Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La transmission et la ciruculation des idées

« Un acte de définition »

L’entreprise anthologique selon Field Day

Martine Pelletier

Texte intégral

1Parce qu’elle repose tout entière sur l’inclusion et l’exclusion, la constitution d’une anthologie renvoie à des critères de sélection susceptibles de varier avec le temps, mais aussi au gré d’autres facteurs, individuels ou collectifs, plus ou moins faciles à cerner, plus ou moins clairement revendiqués. En quoi une anthologie est-elle présentation d’un ensemble de textes et d’œuvres regardés comme exemplaires ou représentatifs, mais aussi acte politique idéologiquement marqué, visant à la définition, réelle ou fantasmée, d’une totalité toujours insaisissable ? Inclure un texte dans une anthologie de littérature nationale est une forme de légitimation, d’où le recours à des principes de sélection souvent inavoués ou tenus pour évidents qui renvoient aux structures politiques de cette société.

2Publiée en deux temps, 1991 puis 2002, The Field Day Anthology of Irish Writing se présente comme un travail d’érudition, une entreprise de sélection, compilation, annotation et traduction de textes, une œuvre monumentale qui ambitionne de modifier radicalement la perception de la littérature et de l’écriture en Irlande, voire d’en redéfinir le périmètre. Lors de sa parution en 1991, on se souvient de la controverse inattendue qui a secoué les milieux universitaires, littéraires et journalistiques devant la part jugée par trop congrue réservée aux auteurs féminins et qui a abouti à la décision de Seamus Deane, le responsable du projet initial, de dédier un volume spécifique aux écrits de femmes. Le projet, confié à huit éditrices, évolua et, en 2002, ce furent deux épais volumes qui parurent sous le titre de The Field Day Anthology of Irish Writing, volumes IV et V, avec le sous-titre « Irish Women’s Writing and Traditions ». À travers les avatars de cette anthologie en deux volets, en deux temps, se dessinent quelques-uns des enjeux majeurs de ce que l’on pourrait nommer « l’entreprise anthologique », ainsi que les questions posées aux critiques et intellectuels en Irlande et ailleurs, à l’aube du xxie siècle : autorité et remise en cause du canon, lectures post-coloniales, déstabilisation de la catégorie du « littéraire », émergence des études féministes.

Les origines de l’anthologie

3Fondée en 1980 par le dramaturge Brian Friel et l’acteur Stephen Rea, la compagnie Field Day avait rapidement évolué après le succès, tant populaire que critique et commercial, de Translations en 1980. Élargissant le directoire de la compagnie pour y inviter Seamus Heaney, Seamus Deane, Tom Paulin, tous trois universitaires et poètes, et le musicien David Hammond, les deux membres fondateurs laissaient envisager de nouvelles activités pour un groupe qui se définissait par un profond enracinement nord-irlandais et la volonté de soumettre les mythes et traditions identitaires, tant littéraires qu’idéologiques, à une relecture critique dans l’espoir de contribuer à une meilleure compréhension et, idéalement, à une résolution du conflit en Irlande du Nord. Les activités critiques de la compagnie commencèrent officiellement en 1983 lorsque parurent trois « pamphlets » rédigés par Deane, Paulin et Heaney, trois textes fondamentalement centrés sur le langage et la littérature, le rôle de la langue dans les définitions identitaires personnelles et collectives. L’année suivante, une deuxième série de « Field Day pamphlets » était publiée, signée Deane, Richard Kearney et Declan Kiberd. L’équipe du Crane Bag s’installait chez Field Day, manifestant une continuité intellectuelle intéressante entre la compagnie et le magazine irlandais le plus stimulant, le plus au fait des évolutions du discours philosophique et théorique de l’époque. Seamus Deane, poète et professeur de littérature à University College Dublin (UCD), avait fortement encouragé cette diversification d’activités, convaincu de la nécessité de développer au sein de Field Day et en Irlande une pratique critique et non seulement artistique. Les pamphlets étaient publiés par Field Day, qui développait ainsi une pratique d’édition à Derry. En 1985, ces six textes étaient rassemblés en un volume intitulé Ireland’s Field Day avec une préface précisant les objectifs de la compagnie et annonçant un projet d’ampleur :

  • 1 Préface de Seamus Deane et al. (éd.), Ireland’s Field Day, Londres, Hutchinson, 1985, p. VIII : « (...)

Cette anthologie aura pour but de révéler et de confirmer l’existence d’une tradition continue à laquelle tous les groupes, les sectes et partis ont contribué. De cette tradition pourrait émerger une conception plus généreuse et hospitalière des réussites de l’Irlande dans le domaine culturel qui servirait de base à une approche plus sereine et œcuménique des difficultés profondes et en apparence insolubles auxquelles l’île se trouve aujourd’hui confrontée1.

4Seamus Deane, l’initiateur du projet, et ses collègues de Field Day plaçaient délibérément cette future anthologie sous le signe du politique. Définir une tradition qui soit « plus hospitalière » mais aussi définir l’écriture irlandaise, voire redéfinir la notion même d’écriture comme le choix du titre « Anthology of Irish Writing » et non « Irish Literature » le révélait, autant de défis à relever qui recoupent des problématiques qui ne sont pas spécifiques à l’Irlande, mais qui prenaient en Irlande une dimension ouvertement polémique. Deane constitua une équipe de quelque vingt et un spécialistes de littérature, tous universitaires, et confia le rôle d’éditeur associé à son collègue de University College Dublin, Andrew Carpenter, qui se chargea en particulier d’assurer le relais entre Deane et les vingt autres responsables. On notait la présence de nombreux membres du département d’anglais de UCD, mais aussi d’experts reconnus recrutés en Irlande et au-delà. En outre, Deane avait sollicité le concours de personnes qui ne partageaient ni ses convictions politiques républicaines, ni ses choix théoriques, comme John Wilson Foster qui avait régulièrement critiqué Field Day pour son parti pris nationaliste, ou encore Terence Brown qui contribua à la troisième série de « Field Day pamphlets » sur la communauté protestante en 1985. Par contre, aucune femme ne figurait dans l’équipe éditoriale. De l’avis général, Deane laissa aux responsables la plus grande latitude quant à leurs sections, sous réserve du respect des principes de base qu’il avait énoncés et qu’il développe dans l’introduction générale de l’anthologie. Deane lui-même édita ou coédita onze des quarante-trois sections, un véritable tour de force mais aussi un moyen très sûr de contrôler certains des chapitres clés, ainsi que ses adversaires, la critique Edna Longley en tête, n’ont pas manqué de le signaler.

5L’anthologie devait initialement paraître en 1988 mais au fil des années, la période chronologique censée être couverte par l’anthologie évolua, passant de 300 à 1500 ans. Le coût des volumes s’alourdit en proportion, contraignant les membres du directoire, Deane et Friel en tête, à mener des opérations de collecte de fonds, en particulier aux États-Unis en 1987, efforts couronnés de succès, comme en attestent les remerciements figurant dans le premier volume. De fait, l’essor des études irlandaises des deux côtés de l’Atlantique promettait d’intéressants débouchés dans les milieux universitaires ; la maison Norton allait se charger de la distribution de l’ouvrage aux États-Unis tandis que Faber opérait en Grande-Bretagne. Plus de la moitié de la première édition était destinée au marché américain. Si la publication était désormais garantie, le coût des volumes pour l’acheteur s’annonçait élevé, 150 livres et 150 dollars respectivement et non les 50 livres ou 50 dollars espérés, invalidant l’idée de départ qui était de proposer une édition abordable, pour les étudiants bien sûr, mais aussi pour le lecteur avisé. Brian Friel avait imaginé, non sans une touche d’ironie, un très vaste lectorat :

  • 2 Brian Friel, « US Field Day for Begging Bowl Big Four », Irish News, March, the 30th, 1987 : « Hop (...)

Avec un peu de chance, ce sera le genre d’ouvrage qui se retrouvera dans la bibliothèque de tout un chacun, comme les Mélodies irlandaises de Tom Moore au siècle dernier2.

6Dans le cadre de leur politique de diffusion de pamphlets, Deane sollicita Terry Eagleton, Frederic Jameson et Edward Said, trois célèbres critiques non-irlandais, à qui il confia la rédaction d’essais autour de la thématique « nationalisme, colonialisme et littérature ». Ce choix confirmait l’adoption par Deane, sinon par Field Day dans son ensemble, des théories post-coloniales comme instruments pertinents d’analyse de la littérature irlandaise. Parus en 1988, ils étaient rassemblés en un volume à destination d’un public américain. L’introduction de Deane faisait référence à l’anthologie dont la publication était annoncée, à juste titre, comme imminente :

  • 3 Seamus Deane, « Introduction », in Nationalisme, Colonialisme et Littérature, Sylviane Troadec (tr (...)

L’Anthologie de la littérature irlandaise de Field Day […] est un acte de repossession, contenant dans l’espace de trois gros volumes une sélection d’écrits irlandais, politiques, économiques, philosophiques et autres, et la présentant, avec une certaine dose de distanciation ironique, comme une « tradition » intégrante et unitaire, ou un amalgame de traditions. L’important n’est pas d’établir un canon en tant que tel ; c’est d’entreprendre l’établissement d’un système qui possède une énergie dynamique, mobilisatrice, l’énergie de l’affirmation et de la différence, tout en restant conscient que tous les systèmes de ce genre, comme les anthologies d’autres littératures nationales, sont des fictions qui ont inscrit en elles les principes de hiérarchie et d’exclusion, autant que celui de l’inclusion, principes qui ne deviennent évidents que lorsque la masse du matériau s’organise en une forme particulière3.

  • 4 Jan Gorak, The Making of the Modern Canon. Genesis and Crisis of a Literary Idea, Londres – Atlant (...)

7« Reprise de possession », « tradition », « fiction », « sélection », « canon », « inclusion » et « exclusion » sont les termes clés pour comprendre les enjeux de toute anthologie. Le contexte de ces propos est d’autant plus pertinent que les auteurs des pamphlets, Eagleton, Jameson et Said, avaient tous trois, à des degrés variables, joué un rôle actif dans le grand débat qui avait secoué les campus américains et britanniques dans les années quatre-vingt avec l’émergence des études féministes, du post-structuralisme et du post-colonialisme, ces différents mouvements ayant abouti à une remise en cause de la notion même de canon littéraire. L’importance de ce débat est attestée par l’analyse de Jan Gorak dans son ouvrage, The Making of the Modern Canon, paru la même année que l’anthologie4. Gorak rappelle qu’aux yeux de ses opposants tout canon, littéraire ou autre, est nécessairement perçu comme le moyen pour une minorité conservatrice d’imposer et de transmettre des valeurs considérées comme orthodoxes. Cette attitude et le désir de contester, de remettre en cause les œuvres canoniques ne sont pas une prérogative de nos contemporains mais ont toujours existé et les canons ont survécu car ils répondent à un besoin humain fondamental : réinterpréter ou re-imaginer le passé en fonction des exigences du présent. Indéniablement, en cette fin de xxe siècle, les exigences du présent s’exprimaient par l’intermédiaire de ces nombreux universitaires et intellectuels qui, partant de positions théoriques et idéologiques variées, dénonçaient les canons littéraires en vigueur comme un moyen utilisé par l’institution pour imposer et répandre des valeurs sociales, nationales, sexuelles, politiques et culturelles jugées arbitraires ou, au mieux, désuètes. Lorsqu’il analyse l’attitude d’Edward Said face au canon, Gorak met en lumière nombre de points qui suggèrent une réelle affinité de pensée entre l’auteur d’Orientalisme et Seamus Deane. Said partage avec Deane un intérêt profond pour les modes de représentation d’une culture dominée par une culture dominante. Said place le colonialisme au centre de la crise et Deane lui emboîte le pas dans sa lecture de la littérature et de la culture irlandaises, partageant sa conviction que les cultures post-coloniales doivent élaborer leurs propres modes de représentation et leur discours critique afin de remettre en cause les canons existants, leurs critères d’inclusion et d’exclusion. Idéalement, pour Said, les canons de demain, inévitables puisque le mode de pensée canonique semble difficile à éradiquer, seront pluriels et offriront des cadres interprétatifs permettant la compréhension de l’altérité, de la différence. Dans une large mesure, on peut imaginer que tel est l’horizon critique idéal que se donne Deane pour l’anthologie de Field Day : le canon ne disparaît pas mais évolue pour tenir compte de nouveaux contextes et faire place à des voix autrefois marginalisées, offrant peut-être une version de cette « cinquième province de l’imagination » dont Deane et les autres membres de Field Day débattaient en ces années.

8Lors de la cérémonie officielle de lancement à Dublin le 1er novembre 1991 en présence du Taoiseach Charles Haughey, sur les visages et dans les propos de Deane et de ses partenaires, le soulagement le disputait à la fierté légitime d’avoir mené à bien une telle entreprise. Les six années de travail avaient permis la rédaction de trois superbes volumes qui dépassaient les 4500 pages. La présentation matérielle est irréprochable, un coffret rassemble les trois tomes reliés en toile bleue, le titre est en lettres d’or, sans oublier un motif celte, également doré, aisément reconnaissable ; les textes sont imprimés sur deux colonnes dans un caractère élégant et très lisible. Dès la première consultation on ne peut qu’être frappé par l’attention portée à la qualité de l’appareil critique : table des matières détaillée, index général renvoyant aux trois volumes, biographies et bibliographies pour chacun des auteurs cités au sein de chaque section et bibliographie générale à la fin du troisième tome. Chaque chapitre est précédé d’une introduction substantielle rédigée par l’éditeur responsable et toutes impressionnent par leur maîtrise et leur érudition, irritent, séduisent et font réfléchir de par leurs propos originaux, pertinents ou provocateurs. Chaque éditeur est ainsi en mesure de présenter et justifier la sélection de textes proposée, invitant le lecteur à aborder ces textes à la lumière de la problématique annoncée. Ces introductions remplissent une fonction essentielle dans l’organisation de l’anthologie et le mode de réception ; elles balisent un chemin possible, orientent la lecture et engagent un dialogue puisque chacun peut se déclarer en désaccord avec les principes et propos liminaires. Ces voix plurielles, avec leurs accents et préoccupations idiosyncratiques, se font elles-mêmes écho, se contredisent parfois, et génèrent une tension qui infirme toute lecture de l’anthologie comme univoque et uniforme. Quant aux textes présentés, ils sont toujours d’une longueur conséquente et parfois reproduits dans leur totalité. On évite ainsi le piège du fragment qui convoque un texte pour l’écarter aussitôt. On s’accordera enfin pour saluer le travail effectué dans les sections où figurent des extraits qui ont fait l’objet de traductions en anglais, que ce soient les textes en gaélique, les plus nombreux bien sûr, mais aussi ceux en latin et en moyen-anglais. Là aussi, un grand soin a été apporté pour sélectionner parmi les traductions existantes ou pour rédiger des traductions spécifiques. La question de la traduction est une problématique centrale à la construction de cette « tradition irlandaise » comme Deane le souligne dans son introduction où il affirme :

  • 5 Seamus Deane, « Introduction générale », in Seamus Deane et al. (éd.), The Field Day Anthology of (...)

C’est dans les deux langues d’Irlande que l’histoire des rapports de force entre ceux qui avaient le pouvoir et ceux qui en étaient privés se trouve la plus profondément inscrite5.

9Le rôle essentiel joué par Deane dans toutes les phases de la réalisation de l’anthologie est clairement perceptible et ce bien au-delà des sections dont il avait la responsabilité. Il est parvenu à opérer le lissage nécessaire, assurant à l’ensemble une grande homogénéité en termes de qualité critique.

10Dans l’introduction générale Deane se montre soucieux de mettre à jour les mécanismes qui sous-tendent l’établissement de canons, et par extension, des anthologies qui les incarnent. Toute anthologie procède d’une série de choix délibérés qui ont partie liée avec l’idéologie, et Deane choisit d’afficher ceux qui ont été opérés ici :

  • 6 Ibid., p. xix-xx : « There is no attempt here to establish a canon. Instead, what we show is an ex (...)

Il n’y a là aucune tentative pour imposer un nouveau canon. À la place, nous donnons un exemple de la manière dont les canons sont établis et montrons dans quelle mesure ils fonctionnent comme des systèmes de ratification et d’autorité. […] La sélection ne s’effectue pas à partir d’une tradition préétablie ; c’est la sélection qui établit la ou les traditions6.

11On est fondé à lire cette introduction comme plus programmatique, plus globalisante, voire hégémonique que ne l’est l’anthologie au niveau de ses différents chapitres. Une double métaphore d’appropriation et de traduction structure son discours :

  • 7 Seamus Deane, « Introduction », in Nationalisme, Colonialisme et Littérature, Sylviane Troadec (tr (...)

L’Anthologie de Field Day s’efforce de renommer, de resituer de nombreux textes, bien connus ou à peine connus, dans un paysage ou un contexte rénové7.

  • 8 Seamus Deane, « Canon Fodder. Literary Mythologies in Ireland », in Jean Lundy, Aodan Mac Poilin ( (...)

12Deane déplore le fait qu’en Irlande, des formes sectaires d’appropriation aient remplacé le sens d’un héritage commun, d’une histoire, diverse certes, mais partagée par tous. L’anthologie, comme tout récit, « mobilise un matériau et lui donne forme par l’interprétation »8 au sein de ce que Deane n’hésite pas à appeler, non sans un degré d’ironie, un méta-récit, un de ces grands récits dont Lyotard nous enseigne pourtant que la condition post-moderne a sonné le glas :

  • 9 Seamus Deane, « Introduction générale », in FDA, p. xix : « There is a story here, a meta-narrativ (...)

Il y a bien une histoire ici, un méta-récit qui est, nous le pensons, susceptible d’accueillir les micro-récits qui, à différents moments, ont bénéficié d’une reconnaissance en tant que version officielle de la véritable histoire, politique ou littéraire, du passé et du présent de cette île9.

13Certains acteurs de cette histoire en avaient été exclus par les extraordinaires capacités d’absorption de la tradition littéraire anglaise qui s’est appropriée de nombreux auteurs irlandais que l’on retrouve ici, comme Swift, Sheridan, Sterne, Stoker, Wilde ou Shaw, pour citer des représentants de genres et d’époques variés. L’anthologie se propose donc de réinscrire ces auteurs dans le contexte irlandais afin de susciter d’autres modes de lecture. Mais le ton de Deane n’est pas uniformément assertif, on y décèle une distance ironique quant à l’idée de « tradition ininterrompue » :

  • 10 Ibid., p. xix-xx : « It is equally the case that this anthology, like the works it presents to the (...)

Il est aussi exact que cette anthologie, comme les œuvres qu’elle présente au lecteur, est à la merci du moment présent, et tout comme elles, tient son autorité, quelle qu’elle soit, de ce moment10.

14Il s’agit de mettre en mouvement et non de figer, de ne pas confondre définitoire et définitif :

  • 11 Ibid., p. xx : « Therefore, we consider ourselves to be engaged in an act of definition rather tha (...)

Ainsi, nous nous considérons engagés dans un acte de définition plus que dans une action à caractère définitif11.

15Ce qui rend cet acte de définition nécessaire est la crise nord-irlandaise, symptôme et conséquence d’une absence de consensus culturel et politique en Irlande. Deane réaffirme que ceux qui ont cherché ou cherchent encore à séparer littérature et politique sont motivés par des considérations idéologiques qu’ils (se) dissimulent, consciemment ou non, d’où son opposition aux historiens révisionnistes et aux critiques littéraires humanistes, coupables à ses yeux de défendre une notion dangereusement surannée, l’objectivité. La défense de l’autorité établie peut passer par des jugements esthétiques mais n’en reste pas moins une forme de pouvoir :

  • 12 Seamus Deane, « Introduction générale », in FDA, p. xxvi : « The aesthetic ideology, which claims (...)

L’idéologie esthétique, qui revendique l’autonomie de l’œuvre d’art, est une force politique qui prétend ne pas en être une12.

16C’est dans ce cadre qu’il faut replacer la préférence de Deane pour le terme « écriture » plutôt que le traditionnel « littérature ». Ce choix indique une approche en accord avec les perspectives théoriques ouvertes par les études culturelles, féministes et post-coloniales, et encourage l’inclusion de textes rendant compte du développement intellectuel et culturel de l’Irlande dans son ensemble, philosophie, histoire, histoire religieuse, histoire des idées, mémoires, à côté des formes littéraires traditionnelles, poésie, fiction, théâtre. Il convient d’exposer les différentes images, traditions, représentations, de rapprocher les textes dits littéraires d’autres écrits, de leur imposer une forme de dialogue, à travers les genres et les siècles afin de problématiser la catégorie même du « littéraire ». Les enjeux théoriques sont profondément inscrits dans une réflexion politique ouvertement revendiquée dans laquelle le discours nationaliste joue un rôle central.

Volumes I-III : présentation analytique

17L’organisation de chaque volume au sein de la structure globale est soigneusement réfléchie en termes génériques et chronologiques. Ainsi, le premier des trois volumes commence par une section couvrant une période très vaste définie sur des critères linguistiques plus que thématiques ou génériques, « Early and Middle-Irish Literature (c. 600 – 1600) » ; suit un chapitre sur les écrits en latin (c. 400 – c. 1200), largement dévolu aux écrits religieux, hymnes, vies des saints ; enfin une courte section intitulée « The Literature of Norman Ireland », allant de 1200 à 1360, inclut des textes en français, en latin et en moyen-anglais. L’organisation linguistique cède alors la place à des critères thématiques avec les écrits de Spenser et de ses contemporains, premiers colons anglais en Irlande (« The Early Planters »), puis à un chapitre sur les écrits historiques et topographiques commençant par Giraldus Cambrensis et sa célèbre Topographiae Hibernae (1187) pour s’achever avec la réfutation de ce texte par John Lynch dans « Cambrensis Eversus » en 1662. L’inclusion de Spenser et plus tard de Cromwell peut surprendre car elle procède d’une forme d’annexion à rebours ; en inscrivant les discours de ces colonisateurs/commentateurs anglais dans une anthologie de l’écriture irlandaise, il nous est permis de mieux comprendre l’origine et l’enracinement d’un discours d’exclusion et de division, opposant Irlandais barbares et Anglais civilisés, discours que Deane avait exploré et déconstruit dans son pamphlet « Civilians and Barbarians », fortement influencé par Said et Orientalisme.

18Reprenant le cours du déroulement chronologique, la section suivante revient aux écrits en langue irlandaise de 1600 à 1800. Après les nombreux poèmes et écrits religieux en langue gaélique sélectionnés par Alan Harrison, le retour à Swift nécessite un effort de recadrage intellectuel bienvenu. Le doyen de Saint-Patrick se voit consacrer une introduction de Carpenter qui voit en l’écrivain des caractéristiques de style et d’imagination qu’il juge irlandaises et non anglaises. Ce sont surtout les textes politiques et polémiques de Swift qui sont inclus, les Voyages de Gulliver occupant une place réduite. Ses vers se retrouvent également dans la section suivante consacrée à la poésie anglo-irlandaise de 1675 à 1825. L’approche générique est prolongée par « Drama 1690-1800 » qui permet à Christopher Murray de réannexer pour l’Irlande ces maîtres de la scène anglaise que furent Farquhar, Steele ou Sheridan. Congreve est écarté, jugé insuffisamment anglo-irlandais en dépit de son éducation à Trinity, un choix ouvert à débat et suffisamment étonnant pour que Deane en fasse mention dans son introduction générale. Par contre, Oliver Goldsmith est inclus et fait même l’objet d’un chapitre spécifique « Goldsmith : Miscellaneous Writings 1759-74 » édité par Deane et largement consacré à ses écrits journalistiques où l’Irlande est objet de discussion. Il réapparaît ensuite en tant que romancier dans la section, elle aussi organisée sur la base du genre littéraire, « Fiction to 1800 ». Ian Campbell Ross souligne que l’univers de Goldsmith résiste à une identification géographique précise, anglaise ou irlandaise, ce que Deane s’était en partie attaché à réfuter dans son étude. La priorité de Ross est de corriger l’idée reçue selon laquelle le roman irlandais commence en 1800 avec Castle Rackrent de Maria Edgeworth, affirmant que les origines de ce genre remontent à 1752 avec le picaresque The History of Jack Connor du huguenot William Chaigneau. Il parvient à cette conclusion après avoir soumis au lecteur diverses définitions possibles du roman irlandais, roman écrit par un écrivain né en Irlande, roman écrit en Irlande ou roman traitant de l’Irlande. D’autre part, Ross prend bien soin de souligner que les influences littéraires à cette époque étaient européennes, françaises et espagnoles au premier chef, et non exclusivement britanniques. L’introduction à cette section sur le roman du xviiie siècle pose en termes explicites des questions sur la sélection opérée. Ainsi, dans quelle mesure Laurence Sterne peut-il prétendre à une place dans cette anthologie, étant certes né en Irlande mais dans une famille anglaise et ayant quitté le sol irlandais à l’âge de huit ou neuf ans ? En quoi ses écrits sont-ils irlandais ? Une réponse intéressante est proposée par Ian Campbell Ross qui souligne l’influence de Sterne sur Griffith mais aussi sur Flann O’Brien et sur Joyce, qui reconnut en Sterne un de ses prédécesseurs, une âme sœur ; Ross attire de manière délibérée notre attention sur l’invention d’une tradition dont il s’autorise pour permettre l’inclusion de Sterne dans cette anthologie. C’est là un des nombreux exemples qui manifestent le souci des éditeurs de dévoiler les mécanismes de sélection qui ont présidé à leurs choix, de souligner leur caractère construit et non naturel ou évident.

  • 13 Seamus Deane, FDA, vol. I, p. 1056.

19Plus de 300 pages séparent ces romans précurseurs de ceux de Maria Edgeworth, l’anthologie s’attachant d’abord aux philosophes du xviiie siècle en général et à Edmund Burke en particulier, auquel Deane consacre une introduction très riche qui met en avant l’engagement intellectuel, personnel, moral de Burke en faveur des droits politiques des catholiques irlandais ; seule la concession délibérée de droits réels pourrait empêcher la population irlandaise catholique de répondre à l’appel de la révolution, dans un contexte où l’aristocratie anglo-irlandaise n’avait pas su s’attirer l’affection du peuple, contrairement à son homologue anglais. L’inclusion de la lettre de Burke à son fils Richard en 1793 donne lieu à une discussion intéressante sur l’histoire de l’entrée dans la langue anglaise d’une nouvelle acception du terme « ascendency » sous sa forme « Protestant ascendency », cette apparente digression ouvrant de fait la voie à certains des chapitres suivants qui poursuivent l’exploration de la sphère non littéraire. La section « Political Prose : Cromwell to O’Connell » comprend les textes attendus, souligne la division sectaire introduite par Cromwell et s’achève sur l’émancipation catholique obtenue de haute lutte par O’Connell. De fait, la division sectaire domine ces écrits et marque l’évolution de la pensée sur des bases où le politique se conçoit en termes d’appartenance religieuse. « The Shifting Perspective (1690-1830) » annonce la fin du monde gaélique qui ouvre la possibilité de sa redécouverte ultérieure à travers les efforts des « antiquarians » comme Charlotte Brooke. C’est dans le contexte établi par ces sections non littéraires que W. J. McCormack présente Maria Edgeworth, seule femme écrivain à qui un chapitre est entièrement dédié. L’éditeur n’hésite pas à affirmer la place centrale d’Edgeworth dans l’histoire littéraire, chaînon manquant entre Swift et les modernistes, Yeats et Shaw. Il souligne l’héritage paradoxal d’une femme élevée dans les valeurs et principes des Lumières, version anglaise, mais passée à la postérité comme l’initiatrice du roman régional irlandais grâce à Castle Rackrent, paru l’année de l’Acte d’Union entre Grande-Bretagne et Irlande. Le choix de Deane de consacrer un chapitre à Thomas Moore est doublement justifié, d’une part du fait de la très grande popularité de l’auteur des Mélodies Irlandaises, mais surtout de par le rôle central que Deane fait jouer au poète, ami de Byron, dans la traduction de cette Irlande d’hier pour un public irlandais et anglais. Cette traduction est métonymique de la translation d’une culture ancienne dans un nouvel idiome au moment même où le gaélique était partout supplanté par l’anglais. Pour Deane, à travers la poésie de Moore se joue « l’opposition de l’étranger à l’indigène dans le but de permettre l’“ irlandisation ” de l’étranger et l’anglicisation de l’indigène »13. Le volume s’achève sur « Language, Class and Genre » et « The Intellectual Revival, 1830-1850 » qui revient à Moore à travers Gavan Duffy et The Nation. W. J. McCormack, responsable de cette dernière section nous informe que Duffy s’employa, dans une série d’articles, à offrir une formulation

  • 14 William John McCormack, FDA, vol. I, p. 1250.

d’une culture nationale cohérente au sein de laquelle cohabiteraient les réussites récentes d’écrivains catholiques et des personnalités comme Swift, Goldsmith et Sterne14,

20autre exemple d’invention d’une tradition littéraire. C’est aussi au sein de cette section qu’apparaissent les textes qui confirment l’émergence culturelle autant que politique de cette « Protestant ascendancy » dont l’appellation avait interpellé Edmund Burke, quelques pages et années plus tôt.

21Le volume suivant s’ouvre sur trois chapitres édités par Deane. Le premier « Poetry and Song (1800-1890) » inclut des poèmes et chansons en gaélique et s’achève sur une sous-section consacrée aux nombreuses ballades à contenu politique, manière de rapprocher cette culture populaire assez peu représentée des formes plus canoniques. Puis viennent « The Famine and Young Ireland », mêlant fiction (Carleton) et textes politiques, économiques (Butt, Lalor, Cairnes) ou mémoires plus personnels, suivi par « Political Writings and Speeches 1850-1918 » où se côtoient Lecky, Butt, Boucicault, O’Donovan Rossa, Pearse, Casement, John Redmond et Arthur Griffith. Plusieurs critiques ont noté, à juste titre, la place congrue réservée ici à la pensée libérale et unioniste ; de fait, s’il était justifié de citer Spenser ou Cromwell, pourquoi exclure Gladstone, dont les discours au moment du Home Rule sont partie intégrante de cette histoire politique ? De même, seul Isaac Butt parle pour l’unionisme, aucune place n’étant faite à sa variété ulstérienne. Le cours de cette histoire des idées culturelles et politiques se poursuivra avec le chapitre magistral de Terence Brown consacré au nationalisme culturel des années 1880-1930, mais auparavant c’est Declan Kiberd qui prend la plume pour une section dévolue à Wilde et Shaw, baptisés « les exilés londoniens ». Les lectures proposées sont délibérément polémiques, surtout dans le cas de Wilde, présenté comme un républicain et un féministe convaincu. Kiberd s’attache à démontrer les qualités subversives de Wilde, tant dans sa vie que dans son œuvre et n’a aucune peine à trouver, dans l’abondante production du prolifique Shaw, plusieurs écrits sur la question irlandaise et le nationalisme. Les deux pièces reproduites dans leur totalité, The Importance of Being Earnest et John Bull’s Other Island, démontrent la capacité des deux dramaturges à tourner en ridicule les conventions sociales et linguistiques de l’Angleterre victorienne. On notera la décision d’intercaler le chapitre sur le nationalisme culturel entre celui sur Wilde et Shaw et celui sur l’Abbey, indication claire de ce qui sépare les deux auteurs de ceux qui initiaient cette renaissance littéraire à Dublin. La sélection de textes de Standish O’Grady, Douglas Hyde, Lady Gregory permet à Brown de montrer le regain d’intérêt de la part de certaines élites anglo-irlandaises pour un passé gaélique ré-imaginé et revitalisé, posant ainsi les bases pour la section de DES Maxwell sur l’» Abbey Theatre (1899-1929) ». Outre les fondateurs, Yeats, Lady Gregory et Edward Martyn, il inclut Synge à travers In the Shadow of the Glen et un extrait du Playboy of the Western World, mais aussi Fitzmaurice et l’extraordinaire The Dandy Dolls, Murray et Birthright ou encore Mixed Marriage de St John Ervine. Poursuivant cette approche générique, Deane revient à la poésie de la période 1890-1930. Son choix de placer en tête de cette section les œuvres d’Antoine Raftery, pourtant décédé en 1835, est là encore reconnu comme une stratégie pour faire apparaître une de ces filiations ou affiliations entre écrivains. Ainsi, cet anachronisme est justifié par Deane pour qui le poète de langue irlandaise renaît à la vie poétique par l’entremise de Yeats et Lady Gregory. Il revient à Seamus Heaney de présenter Yeats, tâche dont il s’acquitte avec brio et sensibilité, couvrant le terrain poétique puisque les écrits théoriques et les pièces sont intégrés à d’autres chapitres. Yeats figure d’ailleurs dans la section suivante sur le fantastique irlandais, l’une des plus réussies de l’anthologie, où William McCormack parvient à souligner l’importance de ce genre dans la littérature irlandaise de Stoker à Yeats, de Maturin et Carleton à Elizabeth Bowen. Deane refuse à nouveau une continuité littéraire et intercale une section intitulée « Constructing the Canon : Versions of National Identity » qui traite du débat autour des interprétations et représentations du passé dans une perspective qui privilégie clairement l’émergence du discours nationaliste. Gibbons s’y concentre sur la période 1900-1930, à savoir l’accession de l’Irlande à l’autonomie avec le soulèvement de Pâques et la naissance de l’État libre. Il illustre la vivacité du débat autour des définitions de l’identité nationale, le conflit entre exclusivisme et inclusivité, au travers des interventions de Yeats, Kettle, Brooke, Moran, Connolly, Rolleston, Eglinton, Ryan, Clery, Corkery, Griffith, McDonagh. Il est remarquable que la partition reconnue dans le traité anglo-irlandais de 1922 ne fasse l’objet d’aucune discussion, point qu’Edna Longley ne manqua pas de souligner, voyant là un symptôme évident du républicanisme de Deane et de Gibbons, et de leur refus obstiné de reconnaître tant la réalité que la légitimité de cette partition. Le volume se clôt sur la fiction, autre que fantastique, de 1880 à 1945. Gus Martin propose une large palette de textes qui permet au lecteur de saisir la variété des préoccupations de ces écrivains, même si l’on peut regretter que les écrivains de langue irlandaise en soient exclus, renvoyés au troisième volume dans une vaste section intitulée « Irish Writing 1900-1988 ». Cette section consacrée à la fiction confirme également le refus des éditeurs, peut-être plus directement celui de Deane, de voir 1922 servir de ligne de démarcation. Affirmer une unité, même putative, autour de la périodisation 1880-1945 et donner aux sections précédentes l’année 1930 comme borne extérieure revient à nier la rupture instaurée par la partition, y compris en termes d’imaginaire et de création littéraire ultérieure.

22Le troisième volume est placé sous l’autorité de Joyce, promu comme contemporain de par cette répartition tandis que Yeats est relégué au siècle précédent et au deuxième volume, ce qui n’est sans doute pas le fait du hasard. Deane lit Joyce à la lumière des théories post-coloniales et reproduit plusieurs des conférences de l’écrivain en Italie dont les sujets sont la politique et la littérature irlandaises (Mangan, Parnell). Par contre, la sélection d’extraits littéraires s’en tient à deux nouvelles de Gens de Dublin dont « Ivy Day in the Committee Room », aux premières pages du Portrait et à diverses sections d’Ulysse parmi les plus célèbres. Les trois sections suivantes s’articulent autour de la réaction au nationalisme culturel promu par Yeats et autres Angloirlandais dans le cadre de la Renaissance Irlandaise, un mouvement qui est à la fois un modèle et un repoussoir pour Field Day et pour Deane en particulier. Les chapitres édités par Terence Brown se proposent donc d’analyser les écrits et auteurs des années 1930 à 1960, essentiellement préoccupés de dénoncer le provincialisme ambiant, un catholicisme pesant (la censure depuis 1929) sans oublier cette tentation isolationniste qui avait valu à l’Irlande du Sud de passer à côté de la Seconde Guerre mondiale au nom du principe de neutralité. Pour la poésie, les deux parties de l’île apparaissent mais leurs formes poétiques et préoccupations sont visiblement divergentes au point que Brown réorganise sa sous-section pour opérer une division géographique et non chronologique contraire au mode dominant, présentant d’abord Clarke et Kavanagh, puis les expatriés modernistes Devlin et Coffey et enfin les poètes d’Ulster, McNeice et Hewitt en particulier. Pour le théâtre, seuls des auteurs du Sud sont représentés. Dans le chapitre consacré à Beckett, J.C.C. Mays met l’accent sur les contradictions de l’auteur, le paradigme de l’exil, incluant plusieurs poèmes, Fin de Partie dans son intégralité et plusieurs pièces courtes, notamment Embers, Not I et Company. Après ces chapitres littéraires, Tom Paulin présente une section intitulée « Northern Protestant Oratory and Writing 1791-1985 » où se retrouvent tant la déclaration des Irlandais Unis de 1791 et autres textes de cette tradition presbytérienne libérale, que les discours et sermons de Cooke, Craig, Carson et ceux plus récents de Ian Paisley. De fait, il revient à ce chapitre d’explorer les caractéristiques et les valeurs de cette culture unioniste ou loyaliste localisée par Paulin en Irlande du Nord et dans des textes qui ne relèvent pas des formes littéraires convenues. Le chapitre est passionnant mais on pourrait penser que mêler à ce point protestantisme et unionisme revient à limiter la dimension politique de cette « tradition », l’inverse de ce qui se passe dans le cas du nationalisme puisque les textes, pourtant nombreux, de la hiérarchie catholique irlandaise et leurs liens avec le développement de la République sont absents. On aurait pu penser que le chapitre « Autobiography and Memoirs 1890-1988 » ferait la part belle à l’imaginaire individuel et aux écrits féminins, voire aux préoccupations domestiques ; il n’en est rien car Deane oriente son choix vers des textes où le « moi » autobiographique est en conflit ou en dialogue avec un « autre » très historicisé :

  • 15 Seamus Deane, FDA, vol. III, p. 380 : « Inevitably, in a colonial or neo-colonial country like Ire (...)

Inévitablement, dans un état colonial ou post-colonial comme l’Irlande, les formes d’« altérité » disponibles sont multiples et évidentes. […] Une idée de l’Irlande doit être façonnée, découverte, réinventée à l’infini en réaction à ces forces qui menacent de la désavouer15.

23Luke Gibbons revient sur la question du canon et de l’identité nationale, analysant sa remise en cause par le mouvement dit révisionniste et convoquant les historiens et critiques littéraires qui ont alimenté le débat avec des textes récents comme ceux de Richard Kearney, David Lloyd, Edna Longley, Fintan O’Toole, Terence Brown et Seamus Deane. Gibbons prend un certain plaisir à citer des interventions effectuées au sein de Field Day ou en réaction à Field Day, manière de souligner la place centrale occupée par le groupe pendant les années quatre-vingt. Deane poursuit avec « Political Writings and Speeches 1900-1988 » qui chevauche partiellement la section parallèle du volume ii qui allait jusqu’en 1918. Plutôt qu’une maladresse il faut y voir l’occasion pour Deane d’envisager ces années cruciales sous deux perspectives distinctes : d’une part comme l’aboutissement d’un processus conflictuel de définition de la nation et d’autre part, dans ce troisième volume, comme le début d’une marche vers 1916, l’établissement de l’État Libre, la République et bien sûr la crise nord-irlandaise, symptôme de l’échec de la nation à se définir en des termes satisfaisants, dans une lecture républicaine. Deane fait ici la part belle à Connolly, inclut la proclamation de la République en 1916, des écrits de Collins et De Valera mais non la constitution de 1937. Dans la seconde partie du chapitre, l’Irlande du Nord domine avec le texte intégral de l’accord anglo-irlandais de 1985 et une forte représentation du discours nationaliste et républicain avec John Hume, Sean MacBride et Gerry Adams. Il n’y a aucune trace des années Lemass et de l’évolution sociale, économique et morale de la République, et en particulier rien sur le statut des femmes, les débats entourant le référendum sur l’avortement, sur le divorce. De telles omissions allaient conduire le jeune romancier Colm Toíbin à dénoncer en des termes fort vifs le décalage entre les préoccupations de Field Day et la réalité de la République :

  • 16 Colm Toìbin, « Book Reviews », The Canadian Journal of Irish Studies, vol. 18, n° 2, December 1992 (...)

La révolution sociale et culturelle des années soixante a laissé les artistes du collectif Field Day individuellement et collectivement indifférents. Ils ne sont pas interpellés par les interactions entre l’Irlande et le capitalisme moderne, les multinationales et le rock’n’roll. […] Pour Seamus Deane la crise politique en Irlande a commencé en 1968. Mais pour nous elle a commencé en 1959 avec le premier programme de développement économique. C’est l’année à surveiller, l’année charnière en Irlande, mais pour accepter cela, il faut croire que la République d’Irlande est intéressante, vaut d’être étudiée et c’est là clairement une idée que Field Day n’accepte pas16.

24Les quatre dernières sections sont consacrées aux textes littéraires contemporains. Les écrits de langue irlandaise, absents du volume II, réapparaissent avec une périodisation quelque peu surprenante : « Irish Writing 1900-1988 ». Est ainsi reflété le changement de fortune de cette langue conduite aux limites de l’extinction par l’anglicisation et la Famine. Au xxe siècle, c’est bien d’une langue renaissante qu’il est question, d’une littérature à réinventer. L’isolement de cette section peut se lire comme symbole d’un éloignement, réel ou construit, des courants centraux de la littérature moderniste (Flann O’Brien apparaît ailleurs) et la preuve de l’échec de la politique linguistique de la République. Viennent ensuite respectivement la fiction, le théâtre et la poésie depuis les années soixante. Là encore, point de reconnaissance de la partition et une tendance à sélectionner certains textes en fonction de leur intérêt sociologique autant que de leurs qualités formelles. La place très congrue réservée à John McGahern a justement surpris plus d’un lecteur. On peut partager l’avis de Fintan O’Toole à propos de la section sur le théâtre contemporain comme tendant à renforcer une lecture très politique de la production théâtrale contemporaine : Double Cross mais pas Talbot’s Box pour Thomas Kilroy, Bailegangaire plutôt que The Gigli Concert pour Tom Murphy et Translations et non Faith Healer pour Friel. Hugh Leonard est absent, ce qui est difficilement pardonnable mais parfaitement compréhensible tant ce dernier incarne l’Irlande bourgeoise et urbaine de la République. La forte présence des dramaturges d’Irlande du Nord est délibérément soulignée avec l’inclusion de Sam Thompson, John Boyd, Stewart Parker, Graham Reid, Friel et McGuinness. Également représentés sont les héritiers de la tradition plus rurale de l’ouest irlandais avec Molloy, McCabe et John B. Keane. L’absence regrettable d’Anne Devlin a été remarquée. Si John Wilson Foster montrait l’ombre de Joyce planant sur la production littéraire en prose, Kiberd est tout aussi insistant sur l’héritage encombrant de Yeats pour les poètes. C’est à la fin de cette ultime introduction que l’on trouve une prise en compte directe de la situation des femmes de la République :

  • 17 Declan Kiberd, FDA, vol. III, p. 1316 : « Meanwhile in the south, the struggles of women against a (...)

Pendant ce temps, au sud, le combat des femmes contre une église patriarcale et un système légal archaïque reste sous-représenté dans la poésie contemporaine17.

Réception critique et genèse des volumes IV-V

  • 18 Edna Longley, « Introduction », in The Living Stream. Literature and Revisionism in Ireland, Newca (...)
  • 19 Roy Foster, « Nations, yet again », Times Literary Supplement, March, the 27th, 1992, p. 5-7.

25Dès la parution de l’anthologie tout un chacun se livra au jeu fort divertissant qui consiste à discuter qui est inclus (et ne devrait pas l’être) et qui n’est pas inclus (et devrait l’être) tout en soulignant les immenses mérites de ce remarquable travail d’érudition. Plus fondamentalement, il y eut ceux qui saluèrent cette anthologie, en raison ou en dépit des a priori idéologiques de Deane, et ceux qui ne purent que la critiquer comme reflétant, dans le projet global, sinon dans chaque section, les priorités idéologiques de Field Day et de Deane auxquelles ils étaient opposés : Edna Longley18 et Roy Foster19 s’attachèrent avec un certain succès à démontrer le caractère ouvertement nationaliste et les limitations ou distorsions imposées à l’anthologie. Damian Smyth dans Fortnight se montra le plus virulent et se livra, en des termes fort excessifs, à une attaque en règle dénonçant l’imposition d’un nouveau canon littéraire qui n’était qu’une forme à peine masquée de propagande nationaliste, une tentative pour imposer une unité culturelle illusoire à forts relents hégémoniques. Pourtant, ces réactions critiques, somme toute prévisibles car recoupant les débats autour de Field Day dans son ensemble, furent rapidement éclipsées par une série d’attaques moins attendues venues du lobby féministe. Le 11 novembre, la journaliste Nuala O’Faolain entamait les hostilités dans un article de l’Irish Times qui marquait le début d’une campagne en règle :

  • 20 Nuala O’Faolain, « The Voice that Field Day didn’t record », The Irish Times, November, the 11th, (...)

Malheureusement il y a plus d’une forme d’impérialisme. Les éditeurs masculins n’ont pas trouvé les femmes dignes d’intérêt. Qu’entre tous, Seamus Deane n’ait pas été sensible à ce que c’était que d’être traité comme un citoyen de deuxième classe. Le livre se termine sur quatre sections pour la période contemporaine. « Écrits irlandais » couvre quatre-vingt huit ans et deux femmes écrivains y figurent. La fiction irlandaise couvre vingt-cinq ans et la plus jeune des femmes représentées a quarante-sept ans. « Théâtre » couvre trente-deux ans et n’inclut aucune femme. « Poésie contemporaine » présente les textes de trente-cinq hommes et trois femmes. Quand j’ai compris cela, quand je suis parvenue à me convaincre qu’ils avaient vraiment fait cela, j’ai dû remettre en cause le livre entier. […] Pendant que cet ouvrage démolissait le pouvoir patriarcal de la Grande-Bretagne sur une grande échelle, son propre patriarcat autochtone restait en place, toujours aussi suffisant20.

26La poétesse Eavan Boland allait prendre la tête de la campagne, suivie par de nombreuses universitaires s’inquiétant de ce qui leur semblait une incroyable série d’omissions, tendant à systématiquement « effacer » l’écriture féminine d’hier et d’aujourd’hui et plus généralement la place des femmes dans cette histoire littéraire et intellectuelle. Cette action concertée était la preuve tangible de la montée en puissance du mouvement et des études féministes depuis la fin des années quatre-vingt avec l’établissement de centres universitaires, la création d’une maison d’édition, Attic Press, ainsi que le signe de l’évolution radicale et rapide de la société irlandaise et de ses lois, en particulier sur la contraception, l’avortement et le divorce. On le voit, les critiques de Toìbin sur le refus de Field Day de considérer l’Irlande moderne depuis Dublin plutôt que depuis Derry trouvaient ici un écho profond. En dépit des critiques virulentes du lobby féministe, il n’était pas véritablement question d’une rupture entre nationalisme et féminisme car le projet de base de l’anthologie n’était pas remis en cause. John Wilson Foster en particulier soulignait, non sans regret, que l’omission de la perspective féministe n’avait rien de délibéré :

  • 21 John Wilson Foster, « Strains in Intellectual Life », in Liam O’Dowd (éd.), On Intellectuals and I (...)

Elle était sous-représentée dans les sections polémiques de la FDA non pas parce qu’elle était consciemment perçue comme une menace mais parce que cette anthologie a été compilée sur un mode patriarcal inconscient, ce qui reflète la société qui l’a produite21.

  • 22 Ibid. : « […] to liberate Irish feminism out of nationalism into a broader Irish and British cultu (...)

27Il appelait de ses vœux une prise en compte des féministes britanniques et nord-irlandaises qui permettrait de « libérer le féminisme irlandais du nationalisme pour atteindre un plus grand degré de sophistication culturelle »22. Mais, bientôt Seamus Deane concédait que la perspective féministe lui avait échappé et plutôt que d’attendre une future réédition de l’anthologie qui permettrait de corriger certaines omissions, il proposait de consacrer un volume supplémentaire aux femmes écrivains et aux représentations de la femme en Irlande. Après quelques rencontres, huit éditrices prirent en charge le projet : Angela Bourke, Siobhan Kilfeather, Maria Luddy, Margaret Mac-Curtain, Geraldine Meaney, Mairin Ni Dhonnchadha, Mary O’Dowd et Clair Wills. Tout comme le premier volet, cette anthologie allait déborder, tant en termes d’espace qu’en termes de temps et de moyens financiers, les limites originalement prévues. En 2002, ce furent deux énormes tomes de 1 500 et de 1 700 pages qui parurent chez Cork University Press, en association avec Field Day, devenus entre temps les éditeurs attitrés de la nouvelle série de textes critiques coordonnée par Seamus Deane, Critical Conditions. À l’exception du papier, plus épais, et de l’inclusion d’une préface bilingue anglais / gaélique au début de chacun d’entre eux, les volumes IV et V, sous-titrés « Irish Women’s Writings and Traditions », se présentent sous une forme identique à leurs prédécesseurs. Les éditrices ont gardé le même appareil critique avec essais introductifs, biographies et bibliographies pour chaque auteur mentionné et un index qui renvoie aux cinq volumes. Les huit éditrices avaient sollicité pas moins de cinquante-cinq éditeurs adjoints, très majoritairement mais non exclusivement féminins et cette équipe ne se limitait pas à des universitaires, ni à des spécialistes de littérature ou d’histoire des idées mais incluait des historiens, des sociologues, des journalistes, des théologiens, des activistes politiques, des experts en questions légales, une large palette de spécialités conduisant l’ouvrage à déborder très largement les cadres disciplinaires. À l’instar de Deane, les éditrices des volumes IV et V soulignent, dans une préface collective, le caractère construit de toute anthologie et placent leur travail sous le signe d’une révision délibérée des critères et préjugés antérieurs :

  • 23 « Preface », FDA, vol. IV, p. xxxii : « Irish literature, history and culture are human constructs (...)

La littérature, l’histoire et la culture irlandaises sont des constructions humaines, non des phénomènes naturels ; leur présentation écrite a généralement été conditionnée par des façons de penser et d’écrire développées au fil de nombreuses générations par des érudits ; une présupposition de base de ce travail d’érudition est que le lecteur et l’écrivain sont des hommes23.

  • 24 Préface, FDA, vol. IV, p. xxxiii : « […] a set of contexs for understanding how women have lived i (...)

28Ainsi on assiste à un changement de paradigme entre la parution des deux composantes de l’anthologie, avec le passage du nationalisme et de l’identité nationale comme système de référence au féminisme et à l’identité sexuelle. Si l’« Autre » des volumes I-III était anglais, l’« Autre » de ces volumes est masculin, patriarcal. Ce second volet se donne pour objet de compléter et d’interroger le premier, tout en proposant « une série de contextes permettant de comprendre comment les femmes ont vécu et vivent en Irlande »24, ce que les trois premiers tomes avaient largement ignoré. Le concept assez vague de « traditions féminines » permet, au-delà de textes écrits par des femmes, d’inclure des textes écrits par des hommes mais contribuant à codifier, réguler, décrire le comportement, le rôle, la place des femmes en Irlande. La préface suggère, par ailleurs, une nouvelle extension de l’acception du terme d’écriture, à savoir la façon dont « les gens utilisent les mots ». Ainsi, le piège de l’écrit est-il évité, ouvrant la voie à la présentation de textes de la tradition orale. Dans sa section, Angela Bourke justifie avec conviction et subtilité ce qui pourrait paraître un pur stratagème :

  • 25 Angela Bourke, introduction à « Oral Traditions », in FDA, vol. IV, p. 1191 : « It is perhaps at f (...)

À première vue il peut sembler étrange d’inclure les traditions orales dans une anthologie consacrée en premier lieu à l’écriture irlandaise. […] Pourtant, la relation des femmes à l’écrit n’a jamais été simple et les femmes ont rarement eu le même accès à l’alphabétisation que les hommes25.

29Bourke souligne la lecture proposée par Gramsci des traditions orales comme l’expression subversive d’une classe subalterne, regrettant que ces idées n’aient pas été appliquées à l’Irlande et fait dans sa section la part belle aux formes d’expression populaires (chants, lamentations, contes) très usitées par les femmes. Faisant écho à Deane, les éditrices reconnaissent que ces volumes incluent des textes d’auteurs que d’autres traditions nationales, anglaise en particulier, pourraient revendiquer mais, comme dans les trois premiers volumes, n’incluent pas les auteurs de la diaspora, une absence regrettable mais parfaitement compréhensible tant le volume de textes susceptibles d’être alors retenus aurait excédé toute limite raisonnable. On notera le ton délibérément positif de cette préface et les nombreux remerciements adressés à Deane et à Field Day, ainsi qu’à Cork University Press. La relation aux volumes précédents est placée sous le signe de la complémentarité et non de l’antagonisme.

Les volumes IV et V : présentation analytique

30Les éditrices ont opté pour une organisation thématique plutôt que la structure chronologique et générique des trois premiers volumes. Chaque tome comprend quatre sections introduites par une présentation substantielle du thème, chacune subdivisée en un nombre variable de sous-sections, elles aussi précédées d’un texte introductif, parfois extrêmement succinct. La démultiplication des sous-sections induit en plusieurs lieux une fragmentation regrettable et le souci d’inclure un très grand nombre de thèmes et de textes aboutit, en raison des contraintes d’espace, à réduire la longueur des textes présentés, une réelle faiblesse par rapport au premier volet de l’anthologie. Cette structuration très souple correspond à l’organisation du travail au sein de l’équipe. Si Deane dominait les trois premiers volumes, il y a là, à l’inverse, un effort pour privilégier la collaboration et la collégialité, parfois au prix de la cohérence. La première section placée sous la responsabilité de Mairin Ni Dhonnchadha, se donne comme chronologique, allant du Moyen Âge à la période moderne, 600-1900. Les sous-sections touchent au droit médiéval et surtout au droit canon, abordent les représentations de la femme dans une perspective chrétienne, puis dans les mythes, suggèrent de lire la poésie de cour comme adressée à, ou commanditée par, les femmes de l’aristocratie gaélique avant d’envisager le corps de la femme comme approprié par l’idéologie nationaliste ou le discours médical. Nombre des textes rassemblés ici sont traduits du latin ou du gaélique et le travail accompli est éblouissant d’érudition et d’intelligence. Avec une grande franchise, l’éditrice reconnaît que parmi tous les documents rassemblés

  • 26 Mairin Ni Dhonnchadha, introduction à « Medieval to Modern, 600 -1900 », in FDA, vol. IV, p. 4 : « (...)

rares sont ceux qui furent écrits par des femmes. Il n’y a aucun texte complet qui puisse être attribué avec certitude à une femme ayant existé avant le début du dix-septième siècle26.

31Or, dès que les voix féminines se font entendre dans les autres sections et périodes chronologiques, elles sont systématiquement privilégiées, ce qui retire quelque pertinence aux représentations des femmes par les autorités patriarcales ici proposées. Les sept autres sections sont plus proprement thématiques et recoupent des champs d’investigation des études féministes : « Religion, Science, Theology and Ethics 1500-2000 » permet à MacCurtain et ses collaborateurs de proposer une passionnante exploration des formes d’expression de la spiritualité féminine en Irlande, en lien avec ou en opposition à un discours théologique normatif, de mettre à l’honneur la contribution de femmes dans les domaines de l’éthique et des sciences, comme dans la remarquable sous-section intitulée « Theology and Ethics : The Twentieth-Century » éditée par Mary Condren. Si la hiérarchie catholique et les écrits de l’Église étaient les grands absents du premier volet de l’anthologie, ce second volet, en particulier mais non exclusivement dans les deux sections initiales, s’emploie plus qu’activement à corriger cet oubli rapprochant en permanence les tendances patriarcales de la vie sociale et politique de l’autorité cléricale et des prises de position de l’Église catholique. La troisième section, « Sexuality 1685-2001 », souligne l’importance du discours féministe avec son écriture de la différence, comme moyen de déconstruire, tout comme les études post-coloniales, des formes d’autorité politique, sociale, et culturelle. Siobhan Kilfeather, la responsable de la section, s’attache en particulier à démontrer l’importance des discours antagonistes à celui de la masculinité si bien représenté dans les volumes I-III. Ainsi fait-elle figurer des sections sur l’homosexualité (masculine et féminine) afin d’illustrer l’érosion – fort récente – du consensus hétérosexuel, et l’impact de la perspective féministe sur nos modes de lecture d’auteurs « canoniques » :

  • 27 Siobhan Kilfeather, Eibhear Walshe, introduction à « Contesting Ireland : The Erosion of Heterosex (...)

Les trois premiers volumes de la FDA nous ont beaucoup appris sur ce que pouvait signifier d’être un homme hétérosexuel en Irlande, et l’on pourrait lire nombre des poèmes et histoires inclus ici comme complétant et critiquant les modèles de masculinité présentés antérieurement. […] Des écrivains comme Beckett et Kavanagh offrent une représentation parfaitement auto-réflexive de l’échec de l’idéologie « masculiniste » irlandaise, mais sans la reconnaissance des écrits des femmes et des auteurs homosexuels, cet échec semble déboucher sur une stase sans espoir27.

32Les diverses sous-sections soulignent le caractère construit de l’identité sexuelle, la nature subversive et fortement contrôlée de la sexualité, les diverses formes d’inscription des discours sur la sexualité qui illustrent des liens étroits, intimes avec le discours social, national, religieux, économique. La femme est historiquement l’« Autre » contre lequel le discours patriarcal de l’autorité et du privilège s’est constitué. On s’étonnera néanmoins qu’une sous-section spécifique de six pages à peine et trois extraits de documents soit consacrée à l’infanticide au xixe siècle, comme s’il s’agissait d’un phénomène à traiter isolément alors que les liens avec les conditions sociales de l’époque sont des plus évidents. En outre, s’il était légitime, voire indispensable, de proposer une sous-section consacrée à la littérature pour la jeunesse, surtout si les auteurs sont des femmes, pourquoi lui donner un titre aussi étrange que réducteur (« Explorations of love and desire in writing for children, 1791-1979 ») sinon pour justifier une inclusion au sein de cette section sur la sexualité et non, comme on aurait pu l’imaginer, dans les sections sur les écrits de femmes ? La quatrième section, « Oral traditions » (très centrée sur la seconde moitié du xixe siècle et le xxe siècle) documente le rôle important des femmes dans la transmission orale des chants, contes et légendes mais aussi dans la collecte et la transcription de ce matériau fragile. Angela Bourke consacre une section à la tradition des « travellers » irlandais et fait figurer les écrits de Nan Joyce aux côtés d’extraits substantiels de Peig dans la section sur les récits de vie, corrigeant ce qui avait paru une étrange omission dans le premier volet de l’anthologie. Nombre de textes ici rassemblés sont peu connus, voire inédits, souvent très riches et émouvants, laissant apparaître un monde bien éloigné de l’écrit et du livre, entièrement dépendant de la mémoire et de la voix.

33Le volume V s’ouvre sur la section intitulée « Politics 1500-2000 ». Mary O’Dowd explique en introduction le triple objectif de ce chapitre :

  • 28 Mary O’Dowd, introduction à « Politics 1500-2000 », in FDA, vol. V, p. 1 : « First, it presents te (...)

Premièrement, il présente des textes qui illustrent la façon dont les femmes ont influencé le processus politique sans avoir de mandat ; deuxièmement il fournit des documents sur le mouvement pour les droits de la femme ; et troisièmement il explore l’interaction entre ce mouvement et les femmes qui ont accédé à des fonctions politiques aux dix-neuvième et vingtième siècles28.

34Cette section introduit des sous-sections spécifiques, respectant une logique globalement chronologique, concernant la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, reconnaissant les conséquences de la partition sur l’évolution des politiques affectant la vie et les droits des femmes, ainsi que la nature des engagements de ces dernières. Les textes journalistiques, les extraits de débats parlementaires occupent la place centrale et permettent de comprendre les discussions et conflits générés par les référendums des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix sur l’avortement, la contraception, le divorce. Tandis que ces questions dominent les chapitres sur la République, sans oublier l’élection aux plus hautes fonctions de deux femmes présidentes, Mary Robinson et Mary McAleese, pour l’Irlande du Nord ce sont les liens entre féminisme et nationalisme / unionisme qui apparaissent cruciaux tant le combat des femmes se montre subordonné à d’autres allégeances idéologiques. Monica McWilliams, fondatrice de la « Northern Ireland Women’s Coalition » en 1996, est responsable de la sous-section « Women and Political Activism in Northern Ireland 1960-93 ». Son expérience à la tête d’un mouvement classé « Autre », puisque non affilié au nationalisme ou à l’unionisme, exemplifie la quasi-impossibilité de se définir hors du paradigme dominant et d’imposer d’autres modes identificatoires.

35La section suivante, « Women in Irish Society, 1200-2000 », placée sous la responsabilité de l’historienne Maria Luddy, couvre un champ très vaste, qui recoupe en partie celui de la section précédente. En dépit de l’intérêt indéniable des diverses sections, l’impression dominante est celle d’une fragmentation excessive et préjudiciable. Les premières sous-sections abordent les droits des femmes en matière de propriété et autres enjeux économiques, puis ce sont la contribution des femmes au mouvement syndical, et leur expérience de l’émigration et enfin de la vie domestique qui sont en jeu. Quelques pages sont consacrées au veuvage, sans que cette catégorie apparaisse très pertinente (pourquoi pas une sous-section sur les mères célibataires ?). Les dernières sous-sections s’attachent aux institutions éducatives, à la philanthropie, aux asiles, hôpitaux et prisons. Les divisions chronologiques (l’éducation est divisée en trois, avant 1800, au xixe siècle et au xxe siècle) accentuent l’effet de fragmentation et la pauvreté de certains chapitres réduits à quelques pages et documents, isolés d’un mouvement plus vaste, au risque de nier les liens évidents entre les formes de pensée qui présidaient à la création et au fonctionnement de ces institutions. Il n’en demeure pas moins que ces textes sont d’un grand intérêt et suggèrent des perspectives de recherche autour de ces questions très largement sous-représentées dans les ouvrages d’histoire traditionnels.

36Les deux dernières sections « Women’s Writing 1700-1960 » et « Contemporary Writing 1960-2001 » ont été dirigées respectivement par Geraldine Meaney et Clair Wills. La division chronologique est fort révélatrice : 350 pages pour deux siècles et demi, 550 pour les quarante dernières années… Autre point notable, les textes non littéraires, très largement représentés dans les sections antérieures, sont aussi très présents au sein des deux derniers chapitres. Geraldine Meaney part des « Belles Lettres » pour conclure sur l’historiographie avec les travaux de spécialistes de l’histoire sociale, sans oublier les écrits des femmes sur les questions esthétiques et politiques (« Aesthetics and Politics, 1890-1960 »). Pour sa part, Clair Wills revient à une structure générique avec des sections très conséquentes sur la fiction, le théâtre et la poésie. Les voix de ces écrivains contemporains témoignent de la vitalité, de la qualité et de la variété des talents féminins qui s’expriment aujourd’hui, quoique les introductions répugnent à discuter la notion d’une écriture féminine, voire, à l’instar des volumes I-III, privilégient une lecture sociologique plus que stylistique de ces nombreux extraits. Viennent ensuite pas moins de cinq sections présentant des écrits non littéraires concernant la politique irlandaise en matière de sexualité, les femmes en Irlande du Nord, les écrits critiques en langue irlandaise puis en langue anglaise (là encore, cette séparation isole, voire « ghéttoïse » la production en langue gaélique) avant de conclure sur une question qui prendra dans l’avenir une importance croissante, l’éthnicité et le racisme dans l’Irlande d’aujourd’hui, devenue terre d’immigration après avoir longtemps été terre d’émigration. Ces deux sections, tout comme les volumes IV et V dans leur ensemble, attestent de la déstabilisation croissante de la catégorie du littéraire, comme le reconnaît Clair Wills dans la dernière section :

  • 29 Clair Wills, introduction à « Contemporary Writing, 1960-2001 », in FDA, vol. V, p. 1123 : « The c (...)

Le franchissement des frontières entre fiction, autobiographie, confession, commentaire culturel, mémoires et analyse historique ne provoque plus les inquiétudes qu’il générait quand le terme de « littérature » renvoyait principalement à un domaine d’écriture défini par la notion de bon goût […]. Les écrits de femmes en Irlande à l’époque actuelle reflètent cette nouvelle liberté de mélanger les styles et les genres. Pour l’auteur d’anthologie, ceci signifie que le jeu entre les principes de sélection documentaires et littéraires est plus complexe, voire même opaque29.

  • 30 Edna Longley, « Hospitable Meta-Narrative or Hegemonic Bid ? », The Canadian Journal of Irish Stud (...)

37On constate que ce sont des textes critiques et journalistiques qui ont le dernier mot au sein de l’ultime section, contrairement à la décision de Deane de clore « son » anthologie par la fiction, le théâtre et la poésie, autre signe des temps où le discours second de la critique et du commentaire tend à l’emporter sur le discours premier de la création littéraire. Il s’agit indéniablement d’un choix théorique révélateur, mais une partie du problème réside dans le sort réservé à ces femmes écrivains bien traitées par les volumes I-III, plus nombreuses apparemment qu’on n’aurait pu le croire au vu du tollé de 1991. La décision éditoriale de ne pas les réinclure ici est compréhensible mais problématique au vu de la relation de complémentarité avec les tomes précédents, ce volet de l’anthologie se retrouve privé de nombre de points d’ancrage ou de références majeurs. On peut estimer que ceci est moins sensible pour la période la plus récente au vu de l’abondance de textes d’auteurs féminins produits ces vingt-cinq dernières années et nettement sous-représentés dans les premiers volumes, mais on ne peut manquer de s’interroger sur la présentation de ces écrits comme existant indépendamment de la littérature ou de la critique produite par des auteurs masculins. Là encore, étant donné son caractère « correctif », cette anthologie ne pouvait totalement échapper au piège de la « ghettoisation » du féminin, justifiant en partie la crainte exprimée par Edna Longley lors de l’annonce de ce second volet, qu’il ne s’agisse ici de reléguer les femmes dans une annexe30. Geraldine Meaney se montre parfaitement consciente de ce paradoxe et s’en explique au fil de son introduction :

  • 31 Geraldine Meaney, introduction à « Women’s Writing, 1700-1960 », in FDA, vol. V, p. 766 : « To som (...)

Jusqu’à un certain point, toute histoire littéraire féministe se forme en réaction à quelque chose. S’il n’y avait pas débat autour de la représentation des femmes dans les canons traditionnels, si cette représentation avait été équitable dès le début, les anthologies d’écriture féminine et l’histoire littéraire féministe n’auraient aucune fonction et n’existeraient pas31.

38Meaney et Wills, comme les autres éditrices, sont conscientes de cette ambivalence, de cette oscillation entre les deux volumes comme complément, et ces mêmes volumes comme remise en cause des prémisses du premier volet :

  • 32 Geraldine Meaney, introduction à « Women’s Writing, 1700-1960 », in FDA, vol. V, p. 771 : « The se (...)

Les sélections qui suivent ne cherchent pas à compléter une quelconque carte de l’écriture irlandaise. Elles cherchent plutôt à remettre en cause les cartes existantes, et à les remettre en cause du point de vue spécifique des femmes et de leur relation à l’écriture32.

39Comme l’ont noté judicieusement Jacqueline Genet et Sylvie Mikowski dans un compte rendu très complet et stimulant que le lecteur francophone consultera avec profit, le terme même d’anthologie pose ici question tant ce qui nous est proposé est nouveau, protéiforme, foisonnant, généreux ; l’ouvrage pionnier

  • 33 Jacqueline Genet, Sylvie Mikowski, « Étude critique », Études Irlandaises, n° 28.2, automne 2003, (...)

tient à la fois de l’encyclopédie, du recueil d’archives, du chantier de fouilles archéologiques, de la bibliothèque, du musée de la Femme, voire même du monument commémoratif33.

40Les connaissances déployées ici sont encyclopédiques et l’on perçoit en plus d’une occasion une réticence, une résistance, à l’idée même de sélection pourtant inséparable du format de l’anthologie. Si l’on pouvait légitimement accuser les trois premiers volumes de n’avoir pas fourni les textes et contextes qui permettraient de comprendre la mort tragique d’Ann Lovett, accouchant seule d’un enfant mort-né, ou encore la législation interdisant l’avortement, on ne saurait douter que les deux tomes remplissent cette mission de par leur insistance sur ces contextes, politiques, sociaux, religieux et culturels qui définissent la place et le rôle de la femme en Irlande. Les évolutions récentes sont abondamment documentées par l’inclusion d’un ensemble de textes hétérogènes où le littéraire n’occupe plus nécessairement une place privilégiée. Changement de paradigme critique et politique donc (féminisme plutôt que nationalisme ou post-colonialisme), changement relatif de perspective géographique (Dublin supplante Derry), par-delà leur exceptionnel intérêt en tant que compilations, les cinq volumes de la Field Day Anthology of Irish Writing se donnent à lire comme le lieu d’inscription privilégié des transformations du paysage critique, culturel et sociopolitique irlandais à l’aube du xxie siècle.

Notes

1 Préface de Seamus Deane et al. (éd.), Ireland’s Field Day, Londres, Hutchinson, 1985, p. VIII : « This anthology will have the aim of revealing and confirming the existence of a continuous tradition, contributed to by all groups, sects and parties, in which the possibility of a more generous and hospitable notion of Ireland’s cultural achievements will emerge as the basis for a more ecumenical and eirenic approach to the deep and apparently implacable problems which confront the island today. »

2 Brian Friel, « US Field Day for Begging Bowl Big Four », Irish News, March, the 30th, 1987 : « Hopefully it will be the kind of book that will end up in everyone’s home like Tom Moores Irish Melodies in the last century. »

3 Seamus Deane, « Introduction », in Nationalisme, Colonialisme et Littérature, Sylviane Troadec (trad.), Lille, Presses universitaires de Lille, 1994, p. 19 : « The Field Day Anthology of Irish Writing, covering a span of 1,500 years […] is an act of repossession, resuming into the space of three massive volumes, a selection of Irish literary, political, economic, philosophical and other writings and presenting it, with a degree of ironic consciousness, as an integral and unitary "tradition" or amalgam of traditions. The point is not to establish a canon as such ; it is to engage in the action of establishing a system that has an enabling, a mobilizing energy, the energy of assertion and difference, while remaining aware that all such systems – like anthologies of other national literatures – are fictions that have inscribed within them principles of hierarchy and of exclusion, as well as inclusion, that become evident only when the mass of material is organized into a particular form. » [Seamus Deane (éd.), Nationalism, Colonialism and Literature, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1990, p. 15].

4 Jan Gorak, The Making of the Modern Canon. Genesis and Crisis of a Literary Idea, Londres – Atlantic Highlands, Athlone, 1991.

5 Seamus Deane, « Introduction générale », in Seamus Deane et al. (éd.), The Field Day Anthology of Irish Writing (désormais cité FDA), p. xxiv : « It is in the two languages of Ireland that the history of power and powerlessness is most deeply inscribed. »

6 Ibid., p. xix-xx : « There is no attempt here to establish a canon. Instead, what we show is an example of the way in which canons are established and the degree to which they operate as systems of ratification and authority. […] Selection is not made from a preordained “tradition” ; it is selection which ordains the tradition(s). »

7 Seamus Deane, « Introduction », in Nationalisme, Colonialisme et Littérature, Sylviane Troadec (trad.), p. 22 : « The FDA is also an exercise in renaming, the resituation of many texts, well known and scarcely known, in a renovated landscape or context. »

8 Seamus Deane, « Canon Fodder. Literary Mythologies in Ireland », in Jean Lundy, Aodan Mac Poilin (éd.), Styles of Belonging. The Cultural Identities of Ulster, Belfast, Lagan Press, 1992, p. 23 : « Mobiliz[es] material into an interpretative shape. »

9 Seamus Deane, « Introduction générale », in FDA, p. xix : « There is a story here, a meta-narrative, which is, we believe, hospitable to all the micro-narratives that, from time to time, have achieved prominence as the official version of the true history, political and literary, of the island’s past and present. »

10 Ibid., p. xix-xx : « It is equally the case that this anthology, like the works it presents to the reader, is at the mercy of the present moment and, also like them, derives its authority (such as it is) from that moment. »

11 Ibid., p. xx : « Therefore, we consider ourselves to be engaged in an act of definition rather than in a definitive action. »

12 Seamus Deane, « Introduction générale », in FDA, p. xxvi : « The aesthetic ideology, which claims autonomy for the work of art, is a political force which pretends not to be so. »

13 Seamus Deane, FDA, vol. I, p. 1056.

14 William John McCormack, FDA, vol. I, p. 1250.

15 Seamus Deane, FDA, vol. III, p. 380 : « Inevitably, in a colonial or neo-colonial country like Ireland, the forms ofotherness available are multiple and blatant […]. An idea of Ireland has to be fashioned, discovered, recreated over and against that which threatens to disallow it. »

16 Colm Toìbin, « Book Reviews », The Canadian Journal of Irish Studies, vol. 18, n° 2, December 1992, p. 122 : « The social and cultural revolution the 1960’s has left the artists in the Field Day collective singularly (indeed collectively) unmoved. They are untouched by the interplay between Ireland and modern capitalism, multinational industry and rock’n’roll. […] For Seamus Deane the political crisis began in Ireland in 1968. But for the rest of us the crisis began in 1959 with the first Programme for Economic Expansion. This is the year to watch, the watershed year in Ireland, but to accept this you have to believe that the Republic of Ireland is interesting, worth studying, and this is a notion that the FDA does not accept. »

17 Declan Kiberd, FDA, vol. III, p. 1316 : « Meanwhile in the south, the struggles of women against a patriarchal church and an archaic legal code are, if anything, under-represented in contemporary poetry. »

18 Edna Longley, « Introduction », in The Living Stream. Literature and Revisionism in Ireland, Newcastle, Bloodaxe, 1994, p. 22-44.

19 Roy Foster, « Nations, yet again », Times Literary Supplement, March, the 27th, 1992, p. 5-7.

20 Nuala O’Faolain, « The Voice that Field Day didn’t record », The Irish Times, November, the 11th, 1991, p. 14 : « Unfortunately, there are more kinds of imperialism than one. The male editors failed to find women interesting. Of all people, that Seamus Deane should not be alert to what it’s like to be treated as a second-class citizen. The book ends with four up-to-date sections. “Writing in Irish” covers 88 years : there are two women writers in the section. “Irish Fiction” which covers 25 years : the youngest of the women represented there is 47 years old. “Drama” covers 32 years : there are no women represented there. “Contemporary Poetry” contains work from 35 male and three female poets. When that sank in – when I brought myself to believe that they’d really done this – I began to question the whole book. If a compilation as seemingly authoritative as this came out in the USA, with these flaws, American women would not let it stand. They would demand its withdrawal. […] While this book was demolishing the patriarchy of Britain on a grand front, its own, native, patriarchy was sitting there. Smug as ever. »

21 John Wilson Foster, « Strains in Intellectual Life », in Liam O’Dowd (éd.), On Intellectuals and Intellectual Life in Ireland, Belfast, Institute of Irish Studies 1996, p. 88. « It was unrepresented among the polemical sections of the FDA, not because it was consciously perceived as a threat, but because the anthology was compiled in an unthinkingly patriarchal fashion, reflecting the society that produced it. »

22 Ibid. : « […] to liberate Irish feminism out of nationalism into a broader Irish and British cultural sophistication. »

23 « Preface », FDA, vol. IV, p. xxxii : « Irish literature, history and culture are human constructs, not natural phenomena ; their presentation in print has usually been conditioned by ways of thinking and writing developed through generations of scholarship, and the underlying assumption of much of that scholarship has been that both reader and writer are male. »

24 Préface, FDA, vol. IV, p. xxxiii : « […] a set of contexs for understanding how women have lived in Ireland ».

25 Angela Bourke, introduction à « Oral Traditions », in FDA, vol. IV, p. 1191 : « It is perhaps at first sight anomalous to include oral traditions in an anthology consisting primarily of Irish writing […] However women’s relation to the written word has never been simple, while womens access to literacy has often been different from mens. »

26 Mairin Ni Dhonnchadha, introduction à « Medieval to Modern, 600 -1900 », in FDA, vol. IV, p. 4 : « […] disappointingly little of [the material] was actually written by women. […] There is no one complete text which can be attributed with absolute certainty to a historical woman until the early seventeenth century. »

27 Siobhan Kilfeather, Eibhear Walshe, introduction à « Contesting Ireland : The Erosion of Heterosexual Consensus, 1940-2001 », in FDA, vol. IV, p. 1040 : « The first three volumes of the FDA told us a great deal about what it might mean to aspire to be a heterosexual man in Ireland, and one might read many of the stories and poems included here as both complement and critique to the modes of masculinity presented. […] Writers such as Beckett and Kavanagh offer a fully self-reflective representation of the failed ideology of Irish masculinity, but without the acknowledgement of work by women and queer writers that failure seems to leave only a hopeless stasis. »

28 Mary O’Dowd, introduction à « Politics 1500-2000 », in FDA, vol. V, p. 1 : « First, it presents texts which illustrate how women influenced the political process without holding office ; secondly it documents the movements for womens rights ; and thirdly, it traces the interaction between the latter and the women who secured political office in the nineteenth and twentieth centuries. »

29 Clair Wills, introduction à « Contemporary Writing, 1960-2001 », in FDA, vol. V, p. 1123 : « The crossing of boundaries between fiction, autobiography, confession, cultural commentary, memoir and historical analysis no longer provokes the anxieties which were aroused when the term literature referred primarily to a domain of writing defined by the notion of cultivated taste. […] Womens writing in Ireland in the recent period reflects this new freedom in the mixing of styles and genres. For the anthologist this means that the interplay between documentary and literary principles of selection has become far more intricate, even opaque. »

30 Edna Longley, « Hospitable Meta-Narrative or Hegemonic Bid ? », The Canadian Journal of Irish Studies, vol. 18, n° 2, December 1992, p. 119 : « I await vol. 4 with interest : The Mad Women in the Annex ? Nationalism and Feminism kiss and make up ? »

31 Geraldine Meaney, introduction à « Women’s Writing, 1700-1960 », in FDA, vol. V, p. 766 : « To some extent, all feminist literary history is a reaction formation. If there were no argument about womens representation within the traditional canons, if that representation had been equitable to begin with, there would be no function for anthologies of womens writing and no feminist literary history. »

32 Geraldine Meaney, introduction à « Women’s Writing, 1700-1960 », in FDA, vol. V, p. 771 : « The selections that follow do not complete any map of Irish writing. Rather they seek to put existing maps into question and to put them into question from the particular perspective of women and their relation to writing. »

33 Jacqueline Genet, Sylvie Mikowski, « Étude critique », Études Irlandaises, n° 28.2, automne 2003, p. 166.

Auteur

Martine Pelletier est maître de conférences en études anglaises et irlandaises à l’université François-Rabelais de Tours. Elle est titulaire d’un M. Phil en littérature anglo-irlandaise de Trinity College, Dublin, et d’une thèse de doctorat de l’université de Rennes 2. Elle a publié sur Brian Friel, Field Day et plus généralement sur le théâtre irlandais contemporain et celui d’Irlande du Nord. Elle contribue au Cambridge Companion to Brian Friel, sous la responsabilité d’Anthony Roche, et travaille sur une version anglaise actualisée de son livre de 1997 : Le Théâtre de Brian Friel : Histoire et histoires, publié par Septentrion.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540