Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La transmission et la ciruculation des idées

Græca Docentur

Itinéraires irlandais du livre de grammaire grecque (xvie-xviiie siècles)

Pascale Hummel

Texte intégral

  • 1 Barthélémy Hauréau, « Écoles d’Irlande », in Complément de l’Encyclopédie moderne. Dictionnaire ab (...)
  • 2 Ibid., col. 523.
  • 3 Ibid., col. 524.
  • 4 Ibid., col. 526.
  • 5 William Bedel Stanford, Ireland and the Classical Tradition, Dublin – Totowa, Allen Figgis & Co. – (...)
  • 6 Cité par John Edwin Sandys, History of Classical Scholarship, from the Sixth Century B.C. to the E (...)

1Si l’histoire des écoles d’Irlande est obscure, écrit Barthélémy Hauréau1, ce qu’on en sait étonne davantage. Au vie siècle, il se trouve une région de l’Ancien Monde où la tradition des lettres latines et des lettres grecques se conserve, poursuit-il, où des multitudes de jeunes chrétiens entourent avec zèle les maîtres qui leur enseignent doctement à comprendre Homère et Virgile ; et cette région, c’est l’Irlande. Si l’on cherche quels furent les précepteurs des Irlandais, on apprend dans Juvénal (Satires, XV, 111) que les Gaulois transmirent aux Bretons les préceptes de la rhétorique : « Gallia causidicos docuit facunda Britannos » ; et ces préceptes, traversant le détroit qui sépare les deux îles, passèrent des Bretons aux Scots d’Irlande. C’est un Gallo-Romain formé dans le monastère de Lérins, saint Patrick, qui convertit l’Irlande à la foi catholique, et qui, vers la fin de sa vie, envoya dans les Gaules un de ses disciples préférés, saint Olcan, en lui confiant la mission toute littéraire de transmettre et d’instruire2. Olcan traversa la mer pour aller entendre les docteurs des Gaules, se faire initier par eux aux arcanes les plus intimes de la science, à la fois sacrée et profane, et, une fois de retour sur les rives de l’Érin, y ouvrir des écoles publiques (publicas scholas), pour l’enseignement commun des évêques et des moines irlandais3. Les maîtres irlandais sont moins connus dans leur patrie que sur le continent. Un des premiers et le plus illustre de ces apôtres est sans conteste Colomban, élève du gymnase monastique de Bangor4. « La glorieuse histoire de l’érudition irlandaise au début du Moyen Âge a souvent été racontée », écrit W. B. Stanford dans Ireland and the Classical Tradition5. Colomban (vie siècle), Sédulius, Dicuil et Jean Scot Érigène sont les noms les plus saillants d’un humanisme médiéval à portée missionnaire ou évangélisatrice. D’Érigène (ixe siècle), Guillaume de Malmesbury (Gesta Regum Anglorum6) écrit que son regard se portait attentivement sur les Grecs (« in Graecos acriter oculos intendit »). Les savants qui incarnent la connaissance du grec au Moyen Âge font presque figure de légende parfois, tel encore Martin (ixe siècle), le copiste irlandais du glossaire gréco-latin de Laon ; ils sont les sentinelles vigilantes d’un savoir fragile et comme les gardiens fantomatiques d’un trésor qu’ils savent menacé.

  • 7 George Calder, Auraicept na nÉces, Édimbourg, J. Grant, 1917 : « Learning and philosophy are vain, (...)
  • 8 John Healy, Insula sanctorum et doctorum ; or, Ireland’s ancient schools and scholars, Dublin, Sea (...)
  • 9 Philip Freeman, Ireland and the Classical World, Austin, University of Texas Press, 2001.

2La grammaire est tout particulièrement à l’honneur dans un pays où le latin ne fut jamais imposé comme la langue officielle par le conquérant romain. Un traité de grammaire irlandais fondé sur les écrits de Donat, de Priscien et d’autres grammairiens latins tardifs, intitulé Auraicept na nÉces (c’est-à-dire « l’Instruction des poètes ou des érudits »)7, mentionne la grammaire, la dialectique et la métrique, dont l’auteur toutefois doute qu’il puisse être fait grand cas aux cieux. L’idée joyeuse d’une exception irlandaise illumine sur cette île la longue époque médiévale qui, du point de vue de l’hellénité, dans d’autres contrées paraît moins glorieuse et vigilante. L’Irlande fait honneur à la Grèce, et sa langue est cultivée par des savants consciencieux. Alors que l’expression « Graeca sunt, non leguntur » est destinée à peindre un peu caricaturalement parfois un Moyen Âge trop rapidement qualifié d’amnésique, l’Irlande, île des saints et des savants (« Insula sanctorum et doctorum »), selon le titre du livre de J. Healy8, reste attachée au grec en même temps qu’au latin. Le mérite de l’originalité porté au crédit de la tradition hellénique irlandaise, s’il est sans doute justifié, entretient néanmoins une légende un peu complaisante de singularité9.

  • 10 William Bedel Stanford, Ireland and the Classical Tradition, p. 21.
  • 11 Charles Hoole, A New Discovery of the Old Art of Teaching Schoole, Londres, A. Crooke, 1660 ; John (...)
  • 12 Henry Hallam, Histoire de la littérature de l’Europe pendant les quinzième, seizième et dix-septiè (...)
  • 13 Louis Kukenheim, Contributions à l’histoire de la grammaire grecque, latine et hébraïque à l’époqu (...)

3Après le Moyen Âge, en tout cas, la Renaissance rétablit la balance de l’équilibre géographique et invite à mettre en relation la spécificité irlandaise avec l’érudition britannique dans sa globalité. Comme l’écrit W. B. Stanford, « l’enseignement des langues anciennes dans ces collèges irlandais était en tout point semblable à ce qui était pratiqué en Angleterre »10. À en juger par les livres respectifs de C. Hoole, A New Discovery of the Old Art of Teaching Schoole (1660), et de J. Brinsley, Ludus literarius ; or, The grammar schoole (1627)11, les élèves des meilleurs établissements étudiaient minutieusement la grammaire, pour lire ensuite, par étapes successives, les fables d’Ésope, le Nouveau Testament, Isocrate, Hésiode, Homère, divers représentants des genres latins équivalents et un peu d’hébreu. L’efficacité de l’enseignement classique dépendait autant de la qualité des manuels disponibles que de la science et de l’habileté pédagogique des maîtres chargés de la transmettre. Les progrès de l’érudition philologique en Angleterre sont étroitement liés à ceux de la Réforme, rappelle H. Hallam12 : si les savants de la première génération ne sont pas tous protestants, leurs disciples embrassent cette cause avec ardeur, accusant d’ignorance les partisans de l’ancienne religion. L’humaniste aspire à manier sans difficulté le grec, le latin et l’hébreu ; le savant, sans intermédiaire, pénètre la pensée grecque, s’exprime dans la langue de Cicéron, et entre en contact avec son Dieu par l’Écriture sainte : c’est l’homme doué de triplex lingua, trium linguarum gnarus, ou l’homo trilinguis. Au début du xvie siècle, la langue grecque passe encore pour être le canal de toutes les hérésies – græcum est, non legitur –, de même que quiconque s’intéresse à l’hébreu est stigmatisé comme juif. Dans tous les cas, la connaissance du grec, comme celle de l’hébreu, ne fut jamais perdue tout à fait mais simplement mise en sommeil plus ou moins profondément13.

4Au début du xvie siècle, tandis que s’étoffent les connaissances relatives à la littérature latine, l’idée s’impose de l’intérêt de connaître également le grec, que les auteurs latins ont vertueusement admiré et pratiqué. Le Moyen Âge l’avait ignoré ou presque, bien que l’étude en trouvât toujours des défenseurs acharnés dans les écoles d’Irlande des vie et viie siècles, même si, par la suite, cette réputation se révéla elle-même exagérée. En 1267, l’Anglais Roger Bacon, actif à Paris, affirme qu’il ne se trouve pas quatre personnes dans la chrétienté latine pour connaître véritablement la langue d’Homère ; comprend-il dans ce nombre ses compatriotes Robert Grosseteste, évêque de Lincoln, et Jean de Basingstoke, ou encore son contemporain et compatriote Jean de Garlande ? Peu importe ; dans les pays de l’Europe occidentale, la plus ancienne des deux langues classiques fut longtemps presque ignorée, voire considérée comme suspecte chez les moines, ennemis jurés de l’Église orthodoxe. Pour ce qui est des Italiens, au grec ils préféraient spontanément le latin, plus proche de leur langue maternelle. En Angleterre, la chaire de grec d’Oxford fut occupée entre autres par le Hollandais Érasme au début du xvie siècle ; quant à W. Celling, T. Linacre, W. Grocyn, W. Latimer, W. Lily ou T. More, ils firent tous le voyage d’Italie pour y apprendre le grec.

  • 14 Louis Kukenheim, Contributions à l’histoire de la grammaire grecque, latine et hébraïque à l’époqu (...)

5Les efforts des grammairiens alexandrins cherchant à amender les textes classiques paraissent guidés par le souci de conserver le patrimoine spirituel des ancêtres et de sauvegarder leur précieux héritage artistique ; et c’est animés de cet esprit en quelque sorte évangélique que, dans le prolongement du Moyen Âge, les humanistes ravivent les études de langue : la belle littérature grecque, que l’époque médiévale ne connut que par des traductions latines, dorénavant parle directement au monde savant. En 1311, le Concile de Vienne stipule la nomination de professeurs de grec aux universités de Paris, Bologne, Salamanque et Oxford. En 1495, cent ans après l’arrivée de M. Chrysoloras en Italie, la grammaire du Byzantin C. Lascaris sort des presses d’Alde Manuce à Venise. Les premiers manuels sont conçus sous la forme de questions et de réponses, portant le titre d’Érotèmes, parfois aussi Isagoge, Introduction ou Alphabet grec. Ces premiers ouvrages, entièrement rédigés en langue grecque, connaissent un succès tel qu’ils semblent justifier la publication qui en est faite dès les premières années de l’imprimerie. Le dialogue est une forme peu propre à l’exposé des règles grammaticales ; aussi la méthode n’en est appliquée qu’en partie. Chemin faisant, les manuels perdent de leur volume et de la prolixité contre laquelle s’élève par exemple G. Guarini. N. Clénard rencontre un grand succès en pratiquant la méthode directe, où des textes annotés viennent compléter l’étude de la grammaire. Le renouvellement de l’enseignement grammatical passe notamment par le renforcement de l’aspect pédagogique et didactique. Les progrès réalisés par l’imprimerie ne sont pas enfin sans exercer une grande influence sur le développement des études grammaticales14.

  • 15 Martin Lowther Clarke, Greek Studies in England, 1700-1830, Cambridge, Cambridge University Press, (...)
  • 16 Edward Wettenhall, Græcæ Grammaticæ institutio compendiaria. In usum scholarum, 9e éd., Londini, I (...)
  • 17 Edward Wettenhall, Græcæ grammatices institutio compendiaria, 4e éd., Londres, J. Churchill et T. (...)

6Pour la période de la Renaissance prise dans sa totalité, les manuels qui circulent dans les îles Britanniques15 partagent la faveur commune des livres à la fois utiles et souvent réédités. Leurs auteurs sont dans bien des cas des enseignants plutôt que des savants. Leur savoir ne vient pas d’eux seuls mais leur a été transmis, sans grand changement nécessairement, depuis l’Antiquité grecque et romaine. La grammaire grecque a été soigneusement étudiée par les grammairiens grecs eux-mêmes ; les connaissances constituées en corpus ou en canon au seuil de la tradition furent transmises immuables aux continuateurs latins, et la Renaissance recueille ce que le Moyen Âge eut l’heur de sauvegarder. Certains ouvrages de l’époque moderne, à partir du xvie siècle et bien au-delà, ne se distinguent, pour certains d’entre eux, des prototypes antiques, dont ils sont le prolongement, que par leur caractère d’imprimé, tandis que le contenu, et parfois même la forme, conservent ouvertement l’empreinte de l’archétype dont ils sont l’avatar le plus récent. La grammaire grecque de l’Irlandais Edward Wettenhall (Greek Grammar) est publiée à Dublin dans les années 167016, alors que son auteur est encore enseignant à la Bute-coat School (devenue ensuite le King’s Hospital), après être arrivé d’Angleterre en 1672. Originellement rédigée en latin avant d’être traduite en anglais, elle est usitée continûment pendant deux siècles dans les écoles irlandaises et s’enrichit constamment de nouveaux remaniements. G. B. Wheeler17, qui en propose une énième édition en 1853, loue cet ouvrage pour sa brièveté, sa simplicité et sa clarté.

  • 18 William Neilson, A Key to the Greek Exercises, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1806.

7Le critère de la chronologie se révèle d’une pertinence fort réduite pour apprécier les ouvrages de grammaire grecque ou latine, qui le plus souvent paraissent indifférents au passage du temps. La matière enseignée est par nature intemporelle, et l’usage durable de la langue ancienne en tant que langue-sujet autant que langue-objet ajoute à l’illusion d’incorruptibilité. Que changer en effet quand rien ne change ? Pourquoi changer quand l’appareil conceptuel des grammairiens anciens est jugé par les Modernes impérissable à jamais ? L’opuscule de W. Neilson intitulé A Key to the Greek Exercises18, entièrement rédigé en grec au début du xixe siècle, paraît tout droit issu de l’Antiquité elle-même ou d’un atelier byzantin. La fidélité, voire la soumission, à l’origine peut être interprétée comme une manière d’entériner, autant que d’honorer, la validité intemporelle d’une entité fond-forme perçue en l’occurrence comme cohérente et insécable.

  • 19 Martin Lowther Clarke, Greek Studies…
  • 20 John Locke, Some Thoughts concerning Education, Londres, A. & J. Churchill, 1693, § 195.
  • 21 Henry Boylan, A Dictionary of Irish biography, 2e éd., New York, St. Martin’s Press, 1988 ; Alfred (...)
  • 22 John Pentland Mahaffy, An Epoch in Irish History : Trinity College, Dublin, its foundation and ear (...)
  • 23 Cité par William Bedel Stanford, Ireland and the Classical Tradition, p. 32.

8À partir de 1600, le grec, qui a fini par accéder au statut de composante reconnue du curriculum de la grammar school, occupe solidement le rang de seconde langue après le latin19. John Locke, dans Some Thoughts concerning Education, soumet la pratique de son temps à une critique raisonnée. Si le latin est indispensable à l’homme bien né, écrit-il, le grec est nécessaire seulement au lettré20. Le philosophe condamne les méthodes d’enseignement en usage comme inadéquates, voire ineptes. Dans la littérature classique les enseignants, qui sont souvent aussi des hommes d’Église, comme E. Wettenhall déjà cité, puisent avant tout des leçons de morale et d’édification. Les grammaires du grec, tout comme les lexiques, sont presque uniformément rédigées en latin, au point qu’il est impossible d’apprendre le grec indépendamment de l’autre idiome ancien. La langue vernaculaire peu à peu remplace le langage véhiculaire des savants. Les auteurs anciens lus parallèlement à l’apprentissage de la grammaire sont les mêmes que ceux établis par le canon post-alexandrin, à savoir Homère, Lucien, le Nouveau Testament, l’anthologie des poètes grecs et quelques autres au titre de représentants des différents genres littéraires. À mesure que les réalités du monde invitent à reconsidérer la place faite à l’héritage classique dans l’enseignement, certains dénoncent l’inadéquation des méthodes traditionnelles. En 1748, l’Irlandais Henry Fitzcotton21 moque, dans la préface de A New and Accurate Translation of the First Book of Homer’s Iliad, le caractère obsolète d’un apprentissage depuis des siècles enfermé dans le ressassement des mêmes paradigmes, notamment pour les verbes amo en latin et tupto en grec. Une dizaine d’années plus tard, les autorités pédagogiques du Trinity College22, où une chaire de grec fut créée en 1761, incluent, dans la liste des textes grecs recommandés pour l’enseignement, des auteurs aussi variés que l’Évangile de Luc, la Cyropédie de Xénophon, l’Iliade, Hésiode, Théocrite, Bion, Moschus, Sophocle, Eschine, Épictète, Longin, Musée et Lucien. Au nombre des prescriptions méthodologiques figure en bonne place l’invitation à éviter les traductions littérales et à tirer le meilleur parti des données mythologiques, historiques et antiquaires des ouvrages étudiés. Certaines archives conservent le témoignage de l’enthousiasme des familles pour la grammaire grecque enseignée à leurs rejetons, ainsi une lettre de 1774 adressée par Richard Norris, proviseur de la Drogheda Grammar School, au père d’un écolier de 13 ans : « Sa classe étudie la grammaire grecque, matière dont je souhaite qu’elle l’occupe sans relâche, afin qu’il ne se retrouve pas parmi les plus faibles – ils ont terminé les pronoms… »23. À côté de la routine pédagogique se rencontrent ici et là quelques innovations plus ou moins osées, telle la représentation en langue originale des pièces antiques à l’intérieur des établissements d’enseignement. Thomas Sheridan, proviseur de la Cavan Royal School au début du xviiie siècle, forme les élèves les plus âgés à interpréter les pièces classiques dans le grec du texte original.

9La place faite aux langues anciennes varie toutefois selon le type d’école et d’enseignement, et les milieux populaires ne jouissent pas du même traitement que les milieux aisés. Dans la région de Dublin se signalent par leur attachement indéfectible à la tradition classique St. Columba’s College, Wesley College, St. Andrew’s College et la High School ; pour Belfast, la Royal Academical Institution, le Methodist College et Campbell College ; Armagh, Cavan, Dungannon, Enniskillen et Raphoe ont leurs écoles royales, Kilkenny son vénérable College, Waterford sa Bishop Foy School ; Drogheda, Tipperary et Galway leur collège Erasmus Smith. Certaines écoles reçoivent le nom d’« école classique », tels Bandon, Carrickmacross, Castlebar, Charleville, Clonakilty, Clonmel, Dundalk, Kilkenny, Kinsale, Lifford, Lismore, Middleton, Rathfarnham et Waterford, selon un rapport administratif de 1812.

  • 24 Ibid., p. 37.

10Malgré la place que l’institution lui reconnaît et l’intérêt que maîtres et élèves y trouvent, le grec resta toujours l’apanage du petit nombre et fut étudié avant tout comme la langue du Nouveau Testament, de la Septante et des pères de l’Église grecque. La tradition polymathique du Trinity College de Dublin donna lieu à quelques réalisations originales : John Stokes, qui occupait la chaire de mathématiques, fut aussi coéditeur des Philippiques de Démosthène ; l’édition du même orateur par Thomas Leland et John Stokes en 1754-1756 d’une part et les cours sur l’art oratoire de John Lawson en 1758-1759 d’autre part peuvent être tenus pour les premiers travaux ressortissant proprement à l’érudition philologique issus de Trinity College. La polymathie est également le fait d’érudits isolés, tel Patrick Lynch de County Clare, qui en 1796 publie un livre intitulé The Pentaglot preceptor : or Elementary institutes of the English, Latin, Greek, Hebrew, and Irish languages, qui, selon W. B. Stanford, illustre l’appétit encyclopédique et l’audace des savants irlandais (« the traditional omnivorousness and boldness of the native Irish scholars, a trait to be seen also in writers like James Joyce »24).

11Faisant mentir l’adage simplificateur selon lequel ce qui est grec ne se lit pas, l’Irlande, moins orgueilleusement isolée que ne le suggère une historiographie parfois complaisamment hagiographique, semble avoir prêté à la plus ancienne des deux langues classiques une attention plus continûment soutenue que les autres pays de l’Europe occidentale. L’attachement à sa propre identité bilingue peut expliquer le soin mis à la conservation de la plus singulière des deux langues de l’Antiquité, selon un parallélisme où l’idiosyncrasie gaélique paraît comparable à l’identité grecque, toutes deux en quelque sorte minoritaires dans l’espace et dans le temps par rapport au modèle dominant de l’anglais d’une part et du latin d’autre part. Le grec, comme double archaïque ou vis-à-vis épistémique du latin, est en quelque sorte la langue rare à préserver de l’uniformisation par le superstrat romain, tout comme le gaélique de l’indifférenciation dans le grand tout britannique. L’Irlande, comme la Grèce, est une terre insulaire ou péninsulaire dont l’identité se construit dialectiquement par dissemblance et ressemblance. Dans un pays où sauvegarder les vestiges du passé revient à se battre pour affirmer son existence singulière, la constance mise à la préservation de l’autre langue de l’Antiquité équivaut à revendiquer le droit à l’altérité sans pour autant renier son appartenance à un patrimoine commun.

Notes

1 Barthélémy Hauréau, « Écoles d’Irlande », in Complément de l’Encyclopédie moderne. Dictionnaire abrégé des sciences, des lettres, des arts, de l’industrie, de l’agriculture et du commerce, vol. II, Paris, Firmin Didot, 1856, col. 523-540.

2 Ibid., col. 523.

3 Ibid., col. 524.

4 Ibid., col. 526.

5 William Bedel Stanford, Ireland and the Classical Tradition, Dublin – Totowa, Allen Figgis & Co. – Rowman & Littlefield, 1977, p. 1.

6 Cité par John Edwin Sandys, History of Classical Scholarship, from the Sixth Century B.C. to the End of the Middle Ages, 2e éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1906, p. 491, n. 5.

7 George Calder, Auraicept na nÉces, Édimbourg, J. Grant, 1917 : « Learning and philosophy are vain, Reading, grammar and gloss, Diligent literature and metrics, Small their avail in heaven above » (référence mentionnée par William Bedel Stanford, Ireland and the Classical Tradition).

8 John Healy, Insula sanctorum et doctorum ; or, Ireland’s ancient schools and scholars, Dublin, Sealy, Bryers & Walker, 1890.

9 Philip Freeman, Ireland and the Classical World, Austin, University of Texas Press, 2001.

10 William Bedel Stanford, Ireland and the Classical Tradition, p. 21.

11 Charles Hoole, A New Discovery of the Old Art of Teaching Schoole, Londres, A. Crooke, 1660 ; John Brinsley, Ludus literarius ; or, The grammar schoole ; shewing how to proceede from the first entrance into learning, to the highest perfection required in the Grammar Schooles, with ease, certainty and delight both to Masters and Schollers ; onely according to our common Grammar, and ordinary Classical Authours : begun to be sought out at the desire of some worthy favorers of learning, by searching the experiments of sundry most profitable Schoolemasters and other learned, and confirmed by tryall. Intended for the helping of the younger sort of Teachers, and of all Schollers, with all other desirous of learning ; for the perpetuall benefit of Church and Common-wealth, Londres, F. Kyngston, 1627.

12 Henry Hallam, Histoire de la littérature de l’Europe pendant les quinzième, seizième et dix-septième siècles, Alphonse Borghers (trad.), Paris, Baudry – Ladrange, 1839-1840, 4 vol.

13 Louis Kukenheim, Contributions à l’histoire de la grammaire grecque, latine et hébraïque à l’époque de la Renaissance, Leyde, E. J. Brill, 1951.

14 Louis Kukenheim, Contributions à l’histoire de la grammaire grecque, latine et hébraïque à l’époque de la Renaissance, Leyde, E. J. Brill, 1951.

15 Martin Lowther Clarke, Greek Studies in England, 1700-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 1945.

16 Edward Wettenhall, Græcæ Grammaticæ institutio compendiaria. In usum scholarum, 9e éd., Londini, Impressa et Dublinii typis iterum mandata, Impensis Thomæ Ewing, 1771. Le même est également l’auteur d’une satire à la manière pindarique : The Wish : being the tenth satyr of Juvenal peraphrastically [sic] rendered in Pindarick verse. By a person, sometimes fellow of Trin. Col. Dublin, Dublin, B. Tooke, 1675.

17 Edward Wettenhall, Græcæ grammatices institutio compendiaria, 4e éd., Londres, J. Churchill et T. Childe, 1713, traduite et revue par George Newenham Wright (Rudiments of the Greek Language, in Greek and English, upon the basis of Wettenhal, 2e éd., Londres, s. n., 1820), et éditée par George Bomford Wheeler sous le titre Græcæ grammatices rudimenta. A Greek grammar originally compiled by Edward Wettenhall ; with numerous annotations partly original, partly selected from Buttman, Donaldson, Jelf, Kuhner, Matthiæ, Rost, Thiersch, etc. ; a brief history of the language and several questions for examinatio, Londres, W. Tegg, 1853.

18 William Neilson, A Key to the Greek Exercises, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1806.

19 Martin Lowther Clarke, Greek Studies…

20 John Locke, Some Thoughts concerning Education, Londres, A. & J. Churchill, 1693, § 195.

21 Henry Boylan, A Dictionary of Irish biography, 2e éd., New York, St. Martin’s Press, 1988 ; Alfred Webb, A Compendium of Irish Biography : comprising sketches of distinguished Irishmen, and of eminent persons connected with Ireland by office or by their writings, Dublin, M.H. Gill & Son, 1878.

22 John Pentland Mahaffy, An Epoch in Irish History : Trinity College, Dublin, its foundation and early fortunes, 1591-1660, Londres, T. Fisher Unwin, 1903 ; Constantia Maxwell, A History of Trinity College, Dublin, 1591-1892, Dublin, The University Press – Trinity College, 1946 ; Robert Brendan McDowell, David Allardice Webb, Trinity College, Dublin, 1592-1952 : an academic history, Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

23 Cité par William Bedel Stanford, Ireland and the Classical Tradition, p. 32.

24 Ibid., p. 37.

Auteur

Pascale Hummel, ancienne élève de l’École normale supérieure, est agrégée de grammaire et docteur en philologie grecque. Ses travaux portent principalement sur la philologie grecque et l’histoire de la philologie, et plus récemment aussi sur la littérature, la philosophie et la théologie. Elle est l’auteur de plus de quinze ouvrages et de nombreux articles. Elle est chargée actuellement de la réalisation de plusieurs bases de données pour l’Institut national de la recherche pédagogique et le Centre national de la recherche scientifique.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540