Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

L’édition

La Dolmen Press de Liam Miller (1951-1987)

Pascale Amiot-Jouenne

Texte intégral

  • 1 Siegfried Henry Steinberg, Five Hundred Years of Printing, Harmondsworth, Penguin Books, 1955, p. (...)

1Dans son ouvrage intitulé Five Hundred Years of Printing1, S.H. Steinberg attribue l’existence des presses privées à trois facteurs principaux : un intérêt pour l’art de la typographie, la production d’œuvres non adaptées aux canaux de publication habituels, ou une passion personnelle. Ces trois motivations semblent avoir convergé pour donner naissance à la Dolmen Press en 1951.

  • 2 Dans la bibliographie illustrée de la Dolmen Press établie par Liam Miller en 1976, on trouve les (...)

2Cette année-là, Liam Miller, rentrant à Dublin après deux années passées à Londres dans un cabinet d’architectes, fait l’acquisition d’une presse à main Adana. Avec l’aide de sa femme Josephine, il imprime en amateur 500 exemplaires d’un recueil de quatre ballades de Sigerson Clifford intitulé Travelling Tinkers2 ; l’ouvrage paraît le 13 août, jour de la célébration de Puck Fair. Avec ces quelques feuillets commence l’aventure de la Dolmen Press, aventure qui devait durer trente-six années et marquer de façon durable la vie littéraire et culturelle irlandaise.

  • 3 Maurice Harmon (éd.), The Dolmen Press. A Celebration, Dublin, Lilliput Press, 2001. Cet ouvrage a (...)
  • 4 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », TDPC, p. 15.
  • 5 On se souvient en particulier de The Plough and the Stars de Sean O’Casey (1966), et de The Counte (...)
  • 6 PEN : association internationale d’écrivains œuvrant pour la promotion de la littérature et la déf (...)

3En 2001 paraît à la Lilliput Press un petit volume intitulé The Dolmen Press. A Celebration3, qui réunit des témoignages sur la vie et le rayonnement de la Presse, en commémoration du cinquantenaire de sa création. Tous les témoignages s’accordent pour louer l’incroyable vitalité et la créativité dont fit preuve la Presse, et son dévouement à la cause de la littérature et des arts irlandais. Tous attribuent ses qualités singulières à la personnalité exceptionnelle de son fondateur, Liam Miller, homme talentueux et visionnaire. Maurice Harmon le décrit comme « une figure de la Renaissance, de par la diversité de ses intérêts et sa prise de position en faveur des arts »4, et rappelle que cet homme enthousiaste fut également co-fondateur du Lantern Theatre, conçut les décors de pièces de W.B. Yeats et de Sean O’Casey à l’Abbey Theatre5, fut élu président de la branche irlandaise du PEN6 et président de CLÉ (An Cumann Leabharfhoilsitheoiri Éireann), l’association des éditeurs irlandais. Un des plus beaux hommages est sans doute celui que lui rend Louis Le Brocquy :

  • 7 Louis Le Brocquy, « The Thing Itself », TDPC, p. 20-21.

Liam Miller faisait partie de ce petit groupe d’enthousiastes totalement désintéressés qui enrichissent notre vie. C’était un artiste habité par la vision de la perfection pour elle-même7.

4Cette recherche de la perfection fut certainement la principale caractéristique de l’entreprise de Liam Miller. Pour en saisir la portée, nous nous proposons de définir l’esprit de la Dolmen Press, qui conditionna sa politique artistique et éditoriale ; nous parcourrons ensuite ses trente-six années d’existence, en évoquant ses expériences marquantes et ses plus belles réalisations, avant de nous interroger sur sa force et ses faiblesses et d’évaluer la portée de son influence sur les lettres et les arts irlandais.

L’esprit de la Dolmen Press : « un mariage idéal du visuel et du verbal »

L’art du Beau Livre

  • 8 Selon Thomas Dillon Redshaw, cependant, c’est plus sa formation d’architecte qui conditionna les g (...)
  • 9 Kevin Casey, « Liam Miller with Kevin Casey, RTE Radio One, 21 September 1976 », TDPC, p. 25-26.
  • 10 Liam Miller, The Dun Emer, later the Cuala Press (with a preface by Michael B. Yeats), Dublin, The (...)

5Dès sa première publication, et malgré la piètre qualité de l’impression (il s’agissait d’un travail d’amateur, comme le soulignera par la suite Liam Miller), la Dolmen Press s’inscrit d’entrée de jeu dans la tradition du Beau Livre, même si son fondateur n’était pas forcément conscient à l’époque de sa filiation avec la Dun Emer Press, créée en 1902, et la Cuala Press, qui lui succéda en 19088, héritières de la Kelmscott Press de William Morris et du Mouvement des Arts et de l’Artisanat. Dans un entretien avec Kevin Casey, Miller explique en effet qu’il ne s’intéressa à la Cuala Press que quelques années plus tard9. À la demande de Michael et d’Anne Yeats, il participe en 1969 à la renaissance de la Cuala Press, dont il devient le directeur. En 1973, il rédige une étude intitulée The Dun Emer, later the Cuala Press10, où il insiste sur l’importance de la tradition.

  • 11 Dans la lignée de la Cuala Press, la Dolmen Press privilégie les matériaux fabriqués en Irlande, e (...)

6La Dolmen Press témoigne dès sa création de l’intérêt de son fondateur pour l’art du Beau Livre, avec une attention toute particulière portée au choix des textes, des illustrations, des matériaux11, des formats, des caractères d’imprimerie, de la reliure. Jarlath Hayes se souvient de la passion qui habitait Liam Miller :

  • 12 Jarlath Hayes, « Liam Miller 1924-1978 », TDPC, p. 60.

Son énergie et sa ténacité étaient remarquables. Il cherchait l’excellence en termes de matières premières, d’artisanat, et d’auteurs. Il parcourait la France pour se procurer des papiers marbrés authentiques, et le nord de l’Irlande pour trouver de la popeline pour couvrir le Bréviaire du Pape ; il trouvait d’obscurs fabricants de papier qui pouvaient lui fournir le bon grain, dénichait des fontes spéciales pour tel ou tel titre en capitales, ou tel en-tête. Sa mallette était une armoire ambulante, elle contenait toujours trois ou quatre ouvrages à divers stades de fabrication12.

  • 13 John Montague, « Liam Dolmen », TDPC, p. 69.
  • 14 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 8.

7Car il s’agit pour la Dolmen Press de trouver le point de rencontre entre le texte et le livre – de « trouver le mariage idéal entre le visuel et le verbal »13, dira John Montague. Liam Miller lui-même explique que cette recherche est le fruit d’une croyance, « une conviction que chaque texte, aussi bref fût-il, méritait un traitement particulier en termes de typographie et d’illustration »14. Dans Dolmen xxv, il spécifie les caractéristiques techniques des plus beaux ouvrages publiés par la Presse entre 1951 et 1976, détaillant le format de chacun, la qualité des papiers et des reliures, les caractères choisis, les innovations techniques et esthétiques, le livre devant avant tout rendre hommage au texte, choisi parmi les plus beaux écrits irlandais.

« Combler les lacunes en matière de publication irlandaise »

  • 15 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », TDPC, p. 137.

8Dès sa fondation, la Dolmen Press se consacre à la publication d’auteurs irlandais. Son catalogue s’enrichit de recueils de poésie contemporaine et médiévale, de traductions de l’irlandais par de jeunes écrivains, de rééditions d’œuvres irlandaises, « avec pour objectif de combler les lacunes en matière de publication irlandaise »15, souligne Thomas Kinsella. Dans un entretien avec John Unterecker, Miller retrace le contexte de la création de la Presse :

  • 16 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », in Raymond J. Porter, James D. Brophy (éd.), Mode (...)

Ce fut une histoire plutôt triste. La Presse fut lancée parce qu’il y avait une pénurie d’éditeurs irlandais pour les jeunes qui étaient en train de grandir en Irlande en même temps que moi, des jeunes qui commençaient à écrire une poésie nouvelle en Irlande16.

9En effet, la Maunsel and Roberts avait cessé d’imprimer en 1926 ; la Talbot Press avait réduit ses activités ; Gill and Company se consacrait aux ouvrages religieux et éducatifs ; The Three Candles Press avait choisi de privilégier les travaux d’impression. Comme l’explique Liam Miller :

  • 17 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », p. 24.

Si vous étiez poète, vos chances d’être publié par une de ces maisons d’édition étaient plutôt minces. Il y avait un vrai besoin en matière de publication d’œuvres créatives […] écrites par des auteurs irlandais qui auraient dû être publiés en Irlande, au lieu de devoir envoyer leurs manuscrits aux grandes maisons londoniennes et new yorkaises et d’essuyer leur refus17.

10La Dolmen Press ne se replie pas pour autant sur le caractère national, voire nationaliste de son activité : elle aspire aussi à un rayonnement international. Conscient de la position que peut et doit occuper l’Irlande dans le domaine de la création artistique et de l’édition, Liam Miller affirme ainsi :

  • 18 Liam Miller, « Liam Miller with Andy O’Mahony, RTE Radio One, 23 August 1981 », TDPC, p. 31.

Je voulais faire quelque chose pour qu’ils fussent publiés dans leur propre pays, parce qu’à mon avis il importait qu’un écrivain irlandais fût publié en Irlande, afin de lui donner un sentiment d’identité nationale, mais aussi pour nourrir la fierté du pays à l’échelle internationale, pour que nos écrivains soient lancés dans le monde à partir de l’Irlande18.

11Comme pour la Dun Emer et la Cuala Press, c’est la fusion de ces deux priorités, l’art du Beau Livre et la publication d’écrivains irlandais, qui fait la force et l’originalité de la Dolmen Press. Dans le mémoire qu’elle lui consacre, Anne Brady relève néanmoins deux différences majeures : la Cuala publia principalement des œuvres d’auteurs irlandais reconnus, tandis que la Dolmen Press se mit au service d’auteurs contemporains encore méconnus ; Elizabeth Yeats avait reçu une formation en typographie, ce qui n’était pas le cas de Liam Miller. En revanche, tous deux avaient le souci de collaborer avec les meilleurs écrivains et artistes de leur époque, et partageaient la même exigence de qualité.

  • 19 Kevin Casey, « Liam Miller with Kevin Casey, RTE Radio One, 21 September 1976 », TDPC, p. 23.

La Dolmen Press s’est taillé une réputation inégalée non seulement parce qu’elle a publié des poètes irlandais, mais aussi parce qu’elle les a publiés dans un format et avec une exigence de qualité qui ont fait de la plupart de ses livres des objets de collection19.

  • 20 Trinity College Dublin, Early Printed Books and Special Collections, section dirigée par M. Charle (...)
  • 21 St. Patrick’s College Dublin, Cregan Library, dirigée par M. Evan Salholm.
  • 22 Z. Smith Reynolds Library, Wake Forest University, Raleigh-Durham, North Carolina.

12Les livres de la Dolmen Press sont désormais des pièces de collection et s’achètent à prix d’or. Ils se trouvent réunis dans les collections spéciales de diverses universités, la plus complète étant la « Michael Freyer’s Collection » de Trinity College Dublin20, où nous avons pu recueillir de précieuses informations. Michael Freyer était un libraire ami de Liam Miller ; il était propriétaire de la Brown Jacket Bookshop, au 133, Lower Baggot Street. Sa collection comporte plus de 350 publications, des épreuves, catalogues, prospectus, programmes de théâtre, lettres, articles de journaux, livres de comptes, etc. Les autres bibliothèques abritant des collections ou des archives de la Dolmen Press se trouvent à St. Patrick’s College21, à l’université de Londres, à la Bodleian Library d’Oxford (qui regroupe tous les livres publiés par la Dolmen Press depuis le milieu des années cinquante), à l’université de Reading, à l’université de Victoria au Canada, et surtout à Wake Forest University22 aux États-Unis. Comme le précise John Montague,

  • 23 John Montague, « Liam Dolmen », p. 84.

Les archives de Liam, riches d’échanges animés, offrent des perspectives stimulantes pour découvrir le fonctionnement, les rouages, et le travail au jour le jour de toute une époque littéraire qu’elle a contribué à orchestrer23.

La vie et l’œuvre de la Dolmen Press

Les années d’apprentissage : 1951-1961

13De 1951 à 1955, la Dolmen Press, implantée au 8, Sion Hill Road, à Drumcondra, au domicile de la famille Miller, demeure une activité d’amateur. Miller appelle cette époque « les années d’innocence », et précise :

  • 24 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 7.

Notre travail d’imprimerie était exécrable, et il est clair que notre survie fut exclusivement due à la qualité des écrivains au service desquels nous œuvrions24.

  • 25 Un dessin de Ruth Brandt représente cette presse ; il est placé au début de Dolmen XXV…

14Les premiers ouvrages sont imprimés en caractères Caslon sur une presse à main Albion25 vieille de quatre-vingts ans, qualifiée par Miller de « caractérielle ». En 1952, Cecil ffrench Salkeld donne à Miller les caractères Bodoni et la presse à main en bois de la Gayfield Press, qualifiée de « capricieuse ». À partir de 1955, la Dolmen Press s’équipera de machines plus modernes et plus performantes.

15Pendant ces premières années, toutes les tâches sont exécutées à la main, en particulier l’assemblage des caractères, avec la participation épisodique des auteurs eux-mêmes. Comme le raconte Thomas Kinsella,

  • 26 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », p. 141.

Mon association avec la Dolmen Press depuis ses débuts, à l’époque où elle était une « industrie de cuisine », est une expérience dont j’ai toujours été reconnaissant. Je rendais des visites régulières aux Miller, toujours impressionné par le mélange d’activités familiales et d’affaires, par la chaleur et l’intensité de l’ambiance ; des écrivains, des artistes et des professionnels de l’édition se pressaient dans la petite pièce. Le style de Miller, sa compétence – son engagement envers la qualité de la conception, des matériaux et des finitions – étaient indéfectibles. Et ses intérêts étaient nombreux, souvent nouveaux pour moi, en particulier la prose et la poésie en vieil irlandais26.

  • 27 Ce n’est qu’à partir de 1969 que la Presse adopte officiellement l’emblème créé par Louis le Brocq (...)

16Au cours des trois premières années de son existence, la Presse publie seize petits livres en 500 exemplaires maximum, et quatre feuilles grand format (ou broadsheets). Travelling Tinkers, la toute première publication, est suivie de Six Poems de David Marcus (une coquille dans l’annonce de la publication en ayant transformé le titre en Sex Poems, le recueil se vend en un temps record). En 1952 paraissent The Starlit Eye et Three Legendary Sonnets de Thomas Kinsella, dont le poète assure lui-même la composition – Kinsella confiera quatorze autres œuvres à la Dolmen Press. Sur ces deux volumes, l’emblème de la Presse est dessiné par Liam Miller ; il évoluera au fil des publications, chaque illustrateur ayant la liberté de l’adapter à son propre style27.

17L’année suivante, la Presse publie en 200 exemplaires la traduction de The Midnight Court de Brian Merriman par David Marcus, un in-octavo de 64 pages imprimé en Poliphilus, avec des illustrations de Michael Biggs. Ce livre devait devenir un des ouvrages phares de la Dolmen Press, d’autant plus que les trois traductions précédentes avaient été censurées.

18Il est suivi de Galion, d’Ewart Milne, poème inspiré de la tradition épique irlandaise, illustré par Mia Cranwill, et tiré à 175 exemplaires. En 1954, le jour de la sainte Brigid, la Presse publie la traduction par Thomas Kinsella de Faeth Fiada, sous le titre The Deer’s Cry : The Breastplate of Saint Patrick, avec des illustrations de Henry Neville Roberts, puis d’une œuvre du viiie siècle, intitulée The Sons of Usnech, imprimée en Poliphilus, avec des dessins de Mia Cranwill.

  • 28 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », p. 144.

19Cette même année, la Dolmen Press déménage de Drumcondra à Glenageary, au 111, Silchester Park. Aidé par Liam Browne, son beau-frère, Liam Miller décide de se consacrer à plein temps à l’entreprise ; il nomme Thomas Kinsella directeur – « un poste honorifique, sans réelle fonction »28, précise rétrospectivement ce dernier. Ne pouvant vivre de ses seules publications, la Presse effectue divers travaux d’imprimerie, tels que des programmes de théâtre ou des catalogues d’expositions. Elle continue néanmoins à se consacrer en priorité à la poésie.

20Ainsi The Dolmen Chapbook regroupe-t-il, entre autres contributions, The Ballad of Jane Shore de Donagh MacDonagh, Irish Elegies de Padraic Colum, une traduction des Engellieder de Rilke par Roda Coghill, et A Gaelic Alphabet de Michael Biggs. En 1955 et 1956 paraissent The Archeology of Love de Richard Murphy, Out of Bedlam d’Elizabeth Rivers, Poems de Kinsella, et Too Great a Wine d’Austin Clarke.

21En 1958, la Dolmen Press déménage au 23, Upper Mount Street, où elle restera quinze ans. Elle s’équipe d’une nouvelle presse Heidelberg à cylindre. Another September de Thomas Kinsella est la première publication professionnelle de la Presse ; elle est couronnée d’un prix prestigieux (« The Spring Choice of the Poetry Book Society in London »). L’année suivante, la Presse publie Forms of Exile de John Montague et The Woman in the House de Richard Murphy.

22En janvier 1961 paraît The Book of Kells, de G.O. Simms, agrémenté de quatre reproductions en couleur pleine page, et de seize illustrations en noir et blanc. Comme le précise Liam Miller dans Dolmen xxv, cette première édition du Livre de Kells coïncide avec l’exposition du Livre et de manuscrits à la Royal Academy de Londres, et l’ouvrage devient un best-seller. Il est réédité en 1963, 1965 et 1968, et recomposé en 1976. La même année la Presse publie Translations de Synge.

23Au début des années soixante, la Dolmen Press instaure un système de co-publication avec des maisons d’édition commerciales en Grande-Bretagne et aux États-Unis. À compter de ce moment, les écrivains irlandais ne sont plus contraints de publier à l’étranger pour se faire connaître. La Presse collabore avec l’Oxford University Press (cette collaboration durera de 1960 à 1976). À partir de 1963, Dufour Editions assure la distribution de la Dolmen Press aux États-Unis et au Canada, jusqu’en 1971, date à laquelle Humanities Press prend le relais. La Dolmen Press collabore également avec la Wake Forest University Press de Dillon Johnston, et, de façon plus ponctuelle, avec les Exile Editions. Comme l’écrit Liam Miller :

  • 29 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 33.

En 1960, nous conclûmes un accord avec Oxford University Press, qui devint notre diffuseur pour les quinze années à venir. Le premier ouvrage publié suivant les termes de cet accord fut le recueil des Later Poems qui rassemblait toute la poésie de la période intermédiaire d’Austin Clarke. Tout en contribuant à établir la Dolmen Press dans un champ plus vaste, ce livre restaura la place d’Austin Clarke dans la poésie moderne, se vit décerner un « Poetry Book Society Recommendation », et fut considéré par Poetry (Chicago) comme « l’événement poétique de l’année 1961 »29.

24Austin Clarke avait monté sa propre imprimerie, la Bridge Press, dans sa maison de Templeogue, et publié à compte d’auteur plusieurs recueils, avec l’aide de Liam Miller pour Ancient Lights (1955) et Too Great a Wine (1957). La publication de Later Poems par la Dolmen Press a des répercussions décisives sur la carrière du poète, alors âgé de soixante-quatre ans. La Presse publie en effet, entre autres titres, Forget Me Not (illustré par Ruth Brandt) en 1962, Mnemosyne Lay in Dust (Dolmen Editions III) et A Tribute to Austin Clarke on his Seventieth Birthday (Dolmen Editions IV) en 1966, Old-fashioned Pilgrimage en 1967, et Collected Poems en 1974, dont l’écrivain relut les 600 pages d’épreuves quelques jours avant sa mort.

Les années de consécration : 1962-1972

25Les années 1962-1972 sont pour la Presse une période faste, qui débute avec la publication de The Dolmen Miscellany of Irish Writing. Ce volume regroupe les contributions d’une génération montante d’écrivains irlandais, en particulier Brian Moore, Thomas Kinsella, Aidan Higgins, Pearse Hutchinson, James Liddy, John Jordan, John Montague et John McGahern. Son avant-propos fait figure de manifeste :

  • 30 John Montague, Thomas Kinsella (éd.), The Dolmen Miscellany of Irish Writing, Dublin, The Dolmen P (...)

Au cours de ces dernières années, une nouvelle génération d’écrivains a commencé à émerger en Irlande […]. Même s’ils ne forment aucun mouvement, ils reflètent un vaste changement dans la sensibilité, et ce Mélange est un moyen de leur fournir une tribune. […] Ce qui les rapproche le plus […] est leur évident désir d’éviter les formes d’« irlandisme » – leprechaun ou rebelle bavard – si fructueusement exploitées naguère30.

26Cette publication a une influence décisive sur la création littéraire en Irlande, comme l’observe Maurice Harmon :

  • 31 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », TDPC, p. 96.

Par la variété et la qualité de ses contributions, elle montra qu’une génération d’importance était effectivement en cours de création. […] Elle faisait preuve d’une double vision, extravertie dans ses idées, sa conscience des développements littéraires, introvertie dans l’exploration en profondeur de ses origines culturelles et linguistiques31.

27La même année, la Presse publie The Yeats Country (guide de l’ouest de l’Irlande écrit par Sheela Kirby), puis Downstream de Thomas Kinsella, également couronné d’un prix. Les publications se multiplient au cours des mois qui suivent : The Little Monasteries (traductions de l’irlandais par Frank O’Connor), les Collected Plays d’Austin Clarke, The Importance of Being Oscar de Micheal MacLiammoir, Moytura de Padraic Colum, The Dolmen Boucicault, publié sous la responsabilité de David Krause.

28En 1964 paraissent Self-Portrait de Patrick Kavanagh et une réédition de An Béal Bocht (The Poor Mouth) de Myles na gCopaleen (Flann O’Brien). Pour la circonstance, Miller travaille avec William Britton pour la mise au point des caractères gaéliques. Comme l’explique Dermot McGuinne :

  • 32 Dermot Mc Guinne, Irish Type Design. A History of Printing Types in the Irish Character, Dublin, I (...)

Ils trouvèrent une solution, utilisant le Monotype Times Roman avec des caractères spéciaux pour les t et les f minuscules. Miller dessina des ébauches pour ces lettres, et Britton et lui passèrent un temps considérable à chercher le juste placement des points marquant l’aspiration […] pour éviter l’utilisation répétée du h32.

29L’année 1965 est marquée par le lancement de The Dolmen Press Yeats Centenary Papers mcmlxv, pour célébrer le centenaire de la naissance de Yeats ; la collection sera publiée en douze volumes de 1965 à 1968, avant le lancement d’une seconde série en 1971. L’année suivante, la Presse lance une collection appelée « Dolmen Editions », imprimée sur papier spécial, avec un tirage limité (de 750 à 1 000 exemplaires numérotés). Liam Miller dessine à la main un nouvel emblème pour distinguer cette collection plus luxueuse des autres publications de la Presse. Wormwood de Thomas Kinsella inaugure les « Dolmen Editions », suivi de All Legendary Obstacles de John Montague, publié à 350 exemplaires. Liam Miller précise :

  • 33 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 44.

« Dolmen Editions » fut conçu comme une série qui publierait en édition limitée des écrits irlandais majeurs. Le texte dictait le format de chaque ouvrage ; beaucoup d’entre eux sont illustrés, parfois de dessins originaux, les artistes étant encouragés à utiliser des techniques expérimentales dans le domaine de l’impression33.

  • 34 Liam Miller, TDPC, p. 30 : « Ce seul livre […] justifie à mes yeux toute l’aventure de la Dolmen P (...)

30Les cinq années qui suivent voient se concrétiser les rêves de Liam Miller, avec la publication en 1969 de deux livres exceptionnels. Le premier est Riders to the Sea de John Millington Synge, illustré de cinq gravures de Tate Adams. La typographie en est originale, car elle ne recourt pas aux italiques pour distinguer le texte de la pièce des indications scéniques ou des noms des personnages, mais à quatre couleurs différentes. « Ce livre montre l’ampleur de nos progrès techniques depuis […] 1958 », précise Liam Miller dans Dolmen XXV. Le second est The Táin (Dolmen Editions IX), que Thomas Kinsella et Louis Le Brocquy préparaient avec Liam Miller depuis quinze ans – une réalisation qui, aux yeux de ce dernier, justifie l’existence de la Dolmen Press,et en constitue le fleuron34. L’ouvrage, qui inclut 131 illustrations de Louis Le Brocquy, ainsi que des cartes et des reproductions de pages des manuscrits originaux, est tiré à 1750 exemplaires. Lors de sa réédition, en 1970, 1972 et 1974, en partenariat avec Oxford University Press, une centaine d’illustrations doivent être sacrifiées, du fait de la reproduction par photo-lithographie. Liam Miller écrit dans Dolmen XXV :

  • 35 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 58.

C’est incontestablement le plus célèbre des livres publiés par la Presse, et il a été copieusement loué pour la traduction par Thomas Kinsella du récit épique irlandais, pour les vigoureuses illustrations au pinceau de Louis le Brocquy, et pour sa conception d’ensemble. L’édition originale fut très rapidement épuisée, et en l’espace d’une année le livre était devenu un classique des « Oxford University Press paperbacks »35.

31En 1971, Some Sonnets from “Laura in Death” de Synge, illustré par Jack Coughlin, est consacré plus beau livre irlandais de l’année. Cet ouvrage est suivi du Coole de Lady Gregory (Dolmen Editions X), The Lost Country de Kathleen Raine (premier recueil de poésie à recevoir le Prix W. H. Smith), et A Tower of Polished Black Stones de Yeats (Dolmen Editions XI), qui regroupe des versions préliminaires de The Shadowy Waters.

32La période de consécration de la Dolmen Press est marquée par un autre chef-d’œuvre : en 1972 est en effet publié The Rough Field de John Montague, magnifiquement illustré. Comme l’observe T.D. Redshaw :

  • 36 Thomas Dillon Redshaw, « Antiquarian and Archival Icons », p. 118.

Trois familles d’ornementation graphique ont accompagné la publication de The Rough Field et de The Dead Kingdom, et celles-ci ont influencé la réception visuelle de la poésie de Montague de 1957 à 198936.

33Pendant cette période, enfin, la Dolmen Press publie deux revues, The Irish Book, du printemps 1959 au printemps 1966, et Poetry Ireland, de l’automne 1962 à l’automne 1968. Les « Poetry Ireland Editions » prennent alors le relais de la revue, de mars 1968 à novembre 1972.

Les années de maturité et de déclin : 1972-1989

34Le début des années soixante-dix est malheureusement une période où les difficultés financières menacent l’existence de la Dolmen Press. Une souscription est lancée ; les locaux de Upper Mount Street et de Herbert Place doivent être abandonnés en 1972. L’imprimerie se replie sur North Richmond Street, et Liam Miller dirige la Presse depuis sa maison de Mountrath, dans le comté Laois. La Dolmen Press doit être totalement réorganisée. Elle doit aussi se résoudre à publier des éditions commerciales de certains ouvrages afin de pouvoir survivre.

35En 1972, Beckett offre à la Presse sa traduction de « Zone » de Guillaume Apollinaire. La même année paraît le premier volume d’une série de manuscrits de W.B. Yeats : Druid Craft : The Writing of the Shadowy Waters, ainsi que l’ouvrage de Kathleen Raine, Yeats, The Tarot and the Golden Dawn.

36Au cours de l’année suivante, plusieurs livres sont primés, en particulier A Slow Dance de John Montague et The Noise of the Fields de Hugh Maxton. En 1976 la Presse publie la traduction en anglais et en irlandais d’écrits de Borges (sous le titre Borges : Irish Strategies, Dolmen Editions XXI), avec huit illustrations de Bernard Childs. C’est aussi l’année où paraît The Brazen Horn de Denis Johnston (Dolmen Editions XXII), « un non-livre pour ceux qui, en révolte aujourd’hui, pourraient se trouver aux commandes demain ». Les figures du zodiaque qui l’illustrent sont extraites du Poetica Astronomica, imprimé à Venise en 1482 par Erhard Ratdolt, et la licorne qui figure en frontispice est un détail d’une illustration de Die Reise in Heilige Land de Bernard von Breydenbach (1486). Le livre est tiré à 1 050 exemplaires.

37En 1976, pour célébrer son vingt-cinquième anniversaire, la Dolmen Press publie Dolmen XXV, une bibliographie établie par Liam Miller, décrivant ses principales réalisations, avec des illustrations créées par ses plus célèbres collaborateurs. Cette bibliographie met en lumière la richesse et la variété de ses publications. En effet, comme le souligne Jarlath Hayes,

  • 37 Jarlath Hayes, « Liam Miller 1924-1978 », p. 61.

Pour beaucoup, la Dolmen Press ne semblait exister que pour la poésie – ce fut vrai au début, pour les raisons exprimées par Miller – mais ensuite le catalogue inclut des ouvrages sur l’art, l’architecture, la musique, le théâtre, la topographie, sans parler des biographies, études critiques, et même un peu de fiction […]. En 1979, elle avait publié plus de deux cent soixante titres37.

38À raison d’une douzaine de livres par an – cinq seulement en 1980 –, la Dolmen Press devait poursuivre ses activités jusqu’en mai 1987, date de la mort de Liam Miller, dont la longue maladie coïncida avec le déclin de l’entreprise. Ces dix dernières années mettent en lumière la force, mais aussi les faiblesses de la Dolmen Press, colosse aux pieds d’argile.

Force et faiblesses de la Dolmen Press

  • 38 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », p. 137.

39La principale force de la Dolmen Press était incontestablement son fondateur, Liam Miller lui-même. Comme l’écrit Thomas Kinsella, « elle était l’expression d’une énergie individuelle »38. Présent sur tous les fronts, Miller présidait également aux choix éditoriaux. Dans un entretien avec Andy O’Mahony, il déclare :

  • 39 Liam Miller, « Liam Miller with Andy O’Mahony… », TDPC, p. 40.

Tout se résume à mes propres goûts, qui peuvent paraître personnels. Je crois en une sorte d’irlandité en tant que fondement de la Dolmen Press39.

40À John Unterecker, il confie :

  • 40 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », p. 29.

Notre catalogue s’est constitué en fonction de ma curiosité, de mes goûts, de mes jugements personnels40.

41Miller s’occupait aussi personnellement des relations avec les auteurs. Comme le souligne John Montague :

  • 41 John Montague, « Liam Dolmen », p. 81.

On s’intéresse rarement aux liens entre auteur et éditeur, et pourtant c’est une relation essentielle, souvent de nature émotionnelle41.

42Maurice Harmon ajoute :

  • 42 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », p. 11.

Miller croyait en une relation soutenue, mutuellement gratifiante, entre l’écrivain et l’éditeur42.

  • 43 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 9.

43Parmi la pléiade d’auteurs publiés par la Dolmen Press, les favoris de Liam Miller furent Thomas Kinsella, Austin Clarke, John Montague, Richard Murphy, Denis Johnston, James McAuley et James Liddy – en compagnie, bien évidemment de W.B. Yeats, pour qui Miller cultivait ce qu’il appelait « une obsession personnelle »43.

44Le « flair » de Miller, son don pour repérer et encourager les talents littéraires, sont devenus légendaires, comme le souligne Rory Brennan, évoquant les qualités paradoxales de la Dolmen Press :

  • 44 Rory Brennan, « Dolmen : Bound and Unbound », TDPC, p. 89-90.

Ces qualités ne reposent pas seulement sur les écrivains […]. Et son caractère unique n’est pas lié à la splendeur de certaines éditions, dont le Táin de Kinsella et The Rough Field de Montague constituent peut-être les exemples les plus impérissables. […] La force de la Dolmen Press résidait plutôt dans son flair, dans une sorte d’élan de célébration, le fait qu’elle constitua un creuset, un réceptacle, un centre d’inspiration. La meilleure preuve en est sans doute l’histoire des célèbres manuscrits rejetés. […] Il y avait chez Miller et dans la Dolmen Press une forme de génie désinvolte44.

  • 45 John Montague, « Liam Dolmen », p. 74.

45Le plus célèbre des manuscrits non retenus est sans doute The Advancement of Learning de Seamus Heaney. Comme l’observe John Montague à la décharge de Liam Miller, « Belfast, et plus généralement l’Irlande du Nord, n’avaient pas encore réintégré la conscience du Sud »45. Philip Larkin, Derek Mahon, Michael Longley et Paul Muldoon devaient connaître le même sort que Heaney et se tourner vers des éditeurs anglais.

46Dans le même temps, Liam Miller sut s’entourer des plus grands artistes de son époque, Michael Biggs, Bridget Swinton, Leslie MacWeeney, Mia Cranwill, Elizabeth Rivers, Ruth Brandt, Nora McGuiness, Anne Yeats, Juanita Casey, Jack Coughlin, Tate Adams, Louis Le Brocquy, Bernard Childs, pour ne citer qu’eux. Tous apportèrent leur contribution à l’idéal du Beau Livre cher à la Dolmen Press.

  • 46 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », p. 14.

47Cependant, comme le rappelle Maurice Harmon, « le prix payé pour servir les idéaux de Miller fut l’échec commercial »46. Le talon d’Achille de la Dolmen Press fut sa piètre gestion financière ; elle reçut en outre peu de subventions (la première émanant de l’Arts Council en 1976). Ce manque d’envergure financière et commerciale cantonna la Presse dans un statut de petite maison d’édition, « basée en Irlande, avec un réseau de distribution limité », observe Peter Fallon, qui ajoute :

  • 47 Peter Fallon, « Notes on a History of Publishing Poetry », Princeton University Library Chronicle, (...)

La publication de poésie irlandaise aurait pu avoir une trajectoire bien différente […] si Liam Miller avait su saisir certaines des opportunités qui s’offrirent à lui47.

  • 48 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », p. 29.

48Liam Miller ne souhaitait pas que la Dolmen Press connût une trop grande expansion, et échappât à son contrôle. « Je ne veux pas devenir un empire mécanisé »48, affirmait-il. Selon Dillon Johnston, cette attitude desservit certains des auteurs de la Presse, les coupant d’un lectorat plus international :

  • 49 Dillon Johnston, The Poetic Economies of England and Ireland, 1912-2000, Houndmills, Palgrave, 200 (...)

Ironiquement, l’évolution de l’entreprise poétique de Kinsella à l’époque de sa collaboration avec Liam Miller le coupa de son lectorat anglais, qui a considérablement diminué à la fin de la décennie. Pour des raisons concomitantes, mais légèrement différentes, John Montague se retrouva également isolé du fait de son partenariat avec Liam Miller, partenariat qui se développa au cours de la même décennie49.

49Un autre dysfonctionnement de la Presse fut l’opacité de ses comptes. John Montague évoque ainsi le flou artistique qui régnait sur les relations auteur-éditeur :

  • 50 John Montague, « Liam Dolmen », p. 79.

Je ne recevais jamais de droits d’auteur, même pour The Rough Field, mais nous avions une sorte de gentleman’s agreement : il produisait le Beau Livre, et je pouvais en obtenir autant d’exemplaires que je le souhaitais, chaque fois que j’en avais besoin50.

50Cette nébuleuse financière entraîna par ailleurs la démission de Thomas Kinsella de son poste de directeur, trois ans avant la liquidation de la Presse :

  • 51 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », p. 153.

Les finances de la Dolmen Press […] ne me furent jamais révélées. Cela ne me dérangeait pas au cours des premières années d’existence de la Presse, dans cette atmosphère d’enthousiasme et de bonne volonté, et cette conviction que tous les fonds étaient requis par la Dolmen Press. Les livres, qui incarnaient le dévouement et le génie de Miller, suffisaient à mon bonheur. […] Mais à mesure que la maison d’édition survécut, un caractère familial plus poussé s’installa. L’atmosphère changea, sans pour autant dissiper le mystère financier, et le 22 août 1986 j’envoyai ma démission de mon poste de directeur. La scène lors de la fermeture de la Dolmen Press en 1989, après la mort de Miller, fut douloureuse : les créanciers étaient amers et vindicatifs, et sa fille se trouvait dans une situation intenable, finalement exposée au feu croisé de leurs questions51.

51Comme l’écrit Peter Fallon,

  • 52 Peter Fallon, « Notes on a History of Publishing Poetry », p. 549.

L’acrimonie qui marqua la dissolution de la Dolmen Press après la mort de Miller en mai 1987 jeta un discrédit regrettable sur une œuvre remarquable52.

  • 53 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », p. 13.

52L’agonie de la Presse fut d’autant plus triste que son influence sur la vie culturelle irlandaise de la deuxième moitié du xxe siècle avait été déterminante. Comme le rappelle Maurice Harmon, « la Dolmen Press nourrit les talents et forma les goûts »53. Lors d’un entretien avec Anne Brady, jeune infographiste dublinoise, celle-ci nous confia que c’est grâce à cette dernière qu’elle eut la possibilité de découvrir et d’étudier la poésie irlandaise dans son enfance et son adolescence. Dans le mémoire qu’elle lui consacre, elle fait en outre l’observation suivante :

  • 54 Anne Brady, Liam Miller and the Dolmen Press 1951-1986, mémoire soutenu en vue de l’obtention d’un (...)

Le caractère non commercial de la Dolmen Press, même s’il lui fut fatal, constitua d’une certaine manière son principal atout54.

53Liam Miller n’écrivait-il pas :

  • 55 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 7.

Toute la richesse de l’entreprise […] est contenue entre la première et la quatrième de couverture55 ?

54Grand orchestrateur de la vie littéraire de son époque, Miller permit aux écrivains irlandais de publier leur œuvre sans devoir s’exporter auprès d’éditeurs étrangers. Il encouragea et servit la renaissance poétique des années cinquante et soixante en Irlande. Dans la lignée de la Cuala Press, il contribua à restituer à Dublin son statut de capitale littéraire, ouvrant la voie à une génération de jeunes maisons d’édition plus ou moins éphémères, parmi lesquelles la Gallery Press de Peter Fallon, la plus durable entre toutes, la New Writers’Press de Michael Smith, la Peppercanister Press de Thomas Kinsella, la Golden Stone de John Montague, et la Raven Arts Press de Dermot Bolger.

55Dans « A Prospect of Dolmens », écrit en 1953, Liam Miller définit en ces termes les aspirations de la Dolmen Press :

  • 56 Liam Miller, « A Prospect of Dolmens », in Ireland’s press and printing, Dundalk, Dundalgan, Press (...)

Plusieurs siècles avant l’invention de l’imprimerie, l’Irlande était le plus grand fabricant de livres au monde […]. Même si nous avons débuté en tant que maison d’édition pour les écrivains, nous espérons accomplir une œuvre en matière de production et d’ornementation du livre qui pourra, à terme, constituer une modeste contribution à l’héritage de l’Irlande dans le monde des livres56.

56Il ne fait aucun doute que la Dolmen Press se soit montrée digne de ses nobles aspirations. L’intérêt qu’elle continue de susciter, la richesse et la beauté des collections qui lui sont consacrées en divers points du monde sont là pour en témoigner.

Fig. 1 – Presse à main Albion dessinée par Ruth Brandt, Dolmen XXV, Dolmen Press, 1976.

Fig. 2 – A Gaelic Alphabet (exemplaire n°17) : dernière page signée par Michael Biggs et Liam Miller, Dolmen Press, 1960.

Fig. 3 – Galion d’Ewart Milne : page de titre dessinée par Mia Cranwill, Dolmen XXV, Dolmen Press, 1976.

Fig. 4 – Logo créé pour The Rough Field de John Montague, Dolmen Press, 1972.

Fig. 5 – Illustration pour The Rough Field de John Montague, Dolmen Press, 1972.

Fig. 6 – Portrait de Liam Miller dessiné par Jack Coughlin, Dolmen XXV, Dolmen Press, 1976.

Notes

1 Siegfried Henry Steinberg, Five Hundred Years of Printing, Harmondsworth, Penguin Books, 1955, p. 158.

2 Dans la bibliographie illustrée de la Dolmen Press établie par Liam Miller en 1976, on trouve les spécifications suivantes : « Travelling Tinkers by Sigerson Clifford. Designed on title page by Liam Miller. 12 point Caslon type. 32 p. 71/2 x 53. 100 signed copies in cloth. 400 copies in limp covers. 13 August 1951 » (Liam Miller, Dolmen XXV. An Illustrated Bibliography of the Dolmen Press 1951-1976 compiled by Liam Miller, Dublin, The Dolmen Press, 1976, p. 13).

3 Maurice Harmon (éd.), The Dolmen Press. A Celebration, Dublin, Lilliput Press, 2001. Cet ouvrage apparaîtra désormais sous l’abréviation TDPC.

4 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », TDPC, p. 15.

5 On se souvient en particulier de The Plough and the Stars de Sean O’Casey (1966), et de The Countess Cathleen de Yeats (1969).

6 PEN : association internationale d’écrivains œuvrant pour la promotion de la littérature et la défense de la liberté d’expression.

7 Louis Le Brocquy, « The Thing Itself », TDPC, p. 20-21.

8 Selon Thomas Dillon Redshaw, cependant, c’est plus sa formation d’architecte qui conditionna les goûts de Miller que l’exemple des sœurs Yeats : Miller se serait davantage inspiré de l’exemple d’Eric Gill et René Hague dans les années trente (« Antiquarian and Archival Icons », TDPC, p. 107).

9 Kevin Casey, « Liam Miller with Kevin Casey, RTE Radio One, 21 September 1976 », TDPC, p. 25-26.

10 Liam Miller, The Dun Emer, later the Cuala Press (with a preface by Michael B. Yeats), Dublin, The Dolmen Press (New Yeats Papers ; VII), 1973.

11 Dans la lignée de la Cuala Press, la Dolmen Press privilégie les matériaux fabriqués en Irlande, en particulier le papier des Swiftbrook Paper Mills (Saggart, County Dublin), et le vélin de N. Elzas et Zonen (Celbridge).

12 Jarlath Hayes, « Liam Miller 1924-1978 », TDPC, p. 60.

13 John Montague, « Liam Dolmen », TDPC, p. 69.

14 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 8.

15 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », TDPC, p. 137.

16 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », in Raymond J. Porter, James D. Brophy (éd.), Modern Irish Literature. Essays in honour of W.Y. Tindall, New Rochelle, Iona College Press, 1972, p. 23.

17 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », p. 24.

18 Liam Miller, « Liam Miller with Andy O’Mahony, RTE Radio One, 23 August 1981 », TDPC, p. 31.

19 Kevin Casey, « Liam Miller with Kevin Casey, RTE Radio One, 21 September 1976 », TDPC, p. 23.

20 Trinity College Dublin, Early Printed Books and Special Collections, section dirigée par M. Charles Benson.

21 St. Patrick’s College Dublin, Cregan Library, dirigée par M. Evan Salholm.

22 Z. Smith Reynolds Library, Wake Forest University, Raleigh-Durham, North Carolina.

23 John Montague, « Liam Dolmen », p. 84.

24 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 7.

25 Un dessin de Ruth Brandt représente cette presse ; il est placé au début de Dolmen XXV…

26 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », p. 141.

27 Ce n’est qu’à partir de 1969 que la Presse adopte officiellement l’emblème créé par Louis le Brocquy pour The Táin.

28 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », p. 144.

29 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 33.

30 John Montague, Thomas Kinsella (éd.), The Dolmen Miscellany of Irish Writing, Dublin, The Dolmen Press, 1962, « Avant-propos ».

31 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », TDPC, p. 96.

32 Dermot Mc Guinne, Irish Type Design. A History of Printing Types in the Irish Character, Dublin, Irish Academic Press, 1992, p. 190.

33 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 44.

34 Liam Miller, TDPC, p. 30 : « Ce seul livre […] justifie à mes yeux toute l’aventure de la Dolmen Press. »

35 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 58.

36 Thomas Dillon Redshaw, « Antiquarian and Archival Icons », p. 118.

37 Jarlath Hayes, « Liam Miller 1924-1978 », p. 61.

38 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », p. 137.

39 Liam Miller, « Liam Miller with Andy O’Mahony… », TDPC, p. 40.

40 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », p. 29.

41 John Montague, « Liam Dolmen », p. 81.

42 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », p. 11.

43 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 9.

44 Rory Brennan, « Dolmen : Bound and Unbound », TDPC, p. 89-90.

45 John Montague, « Liam Dolmen », p. 74.

46 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », p. 14.

47 Peter Fallon, « Notes on a History of Publishing Poetry », Princeton University Library Chronicle, 59, 3, Spring 1998, p. 549.

48 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », p. 29.

49 Dillon Johnston, The Poetic Economies of England and Ireland, 1912-2000, Houndmills, Palgrave, 2001, p. 136.

50 John Montague, « Liam Dolmen », p. 79.

51 Thomas Kinsella, « The Dolmen Press », p. 153.

52 Peter Fallon, « Notes on a History of Publishing Poetry », p. 549.

53 Maurice Harmon, « The Dolmen Miscellany », p. 13.

54 Anne Brady, Liam Miller and the Dolmen Press 1951-1986, mémoire soutenu en vue de l’obtention d’un diplôme de graphiste, université de Reading, 1994 (dactyl.).

55 Liam Miller, Dolmen XXV…, p. 7.

56 Liam Miller, « A Prospect of Dolmens », in Ireland’s press and printing, Dundalk, Dundalgan, Press, 1953, p. 50.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Presse à main Albion dessinée par Ruth Brandt, Dolmen XXV, Dolmen Press, 1976.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Fig. 2 – A Gaelic Alphabet (exemplaire n°17) : dernière page signée par Michael Biggs et Liam Miller, Dolmen Press, 1960.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Légende Fig. 3 – Galion d’Ewart Milne : page de titre dessinée par Mia Cranwill, Dolmen XXV, Dolmen Press, 1976.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Légende Fig. 4 – Logo créé pour The Rough Field de John Montague, Dolmen Press, 1972.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/918/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Fig. 5 – Illustration pour The Rough Field de John Montague, Dolmen Press, 1972.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/918/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 6 – Portrait de Liam Miller dessiné par Jack Coughlin, Dolmen XXV, Dolmen Press, 1976.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/918/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 505k

Auteur

Pascale Amiot-Jouenne est maître de conférences à l’université de Perpignan-Via Domitia où elle enseigne la littérature anglaise et irlandaise. Elle est l’auteur d’une thèse consacrée à la poésie d’Austin Clarke et d’articles sur Oscar Wilde, Austin Clarke, Seumas O’Kelly, Seamus Deane, Flann O’Brien, John McGahern, Eiléan Ní Chuilleanáin, Paula Meehan et Medbh McGuckian. Elle a publié les actes du colloque Irlande : insularité, singularité ? aux Presses universitaires de Perpignan en 2001, et dirigé l’ouvrage collectif L’Autobiographie irlandaise, publié aux Presses universitaires de Caen en 2004. Elle dirige actuellement l’ouvrage Déclinaisons de la Voie : Avoiement, Dévoiement, Fourvoiement et prépare une étude sur la poésie d’Austin Clarke. Elle est vice-présidente de la Société française d’études irlandaises, membre du comité de rédaction de la revue Études irlandaises, et fait partie de deux groupes de recherche dans sa spécialité.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540