Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La transmission et la ciruculation des idées

Aosdána et le livre en Irlande

Michael Black

Texte intégral

  • 1 Ces disciplines sont définies de la manière suivante : la littérature veut dire poésie, fiction, t (...)

1Nous esquisserons ici quelques points de convergence ou de divergence entre Aosdána, à laquelle appartiennent les artistes reconnus, et le livre. Nous prendrons le livre en premier lieu en tant qu’objet, c’est-à-dire comme métaphore de l’œuvre d’art, afin de pouvoir examiner ses rapports avec les diverses formes artistiques réunies au sein d’Aosdána et désignées comme les trois « disciplines », à savoir la littérature, les arts plastiques et la musique1.

Le livre et les arts

2De manière générale, le livre est un objet qui peut être simple et peu onéreux, ou au contraire de facture luxueuse ; dans les deux cas il demeure relativement accessible à l’acquisition, à l’emprunt ou à la consultation. Lorsque le livre sert de support à l’art, ou plus exactement à l’une des trois disciplines reconnues par Aosdána, son rôle, ainsi que sa relation avec son contenu, se différencient.

3En littérature, les nouvelles, les poèmes, les romans, dans leurs versions les plus abouties, prennent la forme concrète d’un livre. Pour l’artiste littéraire, le livre est l’objet même de sa création : les deux ne font qu’un. À la fois support et sujet, le livre est l’objet par lequel l’œuvre prend chair, et qui marque une étape dans le cheminement de la création. De surcroît, la littérature est une forme artistique qui ne requiert aucune « élaboration » autre que la présence d’un lecteur.

4Également imprimées, les pièces de théâtre ou les partitions musicales sont des œuvres qui requièrent une « élaboration » par l’acteur ou le musicien, et qui peuvent contenir toutes les instructions nécessaires à leur interprétation sonore ou visuelle.

5Les éléments nécessaires à l’interprétation – ou plus exactement à la réception – des œuvres d’art plastique se trouveront dans les supports imprimés que sont les catalogues, les critiques des expositions ou des événements qui les présentent, ainsi que dans les ouvrages d’histoire de l’art, ou mieux encore dans les livres monographiques. En effet, le livre est un objet, sinon indestructible, du moins à la vie longue, qui peut témoigner dans le temps et l’espace d’une œuvre plastique éventuellement éphémère ou peu visible. Chaque livre constitue également un exemplaire intégral d’un ouvrage dont la reproductibilité, théoriquement infinie, est dans la réalité limitée par la demande ou l’utilité potentielles. Le livre est donc un objet qui peut soit incarner une œuvre d’art, comme c’est le cas de la littérature énoncé plus haut, soit servir de support à une œuvre en lui associant les instructions de l’auteur de théâtre ou du compositeur de musique, soit encore encadrer et présenter des reproductions d’une œuvre plastique. Son contenu est préservé, quitte à être accessible à une date bien postérieure à son édition originale. Le livre joue ainsi un rôle qui, tout en étant variable selon les formes d’art concernées, s’avère un atout essentiel dans le combat pour la reconnaissance de tous les artistes.

6Il est à noter, cependant, que la hiérarchie des arts en Irlande demeure singulière. En effet, si elle est reconnue depuis longtemps pour la richesse de sa littérature, fondée sur une tradition orale encore aujourd’hui relativement vivace, ses arts plastiques ont souffert de lacunes engendrées par les conflits politiques et religieux historiques, qui ont notamment empêché la naissance d’une tradition de mécénat princier ou ecclésiastique, et accentué l’isolement de l’île vis-à-vis des grands mouvements artistiques européens. Les arts plastiques irlandais ne se sont hissés au niveau international que depuis le début des années quatre-vingt, et demeurent relativement peu connus. La musique savante contemporaine peine également à se faire une place, à côté notamment de la musique irlandaise dite traditionnelle.

Genèse d’Aosdána I

7À ses origines, Aosdána a été pensée dans une large mesure pour répondre aux besoins de l’artiste littéraire. Le souvenir de la vie difficile et sans reconnaissance officielle du poète Patrick Kavanagh est fréquemment évoqué, notamment par les poètes irlandais, comme étant une des raisons d’être d’un système d’aide à la création qui assurerait un degré de reconnaissance, de dignité et de sécurité matérielle aux artistes en Irlande, longtemps marginalisés par le processus de construction de l’indépendance culturelle.

8Sous une République se voulant égalitaire, et qui ne s’est pas dotée d’un mode d’attribution de distinctions, dans une société que l’histoire a privée de tradition significative de mécénat princier ou ecclésiastique, la culture est vécue comme fortement identitaire, en comparaison avec des arts souvent perçus comme venant de l’étranger ou élitistes. Pour comprendre le rôle que joue le livre dans la reconnaissance des artistes en Irlande, il est utile de rappeler l’institution, en 1969, de la dispense d’impôts sur les revenus provenant des œuvres de « valeur culturelle ».

9L’introduction de l’exemption fiscale sur les revenus provenant de la vente de leurs œuvres encouragea les écrivains, plasticiens et compositeurs irlandais à se présenter à l’administration pour l’obtention de ce statut de non imposable. Suite à une appréciation de l’œuvre déjà accomplie, dont les artistes déposaient à cet effet des échantillons auprès de l’administration au Château de Dublin, le fisc, en collaboration avec l’Arts Council, et au nom de l’État irlandais, octroyait (ou non) le statut de non imposable. Ce statut constituait donc une reconnaissance officielle de la valeur de l’œuvre de l’artiste concerné, en l’exemptant de l’impôt sur les revenus qu’il en tirerait à l’avenir.

10Cependant, la dispense d’impôt et la reconnaissance officielle demeuraient l’une et l’autre symboliques. D’une part, au vu des revenus artistiques réels, très modestes dans la plupart des cas, l’exemption d’impôt sur le revenu représentait pour le fisc un manque à gagner des plus modiques. Symbolique également, vu du côté des créateurs, l’exemption d’impôt signifiait un premier pas vers la reconnaissance des artistes en Irlande, l’œuvre et le créateur étant difficilement dissociables l’un de l’autre. Cette initiative politique était une reconnaissance de la nécessité d’empêcher les effets sur les artistes de l’impératif d’émigration qui continuait, à la fin des années soixante, à fortement encourager – si ce n’était à contraindre – beaucoup d’Irlandais à quitter le pays. Des revenus légèrement augmentés pouvaient en certains cas permettre aux artistes de rester au pays et, dans le cas notamment de ceux parmi les plasticiens dont l’œuvre exige des investissements significatifs (atelier, matériel, matériaux), de travailler plus, sans avoir à justifier auprès du fisc la déduction de ces coûts de leurs impôts. La réponse à cette mesure correspondait donc, en quelque sorte, à un recensement, démocratique et spontané, du monde de l’art en Irlande.

11Ce qui nous intéresse en premier lieu ici est le fait que parmi les 306 artistes ayant ainsi été reconnus dès 1972, c’est-à-dire après les trois premières années de l’opération de l’exemption fiscale, figuraient 210 écrivains, 70 peintres, 15 sculpteurs et 9 compositeurs. La prépondérance numérique des écrivains parmi les artistes en Irlande était donc, pour la première fois, clairement illustrée par ce processus de reconnaissance. Ce statut dominant de la littérature parmi les arts est un reflet fidèle de la position déterminante de la littérature dans la culture irlandaise telle qu’elle était perçue, à l’époque, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays. Si cette domination du champ des arts par la littérature a depuis été fortement concurrencée par les arts plastiques, ces derniers continuent à payer un lourd tribut à l’écriture, au texte édité – bref, au livre – dans le processus de reconnaissance.

12Si la dispense d’impôt demeurait symbolique, c’était aussi parce qu’il n’existait toujours aucun moyen par lequel l’État soutenait directement la création artistique, avant l’instauration de quelques bourses individuelles par l’Arts Council, à partir de 1975. Concernant d’abord les créateurs littéraires, mais rapidement élargi aux plasticiens et aux compositeurs, l’octroi de ces bourses était cependant limité à la subvention ponctuelle d’un projet de création artistique préalablement défini, ce qui correspondait mal aux exigences d’une création de plus longue haleine, voire celle d’une œuvre au sens pluriel.

Genèse d’Aosdána II

13La question de trouver comment instaurer un moyen de reconnaissance et de soutien à la création qui soit plus étendu dans le temps, et moins contraignant pour l’artiste, mena à la création, sous l’égide de l’Arts Council, à partir de 1981, d’une affiliation d’artistes sous le nom d’Aosdána, ce qui en gaélique signifie « ceux qui ont un don ».

  • 2 Aosdána Handbook, Dublin, The Arts Council, 1993, p. 19.
  • 3 En 2005, la cnuas est de 12 780 euros par an. Elle n’est pas sujette à l’impôt sur le revenu.
  • 4 Aosdána Handbook, p. 3 : « […] to encourage and assist its members in devoting their energies full (...)

14L’élection à Aosdána constitue une reconnaissance par des artistes de la qualité d’une œuvre, ainsi qu’un honneur unique puisqu’elle est accordée au nom d’un État qui ne dispose, nous venons de le voir, d’aucun système honorifique. L’élection à Aosdána est pour la vie, et ne peut être annulée qu’à la demande écrite de l’artiste lui-même2. À ce prestige, rehaussé par le fait que la reconnaissance par ses pairs est plus valorisante que celle d’une administration, s’ajoute la possibilité, pour les membres d’Aosdána qui résident sur l’île d’Irlande, de faire une demande de subvention sous la forme d’une rente quinquennale, dite cnuas3. L’octroi de cette rente est soumis à une évaluation des ressources financières et au renouvellement périodique de la demande par l’artiste, au motif de la nécessité de la subvention pour la continuation de l’œuvre. Dans la pratique, la cnuas est généralement reconductible, et ouvre pour certains la possibilité de s’investir pendant un temps pouvant aller jusqu’à plusieurs années dans une ou plusieurs œuvres, grâce à cette sécurité matérielle de base. Ainsi l’artiste, au lieu de travailler pour vivre, peut vivre pour travailler : Aosdána existe « pour encourager et aider ses membres à vouer leurs énergies pleinement à leur art »4.

15La cnuas, tout comme l’œuvre qu’elle peut aider l’artiste à accomplir, est un pari sur une reconnaissance renouvelée, mais qui ne sera pas nécessairement associée à des revenus plus élevés. Alors qu’un plasticien peut produire des objets qui seront éventuellement vendus et dont il recevra environ la moitié de la valeur marchande, un artiste littéraire, surtout s’il est poète, a peu de chances de tirer des revenus conséquents de la vente de son œuvre. Aussi bien le temps nécessaire à la création que la valeur marchande peuvent être très différents selon les formes d’art réunies au sein d’Aosdána. Cela ne réduit en rien l’ambition d’un nombre croissant d’artistes en Irlande qui désirent y être élus.

Le choix des membres fondateurs d’Aosdána

  • 5 Ibid. : « […] produced a body of original and creative works of distinction ».

16La création d’Aosdána constitue une reconnaissance des artistes en Irlande sous une forme originale, qui leur confère le droit de se reconnaître et de s’élire entre eux selon leurs propres critères, à l’aune d’autres corporations telles que les architectes ou les journalistes. Cependant, intervenant une soixantaine d’années après l’avènement de l’indépendance politique, qui avait vu disparaître d’Irlande, sans être remplacées, les quelques formes de reconnaissance et de subvention des artistes pratiquées par l’ancien régime britannique, la création d’Aosdána occasionne des tensions entre des impératifs divergents. D’une part se situent les valeurs esthétiques : pour être éligible à Aosdána un artiste doit « avoir produit un ensemble d’œuvres originales et créatives de mérite »5 qui correspondent aux formes définies dans les disciplines. D’autre part, dans un système politique irlandais connu pour son clientélisme se trouve une classe dirigeante, sans connaissance approfondie des arts et largement indifférente aux valeurs esthétiques, et qui représente néanmoins une dimension qui devait être prise en compte dans les choix faits lors de la création d’Aosdána. Aussi la nomination d’un nombre conséquent d’artistes (96 des 150 membres possibles) par un petit comité pour chacune des trois disciplines, ainsi que l’inclusion de noms prestigieux tel que Samuel Beckett, tendaient à asseoir au sein d’Aosdána une « masse critique » d’artistes établis, qui seraient à même de prendre cette initiative en main lors de la première assemblée générale en 1983, ainsi que de mieux résister aux éventuels aléas de la politique. Il ne faut pas oublier qu’Aosdána demeure un scheme (ou « plan ») administré par l’Arts Council, et subventionné par l’État, et qui pourrait donc théoriquement (tout comme la dispense d’impôts sur les revenus provenant de la création) être modifié, ou même aller jusqu’à disparaître, en cas de changement de politique majeur.

  • 6 Ibid. Cette condition a été abolie en 2004.

17Si le fonctionnement et l’existence même d’Aosdána n’ont effectivement jamais fait l’unanimité – ce qui ne saurait surprendre – le monde de l’art irlandais est désormais en pleine effervescence, porté par la croissance économique fulgurante du pays. Le nombre d’artistes est également en augmentation constante, et de plus en plus nombreux sont ceux et celles qui, tout naturellement, se considèrent comme éligibles à Aosdána. Selon le règlement, tout artiste candidat doit être âgé d’au moins trente ans6, mais rares sont les artistes qui y ont été élus avant la quarantaine. Le nombre, fluctuant mais restreint, de places qui seront octroyées lors de l’élection annuelle, consultation dont les résultats sont hautement imprévisibles, a conduit à la déception nombre de candidats, ainsi qu’à des accusations d’« élitisme ». Les définitions des formes d’art correspondant aux trois disciplines ont également fait l’objet de contestations.

La définition de la littérature

  • 7 « A book or other writing […] of cultural value », Finance Act, 1969, section 2.

18Il existe en effet des différences significatives entre les définitions de l’œuvre littéraire éligible à l’exemption d’impôts et celle qui est reconnue par Aosdána. Alors que l’exemption d’impôt était attribuable à « un livre ou autre écrit […] de valeur culturelle »7, Aosdána ne prend en compte que la poésie, le roman, la nouvelle ou le théâtre. En 1989, le comité directeur d’Aosdána, les Toscairí (ou délégués, élus pour deux ans par l’ensemble de l’affiliation afin d’assurer la gestion de ses affaires), élaborèrent une définition plus précise de la littérature visant à écarter les auteurs de livres « non artistiques » :

  • 8 Réunion des Toscairí du 4 septembre 1989 : « The definition of literature should comprise of the f (...)

La définition de la littérature doit être composée des [formes] suivantes : fiction, poésie ou théâtre, ou toutes autres œuvres de littérature qui ont, par leur intention et leurs effets primaires, le droit d’être considérées comme étant des œuvres d’art et non de critique, de philosophie, d’histoire ou d’érudition8.

  • 9 Entretien avec Anthony Cronin, le 23 avril 2001.

19Une telle tentative de définir quelle partie restreinte du champ de l’édition serait considérée comme de la littérature selon les critères d’Aosdána puisait sa justification dans les définitions pratiquées par l’Arts Council dans l’allocation de ses bourses à la création littéraire. N’y était pas cependant totalement étrangère la réticence des créateurs membres d’Aosdána à voir occupées des places susceptibles d’être disponibles pour la littérature au sein de l’affiliation par des personnes pratiquant une écriture plus alimentaire (tels les journalistes) ou plus scientifique (tels les universitaires). Devant l’une et l’autre de ces formes d’écriture, s’affirmait une volonté de ne reconnaître comme éligible à Aosdána que la seule écriture créative9.

  • 10 Ibid.

20Cette méfiance de la part de certains créateurs littéraires, aussi bien envers les journalistes que les universitaires, a été longtemps entretenue par les critiques ou l’indifférence des premiers, à l’encontre d’Aosdána ou des artistes en général, ainsi que par l’incapacité des universités irlandaises à accueillir les créateurs littéraires reconnus, fût-ce en tant qu’enseignants à part entière ou simplement en tant que writers in residence. Depuis la fin de la deuxième guerre, cette pratique était déjà courante dans les universités américaines, qui avaient accueilli, dans l’une ou l’autre capacité, plusieurs figures de la littérature irlandaise, du simple fait de leur statut d’écrivain10.

21Certains écrivains, membres du Syndicat des écrivains irlandais (Irish Writers Union), et qui pratiquaient d’autres formes d’écriture, réclamèrent une révision de cette définition de la littérature :

  • 11 Irish Writers Union, communiqué du 28 novembre 1992 : « Artistically written works of philosophy, (...)

Écrites de façon artistique, des œuvres de philosophie, d’histoire, de biographie, d’analyse culturelle, de critique littéraire, etc., peuvent en certains cas être aussi créatives que certains romans, nouvelles, pièces de théâtre ou poèmes. Nous appelons en particulier l’Arts Council à ouvrir les critères d’octroi de bourses pour les écrivains ainsi qu’Aosdána à élargir l’éligibilité afin d’inclure des écrivains dans ces catégories plus larges11.

  • 12 Une lettre du directeur de l’Arts Council, en date du 14 juin 1981, affirme que le Council n’a auc (...)

22On voit qu’Aosdána, dans le choix de ses membres pratiquant la littérature, avait en réalité appliqué dès ses débuts les critères de définition des disciplines repris de l’Arts Council, tels qu’ils s’appliquaient aux bourses individuelles12.

  • 13 On le retrouve en compagnie de Patrick Kavanagh et de Flann O’Brien sur les photographies prises à (...)

23En y regardant de plus près, on constate que la distinction ainsi faite entre des formes d’écriture, dont certaines seulement seraient considérées comme créatives, se retrouve à l’intérieur même de l’œuvre de quelques écrivains membres d’Aosdána. Le cas d’Anthony Cronin, poète, romancier, essayiste, biographe, journaliste et conseiller culturel du Premier ministre Charles Haughey, est emblématique de cette polyvalence, toutefois son appartenance à Aosdána est une reconnaissance de son œuvre créatrice. Figure incontournable de la vie littéraire irlandaise depuis les années cinquante13, acteur central dans la création d’Aosdána, et membre de son comité directeur, il est plus connu pour ses mémoires et ses biographies de Flann O’Brien et de Samuel Beckett que pour sa poésie, et encore davantage pour ses prises de position, notamment en faveur d’une subvention de la création artistique par l’État.

24Ici pointe une différenciation de facto, à laquelle nous avons déjà fait allusion, entre les disciplines éligibles à Aosdána, dans le rapport entre la création et les revenus susceptibles de provenir de la vente de l’œuvre. Aosdána est en effet composée d’artistes pratiquant des disciplines qui sont différentes, et des rivalités plus ou moins assumées se manifestent entre elles (exception faite de quelques rares cas de polyvalence, ou encore de collaboration entre membres, par exemple, entre un poète et un compositeur pour la création d’un opéra, ou entre un écrivain et un plasticien pour une édition spéciale d’un texte). Outre la question de trancher entre les diverses formes d’écriture qui reposent sur le texte édité, comme nous venons de le voir, on constate que les plasticiens sont également répartis entre des pratiques artistiques différentes : peinture, sculpture, installation, cinéma, vidéo, voire chorégraphie. En effet, cette dernière a été récemment admise comme discipline éligible à Aosdána, aux côtés de l’architecture. De manière générale, fût-ce avec un certain décalage, Aosdána suit, dans le choix de ses nouveaux membres, l’évolution des formes d’art dans les disciplines qu’elle reconnaît, une évolution due en partie à l’utilisation accrue des « nouvelles technologies » (que celles-ci soient informatiques, plastiques, sonores ou visuelles) et qui se manifeste dans une porosité croissante des frontières entre ces disciplines (par exemple entre le performance art et la chorégraphie).

  • 14 Communiqué de l’Arts Council suite à la deuxième assemblée générale d’Aosdána, le 31 janvier 1984.

25La sélection des membres fondateurs d’Aosdána, qui éliraient à leur tour les autres membres de l’affiliation, fut opérée, nous l’avons vu, par le biais d’un petit comité de deux artistes par discipline, à savoir en littérature, en arts plastiques et en musique. Parmi les 103 premiers artistes ainsi élus, les 9 compositeurs restaient très minoritaires, alors que les plasticiens, avec 47 élus, étaient à égalité avec les artistes littéraires14. Cependant la conception du fonctionnement et de la raison d’être d’Aosdána restait marquée par la prépondérance de l’artiste littéraire comme modèle de l’artiste tout court.

Le livre et le processus d’élection à Aosdána

26Le livre, support traditionnel de la littérature, tend à brouiller, nous l’avons vu, les frontières avec les arts plastiques, en devenant un support ainsi qu’une valorisation puissante de l’œuvre plastique. Lors des candidatures d’artistes à Aosdána, le support écrit, sous la forme de textes édités – l’édition étant une condition de base de toute reconnaissance d’une œuvre littéraire aussi bien par le fisc pour l’exemption d’impôt que par les pairs dans le processus électoral d’Aosdána –, a toujours été un avantage pour les écrivains dans l’évaluation collective de leur œuvre par les membres existants d’Aosdána, en vue du scrutin électoral annuel, par lequel s’opère la sélection des nouveaux membres.

  • 15 Compte rendu de l’assemblée générale d’Aosdána du 17 septembre 1992.
  • 16 Une proposition acceptée par Aosdána en 1993. À l’époque le ministre de la Culture Michael D. Higg (...)

27Ce scrutin est à deux tours, se déroulant en premier lieu par le biais d’un courrier émanant de l’Arts Council, proposant des candidats, chacun parrainé par deux membres d’Aosdána, et adressé aux pairs de la discipline (littérature, arts plastiques, ou musique) à laquelle le candidat est présenté. Dans l’état actuel du système électoral – système qui a été dès les débuts de l’affiliation au cœur de vifs débats et de critiques récurrentes qui le font évoluer constamment dans les détails de son fonctionnement – une simple majorité de votes positifs dans ce premier tour, dit scrutin disciplinaire (discipline vote), lequel se déroule donc par courrier, suffit pour faire avancer la candidature à la prochaine assemblée générale d’Aosdána. C’est à cette occasion, normalement annuelle, que voteront tous les membres présents, les votes par correspondance n’étant autorisés que très exceptionnellement pour ce deuxième tour. Ainsi, le nombre de membres présents à l’assemblée générale (qui se tient à Dublin), le nombre d’artistes en lice, le prestige et la passion des deux parrains qui présentent chaque candidat, ainsi que le nombre, toujours limité, de places disponibles, constituent autant d’aléas dans la progression d’une candidature à Aosdána, fût-elle celle d’un artiste des plus reconnus. Plus difficile encore est la situation des candidats quand le numerus clausus est atteint, comme ce fut le cas dès 199215. L’année suivante le nombre maximum de membres devait être augmenté, passant de 150 à 20016, mais il est actuellement en passe d’être atteint une deuxième fois. C’est dans ce contexte de surnombre d’artistes potentiellement éligibles à Aosdána que le prestige et la valorisation du texte édité propres au livre reviennent sur le devant de la scène de l’art en Irlande.

28Un livre écrit sur l’œuvre d’un plasticien, une étude approfondie d’une œuvre plastique ou musicale par un critique, l’inclusion d’une ou de plusieurs œuvres dans une étude qui fait date, sont autant d’outils de reconnaissance puissants. Pour preuve de l’importance, dans le processus de reconnaissance d’une œuvre, du support édité, un lien évident avec Aosdána est l’utilisation stratégique, par certains plasticiens, du livre (sous la forme d’un catalogue d’exposition de facture aussi luxueuse que possible) comme argument valorisant une candidature à l’affiliation, lors des élections. En effet, ce support de l’œuvre qu’est le texte édité demeure vraisemblablement le plus facilement accessible, que ce soit par l’acquisition ou par l’emprunt, à ceux parmi les membres d’Aosdána qui s’intéressent suffisamment à une candidature pour aller au-delà d’une connaissance plus ou moins distanciée de l’œuvre de l’artiste concerné.

29Cependant, l’avantage de disponibilité à toutes les étapes du scrutin que détenait le texte littéraire édité (fiction, poésie ou théâtre) est dorénavant concurrencé par les catalogues d’exposition des plasticiens, qui sont devenus de plus en plus luxueux. La qualité professionnelle de ces supports imprimés (article de présentation, essai sur l’œuvre, biographie détaillée de l’artiste, mise en page et iconographie soignées) est rehaussée dans certains cas par la valorisation ajoutée du fait qu’ils aient été édités grâce à une subvention du musée ou de l’événement culturel au sein duquel la ou les expositions de l’œuvre ont eu lieu. Certains candidats plasticiens ont ainsi fait parvenir des exemplaires de leurs catalogues aux membres de l’affiliation avant les élections, une initiative qui ne saurait être que difficilement différenciée d’un démarchage de leur électorat potentiel. Certains membres d’Aosdána se sont indignés devant de telles procédures. Cependant, c’est surtout la qualité et la richesse iconographique du catalogue bien fait, et donc la valorisation puissante donnée à l’œuvre qu’il illustre et défend, qui sont critiquées comme étant un avantage injuste dans un processus électoral de plus en plus concurrentiel. Les résultats du scrutin disciplinaire ne sont communiqués à tous les membres que quelques semaines avant l’assemblée générale, ce qui réduit le temps disponible pour une prise de connaissance de l’œuvre, et la rend plus difficile dans les cas des plasticiens ou des compositeurs, dont l’œuvre peut être moins disponible pour une évaluation que celle des artistes littéraires dont le support principal est le livre. Celui-ci, en revanche, pourrait exiger davantage de temps.

La fortune du livre dans le processus d’élection

30Une variante dans le processus d’élection d’Aosdána fut expérimentée au cours de trois années consécutives, de 1998 à 2000. Il s’agissait d’une « pré-assemblée », tenue la veille de l’assemblée générale, à laquelle les membres étaient conviés pour une présentation de l’œuvre de ceux qui étaient candidats à l’élection du lendemain. Cette réunion était réservée à « l’information et au plaidoyer uniquement », le scrutin ayant lieu à l’assemblée générale. Cette expérience de pré-assemblée s’avéra utile en précisant certains des problèmes au cœur du processus électoral, lequel, nous l’avons vu, a été non seulement un sujet récurrent de débats à l’intérieur d’Aosdána, mais également la cible de nombreuses critiques provenant de l’extérieur. Le rapport de la première pré-assemblée établit que :

  • 17 Compte rendu de l’assemblée générale d’Aosdána du 26 novembre 1998 (rapport de la pré-assemblée de (...)

Il y eut 18 présentations, chacune prévoyant jusqu’à 10 minutes pour que les parrains (ou les suppléants) puissent présenter et commenter l’œuvre. Les œuvres furent présentées sur diapositives, par enregistrement sonore ou par lecture, et des exemplaires de textes ou de catalogues furent mis à disposition17.

31Cela représente un nombre considérable d’œuvres avec lesquelles se familiariser en l’espace d’environ trois heures. Aussi fut-il rapporté que les problèmes d’ordre technique, associés à la projection de diapositives ou de reproduction sonore, avaient suscité des inquiétudes. On note cependant que le livre, sous la forme d’« exemplaires de textes et de catalogues », fut également utilisé. Étaient constatés aussi d’autres problèmes liés aux moyens de présentations utilisés à la pré-assemblée :

  • 18 Compte rendu de l’assemblée générale d’Aosdána du 26 novembre 1998 (rapport de la pré-assemblée de (...)

[…] la difficulté de fournir des présentations compatibles, sensibles et équitables d’œuvres dont les supports sont différents (visuel, sonore, mots) ; la question de la nécessité de présenter une traduction [en anglais] de l’œuvre en gaélique ; les défis soulevés par la présentation de la fiction18.

  • 19 « A ballot based on the written nominations, c.v. of nominees and short statements by nominators b (...)

32Ces deux dernières catégories d’œuvres ont pour support principal le livre. Il est difficile d’estimer le nombre exact de ceux parmi les membres d’Aosdána capables de lire et d’apprécier la littérature écrite en gaélique, mais on pourrait dire que cette littérature se trouve (parmi les membres d’Aosdána) dans une position analogue à celle de la musique sous forme de partition, c’est-à-dire qu’elle ne serait entièrement compréhensible que par ceux qui la produisent. Plus décisive dans l’immédiat dans l’évaluation de l’expérimentation de la pré-assemblée fut la difficulté dans la présentation des œuvres de fiction, surtout les romans, même quand la langue dans laquelle elles étaient écrites ne présentait aucune barrière en elle-même. Les avantages dont jouissaient les œuvres d’art plastique ou de musique dans la procédure de pré-assemblée s’avérèrent tels que, à l’assemblée générale de 2000, il fut affirmé qu’au cours des trois élections précédentes, un seul romancier avait été élu à Aosdána. Ceci était perçu comme étant une injustice qui ne pouvait continuer, malgré l’attitude par ailleurs positive des membres d’Aosdána envers l’occasion, fournie par la pré-assemblée, de discuter de l’œuvre des candidats de façon plus détaillée qu’il n’était possible de le faire lors d’une assemblée générale sur une seule journée. En 2001, le processus d’élection est donc revenu au système en vigueur avant l’expérimentation de la pré-assemblée : celui d’un « scrutin basé sur les propositions écrites, les CV des candidats et de brèves déclarations des parrains avant le scrutin »19 le jour de l’assemblée générale.

Le livre et le compositeur

  • 20 Entretien avec le compositeur Raymond Deane, le 11 juillet 2003.

33Les musiciens membres d’Aosdána, par contre, continuent à créer leurs œuvres sur des supports écrits, sous la forme de partitions. En l’absence d’une définition de la musique, cette exigence d’une musique « écrite » a été une ligne de démarcation claire entre les compositeurs, musiciens éligibles à Aosdána, et les autres. Cependant il n’y aurait actuellement aucune maison d’édition irlandaise qui entreprendrait la publication des œuvres des compositeurs irlandais, ni de maison de disque diffusant des enregistrements de musique irlandaise contemporaine20. Face à ce manque de visibilité de leur œuvre, certains compositeurs produisent (à l’aide de l’informatique) des partitions imprimées, lesquelles, si elles peuvent être de qualité professionnelle, ne font l’objet d’aucune distribution comparable à celle accordée aux œuvres littéraires. Les partitions des compositeurs ne sont donc que peu ou pas disponibles, et de surcroît ne sont que peu lisibles pour les profanes (y compris donc pour les membres non musiciens d’Aosdána). L’alternative serait l’écoute d’un ou de plusieurs exemples de l’œuvre du compositeur lors de la proposition de sa candidature à l’assemblée générale. Cela suppose qu’une partie de l’œuvre ait été enregistrée, ce qui, encore une fois, n’est pas forcément le cas, quand bien même l’œuvre aurait été interprétée en public ou transmise en direct à la radio.

34Ce serait donc à l’occasion des candidatures d’artistes littéraires que la relation serait la plus rapprochée entre l’œuvre et un support disponible aux membres d’Aosdána lors des deux tours du scrutin électoral. S’y ajoutent l’accessibilité et la lisibilité relatives de ce support, par rapport à l’œuvre d’un plasticien ou d’un compositeur, qui requièrent l’une et l’autre un savoir au-delà de celui de la lecture. Les plasticiens, cependant, semblent tirer de plus en plus parti du pouvoir interprétatif et valorisant du texte édité qu’est le livre.

35Au sein d’un monde de l’art irlandais dans lequel les candidats à la reconnaissance sont de plus en plus nombreux, dans un contexte où la politique de soutien à la création est dorénavant plus directement soumise au pouvoir d’un ministère, l’élection à Aosdána est un élément qui peut s’avérer essentiel pour un artiste, surtout si son œuvre, telle la poésie, n’a que peu de valeur marchande. Dans le combat pour la reconnaissance des pairs dans les arts plastiques, le livre demeure un atout considérable.

Notes

1 Ces disciplines sont définies de la manière suivante : la littérature veut dire poésie, fiction, théâtre ; les arts plastiques (visual arts) peinture, sculpture, gravure, film ou vidéo. La musique, par contre, n’est pas définie. Aosdána Handbook, Dublin, The Arts Council, 1993, p. 3.

2 Aosdána Handbook, Dublin, The Arts Council, 1993, p. 19.

3 En 2005, la cnuas est de 12 780 euros par an. Elle n’est pas sujette à l’impôt sur le revenu.

4 Aosdána Handbook, p. 3 : « […] to encourage and assist its members in devoting their energies fully to their art ».

5 Ibid. : « […] produced a body of original and creative works of distinction ».

6 Ibid. Cette condition a été abolie en 2004.

7 « A book or other writing […] of cultural value », Finance Act, 1969, section 2.

8 Réunion des Toscairí du 4 septembre 1989 : « The definition of literature should comprise of the following : fiction, poetry, drama or other such works of literature as are in their primary intention and effect entitled to be regarded as works of art other than of criticism, philosophy, history or scholarship. »

9 Entretien avec Anthony Cronin, le 23 avril 2001.

10 Ibid.

11 Irish Writers Union, communiqué du 28 novembre 1992 : « Artistically written works of philosophy, history, biography, cultural analysis, literary criticism, etc., can in some instances be as creative as certain novels, short stories, plays or poems. We particularly call upon the Arts Council to open out the criteria for bursaries for writers and upon Aosdána to widen its membership to include writers in these wider categories. »

12 Une lettre du directeur de l’Arts Council, en date du 14 juin 1981, affirme que le Council n’a aucune fonction statutaire en ce qui concerne une œuvre de biographie historique, ce qui rend cette dernière inéligible à Aosdána, en dépit de sa reconnaissance par le fisc sous les termes de l’exemption d’impôts de 1969. Dossiers Aosdána, The Arts Council, Dublin.

13 On le retrouve en compagnie de Patrick Kavanagh et de Flann O’Brien sur les photographies prises à l’occasion de la célébration du premier Bloomsday en 1954.

14 Communiqué de l’Arts Council suite à la deuxième assemblée générale d’Aosdána, le 31 janvier 1984.

15 Compte rendu de l’assemblée générale d’Aosdána du 17 septembre 1992.

16 Une proposition acceptée par Aosdána en 1993. À l’époque le ministre de la Culture Michael D. Higgins leur demandait d’accroître le très petit nombre d’artistes femmes parmi leurs rangs (compte rendu de l’assemblée générale du 1er octobre 1993).

17 Compte rendu de l’assemblée générale d’Aosdána du 26 novembre 1998 (rapport de la pré-assemblée de la veille) : « There were 18 presentations, each allowing up to 10 minutes for nominators (or proxies) to present and comment on the work. Work was presented on slides, sound recording and reading, and copies of texts and catalogues were available. »

18 Compte rendu de l’assemblée générale d’Aosdána du 26 novembre 1998 (rapport de la pré-assemblée de la veille) : « […] the difficulty of providing consistent, sensitive and fair presentations of work in different media (visual, sound, word) ; the issue of work in Irish having to be presented in translation ; challenges in presenting fiction writing ».

19 « A ballot based on the written nominations, c.v. of nominees and short statements by nominators before the ballot », note de Dermot McLaughlin, « assistant registrar » d’Aosdána, datée du 12 novembre 2001, sur les dispositions prises en vue de l’assemblée générale du 10 décembre 2001.

20 Entretien avec le compositeur Raymond Deane, le 11 juillet 2003.

Auteur

Michael Black a enseigné l’anglais à l’université Paris IX-Dauphine et à l’université de Caen. Traducteur, il prépare une thèse sur Aosdána. Sa recherche porte sur les arts en Irlande. Il a publié « Les Arts en Irlande à l’épreuve de l’étranger », dans Sources, n°15, automne2003.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540