Bayeux manque ; quant à la cité de Lisieux, elle est purement et simplement oubliée). On peut raisonnablement supposer que le fait est plus ancien et remonte vraisemblablement à la réforme administrative de Dioclétien instituant les diocèses en 297 et sans doute achevée vers 312-313 qui, si elle est bien connue dans ses grandes lignes, l’est nettement moins dans ses détails. La mise en place, sans doute plus tardive, du tractus Armoricanus pourrait également avoir joué un rôle non négligeable dans le sort de Vieux. Bien qu’on ne sache pas si Bayeux, siège d’un commandement militaire au Bas-Empire, a été préférée pour son intérêt stratégique supérieur à celui de sa voisine, on peut soupçonner que des raisons militaires ne sont sans doute pas étrangères au phénomène assez peu fréquent de fusion de cités qui n’a apparemment touché que la Lyonnaise Seconde à cette époque. L’autre cas gaulois attesté concerne les Calètes et les Véliocasses, regroupés en une seule Civitas Rotomagensium avant 314, moment où cette appellation est attestée pour la première fois au concile d’Arles10. Les deux cas divergent cependant par un certain nombre de points (présence ou non d’un castrum ou persistance ou non d’un habitat aristocratique notamment) qui trouvent tous des explications satisfaisantes. Si l’on admet la possibilité d’une simultanéité des changements administratifs intervenus dans les différentes cités de Lyonnaise Seconde, on peut donc envisager la fusion de deux petites cités bas-normandes sous la direction d’une seule (en l’occurrence la moins étendue des deux), sans doute dans un but d’efficacité administrative, au début du ive siècle.

Fig. 3 – Les civitates de la future Lyonnaise Seconde au Haut-Empire

Fig. 3 – Les civitates de la future Lyonnaise             Seconde au Haut-Empire

Fig. 4 – Les cités romaines de Basse-Normandie sur la Table de Peutinger

Fig. 4 – Les cités romaines de             Basse-Normandie sur la Table de Peutinger

[d’après la Revue des études anciennes, XIV, 1912, pl. I-II]

14Le choix de cette datation haute pour la perte de statut ne repose pas que sur un parallélisme avec le cas haut-normand voisin, mais sur l’insigne rareté du matériel de consommation de cette époque, et, surtout, sur un élément plus déterminant : l’absence de rempart, alors que toutes les autres capitales de Lyonnaise Seconde de la fin du iiie siècle paraissent en avoir été dotées. On peut toujours imaginer que Vieux n’ait pas suivi le mouvement, et que cette absence d’enceinte ait finalement entraîné sa déchéance, mais il paraît plus logique – mais pas nécessairement juste – de supposer que c’est parce qu’elle avait perdu son statut qu’elle n’a pas été fortifiée. Le délabrement physique de la ville que l’on ne peut que constater à la fin du iiie siècle pourrait également avoir influencé la décision de retirer son statut à la cité, et les traces de « renouveau » urbain de cette date et du début du ive siècle témoigneraient seulement de l’existence de travaux édilitaires menés dans le cadre d’une agglomération secondaire. Beaucoup d’éléments manquent donc actuellement pour que l’on soit en mesure de connaître assurément les rapports entre la disparition légale et la disparition physique de la ville.

15Le processus de disparition physique de la ville, largement entamé au iiie siècle, semble s’être poursuivi et accentué au ive siècle après la disparition légale, même si, à partir du deuxième tiers ou du milieu du ive siècle, on ne dispose plus guère d’éléments matériels très utilisables. Les quelques structures frustes connues ne sauraient, en tout cas, avoir correspondu à l’habitat typique de cette époque. Les monnaies les plus récentes rencontrées sur le site sont des frappes, peu abondantes et souvent très usées, de Théodose Ier et d’Arcadius (383-408) qui constituent toutefois un terminus post quem assez imprécis de l’occupation ou de la fréquentation romaine du site, dans la mesure où elles correspondent simplement à l’arrêt des émissions monétaires en Occident et ne sauraient donc être utilisées pour montrer celui de l’occupation à Vieux à cette époque. Plus intéressante, la sigillée d’Argonne décorée à la molette, très rare également, corrobore cependant tout à fait la datation fournie par les monnaies et constitue l’indice d’une consommation sur le site, donc du caractère résidentiel de l’occupation. Ces traces numismatiques ou céramiques sont cependant quantitativement sans commune mesure avec celles que l’on rencontre sur les sites urbains voisins (Bayeux, Évreux, Rouen) ou dans les villas voisines occupées à la même époque. Cette difficulté à saisir les traces matérielles de l’occupation durant le ive siècle paraît donc venir, en grande partie, de la disparition des cadres dirigeants, consommateurs des biens et générateurs des structures architecturales plus faciles à repérer par les archéologues. Une autre raison de cet état de fait est liée à la sensible modification de la physionomie de l’agglomération dès la première moitié du ive siècle, par suite de la probable diminution du nombre des habitants et du déplacement de l’habitat qui pourrait avoir, dès cette époque, occupé l’emplacement des noyaux de peuplements attestés à l’époque mérovingienne, c’est-à-dire à l’extérieur de la limite nord-ouest de la ville antique (ou sur sa frange) et autour de l’actuelle église Notre-Dame. Il ne fait guère de doute que l’aspect de l’agglomération postérieure à la déchéance administrative ne devait alors avoir que peu de rapport avec celui de la capitale romaine.

Exode urbain et poursuite de la disparition matérielle de la cité

  • 11 Phénomène pressenti par C. Pilet, « Dépeuplement de la ville, peuplement de la campagne. (...)
  • 12 Une voie datée de la seconde moitié du iiie siècle et du matériel erratique dans (...)
  • 13 P. Vipard, « Les inscriptions lapidaires d’époque mérovingienne de la partie orientale du (...)

16Comme presque partout en Gaule, les données manquent pour le ve siècle et ce vide archéologique quasi total laisserait supposer une désertification de la cité antique à ce moment. Cette situation est toutefois contredite par les données des siècles suivants – à moins de supposer un retour aussi massif qu’inexpliqué d’une population aux vie-viie siècles. La poursuite (ou la reprise) d’un exode urbain, sans doute étalé dans le temps, est cependant plus que probable. Ainsi, dès la déchéance juridique de la ville, les notables ont, selon toute probabilité, pu gagner d’autres cités – notamment Bayeux, la nouvelle capitale – mais également s’être retirés (au moins une partie du temps) sur des domaines ruraux où la vie était plus facile, à défaut d’être plus sûre, et où le ravitaillement, plus aisé du fait de l’autarcie des domaines, permettait le maintien d’un niveau de vie élevé. Plusieurs des villas occupées à l’extrême fin du iiie siècle et au ive siècle, voire encore au début du ve siècle, connues dans un rayon de 25 km autour de Vieux, livrent des traces de nouvelles constructions ou de transformations, ainsi que du matériel de consommation luxueux. En ce qui concerne la masse de la population, on manque de données pour la fin du iiie siècle et le ive siècle, mais, pour le ve siècle, certains aspects de l’étude paléodémographique qui a pu être menée sur des nécropoles rurales très proches exhaustivement fouillées (Frénouville, à 14 km à l’est-nord-est de Vieux, et Saint-Martin-de-Fontenay, à 4,5 km à l’est) pourraient être en rapport avec l’exode urbain qui aurait touché Vieux11. En effet, dans les deux cas, la population connaît apparemment une certaine stabilité démographique au ive siècle, alors que le siècle suivant voit se produire un net accroissement de population pouvant atteindre 50 %. Comme il semblait difficile d’envisager un changement de mentalité (avancement de l’âge au mariage, diminution du célibat…) ou un accroissement du taux de natalité (déjà très élevé) à l’époque des publications (en 1978 et 1994), les anthropologues envisageaient l’hypothèse très vraisemblable de l’arrivée d’un « certain nombre d’immigrants, difficile à évaluer », tout en notant que cet accroissement ne semblait pas dû à un apport de population exogène (migrants), mais à des arrivants d’origine régionale puisque les caractères morphologiques de la population ne variaient pas significativement. Le gros de la population de Vieux aurait donc pu, par petits groupes de quelques dizaines d’adultes tout au plus, s’être réparti dans les agglomérations rurales des proches alentours, alors qu’une autre partie de la population n’aurait pas abandonné le site, mais se serait contentée de s’installer ou de continuer à s’installer dans le faubourg occidental ou en périphérie nord de la ville antique, sans doute progressivement dès la seconde moitié du iiie siècle12. Un indice allant dans le sens de cette continuité de l’habitat sur le site et montrant la perduration – spirituelle – d’habitudes urbaines dans un cadre qui n’avait désormais plus grand-chose de romain est constitué par la mise en évidence récente d’un très exceptionnel lot d’inscriptions chrétiennes des ve-vie siècles13. On peut en effet considérer cette christianisation précoce et le mode d’expression utilisé comme une ultime manifestation de romanité d’une partie de la population.

Achèvement de la disparition physique de la ville (ve-viie siècles)

  • 14 Voir notamment P. Couanon et N. Forfait, « Le site des Gaudines à Vieux (Calvados), habit (...)
  • 15 On est dans le cas de figure régional « classique » de lieux d’inhumation en plein champ (...)

17Bien que la ville eût légalement disparu à cette époque, l’Antiquité tardive est une période importante dans l’histoire de Vieux parce qu’elle voit un renforcement des nouveaux noyaux d’habitat (encore perceptibles dans l’habitat moderne dont ils sont l’origine) et surtout une disparition importante des vestiges physiques de la ville antique. On ne s’attardera pas sur les aspects matériels du premier point puisque l’on n’est désormais plus en contexte urbain14. On retiendra toutefois que cet habitat du haut Moyen Âge paraît s’être organisé autour de plusieurs lieux de cultes dont deux surtout, Notre-Dame et Saint-Martin, sont à l’origine du village actuel (fig. 1). Si l’on s’en tient à la seule étendue des nécropoles connues15, le nombre d’habitants, quoique très inférieur à celui du Haut-Empire, semble néanmoins avoir dépassé de beaucoup la moyenne régionale. La présence d’époque franque, décelable dès le vie siècle en différents points du territoire actuel de la commune, laisse supposer une continuité de l’occupation, avec un glissement vers la périphérie ou l’extérieur de la ville, comme cela ressort bien des recherches menées par P. Couanon et V. Hincker dans le quartier Saint-Martin.

18Ces Âges sombres, s’ils n’ont pas eu, à proprement parler, d’influence sur la cité de Vieux, qui n’existait virtuellement plus, ont en revanche joué un rôle important dans l’histoire de sa disparition matérielle. C’est, en effet, à cette époque que l’on peut rattacher un certain nombre de récupérations de matériaux de construction. La transformation en carrière de sites antiques est une constante en Gaule et dans les autres provinces occidentales. La datation des récupérations des divers matériaux de construction de la ville de Vieux est généralement difficile à déterminer. Beaucoup ont pu être prélevés dès le iiie siècle. On a mis au jour, par exemple, en octobre 2003, immédiatement au nord-est du théâtre, un immense four à chaux (4,20 m de diam.) qui paraît avoir fonctionné avec les moellons issus du démontage partiel de l’édifice (sans doute à l’extrême fin du iiie ou au tout début du ive siècle). On possède surtout des indices à partir du ive siècle, notamment sur le site du « Bas de Vieux » où les matériaux en terre cuite (tuiles et tubuli) ont été soigneusement prélevés dès le début du ive siècle et, dans la première moitié du ive siècle, les matériaux des bâtiments détruits lors du percement du cardo Q. Le plus intéressant est que, sur ce dernier site, le démontage massif et systématique des murs et des blocs architectoniques est datable de l’époque mérovingienne, comme le montre, par exemple, la mise au jour d’une hache franque de la fin du ve ou de la première moitié du vie siècle à la base des niveaux de démontage et de destruction de la domus du « Bas de Vieux » (fig. 5). L’entreprise de récupération non seulement de la maison en question, mais aussi très vraisemblablement de toute une partie du quartier du « Bas de Vieux » et le soin apporté au tri des matériaux sont l’indice d’une œuvre de grande envergure entreprise par un pouvoir fort, mais sans que l’on arrive à identifier la nature de celui-ci. Le cas de ce quartier n’est pas isolé. Un peu plus tard sans doute, au viie siècle, des colonnes ou des blocs d’entablement du théâtre ont été à maintes reprises réutilisés à des fins funéraires, comme éléments de couvercles ou de cuves de sarcophage dans la nécropole du Grand Champ (fig. 6), où l’on a également transformé en couvercle de sarcophage la borne milliaire de Constantin déjà évoquée et qui était sans doute restée debout à l’entrée de la ville.

Fig. 5 – Le démontage et la récupération des matériaux de la domus du « Bas de Vieux » à l’époque franque

Fig. 5 – Le démontage et la             récupération des matériaux de la domus du « Bas de Vieux » à l’époque             franque

a) Restes de débitage de colonnes – b) Outil servant à dégrossir les blocs de pierre (chasse) mis au jour dans les déchets laissés sur place.

Fig. 6 – Fragments architectoniques (provenant peut-être de l’édifice de spectacles) réutilisés au viie siècle dans des sépultures de la nécropole du « Grand Champ »

Fig. 6 – Fragments architectoniques             (provenant peut-être de l’édifice de spectacles) réutilisés au viie siècle dans des sépultures de la             nécropole du « Grand Champ »

[d’après A. Ducarel, Antiquités anglo-normandes, Caen, Mancel, 1823, pl. XI, fig. 20 et 22]

  • 16 L. Musset, « Vieux au Moyen Âge », Art de Basse-Normandie, 87, 1983, p. 40-41.

19En gommant du paysage la majeure partie des vestiges matériels de l’occupation romaine, ces dépouillements de l’époque franque ont sans doute marqué une étape fondamentale et radicale dans la disparition physique de la ville romaine, certes abandonnée et désertée, mais dont les ruines matérialisaient encore fortement la présence jusqu’à ce moment. Après cette période, le gisement, avec ses ruines plus ou moins nivelées, devait ressembler à un immense terrain vague n’ayant plus rien à voir avec une ville. Le caractère rural du site était désormais acquis et le souvenir de la ville même semble avoir disparu rapidement. Les textes qui mentionnent Vieux dès le milieu du xie siècle n’en font plus jamais mention que comme un simple village que rien ne semble distinguer de ses homologues de la plaine de Caen16.

 

20En résumé, on peut dire que les indices en notre possession laissent actuellement entrevoir plusieurs étapes qui ont conduit progressivement de la ville à la campagne : le processus de déclin urbain paraît s’être amorcé avec la désaffection précoce de certains quartiers dans le courant du iiie siècle, puis avec des abandons (et des destructions ?) dans le dernier quart du iiie siècle, ayant entraîné une dépopulation progressive (a priori plus par exode urbain que par massacre de la population), mais non une cessation de l’occupation ou de la présence d’autorités municipales, encore présentes au début du ive siècle, date à laquelle on doit vraisemblablement envisager une disparition légale de la cité par décision impériale, sans doute dans le cadre de la réforme de Dioclétien, vers 297-313, voire lors de la création de la Lyonnaise Seconde deuxième version dans le courant du ive siècle, sans doute entre 364 et 388, quoique l’absence de fortifications et l’extrême rareté des traces matérielles du ive siècle avancé aillent nettement dans le sens d’une disparition à une date plus haute. Cette décision pourrait avoir eu pour effet une accentuation de l’abandon de la ville, sans doute à partir du deuxième quart du ive siècle, avec un exode vers la périphérie de la zone anciennement urbanisée ou plus loin vers la campagne. À l’époque franque, malgré l’effacement radical de toute trace de son urbanisme, toute occupation n’a pas disparu toutefois du site, mais elle s’était déplacée sur ses marges où se sont alors fixés les noyaux d’habitat qui sont à l’origine du village actuel, et elle était désormais de nature rurale.

  • 17 Faute de place, il n’est malheureusement pas possible de se livrer ici à une étude (...)
  • 18 Cf. le colloque de Tours 2003, Capitales éphémères… cité note 1.

21Le déclin paraît donc s’être effectué par paliers faisant sans doute alterner des phases assez lentes (à l’échelle des contemporains, mais relativement rapide aux yeux des historiens) et de brusques accélérations dont on n’est pas toujours capables de bien saisir les dates charnières. Quoique disparates et lacunaires, les éléments dont on dispose pour reconstituer les étapes du déclin et de la disparition de Vieux sont cependant suffisamment abondants pour permettre de mettre en évidence ou de soupçonner une succession d’articulations qui ne sont souvent pas discernables dans le modèle général appliqué, faute de mieux, à la plupart des cités déchues des Trois Gaules17. Ainsi, plusieurs de ces éléments distinguent Vieux de ses plus proches voisines18, par exemple Civitas Coriosolitum – Corseul ou Civitas Diablintum – Jublains, en Lyonnaise Troisième, qui semblent avoir toujours été des chefs-lieux de cité au ive siècle (Not. Gall., III, 7 et III, 10) et même, pour la seconde au moins, avoir été siège éphémère d’un évêché ; en Lyonnaise Seconde, Juliobona – Lillebonne, la capitale des Calètes déjà évoquée, semble avoir conservé une certaine prééminence (ménagement de son peuple dans l’appellation de la nouvelle entité politique, persistance de sa physionomie urbaine et d’un habitat aristocratique au ive siècle…). Ces exemples trop rapides montrent qu’il n’y a pas une cause ou un modèle unique de disparition des villes, mais que le cas de chacune d’elle est spécifique.

22Dans le cas de Vieux, on a vu qu’il est peu probable que la ville ait été tellement détruite à la fin du iiie siècle que l’autorité n’ait pas jugé utile de la redresser. Il semble plutôt que le déclin de la ville ait été aggravé et accéléré par la perte de statut, preuve que l’existence des villes romaines, dans leur grande majorité, tenait avant tout à leur rôle politique (le facteur économique étant un aspect secondaire et dépendant du premier). La disparition des structures de pouvoir, des constituantes topographiques et architecturales et de la majeure partie de la population a donc marqué la mort urbaine d’Aregenua.

23S’il ne restait le toponyme même du village (Vieux < bas latin *Viduca) et si les antiquaires n’avaient pas entraîné son actuelle résurrection (largement favorisée par la proximité de l’actuelle capitale bas-normande), il faut reconnaître qu’il ne resterait pour ainsi dire aucune trace d’une ville dans les mémoires ou dans l’organisation spatiale du village actuel, ce qui ne manque pas d’étonner compte tenu de l’ampleur du phénomène urbain dont le site a été l’objet pendant environ trois siècles. On ne peut pourtant pas nier qu’en Gaule, et notamment dans nos régions, les villes romaines sont cependant les éléments les plus marquants et les plus déterminants du legs de la civilisation romaine. À ce titre, Vieux constitue un contre-exemple qui doit sa spécificité à une histoire particulière. Elle a disparu trop tôt pour jouer le rôle de ses homologues et son cas illustre le caractère artificiel des établissements urbains de type administratif (absence de déterminisme géographique) très étroitement liés à un pouvoir qui s’appuyait sur eux et assurait leur survie. Indirectement, et pour en arriver au Moyen Âge, sujet de cet ouvrage, il faut remarquer que cette disparition a sans doute joué un rôle non négligeable dans l’histoire de la Normandie, en permettant à Caen, création urbaine également très liée à une volonté politique, de se développer dans une région stratégique dépourvue de toute ville d’importance dans un rayon de trente kilomètres.

Notes

1 Elles ont récemment fait l’objet d’un colloque tenu à Tours les 6-8 mars 2003 : Capitales éphémères. Des capitales de cités perdent leur statut dans l’Antiquité tardive, Tours, FERACF, 2004.

2 Pour tous les points concernant Vieux à l’époque antique qui ne sont pas développés dans cet article, se reporter à P. Vipard, La Cité d’Aregenua (Vieux, Calvados), chef-lieu des Viducasses. État des connaissances, Paris, Exé productions, 2002, qui fait le point sur les découvertes jusqu’en 1999 et propose une tentative de synthèse historique (p. 120-142).

3 On trouvera un essai de synthèse sur le territoire de la civitas des Viducasses dans l’introduction de P. Vipard à Inscriptions latines de la Gaule Lyonnaise (ILGL). Viducasses (à paraître).

4 Voir notamment l’exposé d’É. Deniaux, « Viducasses et Unelles. Recherches sur la municipalisation de l’ouest de la Gaule », in Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, M. Dondin-Payre et M.-T. Raepsaet-Charlier (éd.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 231-249.

5 P. Vipard, « Les restes de l’atelier de tabletterie de la domus à la cour en U à Aregenua (Vieux, Calvados) », in Id., Recherches sur le petit mobilier du site du Bas-de-Vieux à Aregenua (Vieux, Calvados), monographie à paraître dans Instrumentum.

6 R.-N. Sauvage, « [La ruine d’Aregenua Viducassium] », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXXVIII, 1928-1929, p. 472-475.

7 S. Lepetz, J.-H. Yvinec, avec la collaboration de N. Desse-Berset, « L’élevage à la période gallo-romaine et au haut Moyen Âge en Normandie. L’apport de l’archéozoologie », in Le Monde rural en Normandie (Actes du XXXIIe congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Gisors, 2-5 octobre 1997), P. Manneville (éd.), Caen, Annales de Normandie, 1998, p. 83-109, spécialement p. 83-91.

8 Régionalement, des traces récentes – et encore inédites – en ont été mises au jour à Lillebonne où un portique est construit ou reconstruit vers 280.

9 Pour le détail de ces problèmes, voir l’introduction de P. Vipard à Inscriptions latines de la Gaule Lyonnaise (ILGL). Viducasses (à paraître).

10 N. Gauthier, « De Ratumagus à Rouen », in Histoire et numismatique en Haute-Normandie, N. Gauthier (éd.), Cahier des Annales de Normandie, no 12 A, 1980, p. 5-16.

11 Phénomène pressenti par C. Pilet, « Dépeuplement de la ville, peuplement de la campagne. L’exemple de Vieux (Calvados) aux IVe et Ve siècles », in Ville et campagne en Europe occidentale (Ve-XIIIe siècle) (Actes des Ve journées anthropologiques de Valbonne, 21-23 mai 1990), L. Buchet (éd.), Paris, CNRS (Dossiers de documentation archéologique ; 14), 1991, p. 71-81.

12 Une voie datée de la seconde moitié du iiie siècle et du matériel erratique dans les niveaux francs sur le site des Gaudines (fouille P. Couanon), un tronçon de voie romaine nord-sud bordée de constructions légères (fouille V. Hincker), 200 m plus au sud, toujours dans le quartier Saint-Martin, constituent des indices d’occupation, mais sont actuellement trop isolés pour que l’on puisse déterminer si l’on se trouve en présence d’un faubourg ou d’habitat périurbain. Ils confirment cependant la possibilité d’un glissement de l’habitat vers la périphérie dès le Bas-Empire.

13 P. Vipard, « Les inscriptions lapidaires d’époque mérovingienne de la partie orientale du diocèse de Bayeux (ancienne civitas des Viducasses) », Annales de Normandie, no 4, septembre 2002, p. 311-331.

14 Voir notamment P. Couanon et N. Forfait, « Le site des Gaudines à Vieux (Calvados), habitats du haut Moyen Âge (VIe-Xe siècle) », in L’Habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne) (Actes des XIVe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993), C. Lorren et P. Périn (éd.), Rouen, AFAM (Mémoires ; VI), 1995, p. 159-166, et, surtout, la communication de P. Couanon et V. Hincker, « Les églises de Vieux », à paraître dans les Actes du colloque de l’AFAM tenu à Angers en 2002.

15 On est dans le cas de figure régional « classique » de lieux d’inhumation en plein champ qui, dans le courant du viie siècle, se déplacent vers les lieux de culte : la nécropole du Grand Champ vers Saint-Martin, celle située entre les chemins Haussé (voie romaine) et de la Morinière vers Notre-Dame. Ce dernier établissement livre un bel exemple de restructuration de la topographie romaine entraînée par l’habitat du haut Moyen Âge : en effet, la nécropole de la Morinière, installée en bordure de la voie antique (et même sur celle-ci), a entraîné une déviation du tracé de cette dernière vers le nord, mais, surtout, l’abandon de son prolongement sud-est au profit d’un nouveau tronçon passant plus au nord-est et se rendant à la (future) église paroissiale autour de laquelle pourrait donc avoir été déjà situé l’habitat (fig. 1).

16 L. Musset, « Vieux au Moyen Âge », Art de Basse-Normandie, 87, 1983, p. 40-41.

17 Faute de place, il n’est malheureusement pas possible de se livrer ici à une étude comparée des différentes étapes de la disparition de ces cités.

18 Cf. le colloque de Tours 2003, Capitales éphémères… cité note 1.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan sommaire de Vieux aux époques romaine et franque
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Titre Fig. 2 – Évocation des ruines du quartier du « Bas de Vieux » vers le milieu du ive siècle apr. J.-C.
Légende [dessin L. Verrier – P. Vipard]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Fig. 3 – Les civitates de la future Lyonnaise Seconde au Haut-Empire
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 4 – Les cités romaines de Basse-Normandie sur la Table de Peutinger
Légende [d’après la Revue des études anciennes, XIV, 1912, pl. I-II]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9443/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 5 – Le démontage et la récupération des matériaux de la domus du « Bas de Vieux » à l’époque franque
Légende a) Restes de débitage de colonnes – b) Outil servant à dégrossir les blocs de pierre (chasse) mis au jour dans les déchets laissés sur place.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9443/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 6 – Fragments architectoniques (provenant peut-être de l’édifice de spectacles) réutilisés au viie siècle dans des sépultures de la nécropole du « Grand Champ »
Légende [d’après A. Ducarel, Antiquités anglo-normandes, Caen, Mancel, 1823, pl. XI, fig. 20 et 22]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9443/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

Auteur

Université de Nancy II

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540