Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La Publication périodique

Studies

Le parcours historique d’une revue sous la houlette des jésuites irlandais

Marie-Claire Considère-Charon

Texte intégral

1L’histoire d’une revue est toujours celle d’une aventure avec son lot de doutes, de défis et de difficultés. Certaines ont la vie courte et ne dépassent pas les premières livraisons. Ce n’est certes pas le cas de Studies dont l’histoire a commencé en 1912, ce qui en fait, en 2004, une des plus anciennes revues irlandaises.

2Une revue c’est à la fois la continuité et la discontinuité. Au milieu de tous les bouleversements qu’elle a traversés, la continuité essentielle pour Studies a été, et reste, celle du lien étroit qui l’unit à la Compagnie de Jésus. Les supérieurs de la province ont assumé la responsabilité de la revue, notamment en nommant directeurs et rédacteurs. À la tête de Studies se succédèrent ainsi des personnalités et des équipes qui donnèrent à la revue des orientations et des tonalités diverses. À travers les mutations de la revue, on peut ainsi lire celles d’un ordre religieux qui, lui aussi, a beaucoup évolué dans un contexte soumis au changement.

3Au cours de ses quatre-vingt-douze ans d’existence, Studies a également vu se succéder des époques diverses de l’histoire de l’Irlande avec la longue suite de faits marquants, de combats et d’affrontements, d’épreuves et de controverses, mais aussi de succès qui jalonnèrent le parcours d’un État encore dans les limbes lorsque la revue vit le jour.

Origines et fondateurs

4Fondée en 1912 par cinq jésuites, rassemblés autour du Père Timothy Corcoran, cette revue était le prolongement de la New Ireland Review qui parut de 1894 à 1911, elle-même ayant pour ancêtre, de 1887 à 1894, The Lyceum. Mais cette généalogie remonte encore à The Atlantis qui fut la revue de l’université catholique d’Irlande de 1858 à 1863.

  • 1 Entre 1909 et la fin des années soixante-dix de nombreux jésuites ont assuré des fonctions à Univer (...)

5Après que cette université fut devenue partie intégrante de l’université nationale d’Irlande, en 1908, un petit nombre d’enseignants et d’étudiants de l’ordre entreprirent de créer une revue trimestrielle irlandaise. Les objectifs étaient les suivants : préserver et développer l’influence des jésuites au sein de l’université1, encourager les jeunes membres de la province irlandaise de la Compagnie de Jésus à s’affirmer dans le domaine de la recherche, à publier les fruits de leurs recherches et à apporter leur concours à la publication d’ouvrages scientifiques.

6Ce n’est sans doute pas un hasard que le premier directeur de Studies, le Père Timothy Corcoran, ait été professeur en sciences de l’éducation à University College. Cette dimension éducative est fidèle à la tradition de l’ordre, les jésuites étant reconnus comme les maîtres d’école de l’Europe.

  • 2 Il convient de rappeler que les premiers collaborateurs des Études en France étaient liés au collè (...)

7Le nom de la revue a sans doute été inspiré de celui de la revue française Études qui vit le jour en 1856, et qui explique comment Studies a, en quelque sorte, grandi à l’ombre de sa grande sœur Études2.

Des débuts difficiles

8Les débuts de Studies furent très incertains, et ce n’est que grâce aux efforts de sa petite équipe et au soutien d’un lectorat extrêmement attentif et fidèle que la revue est parvenue à maintenir le cap, dans des conditions financières très difficiles. Dès 1913, un mémorandum confidentiel dressait un constat d’échec, « Why Studies has failed », et en mars 1914 tout – à commencer par un déficit annuel de 132 livres – portait à croire que la revue était condamnée à disparaître. Une circulaire fut alors adressée aux provinces d’Angleterre, d’Amérique, de France, de Belgique, d’Allemagne et d’Italie. Le message était clair : il fallait sauver la revue dont la vocation était de sauvegarder la tradition catholique de l’université nationale irlandaise. Au moment où le troisième projet de loi pour le Home Rule était déposé au Parlement britannique, il fallait absolument un organe d’expression aux jésuites d’Irlande. L’échec de la revue aurait signifié une atteinte au prestige de la province et un revers pour la Compagnie de Jésus dans son ensemble.

9Le provincial, le Père Nohan, proposa alors d’éponger le déficit à condition de pouvoir nommer le Père Connolly au poste de directeur et rédacteur en chef de la revue, le seul qui pût, à ses yeux, relever le défi. Un grand nombre de questions furent alors soulevées. Le choix des articles semblait relever de l’arbitraire, aucune réponse n’était donnée aux auteurs et il n’y avait pas de tirés à part. Dans la pratique, aucun effort n’avait été fait pour encourager la production d’articles et établir des contacts personnels avec des auteurs potentiels. De surcroît, la revue, si elle entendait survivre, devait apprendre à se faire connaître et à sortir de son cercle de lecteurs très restreint. Nombre de pères jésuites semblaient s’en désintéresser, du moins ne faisaient-ils rien pour la diffuser.

10Le Père Connolly, qui assura la direction à partir de 1915, se déclara également convaincu que Studies ne serait viable qu’à condition d’y inclure de la publicité.

11Il fut donc décidé d’accepter des encarts publicitaires, choix qui avait d’abord été écarté par la majorité des membres de l’équipe car il allait, semblait-il, à l’encontre de la réputation de la revue. Mais c’est sans doute en partie grâce à la publicité qu’à partir de mars 1915 la revue commença à engranger des bénéfices, et sa croissance fut confirmée en 1917. Toutefois, durant ces premières années, le périodique semble avoir été à la recherche de sa vocation.

Quelle vocation ?

12La revue était, selon l’avant-propos du premier numéro de mars 1912, destinée à publier des articles sous les rubriques de « Lettres, philosophie et sciences ». Quand bien même le mot « religion » n’y figurait pas, il ne fait aucun doute que les premiers collaborateurs concevaient la revue comme un organe d’expression destiné à faire connaître les grandes orientations de la Compagnie. Toutefois, il ne s’agissait pas de faire de Studies une revue d’érudition. Reprenant à son compte la formule du cardinal Newman, le premier recteur de l’université catholique d’Irlande et incontestablement l’un des pères fondateurs, l’objectif de Studies était de fournir « un menu substantiel à un lectorat de laïques cultivés ». Tout en étant une publication sérieuse et bien informée, apte à susciter une réflexion solide et approfondie, il lui importait d’être accessible à des non-spécialistes, n’ayant pas nécessairement une formation universitaire, mais désireux de se cultiver dans la droite ligne de la pensée de l’Église catholique et de connaître le point de vue des jésuites sur des œuvres, des personnalités littéraires et historiques ou des courants de pensée.

13Le premier numéro de la revue parut en mars 1912 avec des articles portant sur des sujets aussi divers que le sens de la théorie de l’évolution, l’impérialisme athénien, les idéaux de Newman et l’avenir de la propriété privée. Si la revue était censée être une revue de lettres, philosophie et sciences, il s’avère que les numéros qui suivirent étaient essentiellement consacrés à des sujets historiques, et on y trouvait peu d’articles sur la littérature et encore moins sur la science. Outre le champ étroit de domaines abordés, la revue se caractérisait surtout par l’approche conventionnelle, voire pusillanime, de ses collaborateurs.

Une réserve prudente

14Au cours des premières décennies, une réserve prudente semble avoir prévalu au sein de la revue dans le traitement des sujets abordés, en particulier l’actualité politique et religieuse. Hormis quelques rares percées hors du bloc catholique conservateur classique, Studies était dans une large mesure une revue où l’on s’efforçait de ne froisser personne et surtout de ménager l’opinion catholique traditionnelle et bien-pensante. Il peut paraître surprenant que Studies ait pu observer, surtout à ses débuts, une telle retenue, un tel manque de hardiesse compte tenu de l’histoire très mouvementée, et souvent dramatique, d’un pays qui voyait s’enchaîner de grands et difficiles moments : guerre d’indépendance, guerre civile, naissance de l’État libre, guerre économique, émigration massive, montée de la violence en Irlande du Nord, affrontement entre l’État et l’Église, crise « moderniste » et concile de Vatican II.

15Lors de l’insurrection de Pâques 1916, la revue se fit le reflet de l’impopularité initiale à l’égard des insurgés. Puis, malgré le revirement de l’opinion et le formidable élan nationaliste qui suivit les exécutions des héros révolutionnaires, les jésuites irlandais continuèrent à donner une impression de détachement par rapport aux événements, comme si l’exemple d’Ignace de Loyola les invitait à une sorte de distanciation, voire de scepticisme, à l’égard des emportements et entreprises des humains. Les aspects politiques de la guerre civile furent également habilement occultés avec, en contrepartie, une réflexion sur la destruction des archives des Four Courts et une série d’articles sur les poètes de l’insurrection, puis Studies allait résolument prendre position en faveur des signataires du traité. Sous la plume de Kevin O’Shiel, on pouvait lire :

  • 3 Kevin O’Shiel, « The Problem of Partitioned Ireland », Studies, vol. 12, 1923, p. 629.

L’irruption du parti opposé au traité bloqua, pour un temps du moins, le mouvement vers l’union initié par ce même traité3.

16Au lendemain de l’indépendance, l’offensive nationaliste de l’État répondait au besoin de réaffirmer l’identité culturelle de la nation irlandaise. En instaurant la censure sous la forme d’un décret en 1929, l’État irlandais se montrait déterminé à revendiquer la dimension culturelle propre de la nation, ainsi qu’à rejeter les influences étrangères contraires à l’esprit national et aux préceptes de l’Église. À cette occasion, Studies allait se ranger délibérément du côté de la morale catholique traditionnelle.

17Quand ce fut le tour de l’Église catholique de veiller à préserver la catholicité de la nation, les articles de Studies se firent largement l’écho de cette préoccupation, comme le prouvent les prises de position de la revue lors du célèbre débat en 1951 autour du projet du ministre de la Santé Noel Brown, « Mother and Child Scheme ». Trois articles parurent à cette occasion qui expliquèrent pourquoi, en termes financiers, médicaux et religieux, ce projet ne devait pas aboutir. À la fin des années trente, et tout au long de la décennie qui suivit, des débats d’un type nouveau agitèrent la Grande-Bretagne et gagnèrent peu à peu l’Irlande. C’est ainsi que le keynésianisme et ses implications, les diverses politiques économiques et la lutte contre le chômage commencèrent à intéresser l’élite intellectuelle. Le mérite de Studies fut alors d’offrir des analyses écrites dans un anglais clair et compréhensible pour des non-spécialistes.

Le tournant des années cinquante

18Toutefois, c’est seulement à partir des années cinquante, où la montée du chômage et l’émigration galopante devaient susciter nombre d’interrogations sur l’avenir du pays, que Studies allait engager une nouvelle réflexion, plus libre et plus ouverte.

19L’intérêt pour l’économie allait se renforcer et se traduire par une série d’articles sur les politiques d’investissements, l’équilibre budgétaire, l’avenir des chemins de fer, la dépendance vis-à-vis de la livre sterling et l’éventualité d’une monnaie nationale. Studies allait se faire l’interprète de ces interrogations qui commençaient à secouer la torpeur de la nation. Une foule d’articles parurent sur l’avenir de l’Irlande rurale, l’œcuménisme, le contrôle des naissances, la censure, la littérature et l’art moderne. Au cours des années soixante, un débat s’ouvrait entre partisans et adversaires du marché commun, sous la plume de personnalités diverses comme Garret FitzGerald, Patrick Lynch ou Seán O’Faoláin.

20Les titres des articles reflétaient une nouvelle prise de conscience de l’importance historique du moment, avec l’entrée de l’Irlande dans une ère nouvelle. Le souci de sortir l’île de son isolement était évoqué à plusieurs occasions dans les articles intitulés : « Escape from Stagnation », « Ireland : the End of an Era », « Seeking a National Pur-pose », etc. Déjà en 1955 Roland Burke Savage déclarait :

  • 4 Roland Burke Savage, « Ireland tomorrow », Studies, vol. 44, 1955, p. 3 : « Cut off almost complet (...)

Presque totalement coupés de la pensée catholique de notre époque en Europe, nous nous complaisons dans les eaux dormantes d’un endroit retiré. Pour secouer notre douce torpeur nous avons grand besoin d’être stimulés par un idéal gratifiant, assorti du sentiment de la vocation qui l’accompagne et par une autorité qui nous inspire et nous fasse avancer vers cet idéal4.

21Dans le tandem Whitaker-Lemass, l’Irlande pensait avoir trouvé ses nouveaux guides et l’optimisme était largement partagé par les auteurs. Ce nouveau souffle allait également donner lieu à des analyses et à des avis divers sur les modèles de développement, ainsi que sur les modèles sociaux. Dès 1964, Garret FitzGerald exprimait son approche d’une nouvelle philosophie politico-économique. Ainsi, dans un article de Studies paru en 1964, l’auteur déclarait :

  • 5 Joseph Ruane, « Ireland, European Integration and the dialectic of nationalism and postnationalism (...)

Si nous pouvons réussir à greffer ces idées libérales et socialistes, qui sont elles-mêmes largement chrétiennes dans leur origine et leur inspiration, sur la forme particulière que revêt la tradition chrétienne dans notre pays pour cette génération, nous parviendrons peut-être à développer une philosophie cohérente qui nous soit propre, adaptée aux besoins de notre époque, et manifestement supérieure au conservatisme excessif que l’on découvre parfois dans les attitudes catholiques, ainsi qu’au libéralisme insipide courant en Grande-Bretagne et au socialisme doctrinaire de nos pays5.

22Dans cette idée de réussir une forme d’alchimie créatrice par la fusion des éléments les plus positifs des divers courants – chrétien démocrate, libéral et socialiste –, on peut déceler le souci d’échapper à tout dogmatisme idéologique en inaugurant pour l’Irlande un modèle original et en quelque sorte atypique.

23Les grandes réformes dans le domaine de l’éducation, ainsi que les problèmes traversés par la famille chrétienne tels que la mésentente conjugale, appelèrent également de nombreux commentaires. À partir des années soixante-dix, la violence en Irlande du Nord, les gens du voyage et la libéralisation des mœurs dans les pays comme l’Angleterre allaient être autant d’autres sujets fréquemment abordés.

24Le traitement de ces sujets avait beaucoup changé par rapport aux décennies passées et de nombreux tabous étaient peu à peu levés. Signe tangible de sa vigueur nouvelle, Studies commença à susciter l’attention des quotidiens nationaux pour ses analyses. Toutefois, si certains articles laissaient entrevoir des ouvertures possibles, l’image d’ensemble restait dans le prolongement de ce qui fut le trait dominant de la revue : cheminer avec prudence sur une voie médiane peu marquée par des opinions tranchées.

La remise en cause et le chemin de l’ouverture

25En 1984, le nouveau rédacteur en chef de Studies, le Père Brian Lennon, annonçait l’intention de faire de sa revue une étude de la société irlandaise dans la fidélité aux valeurs de l’Église tout en traçant la voie de l’avenir. Cette mutation était conforme aux nouvelles orientations de la Compagnie de Jésus qui, depuis les années soixante-dix, lors de ses assemblées mondiales, s’était donné pour tâche de conjuguer le service de la foi et la promotion de la justice sociale. Il s’agissait aussi pour la revue de s’ouvrir à une perspective humaniste plus large et plus généreuse, la diversité y apparaissant comme un moyen de trouver Dieu sur de nouveaux sentiers. Cette refonte de ses objectifs allait revêtir toute sa dimension à l’aube du xxie siècle, dans une société du savoir où l’écart se creuse entre riches et pauvres.

26Studies commença à débattre des aspects les plus divers de la société irlandaise dont l’évolution profonde allait amener la revue à devenir le baromètre intellectuel du climat politique et social. Il s’agissait en outre de provoquer la bonne conscience des honnêtes gens par des articles plus vigoureux, en particulier sur les vieux démons et les fléaux de la société irlandaise : la pauvreté, l’alcoolisme, mais également le refus d’aborder les réalités en face. Une série de réflexions de type iconoclaste furent lancées qui répondaient au souhait exprimé de fournir une analyse rigoureuse de maintes idées toutes faites trop facilement admises dans l’Irlande d’aujourd’hui.

27Cette époque fut aussi celle de la remise en question des grandes orientations de l’État irlandais lors de ses premières années d’existence. Au panthéon des héros nationalistes irlandais, Patrick Pearse, naguère vénéré comme le héros de la révolution catholique, allait être la cible d’un tir nourri de la part de commentateurs qui le rendaient responsable de la partition.

28La psychologie bénéficia également d’un intérêt croissant avec des analyses sur les écoles psychanalytiques. Mais le souci de se maintenir en contact avec l’époque ne devait pas détourner Studies du rôle essentiel qui lui incombait : permettre aux esprits de juger des événements transitoires à la lumière des vérités supérieures, travailler à la formation d’une conscience chrétienne authentique, c’est-à-dire largement ouverte à toute réalité présente, mais scrupuleusement attentive et fidèle aux valeurs de la morale et de la foi.

Les valeurs ignatiennes

29La revue a ainsi eu à cœur d’incarner les valeurs ignatiennes à travers une vision sacramentelle de l’univers, qui consiste à voir Dieu en toutes choses et encourage l’étude et l’analyse. Studies incarne la fidélité que l’entreprise des ouvriers de la plume entend bien garder aux principes et aux exigences de la spiritualité particulière qu’ils héritèrent du fondateur de la Compagnie.

30La référence théologique y tient toujours une large place mais s’ouvre aux autres confessions chrétiennes, à l’œcuménisme et, plus nettement ces dernières années, à la spiritualité hors frontières qui implique le nouveau pluralisme des religions.

31Si le champ des sources ignatiennes s’est rétréci, il donne un éclairage spécifique aux sujets de société abordés de façon systématique. Il s’agit en l’occurrence d’aider les lecteurs à discerner sans prétendre juger ni trancher, en soulignant le souci d’une ouverture à tout l’humain.

32La solidarité avec les plus pauvres est au cœur des préoccupations de la revue dans la droite ligne du nouveau défi lancé aux jésuites lors de leurs congrès mondiaux. La Compagnie de Jésus est consciente de la réalité nouvelle liée à la crise des vocations et à la part croissante des laïques dans le fonctionnement de l’Église et, par le biais de la revue, elle entend encourager un partenariat des plus actifs entre religieux et laïques.

33L’idéal ignatien du magis, qui fonde la quête de l’excellence, inspire sa démarche dans la mesure où 80 % des articles qui affluent au 36, Leeson Street sont refusés, ce qui souligne le souci de Studies d’apparaître comme l’une des meilleures revues scientifiques irlandaises.

La reconnaissance de l’élite

34En 1986 la revue fêtait ses soixante-quinze ans d’existence avec son 300e numéro mais elle n’avait pas attendu cette date pour obtenir la reconnaissance de l’élite du pays pour sa contribution à la vie intellectuelle irlandaise.

  • 6 « […] articles forming the basis of discussion which has sometimes determined the future of our co (...)

35Dès 1964 Sean Lemass déclarait que la revue avait fourni des articles servant à alimenter des débats qui furent parfois déterminants pour l’avenir du pays6. Seán O’Faoláin considérait que Studies était la seule revue d’inspiration catholique qui soit intelligente. Avis partagé par Conor Cruise O’Brien qui déclarait :

  • 7 Donat O’Donnell, « The Catholic Press », The Bell, vol. 11, 1945, p. 38.

En général, notre presse catholique, du renommé Studies publié par les jésuites au populaire Irish Messenger, couvre une large gamme du point de vue culturel, mais son champ idéologique est beaucoup plus étroit que ce que tolère l’orthodoxie en d’autres contrées7.

36La revue est désormais utilisée comme source par de nombreux historiens et critiques contemporains. Elle est souvent citée pour ses analyses de l’histoire et de la société, ses articles dans des disciplines diverses telles que la philosophie, l’économie, la sociologie ou encore la psychologie. Au fil des temps, elle s’est imposée aussi par ses recensions multiples, destinées à orienter le choix des lecteurs dans l’afflux des divers ouvrages nouvellement parus au cours des derniers mois.

Vie et gestion de la revue

37Studies est placée sous le haut patronage de l’archevêque d’Irlande mais s’est affranchie du lien qui l’unissait à University College. Chaque numéro d’une centaine de pages offre une vingtaine d’articles sur des sujets de l’actualité politique, sociale, internationale, religieuse et sur des thèmes de fond, comme par exemple l’histoire irlandaise ou les relations entre le Nord et la République, traités avec ouverture et sérieux, à la lumière des valeurs chrétiennes. Quant à la publicité, elle reste très limitée.

38Le comité de rédaction (constitué par le conseil scientifique, assisté du comité de lecture) comprend une dizaine de membres qui viennent d’horizons très variés. Dans le dernier numéro, un seul d’entre eux appartenait à la Compagnie de Jésus. On fait parfois appel à des conseillers externes pour des sujets spécifiques lorsque le comité de rédaction estime qu’il a besoin d’un éclairage complémentaire. Ce comité se réunit régulièrement pour définir la politique générale de la revue et le contenu de chaque numéro et pour décider des numéros thématiques. Il assure un rôle d’« expertise » pour les manuscrits reçus.

39La très grande majorité des auteurs jusqu’aux années soixante-dix appartenaient à l’ordre. Ceci s’explique en partie par le fait que de nombreux jésuites s’étaient vu confier des chaires ou des charges d’enseignement en histoire à University College. Si la part des laïques s’est accrue progressivement, au début des années quatre-vingt-dix, le quart des auteurs appartenait encore à la Compagnie de Jésus, et 92 % étaient des hommes. Pendant longtemps, ce périodique allait ainsi réserver la portion congrue aux femmes. Il a fallu attendre les années quatre-vingt-dix pour qu’elles figurent dans la liste des auteurs.

40Pour répondre à sa double vocation – attachement indéfectible à la tradition et aux valeurs de l’Église catholique d’une part, et ouverture sur l’actualité politique économique, sociale et littéraire d’autre part – Studies décida de publier chaque année plusieurs numéros thématiques. Dans le domaine du religieux paraissaient à l’automne 1991 un numéro sur les cent dernières années de la doctrine sociale de l’Église catholique, à l’automne 1996 un numéro consacré à John Henry Newman, et à l’hiver 1998 un autre numéro consacré à l’archevêque John Charles McQuaid. Enfin Studies abordait en hiver 2000 les scandales qui avaient profondément entaché l’Église catholique.

41Concernant les divers débats qui ont agité la société irlandaise au cours des dernières années, il convient de signaler un numéro de l’hiver 1997 consacré à la sécularisation, puis un numéro de l’automne 1998 consacré aux changements culturels en Irlande à la lumière des ouvrages de fiction d’auteurs contemporains tels que Joseph O’Connor ou Frank McGuinness. À noter également un numéro de l’été 1999 ayant pour thème le système pénal en Irlande, un numéro du printemps 2001 portant sur l’Irlande à l’ère de la prospérité et un numéro publié immédiatement après ce dernier, portant sur l’avortement. Il y eut également un numéro sur l’éducation en 2001 et en 2004 le numéro de printemps avait pour thème Ireland, Europe and abroad.

42La littérature et l’art ont également fait l’objet d’éditions spéciales. Ainsi, en été 2001, le numéro était consacré à la littérature irlandaise vue d’Amérique, celui de l’automne 2002 à l’art en Irlande sans oublier le sport qui fut retenu pour le numéro de l’automne 2001. Le prochain numéro à paraître sera entièrement consacré à Joyce. Le numéro de l’hiver 2003 avait pour thème Ireland’s recent memory. Sous la plume du rédacteur en chef, le Père O’Donoghue, qui, comme nombre de ses illustres prédécesseurs, est enseignant en sciences de l’éducation, on pouvait lire :

  • 8 Fergus O’Donoghue, « Editorial », Studies, vol. 92, Winter 2003, p. 327-328 : « The healthiest way (...)

La façon la plus saine de nous confronter à nos souvenirs récents est de regarder la réalité. Cela revient à examiner la façon dont le changement s’est amorcé dans les années soixante et n’a jamais cessé depuis. Cela revient à accepter que les différentes forces dans les églises et en politique aient œuvré pour le bien commun même si leur interprétation a provoqué des dissensions entre elles et semblerait aujourd’hui paternaliste8.

43Et il ajoutait :

  • 9 Ibid. : » There is no substitute for self-knowledge and self-acceptance. Jesuits have had to look (...)

Il n’existe pas de substitut à la connaissance de soi-même et à l’acceptation de soi-même. Les jésuites ont dû porter leur regard sur notre fondateur, sur son héritage et sur les manières positives et négatives dont les générations suivantes ont su comprendre ou non Ignace de Loyola9.

44La revue compte environ un millier d’abonnés. En Irlande la majorité des abonnés sont des particuliers. À l’étranger, c’est l’inverse dans la mesure où pas moins de 305 institutions sont abonnées à la revue.

  • 10 http. ://www.jesuit.ie/studies

45En septembre 1997, Studies a décidé de faire le grand bond technologique et d’ouvrir un site sur la toile10. Au cours de l’hiver 2003-2004, il fut décidé par le conseil de rédaction que la revue ferait peau neuve, et la couleur rouge de sa couverture fut abandonnée.

46Un congrès annuel rassemble les divers rédacteurs en chef des revues publiées par les jésuites. Celui de 2003 eut lieu à Drongen dans les Flandres. Celui de 2004 a eu lieu à Madrid début juin. Les sujets évoqués sont divers, tels que les problèmes de l’Église et de la Compagnie de Jésus, le nombre d’abonnés, la sélection des articles et l’utilisation des nouvelles technologies. Les rapporteurs sont en général des laïques.

47Une revue à l’histoire séculaire, comme celle de Studies, est assurément le miroir d’une nation. Le discrédit qui pèse sur les premières décennies de l’Irlande indépendante a sans aucun doute rejailli sur Studies dont l’histoire des débuts est associée à l’image d’une Irlande étriquée, pudibonde et soumise aux diktats du clergé catholique.

48Dans un pays encore pénétré du catholicisme en ses profondeurs, mais qui n’est plus emblématique de la chrétienté comme il l’était naguère, la revue a réussi à évoluer, tout comme l’ordre religieux qui la sous-tend, même si certains pensent que l’évolution s’est faite au détriment de son identité tandis que d’autres la trouvent encore trop assujettie à l’Église catholique.

49Attentive à la littérature, à la philosophie, aux questions de société ou aux problèmes d’éthique, Studies aujourd’hui s’efforce de trouver sa place dans un pays en voie de sécularisation, dans le respect de toutes les opinions et de toutes les confessions.

50La variété est devenue un élément essentiel de la revue. En abordant la réalité dans toutes ses dimensions et sa complexité, avec le souci constant de prendre du recul, de réfléchir, d’examiner et d’évaluer, Studies tente de poursuivre sa mission d’organe d’expression et d’outil au service de l’épanouissement intellectuel et spirituel. Cette démarche, que l’on peut qualifier de « progressiste », s’accompagne toutefois d’un attachement indéfectible aux valeurs traditionnelles de l’Église catholique, au respect de l’autorité et des interdits dans le domaine des mœurs. Dans ce souci d’accompagner les bouleversements de la société irlandaise tout en réaffirmant les valeurs et les exigences de l’Église, on peut déceler une dynamique de la conciliation, certains diront de la contradiction, qui est peut-être, à l’aube du xxie siècle, la véritable signature de cette revue.

Notes

1 Entre 1909 et la fin des années soixante-dix de nombreux jésuites ont assuré des fonctions à University College et largement contribué à la vie de Studies. Les noms d’Aubrey Gwynn et John Ryan en histoire, Michael Egan en mathématiques, Frank Shaw en irlandais, John Moore en botanique, Sean O’Cathain et Timothy Corcoran en sciences de l’éducation, Martin Brennan en psychobiologie et Michael Paul Gallagher en anglais sont fréquemment évoqués.

2 Il convient de rappeler que les premiers collaborateurs des Études en France étaient liés au collège que la Compagnie avait ouvert sur la colline Sainte-Geneviève. Études devait fournir une contribution à cet établissement d’enseignement supérieur, tout comme au xviiie siècle, les rédacteurs des Mémoires étaient rattachés au Collège Louis-le-Grand, rue Saint-Jacques, à Paris.

3 Kevin O’Shiel, « The Problem of Partitioned Ireland », Studies, vol. 12, 1923, p. 629.

4 Roland Burke Savage, « Ireland tomorrow », Studies, vol. 44, 1955, p. 3 : « Cut off almost completely from the catholic thoughts of our time in Europe, we enjoy the stagnant peace of a backwater. To shake us out of our complacent lethargy we badly need the stimulus of a satisfying ideal with the sense of vocation that goes with it, and of inspiring leadership that will urge us forward towards that ideal. »

5 Joseph Ruane, « Ireland, European Integration and the dialectic of nationalism and postnationalism », Études Irlandaises, vol. 19, n° 1, 1994, p. 183-193 : « If we can successfully graft these liberal and socialist ideas, themselves largely Christian in their origin and inspiration, on to the particular form in which the Christian tradition displays itself in our country in this generation, we may succeed in developing an internally consistent philosophy of our own, appropriate to the needs of the time in which we live, and clearly superior to the excessive conservatism sometimes found in Catholic attitudes, as well as to the wishy-washy liberalism common in Britain, and the doctrinaire socialism of our countries. »

6 « […] articles forming the basis of discussion which has sometimes determined the future of our country ». Cet hommage fut rendu lors d’une réception organisée à University College en novembre 1964 sur le thème « The Future of Studies ». Il ajoutait : « A review of the importance and status of Studies is important to the development of the nation. »

7 Donat O’Donnell, « The Catholic Press », The Bell, vol. 11, 1945, p. 38.

8 Fergus O’Donoghue, « Editorial », Studies, vol. 92, Winter 2003, p. 327-328 : « The healthiest way of dealing with our recent memories is to look at the reality. This means examining how change began in the 1960s and has never stopped since. It means accepting that different forces in the churches and in politics did work for the public good, even though their interpretation caused disagreement amongst themselves and would today seem paternalistic. »

9 Ibid. : » There is no substitute for self-knowledge and self-acceptance. Jesuits have had to look at our founder, his legacy and the positive and negative ways in which subsequent generations have understood or misunderstood Ignatius of Loyola. »

10 http. ://www.jesuit.ie/studies

Auteur

Marie-Claire Considère-Charon est professeur de civilisation anglaise et irlandaise à l’université de Franche-Comté. Sa thèse de doctorat (1992) étudie la minorité protestante dans la République d’Irlande de la Réforme à l’époque actuelle. Depuis, elle s’est intéressée à l’intégration de l’Irlande en Europe. Son livre Irlande, une singulière intégration européenne a été publié par Economica en 2002.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540