Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La transmission et la ciruculation des idées

La Sinn Féin Printing & Publishing Co. Ltd.

La Salle des machines du Sinn Féin

Mathew D. Staunton

Texte intégral

  • 1 Aodh de Blácam, propagandiste du Sinn Féin, décrit le mouvement ainsi dans son What Sinn Féin Stan (...)
  • 2 Griffith propose de suivre la politique des députés hongrois qui ont gagné une grande part d’indép (...)
  • 3 Griffith emprunte sa définition de la nation à l’économiste nationaliste allemand Friedrich List. (...)
  • 4 Hugh Oram, par exemple, n’y fait pas référence du tout dans son The Newspaper Book. A History of N (...)

1Entre 1906 et 1914, Arthur Griffith, principal théoricien du Sinn Féin, dirige le journal propagandiste du même nom. À cette époque, le Sinn Féin n’était pas encore le parti politique qu’il est devenu après 1917, mais plutôt « la propagande amorphe » d’une nouvelle génération gaélicisée1, mobilisée autour de l’objectif de la double monarchie et du développement industriel du pays. Chaque semaine, Griffith et son équipe transforment les modèles de succès nationalistes hongrois2 et allemand3 en une feuille de route vers l’indépendance irlandaise. Modérée, bien argumentée et pragmatique, mais impitoyable dans sa critique des ennemis de la nation, la prose de Griffith tâche semaine après semaine de convaincre son lectorat que l’indépendance est plutôt un état d’esprit, qu’une question d’État. L’histoire de la Sinn Féin Printing & Publishing Co. Ltd. (SFPP), la société derrière ce journal, bien qu’elle soit au centre d’une telle effervescence, ne se distingue pas de celle des autres journaux nationalistes irlandais4. Le Sinn Féin n’est ni le premier, ni le dernier mouvement qui ressent la nécessité de se lancer dans l’aventure que constitue la création d’un journal de propagande. Arthur Griffith et ses collaborateurs se trouvent face aux mêmes problèmes pratiques que Parnell en 1881 et De Valera en 1931 : trouver le capital initial, embaucher le personnel compétent nécessaire, résoudre des problèmes d’ordre technique et protéger la ligne éditoriale d’influences extérieures.

2Trop souvent, on néglige l’aspect matériel de la publication de propagande nationaliste pour se concentrer sur le contenu textuel du produit fini. Cependant, c’est justement à l’occasion de la création d’un journal qu’un groupe politique révèle ses faiblesses et ses points forts. C’est au moment de la création de United Ireland que C. S. Parnell et son secrétaire personnel fournirent à Richard Piggott des échantillons de leurs écritures et de leurs signatures, qu’il utilise plus tard pour fabriquer des lettres compromettantes. C’est également à l’occasion de la mise en place juridique de l’Irish Press que Éamon De Valera assit sa fortune et celle de sa famille en s’assurant qu’il demeure le plus gros porteur de parts. Malheureusement, la recherche sur l’histoire des journaux en Irlande est restée jusqu’à récemment un domaine peu développé et délaissé des historiens, à l’exception des travaux portant sur quelques journaux phares.

3Cette situation est actuellement en pleine évolution. On assiste à la création de groupes de recherches en Irlande, au Royaume-Uni et en France et à la publication d’études très approfondies sur la création et la gestion de journaux politiques irlandais. L’ouvrage le plus remarquable est sans nul doute celui de Mark O’Brien : De Valera, Fianna Fáil and the Irish Press, qui montre très clairement qu’un imprimeur-éditeur de propagande journalistique peut être le véritable moteur d’un mouvement politique autant que sa voix. Étudier un journal politique, c’est révéler les rouages internes d’un parti, l’idéologie et les aspirations de ses chefs, et la relation entre ses dirigeants, les militants et le public. On retrouve une approche semblable dans deux ouvrages en gaélique publiés par Cois Life : An Claidheamh Soluis agus Fáinne an Lae 1899-1932 de Regina Uí Chollatáin et Fáinne an Lae agus an Athbheochan (1898-1900) par Caoilfhionn Nic Pháidín. Ces deux publications nous éclairent sur l’édition et l’impression de journaux irlandais en gaélique à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Tout comme O’Brien, Uí Chollatáin et Nic Pháidín entrent dans les détails techniques de la typographie et de l’imprimerie aussi bien que dans les détails financiers de l’entreprise journalistique, jetant ainsi les bases d’un modèle pour les recherches à venir.

4Il n’existe pas encore d’étude de ce type sur la SFPP. L’ouvrage de Virginia Glandon, au titre prometteur de : Arthur Griffith and the Advanced Irish Press, ne consacre que deux paragraphes à la SFPP et se contente d’extraire quelques chiffres des registres de délibération de son conseil d’administration. Certes, elle trace les grandes lignes de la carrière éditoriale et journalistique d’Arthur Griffith dans le contexte de la presse nationaliste de l’époque, mais exclut toute question pratique en rapport avec la publication des journaux. Ce faisant, Glandon ne traite que du tiers du travail journalistique de Griffith, qui était à la fois rédacteur en chef, compositeur-typographe et président de la SFPP. Pour combler cette lacune, il faut s’intéresser à deux ouvrages en gaélique : Art Ó’Gríofa de Seán Ó’Lúing et Seán T. de Seán T. Ó Ceallaigh. Ó’Lúing a mené des recherches très poussées et son ouvrage nous livre les détails qui faisaient défaut dans celui de Glandon. Grâce à lui, il est possible de se faire une image du personnel de la société et de la manière dont elle était gérée. Certaines personnes, qui ne figurent pas dans le livre de Glandon apparaissent en fait comme des éléments clés dans le fonctionnement de la société. Ces détails nous permettent de comprendre le réseau complexe des relations humaines et de distinguer amis, anciens collègues et partisans aux convictions politiques semblables, dont la SFPP faisait partie. Ó Ceallaigh, qui était le secrétaire du conseil d’administration de la SFPP nous livre des informations fondamentales sur le contexte socioprofessionnel, politique et financier dans lequel évoluait la société.

5Le présent essai développe l’idée de réseau qui ressort tout naturellement de ces deux ouvrages, qui sont en fait des biographies. À l’aide des bilans comptables et des registres de délibérations de la SFPP nous allons essayer de dresser un tableau de l’entreprise pendant ses quelques années d’existence de 1906 à 1914. L’imprimerie-maison d’édition d’un mouvement politique est un lieu où les acteurs investissent d’importantes sommes de capital culturel, économique et social dans l’attente de gains politiques considérables. Dans une première partie, nous montrerons comment Arthur Griffith a pu profiter de ses investissements réticulaires pour amasser le capital nécessaire au lancement et à la gestion de son journal. Ensuite, nous nous intéresserons plus particulièrement au capital politique détenu par Griffith et les autres membres du conseil d’administration de la SFPP, et aux tentatives de ses concurrents de lui ravir le rôle de porte-parole du mouvement Sinn Féin. Et enfin, nous essaierons de souligner l’important capital culturel de la SFPP, c’est-à-dire les compétences techniques, artistiques et juridiques de son personnel, souvent négligé.

« La générosité de nos amis »

  • 5 United Irishman 04/03/1899-14/04/1906, Sinn Féin 05/05/1906-28/11/1914, Éire – Ireland 26/10/1914- (...)
  • 6 Padraic Colum, Arthur Griffith, Dublin, Browne & Nolan, 1959, p. 46.

6Le tout nouveau journal Sinn Féin, qui paraît pour la première fois le 5 mai 1906, s’insère dans la lignée des journaux propagandistes dont Arthur Griffith fut le rédacteur en chef5. Tous les commentateurs s’accordent à dire que toutes les entreprises journalistiques de Griffith se développèrent dans un contexte d’extrême précarité financière. L’United Irishman, le journal qui précède Sinn Féin, était « en manque cruel de financement »6. Quelques années plus tard, rien n’a changé, Donal McCarthy, secrétaire du conseil d’administration de la SFPP, révèle que les discussions autour des comptes de la société occupent le plus clair du temps de ses membres. Seán T. Ó Ceallaigh, qui remplace McCarthy en 1909, raconte dans son autobiographie la recherche incessante de fonds qui caractérise cette période :

  • 7 Seán T. Ó Ceallaigh, Seán T. : scéal a bheatha á insint/ag Seán T. Ó Ceallaigh ; arna chur in eaga (...)

C’était la même histoire semaine après semaine. Où allait-on trouver l’argent pour payer les imprimeurs ? Pour donner un peu au rédacteur (même s’il se contentait de très peu) ? Pour payer les salaires des employés7 ?

  • 8 Dublin Castle est alors le siège de l’administration britannique en Irlande.

7Néanmoins, Griffith et son équipe réussirent toujours à sortir le journal à temps. Cette situation perdure jusqu’à la fin de 1914 quand Dublin Castle8 met fin à l’opération, ce qui est ressenti comme un soulagement par Ó Ceallaigh. Si ce n’est en sacrifiant leurs salaires comme il le suggère, comment donc réussirent-ils à maintenir en vie la SFPP et son journal pendant huit ans dans de telles conditions ? Si on se penche sur les registres établis par Ó Ceallaigh et sur ses mémoires, on peut distinguer trois sources de financement : une solution à laquelle ont souvent recours les journaux en difficulté, c’est-à-dire les emprunts obligataires et les ventes d’actions, puis l’option classique qui consiste à maximiser les recettes des ventes du journal et de l’espace publicitaire, et enfin comme c’est souvent le cas pour des journaux politiques, des dons exceptionnels de sympathisants fortunés. Puisque les données financières abondent et que cet aspect du Sinn Féin n’a jamais été analysé, nous allons nous y intéresser en détail.

  • 9 Seán T. Ó Ceallaigh, Seán T…, p. 113.
  • 10 Organisation américaine de soutien pour le mouvement révolutionnaire républicain.

8L’United Irishman, société à responsabilité limitée, est mise en liquidation par Griffith et les autres membres de son conseil d’administration à la suite d’un procès en diffamation contre le rédacteur. Quand les huissiers viennent saisir les actifs de la société, ils ne trouvent qu’une table, des chaises et des manuscrits. La SFPP, qui est fondée immédiatement après pour éviter une rupture dans la publication de la propagande du Sinn Féin, n’a donc qu’un capital économique virtuel et dépend, selon Ó Ceallaigh, « de la générosité de nos amis »9. Griffith ne peut pas compter sur l’aide financière de Clan na Gael10 aux États-Unis, pour des raisons qu’on explorera plus loin en détail, et il se tourne vers son propre réseau pour mettre sur pied son projet.

9Après des années d’implication dans des associations, sociétés littéraires et clubs nationalistes, Griffith et les membres du conseil d’administration, tous des personnalités de premier plan dans leurs domaines social et professionnel, s’attendent à un retour sur cet investissement de la part de leurs collègues, les membres de leurs familles, leurs amis et anciens camarades de classe. Griffith est depuis son adolescence un pilier du mouvement d’entraide nationaliste, mais il est en même temps très connu dans la communauté des imprimeurs et ouvriers-typographes de Dublin. On peut en dire autant des autres membres du conseil : Thomas Kelly, conseiller municipal très populaire, Walter Cole, négociant en fruits et lui aussi conseiller municipal, John O’Mahony, propriétaire d’hôtel, Henry Dixon, avocat et vétéran de l’IRB, et Seamus McManus, romancier nationaliste. Ils possèdent à eux tous un réseau énorme de contacts et c’est ce réseau que la SFPP essaie alors de mobiliser. On découvre le récit de cette campagne dans le registre de délibérations de cette période.

  • 11 Propriétaire terrien fortuné, mécène excentrique et soutien financier de Griffith.
  • 12 Riche agriculteur et conseiller régional pour le comté de Meath, soutien financier de Griffith.
  • 13 Diplomate britannique célèbre pour sa condamnation de la brutalité du système colonial au Congo be (...)

10La société émet en 1906, un emprunt obligataire de 2 000 livres et la mise en vente de 1 000 actions ordinaires d’une livre chacune. La vente des actions se fait par correspondance mais en réponse à un prospectus diffusé dans les cercles de sinn-féiners, seules 167 des 1 000 actions sont achetées en deux ans. On peut donc dire que l’opération ne remporte pas un franc succès. Quant aux obligataires, il est évident qu’il s’agit d’un don de leur part et non pas d’un véritable investissement lorsqu’on regarde la liste de leurs noms. En effet, les 20 premières obligations sont achetées par Edward Martyn11, premier président du Sinn Féin de 1905 à 1908. John Sweetman12, deuxième président du parti, achète les obligations 21 à 70, et le troisième obligataire le plus important, porteur de 50 obligations, est Roger Casement13. En dépit des dons généreux de ces personnalités, l’ambition du conseil de faire de la SFPP, comme son nom l’indique, une imprimerie aussi bien qu’une société éditrice de journaux ne peut être satisfaite immédiatement. Il est donc obligé de prolonger la période de sous-traitance de l’impression qui est à l’origine censée être une période de transition en attendant d’équiper l’atelier d’imprimerie. La société qui emporte le contrat suite à l’appel d’offres lancé en avril 1906, Fowler & Co., voisine des locaux de la SFPP, assure donc l’impression du journal jusqu’en mai 1908.

11À cette date, la SFPP change d’imprimeur et attribue le contrat à l’imprimerie spécialisée dans le gaélique An Cló Chumann. On constate une fois de plus que les membres du conseil utilisent leur réseau : les deux sociétés sont liées par le fait que Seamus McManus est parmi ceux qui ont participé financièrement à la création de An Cló Chumann. Elles entretiennent de bonnes relations et l’imprimerie gaélique assure l’impression du journal jusqu’à l’automne 1910. Même quand la SFPP reprend l’impression de son propre journal, elle sous-traite la composition des textes en gaélique à An Cló Chumann, car elle n’emploie pas de compositeur-typographe capable de composer en gaélique dans son atelier.

  • 14 Pour un bon commentaire de cette période en Irlande, voir Louis M. Cullen, Eason & Son : a History(...)

12Le premier pas vers la création de l’imprimerie est accompli le 5 octobre 1908, quand la SFPP lance un appel à souscription pour une version quotidienne du journal Sinn Féin. Arthur Griffith profite du climat particulier du moment pour tenter une deuxième fois de recueillir assez de fonds afin d’équiper son atelier. Avec le développement de la presse quotidienne telle qu’on la connaît aujourd’hui14, le Sinn Féin, avec sa propagande hebdomadaire, a du mal à faire face aux critiques de ses adversaires qui, quant à elles, sont réitérées chaque jour. Pendant la campagne pour l’élection partielle du comté de Leitrim Nord, où le Sinn Féin présentait un candidat, Charles J. Dolan, cette difficulté devient une évidence pour Griffith. Il décide donc que le Sinn Féin aussi doit avoir son propre journal quotidien. À partir du 24 septembre 1908, 8 000 obligations d’une livre chacune sont mises à la vente. La baisse du prix de l’obligation est censée permettre à chaque lecteur de Sinn Féin de participer à la création du nouveau journal. Le prospectus qui accompagne le formulaire d’application pour l’achat d’obligations explique pourquoi cela est nécessaire :

  • 15 Sinn Féin, 14 novembre 1908, p. 1. col. 3.

Il n’existe pas de journal national dans la presse quotidienne en Irlande, et les affaires irlandaises sont par conséquent traitées par la presse existante du point de vue des partis rivaux anglais. Il résulte de cette attitude préjudiciable à la nation, un chaos politique et un appauvrissement économique. Les directeurs du journal sont convaincus que le moment est propice à la fondation dans la presse d’Irlande d’un organe quotidien, qui, dégagé de l’influence des partis anglais, traitera des affaires de l’Irlande du point de vue irlandais, et qui, tout en affirmant la particularité nationale et l’indépendance de l’Irlande, assurera la promotion de la solidarité et de l’entente entre les différents groupes politiques en Irlande au sujet de la langue, de la propriété foncière, des impôts, des industries, de l’infrastructure15.

  • 16 Sinn Féin, 4 juillet 1908, p. 3, col. 1.

13Pour accomplir ce défi, la SFPP doit adapter les modes de financement du quotidien et le journal lui-même à un public le plus large possible afin que l’opération reste viable. La baisse des prix des obligations n’est pas assez significative. Les sympathisants peu fortunés ont la possibilité de payer en quatre fois. Quand un lecteur du journal hebdomadaire, s’exprimant au nom des ouvriers chefs de familles nombreuses, suggère la création de clubs d’épargne où les membres cotiseraient chacun selon ses possibilités, Griffith réagit positivement et encourage l’initiative. Cette idée lui paraît d’autant plus intéressante que des clubs semblables furent établis pour financer le Daily Independent de Parnell16.

14Cette fois-ci, ce sont les amis de Griffith et les grands donateurs qui se montrent sceptiques, les sympathisants, quant à eux, étant plus enthousiastes, et le 7 mai 1909, Griffith a déjà reçu trois 3 386 demandes d’adhésion. Le registre des délibérations de cette période témoigne d’un optimisme général confirmé par le fait que la SFPP est en relation avec plusieurs fournisseurs d’équipement d’imprimerie, embauche du personnel et recherche activement un nouveau siège et des locaux pour établir son atelier. Toujours aussi prévoyant, Griffith négocie d’un côté avec l’imprimeur Walsh de l’Ireland’s Own Publishing Co. Ltd. pour assurer l’impression du journal quotidien, et de l’autre avec le représentant de la Linotype Co., M. Jolly, en vue de l’achat d’une machine Cox Duplex. Ainsi si le projet d’imprimer son propre journal échouait une deuxième fois, la SFPP aurait toujours la possibilité de le faire imprimer par Walsh.

15Malgré cet enthousiasme, la santé financière de la SFPP est toujours fragile. Les paiements des obligations s’échelonnent petit à petit sur une période de six ans. Ces sommes servent à payer de petites factures mais ne permettent pas d’envisager une politique d’investissement à long terme. Pour cela le conseil fait tout pour que Sinn Féin devienne rentable et fonctionne comme n’importe quel autre journal. Inspiré par les techniques de ventes à l’américaine, Griffith veut faire en sorte que le journal quotidien soit attractif pour le plus grand nombre, autant pour les femmes que pour les hommes. À l’inverse de l’austérité de ses précédentes publications, le Sinn Féin Daily est abondamment illustré avec des dessins, des photographies et des cartes géographiques. En termes de contenu, la propagande du Sinn Féin distillée par l’intermédiaire de tableaux de statistiques et d’articles sur l’industrie, la langue ou les affaires nationales, ainsi que des extraits de la politique hongroise de Griffith, voisine avec des articles sur la mode pour ses lectrices, des romans en feuilletons et des informations sensationnelles tirées de la presse internationale. Et on peut dire, qu’au moins pendant un certain temps, l’entreprise est une réussite. La diffusion des deux journaux atteint 64 515 exemplaires pendant le premier mois d’existence du quotidien.

16Si on considère ces chiffres impressionnants, il est clair qu’en termes de propagande l’opération est un succès. Cependant, ils ne représentent pas nécessairement beaucoup d’argent. Sur les 64 515 exemplaires distribués, environ 95 % sont le Sinn Féin Daily au prix de un demi-penny et 5 % la version hebdomadaire qui est vendue à 1 penny. Si on déduit 35 % du prix public pour les numéros vendus par le grossiste Eason & Son et 25 à 30 % pour ceux vendus par les dépositaires du journal et qu’on n’oublie pas le taux de retour des invendus qui est autour de 5 %, on voit que les revenus générés par ces 57 997 ventes ne dépassent pas 80 livres. Même en ajoutant 15 livres pour les ventes directes et les abonnements, la somme totale reste inférieure à 100 livres. Cette somme ne représente que la moitié de ce qui est nécessaire pour faire vivre le journal. Pire, même si Eason & Son paye sa facture mensuellement, les dépositaires semblent quant à eux payer de manière aléatoire et il faut parfois même qu’un représentant de la SFPP aille récupérer l’argent sur place.

17Par conséquent, on relève plusieurs stratégies déployées afin de minimiser les dépenses et de faire entrer l’argent nécessaire. La SFPP relance sans cesse la vente d’obligations, elle envoie des représentants aux États-Unis pour recueillir des fonds, et en même temps elle conteste presque toutes les factures et entre en litige avec la plupart des fournisseurs de services et de matériel dans le but de retarder les règlements. Une lourde responsabilité pèse donc sur le département chargé de la vente d’espaces publicitaires dans le journal. Après la période difficile du lancement du quotidien, la question des revenus générés par la publicité semble avoir préoccupé les membres du conseil d’administration. On retrouve en effet dans le registre des délibérations du conseil de nombreuses références à la publicité et au personnel responsable de la vendre, dont six placiers. Gagnant une livre par semaine, ils vendent des colonnes de publicité au pouce carré tout comme le fait Léopold Bloom dans le roman Ulysses de James Joyce. Le poste de placier pour Sinn Féin est avant tout très précaire, et la difficulté du travail combinée avec la pression exercée par la surveillance du conseil expliquent la fréquence élevée des licenciements et des démissions pour ce type d’employés.

18Les semaines difficiles ont toujours pour résultat des questions du conseil au responsable des opérations, M. Ó Ceallaigh. Le 7 novembre, par exemple, c’est la crise et les trois placiers J. Butler, S. Lyons et G. Herbert sont convoqués pour faire un compte rendu de leur activité et justifier leur emploi :

  • 17 Registre des délibérations de la SFPP, 7 novembre.

Les trois placiers étaient présents devant le conseil pour donner un compte rendu de leur travail et de leur avenir dans la société (sic). La question de la difficulté d’obtenir des publicités a été discutée avec chaque placier tour à tour et en conséquence des suggestions faites, il a été décidé que les placiers auraient le droit d’accepter des commandes au prix de 1/6d par pouce dans les cas où le placement serait pour une période d’au moins six mois17.

19Une fois que les publicités sont publiées, il faut récupérer l’argent des clients aussi rapidement que possible. Seán T. Ó Ceallaigh note chaque semaine une estimation des revenus dus à la société basée sur une liste des insertions impayées. Ces revenus tournent autour de 70 livres avant la création du Sinn Féin Daily et autour de 80 livres après.

  • 18 Le 9 janvier 1910 par exemple on lit dans le registre des délibérations de la SFPP que Thomas Kell (...)
  • 19 Seán T. Ó Ceallaigh, Seán T…, p. 114.

20Dans le meilleur des cas, quand les ventes représentaient plus de 60 000 exemplaires et les revenus de la publicité plus de 80 livres, la SFPP avait tout juste de quoi subsister. Malheureusement ces circonstances idéales ne se présentèrent qu’une fois pendant ses huit années d’existence. Après les ventes records des premières semaines du quotidien, probablement dues à la curiosité du public, les chiffres baissent progressivement, et à Noël elles ont diminué de moitié. Malgré le travail des placiers et du collecteur, les dépenses restent toujours supérieures aux rentrées d’argent. Le conseil en est donc réduit à se faire prêter de l’argent par l’intermédiaire de la Sinn Féin People’s Bank18, et à quémander des fonds d’urgence auprès d’hommes d’affaires dublinois sympathisants. Bien que les prêts aient été enregistrés en toute transparence, il est difficile voire impossible de quantifier les dons exceptionnels des sympathisants. En 1963, Ó Ceallaigh se permet de nommer quelques-uns des bienfaiteurs anonymes qu’il a fréquentés à cette époque. Les plus importants et les plus généreux d’entre eux étaient le conseiller municipal Pat Corrigan, le joaillier Myles Hopkins, et le fabricant de meubles Mac Uí Dheá. Selon Ó Ceallaigh, qui leur rend visite régulièrement, ils font don de centaines de livres qui permettent de maintenir la SFPP à flot19.

La SFPP, une forteresse impénétrable

21Les difficultés financières de la SFPP sont dues en majeure partie au manque de crédibilité politique de Griffith auprès des chefs de l’IRB et des gardiens de ses fonds aux États-Unis, Clan na Gael. Certes, Griffith exerce une influence certaine dans son fief dublinois sur les commerçants, fonctionnaires et employés de bureau, mais la SFPP ne peut pas profiter des énormes ressources américaines, comme Parnell avait pu le faire avant elle et De Valera après. Pire encore, Griffith est confronté à une tentative des républicains de prendre le contrôle de son organisation, trop impliquée dans la politique municipale de Dublin et pas assez nationale selon eux, et d’imposer à son journal leur conception plus extrémiste du sinn-féinisme. En même temps, la SFPP doit faire face à une âpre concurrence pour que Sinn Féin demeure l’organe officiel du mouvement car la jeune génération de l’IRB commence à faire paraître ses propres journaux.

  • 20 Structure fondée en novembre 1900 pour regrouper des organisations nationalistes de toutes sortes (...)

22Depuis le début de sa carrière de propagandiste, Griffith n’a jamais été le premier choix de l’IRB comme porte-parole du nouveau courant nationaliste qui a engendré le Sinn Féin. Son rôle de rédacteur en chef de l’United Irishman n’est obtenu que grâce à l’appui de son ami William Rooney, qui est en fait le candidat favori pour ce poste. Malgré la confiance que la Fraternité Républicaine, en la personne du Dr Mark Ryan, lui porte, Rooney ne se sent pas à la hauteur de la tâche. Il convainc donc l’IRB de choisir à sa place Arthur Griffith, qui est déjà rédacteur en chef et compositeur-typographe de métier. Le partenariat Rooney-Griffith est acceptable, le premier rédige la plupart des articles et le second s’occupe plus de l’aspect technique de la publication, mais à la mort de Rooney, Griffith s’éloigne du républicanisme orthodoxe de son ami et les doutes des extrémistes à son sujet refont surface. Si sa propagande est indispensable dans la fédération de tous les clubs, associations et sociétés nationalistes du pays, réunis sous la houlette de Cumann na nGaedheal20, ce qui a grandement facilité la tâche de l’IRB pour infiltrer le mouvement, la nouvelle direction prise par Griffith avec la politique hongroise et sa dévotion aux théories de Friedrich List laissent sceptiques ses dirigeants. Par conséquent, le financement de l’United Irishman cesse et les difficultés financières, dont on a déjà parlé, s’installent durablement.

23John Devoy, chef de Clan na Gael, rechigne à financer ce qui risque d’être perçu comme une version diluée du message de Rooney et l’organisation doit subir les pressions de personnalités républicaines pour empêcher que le soutien financier américain ne tarisse. Seán MacBride écrit à Devoy en 1902 pour le convaincre que l’on doit empêcher la disparition de l’United Irishman :

  • 21 Seán Ó Lúing, Art Ó Gríofa, Baile Átha Cliath, Sáirséal agus Dill, 1953, p. 79.

J’aimerais que vous fassiez bien comprendre aux frères […] l’absolue nécessité de soutenir l’United Irishman. [Il] remplit à présent la tâche d’organiser le mouvement en Irlande, et fait le travail d’au moins une douzaine d’organisateurs21.

24Maud Gonne recueille de l’argent aux États-Unis en 1901 et Mark Ryan, un des cerveaux derrière la création du journal, ramène des dons des sympathisants londoniens à chacune de ses visites à Dublin.

25On a vu comment cette situation perdure quand Griffith crée la SFPP et comment il contourne ces difficultés afin d’assurer la survie du journal. Néanmoins alors que Griffith persiste dans son discours peu orthodoxe (double monarchie, renoncement à la lutte armée) les extrémistes continuent de menacer la fiabilité de son opération en utilisant le Sinn Féin comme instrument leur permettant d’atteindre leurs propres objectifs. Le troisième article de la constitution de l’IRB montre qu’il ne peut d’ailleurs pas en être autrement :

  • 22 Bulmer Hobson, Ireland, Yesterday and Tomorrow, Tralee, Anvil Books, 1968, p. 103.

[…] en attendant [une guerre contre l’Angleterre] l’IRB soutiendra tout mouvement qu’elle jugera capable de faire avancer la cause de l’indépendance irlandaise, mais toujours en conservant sa propre intégrité22.

26Autrement dit, l’IRB infiltrera toute organisation ou association nationaliste et utilisera ses ressources et son énergie afin de servir son idéal d’une république indépendante.

  • 23 Ibid., p. 35.

27La jeune génération de la fraternité républicaine en Ulster, représentée par Bulmer Hobson, Dennis McCullough et Seán McDermott, voit dans la politique hongroise de Griffith un discours derrière lequel ils peuvent rallier à leur cause des nationalistes de tout bord. Faisant preuve d’une ferveur qui inquiète même la hiérarchie de l’IRB, ces jeunes militants multiplient les discours en public et la distribution de tracts partout dans le pays. Puritains et impatients, ils sont déçus par la génération de leurs pères qu’ils jugent trop peu actifs et trop portés sur la boisson23. Peu satisfaits de la structure centralisée du Sinn Féin, qui opère principalement de Dublin et qui porte par conséquent la marque trop forte de la personnalité de Griffith, ils créent en 1905 une structure parallèle pour le concurrencer. Elle est nommée, de manière provocatrice, le Dungannon Club, en souvenir des conventions des Volunteers indépendantistes de la ville de Dungannon de 1782 et 1783. Bulmer Hobson, leur chef, livre sa vision de cette époque dans son autobiographie :

  • 24 Ibid., P. 22.

Alors que Griffith procurait une façade à la politique, le groupe d’hommes associé au Dungannon Club fournissait la force motrice capable d’organiser le pays, autant qu’on puisse dire qu’il ait jamais été organisé24.

28Des clubs sont bientôt fondés partout dans le pays, le club original de Belfast demeurant le siège du mouvement, et les deux autres parmi les plus importants étant ceux d’UCD et de Londres. De ces trois villes, ils exercent une pression idéologique sur le Sinn Féin, qui pour eux n’est pas assez séparatiste. Le conseil de la SFPP ressent bien cette pression et tout en gardant sa ligne modérée, Griffith réserve dans son journal, un espace d’expression libre ouvert aux plus virulents d’entre eux pour débattre des principes clés de la doctrine républicaine. Un bon exemple en est le débat entre P. S. O’Hegarty, un des chefs de l’IRB à Londres, et Robert Lynd, un presbytérien d’Ulster et Sinn Féiner, sur la question de la violence. Malgré la volonté de Griffith de garder tout l’éventail des nationalismes sur la même plateforme, des pacifistes comme Sheehy-Skeffington aux partisans de la lutte armée comme O’Hegarty lui-même, ces jeunes militants redoublent leurs efforts pour « républicaniser » le Sinn Féin.

  • 25 Créé en 1903, le National Council est fondé pour protester contre l’intention de la municipalité d (...)

29Ayant déjà pris la tête de l’IRB, ils ne tardent pas à se consacrer à reprendre à Griffith le contrôle de son mouvement. Après avoir imposé une structure démocratique au Cumann na nGaedheal et au National Council25, qui reposent plutôt sur la personnalité de Griffith, ils ont fait en sorte, par une série de fusions entre mouvements, de mettre des républicains orthodoxes à des postes clés. Quand le Dungannon Club fusionne avec Cumann na nGaedheal pour créer la Sinn Féin League en avril 1907, Griffith garde quand même le contrôle de son National Council mais quand ce dernier fusionne avec la Sinn Féin League en septembre 1907, les manœuvres des républicains aboutissent.

30Entre 1906 et 1910, la sphère d’influence la plus importante de Griffith est sans nul doute la SFPP. Alors que les républicains qui ont infiltré le mouvement Sinn Féin organisent la création de sections locales partout dans le pays, Griffith se concentre sur le rôle qu’il a voulu faire jouer au Sinn Féin depuis le début : celui d’éducateur du peuple. Ce qui est particulièrement attractif dans la propagande de Sinn Féin c’est l’accent mis sur les gestes de tous les jours. Elle ne propose pas de coup d’éclat mais plutôt un changement progressif des mentalités jusqu’à ce que les Irlandais libèrent leurs esprits de la domination britannique. Cette conception de l’indépendance influença beaucoup Gandhi et en Irlande séduisit des nationalistes de tous âges opposés à la révolution armée. Le génie de Griffith et de son équipe consiste à rendre possible pour chaque individu d’accomplir une partie de cette révolution dans sa vie quotidienne, en achetant des chaussures fabriquées en Irlande ou en parlant gaélique avec son voisin par exemple. Et, contrairement aux activités secrètes de l’IRB, les actions demandées par Sinn Féin n’exigent pas de se cacher mais plutôt d’être accomplies au grand jour.

31Cependant, Griffith et ses propagandistes ne sont pas sans concurrent dans le domaine journalistique. Le rôle de porte-parole du mouvement présente d’énormes enjeux et les jeunes militants défient Griffith dès le début. Le 13 décembre 1906, sept mois après la parution de Sinn Féin, le jeune Bulmer Hobson lance le journal hebdomadaire The Republic à Belfast. Une petite opération, montée par des bénévoles avec seulement 60 livres pour commencer, ce journal a néanmoins une influence qu’on ne peut ignorer. Comme son nom le suggère, sa raison d’être est de promouvoir le républicanisme au sein du mouvement Sinn Féin.

  • 26 Bulmer Hobson, Ireland…, p. 28.

Nous avons lancé [ce journal] pour rassembler tout ce qui existe de mieux, de plus important, de plus progressiste et visionnaire en Irlande autour de la bannière républicaine et pour construire, non pas un parti républicain, mais une république d’Irlande indépendante26.

32Exprimant l’opposition à l’objectif de la double monarchie fixé par Griffith, ce journal conteste également la pratique quotidienne du sinn-féinisme comme définie dans les pages de Sinn Féin. Une série d’articles par P. S. O’Hegarty sur la pratique du Feninism présente une alternative républicaine aux articles de Griffith sur l’application de la politique de Sinn Féin. Le résultat des énormes efforts fournis par Hobson, c’est que c’est lui et non Griffith qui est choisi en 1907 par Clan na Gael pour faire une tournée propagandiste aux États-Unis et expliquer ce qu’est le Sinn Féin. Considéré désormais comme le chef du Sinn Féin par beaucoup d’Américains, Hobson devient également le correspondant irlandais du Gaelic American, le journal très influent de John Devoy. Hobson profite de cette position privilégiée aux États-Unis pour affaiblir l’autorité de Griffith en Irlande.

  • 27 Registrar of Companies, Customs House, Dublin.
  • 28 The Newspapers Registration and Libel Act.
  • 29 Virginia E. Glandon, Arthur Griffith and the Advanced Nationalist Press. Ireland, 1900-1922, New Y (...)

33Pourtant Griffith a un avantage de taille. La SFPP est une société à responsabilité limitée et le journal ainsi que son titre sont immatriculés au registre national des sociétés27 à Dublin en respect de la loi de 188128. Cela a pour conséquence d’empêcher toute infiltration de la SFPP par l’IRB. Qui plus est, le nom même du journal protégé par la loi en fait l’organe officiel du mouvement quoi qu’en disent ses concurrents. Griffith a donc toute liberté pour promouvoir le Sinn Féin comme bon lui semble et d’ignorer toute critique des séparatistes tout en les laissant s’exprimer dans le cadre de son journal. En 1910, O’Hegarty, à la tête d’un groupuscule basé à Londres, tente de dissocier le journal du parti. Bien qu’il qualifie le journal de Griffith de « meilleur journal quotidien d’Irlande »29, il regrette que, dans le but d’attirer un public plus large, Griffith ait dû diluer son message et compromettre sa politique. En 1910, c’est la crise : une tentative d’alliance entre Sinn Féin et la All for Ireland League de William O’Brien échoue mais provoque une scission dans le mouvement Sinn Féin basée sur un désaccord autour du principe de ne pas siéger au parlement britannique. La manière dont cette affaire est traitée dans Sinn Féin, reflétant l’opinion de Griffith, provoque la colère d’O’Hegarty et de Hobson. Tous deux attaquent Griffith dans le journal Irish Nation & Peasant qui remplaçait The Republic, et O’Hegarty propose la résolution suivante à la convention du Sinn Féin de 1910 :

  • 30 « Resolutions for Sinn Féin convention, 1910 », documents non numérotés dans la correspondance de (...)

Que cette convention souhaite dissocier l’organisation Sinn Féin de la politique générale du journal Sinn Féin dans ses développements récents et que, en vue du fait que l’organisation n’a aucun contrôle quel qu’il soit sur le journal qui porte son nom, le rédacteur en chef soit prié de cesser de promouvoir le journal comme étant l’organe officiel du mouvement30.

34Protégé comme il l’était, Griffith est en mesure de résister à cette manœuvre et le groupuscule de Hobson et O’Hegarty se retire, dépité, du mouvement.

35Ce n’est cependant pas la dernière fois qu’O’Hegarty et Hobson tentent de mettre en cause le statut de Griffith comme porte-parole du Sinn Féin. Les jeunes militants de l’IRB lancent un autre journal, Irish Freedom, en novembre 1910, avec Hobson comme rédacteur en chef, remplacé à l’occasion par O’Hegarty. On y retrouve le même discours que dans The Republic : rejet de la double monarchie considérée comme insuffisante et refus de compromettre les moyens nécessaires pour atteindre le but final, la république. Hobson le dit clairement dans le premier numéro :

  • 31 Virginia E. Glandon, Arthur Griffith…, p. 76.

Nous représentons la séparation totale et complète de l’Irlande de l’Angleterre et l’établissement d’un gouvernement irlandais […] la liberté ne peut prendre qu’une seule forme chez nous – une république31.

36Financé par la fraternité républicaine, Irish Freedom récupéra tous les républicains déçus par la direction trop modérée prise par Griffith après 1910.

  • 32 « Sinn Féin Printing and Publishing Co. Ltd. revenue account and balance sheet » de l’année 1912, (...)

37C’est un concurrent de trop pour la SFPP qui, de plus en plus handicapée par ses problèmes financiers, survit tant bien que mal jusqu’en 1914. Quand la version quotidienne du journal fait faillite en 1911, la SFPP réinvestit toute son énergie dans l’hebdomadaire. Mais après la défection des extrémistes et le succès des parlementaires, le lectorat est dramatiquement réduit. La baisse des revenus générés par la publicité entraîne le licenciement de la majorité du personnel et la SFPP redevient un éditeur sous-traitant l’impression de son journal. Petit à petit, ce qui était « le meilleur journal d’Irlande » prend l’aspect d’une simple brochure, les images disparaissent en premier puis toute diversité typographique est supprimée. L’austérité visuelle reflète un contenu textuel progressivement réduit au strict minimum. Quand le journal est supprimé en 1914, il ne fait plus que quatre pages beaucoup plus étroites que pendant sa période faste et ne contient plus d’articles distincts, mais un seul bloc de texte rédigé par Griffith. Avec des dettes s’élevant à presque 5 000 livres32, la suppression du journal par Dublin Castle permet à Griffith et à son équipe réduite d’échapper à leurs créanciers. Ó Ceallaigh, qui est le seul présent quand l’officiel de Dublin Castle vient annoncer la fin du journal, décrit ainsi ce moment dans son autobiographie :

  • 33 Seán T. Ó Ceallaigh, Seán T…, p. 112.

Nous n’avions plus un sou au moment où nous en aurions eu le plus besoin. Nous étions lourdement endettés. Nous ne pouvions pas payer les imprimeurs. L’interdiction du journal par le Château [Dublin Castle] tomba à pic. Les tyrans militaires nous rendirent vraiment service – ils nous prirent notre journal mais ils nous laissèrent notre honneur33.

Une équipe qui vaut de l’or

38En lisant le registre des délibérations de la SFPP et les mémoires des personnalités impliquées dans la création du journal, on comprend vite que le facteur qui a permis le plus à la SFPP de rester opérationnelle est la concentration de « capital culturel » que représentait son personnel. Quand The Republic fait faillite, Hobson n’a pas d’autre solution que de fusionner avec The Irish Nation & Peasant et de profiter de leurs moyens. Griffith, en revanche, a de longues années d’expérience dans les ateliers d’imprimerie des journaux irlandais et, soutenu par une équipe juridique expérimentée, il n’est jamais réduit à des mesures aussi drastiques. Si on ajoute à cela le talent des artistes impliqués dans le journal, on comprend pourquoi, même sans argent, ils recueillent autant de louanges de la part de leurs concurrents comme O’Hegarty.

39Le poète Padraic Colum, premier biographe de Griffith et membre fondateur du Dungannon Club, fait remonter l’indépendance de l’Irlande aux discussions, tenues après le travail, sur le pas de la porte de Simpsons’Hospital à Dublin par un groupe de jeunes apprentis-imprimeurs et compositeurs-typographes à la fin du xixe siècle :

  • 34 Padraic Colum, Arthur Griffith, p. 19-20.

Nous voyons quatre jeunes gens sur les marches d’une vieille demeure dublinoise ; nous voyons les mêmes quatre jeunes gens dans une pièce éclairée à la chandelle alors qu’une société littéraire vient d’être fondée […]. D’un conclave de quatre jeunes sur les marches de l’hôpital Simpson aux séances législatives de Dáil Éireann, on peut suivre leurs traces34.

  • 35 Minutes for the meetings of the directors of the Sinn Féin Printing and Publishing Co. Ltd, 10 jui (...)

40Il ne nomme que deux des quatre jeunes gens, Griffith et son ami Bob Mangan. C’est lui qui, quelques années plus tard, présente Griffith à William Rooney. Est aussi présent Denis Devereux qui reste anonyme pour Colum ; mais son nom apparaît de manière récurrente dans le registre des délibérations de la SFPP et dans le journal lui-même. Éclipsé dans l’histoire du Sinn Féin par des personnalités plus notoires, Devereux travaille néanmoins toujours aux côtés de Griffith dans ses nombreuses entreprises journalistiques. Il apparaît pour la première fois dans le registre des délibérations le 21 mars 1909 et jusqu’à la fin de la SFPP, il n’est que très rarement absent. C’est à Devereux que Griffith confie les préparations techniques qui préfigurent la reprise de l’impression du journal. En parallèle, il crée un département typographique au sein de la société et commence à embaucher le personnel nécessaire. C’est également sous la surveillance de Devereux que la SFPP installe son atelier au 49, Middle Abbey Street, un des centres dublinois de l’imprimerie, de la fonte de caractères en plomb et de la production d’encre. L’atelier est donc bien situé par rapport à ses fournisseurs. Le plus important d’entre eux est sans doute la Linotype Co., fabricant de la célèbre machine composeuse-fondeuse et distributeur de matériel d’imprimerie. Devereux négocie avec leur représentant pour l’achat d’une presse Cox Duplex et quand ces négociations échouent à cause de la précarité des finances de la SFPP, Devereux est envoyé à la hâte en Angleterre pour trouver une autre presse. L’autonomie d’action de Devereux est la preuve de la confiance absolue que Griffith et le conseil placent en lui et quand il revient d’Angleterre avec des devis, ils suivent ses conseils sans hésitation35.

  • 36 Ibid., 29 décembre 1909.
  • 37 Ibid., 2 janvier 1910.

41Le quotidien qui avait tant impressionné O’Hegarty ne dure que cinq mois. On a souligné quel succès cette entreprise fut en termes de propagande, mais un désastre financier duquel la SFPP ne s’est jamais vraiment remise. Le 29 décembre 1909, il ne reste que 7 livres sur son compte et le conseil est obligé de remettre à une date ultérieure les paiements aux fournisseurs. Lors de la même réunion, Michael O’Rahilly et William Bulfin, de retour d’une tournée aux États-Unis où ils n’ont pas réussi à recueillir d’argent, font part au conseil de leur espoir que, grâce à leur travail là-bas, le soutien matériel américain nécessaire à la survie du journal arrivera plus tard. Ayant besoin d’argent tout de suite, le conseil tente en vain de recueillir les cinq signatures de garants potentiels pour un prêt de cinq cents livres à la banque d’Irlande36. Quatre jours plus tard, ils décident d’arrêter la publication du quotidien et donnent deux semaines de préavis de licenciement à tout le personnel37.

42C’est à ce moment que Denis Devereux intervient pour sauver la mise. Il met de nouveau sa considérable expérience professionnelle au service de la société, leur rachète le matériel d’imprimerie et reprend en main l’impression du journal hebdomadaire. Ainsi les dettes de la SFPP ne l’empêchent pas de continuer à éditer Sinn Féin et l’atelier est protégé d’éventuelles visites des huissiers. Le seul signe de ce changement dans le journal se remarque au bas de la dernière page : la mention « imprimé et édité pour la Sinn Féin Printing & Publishing Co. Ltd. à l’atelier 49 Middle Abbey Street, Dublin » est remplacée par « imprimé pour la Sinn Féin Printing & Publishing Co. Ltd. par Devereux, Newth and Co. 49 Middle Abbey Street, Dublin et édité par la Sinn Féin Co. à la même adresse ». En même temps, dans le but de rentabiliser l’atelier, Devereux insère dans Sinn Féin des publicités pour son imprimerie qui effectue « tous travaux d’impression ». Des annonces parues dans le journal pour un éditeur nommé Ryan & Co. révèlent qu’il existe même une troisième société qui bénéficie des locaux d’Abbey Street. C’est sans doute Devereux qui imprime ses fascicules de chansons nationalistes et c’est sûrement grâce à cet arrangement que Sinn Féin survit jusqu’à son interdiction en 1914.

  • 38 Minutes for the meetings of the directors of the Sinn Féin Printing and Publishing Co. Ltd, 7 nove (...)
  • 39 Maître-verrier et illustrateur irlandais (1889-1931).
  • 40 Voir par exemple l’article sur Molloy dans Theo Snoddy (éd.), Dictionary of Irish artists : 20th c (...)
  • 41 Peintre et illustrateur irlandais (1871-1957), frère de W. B. Yeats.

43Une deuxième figure clé associée à la SFPP, mais tout comme Devereux, oubliée des historiens, n’est autre que l’artiste Austin Molloy, auteur des cartoons qui font l’attrait de Sinn Féin Daily entre 1909 et 1911. Les efforts de Griffith pour rendre le journal visuellement plus dynamique l’amènent à embaucher le jeune designer, illustrateur et verrier dublinois avec l’idée qu’il produise deux fois par semaine un grand dessin en noir et blanc pour la une. Comme c’est le cas pour la plupart des collaborateurs du journal, Molloy utilise un pseudonyme et signe ses dessins d’une version gaélique de son nom : « Maolmuidhe ». Ce faisant, il réussit à dissimuler son identité non seulement auprès des lecteurs contemporains mais aussi des historiens du Sinn Féin et de l’art irlandais, qui n’ont pas su faire le lien entre le cartooniste et le jeune diplômé de la Dublin Metropolitan School of Art (DMSA). C’est en consultant à nouveau le registre des délibérations que l’on découvre dans la liste des dépenses de la société qu’un salaire de 1 livre et 6 shillings est versé à un certain Austin Molloy, dont le nom est suivi de la mention « cartoons », « drawings » ou « artist »38. Certes, il n’est pas complètement inconnu des historiens de l’art qui le décrivent comme étant, à cette époque-là, le principal disciple d’Harry Clarke39, le célèbre verrier irlandais40. Toutefois, même si ses illustrations des années vingt et après sont très influencées par son ami Clarke, ses œuvres de jeunesse, qui incluent son travail non répertorié pour la SFPP, montrent plutôt sa dette envers les illustrations de Jack B. Yeats41.

44Bien qu’il n’ait que 22 ans et que sa carrière artistique commence à peine, ses dessins pour Sinn Féin révèlent une maturité de style et une sensibilité aux thèmes religieux et folkloriques qui réapparaissent plus tard dans ses illustrations de livres et dans ses vitraux. C’est justement ce profil combiné de verrier, qui n’est pas moins qu’une sorte de propagandiste visuel, et de nationaliste qui fait de lui un atout pour la SFPP. Son programme iconographique est un mariage de sacré et de profane. Pour mettre en valeur les avertissements de Griffith contre les dangers de l’émigration et de l’anglicisation du pays, Molloy met en scène une danse macabre irlandaise : des crânes et des squelettes accompagnent les paysans dans leur périple, la peste menace le pays entier et des serpents attirent le peuple irlandais vers sa ruine. Face à ces menaces, le salut de l’Irlande prend l’apparence de saint Patrick, de Cuchulainn et de Christian le pèlerin de John Bunyan. Parmi ses caricatures d’hommes politiques, les plus mordantes sont celles de John Redmond, chef du parti nationaliste parlementaire, pour lesquelles Molloy détourne des images publicitaires de l’époque et le représente comme un bébé ou comme un chien. Le travail de Molloy, témoin de la complicité qui le lie à Griffith, contribue énormément à l’attrait commercial du journal. Capable de condenser en une image éloquente les pensées du rédacteur en chef, ses dessins deviennent des vitrines du programme du Sinn Féin, le mettant ainsi plus à la portée du grand public. À une époque où le graphisme en est à ses balbutiements en Irlande, Griffith, toujours à l’affût des innovations transatlantiques, sait profiter des talents de ce jeune praticien, qui l’amènent d’ailleurs plus tard à enseigner le graphisme à la DMSA.

  • 42 Célèbre peintre irlandais (1878-1931).

45Cependant, Molloy n’est pas le seul diplômé de la DMSA à travailler pour Sinn Féin. En effet, Grace Gifford, plus connue pour son mariage dans la prison de Kilmainham avec Joseph Plunkett alors qu’il attendait son exécution que pour sa carrière de graphiste, produit elle aussi des illustrations pour Sinn Féin. De la même génération que Molloy, elle est une des étudiantes de William Orpen42 à Dublin, avant de poursuivre sa formation en 1907 et 1908 à la Slade School of Fine Art de Londres. À son retour en Irlande, elle s’établit en tant qu’illustratrice et surtout caricaturiste, domaine où elle excelle particulièrement. C’est à cette époque-là qu’elle apporte sa contribution à Sinn Féin en participant avec Molloy à une série de caricatures qui se moquent gentiment de personnalités irlandaises comme W. B. Yeats, J. M. Synge et Griffith lui-même.Aucun paiement à Grace Gifford ne figure dans le registre des délibérations de la SFPP, il semble donc que pour elle il s’agisse plutôt d’un moyen à la fois d’exprimer son nationalisme et de se faire connaître en tant qu’artiste professionnelle. Contrairement à Molloy, et même à sa sœur Sidney Gifford qui écrit de nombreux articles pour le journal sous le pseudonyme de John Brennan, elle ne cache pas son identité et met son nom en évidence dans ses illustrations. Cependant, même si elle éclipse Molloy dans l’histoire du Sinn Féin, elle ne connaît pas le même succès que lui dans sa carrière artistique.

46Dès lors que la présence de Devereux et de Molloy est identifiée, il est aisé de démontrer leur importance au sein de la SFPP. Le premier prend en main tout l’aspect technique de l’impression de Sinn Féin et le second joue un rôle essentiel dans le renouvellement de la mise en page destiné à rendre le journal plus populaire. Attribuer une importance semblable aux juristes de la SFPP peut paraître une exagération. Toutefois, c’est grâce à ses avocats que Griffith publie sa propagande presque sans interruption pendant les deux premières décennies du xxe siècle.

47Quelques-unes des ruses juridiques de Griffith sont déjà bien connues des historiens du Sinn Féin. On peut citer comme exemple la liquidation de l’United Irishman presque simultanée à sa condamnation pour diffamation par un tribunal de Limerick. Anticipant l’issue du procès, Griffith, son frère Franck et le conseil d’administration mettent en place un plan d’action. Dès que le jury donne son verdict, une amende de 50 livres, Griffith le communique par télégramme à son frère à Dublin qui en fait alors part au conseil d’administration réuni exceptionnellement pour l’occasion. La société est liquidée sur-le-champ et les huissiers en sont réduits à confisquer quelques meubles sans valeur pour payer l’amende. En décembre 1914, Griffith fait preuve d’encore plus d’ingéniosité quand il parvient à contourner les règles très contraignantes de la Defence of the Realm Act qui censure la presse séditieuse. Son quatrième journal Scissors & Paste n’est en effet qu’une compilation d’articles extraits des journaux britanniques et pro-britanniques mais choisis et juxtaposés de manière à ridiculiser le gouvernement.

  • 43 Chiffre calculé en faisant la moyenne du RPI (Retail Price Index), des revenus moyens, de l’évolut (...)

48Le véritable exploit de Griffith consiste toutefois à avoir réussi à publier Sinn Féin pendant huit ans, malgré des dettes qui s’élevaient en 1912 à 5 000 livres soit environ 1,7 million d’euros43 aujourd’hui. Ces dettes ne seront jamais remboursées par la SFPP. On peut attribuer cette longévité miraculeuse aux conseils de Maître Corrigan que l’on retrouve au fil des pages des registres de délibérations. Bien que la vie financière de la société soit désastreuse, sa vie juridique, placée en de très bonnes mains, n’est jamais en danger. C’est Maître Corrigan, avocat externe, qui prend en charge la création de la société, et l’immatriculation du journal qui ont tant frustré les manœuvres de Hobson et O’Hegarty. En même temps, il accomplit une tâche très importante qui a des conséquences profondes sur la gestion de la société : la préparation juridique de l’émission des actions et obligations. En ce qui concerne la vente d’actions, il s’efforce de concentrer tout le pouvoir entre les mains du conseil. Si on se penche sur la liste des actionnaires établie par Donal MacCarthy entre le 23 avril et le 26 juillet 1906, on découvre que le conseil d’administration ne possède que 22 actions des 168 réparties entre 78 actionnaires. Même P. S. O’Hegarty possède plus d’actions qu’Arthur Griffith. La répartition des droits de vote est cependant bien différente. En effet, bien que le registre manque de transparence à cet égard, il paraît évident que les véritables propriétaires de la société, les actionnaires, ne peuvent en aucun cas influencer les décisions du conseil.

49L’emprunt obligataire est organisé avec tout autant de soin par Maître Corrigan. Sans biens immobiliers à hypothéquer, ni autres garanties à offrir, la SFPP n’est pas en mesure d’obtenir un prêt bancaire. Cet emprunt non cautionné sous la forme de petites coupures de 5 livres chacune divisées entre les sympathisants semble donc la meilleure alternative. Selon le bilan de 1912, la SFPP emprunte 5542 livres pendant ses six premières années d’existence. L’échéance des obligations est de dix ans, ce qui est normal pour ce type de titre. À nouveau, on remarque ici un manque de transparence. Le soulagement de Ó Ceallaigh en 1914, quand Dublin Castle libère la société de ses dettes, cache des manipulations moins honorables. En effet, le transfert de l’atelier d’imprimerie à Devereux le met hors d’atteinte des obligataires qui représentent ensemble le créancier le plus important de la société. À la fin des dix ans ou à la suite d’une éventuelle liquidation, ce groupe serait alors prioritaire sur tous les autres créanciers et pourrait même poursuivre la société en justice pour obtenir ses biens. On peut même avancer l’hypothèse que l’interdiction de Sinn Féin fut provoquée dans le but d’échapper aux remboursements des dettes. Bien qu’il n’y ait aucune preuve de cela, le fait que Griffith avait déjà commencé l’édition d’un nouveau journal, Éire-Ireland, avant la fin de Sinn Féin, semble le suggérer. Il est certain que la satisfaction des investisseurs est loin d’être une priorité du conseil d’administration. Le capital humain impressionnant que représente la SFPP est exploité par Griffith dans le seul but de diffuser sans interruption le message du Sinn Féin.

  • 44 London Observer, 26 novembre 1961.

50Comme le dit le dramaturge Arthur Miller, « un bon journal est une nation qui se parle à elle-même »44. On peut appliquer cette citation célèbre au lectorat de Sinn Féin qui représente la nation irlandaise en construction. Dans les pages de son journal, Arthur Griffith anime le débat sur la forme que cette construction va prendre et invite les futurs citoyens à poser la première pierre dans leurs chantiers personnels. C’est Robert Lynd qui résume le mieux cette idée dans son pamphlet « The Ethics of Sinn Féin » :

  • 45 Robert Lynd, « The Ethics of Sinn Féin », in Leabhar na hEireann, Dublin, The National Council and (...)

Chacun de nous représente la nation irlandaise en miniature. Par conséquent, nous devons nous façonner au plus près de ce que nous pensons que la nation irlandaise devrait être. Voulez-vous « désangliciser » l’Irlande ? Eh bien, la première chose à faire est de vous « désangliciser » vous-mêmes45.

51Le rôle de la propagande de Griffith et de son équipe de journalistes dans l’éducation du peuple est de responsabiliser ses lecteurs en les dissuadant de dépendre de forces extérieures comme le Parlement britannique ou bien les États-Unis. En même temps, ils les guident sur la voie difficile de l’indépendance, souvent comparée au pèlerinage vers la cité céleste, en leur offrant des modèles de vies exemplaires.

  • 46 Arthur Griffith, « Sinn Féin Policy », in The Resurrection of Hungary, Dublin, University College (...)
  • 47 Aodh de Blácam, What Sinn Féin Stands For…, p. 45. L’expression en anglais est « journalistically (...)

52Dans la Sinn Féin Policy, Griffith utilise une de ses métaphores préférées pour décrire la nation. Il la compare à l’équipage d’un bateau dont chaque membre a sa propre tâche à accomplir et est tout autant responsable que son voisin de la sécurité du bateau46. Pour filer encore plus la métaphore, on peut voir la Sinn Féin Printing & Publishing Co. comme la salle des machines de ce bateau. Pendant huit ans, cette société est la force motrice d’un mouvement « uni journalistiquement »47, selon l’expression forgée par Aodh de Blácam. Dans ses locaux, se dessine le schéma d’une Irlande indépendante avant qu’il ne soit imprimé puis envoyé aux quatre coins du pays. Tout est subordonné à la propagande, à qui est attribuée plus de protection qu’aux salariés eux-mêmes. Les ouvriers-typographes, techniciens, et placiers de la société vivent dans la plus grande précarité mais c’est grâce à l’existence même de la société que le message du Sinn Féin n’est jamais vraiment en danger.

Notes

1 Aodh de Blácam, propagandiste du Sinn Féin, décrit le mouvement ainsi dans son What Sinn Féin Stands For. The Irish Republican Movement. Its History, Aims and Ideals, examined as to their Siginificance to the World, Dublin – Londres, Mellifont Press – Chapman & Dodd, 1921, p. 44-46. Il crée alors l’expression très parlante « the amorphous propaganda of the gaelicised young men and women » qui capte l’essence du mouvement à ses débuts.

2 Griffith propose de suivre la politique des députés hongrois qui ont gagné une grande part d’indépendance pour leur pays en organisant une campagne de résistance passive et de non-coopération dont l’essentiel consistait à ne pas siéger au parlement impérial à Vienne. Cette politique a donné lieu au compromis de 1867 qui reconnaissait l’Autriche et la Hongrie comme deux pays distincts chacun ayant Francois-Joseph comme monarque, d’où la politique de la double monarchie que prône le Sinn Féin. Griffith explique en détails cette politique dans son The Resurrection of Hungary publié pour la première fois sous forme de livre en 1904.

3 Griffith emprunte sa définition de la nation à l’économiste nationaliste allemand Friedrich List. La politique du Sinn Féin applique au cas de l’Irlande la vision globale de l’économie nationale élaborée par List dans son Système national d’économie politique et prône le développement de tous les aspects de la vie collective du pays.

4 Hugh Oram, par exemple, n’y fait pas référence du tout dans son The Newspaper Book. A History of Newspapers in Ireland, 1649-1983, Dublin, MO Books, 1983.

5 United Irishman 04/03/1899-14/04/1906, Sinn Féin 05/05/1906-28/11/1914, Éire – Ireland 26/10/1914-04/12/1914, Scissors & Paste 12/12/1914-27/02/1915, Nationality 19/06/1915-25/03/1916 et Young Ireland 1917-1921.

6 Padraic Colum, Arthur Griffith, Dublin, Browne & Nolan, 1959, p. 46.

7 Seán T. Ó Ceallaigh, Seán T. : scéal a bheatha á insint/ag Seán T. Ó Ceallaigh ; arna chur in eagar ag Proinsias Ó Conluain, Baile Átha Cliath, Foilseacháin Náisiúnta Teoranta, 1963, p. 113. Cette traduction du gaélique et toutes celles qui suivent sont de l’auteur.

8 Dublin Castle est alors le siège de l’administration britannique en Irlande.

9 Seán T. Ó Ceallaigh, Seán T…, p. 113.

10 Organisation américaine de soutien pour le mouvement révolutionnaire républicain.

11 Propriétaire terrien fortuné, mécène excentrique et soutien financier de Griffith.

12 Riche agriculteur et conseiller régional pour le comté de Meath, soutien financier de Griffith.

13 Diplomate britannique célèbre pour sa condamnation de la brutalité du système colonial au Congo belge, Sir Roger Casement fut très actif dans plusieurs mouvements nationalistes irlandais (Gaelic League, Irish Volunteers) dès 1903.

14 Pour un bon commentaire de cette période en Irlande, voir Louis M. Cullen, Eason & Son : a History, Dublin, Eason & Son Ltd., 1989, p. 167.

15 Sinn Féin, 14 novembre 1908, p. 1. col. 3.

16 Sinn Féin, 4 juillet 1908, p. 3, col. 1.

17 Registre des délibérations de la SFPP, 7 novembre.

18 Le 9 janvier 1910 par exemple on lit dans le registre des délibérations de la SFPP que Thomas Kelly avait organisé un prêt de 100 livres de la Sinn Féin Bank.

19 Seán T. Ó Ceallaigh, Seán T…, p. 114.

20 Structure fondée en novembre 1900 pour regrouper des organisations nationalistes de toutes sortes déjà existantes en Irlande. Très rapidement, l’IRB en prend le contrôle.

21 Seán Ó Lúing, Art Ó Gríofa, Baile Átha Cliath, Sáirséal agus Dill, 1953, p. 79.

22 Bulmer Hobson, Ireland, Yesterday and Tomorrow, Tralee, Anvil Books, 1968, p. 103.

23 Ibid., p. 35.

24 Ibid., P. 22.

25 Créé en 1903, le National Council est fondé pour protester contre l’intention de la municipalité de Dublin de suivre la coutume pendant la visite officielle du roi Édouard VII en affirmant sa loyauté à la couronne. Quand Cumann na nGaedheal est infiltré par l’IRB, Griffith utilise le National Council pour promouvoir sa politique hongroise.

26 Bulmer Hobson, Ireland…, p. 28.

27 Registrar of Companies, Customs House, Dublin.

28 The Newspapers Registration and Libel Act.

29 Virginia E. Glandon, Arthur Griffith and the Advanced Nationalist Press. Ireland, 1900-1922, New York, Peter Lang, 1985, p. 62.

30 « Resolutions for Sinn Féin convention, 1910 », documents non numérotés dans la correspondance de George Gavan-Duffy, National Library of Ireland, mss. 5581-5583.

31 Virginia E. Glandon, Arthur Griffith…, p. 76.

32 « Sinn Féin Printing and Publishing Co. Ltd. revenue account and balance sheet » de l’année 1912, National Library of Ireland.

33 Seán T. Ó Ceallaigh, Seán T…, p. 112.

34 Padraic Colum, Arthur Griffith, p. 19-20.

35 Minutes for the meetings of the directors of the Sinn Féin Printing and Publishing Co. Ltd, 10 juin 1909.

36 Ibid., 29 décembre 1909.

37 Ibid., 2 janvier 1910.

38 Minutes for the meetings of the directors of the Sinn Féin Printing and Publishing Co. Ltd, 7 novembre 1909 pour le premier versement.

39 Maître-verrier et illustrateur irlandais (1889-1931).

40 Voir par exemple l’article sur Molloy dans Theo Snoddy (éd.), Dictionary of Irish artists : 20th century, 2e éd., Dublin, Merlin Publishing, 2002, p. 429-430.

41 Peintre et illustrateur irlandais (1871-1957), frère de W. B. Yeats.

42 Célèbre peintre irlandais (1878-1931).

43 Chiffre calculé en faisant la moyenne du RPI (Retail Price Index), des revenus moyens, de l’évolution du PNB et du PNB per capita.

44 London Observer, 26 novembre 1961.

45 Robert Lynd, « The Ethics of Sinn Féin », in Leabhar na hEireann, Dublin, The National Council and Kevin J. Kenny, 1909, p. 265.

46 Arthur Griffith, « Sinn Féin Policy », in The Resurrection of Hungary, Dublin, University College Dublin Press, 2003, p. 163.

47 Aodh de Blácam, What Sinn Féin Stands For…, p. 45. L’expression en anglais est « journalistically united ».

Auteur

Mathew D. Staunton, originaire de Dublin, prépare actuellement une thèse à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle sur la propagande nationaliste et la presse en Irlande au début du xxe siècle. Ses recherches se concentrent surtout sur la propagande visuelle du mouvement Sinn Féin, en particulier à travers l’étude du journal du même nom. Au cours de ses recherches, il s’est intéressé plus particulièrement à la typographie gaélique en tant que révélateur de l’identité culturelle irlandaise. Il est membre de l’Association typographique internationale et a déjà contribué à plusieurs de leurs conférences. Il enseigne à l’Institut d’études politiques de Paris où il anime un cours sur l’histoire du Sinn Féin.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540