Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Histoire des villes normandes, des origines gallo-romaines à la fin du Moyen Âge

Les villes romaines et les origines des villes normandes

Élizabeth Deniaux

Texte intégral

1Lorsque Fustel de Coulanges fut choisi pour prononcer aux Tuileries une série de leçons historiques destinées à l’empereur Napoléon III et à l’impératrice Eugénie, il choisit d’évoquer l’entrée de la Gaule dans l’Empire romain et la romanisation de la Gaule avec des expressions remarquables qui n’ont pas perdu leur force aujourd’hui. Il est possible de suggérer, par son intermédiaire, quelques idées sur la politique romaine de municipalisation de la Gaule, en guise d’introduction à une histoire de la fondation des villes dans la future Normandie. Ces réflexions ont été mises en valeur récemment par Claude Nicolet qui, considérant l’apport de Rome à la Gaule, faisait siennes les idées de Fustel de Coulanges qui s’exprimait ainsi :

  • 1 C. Nicolet, La Fabrique d’une nation : la France entre Rome et les Germains, Paris, Perrin, (...)

Comme institutions [les Romains] apportent le régime de la cité, c’est-à-dire un système régulier de magistratures électives, avec un sénat et des assemblées populaires. Comme principe politique, l’habitude de la discipline. Comme principe social, l’égalité de tous devant la loi1.

2Pour étudier l’histoire de l’origine des villes normandes, celle de l’adaptation progressive des Gaulois au cadre spatial et institutionnel de la cité de toutes les tribus qui peuplaient la future Normandie, ainsi que les origines romaines des villes de Normandie, mon approche sera liée à l’utilisation de sources variées dans lesquelles l’épigraphie et l’archéologie ont une belle part car, dans cette région éloignée du centre du pouvoir romain, les sources littéraires font largement défaut. Je voudrais d’abord faire état de la situation qui précéda l’arrivée des Romains, avant d’aborder la question de la municipalisation de la future Normandie. Cette région est située aux confins d’une mer qui effraie les Romains car elle marque pour eux les limites du monde connu. César nomme Armoricains les peuples qui jouxtent l’Océan et l’ouest de la Manche et, à l’exception des Véliocasses qui n’ont pas de façade maritime, il y inclut les tribus de la future Normandie. Dans son Commentaire à la Guerre des Gaules, César nomme ces tribus et donne des détails sur leur organisation sociale et politique ainsi que sur leurs forces militaires. L’archéologie permet maintenant de connaître la civilisation matérielle de ces groupes ethniques que César appelle civitates en mettant l’accent sur la notion d’espace associé à chaque peuple, en référence à la notion antique de civitas, c’est-à-dire de la cité composée d’un noyau urbain et d’un territoire qui dépend d’elle et qui la fait vivre. Mais César ne nomme pas toutes les tribus de la future Normandie. Les Viducasses et les Bajocasses apparaissent dans les sources du ier siècle après J.-C.

  • 2 É. Deniaux, « L’Antiquité », in É. Deniaux, C. Lorren, P. Bauduin, T. Jarry, La Nor (...)

3Les tribus celtes du second âge du fer qui peuplent la future Normandie sont d’origines diverses. Au nord de la Seine, sont installés des peuples belges (comme les Calètes et les Véliocasses), provenant de la dernière vague de migration des Celtes, et proches, par leur culture, des autres tribus du nord de la Gaule. L’archéologie a permis d’identifier plusieurs places fortes des différentes tribus, les oppida. Nous ne savons pas encore bien, faute de fouilles comparables à celles des oppida de l’âge du fer en Grande-Bretagne par exemple, si, chez certaines tribus, il est possible de parler d’un stade de développement proto-urbain. Les tribus celtes de la future Normandie étaient entrées en relation avec le monde méditerranéen bien avant la conquête de César (58-51 av. J.-C.). La découverte d’amphores à vin, une de Marseille dans l’estuaire de l’Orne, d’autres venues d’Italie, manifeste une relative ouverture à certains produits de luxe chez les plus favorisés2.

4Les tribus gauloises connaissaient, en effet, une hiérarchisation de la société, avec une classe dirigeante parfois prête à s’associer aux conquérants romains et un peuple plus porté à maintenir l’indépendance vis-à-vis de Rome. Dans son Commentaire à la Guerre des Gaules (3, 17), César décrit rapidement, à propos de la révolte de 56, l’attitude des Aulerques Éburovices et des Lexoviens qui se joignirent au chef des Unelles Viridovix, après avoir passé leur sénat par les armes en raison de sa répugnance à entrer dans la guerre.

  • 3 Cf. M. Wheeler et K. M. Richardson, « Hill-Forts of Northern France », Oxford, The Society (...)
  • 4 Cf. César, Commentaire à la Guerre des Gaules, 7, 75.

5La révolte de 56 éclata chez les peuples armoricains et s’étendit à tous les peuples proches de la mer de la future Normandie. Avec la description de la résistance des Unelles du Cotentin, César mit en évidence le rôle que pouvaient avoir certains chefs charismatiques. Viridovix, le chef des Unelles, réussit à entraîner une coalition de peuples de l’Ouest, Unelles, Lexoviens, Aulerques Éburovices, Coriosolites (peuple habitant autour de Saint-Malo), et des contingents hétérogènes dans une coalition qui faillit être fatale à l’armée romaine. Le légat de César, Q. Titurius Sabinus, l’emporta cependant lors d’une bataille généralement localisée près d’Avranches. Des fouilles archéologiques menées sur l’oppidum de Petit-Celland semblent attester que cet oppidum fut le lieu de la dernière résistance à César3. Les tribus de la future Normandie firent aussi partie des peuples qui envoyèrent des contingents soutenir Vercingétorix devant Alésia en 52. Les Unelles, avec d’autres peuples d’Armorique, fournirent de gros effectifs de soldats4.

  • 5 Cf. P. Wuilleumier, L’Administration de la Lyonnaise sous le Haut-Empire, Paris, Les Belles (...)

6Lorsque s’établit la paix romaine, Auguste divisa la Gaule en quatre provinces. La Normandie toute entière faisait partie de la province de Gaule Lyonnaise, dont le gouverneur résidait à Lyon. Auguste associa pour la première fois des peuples gaulois établis de part et d’autre de la Seine, rassemblant ainsi dans un même ensemble géopolitique les populations qui constituèrent ensuite la future Normandie. La Lyonnaise, province impériale, était dirigée par un ancien préteur nommé par l’empereur, avec le titre de légat d’Auguste propréteur5. Rome incita les peuples soumis à se regrouper dans des centres urbains. La municipalisation est liée à la nécessité pour Rome de développer des relais de son autorité, des villes dotées de structures politiques comparables à celles de Rome, capitales contrôlant l’espace géographique de chaque civitas. Le nom du chef-lieu de la civitas apparaît dans nos documents plus rarement que le nom du peuple sur le territoire duquel il s’est constitué. Bayeux fut, par exemple, la capitale des Bajocasses. C’est ce nom qui a subsisté et non celui de sa capitale Augustodurum. Le nom du chef-lieu qui contrôle le territoire de la civitas apparaît rarement dans les inscriptions. La célèbre inscription du « marbre de Thorigny » fait mention des décurions de la civitas libera des Viducasses et ne mentionne pas la capitale Aragenua. Pourtant, quand une inscription signale un fait qui ne concerne que la capitale d’une tribu gauloise, le nom de cette capitale est mentionné. Une inscription conservée à Évreux évoque une piscine construite par un évergète pour les usages des foulons de la ville de Mediolanum Aulercorum, et non pour la civitas des Aulerques Éburovices (CIL, XIII, 3 202).

  • 6 Sur les villes et le développement du christianisme dans la future Normandie, cf. Topograph (...)

7En construisant des villes, Rome a aménagé l’espace qu’elle avait conquis. Dans une politique d’autonomie contrôlée par Rome, il y eut certainement des interventions du pouvoir romain en faveur du choix des sites des capitales des civitates qui allaient devenir des villes à la manière romaine, avec des espaces fonctionnels s’intégrant dans des schémas d’urbanisme romains. La ville romaine est souvent à l’origine de la ville normande d’aujourd’hui. Les cités romaines furent les cadres de l’établissement de la structure hiérarchique de l’Église à la fin de l’Empire. Mais la présence d’évêchés dans certaines cités porte le témoignage d’une structuration de l’espace à l’époque romaine tardive et donc d’une évolution depuis l’époque du Haut-Empire sur laquelle nous formulerons quelques hypothèses. Rares sont les villes comme Vieux, la capitale des Viducasses (fig1), où la ville antique n’a pas donné naissance à une ville moderne, mais seulement à une modeste agglomération6.

Fig. 1 – La tutela de Vieux

Fig. 1 – La tutela de Vieux

La statue dont la tête est reproduite ici est celle de la tutela de la cité de Vieux surmontée d’une couronne ornée de tours, évocation symbolique de la cité de Vieux. [cliché P. Vipard]

8Des villes fondées à l’époque romaine, Juliobona paraît la plus ancienne. Elle porte, en effet, avec la racine Julius, le nom de César (Caius Julius Caesar) ou de son fils adoptif qui devint l’empereur Auguste. Sa situation sur la Seine explique sans doute son origine précoce. Augustodurum vient ensuite. Le mot durum aurait le sens de forteresse ; donc la forteresse d’Auguste serait le premier nom de Bayeux, capitale des Bajocasses. Mais il est difficile de dater, si ce n’est par l’archéologie, les étapes du développement urbain des autres capitales des cités. En considérant la localisation de celles-ci, nous pouvons observer que la plupart d’entre elles sont installées à des carrefours routiers. Certains sites sont intégrés à un réseau de communications terrestres et fluviales. Noviomagus Lexoviorum se trouve au centre de la tribu des Lexovii, au carrefour de voies nord-sud et est-ouest, à un étranglement de la vallée de la Touques qui constitue un point de rupture de charge. Mediolanum Aulercorum, Évreux, construite sur la vallée de l’Iton, qui relie la ville à l’Eure et à la Seine, est aussi un carrefour routier vers Paris, Lisieux, Rouen, Beauvais, ainsi que vers les pays de la Loire. Le rôle de la Seine est essentiel pour expliquer le développement de Rouen et de Lillebonne. Mais Rouen est aussi au point de rencontre de l’axe qui permet d’atteindre la Grande-Bretagne et le bassin méditerranéen par les sources de la Seine, la Saône et le Rhône, et de grandes voies qui mènent vers le Nord, vers Amiens et vers Boulogne. Elle est, d’autre part, située au lieu du transfert de la navigation maritime, venue de la Manche, à la navigation fluviale.

9À l’extrémité occidentale de la province, Coutances et Avranches constituent les jalons principaux du grand axe nord-sud qui relie le Cotentin à l’Armorique. Toutes les deux sont situées sur des éminences naturelles qui contrôlent aussi des itinéraires venus de l’Est. Le Cotentin est aussi parcouru, sur son côté oriental, par une grande voie gagnant le centre de la Gaule, qui apparaît sur l’itinéraire antique appelé Table de Peutinger et que l’on nomme dans notre région le Chemin Haussé. L’importance de Bayeux et de Vieux est, en partie, liée aussi à la grande voie qui les traverse et qui oblique ensuite vers Sées et vers Le Mans. L’importance de ces villes à la fin de l’Empire fut pourtant inégale puisque Vieux ne put se défendre contre les invasions barbares en construisant un rempart et que c’est Bayeux qui devint la capitale ecclésiastique.

  • 7 Cf. É. Deniaux, « Viducasses et Unelles. Recherches sur la municipalisation de l’ouest (...)

10Il est possible qu’en fonction des circonstances historiques, des phases de consolidation de la conquête ou de la défense du littoral, les Romains aient choisi d’imposer une capitale sur la côte ouest ou sur la côte est du Cotentin. Carentan et Coutances ne sont situées qu’à une trentaine de kilomètres l’une de l’autre. La conquête de la Bretagne par l’empereur Claude imposa de consolider la présence romaine sur le continent, sur la côte sud de la Manche, spécialement en face de l’île qu’il était en train de conquérir. Il renforça l’infrastructure militaire de la future Normandie. L’existence d’une borne milliaire, retrouvée au nord de Bayeux et mentionnant la construction d’une route sous son règne, en témoigne (CIL, XIII, 8 976, trouvée sur la commune du Manoir). Il aurait pu vouloir fonder une ville dans le nord du Cotentin. C’est ainsi que Valognes aurait pu être la capitale de la tribu des Unelles au moment de la plus grande extension de la puissance romaine et d’une ambitieuse politique d’urbanisation. Elle possède un édifice de thermes, dont les restes sont impressionnants, et un théâtre. Crouciatonum (et l’ensemble site de hauteur / site de plaine de Saint-Côme-du-Mont et de Carentan), attestée dans nos sources comme capitale, le serait devenue à une époque de repli prudent du chef-lieu des Unelles à la base de la presqu’île pour contrôler le verrou du seuil du Cotentin au iiie siècle7. À l’époque de la Table de Peutinger, c’est Crouciatonum qui apparaît comme capitale, alors que Coutances est appelée Cosedia. Cosedia devint sans doute capitale à l’extrême fin du iiie siècle ou au début du ive siècle. Elle changea alors de nom et devint Constantia, adoptant ainsi vraisemblablement le nom de l’empereur Constance. Celui-ci avait rétabli l’intégrité de l’Empire en mettant fin à la sécession de Carausius, qui avait tenté d’établir un empire indépendant en Bretagne et sur les deux rives de la Manche. La nécessité de défendre l’Empire imposait de nouveaux choix ainsi qu’une surveillance continue de la côte ouest du Cotentin. Siège d’une garnison, Coutances devint capitale administrative, puis évêché, et c’est sur son nom, Constantia, que fut formé le nom du pagus Constantinus d’où vient l’appellation de Cotentin.

 

11Les villes fondées à l’instigation des Romains comme capitales de cités ne sont pas seulement des agglomérations d’habitants. Ce sont aussi des réalités juridiques. Elles regroupent tous les instruments d’une vie collective. Dans les villes, résident des citoyens qui décident des affaires publiques, élisent des magistrats (les charges en sont annuelles et collégiales, comme à Rome). C’est dans la ville que se règle la justice, que la vie s’organise autour de fêtes religieuses, d’activités culturelles, de loisirs qui attirent les habitants dans des monuments prestigieux. La politique, la religion, la culture forment un ensemble indissociable qui imite le modèle romain. Les villes sont aussi des centres de production qui dépendent largement de la campagne qui les entoure, ainsi que des marchés. Elles jouent un rôle centralisateur par rapport à l’espace qu’elles dominent et qui est constitué par le territoire de l’ancienne tribu. Cependant, il est difficile de savoir comment, selon quelles procédures, quelles étapes les peuples des territoires gaulois ont accédé aux formes romanisées de l’organisation civique. Nous savons aussi que, progressivement, les Romains favorisèrent l’intégration des populations gauloises en leur permettant d’accéder à la citoyenneté romaine et en organisant le culte de l’empereur qui rassemblait toutes les populations de l’Empire. Il existait, en effet, un culte civique célébré par des flamines, culte dont nous n’avons qu’un seul exemple épigraphique en Normandie, à Évreux (CIL, XIII, 3 202), et un culte provincial célébré à Lyon dans la capitale de la province. Toutes les cités de Gaule envoyaient chaque année à Lyon les plus notables de leurs concitoyens pour honorer Rome, la puissance colonisatrice, et l’empereur qui était à sa tête, Auguste, puis ses successeurs. Nous connaissons le lieu du rassemblement de ces populations gauloises. L’autel où était célébré le sacrifice en l’honneur de Rome et d’Auguste se trouvait, en effet, à Lyon, sur la colline de la Croix-Rousse. Nous connaissons aussi la date de la fête ; il s’agissait du 1er août. L’autel a disparu, alors que des témoignages numismatiques de sa décoration subsistent. Des inscriptions permettent de connaître certains de ceux qui, choisis par les autres délégués pour devenir chaque année grands prêtres de Rome et d’Auguste, furent honorés dans ces circonstances. Alors que, généralement, les hommages rendus à ces grands prêtres de Rome et d’Auguste se dressaient près de l’autel des Trois Gaules, sous forme de statues dont ne subsistent aujourd’hui que les bases gravées, encore visibles aujourd’hui au Musée de la civilisation romaine de Lyon, un grand prêtre originaire de la future Normandie, Titus Sennius Solemnis, fut honoré dans sa propre cité et la base de la statue qui le représentait a été conservée, non sans vicissitudes, à travers les siècles.

  • 8 H. G. Pflaum, Le Marbre de Thorigny, Paris, H. Champion, 1948.

12Le « marbre de Thorigny » est un document essentiel pour l’histoire de la Gaule de l’Ouest. En effet, une des plus importantes inscriptions de Gaule (CIL, XIII, 3 162) ornait le forum d’Aregenua, aujourd’hui Vieux. La statue de Titus Sennius Solemnis avait été élevée en 238 par le conseil des Gaules, sur un emplacement fourni par le conseil des décurions des Viducasses, 18 ans après que Solemnis ait exercé la charge de grand prêtre de Rome et d’Auguste à Lyon. L’inscription de la statue glorifiait un homme à la fortune et à la notoriété remarquables, qui avait réussi à s’imposer aux délégués de l’assemblée des Gaules à Lyon en 220. Il était devenu le grand prêtre chargé de célébrer le culte de Rome et d’Auguste et, à la suite, il avait offert un spectacle de gladiateurs (32 combats de gladiateurs répartis sur quatre jours). Dans sa propre cité, il avait été élu duovir à quatre reprises, avec une large majorité des suffrages. Il avait su se montrer généreux à l’égard de ses concitoyens en restaurant l’établissement de thermes que son père avait fait construire et en leur léguant la somme d’argent qui permettrait son entretien perpétuel. Le nom d’Aregenua ne se trouve pas inscrit sur le « marbre de Thorigny ». Il fallut de longs débats aux érudits du xviie siècle pour attribuer ce document aux Viducasses. Le « marbre de Thorigny » avait, en effet, été découvert dans le château des Matignons à Torigni-sur-Vire. Transporté à Saint-Lô, puis à l’université de Caen après sa reconstruction, le monument a été à nouveau déplacé à Saint-Lô en 1989. Son texte avait été publié par H. G. Pflaum avant des transferts qui ont pu altérer quelque peu les textes gravés8.

13Solemnis est un bon représentant des aristocraties municipales de Gaule. Cependant l’initiative d’élever une statue en son honneur n’était pas viducasse. Son caractère inhabituel, avec en particulier la transcription de lettres des gouverneurs de Gaule sur l’inscription, fait de Solemnis un bel exemple des amitiés nouées entre les élites gauloises et la classe dirigeante romaine. Les événements politiques peuvent aussi l’expliquer, avec la nécessité de montrer qu’en 238, Solemnis et les notables de Gaule étaient restés attachés à la cause du sénat de Rome alors que l’empereur Maximin le Thrace avait été remplacé par Gordien III.

  • 9 Cf. É. Deniaux, « Viducasses et Unelles… », p. 231-249.

14Il est maintenant établi que le terme de « colonie » utilisé dans l’inscription pour désigner la cité des Viducasses permet d’affirmer que cette cité a bénéficié avant 212 du droit latin, qui la faisait entrer dans une catégorie juridique supérieure à celle des cités voisines, restées cités pérégrines, et qui permettait à ses magistrats d’accéder à la citoyenneté romaine. La cité des Viducasses est aussi appelée, dans ce document exceptionnel, « cité libre », qualificatif rare, mentionnant un statut privilégié du point de vue fiscal9. Il est possible de s’interroger sur la date de l’attribution de ces faveurs, et de supposer une éventuelle médiation de Titus Sennius Solemnis, bien introduit auprès des gouverneurs romains, pour l’obtenir du pouvoir impérial.

15Les Romains avaient habilement utilisé le cadre des communautés existantes pour promouvoir le développement urbain. La progression du christianisme s’est faite d’abord dans les villes à partir du ive siècle, comme l’intégration des Gaulois s’était accomplie progressivement dans celles-ci. C’est dans les villes de Normandie que les marques des quatre siècles d’influence romaine sont les plus visibles. Les monuments des principaux sites romains (fig. 2) avaient été exhumés très tôt grâce aux archéologues de la Société des antiquaires de Normandie, sous l’impulsion d’Arcisse de Caumont. Des recherches archéologiques récentes dans un grand nombre de villes ont enrichi ce patrimoine de spectaculaires découvertes. Nous pouvons évoquer, entre autres, les découvertes de Bayeux, la mise au jour d’éléments du forum de Lillebonne, d’établissements de thermes à Lisieux, Évreux, Rouen, des riches habitations de Vieux. Éloigné du centre du pouvoir romain, le territoire de la future Normandie n’était pas à l’écart de la communauté culturelle que Rome avait créée. La proximité de la vallée de la Seine, axe majeur de circulation dès l’indépendance gauloise, et de la Manche, dont les deux rives étaient devenues romaines, ont largement contribué à la diffusion d’influences multiples venues du monde méditerranéen.

Fig. 2 – Les principaux monuments romains de Normandie

Fig. 2 – Les principaux monuments romains           de Normandie

[É. Deniaux et CRDP de Caen, d’après C. Varoqueaux]

Notes

1 C. Nicolet, La Fabrique d’une nation : la France entre Rome et les Germains, Paris, Perrin, 2003, chapitre 9 : « Fustel de Coulanges ou le refus de la conquête », Leçons à l’impératrice, citées p. 210.

2 É. Deniaux, « L’Antiquité », in É. Deniaux, C. Lorren, P. Bauduin, T. Jarry, La Normandie avant les Normands, de la conquête romaine à l’arrivée des Vikings, Rennes, Ouest-France, 2002, p. 1-196 ; cf. aussi É. Deniaux, Recherches sur les amphores antiques de Basse-Normandie, Cahier des Annales de Normandie, no 12 B, 1980.

3 Cf. M. Wheeler et K. M. Richardson, « Hill-Forts of Northern France », Oxford, The Society of Antiquaries, 1957. Sur la conquête de la Gaule, cf. aussi C. Goudineau, César et la Gaule, Paris, Errance, 1990.

4 Cf. César, Commentaire à la Guerre des Gaules, 7, 75.

5 Cf. P. Wuilleumier, L’Administration de la Lyonnaise sous le Haut-Empire, Paris, Les Belles Lettres, 1948. Sur un aspect du contrôle des gouverneurs sur les finances municipales, cf. É. Deniaux, « L’activité des foulons d’Évreux et le contrôle impérial à l’époque d’Antonin », Cahier des Annales de Normandie, no 23, 1990, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, p. 53-68.

6 Sur les villes et le développement du christianisme dans la future Normandie, cf. Topographie chrétienne des cités de la Gaule, des origines au milieu du viiie siècle, t. IX, Province ecclésiastique de Rouen, N. Gauthier et M. Fixot (éd.), Paris, De Boccard, 1996. Sur Vieux, cf. P. Vipard, La Cité d’Aregenua (Vieux, Calvados), chef-lieu des Viducasses. État des connaissances, Paris, Exé productions, 2002. Je dois à l’amabilité de P. Vipard d’avoir pu reproduire la statue de la tutela de Vieux (fig. 1).

7 Cf. É. Deniaux, « Viducasses et Unelles. Recherches sur la municipalisation de l’ouest de la Gaule », in Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, M. Dondin-Payre et M.-T. Raepsaet-Charlier (éd.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 231-249. Le nom de Crouciatonum apparaît sur un milliaire christianisé à Sainte-Mère-Église. Quelques lettres avaient été reconnues au xixe siècle ; le relevé du milliaire avait été fait par G. Walser en 1986 (CIL, XVII, 2, 460). P. Vipard (« Le milliaire de Sainte-Mère-Église (Manche) et le problème de la localisation de Crouciatonum », Annales de Normandie, no 3-4, juillet-octobre 1990, p. 247-262) a donné une restitution de cette pierre très abîmée où l’on peut lire quelques mots lacunaires d’une titulature impériale (sans nom d’empereur) et d’une ligne portant A CROUC(iatonum) M(ilia) P(assuum) IX.

8 H. G. Pflaum, Le Marbre de Thorigny, Paris, H. Champion, 1948.

9 Cf. É. Deniaux, « Viducasses et Unelles… », p. 231-249.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La tutela de Vieux
Légende La statue dont la tête est reproduite ici est celle de la tutela de la cité de Vieux surmontée d’une couronne ornée de tours, évocation symbolique de la cité de Vieux. [cliché P. Vipard]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 2 – Les principaux monuments romains de Normandie
Légende [É. Deniaux et CRDP de Caen, d’après C. Varoqueaux]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540