Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La Publication périodique

Le fantastique dans le Dublin University magazine (1833-1877)

Gaïd Girard

Texte intégral

  • 1 L’emploi de ce terme est beaucoup discuté aujourd’hui, particulièrement depuis que McCormack l’a r (...)

1La création du Dublin University Magazine (DUM), qui parut de façon ininterrompue de 1833 à 1877, suit de près la loi d’Émancipation catholique de 1829 et la loi de Réforme de 1832 qui affaiblissaient le statut social, religieux et économique de l’Ascendancy1. Elle s’inscrit dans le cadre plus large de la réaction des élites intellectuelles protestantes à la perte d’autonomie et d’influence de l’intelligentsia dublinoise à la suite du traité d’Union avec l’Angleterre de 1800. Dublin n’est plus l’égale des autres capitales européennes, le parlement irlandais disparu n’offre plus la possibilité de joutes oratoires et intellectuelles fécondes, l’industrie de l’édition est devenue dépendante des grandes maisons londoniennes.

  • 2 William John McCormack, « The Intellectual Revival », in Seamus Deane (éd.), The Field Day Antholo (...)
  • 3 Ibid., p. 1210 : « An Irish press may, we trust, well supply the place which a native legislature (...)

2En 1837, le directeur du DUM, Isaac Butt, publie une sorte de manifeste littéraire intitulé Past and Present State of Literature in Ireland dans lequel W. J. McCormack voit le premier essai de théorisation d’une littérature anglo-irlandaise2. Il y défend l’idée que le DUM doit contribuer à l’émergence d’une littérature nationale, « a native literature », qui remplacerait le rôle culturel tenu par le Parlement de Dublin3. Cette importance donnée à la littérature ne se démentira jamais, et c’est ainsi que l’on peut affirmer que le DUM joue un rôle fondamental dans la construction d’une identité culturelle anglo-irlandaise d’autant plus souhaitée que l’assise économique, sociale et politique des protestants s’amenuise au cours du siècle.

  • 4 Barbara Hayley, « A Reading and Thinking Nation : Periodicals as the Voice of Nineteenth-Century I (...)
  • 5 Wayne E. Hall, Dialogues in the Margin
  • 6 Le Wellesley Index to Victorian Periodicals (vol. IV) fait état de maintes incertitudes. Un compte (...)

3Tourné à la fois vers l’Angleterre et l’Irlande, le DUM s’inspire du modèle conservateur et cosmopolite du Blackwood’s Magazine, tout en cherchant à construire une image de l’Irlande romantique, par le biais d’un passé et d’une littérature héroïque qu’il se réapproprie. Cette ambition née du vide et des dangers créés par le traité d’Union de 1800 nécessite le talent de jeunes gens énergiques qui inventent de nouvelles formes littéraires d’hybridation. Ils réussissent à convaincre puisque le DUM est un succès dès ses débuts. Il ne faiblira qu’après 1850, avant d’être repris en main par Le Fanu de 1861 à 1869. Barbara Hayley parle à son sujet de « voix irlandaise singulière »4 et Wayne E. Hall, dans l’étude générale qu’il a consacrée à cette revue, montre bien sa mission duelle, à la fois politique et littéraire5. Il s’agira ici de comprendre plus précisément comment et pourquoi la carrière d’un auteur fantastique comme Le Fanu se confond avec celle du DUM, où il a publié la grande majorité de son œuvre de fiction, de 1838 à 1861. Ses récits voisinent avec de nombreux textes relevant du fantastique au sens large souvent publiés anonymement, dont les auteurs ne sont pas toujours connus aujourd’hui6. Comment s’est-il inscrit dans la politique éditoriale de la revue ?

L’exemple du Blackwood’s Edinburgh Magazine

  • 7 On trouve sous la plume de De Quincey les exclamations suivantes : « REVOLUTION ! – French Revolut (...)
  • 8 « That monstrous and incestuous offspring of infidelity and superstition », DUM, April 1833, p. 400
  • 9 « Popery seems to have reached the lowest point of moral deterioration », DUM, March 1833, p. 255.

4Le DUM s’inspire du modèle conservateur et cosmopolite du Blackwood’s Magazine. Les liens entre les deux revues sont nombreux. Toutes les deux sont créées aux marges de l’Angleterre pour défendre une ligne politique élitiste, très conservatrice et anticatholique, en opposition aux idées libérales et aux gouvernements Whig qui conduisirent à la réforme électorale de 1832. Blackwood’s n’hésite pas à attaquer férocement ses opposants politiques, utilisant un langage digne des récits les plus sensationnels et gothiques qu’il publie par ailleurs7. Le DUM, quant à lui, qui décrit le catholicisme comme « le descendant incestueux et monstrueux de l’incroyance et de la superstition »8 et conclut que « le papisme semble avoir atteint le point le plus bas de la dégénérescence morale »9, présente la loi de 1832 de manière semblable :

  • 10 « So-called reformation of the house of commons was the most insane and reckless project that ever (...)

La prétendue réforme de la Chambre des communes a été le projet le plus imprudent et le plus insensé qui ait jamais souillé les mains d’un conseil d’hommes politiques à courte vue et aux mœurs dissolues10.

5La rhétorique politique rejoint le genre littéraire et on retrouve dans le DUM, comme dans Blackwood’s, les paradigmes victoriens du monstrueux, de la corruption et de l’hystérie pour rendre compte de la réalité sociale et politique britannique.

  • 11 Le Fanu lui-même ne collaborera jamais au Blackwood’s, bien que l’on ait retrouvé la trace de deux (...)

6Cependant, la ligne éditoriale littéraire du DUM est beaucoup plus ouverte et nuancée que ces positions politiques ne le laisseraient présager, tout comme celle du Blackwood’s d’ailleurs. Si ces deux revues sont des machines de guerre politiques, elles s’inscrivent aussi dans le mouvement européen nourri de romantisme et de philologie allemands né dans la deuxième moitié du xviiie siècle, qui cherche à revenir aux sources primitives de littératures et de cultures nationales auparavant négligées. Un certain nombre d’essayistes et d’écrivains collaboreront d’ailleurs à la fois au Blackwood’s et au DUM11.

  • 12 Robert Morrison, Chris Baldick (éd.), Tales of Terror from Blackwood’s Magazine, Oxford, Oxford Un (...)

7John Anster, l’un des fondateurs du DUM, traduit pour Blackwood’s de longs extraits de la première partie du Faust de Gœthe dès 1820, après y avoir déjà fait paraître des traductions de l’allemand. William Maginn, qui contribua à fonder Frazer’s Magazine en 1830, fut aussi un ardent propagateur de la littérature allemande et propose également des traductions et des adaptations de l’allemand dans le DUM. Il publie auparavant dans Blackwood’s Magazine « The Man in the Bell » en 1821, récit jugé assez typique pour être reproduit dans une anthologie des récits de terreur de la revue parue en 199512. Samuel Ferguson, une voix importante du DUM, y fait paraître pour sa part « The Unvoluntary Experimentalist » en 1837.

  • 13 Voir Edgard Allan Poe, « How to write a Blackwood’s Article », 1828.
  • 14 Voir « Anthologia Germanica » de James Clarence Mangan, de 1835 à 1838 ; Signor Formica de E.T.A. (...)

8Le goût de Blackwood’s pour l’étrange et le macabre se retrouve dans les nombreux romans à sensation publiés en épisodes par la revue (dont le Melmoth de Maturin) et dans ses recensions d’ouvrages de fiction, comme ceux de Godwin, de Galt ou de E.T.A. Hoffmann. Il est connu que l’article de Blackwood’s consacré aux Élixirs du Diable (1824) influença profondément Poe, avant qu’il ne critique le style du magazine, pour ensuite l’imiter13. On retrouve dans le DUM cet intérêt pour le macabre et le fantastique allemand et plusieurs textes de Hoffmann y seront présentés, entre autres « légendes allemandes »14. D’ailleurs, dès le premier numéro du DUM (1833), un long article signé Herr Zander était consacré à la littérature allemande et le deuxième numéro publiait la traduction de la deuxième partie du Faust de Gœthe par Anster.

  • 15 Voir Patrick O' Neill, « German Literature and the Dublin University Magazine, 1833-1850. A Checkl (...)
  • 16 Voici par exemple les premières lignes d’un extrait de l’» Anthologia Germanica » du DUM de septem (...)
  • 17 DUM, June 1839, vol. 13, p. 707.
  • 18 Voir Ellen Shannon-Mangan, James Clarence Mangan : a Biography.

9Dès le troisième numéro débute la longue collaboration entre James Clarence Mangan et le DUM, avec une traduction de Schiller. Mangan sera un infatigable traducteur et défenseur de la littérature allemande jusqu’à sa mort en 1849 ; il écrira 558 des 1179 pages du DUM consacrées à la littérature allemande15. Une sélection de sa série « Anthologia Germanica » sera d’ailleurs publiée en 1845. Il traduit et présente les textes allemands qui présideront au renouveau de l’intérêt pour les thèmes fantastiques des années 1830-1840 : Bürger, La Motte-Fouqué, Heine, Schiller, Goethe, Kerner, Tieck, Klopstock, Hoffmann, Chamisso, etc.16. En juin 1839, il traduit un conte d’Hoffmann, « The Datura Fastuosa », qu’il fait précéder d’une introduction présentant Hoffmann comme « l’un des représentants les plus remarquables de ce qui a été appelé l’école allemande de récits fantastiques »17, et mentionne entre autres Les Élixirs du Diable, L’Homme au sable et le célèbre article de Walter Scott sur le fantastique d’Hoffmann. Il paraît aussi acquis que Mangan présentait comme des traductions de l’allemand des textes qu’il écrivait lui-même18.

  • 19 Voir John Francis Waller, dans l’introduction à une recension de ballades allemandes traduites par (...)

10Il est l’auteur d’un récit en deux épisodes paru en 1838 dans le DUM, intitulé « The Thirty Flasks », et qui présente une variation burlesque sur le thème du pacte diabolique, nourri à la fois de Peter Schlemihl, de Faust et de Melmoth. Son héros, qui s’est ruiné au jeu, vend son corps centimètre par centimètre à un (petit) envoyé du diable. Le ton facétieux pour parler de fantômes et du diable n’est pas rare au DUM, et c’est dans ce contexte que l’on peut mieux apprécier des textes de Le Fanu comme « Borrhomeo the Astrologer » paru de façon anonyme dans le DUM en 1862. Le goût de la revue dublinoise pour les histoires de fantômes et de revenants germaniques n’empêchait pas ses collaborateurs d’en critiquer les abus et de regretter que certains se détournent des fées et des banshees locales pour leur préférer les sorcières de Walpurgis19.

  • 20 Wayne E. Hall, Dialogues in the Margin…, p. 113. Il voit dans un chapitre de College Romance (1835 (...)
  • 21 « Carl Stelling, the Painter of Dresden », DUM, July 1842, vol. 20, p. 59-74. L’intrigue se noue a (...)
  • 22 « Love and mesmerism : some passages from the life of the countess of Rosenthal », DUM, January 18 (...)

11D’autres auteurs comme Butt, Lever, Percy Boyd s’inscrivent aussi dans une tradition cosmopolite, et Wayne Hall va jusqu’à dire que le goût de Le Fanu pour le fantastique s’est formé au contact du DUM, et non le contraire20. Le motif du tableau fantastique très utilisé dans les textes du xixe siècle relevant de l’étrange ou du surnaturel se retrouve très tôt dans le DUM. Le récit de Le Fanu « Strange Event in the Life of Schalken the Painter » date de 1839, alors que « The Oval Portrait » de Poe n’est publié qu’en 1841. L’année suivante, une nouvelle de Charles Lever intitulée « Carl Stelling, the Painter of Dresden » paraît dans le DUM. Ce texte n’est pas dénué d’intérêt et entretient quelques rapports avec « Schalken », et aussi avec le thème de la revenante destructrice qui annonce « Carmilla »21. Un récit de Percy Boyd publié dans le DUM en 1849 met en scène un jeune peintre allemand, qui se révèle cependant plus talentueux comme médium que comme peintre22. Henry Ferris, dans un de ses nombreux essais publiés dans le DUM ayant trait à l’étrange et au mesmérisme, souligne la nature particulière des tableaux dans un passage de « Mares’Nests », que l’auteur de « Strange Event in the Life of Schalken » n’aurait pas pu renier :

  • 23 Henry Ferris, « Mares’Nests », DUM, February 1845, p. 137 : « Pictures sometimes suggest stories, (...)

Quelquefois, les tableaux suggèrent des histoires, et quelquefois c’est le contraire. […] Mais le lien entre tableau et histoire est quelquefois d’une nature plus mystérieuse. De temps en temps, un tableau rappellera au spectateur des souvenirs de sa propre vie – il représentera de façon étonnamment fidèle un événement auquel il a été mêlé – un moment dont il se souvient particulièrement, mais dont le peintre n’a pas pu avoir connaissance23.

  • 24 William John McCormack, « The Intellectual Revival », p. 1175 : « In the succeeding decade [after (...)

12Le DUM s’inscrit donc dans un mouvement européen et, à l’instar du Blackwood’s, développe dès ses débuts une dimension cosmopolite qui ne se limite d’ailleurs pas à son intérêt marqué pour l’Allemagne. Nombreux sont les articles qui concernent la littérature française en particulier, ainsi que les récits de voyageurs qui parcourent l’Europe, mais aussi le territoire de l’Angleterre impériale. On trouve de nombreux exposés sur les croyances et les superstitions polonaises ou indiennes, qui rejoignent le goût pour le merveilleux et le surnaturel déjà présent dans la prédilection pour les productions germaniques. L’étrange et l’inquiétant restent au rendez-vous, sous des formes variées, reflétant le doute des élites intellectuelles protestantes victoriennes du xixe siècle irlandais24.

Le retour vers les origines d’une culture nationale

  • 25 Pierre-Yves Pétillon, L’Europe aux anciens parapets, Paris, Seuil, 1986, p. 170.
  • 26 The Oxford Companion to Irish Literature définit ainsi la mission culturelle du DUM : « Part of the (...)

13Le mouvement romantique de retour aux origines d’une culture et d’un imaginaire oublié prend des formes spécifiques pour les protestants irlandais. Il est la voie d’une « impatriation »25 dans le passé irlandais d’une élite culturelle qui cherche sa place et sa voix, entre la culture de la majorité catholique du pays et une Angleterre réformiste et hostile. La création du DUM prolonge un mouvement commencé dès la deuxième moitié du xviiie siècle en Irlande, qui voit les membres de l’élite intellectuelle protestante s’intéresser à la littérature gaélique et chercher à la rendre accessible à un public anglophone26. Le DUM se donne donc pour mission de rendre compte de la richesse et de la diversité de la culture irlandaise, de son passé et de sa littérature. Il est en cela l’héritier de la première Renaissance celtique, c’est-à-dire celle qui s’est développée dans le cadre du mouvement romantique partout en Europe à la suite de la publication des écrits de l’Écossais MacPherson, dans les années 1760. Cette exhumation et cette recréation d’un passé et d’une littérature celtes glorieux firent des émules en Irlande où histoire et poésie ont toujours été liées, tant les événements les plus marquants des combats incessants livrés entre nouveaux arrivants et anciens habitants ont été célébrés sur le mode héroïque dans la tradition orale gaélique.

  • 27 « Ultor de Lacy » (1861), « The Child that Went with the Fairies » (1870), « Carmilla » (1871-1872 (...)
  • 28 Wayne E. Hall, Dialogues in the Margin…, p. 48 : « Ferguson sought to establish that Protestants l (...)

14Samuel Ferguson dont nous avons déjà parlé à propos du Blackwood’s, l’une des premières et des plus puissantes voix du DUM, se tourne résolument vers l’Irlande en publiant dès les débuts de la revue un poème devenu célèbre, « The Fairy Thorn » (DUM, mars 1834), qui reprend la légende très familière aux Irlandais de la jeune fille volée par les fées. Le Fanu en proposera plusieurs variantes dans ses récits tardifs27. En avril 1834, le même Ferguson publie dans le DUM un essai en quatre parties critiquant l’ouvrage de James Hardiman Irish Minstrelsy, paru en 1831. Il lui reproche d’avoir affaibli la force de la poésie gaélique originale par manque de talent littéraire mais surtout par bigoterie. D’après lui, le filtre catholique de l’auteur dénature la force romantique du poème d’amour qui exprime la vraie passion et l’héroïsme des anciens guerriers, représentants d’une Irlande authentique que les protestants irlandais cherchent à retrouver. Par l’intermédiaire de Ferguson, ceux-ci sont ainsi invités à légitimer leur position par la reconnaissance et l’appropriation culturelle d’un passé mythique irlandais, par-delà la coupure de la religion28. Les préoccupations culturelles communes à toute l’Europe au début du xixe siècle, c’est-à-dire le retour aux sources orales et primitives de la culture d’une nation, prennent ainsi une dimension particulière, plus ouvertement politique dans le contexte irlandais.

  • 29 Comme le montre William Carleton dans « Larry M’Farland Wake », toutes sortes de récits s’échangen (...)
  • 30 Voir « The Fortunes of Sir Robert Ardagh », « The Last Heir of Castle Connor », « A Chapter in the (...)

15Dès ses débuts, le DUM n’a pas hésité à ouvrir ses colonnes aux diverses adaptations écrites de récits oraux, qu’il considérait comme un patrimoine commun à tous les Irlandais. Le premier texte de Carleton publié en 1833 s’intitule « The Dead Boxer, an Irish legend », le deuxième « The Resurrections of Barney Bradley » (1834), et le troisième « Stories of Second Sight and Apparitions » (1834). On voit bien que l’étrange et le surnaturel ont pleinement droit de cité dans ce mouvement vers une culture irlandaise authentique, aux côtés des récits historiques29. Si Le Fanu n’a pas la familiarité d’un Carleton ou d’un Kennedy avec la culture gaélique et le vaste ensemble de légendes que tout catholique irlandais issu d’un milieu rural connaît, la création du personnage du père Purcell, un prêtre catholique vivant au xviiie siècle, narrateur ou collecteur d’une dizaine de récits de Le Fanu parus dans le DUM de 1838 à 1840, l’inscrit dans la tradition de l’historiographie populaire, où l’histoire n’est jamais très éloignée de la légende et du surnaturel, et où prédomine une nostalgie romantique pour un passé rêvé de loyauté et d’honneur30.

16D’une certaine manière, cette tradition jette un pont entre les récits familiers de tout Irlandais baignant dans un milieu rural dans la première moitié du siècle, même s’il est protestant, et le goût européen pour les contes de fées suscité par les premiers recueils des frères Grimm (1812-1815) ; ceux-ci cherchaient à retrouver la poésie et l’invention de la culture populaire allemande, tout en se livrant à un travail de réécriture qui, s’il était implicite, n’en était pas moins essentiel. Quelques décennies plus tard, la démarche du DUM n’est pas fondamentalement différente, et la revue propose maints modèles d’un traitement littérarisé de canevas légendaires, dépendant de l’origine et du talent des différents scripteurs.

  • 31 Ce récit se scinde en deux épisodes distants de vingt ans. Le premier relate le désespoir, la foli (...)
  • 32 Pierre Jakez Helias, La Nuit singulière, Paris, De Fallois, 1990, p. 42 : « Un conte double, disai (...)

17Un récit comme « The Pretty Girl Milking a Cow [Colleen dhas cruithain a mo] » des frères Banim, paru dans le DUM en septembre 1862, reprend une légende au canevas complexe31 qui correspond à un conte double, comme Per Jakez Hélias l’a défini32, et tend vers une forme littéraire plus sophistiquée. Comme le conclut le narrateur lui-même,

  • 33 « In giving this legend I have found it advisable to substitute my own words and style for the gos (...)

Pour vous livrer cette légende, j’ai préféré substituer mes propres mots au mode de narration prolixe et alimenté de nombreuses anecdotes utilisées par mon vieux conteur [Phaidrig Rourke]. En dehors de cela, je n’ai rien changé, rien supprimé33.

  • 34 « The great convulsion which society of all grades here has lately experienced ; the failure of th (...)
  • 35 Il explique par exemple comment les fées sont considérées comme responsables de tout ce qui touche (...)

18Cette écriture est différente de celle d’un William Wilde, chirurgien de son état, mais qui, en tant que topographe et folkloriste distingué, contribua au DUM bien avant Speranza, sa femme. En 1849, il publie une série de quatre articles intitulée « Irish Popular Superstitions ». W. Wilde se présente résolument non comme un écrivain mais comme un collecteur de biens culturels précieux qui disparaissent à grande vitesse depuis la Famine, dont il n’hésite pas à parler, contrairement à la grande majorité des contributeurs du DUM34. Ses textes racontent et interprètent en même temps, dans un effort de médiation entre les cultures qui propose une lecture particulière des récits35. On voit poindre ici une démarche d’anthropologiste qui va de pair avec son occupation professionnelle, mais les récits sont liés les uns aux autres, dans un souci de mise en forme qui leur donne aussi une dimension littéraire.

19De 1833 à 1877, le DUM propose donc des modèles variés de transcription de l’oral à l’écrit, du récit de légende à la nouvelle, et d’une certaine manière, remplit la mission qu’il s’était assignée de contribuer à forger une littérature nationale. Mais il est un autre domaine dans lequel l’écriture de l’étrange se développe dans le DUM.

Le mesmérisme et l’écriture des mystères de la psyché humaine

Comptes rendus de recherches dites scientifiques

  • 36 On se souvient que dans ce récit à la première personne, le narrateur adepte des théories de Mesme (...)

20Comme dans tous les périodiques de la période victorienne, les nombreuses recherches menées partout en Europe dès la première moitié du siècle sur les phénomènes étranges de la psyché, souvent rattachées aux théories de Mesmer (la théorie du fluide animal date de 1775) et de ses défenseurs, trouvent de fréquents échos dans le DUM, particulièrement à partir des années 1850. En effet, une nouvelle approche des pathologies psychophysiologiques commence à prendre forme, nourrie des recherches des magnétiseurs, spirites et médecins matérialistes ou spiritualistes dont les théories se côtoient et même se confondent dès le milieu du siècle ; on s’efforce de soumettre les manifestations obscures de la psyché humaine à un discours rationaliste d’allure scientifique, même si l’on est spiritualiste et que l’on croit par conséquent à une certaine forme de retour des morts, grâce aux pouvoirs médiumniques de vivants privilégiés. Le premier numéro du Journal du Magnétisme paraît à Paris en 1845. Edgar Poe publie « The Facts in the Case of M. Valdemar » la même année36.

  • 37 L’attribution de certains textes d’Henry Ferris reste problématique, d’autant plus qu’il signait é (...)
  • 38 Henry Ferris, « An Evening with the Witchfinders », DUM, July 1847, vol. 30, p. 1 : « The labours o (...)
  • 39 Henry Ferris, « A pilgrimage to Caldaro », DUM, March 1845, p. 312 : « I have met with a good deal (...)
  • 40 Robert Brudenell Carter publie en 1853 On the Pathology and Treatment of Hysteria.

21À partir des années 1840, on trouve dans le DUM de nombreux articles sur toutes sortes de phénomènes psychiques, en Europe et dans les pays de l’Empire. Henry Fer-ris, qui écrit sous plusieurs pseudonymes (le plus connu étant Irys Herfner) dans le DUM, livre de 1841 à 1851 une série d’articles sur le mesmérisme et les phénomènes étranges qui y sont liés. Il adopte le ton de l’essayiste objectif qui recense les nombreux témoignages et expériences des savants pour circonscrire les phénomènes et tenter de les expliquer, en utilisant les théories de Swedenborg par exemple37. Dans un article de 1847, il défend l’idée que bien des phénomènes de prétendue sorcellerie aux xviie et xviiie siècles relevaient en fait du mesmérisme et que, s’ils avaient été mieux compris scientifiquement, de nombreuses accusations et morts atroces auraient été évitées38. Dans un autre article de 1845, il avance la possibilité de « mesmérisme auto-induit » (self-developed mesmerism), qui relève de tempéraments féminins nerveux et mélancoliques, proches de l’hystérie39. On voit bien comment les médecins victoriens ont pressenti bien avant les travaux d’Hartmann, Charcot, Breuer et Freud les contours des pathologies hystériques, utilisant le vocable commode de « mesmérisme »40.

  • 41 Samuel Ferguson, « Divination, Witchcraft and Mesmerism », DUM, December 1851, p. 707 : « If mesme (...)
  • 42 Voir « Theory of Possession among the Hindoos », DUM, March 1848 (le terme d’hystérie y est mentio (...)

22En 1851, deux articles du DUM, assez longs, défendent le sérieux des recherches mesmériennes. Le premier, « Animal Magnetism », réfute l’accusation que le mesmérisme mène à l’athéisme et le présente comme un phénomène naturel que l’on ne comprend pas encore complètement. Le deuxième « Divination, Witchcraft and Mesmerism », écrit par Samuel Ferguson, dont nous avons déjà parlé, accumule les exemples, comme les précédents, et écarte également les accusations d’hérésie et de sorcellerie. Il affirme que la tentative d’explication de phénomènes de possession et de spectres par un désordre physique induit par des causes naturelles rend un grand service à la société et à la religion41. D’autres collaborateurs du DUM continueront dans cette veine, comparant hardiment mesmérisme, pratiques hindoues, phénomènes de possession, hystérie42.

23Ces recherches dont le DUM se fait largement l’écho sont menées avec fièvre dans l’Europe entière et jusqu’en Russie. Elles donnent lieu à de rudes empoignades entre tenants d’une orthodoxie rationaliste et défenseurs des théories spiritistes, qui croient à l’existence d’un monde invisible d’esprits détachés des corps. Les premiers, tout en reconnaissant que de nombreux phénomènes échappent encore à la science, ne doutent pas qu’ils soient un jour expliqués par une meilleure connaissance du fonctionnement du corps et de l’esprit humains alors que les seconds ont recours à diverses théosophies, dont celle de Swedenborg. Le DUM, si attentif à rendre compte des avancées du mesmérisme, est beaucoup plus circonspect à propos du spiritualisme, qui choque ses convictions protestantes traditionnelles.

  • 43 L. J. Trotter, » Spiritualism », DUM, July 1862 : « It has something to do with man’s mind ; it ma (...)

24Dans un article de 1862 intitulé « Spiritualism », Trotter se moque des adeptes des séances de tables tournantes et défend une position rationaliste. Il reconnaît cependant, comme tous les contributeurs du DUM qui traitent de la question, que certaines contrées du psychisme humain n’ont pas été suffisamment explorées ; cela ne l’empêche pas de critiquer sévèrement le mysticisme de Swedenborg, et de souligner le fait que ce sont les femmes particulièrement nerveuses ou les jeunes gens efféminés qui se laissent subjuguer par des charlatans sans scrupule43. On voit que le mesmérisme, compris au sens très large de phénomènes étranges et inexpliqués, est une façon pour une culture protestante inquiète mais soucieuse de démarche « scientifique » de rendre compte du monde non matérialiste et des mystères de la psyché humaine, loin des « superstitions papistes ».

Exploitation littéraire

25Nombreux sont les récits de cas étranges qui ressortissent à la fois à l’exposé médical et au récit de fiction, car les débats autour du mesmérisme et de ses héritiers passent toujours par des exemples détaillés. Le Blackwood’s Magazine par exemple a publié de 1830 à 1837 le journal du médecin Samuel Warren, Passages from the Diary of a Late Physician, plus insolites qu’étranges d’ailleurs.

26Quelques années plus tard, on trouve un écho des toutes nouvelles recherches des médecins du psychisme dans plusieurs récits du DUM, à commencer par deux textes de Le Fanu. Le premier, « The Mysterious Lodger » (1850), met en scène un personnage terrifiant, mi-automate, mi-Satan, qui influence les pensées des membres les plus fragiles d’une famille et mène à la mort des enfants. Ce texte peut être rapporté aux théories de Swedenborg, car il met en scène un double angélique du personnage satanique, illustrant ainsi la théorie des mondes parallèles du visionnaire suédois. Publié en 1853, « An Account of Strange Disturbances in Aungier Street » est plus « scientifique », mais tout aussi troublant, décrivant les hallucinations effrayantes dont deux personnages différents sont le siège. Le Fanu inventera plus tard le personnage d’Hesselius, médecin de l’âme (In a Glass Darkly, 1872).

  • 44 Il est curieux, bien que probablement anecdotique, que le narrateur de cette longue nouvelle se no (...)

27En 1863, Thomas Caulfield Irvin publie dans le DUM une longue nouvelle intitulée « Manon and her Spirit Lover »44, qui raconte un cas de possession spirituelle. Ce texte est postérieur de deux ans à « Ultor de Lacy », un récit légendaire de Le Fanu aussi publié dans le DUM, qui retrace les étapes de l’envoûtement d’une jeune fille par l’autre monde ; les similitudes entre les deux récits sont frappantes ; « Manon and her Spirit Lover » met en scène une jeune fille aveugle de naissance qui semble peu à peu envahie par un esprit qui vient à elle à la tombée de la nuit, quand elle se tient à la croisée de sa fenêtre, au bord de l’eau, et particulièrement par temps d’orage. Le narrateur de l’histoire a l’impression d’entendre deux voix provenir de sa chambre ; Manon ne donne aucune explication et semble absente à elle-même. Elle meurt quelques jours plus tard alors qu’une musique étrange et sublime se fait entendre par la fenêtre ouverte.

  • 45 Le terme apparaît dans « Carmilla » (1871-1872), un des récits de In a Glass Darkly, qui est aussi (...)

28Le motif de la jeune fille enlevée par l’autre monde peut donc être traité de manière très différente, bien que le thème de la possession reste central. Il peut venir de la légende de l’enfant enlevé par les fées, connue dans tout le monde celte et au-delà ; il peut aussi être attribué à des phénomènes psychiques, magnétiques et atmosphériques, « odyliques »45 aurait-on dit à l’époque. Il n’y a pas de barrière étanche entre une inspiration légendaire irlandaise et une autre ancrée dans les mouvements culturels et scientifiques qui parcourent l’Europe au cœur du xixe siècle. Ce qui est commun à ces deux textes, c’est l’émergence d’une forme de fiction qui s’émancipe à la fois du conte et du roman en trois volumes, et un intérêt marqué pour les manifestations étranges de la psyché, surtout féminine.

29La première chose à garder à l’esprit, c’est que le Dublin University Magazine partage le goût des élites culturelles européennes pour le fantastique, l’étrange et le macabre hérité à l’origine de la littérature romantique allemande, tout en voulant fonder une littérature proprement anglo-irlandaise. Il porte à la connaissance d’un public anglophone des transcriptions de récits légendaires issus de la tradition orale gaélique, où l’histoire, le mythe et l’anecdote fantastique se mêlent inextricablement. Il se fait aussi l’écho des recherches sur les mystères de la psyché humaine héritées du mesmérisme, qui permettent d’aborder la question de la superstition, du surnaturel et du religieux d’une autre manière, distanciée du catholicisme.

  • 46 Voir William Trevor (éd.), The Oxford Book of Irish Short Stories, Oxford, Oxford University Press (...)

30Par ses efforts répétés de transcription de récits oraux, le DUM incite à une modélisation du récit court à l’écrit et contribue à la mise en place de la forme littéraire de la nouvelle fantastique, dont Le Fanu est l’un des artisans reconnus. Parmi tous les auteurs cités dans cette étude, et même si certaines de ses sources d’inspiration sont à l’évidence issues de textes publiés antérieurement dans le DUM, Le Fanu se détache nettement comme un véritable auteur qui a mis en place une poétique du fantastique originale, qui trouvera sa forme la plus achevée dans les grands récits de consciences hantées de In a Glass Darkly (1872). Plus que sa politique de publication de romans par épisodes, calquée sur celle des magazines britanniques, c’est l’intérêt du Dublin University Magazine pour l’adaptation du récit oral court à l’écrit qui en constitue l’originalité littéraire, et en a fait l’un des creusets de l’excellence et du succès de la nouvelle irlandaise46, au-delà du genre fantastique.

Notes

1 L’emploi de ce terme est beaucoup discuté aujourd’hui, particulièrement depuis que McCormack l’a remis en perspective dans ses différents ouvrages et surtout dans Dissolute Characters (1993). Pour un court bilan de la discussion en cours, voir Wayne E. Hall, Dialogues in the Margin. A Study of the Dublin University Magazine, Gerrards Cross, Colin Smythe, 2000, p. 7-9. Ce terme nous paraît cependant toujours opératoire, même s’il correspond à une vision a posteriori d’une caste beaucoup plus fragmentée que Yeats, par exemple, a bien voulu le voir. Le DUM est justement un point d’union idéologique entre les différentes classes de protestants de l’Irlande du xixe siècle, et peut de ce fait être considéré comme la voix politique et culturelle de l’Ascendancy protestante, unie dans le même antipapisme virulent et la résistance à l’émancipation catholique.

2 William John McCormack, « The Intellectual Revival », in Seamus Deane (éd.), The Field Day Anthology of Irish Writing, Derry, Field Day Publications, 1991, vol. I, p. 1200.

3 Ibid., p. 1210 : « An Irish press may, we trust, well supply the place which a native legislature once held – a focus of talent, and a nursery for the production of eminent men. »

4 Barbara Hayley, « A Reading and Thinking Nation : Periodicals as the Voice of Nineteenth-Century Ireland », in Barbara Hayley, Enda McKay (éd.), Three Hundred Years of Irish Periodicals, Mullingar, Lilliput Press, 1987, p. 35 : « [Its] distinctive Irish voice […] appealed both to the new national spirit in Ireland and to the growing anthropological-sociological interest of the general British reader, who was willing to hear that voice. »

5 Wayne E. Hall, Dialogues in the Margin

6 Le Wellesley Index to Victorian Periodicals (vol. IV) fait état de maintes incertitudes. Un compte rendu d’une sélection de textes d’Henry Ferris, rassemblés en 1997 par S. T. Joshi, paru dans la revue de littérature fantastique Le Visage Vert, montre combien la question de la paternité des textes fantastiques publiés dans le DUM est épineuse, entre traductions et plagiats, pas toujours repérés par les critiques. Voir Le Visage Vert, n° 5, nouvelle série, octobre 1998, p. 165-166.

7 On trouve sous la plume de De Quincey les exclamations suivantes : « REVOLUTION ! – French Revolution ! – Dread watchword of mystery and fear ! – Augury of sorrow to come ! – Record of an Illiad of woes ! – Is it then indeed true that another French Revolution has dawned ? That its laurels are already mingled with cypress ? That its victims are again seeking their old asylum in England ? », Blackwood’s Magazine, 2, 1817, p. 39.

8 « That monstrous and incestuous offspring of infidelity and superstition », DUM, April 1833, p. 400.

9 « Popery seems to have reached the lowest point of moral deterioration », DUM, March 1833, p. 255.

10 « So-called reformation of the house of commons was the most insane and reckless project that ever disgraced the council of profligate political empirics », DUM, February 1833, p. 112.

11 Le Fanu lui-même ne collaborera jamais au Blackwood’s, bien que l’on ait retrouvé la trace de deux lettres adressées à William Blackwood en 1867 et 1868. Voir William John McCormack, « Sheridan le Fanu : Letters to William Blackwood and John Foster », Long Room, n° 8, 1973, p. 29-36.

12 Robert Morrison, Chris Baldick (éd.), Tales of Terror from Blackwood’s Magazine, Oxford, Oxford University Press (World’s Classics), 1995 ; traduit chez Corti en 1999 sous le titre Le Revenant, et autres contes de terreur du Blackwood Magazine.

13 Voir Edgard Allan Poe, « How to write a Blackwood’s Article », 1828.

14 Voir « Anthologia Germanica » de James Clarence Mangan, de 1835 à 1838 ; Signor Formica de E.T.A. Hoffmann, août et sept. 1846 ; « Boyd’s Book of German Ballads » de Percy Boyd, mars 1848, etc.

15 Voir Patrick O' Neill, « German Literature and the Dublin University Magazine, 1833-1850. A Checklist and Commentary », Long Room, n° 14-15, Autumn 1976/Spring – Summer 1977, p. 20-31 ; Jacques Chuto, James Clarence Mangan, a Bibliography, Dublin, Irish Academic Press, 1999 ; Ellen Shannon-Mangan, James Clarence Mangan : a Biography, Dublin, Irish Academic Press, 1996.

16 Voici par exemple les premières lignes d’un extrait de l’» Anthologia Germanica » du DUM de septembre 1845, p. 295 : « We have never, we believe, introduced our readers to Aldabert von Chamisso, the author of the celebrated romance, Peter Schlemihl, or the Shadowless Man, which was so long ascribed to the pen of De La Motte Fouqué. »

17 DUM, June 1839, vol. 13, p. 707.

18 Voir Ellen Shannon-Mangan, James Clarence Mangan : a Biography.

19 Voir John Francis Waller, dans l’introduction à une recension de ballades allemandes traduites par Percy Boyd, DUM, vol. 31, March 1848, p. 305 : « While we shudder at the sweet, mournful echoes of our own traditions, as at the wail of the banshee, or, in the philosophical scepticism of the age, disbelieve in the existence of both, we listen with open ears and palpitating hearts to the first breathing of some foreign melody, to which distance lends its everpotent enchantment […] and some of us who would send the poor old “fairywoman” (the banshee) to the station-house – the “good people” to the public works – and the phookha, or even O’Donogue’s white horses, to a carstand !- introduce the Walpurgis witches to our drawing rooms, and consider the Wild Huntsman as the most delighful of table companions. »

20 Wayne E. Hall, Dialogues in the Margin…, p. 113. Il voit dans un chapitre de College Romance (1835), « The Murdered Fellow », d’Isaac Butt, un modèle pour Le Fanu (p. 81).

21 « Carl Stelling, the Painter of Dresden », DUM, July 1842, vol. 20, p. 59-74. L’intrigue se noue autour d’un tableau maudit légué par un peintre à un autre peintre, le narrateur, dont on comprend dans l’introduction qu’il est maintenant dans un asile de fous. Il a enfreint la promesse faite d’enterrer le tableau sans le regarder, et il reconnaît plus tard une soprano célèbre, La Mercia, dans le portrait légué ; il s’en évanouit. La Mercia meurt, et son époux, lié par une sombre promesse, se tue. La chanteuse réapparaît quelques mois plus tard à Paris et quand le peintre la rencontre, il s’évanouit à nouveau et devient fou.

22 « Love and mesmerism : some passages from the life of the countess of Rosenthal », DUM, January 1849, vol. 33, p. 1-27.

23 Henry Ferris, « Mares’Nests », DUM, February 1845, p. 137 : « Pictures sometimes suggest stories, and stories sometimes pictures. […] But the connection between picture and story is sometimes of a more mysterious nature. Now and then, a picture will bring back to the beholder memories out of his own earlier life – will image to him with startling fidelity some transaction, in which he bore a part – some moment memorable to him, but of which the painter could have known nothing. »

24 William John McCormack, « The Intellectual Revival », p. 1175 : « In the succeeding decade [after the 1820s] anxiety concerning religious truth marked many of the writers of fiction who came from protestant stock. This is only in keeping with a broader pattern of Victorian doubt evident throughout the kingdom, and might be best related to the spiritual experience of their catholic colleagues by reference to that confident revival of devotion current in the catholic church. »

25 Pierre-Yves Pétillon, L’Europe aux anciens parapets, Paris, Seuil, 1986, p. 170.

26 The Oxford Companion to Irish Literature définit ainsi la mission culturelle du DUM : « Part of the cultural programme of the Magazine was to counter the exclusive claim to possession of the Gaelic past which it saw the Catholics making, by showing how the Protestant mind and heart could analyse and respond to Irish lite-rature and history. The journal became a medium through which Irish people could become aware, through the labours and researches of its writers, of the depth, complexity, and antiquity of the Irish past, allowing the sympathetic reader “to live back” in the land he lives in, as Ferguson wrote in 1840. » (Robert Welch (éd.), The Oxford Companion to Irish Literature, Oxford, Oxford University Press, 1996, p. 158-159).

27 « Ultor de Lacy » (1861), « The Child that Went with the Fairies » (1870), « Carmilla » (1871-1872), « Laura Sil-ver Bell » (1872).

28 Wayne E. Hall, Dialogues in the Margin…, p. 48 : « Ferguson sought to establish that Protestants loved and identified with Ireland as much as anyone did. Through their study, through the recovery of “old” Irish texts and their production of new ones, Protestants would thus also accumulate cultural authority with which to legitimize their political position, eventually to graduate out of their ascendancy role as alien usurpers and to earn a rightful place in Ireland’s future. »

29 Comme le montre William Carleton dans « Larry M’Farland Wake », toutes sortes de récits s’échangent autour de la cheminée crépitante de l’auberge de Ned McKeown : « In one corner you might see a knot of old men sitting together, talking over ould times – ghost stories, fairy tales, or the great rebellion of 41, and the strange story of Lamh Dearg, or “the bloody hand” that may be I’ll tell you some other night, plase God. » William Carleton, Traits and Stories of the Irish Peasantry. First Series, Londres, George Routledge & Sons, 1877, p. 101. L’allusion au soulèvement de 1841 montre bien que les événements historiques sont intégrés dans un vaste réservoir qui regroupe toutes sortes de récits cohabitant sans problème dans la mémoire des conteurs.

30 Voir « The Fortunes of Sir Robert Ardagh », « The Last Heir of Castle Connor », « A Chapter in the History of a Tyrone Family ».

31 Ce récit se scinde en deux épisodes distants de vingt ans. Le premier relate le désespoir, la folie et la mort solitaire d’une jeune fille abandonnée pour une autre. Le deuxième raconte comment son fantôme est apparu près du lit de mort de sa rivale, des années après, alors que le prêtre venu lui administrer les derniers sacrements est arrêté en chemin par une voix surnaturelle très douce – qui chante une vieille ballade – provenant de la tombe de la jeune fille morte de chagrin d’amour.

32 Pierre Jakez Helias, La Nuit singulière, Paris, De Fallois, 1990, p. 42 : « Un conte double, disait-on dans mon jeune âge lorsque le conteur mêlait habilement deux histoires pour en faire une seule en lui donnant plus de corps qu’à une simple anecdote. »

33 « In giving this legend I have found it advisable to substitute my own words and style for the gossiping and pro-lix mode of narration peculiar to my old story-teller. Beyond this I have altered nothing, suppressed nothing », DUM, September 1862, vol. 60, p. 345. On retrouve des avertissements semblables de narrateurs chez Le Fanu, en particulier dans « The Child that Went with the Fairies » (All the Year Round, 1870).

34 « The great convulsion which society of all grades here has lately experienced ; the failure of the potato crop, pestilence, famine, and most extensive emigration, together with bankrupt landlords, pauperizing poor-laws, with their grinding officials and demoralizing workhouses, have broken up the very foundations of social intercourse, have swept away the established theories of political economists, and uprooted many of our long-cherished opinions », DUM, May 1849, vol. 33, p. 541-542.

35 Il explique par exemple comment les fées sont considérées comme responsables de tout ce qui touche à la santé des humains comme celle des animaux, et à la réussite des récoltes : « The fairies – or good people- the dhoine shee of the northerns – are looked upon by us from beyond the Shannon, as the great agents and prime movers in all accidents, diseases, and death, in “man or baste” ; causing the healthfulness and fertility of seasons, persons, cattle and localities », ibid., p. 553.

36 On se souvient que dans ce récit à la première personne, le narrateur adepte des théories de Mesmer entreprend d’hypnotiser un mourant et suspend ainsi artificiellement sa mort clinique.

37 L’attribution de certains textes d’Henry Ferris reste problématique, d’autant plus qu’il signait également des textes sous le nom d’Irys Herfner ou George Hobdenthwaite Snogby. Voir à ce sujet Richard Hayes, « “The Night Side of Nature” : Henry Ferris, Writing the dark Gods of Silence », in Brian Cosgrove (éd.), Literature and the Supernatural, Essays for the Maynooth Bicentenary, Dublin, Columbia Press (Maynooth Bicentenary series), 1995, p. 42-70. Il replace les textes de Ferris dans un contexte épistémologique, à la fois scientifique, historique et religieux. L’intérêt pour le mesmérisme recoupe les préoccupations d’une culture protestante qui renvoie l’occulte du côté du catholicisme tout en essayant de défendre une vision du monde non matérialiste par l’entremise d’un « mesmérisme » à acception très large.

38 Henry Ferris, « An Evening with the Witchfinders », DUM, July 1847, vol. 30, p. 1 : « The labours of Mesmer and his disciples, whatever judgement we may form as to the practical or scientific worth of any result they have led, or are likely to lead to, cannot be denied to have rendered one considerable, though indirect service to the cause of knowledge. They have thrown light upon one of the darkest chapters in the history of man ; they have solved, at least partially, the riddle of those wild accusations, and still wilder confessions, in virtue of which so many thousands of human beings were delivered to an appalling death, in the very era of the revival of letters, and the reformation of religion. »

39 Henry Ferris, « A pilgrimage to Caldaro », DUM, March 1845, p. 312 : « I have met with a good deal of self developed mesmerism, and I have no doubts that it furnishes the solution of many strange appearances which recent times have brought forth, under the names of “possessions”, “inspirations”, “visions”, “gift of the tongues”, and the like. It is a form of decease, the pre-disposition to which lies in nervous and melancholic temperaments, and which claims kindred with hysteria, epilepsy, and some of the most appalling “ills”, that flesh is heir to. »

40 Robert Brudenell Carter publie en 1853 On the Pathology and Treatment of Hysteria.

41 Samuel Ferguson, « Divination, Witchcraft and Mesmerism », DUM, December 1851, p. 707 : « If mesmerism did no more than demonstrate, as it has done, that all the supposed evidences of modern inspiration, as well as of modern demoniacal possession and ghostcraft, are but the manifestations of a physical disorder, capable of being induced by ordinary agencies, it would have done a great service to the cause of social and religious stability. In addition to this, it has furnished surgery with a new narcotic, perhaps with a new anti-spasmodic. Its higher pretensions of clairvoyance and prevision, if not proved, are at least not yet satisfactorily disproved. »

42 Voir « Theory of Possession among the Hindoos », DUM, March 1848 (le terme d’hystérie y est mentionné, et l’on dit qu’il fut employé dans une revue d’Edimbourgh en 1838) ; « The Mysteries of Kanoba, or the Mesmeric Waren », DUM, January 1850 ; « Daimonic Possession, Oracles and Medical Thaumaturgy in India », DUM, January 1851, p. 64 : « How curiously blended in this operation are the practices of mesmerism with the magical or rather symbolical theory of India ! The process and the effect are exactly the same as those of Mesmer. »

43 L. J. Trotter, » Spiritualism », DUM, July 1862 : « It has something to do with man’s mind ; it may have something to do with his living principle ; it has, we dare avow, nothing wathever to do with his very soul […] Its moral and religious teachings are as mere moonshine as the mysticism of Swedenborg or the ravings of a hopeless bedlamite », p. 12, et « It is not the man of sound nerves and well-balanced mind, it is the woman of delicate nervous tissues and the young man of womanish nature or overwrought brain who offer the most promising subjects to the professors of modern quackery in all its forms », p. 13.

44 Il est curieux, bien que probablement anecdotique, que le narrateur de cette longue nouvelle se nomme Vanderhaussen, du nom (augmenté d’un « s ») d’un des personnages démoniaques les plus connus de Le Fanu (« Strange Event in the Life of Schalken the Painter », 1839).

45 Le terme apparaît dans « Carmilla » (1871-1872), un des récits de In a Glass Darkly, qui est aussi d’une certaine manière une histoire de jeune fille possédée.

46 Voir William Trevor (éd.), The Oxford Book of Irish Short Stories, Oxford, Oxford University Press, 1989, « Introduction », p. ix-xvi.

Auteur

Gaïd Girard, professeur de littérature de langue anglaise à l’université de Bretagne Occidentale, a soutenu une thèse de doctorat d’État sur Le Fanu en 1994. Elle a écrit de nombreux articles dans le domaine du fantastique, en littérature et au cinéma : plus particulièrement sur les nouvelles fantastiques de Le Fanu (La Licorne, Le Visage Vert, Triade, Les Cahiers du Cerli), mais aussi sur Godwin, Stoker, Conan Doyle, Pynchon, Kubrick, Roeg, Huston, etc. Elle a traduit des textes de Le Fanu : Carmilla, nouvelle traduction et postface, Arles, Actes Sud (Babel), 1996 ; « Schalken le peintre » (version de 1851), in J. Losfeld (éd.), Le Visage Vert, nouvelle série, n°5, octobre 1998 ; « L’enfant qui partit avec les fées » in Claude Fierobe (éd.), L’Irlande fantastique, Rennes, Terre de Brume, 2002. Elle a dirigé Le Superflu, Presses universitaires de Rennes, 2004 ; on lui doit aussi Joseph Sheridan Le Fanu, une écriture fantastique, Paris, Champion, automne 2005.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540