Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

L’édition

La diaspora de l’Irish University Press

Siobhán Holland

Texte intégral

1Un grand nombre de ceux qui possédaient et dirigeaient de petites maisons d’édition en Irlande après 1970 avaient passé une partie de leur carrière à travailler pour l’Irish University Press (IUP). Elle fut fondée en 1967 à Dublin et alimenta une imprimerie qui avait été créée sur le domaine industriel détaxé de Shannon. Dans l’usine du comté de Clare, des livres étaient produits en offset à une échelle à laquelle on ne s’était jamais risqué en Irlande. La presse qui, selon Gifford Lewis, ressemblait à une « moissonneuse-batteuse », était essentiellement employée pour l’impression d’un tirage énorme de documents parlementaires britanniques, bien plus de 1 000 volumes. Les papiers officiels de l’État britannique, connus sous le nom de « Livres bleus », étaient reliés en vert avec un trèfle au dos et vendus à des acheteurs internationaux, surtout à des bibliothèques et sur le marché américain. Le succès de la presse fut de courte durée. Le marché des riches bibliothèques était limité, même autour de 1970, et les commanditaires de l’entreprise firent faillite lors d’un effondrement de l’immobilier à Londres. L’Irish University Press cessa de faire du commerce en 1974, sept ans plus tard.

  • 1 Michael Adams, « The World of Irish University Press », in Clare Hutton (éd.), The Irish Book in t (...)

2Mon propos ici n’est pas de reprendre son histoire brève et mouvementée (Michael Adams a écrit un vivant compte rendu de l’IUP publié dans The Irish Book in the Twentieth Century de Clare Hutton1). Au lieu de cela, je veux suggérer comment certaines des petites presses, liées à la renaissance culturelle irlandaise à la fin du xxe siècle, furent façonnées par leur implication dans l’expérience de l’IUP. Ce ne fut pas par le truchement d’une formation en règle que l’IUP eut un impact : quelques-uns de ses premiers employés avancent que la presse leur enseigna « ce qu’il ne faut pas faire ». Jeremy Addis, qui allait lancer le magazine Books Ireland, dit qu’il apprit

[que] l’on peut tromper les autres, mais prenez garde de ne pas vous tromper vous-même. Ne dépensez pas plus que ce que vous pouvez perdre. Réglez vos factures au fur et à mesure.

3Il ajoute

  • 2 Jeremy Addis, courriel, janvier-avril 2005. Toutes les références aux commentaires d’Addis sont em (...)

[que] la prétention et l’extravagance de la [compagnie] m’ont incité à l’honnêteté et à la modestie2 !

  • 3 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-Martin, « La production de la croyance : contribution à une écon (...)

4Pourtant l’IUP eut une influence positive. Des membres du personnel furent capables de créer de nouvelles entreprises en utilisant le matériel qu’elle laissait derrière elle (l’Irish Academic Press récupéra les plaques offset sur lesquelles étaient composés les documents du Parlement, par exemple). La majorité de ceux qui constituèrent la diaspora de l’IUP emportèrent avec eux des ressources moins palpables, mais peut-être plus précieuses, des ressources personnelles – le « capital culturel »3, selon les termes de Pierre Bourdieu, que la presse avait généré ou développé chez eux.

Le capital culturel et la petite presse

  • 4 Voir Gifford Lewis, The Yeats Sisters and The Cuala, Dublin, Irish Academic Press, 1994.

5La consécration suprême pour une maison d’édition irlandaise, comme la Dolmen Press dans les années cinquante, est, semble-t-il, d’avoir été créée sur la table de cuisine du directeur-propriétaire. La mythologie de la petite presse irlandaise au xxe siècle vient de succès impressionnants comme celui des sœurs Yeats et de leur Cuala Press instaurée en 1902, partie constituante des Dun Emer Industries4 ; ou, plus tard, celui de Peter Fallon à la Gallery Press et de Dermot Bolger à la Raven Arts – ces tout jeunes éditeurs des années soixante et soixante-dix qui devinrent les directeurs-propriétaires de leurs maisons d’édition respectives quand ils n’avaient chacun que dix-huit ans.

  • 5 Donald Francis McKenzie, « Typography and Meaning : The Case of William Congreve », in Giles Barbe (...)

6Quel que soit le critère d’appréciation, la persistance de petites maisons d’édition en Irlande est remarquable. Les lecteurs et les écrivains gravitent souvent autour des produits du marché londonien, des agents de Londres et de maisons d’édition mondialisées. Dans cette situation difficile, les petits éditeurs irlandais risquent d’être davantage marginalisés lorsque, comme Seamus Cashman à la Wolfhound ou Anthony Farrell à la Lilliput Press, ils publient des textes populistes dans le seul but de subventionner des auteurs aux ambitions culturelles d’avant-garde. Les petits éditeurs en Irlande ont souvent poursuivi des projets littéraires délibérés et, ce faisant, ils ont aidé à soutenir ce que D.F. McKenzie appelle « le concept du livre comme forme organique, message tangible qui incorpore tous ses éléments »5.

  • 6 Randal Johnson donne une explication utile des rapports entre ces différentes formes de capital. V (...)

7C’est une erreur cependant de se focaliser sur la petite taille de certaines de ces entreprises et sur les réalisations impressionnantes de leurs propriétaires, sans reconnaître leurs relations complexes, non seulement avec l’économie et les luttes de pouvoir du courant principal de la culture éditoriale, mais aussi avec ses habitudes culturelles, ces pratiques qui sont culturelles mais paraissent le fruit de l’intuition à un moment donné. Bourdieu avance que l’édition constitue un champ culturel complexe et que ses acteurs prospèrent selon leurs capacités à tirer parti de leurs forces économiques, sociales et personnelles. Il exprime ces forces en termes de « capital » économique, symbolique et social parce que, suggère-t-il, afin de réussir dans cet environnement complexe, les praticiens doivent absolument acquérir cette compétence et ces formes de la connaissance qui rapportent argent et prestige6. Pour Bourdieu, ces processus d’acquisition sont inéluctablement liés aux facteurs environnementaux. Il estime qu’en général les éditeurs – comme les autres acteurs de la grande culture – ont assimilé, grâce à la classe sociale de leur famille, leur éducation et l’emploi qui en découle,

  • 7 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-Martin, « La production de la croyance… », p. 22.

[la] maîtrise pratique de [ces] repères, sorte de sens de l’orientation sociale, [qui] permet de se mouvoir dans un espace hiérarchisé où les déplacements enferment toujours la menace d’un déclassement […]. C’est cette maîtrise pratique qui permet de sentir et de pressentir, en dehors de tout calcul cynique, « ce qui est à faire », et où le faire, et comment et avec qui, étant donné tout ce qui a été fait, tout ce qui se fait, tous ceux qui le font et où ils le font7.

  • 8 Bourdieu suggère que les agents sont affectés par les « dispositions durables et transposables, st (...)

8Bourdieu ne présente pas le monde de l’édition comme exceptionnellement machiavélique ; il souligne que la richesse de la connaissance culturelle chez un éditeur n’est pas cyniquement acquise. Néanmoins, il refuse d’idéaliser l’intuition des éditeurs : il utilise des termes sensoriels pour définir la connaissance culturelle afin de bien marquer que la compétence, la connaissance, la confiance et les capacités à prendre des risques qui deviennent la « seconde nature » d’un éditeur à succès se forment grâce aux occasions sociales rendues possibles par l’accès privilégié à la culture via la classe (ou plus exactement l’habitus8) et différentes formes d’éducation. Je veux suggérer que l’IUP généra, ou augmenta ce mode d’accès privilégié à la culture pour ses employés.

9Quand Michael O’Brien rappela aux lecteurs de Books Ireland en 1980 la fermeture de l’IUP, il remarqua que son personnel prouva la vérité de l’adage

  • 9 Michael O’Brien, « The British Market : an Irish Irony », Books Ireland, n° 40, janvier-février 19 (...)

« éditeur une fois, éditeur toujours », car cette tragédie donna naissance à douze maisons d’édition. Elles comprennent la Wolfhound Press, l’Irish Microforms, l’Irish Academic Press, et ce magazine-ci9.

  • 10 Entrevue avec Gifford Lewis, 16 février 2005. Tous les commentaires à venir de Gifford Lewis sont (...)

10Comme le soutient Gifford Lewis, le capitaine Tadgh McGlinchey, éditeur de l’IUP, avait « le don de trouver des gens excellents pour travailler à son service »10. Mais Mc-Glinchey eut tendance à recruter du personnel motivé dans de plus petites entreprises irlandaises, attiré par la grandeur des ambitions de l’IUP et dont la bonne foi était garantie par un capital culturel préexistant. Lorsque l’effondrement de l’IUP rendit disponible, pour le champ plus vaste des éditions irlandaises, ce groupe de professionnels hautement qualifiés, dotés de tout un réseau de relations, la firme avait augmenté d’une manière significative le capital culturel, symbolique et économique que, à des degrés différents, ses anciens employés appliquèrent à leurs projets futurs et réinvestirent dans quelques-unes des plus petites entreprises éditoriales en Irlande.

Books Ireland

11L’influence complexe de l’IUP sur l’édition irlandaise se manifeste dans le rôle qu’elle joua pour faciliter le développement de Books Ireland, magazine qui, depuis plus de trente ans maintenant, favorise la diffusion des informations et des idées sur la publication de livres présentant un intérêt en Irlande. Avant que Jeremy Addis ne rejoignît l’IUP comme directeur de production en 1968, il avait travaillé pendant huit ans en tant que directeur général des publications dans l’ancienne compagnie de Browne & Nolan, à Dublin. Son entrée dans le monde de l’édition avait été aidée par son immersion antérieure dans la culture du livre. Addis explique que dans ses références figurait le fait qu’il soit « fils de deux romanciers et lui-même, maître-imprimeur (largement autodidacte) s’intéressant vivement à l’édition ». Sa candidature elle-même fut, il l’admet franchement, aidée par un capital culturel se présentant sous un grand nombre d’autres formes :

Sans autre qualification que ma compétence d’imprimeur, sans diplôme […], avec pour seule recommandation ma récente conversion religieuse (Browne & Nolan étaient connus comme éditeurs catholiques et environ la moitié de leurs livres étaient des titres religieux), je postulai pour ce travail et pris l’avion de Bristol à Dublin pour l’entrevue. Qu’on m’offrit l’emploi m’étonne encore. Ce fut surtout une question de « classe » [sociale], car le directeur général (arrière-petit-fils du fondateur de la firme, je crois) Allen Nolan avait été éduqué à Downside, l’école anglaise des Bénédictins, et se sentait à l’aise avec quelqu’un issu d’une public-school, possédant comme il se doit l’accent et la façon de voir de la haute société.

12La nomination ultérieure d’Addis à l’IUP étaya la légitimité de sa position dans l’édition irlandaise mais permit aussi de renforcer sa confiance en lui. Il souffrait du manque de bagage universitaire mais il fut tranquillisé à l’IUP où son expérience lui donna

l’idée que (tout en ayant jeté par-dessus bord ma chance à l’université) je n’étais pas moins intelligent ou moins cultivé que beaucoup de diplômés, et je pouvais apprécier le travail dans différentes disciplines.

13L’IUP réorienta de fait la compétence de Jeremy Addis et l’incita à choisir un poste éditorial. Alors qu’il avait été engagé comme directeur de production, les procédés hautement technologiques de la production à l’IUP signifiaient que « le directeur du département de l’impression, Bob Hogg, était de facto en charge de la production ». Le rôle d’Addis

visait à établir un lien entre lui et les éditeurs et à partir de 1971 ou 1972, je découvris que j’étais capable d’écrire des articles efficaces et passai de plus en plus de temps au travail publicitaire – catalogues, prospectus, etc. À compter de cette date environ, ma fonction officielle fut « chef de projets et de publicité ».

14Sa compétence attira ses futurs employeurs dans le Conseil national de la Jeunesse et parmi les concepteurs de projets des Ateliers de Kilkenny, où son travail comprenait plus de journalisme et de publicité que d’impression. Naturellement, c’est la compétence d’Addis en rédaction publicitaire qui a soutenu Books Ireland.

  • 11 Voir Tony Farmar, A Short History of CLÉ, 1970-1995, Dublin, Cumann Leabharfhoilsitheoiri Éireann, (...)

15L’IUP a également permis la création de Books Ireland par des voies beaucoup plus pratiques. Son influence essentielle sur la genèse de la revue s’exerça en termes de capital économique, via une route détournée. Le corps qui a le plus contribué à aider les éditeurs irlandais depuis les années soixante-dix est Cumann Leabharfhoilsitheoiri Éireann (CLÉ), l’Association des éditeurs du livre irlandais11. CLÉ est un corps indépendant, fondé grâce à des souscriptions éditoriales et, quand il fut créé en 1970, l’IUP, alors la plus grande presse en Irlande, en fut un souscripteur essentiel. Ses contributions favorisèrent alors une initiative, Books from Ireland, qui rassemblait des informations sur les livres irlandais publiés par des éditeurs différents. La chute de l’IUP présageait l’arrêt de la publication, mais laissait derrière elle un grand nombre de lecteurs, et Jeremy Addis lança Books Ireland pour combler le manque laissé sur le marché. Pendant un certain nombre d’années, il dirigea la revue, en exerçant d’autres emplois. D’autres facteurs, l’effondrement des Ateliers de Kilkenny et la possibilité de publication assistée par ordinateur, rendirent finalement la revue viable en tant qu’entreprise à plein temps, pourvu qu’Addis ne se reposât pas entièrement sur elle seule pour subvenir à ses besoins.

Gifford et Craven

16La direction d’Addis fut influencée par l’IUP, mais son implication dans la firme permit aussi les changements de carrière à venir de certains de ses collègues. Il portait un intérêt particulier à la conception et à la typographie, et ce sens visuel contribua à la création de la petite presse Gifford and Craven au début des années soixante-dix. Addis avait embauché Gifford Lewis comme concepteur graphiste. Elle avait précédemment travaillé chez Nicholson and Bass à Belfast, et avait décidé de partir après le déclenchement de la violence dans le Nord en 1969. Son nouveau rôle consistait à rendre plus attrayant à l’œil l’IUP. Diplômée des Beaux-Arts de Cardiff et de Newport, elle avait un sens moderne et astucieux du design, cependant son capital culturel, du point de vue de l’IUP, résidait dans le lettrage artisanal et la compétence typographique qu’elle avait acquis à un haut niveau dans les écoles d’art britanniques. Lewis note qu’un grand nombre de ceux qui participèrent à la production des livres de l’IUP étaient

des universitaires de différentes formations, intéressés par les manuscrits et les livres […] et je compris pourquoi ils attachaient de l’importance aux caractères.

17Le capitaine McGlinchey en particulier était un bibliophile convaincu, très sensible aux caractères anciens.

18Pour un typographe d’alors, l’IUP offrait un environnement relativement sympathique. Pourtant, Gifford Lewis trouva que, malgré son équipement moderne, elle était attachée au mode de publication du passé, et, en tant que concepteur graphiste, que « les hommes […] ne comprenaient pas réellement ce qu’était un bon design ». En 1971, ils furent

suffisamment avisés pour publier tous les titres de la Cuala [Press (dirigée par les sœurs Yeats)]. C’était une question de typographie – ils pouvaient comprendre cela. Mais ils n’étaient pas réellement avertis de ce qui allait se passer dans l’histoire de l’art et de l’architecture, [ainsi que] dans le mouvement des arts et de l’artisanat en Irlande. Et ce fut une explosion.

19Les directeurs de l’IUP avaient modernisé les procédés industriels de l’édition en Irlande, mais pas les attitudes, et, tout en négligeant les développements du graphisme, ils ne réussissaient pas non plus à dépasser le postulat désuet de la discrimination entre hommes et femmes. Il y eut d’honorables exceptions à la règle patriarcale chez Jeremy Addis et Michael Adams, mais Lewis explique :

Je ne crois pas qu’ils étaient habitués à cette époque à voir des femmes à […] des postes de cadres. […]. À Belfast, ils avaient l’habitude de concepteurs femmes […]. Aussi quand j’arrivai [à Dublin], je trouvai l’IUP vraiment plutôt préhistorique, car les hommes […] s’attendaient à ce que toutes les femmes dans le bâtiment fassent le café, ce que je trouvai fort étonnant […]. Marilyn Norstedt qui était éditrice principale [et] américaine […] était féministe, une féministe ardente, – [même] elle, était mise à contribution pour faire le café.

20L’un des effets involontaires de cette culture patriarcale fut d’encourager les femmes à travailler de concert en dehors des projets de la firme. Gifford Lewis se lia d’amitié avec Clare Craven, éditrice à l’IUP ; elles s’investirent ensemble dans la publication d’images de grande qualité. Les femmes « savaient qu’il fallait changer [et] ne pas se conduire comme on l’aurait souhaité dans une maison d’édition » ; aussi commencèrent-elles à publier indépendamment : « [Nous commençâmes avec] des tas et des tas d’imprimés éphémères […] puis ce fut un volume in-folio de photos de Tom Kennedy. »

21Le manque d’écoute avait incité les femmes à travailler en dehors de l’IUP, mais elles avaient été mises en position de publier par le capital éducatif acquis à la presse. Clare Craven rappelle que sa compétence pratique comme éditeur avait été obtenue à l’IUP. Elle était diplômée en entrant dans l’entreprise :

  • 12 Clare Gibbon, née Craven, courriel, mars 2005.

Je fus initialement placée au département des ventes, où j’appris tout sur la facturation. Puis [je passai] dans celui de la relecture des épreuves où l’on m’enseigna la technique de la vérification par comparaison et tous les signes qui l’accompagnent. Finalement je m’intégrai dans l’équipe éditoriale, accomplissant un travail d’édition substantiel ainsi que la rédaction de la quatrième de couverture et de la publicité. Quand je partis en 1973, j’étais éditeur-adjoint12.

22Pendant son séjour à l’IUP, Craven

[avait] appris tous les aspects techniques importants du travail éditorial – les signes des lecteurs d’épreuves, le style maison, tout le traitement du texte avant publication –, quelles relations établir avec les auteurs et la rédaction de documents publicitaires.

23Elle avait aussi bénéficié d’un « stage novateur lors d’un week-end avec d’autres maisons d’édition dublinoises », organisé par CLÉ qui « enseignait comment développer l’idée d’une publication et envisager le marketing ».

  • 13 Pour des détails sur la machine lancée en 1967 voir : http://www.ibmcomposer.org/MagTapeComposer/ (...)

24Gifford and Craven acquit aussi à l’IUP différentes formes de capital économique. Jeremy Addis avait apporté de Londres, dix ans plus tôt, une presse à pédale et différents caractères qu’elle pouvait utiliser. Il la donna à Gifford Lewis et à Clare Craven aux environs de 1970, « d’abord comme une sorte de jouet », d’après les souvenirs de Lewis. Les femmes étaient aussi aidées par la secrétaire du capitaine McGlinchey, Ellen Sides, qui fit fonction de compositeur typographe pour une grande partie de leurs imprimés éphémères. Elle les composa sur ce qui était le dernier cri de la technologie, une Sélectric d’IBM, une composeuse de bureau dotée d’un système complexe de mémoire à bande magnétique13.

25Le principal imprimeur de l’IUP aussi était favorable à la presse tant qu’il s’agissait d’un divertissement pour Lewis et Craven, parallèlement à leur travail à plein temps. Lewis se rappelle

[que] le capitaine McGlinchey fut très généreux, [et] nous laissa monter dans la librairie du musée une exposition de Mrs. Leask […] qui avait photographié les premières sculptures tombales irlandaises […]. Aussi quand ce livre parut, il y eut un petit vernissage et on découvrit l’exposition.

26Les premières publications de Gifford and Craven furent dévalorisées par la culture patriarcale de l’IUP – « les hommes se contentèrent de penser : comme c’est bien que les filles sortent ces ravissantes petites choses ». Pourtant elles furent aidées aussi, non seulement par les ressources pratiques que l’IUP avait mises à leur disposition, mais aussi par les relations professionnelles et personnelles, moins formelles (et puissantes parce que moins formelles), grâce auxquelles tant de travail dans l’industrie de la publication put être réalisé vers la fin du xxe siècle en Irlande. Basées dans les bureaux de l’IUP à Merrion Square, ces femmes étaient littéralement sur un territoire familier quand elles entreprirent de travailler, d’une manière indépendante,

[avec] Dessie Smyth, l’une des découvertes de McGlinchey, [chez] les relieurs du musée […]. Il suffisait, en venant de Merrion Square, de passer le coin de la rue pour nous rendre chez les relieurs de Kildare Street. Aussi nos publications, les toutes premières que nous sortîmes, furent-elles vraiment réalisées à l’intérieur de l’IUP.

  • 14 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 89.

27Quand les femmes se séparèrent de la presse, la rupture et la survie de Gifford and Craven furent rendues possibles grâce au capital culturel varié qu’elles possédaient dans une certaine mesure avant leur arrivée à l’IUP et qu’elles avaient accru lorsqu’elles y étaient. Ces femmes étaient après tout, selon les termes de Bourdieu, les « détenteurs d’un fort capital scolaire qui, ayant hérité d’un fort capital culturel, ont à la fois […] l’assurance que donne l’appartenance légitime [à l’élite des éditeurs et] l’aisance qu’assure la familiarité » avec ses codes et ses manières d’opérer14. Gifford Lewis était venue en Irlande parce qu’elle connaissait Jeanne Sheehy qui avait enseigné l’histoire de l’art aux Beaux-Arts de Newport. Sheehy avait soutenu l’in-folio des photos de Tom Kennedy et avait aidé Lewis et Craven

à connaître un grand nombre de spécialistes de l’art et d’historiens comme Mrs. Leask qui étaient heureux d’avoir de petites publications bien faites.

28Comme Lewis et Craven devinrent plus confiantes en leur capacité de prendre des décisions éditoriales autonomes, elles suggérèrent aux directeurs de l’IUP d’envisager la publication du livre de Sheehy sur le peintre du xixe siècle Walter Osborne (1859-1903) qui, se rappelle Lewis,

  • 15 Une édition de Gifford et Craven fut vendue en 2004 chez Whytes à Dublin, pour 360 euros.

était réellement l’ouvrage qui allait faire date en histoire de l’art. On alla [trouver les directeurs de l’IUP] qui regardèrent le manuscrit et le refusèrent car personne n’avait entendu parler de Walter Osborne […] ; cela nous parut dommage de rejeter ce livre qui naturellement fit sensation plus tard15.

  • 16 Randal Johnson, « Editor’s Introduction », in Pierre Bourdieu, The Field of Cultural Production…, (...)

29Leur réponse à ce refus, qui consista à rompre avec l’IUP et à devenir sa première branche pleinement indépendante, fut possible grâce à un degré étonnant de ce que Bourdieu appelle le capital symbolique – défini par Randal Johnson comme « une certaine quantité de prestige, célébrité, consécration ou honneur accumulés »16 – acquis par leurs liens avec Sheehy. Lewis explique que lorsque l’IUP

rejeta Walter Osborne, nous pensâmes […] que nous allions demander à l’Arts Council s’il subventionnerait le livre, auquel cas nous le publierions. Et à l’époque, comme le père de Jeanne, Edward Sheehy, avait été rédacteur en chef de The Bell, tous ceux qui avaient un nom dans l’administration des arts du Dublin de l’époque avaient entendu parler de Jeanne et d’Edward, […] et voulaient tendre la main à Jeanne.

30Mervyn Wall (1908-1997), secrétaire (1957-1973) de l’Arts Council d’Irlande, An Chomhairle Ealaion, avait été proposé à ce poste par Seán O’Fáolain, premier rédacteur en chef de The Bell et président de l’Arts Council à l’époque de sa nomination. C’était un romancier qui plus tard publia à la Wolfhound Press de Seamus Cashman, une autre branche de l’IUP. Quand on l’approcha pour le projet Osborne, se rappelle Lewis,

il s’exclama, oh ! là là !, nous pouvons aider pour cela, oui naturellement nous vous donnerons une subvention. C’est ainsi qu’ils ont donné une subvention et nous sommes parties, nous nous sommes empressées de partir.

31Cette tentative réussie pour obtenir une subvention est le signe d’un clientélisme familier dans la culture de la République d’Irlande, mais elle indique aussi, selon les termes de Bourdieu, les bénéfices

  • 17 Pierre Bourdieu, La Distinction…, p. 100-101.

[de] l’immersion [des éditeurs] dans un espace où la culture légitime est aussi comme l’air que l’on respire […], un sens du choix légitime si assuré qu’il peut s’imposer par la seule manière de s’accomplir17.

32Lewis suggère que avec

toutes les idées que nous avions, si seulement l’IUP en avait adopté […] elle aurait pu rester dans le coup. Mais elle ne le fit pas et c’est pourquoi nous sommes parties et avons travaillé seules. Je ne veux pas faire là une remarque désagréable ou blessante […] ; c’était seulement l’incapacité à voir ce qui allait arriver, à voir l’orientation future.

33Accuser l’IUP de n’avoir pas réussi à prendre les créneaux du marché, si justifié cela soit-il, révèle peut-être plus sur Gifford and Craven que sur l’IUP, car, comme le note Bourdieu, de nouveaux éditeurs se forment dans le processus qui consiste

  • 18 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-Martin, « La production de la croyance… », p. 39.

[à] imposer [sa] marque, faire reconnaître [sa] différence par rapport aux autres producteurs et surtout par rapport aux plus consacrés d’entre eux18.

  • 19 Ibid.

34Le processus de rejet ou de transformation de l’IUP aida Gifford and Craven à créer « une nouvelle position au-delà des positions occupées, en avant de ces positions, en avant-garde »19.

Wolfhound Press

35On ne peut guère évoquer ici l’immense contribution de la Wolfhound Press à l’édition littéraire irlandaise, du début des années soixante-dix jusqu’à la retraite de Cashman en 2001 ; il suffit d’esquisser certains des liens de la Wolfhound avec l’IUP : ce sont moins des rapports de séparation que ceux que connurent Addis et Lewis. Plus directement que ses collègues, Cashman se servit des différentes formes de capital que l’IUP légua par inadvertance aux petites presses et à leurs éditeurs.

36Alors qu’Addis était entré dans l’édition irlandaise avec les références d’une publicschool, Seamus Cashman fut recruté à l’IUP sur la base de relations informelles mais puissantes nouées en Tanzanie. Pendant qu’il y enseignait, il fut impliqué

  • 20 Seamus Cashman, courriel, mars 2005. Tous les autres commentaires de Cashman sont empruntés à cett (...)

[dans] une conversation lors d’un dîner avec un certain Dr Michael Harty, dont le frère était l’un de mes voisins dans la région, et qui avait été doyen à Maynooth où j’avais passé quelques années. Il proposa de me présenter à ses éditeurs [Fallons à Dublin]. Après plusieurs tentatives, on me fit traverser la rue jusqu’à [l’IUP], une nouvelle entreprise qui démarrait juste alors […] et je me vis offrir un emploi sur le champ par l’éditeur, Tadgh McGlinchey20.

37Seamus Cashman est positif lorsqu’il évoque son travail à l’IUP. Elle lui offrit sa première expérience de l’industrie de l’édition, et, comme Lewis et Addis, il estima qu’elle lui donna des compétences, une confiance et des relations, de sorte qu’il put envisager de se lancer comme éditeur indépendant. Cashman acquit son « flair » de l’édition parce qu’il fit partie d’un groupe qui partageait avec lui le droit de « consacrer » des textes. Il juge l’IUP comme

un lieu de travail fantastique […], en particulier pour ceux d’entre nous qui l’ont rejoint pendant les deux premières années […]. Je me souviens avoir eu conscience à l’époque de mon assurance et de ma confiance. Nous étions passionnés et engagés, enthousiasmés, conscients d’avoir un but, possédant peut-être même une foi de croisé en la valeur de ce que nous faisions.

38Dans une entrevue, Cashman revient sur cette idée que ce qu’il emporta avec lui à la disparition de l’IUP fut la « confiance » : « La confiance que je savais publier et que j’avais beaucoup d’idées à développer. » Il en sortit aussi avec « quelques textes à reprendre, abandonnés à la fermeture ». Ces textes constituaient d’abord un capital économique, mais quand il les publia sous le nom de Wolfhound, il fut aussi capable de construire le capital symbolique de sa propre firme, rapidement associée à des produits de grande qualité. Il explique :

J’avais déjà commencé à envisager de publier pour moi, mais initialement je m’attendais […] à le faire à l’intérieur de l’IUP sous un sigle différent. J’avais commencé avec un collègue Proverbs and Sayings of Ireland, avec cela en tête.

  • 21 Voir Izett Anderson, Frank Cundall, Jamaica Proverbs and Sayings, Shannon, Irish University Press, (...)

39Ce projet qui devait son origine à l’implication de Cashman dans l’édition « d’un livre de proverbes jamaïcains dont j’avais réalisé un second tirage pour l’IUP »21 devint une œuvre de base dans son catalogue qui, même après l’absorption de la Wolfhound par une autre maison d’édition, porte encore les traces de projets initiés ou influencés par l’IUP. Cashman rappelle que le total des publications à la Wolfhound « la première année fut de deux livres, la deuxième d’un seul livre » (deux de ces trois livres sont encore disponibles en 2005, le troisième est en cours de révision et de mise à jour !). Dans ses quelques dernières années comme éditeur, il put sortir environ 40 titres par an et sa réputation reposa sur un certain nombre de réalisations qui comprenaient son travail de pionnier dans l’édition de la fiction, son engagement dans des ouvrages pour enfants de grande qualité, et, en cherchant davantage, le projet herculéen, semblable à ceux de l’IUP, de faire revivre la fiction en prose de Liam O’Flaherty.

40Un immense éventail de facteurs affecta l’essor des petites maisons d’édition en Irlande après 1970, surtout la création de CLÉ, le développement des Arts Councils dans la République et au Nord, et la modernisation de l’économie irlandaise dans la période post-Lemass. Mais le fait est qu’il y a bien d’autres choses à dire sur l’IUP. Son impact fut important. Insister sur ce point n’est pas minimiser l’action d’individus impliqués dans les petites maisons d’édition ; ceux qui, comme moi, enseignent dans les départements d’anglais dépendent de leur persévérance et de leur créativité. Mon but a plutôt été d’éviter, à propos des petites presses, le romantisme qui, sous tant de formes, a empoisonné la culture irlandaise et son étude au xxe siècle, et de me concentrer sur le réseau de facteurs culturels et les tensions, dans le courant littéraire dominant ainsi que dans l’avant-garde, qui permettent et forcent l’existence d’actes créateurs individuels.

41traduit par Jacqueline Genet

Notes

1 Michael Adams, « The World of Irish University Press », in Clare Hutton (éd.), The Irish Book in the Twentieth Century, Dublin, Irish Academic Press, 2004, p. 157-171.

2 Jeremy Addis, courriel, janvier-avril 2005. Toutes les références aux commentaires d’Addis sont empruntées à ces échanges électroniques.

3 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-Martin, « La production de la croyance : contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, février 1977, p. 32.

4 Voir Gifford Lewis, The Yeats Sisters and The Cuala, Dublin, Irish Academic Press, 1994.

5 Donald Francis McKenzie, « Typography and Meaning : The Case of William Congreve », in Giles Barber, Bernhard Fabian (éd.), The Book and the Book Trade in Eighteenth Century Europe, Hambourg, Hauswedell, 1981, p. 83.

6 Randal Johnson donne une explication utile des rapports entre ces différentes formes de capital. Voir son introduction à Pierre Bourdieu, The Field of Cultural Production. Essays on Art and Literature, Cambridge, Polity Press, 1993, p. 7.

7 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-Martin, « La production de la croyance… », p. 22.

8 Bourdieu suggère que les agents sont affectés par les « dispositions durables et transposables, structures structurées prédisposées à fonctionner comme structures structurantes », qu’ils acquièrent par la socialisation, et partagent souvent avec d’autres personnes de la même classe sociale (Le Sens pratique, Paris, Minuit, 1980, p. 88).

9 Michael O’Brien, « The British Market : an Irish Irony », Books Ireland, n° 40, janvier-février 1980, p. 12.

10 Entrevue avec Gifford Lewis, 16 février 2005. Tous les commentaires à venir de Gifford Lewis sont empruntés à cette entrevue.

11 Voir Tony Farmar, A Short History of CLÉ, 1970-1995, Dublin, Cumann Leabharfhoilsitheoiri Éireann, 1995.

12 Clare Gibbon, née Craven, courriel, mars 2005.

13 Pour des détails sur la machine lancée en 1967 voir : http://www.ibmcomposer.org/MagTapeComposer/ description.htm, consulté le 12 mars 2005. Pour la traduction (de cette machine), nous remercions Alan Marshall, directeur du musée de l’Imprimerie de Lyon.

14 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 89.

15 Une édition de Gifford et Craven fut vendue en 2004 chez Whytes à Dublin, pour 360 euros.

16 Randal Johnson, « Editor’s Introduction », in Pierre Bourdieu, The Field of Cultural Production…, p. 7.

17 Pierre Bourdieu, La Distinction…, p. 100-101.

18 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-Martin, « La production de la croyance… », p. 39.

19 Ibid.

20 Seamus Cashman, courriel, mars 2005. Tous les autres commentaires de Cashman sont empruntés à cette communication.

21 Voir Izett Anderson, Frank Cundall, Jamaica Proverbs and Sayings, Shannon, Irish University Press, 1972.

Auteur

Siobhán Holland enseigne dans le département d’anglais de St Mary’s College, Twickenham, et à Trinity College, Dublin. Elle a écrit sur les représentations de la masculinité et sur les voix féministes dans les romans irlandais du xxe siècle et termine une étude sur l’histoire de l’édition en Irlande de 1969 à 2000 pour le volume 5 de The Oxford History of the Irish Book (Oxford University Press).

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540