Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

L’édition

La Dun Emer et la Cuala Press

Jacqueline Genet

Texte intégral

  • 1 « Même si de nombreux livres sont imprimés en Irlande, l’art de l’imprimerie y est peu pratiqué de (...)

1La Dun Emer – Cuala Press s’inscrit dans la tradition Morris, Arts et Artisanat et presses privées à qui l’on doit le renouveau de l’imprimerie, atrophiée depuis 18401. Elle attachait une grande importance à l’art du livre ainsi qu’à la valeur littéraire. Elle fut la presse de Yeats, comme la Hogarth Press celle de Woolf, ce qui donna aux deux écrivains une liberté littéraire et esthétique enviable. Parce que les nationalistes jugeaient incongru de faire appel à l’Angleterre, certains écrivains, Yeats au premier chef, cherchèrent à se faire publier en Irlande, afin de montrer leur engagement envers leur pays et d’influencer la réception de leurs ouvrages :

  • 2 William Butler Yeats, The Collected Letters of W.B. Yeats, vol. II, 1896-1900, John Kelly, Warwick (...)

Je suis un poète irlandais [écrit Yeats en 1896 à Henry Davray], je me tourne vers les gens de mon pays pour y trouver la meilleure audience possible et j’essaie d’exprimer ce qui les intéresse et leur fera aimer la terre où ils vivent2.

2À l’attente de ces écrivains, la Dun Emer allait répondre en publiant une collection soigneusement choisie d’œuvres d’auteurs irlandais contemporains, destinée à des bibliophiles, qui devait être une contribution majeure au renouveau littéraire et typographique.Yeats put ainsi satisfaire son désir de lancer un mouvement artistique national auquel il s’identifia. Dans une période de disette de publications, il fit de Dublin un centre de culture.

La Presse, entreprise familiale

3Cette presse fut une affaire de famille. Au cours des vingt dernières années du xixe siècle, de nombreux liens se tissèrent entre la famille Yeats et ceux qui étaient impliqués dans le renouveau du livre. Parmi les voisins et amis à Bedford Park, entre 1888 et 1894, figuraient Elkin Mathews, l’un des éditeurs du poète, William Morris, Emery Walker – le conseiller typographique de Morris –, Sydney Carlyle Cockerell, secrétaire de la Kelmscott de 1894 à 1898, plus tard directeur du Fitzwilliam Museum, et Thomas J. Cobden-Sanderson, qui installa l’atelier de reliure de la maison Doves dans un local très proche. Il est vraisemblable que Yeats les rencontra chez Morris. Auprès d’eux, il conçut le livre comme une œuvre d’art totale.

William Butler Yeats

  • 3 William Butler Yeats, The Letters of W.B. Yeats, Allan Wade (éd.), Londres, Hart-Davis, 1954, p. 3 (...)
  • 4 Ibid., p. 391.
  • 5 Ibid., p. 393.
  • 6 Harold Macmillan, Winds of Change, 1914-1939, Londres, Macmillan, 1966, p. 187.

4À partir de la création de la Dun Emer en 1902, et jusqu’à sa mort, le poète fut l’éditeur de la Presse. Il avait à cela de multiples motivations : contrôler une principauté littéraire, publier son œuvre personnelle, créer un goût qui la fasse apprécier. Très vite, il dressa des plans concernant les premiers titres à publier. Sa correspondance montre l’attention qu’il porta à l’impression. Ainsi les premières épreuves de In the Seven Woods, annotées par lui et par Elizabeth, révèlent leur travail commun, et permettent de suivre la genèse de l’œuvre. Le 4 décembre 1902, il écrivait à Lady Gregory : « J’ai eu les premières épreuves de mes Poèmes, imprimées par ma sœur, elles ont belle allure »3 ; le 16 décembre il ajoutait : « Suit Chuchullain ; il faut le corriger tout de suite pour ma sœur »4. Il s’agit de la pièce On Baile’s Strand, incluse dans l’ouvrage. Et de préciser : « Le livre de ma sœur est simplement une première édition particulièrement belle et chère de certains de mes meilleurs écrits »5. Le poète suivait attentivement chaque stade de fabrication y compris la reliure. « C’était aussi un homme pratique », remarque Harold Macmillan, « il ne méprisait aucunement les problèmes terre à terre de la publication »6.

  • 7 Cité par Clare Hutton, Publishing the Literary Revival. The Evolution of Irish Textual Culture, 18 (...)
  • 8 The Letters of W.B. Yeats, p. 807.

5Il défendait avec vigueur ses décisions éditoriales axées sur les œuvres irlandaises. Néanmoins il changea parfois de politique pour satisfaire ses propres intérêts intellectuels. Entre 1903 et 1922, la Presse produisit deux livres d’auteurs étrangers à l’Irlande : The Post Office de Rabindranath Tagore (1914) et l’édition par Ezra Pound de Certain Noble Plays of Japan (1916). Yeats admirait Tagore, dont la pièce avait été produite à l’Abbey en 1913 et pour laquelle il écrivit une préface. Il l’avait aidé à réviser la traduction de son Gitanjali et avait rédigé une introduction, incluse dans Essays and Introductions. Il justifie aussi le choix des traductions de nô par Pound ; ce sont, selon ses termes, « de la belle littérature » et des « modèles pour la scène européenne, en particulier la scène irlandaise »7. Quelques années plus tard, il admettra que ce choix n’était guère opportun : « Une fois seulement, j’ai introduit dans la collection un livre qui n’était pas irlandais – les nô d’Ezra – et je dus écrire une longue introduction pour annexer le Japon à l’Irlande »8. Les souscripteurs ne furent pas convaincus puisque le livre n’était pas encore épuisé en 1939. Néanmoins, il eut une grande influence sur l’auteur des Pièces pour danseurs.

Susan Mary Yeats ou Lily

  • 9 Cité par Gifford Lewis, The Yeats Sisters and the Cuala, Dublin, Irish Academic Press, 1994, p. 10 (...)
  • 10 Cité par William Martin Murphy, Family Secrets. William Butler Yeats and his Relatives, New York, (...)

6Lily, sa sœur, s’occupa de broderie à la Dun Emer. Elle l’avait étudiée à Kelmscott House, sous la direction de May, la fille de Morris, dont elle devint l’assistante. May avait hérité du caractère explosif de son père. Lily, qui l’appelait « La Gorgone », ne fut plus capable de la supporter en avril 1894 et abandonna son travail pour raison de santé. À la Dun Emer, des tensions surgirent aussi avec sa sœur Elizabeth. J.B. Yeats essaya toujours de les apaiser ; il confiait à Lily en 1910 ou 1911 : « Tes lettres m’inquiètent. J’ai écrit à Lollie et je lui ai demandé de s’intéresser à toi – ce serait bon pour elle et cela pourrait être bon pour toi »9. En 1923, Lily, souffrante, écrit à W.B. Yeats et à sa femme qu’il lui est « impossible » de vivre à nouveau avec Elizabeth car « la vie avec elle pendant les vingt dernières années a été une torture »10. Sans autre alternative, elle retourna à Gurteen Dhas – « le joli petit champ » –, la maison que les deux sœurs partageaient à Churchtown.

Elizabeth Corbet Yeats ou Lolly

  • 11 Ibid., p. 411.

7Formée au métier d’enseignante de jardins d’enfants, Elizabeth avait préféré travailler dans des écoles comme professeur de dessin. Louis Le Brocquy fut son élève. Elle publia des manuels de peinture qui connurent un grand succès. Conformément à l’avis d’Emery Walker, qui fut son conseiller, elle suivit des cours d’imprimerie sous la direction de Miss Weede à la Women’s Printing Society. Après la mort de leur mère et pour des raisons financières, les deux sœurs s’installèrent en Irlande, où elles partagèrent une maison pendant trente-huit ans. Elizabeth fut la première femme à diriger une presse privée et son travail fut salué dans le monde de l’édition. Elle commença à travailler à la Dun Emer peu après son retour en Irlande. Recherchant les conseils de gens compétents, elle se rendit le 12 janvier 1905 à Londres auprès d’Emery Walker ; elle alla aussi voir la Chiswick Press de Charles Jacobi et l’éditeur de Yeats, A. H. Bullen. Elle « n’avait jamais vu marcher une presse [dit-elle] avant d’achever Dans les sept bois »11. Elle n’avait pas pu en voir fonctionner à la Women’s Printing Society car elles étaient actionnées par des hommes et les femmes étaient mal acceptées par les associations d’imprimeurs. Elle apprit donc sur le tas, consacrant à l’entreprise tout son savoir et ses sentiments artistiques. Parallèlement, elle forma de jeunes Irlandaises comme typographes, imprimeurs, coloristes, relieurs, continuant à enseigner jusqu’à 70 ans.

Les relations entre Willie et Lolly

  • 12 W.B. Yeats to Dorothy Wellesley, 17 décembre 1937, cité par William Martin Murphy, Family Secrets… (...)

8W.B. Yeats et Elizabeth s’opposèrent fréquemment, non seulement au sujet de problèmes littéraires qu’il appartenait au poète de résoudre en tant que directeur littéraire, mais aussi pour des questions matérielles, ce qui le concernait moins directement. Pour lui, elle avait le tort d’affirmer qu’elle était seule responsable de la Presse, tort de refuser d’assumer la responsabilité des fautes d’orthographe et de ponctuation, tort de s’opposer à ce qu’il modifiât des vers déjà imprimés. L’alliance d’un manque de sens des affaires chez Elizabeth avec un contrôle plutôt rigide de son frère engendra des problèmes continuels. Leurs relations de travail donnaient lieu à des confrontations et des explosions de fureur et d’indignation de part et d’autre ; W.B. Yeats, à la fin de sa vie, disait en plaisantant que sa sœur Lolly et lui s’étaient querellés du berceau à la tombe12. Michael Yeats se souvient de la tension constante entourant la Cuala. Au cours des années vingt et trente, Mrs. Yeats servit d’intermédiaire entre le poète et ses sœurs. L’un des grands problèmes de la Cuala fut qu’elle ne devint jamais rentable et le poète devait sans cesse venir à la rescousse. Sans son aide généreuse – en particulier après l’obtention du Nobel en 1923 – la Presse eût été forcée de fermer.

  • 13 Cité par Clare Hutton, Publishing the Literary Revival…, p. 143.

9Dès 1906, lorsque Lolly entreprit de publier le deuxième volume d’AE., By Still Waters, son frère, ayant lu les épreuves, en refusa la publication, jugeant qu’elles n’étaient pas au niveau de ce qu’il exigeait pour la Presse. Elizabeth décida de passer outre. John Butler Yeats fit des remontrances à son fils et en même temps expliqua à Elizabeth qu’elle avait besoin de son frère et que sans lui, la Presse irait à la catastrophe. Déterminé à refuser l’amateurisme, le poète cessa son activité d’éditeur littéraire. Finalement, après une intervention de K. Tynan, dont on devait ensuite publier un ouvrage et qui refusait de le donner à la Cuala si Yeats n’en était pas l’éditeur, intervention qu’elle fit à la demande du poète, un accord intervint. Rédigé par AE., celui-ci fut signé par Yeats, qui redevint donc conseiller littéraire de la Presse en novembre 1906. Il démissionna à nouveau de ses fonctions d’éditeur en 1920 quand Elizabeth voulut publier une collection de poèmes d’AE., comprenant le poème « Michael » qu’il récusait. Lady Gregory lui ayant exprimé ses regrets – « Sans vous, [la Cuala] ira à vau-l’eau et perdra sa réputation »13 – il se laissa convaincre par elle et par les excuses d’Elizabeth et resta ensuite éditeur de la Presse jusqu’à sa mort.

10C’était un correcteur infatigable qui révisait sans cesse poèmes, pièces, essais. Lorsqu’elle reçut Shotaro Oshima en juillet 1938, Elizabeth lui confia :

  • 14 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 89.

Mon frère ajoute quelque chose à chaque fois qu’il lit des épreuves non seulement de poèmes mais aussi d’écrits en prose, de sorte que nous sommes toujours obligées de réorganiser les caractères et cela exige beaucoup de travail. En effet il demande des épreuves nombreuses et il faut attendre longtemps avant qu’elles soient retournées avec « OK »14.

  • 15 Allan Wade, A Bibliography of the Writings of W.B. Yeats, 3e éd., révisée et éditée par Russell K. (...)

11Ces épreuves, plusieurs fois corrigées, complètent les manuscrits et permettent de mieux suivre la genèse des œuvres. Elizabeth avait un grand avantage sur les autres éditeurs, car elle pouvait lire l’écriture de son frère. S’il estimait difficile de travailler avec elle, il l’acceptait car la Presse lui donnait la liberté de publier ses propres œuvres et celles qui correspondaient à ses idéaux littéraires et parce qu’il admirait les livres de sa sœur – dans l’exemplaire de Dans les sept bois destiné à John Quinn, il inscrivit : « C’est le premier de mes livres qu’il m’est agréable de regarder »15. La correspondance d’Elizabeth montre que, malgré leurs querelles, elle le tenait en grande estime professionnellement et personnellement. À côté des tensions bien connues, on devine des échanges harmonieux.

L’aide de Jack Yeats

12Jack Yeats participa aussi à l’entreprise ; après avoir travaillé comme illustrateur de livres et d’affiches en Angleterre, il s’installa définitivement en Irlande en 1910 avec sa femme, et ils travaillèrent tous deux pour la Dun Emer. À la demande de sa sœur, il peignit une série de Broadsides qui connut un grand succès. Soutenue par les deux frères Yeats, la Presse ne pouvait manquer d’attirer l’intérêt des membres de l’avant-garde littéraire et artistique.

Le rôle de Mrs. Yeats

13Mrs. Yeats (ou George), l’épouse du poète, apporta également sa contribution. Elle ne se contenta pas d’héberger par deux fois la Presse, elle en prit la direction à la mort d’Elizabeth en 1940 ; sans elle, elle aurait probablement périclité. Elle fut assistée par F. R. Higgins comme éditeur. Après sa mort (8 janvier 1941), elle engagea Frank O’Connor. Seán O’Faoláin aussi fit brièvement partie du bureau directorial. D’autres écrivains aidèrent la Presse pendant les années difficiles de la guerre, ainsi John Masefield, le poète lauréat anglais qui lui confia un petit livre de souvenirs, et G. B. Shaw, qui découvrit des lettres d’amour que lui-même et Yeats – chacun de son côté – avaient écrites au début du siècle à l’actrice Florence Farr. De 1942 jusqu’à sa mort en 1968, Mrs. Yeats abrita la Presse dans sa maison de Palmerston Road. Elle arrêta la publication d’ouvrages quand le papier spécial utilisé par la Cuala fit défaut, même si elle continua la production et la vente de Broadsides peints à la main – elle tenait à assurer du travail aux quatre ouvrières qui travaillaient à la Presse depuis le début du siècle.

Michael et Anne Yeats

  • 16 Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 99.

14Michael Yeats et sa sœur Anne, avec l’aide de Liam Miller, relancèrent la Presse en 1969, un an après la mort de leur mère. La « nouvelle » Cuala voulut préserver les traditions d’impression qui remontaient au début du xxe siècle. La collaboration du frère et de la sœur en faisait à nouveau une industrie familiale. Environ vingt livres et fascicules de leur père, de leur oncle et de leurs amis ainsi que « les meilleures œuvres nouvelles écrites en Irlande »16 furent publiés. La Presse s’arrêta par manque de compositeur-typographe irlandais. En 1986, Anne la ferma pour se consacrer à la peinture et les archives furent données à Trinity College.

De la Dun Emer Press à la Cuala

15L’un des succès les plus durables du Mouvement des Arts et de l’Artisanat en Irlande fut incontestablement la Dun Emer Guild et son antenne les Cuala Industries.

La Dun Emer

Evelyn Gleeson

16La Dun Emer Press (1903-1907) fut fondée, ainsi que les Dun Emer Industries (19041908) dont elle fit partie – coopérative d’art et d’artisanat, sur le modèle de l’entreprise de Morris –, par Evelyn Gleeson, qui avait appris à dessiner pendant six mois sous la direction d’Alexander Miller, disciple de Morris. E. Gleeson avait des problèmes de santé qui l’obligèrent à fuir le smog de Londres. Avec un vieil ami de la famille, plus tard bailleur de fonds, Augustine Henry, elle discuta de la possibilité de développer l’artisanat d’art en Irlande ; autour de 1890, elle devint membre de l’Irish Literary Society fondée par W.B. Yeats à Londres. C’est là qu’elle rencontra les sœurs Yeats ; elles partageaient toutes trois le goût des arts mineurs et le désir de contribuer au Renouveau irlandais. E. Gleeson, avec des penchants nationalistes et féministes, était aussi membre de la Ligue gaélique et suffragette. Quand elle s’installa à Dublin en 1902 afin d’organiser des formations pour les jeunes Irlandaises et leur donner des emplois, elle choisit d’appeler la grande maison qu’elle acheta dans le village de Dundrum, près de Dublin, Dun Emer ou le fort d’Emer – l’épouse de Cúchulain dans l’épopée irlandaise –, soulignant ainsi le lien entre la Renaissance irlandaise et les récits anciens. Les sœurs Yeats, contrairement à elle, n’avaient ni capital ni économies, mais elles apportaient leur compétence. Le partenariat était inégal, les problèmes inévitables. L’entreprise fut financée par l’héritage d’E. Gleeson, avec l’aide de son frère et d’Augustine Henry. C’est lui qui, le 18 janvier 1902, écrivit aux sœurs Yeats pour leur demander si elles étaient prêtes à se joindre à E. Gleeson. L’offre arrivait bien. L’idée de quitter Londres et de travailler en Irlande dans la mouvance du Mouvement des Arts et de l’Artisanat les séduisit immédiatement. Elles s’installèrent à Dublin. E. Gleeson organisa la répartition des tâches ; elle aurait en charge la tapisserie et les tapis, Lily, la broderie et Lolly, l’imprimerie. John Butler Yeats et ses filles s’étaient installées à Gurteen Dhas, à vingt minutes de marche de la Dun Emer. Le travail commença en octobre 1902.

Ses idéaux

17Les idéaux d’E. Gleeson furent définis dans un prospectus publié à la Dun Emer Press au cours de l’hiver 1903. Elle y exprimait :

  • 17 Ibid., p. 15-17.

le désir de trouver du travail pour des ouvrières irlandaises, fabriquant de beaux objets […]. Trois branches d’activité furent organisées, l’impression manuelle des livres, la broderie sur de la toile irlandaise, et le tissage de tapisserie et de tapis. La reliure sera bientôt ajoutée. L’idée est de faire de belles choses […]. Tout, dans la mesure du possible, est irlandais, le papier des livres, le tissu de la broderie et la laine de la tapisserie et des tapis. Les dessins sont aussi dans l’esprit et la tradition du pays […]. La broderie est dans le style médiéval remis en vigueur par William Morris […]. L’imprimerie […] s’occupe de la publication d’œuvres de génie ; la haute qualité des deux premiers livres sera maintenue17.

18Ces idéaux restèrent ceux de la Cuala, tout au long de son histoire. Elle s’intéressa aux « œuvres de génie », publiant la plupart des écrivains irlandais importants de la première moitié du xxe siècle, en se référant à William Morris, insistant comme lui sur la beauté de chaque produit et ajoutant un caractère spécifiquement irlandais. Les publications de la Presse n’étaient pas destinées au marché ordinaire mais à l’intelligentsia et à des collectionneurs privés, attirés par des livres attrayants.

L’équipement

  • 18 Ibid., p. 29.

19L’équipement de la Dun Emer Press suivit le modèle des autres presses privées. Une presse à main Albion, semblable à celle de Morris, ou à celle de la Doves Press de Walker, fut acquise en 1902, auprès d’une imprimerie provinciale. Sur le conseil d’Emery Walker, l’elzévir Caslon, avec un corps de 14 points, fut acheté à Londres et utilisé dans tous les livres. L’elzévir avait été conçu par le premier William Caslon (1692-1766). Cette police était anglaise mais d’origine hollandaise, datant du xviiie siècle. Comme l’indique le premier prospectus de la Dun Emer (1903), le caractère n’était pas « excentrique dans la forme ni difficile à lire »18. Elizabeth disposait les caractères à la main. Un corps 10 était parfois utilisé pour les notes, et un corps 30 pour les titres dans certaines des dernières publications. Un papier pur chiffon mince, légèrement teinté, fabriqué spécialement à l’usine de Swiftbrook, à Saggart dans le comté de Dublin, fut employé pour tous les livres publiés dans le format standard, un petit in-quarto, mesurant 21 x 14,5 cm. Les Broadsides utilisaient un beau papier à la cuve légèrement crème. Son opacité et son épaisseur pouvaient varier. Dans certains des volumes publiés pendant la Guerre de 14-18, la qualité était moindre, par suite du manque de matière première, et le ton était grisâtre, ainsi celui de Passages from the Letters of John Butler Yeats (1917), mais il était encore fabriqué en Irlande. Le matériel typographique d’Elizabeth était donc excellent et répondait à une pratique élitiste.

20Elle se conforma aux recommandations d’E. Walker, pour qui une bonne page imprimée devait être lisible, dépouillée d’ornement, les marges généreuses, la distance entre les mots « égale autant que possible », les lignes assez rapprochées, les caractères raisonnablement grands, une page pas trop large pour que les yeux puissent passer facilement de la fin d’une ligne à la suivante. En juillet 1922, The Bookman’s Journal and Print Collector publia un article de W. G. Blaikie Murdoch, dans une série sur les presses privées. Il partageait les préférences d’Elizabeth, estimant que Morris avait gâché ses livres « par une surabondance d’ornements », que le Chaucer de la Kelmscott était si orné qu’il devenait difficile à lire. En 1903, Elizabeth confia à l’un des souscripteurs de Dans les sept bois qu’elle préférait la typographie de la Doves Press aux dessins des ouvrages de Morris. Charles Ricketts, à la Vale Press, abusait aussi parfois d’ornements. Par contre, Miss Yeats, selon Murdoch,

  • 19 William Garden Blaikie Murdoch, « The Cuala Press », The Bookman’s Journal and Print collector, ju (...)

a bien remarqué qu’ici, comme en architecture, le mérite s’acquiert en évitant les embellissements. Elle s’est rendu compte que, avec une belle police, comme l’elzévir, l’impression est la vraie décoration de la page […]. Utilisant toujours un papier sans prétention, [elle] a atteint une rare beauté toute de simplicité, comme dans les tableaux de Chardin et des Hollandais. […] Chaque ouvrage est un in-octavo. Tous ont le charme de la minceur, car aucun n’a plus de cinquante pages. Tous sont reliés avec un dos en toile, les côtés couverts d’un papier un peu rêche, gris, vert ou bleu. Et ces reliures sans prétention, mais remarquablement artistiques, si appropriées au style simple de l’impression typographique sont aussi en harmonie avec les pages de titre […]. Si on trouve un ornement dans les plus petits livres du xviiie siècle, il s’agit en général d’une vignette sur la page de titre. Peut-être dans l’intention délibérée de renforcer la consanguinité de la Cuala avec cette période exquise, la décoration en question est la seule que se permette Miss Yeats19.

21Peu de presses fonctionnèrent aussi longtemps en maintenant cette grande qualité. Tout était fait main. Hugh Kenner y voit trois raisons :

  • 20 Hugh Kenner, « The Most Beautiful Book », English Literary History, vol. 48, fasc. 3, 1981, p. 596

1) Le capital investi devait être aussi réduit que possible. 2) Le travail à la main exige que davantage d’ouvrières y consacrent plus de temps et la Presse voulait offrir du travail aux jeunes Irlandaises. 3) L’imprimerie à la main, comme la broderie, était un exemple du principe selon lequel une activité rendue désuète par une nouvelle technologie tend à devenir une forme artistique20.

  • 21 Lettre à Sydney Cockerell du 18 mars 1903, in William Butler Yeats, The Letters of W.B. Yeats, p. (...)

22W.B. Yeats s’intéressait aussi à la reliure ; à propos de Ideas of Good and Evil, confié à Bullen, il décrit à peu près le style de reliure adopté par la Dun Emer : « J’aimerais qu’il soit relié avec des plats gris ou bleus, un dos blanc, et cousu sur nerfs, comme l’un des exemplaires que vous m’avez montrés »21. Ce style de reliure était semblable à celui que préféraient W. Morris et plusieurs autres responsables de presses privées en Angleterre autour de 1890 et dans les premières décennies du xxe siècle. Un atelier de reliure, ajouté en 1904 à la Dun Emer, fut dirigé par Norah FitzPatrick, et exécuta de belles reliures en cuir, travaillées à la main. Cet atelier n’assuma pas régulièrement la reliure de la Presse, mais exécuta des commandes comme l’exemplaire de In the Seven Woods relié en maroquin et doré sur tranche, pour Katharine MacCormack ; d’autres couvertures furent réalisées avec des reliures en cuir souple. Un autre volume fut relié en vélin orné d’une décoration celtique. Pour les reliures, on employait généralement du papier Ingres, souvent gris-bleu ou bleu. Les livres produits après 1940 utilisèrent un autre type de papier pour la couverture. La reliure fut alors exécutée à Dublin par Galway & C° (plus tard Brindley Ltd) à l’exception d’un ouvrage relié par The Three Candles, presse privée fondée en 1916 par Colm O’Lochlainn, qui s’inscrivait dans la tradition de la Cuala.

23Ces techniques restèrent celles de la Presse au cours des années ; le prospectus de 1969 reprenait l’essentiel de celui de 1903. En faisant alors renaître la Cuala, les directeurs entendaient maintenir la politique d’origine :

  • 22 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 99.

Les livres de la nouvelle Cuala Press veulent poursuivre les traditions consignées dans le prospectus d’origine de 1903 […]. Les normes typographiques posées par Emery Walker seront conservées. La même police, Caslon, avec le même nombre de points sera utilisée. Les ouvrages seront imprimés par la Presse à main d’origine utilisée depuis 1903. Le papier, comme dans les premiers livres, sera spécialement fabriqué aux usines de Swiftbrook et les reliures, en toile avec des cartons de couleur, ne seront pas changées. Les publications comprendront les meilleures des œuvres nouvelles écrites en Irlande, imprimées avec le même art que celui qui fit partout la renommée de la Cuala Press parmi les amateurs de livres22.

Le personnel

24Le personnel, quant à lui, était féminin, à l’exception de celui de la reliure, composé de jeunes garçons, E. Gleeson pensant que gratter le cuir était trop ardu pour des filles. Outre Elizabeth, il comprenait à l’origine deux jeunes filles : Beatrice Cassidy et Esther Ryan, qui avait environ 14 ans quand elle débuta et qui passa sa vie entière à la Presse. Leurs noms apparaissent pour la première fois dans le colophon du dixième livre : Twenty-One Poems de Katharine Tynan en 1907. Plus tard d’autres jeunes filles devaient se joindre à elles – en 1905, on en comptait environ trente. Outre May Kerley, nièce d’Augustine Henry qui aida à la fabrication des tapis – utiliser les compétences familiales semble la norme dans le Mouvement des Arts et de l’Artisanat –, il y eut Eileen Colum, sœur du poète et dramaturge Padraic Colum, qui se spécialisa d’abord dans la broderie puis fut en 1906 transférée à l’imprimerie, où elle consacra le reste de sa vie, Máire Gill, qui travaillait encore pour la Cuala lors du renouveau de 1969 et, plus tard, Kathleen Banfield. Elizabeth et Lily Yeats passèrent leur vie à former des jeunes filles, surtout issues de l’Irlande rurale.

Les difficultés de la Presse

Vers la Cuala Press

25À la fin de 1903, J. B. Yeats confiait à son fils :

  • 23 John Butler Yeats, Letters to his Son W.B. Yeats and Others, 1869-1922, Joseph Hone (éd.), Londres (...)

Les filles sont en pleine forme – ce lieu me semble être rapidement de mieux en mieux connu du public. L’instinct de Lily et l’intelligence de Lolly font avancer les choses en droite ligne sur la route aplanie du succès23.

26Mais une crise éclata : le 8 février 1904, Yeats, de Chicago, informa Lady Gregory que Lily lui demandait une aide financière :

  • 24 The Letters of W.B. Yeats, p. 430.

Si je donne beaucoup, ce sera sans effet (car ce ne sera pas assez) et si je donne peu, on me le reprochera toujours. Je ne sais pas si c’est égoïste de ma part, mais mes sœurs m’écrivent depuis tant d’années en se plaignant […]. Il y a une chance pour que passe « l’affolement » de Miss Gleeson et pour que la lettre traduise seulement […] un moment de dépression24.

  • 25 John Butler Yeats, Letters…, p. 75.

27J. B. Yeats lui écrivit alors : « Aujourd’hui Russell devait sortir arranger les choses à la Dun Emer. Lolly et Lily doivent à elles seules former une société et Miss Gleeson une autre »25. C’est l’annonce de la division qui intervint en 1908. Les crises étaient causées soit par le manque de capital soit par les personnalités différentes des personnes concernées. Sur les conseils d’AE., dont l’influence s’explique par son intérêt pour le mouvement coopératif et la littérature et par ses relations sociales avec la famille Yeats, la Dun Emer fut divisée en deux sociétés coopératives, la Dun Emer Guild sous la direction d’E. Gleeson et les Dun Emer Industries, sous celle des sœurs Yeats, même si E. Gleeson et sa sœur en restaient les principaux actionnaires. De nombreuses réunions se tinrent entre septembre et décembre 1904, réglant les moindres détails de l’organisation. À Noël 1904, la tension avait diminué. Pourtant, pendant l’été 1906, la situation financière de la Presse fut à nouveau source d’angoisse.

La scission

28En 1908, les difficultés avaient pris une telle dimension qu’il n’était plus possible de continuer. La division proposée par J. B. Yeats début 1904 eut lieu. Avec l’aide d’AE., qui les guida dans le labyrinthe légal, il fut relativement facile pour Lily et Elizabeth de modifier leur coopération avec E. Gleeson et de devenir indépendantes. Si tout avait semblé idéal au début, sa manière arrogante avait suscité la révolte des sœurs Yeats, et les antagonismes s’accrurent. Lily et Elizabeth emportèrent le matériel d’impression et installèrent, à leur compte, les Cuala Industries à Churchtown près de Dundrum, dans une maison de quatre pièces. E. Gleeson retint la presse à main Albion, jusqu’à ce que tous les problèmes fussent résolus. Elle annula leur dette à condition qu’elles renoncent au nom de Dun Emer. Elles choisirent celui de Cuala, jadis nom d’une baronnie composée de la partie sud du comté de Dublin avec la partie nord du Wicklow. Cuala était aussi le nom d’une des cinq routes qui convergeaient vers Tara. Les deux sœurs gardèrent leurs assistantes et poursuivirent leur travail, Lily la broderie et Elizabeth l’imprimerie avec le logo « Lady Emer et l’Arbre », gravé par Elinor Monsell et d’abord utilisé en 1907 dans Twenty-One Poems de K. Tynan. La Cuala est donc le prolongement de la Dun Emer Press. La réorganisation engendra un certain retard dans la publication des livres, si l’on en juge par le laps de temps entre la date du colophon du dernier livre de la Dun Emer, 12 septembre 1907, et celui du premier livre de la Cuala, 8 octobre 1908. En janvier 1910, le comité décida d’acquérir une seconde presse, qui fonctionna à partir de mars.

Les implantations

  • 26 Cité par Ann Saddlemyer, Becoming George. The Life of Mrs. W.B. Yeats, Oxford, Oxford University P (...)

29La Cuala changea plusieurs fois d’implantation, après Dundrum (1902-1908) et Churchtown (1908-1923), elle connut une situation difficile début 1923 quand Lily, touchée par la tuberculose, dut aller se faire soigner à Londres. Yeats et son épouse hébergèrent alors l’entreprise chez eux au 82, Merrion Square à Dublin ; elle y resta jusqu’en 1925. La Presse fut installée au sous-sol. Mrs. Yeats surveilla les brodeuses ; ainsi commença son implication avec la Cuala, qui se poursuivit pendant les quarante-cinq ans qui lui restaient à vivre. « Ma femme est pleine d’énergie de corps et d’esprit [écrivait Yeats en 1923] et améliorera grandement le travail, je crois »26. En novembre 1923, l’aide financière rendue possible par le prix Nobel apporta un répit dans les tracas financiers de la Cuala et la famille se mit en quête d’un nouveau local.

30En février 1925, elle loua un magasin et des ateliers au 133, Lower Baggot Street à Dublin. La Cuala avait désormais une salle d’exposition, près du centre-ville. Ce fut la localisation de la Presse jusqu’en 1942, après la mort d’Elizabeth. Cette année-là, la difficulté de maintenir les salles d’exposition et les ateliers au centre de Dublin, alors que les possibilités d’exportation étaient compromises par la guerre, incita George à servir à nouveau d’hôtesse à la Cuala, qui s’installa dans sa maison au 46, Palmerston Road où elle demeura jusqu’à sa mort en 1968.

31Après elle, Michael et Anne décidèrent que la Cuala devait continuer, et avec Liam Miller ils trouvèrent un nouveau local au 116, Lower Baggot Street, près de son ancienne résidence entre 1925 et 1942. Le 25 septembre 1969, le nouveau lieu d’implantation fut ouvert, en présence de Padraic Colum ; parmi les invités se trouvait Máire Gill, qui faisait le lien avec la Dun Emer des premières années. Le prospectus annonçant la renaissance de la Cuala était imprimé sur le papier spécial de Swiftbrook Mills avec, en rouge, le logo, gravé en 1907 par Elinor Monsell.

Les réalisations

32Tandis que, pendant la deuxième année de son existence, « la petite ruche artistique de Dundrum », comme un commentateur appelait la Dun Emer, produisait une gamme impressionnante d’objets artisanaux : rideaux, tentures, dessus de meubles, tapis pour les églises ou à usage domestique – Lily, en avril 1903, broda vingt-quatre bannières pour la nouvelle cathédrale de Loughrea – Elizabeth entendait faire de l’impression du livre un art à part entière. Peu après sa fondation, le succès était au rendez-vous, et la Dun Emer régulièrement sous le regard du public grâce à des articles de presse élogieux ou à de fréquentes expositions.

33Son travail fait partie de l’histoire littéraire du xxe siècle. Liam Miller a établi la liste des livres publiés, d’après celle qui fut imprimée en 1943 lors du quarantième anniversaire de la Cuala. Les dates données sont celles qui figurent dans les colophons. La date de publication suit souvent de plusieurs mois celle de l’achèvement de l’impression. Il y eut parfois de longs intervalles entre un titre et le suivant, onze mois par exemple entre la publication de The Post Office de Tagore (juillet 1914) et John M. Synge : A few personal recollections (juin 1915) de John Masefield. De même un certain laps de temps s’écoula entre Two Plays for Dancers de Yeats (janvier 1919) et l’édition par Lennox Robinson de Further Letters of John Butler Yeats (mars 1920) – interruptions dues au manque de textes appropriés, aux autres engagements de l’éditeur, occasionnellement à un rythme lent causé par des problèmes de santé d’Elizabeth.

Avant 1908

Les œuvres de Yeats

34Le premier livre publié fut donc un volume de Yeats, poésie et théâtre, In the Seven Woods Being Poems chiefly of the Irish Heroic Age accompagné de la pièce On Baile’s Strand. Un bon nombre des traits caractéristiques de la Presse étaient déjà présents : format, papier, police Caslon en 14 points, marges généreuses avec l’utilisation d’encre rouge pour le colophon, certains titres et des notes. Ce colophon servit de modèle aux ouvrages ultérieurs :

  • 27 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 31.

Ici s’achève Dans les sept bois, écrit par William Butler Yeats, imprimé sur du papier fabriqué en Irlande et publié par Elizabeth Corbet Yeats à la Presse de la Dun Emer, dans la maison d’E. Gleeson à Dundrum, comté de Dublin, Irlande, terminé le 16 juillet, l’année du grand vent, en 190327.

35Le grand vent est aussi le sujet d’une note de Yeats, imprimée en rouge (page 25 du livre) :

  • 28 Ibid., p. 32.

J’ai composé certains de ces poèmes en marchant dans les Sept Bois, avant que le grand vent de 1903 ne fît tomber tant d’arbres, ne perturbât les bêtes sauvages et ne changeât l’aspect des lieux ; et j’y ai élaboré une bonne partie de la pièce qui suit28.

  • 29 James Joyce, Ulysses, 1re éd., Londres, The Bodley Head, 1937, p. 11.
  • 30 The Letters of W.B. Yeats, p. 387.

36Dans Ulysses, Buck Mulligan parodie ce colophon : « Cinq lignes de texte et dix pages de notes sur les gens et les dieux-poissons de Dundrum. Imprimé par les sœurs surnaturelles dans l’année du grand vent »29. Elizabeth continua à écrire un colophon détaillé pour chaque volume, en le datant d’une manière originale (pour Certain Noble Plays of Japan, terminé le 16 juillet 1916, « l’année du soulèvement du Sinn Féin » – nom qu’elle donne à Pâques 1916 – ; pour Michael Robartes and the Dancer, « la Toussaint, de l’année mille neuf cent vingt »). Yeats reçut les premières épreuves de In the Seven Woods à Londres le 4 décembre 1902 et confia à Lady Gregory qu’elles étaient « vraiment très bonnes »30. Lors des deuxièmes épreuves, sa réaction fut moins positive : il protesta contre la couleur des feuilles de garde et de la couverture, demandant du bleu ou du gris, ce qui ne fut possible que pour les volumes ultérieurs. La reliure était en toile naturelle irlandaise mais, étant donné la difficulté de la travailler, ce matériau ne fut employé que pour ce livre, les suivants ayant une couverture en carton et un dos en toile. Le dessin du logo de la Presse fut sujet à discussion. Début 1903, Elizabeth dessina une tour, ressemblant vaguement à une tour Martello, se détachant sur un ciel nuageux, accompagnée de l’inscription « dun emer press », en lettrage irlandais. Son frère en vit une épreuve, la jugea « charmante », mais, tout comme Cockerell, estima qu’il serait préférable de l’agrandir. Elizabeth pensa que c’était inutile et demanda à E. Walker d’en faire un cliché qui fut utilisé comme colophon dans les épreuves. Cependant le dessin était incontestablement trop petit (27 x 21 mm) et ne s’accordait pas avec la typographie. Pour répondre aux plaintes du poète, elle le retira. Achevé le 16 juillet 1902, le livre fut envoyé aux lecteurs en août 1903. Avec seulement 325 exemplaires imprimés et environ la moitié déjà achetés en souscription, il se vendit rapidement, à 10 shillings 6 pence. Le tirage, comme dans la plupart des presses privées, était limité à un nombre spécifique d’exemplaires dont une partie était vendue à l’avance par souscription, réservée à des privilégiés sensibles à la beauté du livre.

37Des œuvres en prose – récits folkloriques et essais – furent publiés, couvrant ainsi les principaux champs de la création littéraire yeatsienne. Stories of Red Hanrahan fut achevé « lors de la fête de l’Annonciation en août de l’année 1904 » et publié en mai 1905. Il contenait le premier dessin de Robert Gregory utilisé par la Presse, représentant les quatre as d’un paquet de cartes étalés sur les quatre provinces d’Irlande – les quatre champs verts du folklore irlandais. La vente de ce livre fut très lente ; tiré à 500 exemplaires, il n’était pas encore épuisé en 1913. En 1907, ce fut le tour de Discoveries – le onzième et dernier livre de la Dun Emer. Deux cents exemplaires seulement furent imprimés, sans doute parce que Stories of Red Hanrahan avait été difficile à vendre. Y figurait un troisième dessin de Robert Gregory, symbole favori de Yeats : la licorne, en train de charger, enfermée dans un cercle de 2 pouces et quart de diamètre. Le dernier prospectus publié en mai 1908 reprend les buts que la Presse se fixait en 1903 et annonce que huit des onze volumes publiés sont épuisés, dont Discoveries.

D’autres œuvres de la littérature irlandaise

  • 31 Edward O’Shea, Yeats as Editor, Dublin, The Dolmen Press, 1975, p. 6.

38Il est important de noter que les œuvres d’autres auteurs étaient toujours revues par Yeats. Il les sélectionnait, les préfaçait et proposait encore des changements au stade des épreuves. Ses critères étaient la valeur littéraire : respect des formes traditionnelles, langage vivant, rejetant, pour citer Tagore, « les mots qui n’ont pas encore trouvé leur âme et les mots qui ont perdu leur âme »31. La manière dont il éditait le travail de ses amis pouvait s’avérer cavalière. Ses convictions personnelles et son goût déterminaient son approche, comme il apparaît dans sa manière de traiter AE. lors de la publication de The Nuts of Knowledge. Dans une lettre datée du 17 mai 1903, ce dernier écrivait à John Quinn :

  • 32 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 33.

Concernant la Presse de la Dun Emer, Yeats et moi, nous nous sommes querellés à propos d’un poème, et comme nous sommes tous deux obstinés, il m’a suggéré, au lieu de cela, de sélectionner mes poèmes pour sa sœur ; c’est ce que je suis en train de faire. Cela lui permet de se débarrasser du poème qu’il n’aimait pas dans The Divine Vision (il n’a jamais été plus loin que la seconde strophe) et je crois qu’il serait peut-être mieux pour les ventes de sa sœur que le livre ne contienne qu’environ quarante des meilleurs poèmes lyriques que j’ai écrits. Je prévois une autre querelle avec Willie pour décider quels sont les meilleurs, mais nous arriverons probablement à un compromis […]. S’il refuse de publier tout ce qui n’est pas du niveau d’un livre sacré, je crains que la production ne soit réduite32.

39Tout se régla finalement ; il est vrai que Yeats était alors en tournée de conférences aux États-Unis. Le livre fut techniquement supérieur à In the Seven Woods, comme l’indique AE. :

  • 33 Lettre à T.B. Mosher du 3 novembre 1903, ibid., p. 34.

Le livre de Miss Yeats, The Nuts of Knowledge, sera, je crois, un beau livre, bien plus joli que sa première impression des poèmes de Willie Yeats In the Seven Woods. On a souscrit à cette édition, presque complètement avant que le livre ne soit achevé33.

40Première utilisation d’un motif décoratif, l’ancien symbole irlandais, « L’Épée de lumière », dessin d’AE., apparaît en rouge page VII. Cet ouvrage établit le style de reliure de la Presse. Yeats fut satisfait :

  • 34 Lettre à Lily du 25 décembre 1903, The Letters of W.B. Yeats, p. 416-417.

Je viens de voir The Nuts of Knowledge […]. Il est supérieur à The Seven Woods et devrait, je crois, accroître la renommée de la Presse. Cependant il y a des moments où je pense que l’épée ailée est un peu grande et d’un dessin un peu vague34.

41Le 2 janvier 1904 une autre lettre demande où en sont les Love Songs of Connacht de Douglas Hyde qui étaient en préparation et pour lesquelles il cherchait des souscripteurs. Le livre contenait la poésie gaélique rassemblée et traduite par Hyde. Avec 128 pages de texte, c’est l’un des livres les plus importants publiés par la Dun Emer dans le cadre de la Renaissance irlandaise ; Yeats en écrivit la préface et le volume fut dédié à George Sigerson, président de la Société littéraire nationale. En l’absence d’Elizabeth, partie à Londres chercher conseil auprès d’E. Walker, Esther Ryan publia le quatrième prospectus des Presses daté de janvier 1905, annonçant la publication de Twenty-One Poems de Lionel Johnson, sélectionnés par Yeats, à partir de deux volumes publiés à Londres par Elkin Mathews. Le colophon indique la date d’impression : « La veille de la Tous-saint de l’année 1904 ». Le livre ne sortit qu’en février 1905.

42Deux autres livres parurent en 1905 et d’abord, toujours choisis par Yeats, Some Essays and Passages de John Eglinton, pseudonyme de William Kirkpatrick Magee. Il était l’ami d’AE. et de Yeats, mais n’approuva pas la sélection et cette note de lui figure en rouge dans le livre :

  • 35 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 43.

L’auteur des pages suivantes aimerait dire qu’il ne participa aucunement au choix que M. Yeats lui a fait l’honneur d’opérer pour la collection de la Presse de la Dun Emer, et en particulier que, s’il avait été consulté, il n’aurait guère approuvé l’introduction du dernier essai, rédigé il y a plus de douze ans, dans lequel l’accent est mis sur une métaphore au point de la faire accepter comme parole d’Évangile35.

43Le deuxième livre, achevé en 1905, rassemblait Sixteen Poems de William Allingham, inspiré de chants populaires traditionnels que Yeats admirait. Une lettre à Mrs. William Allingham, dont le mari était mort en 1889, montre sa manière de procéder :

  • 36 Lettre du 7 décembre 1904, The Letters of W.B. Yeats, p. 446.

Chère Madame, j’aimerais beaucoup, si vous m’en donnez la permission, faire un petit choix dans la poésie de votre mari en vue d’une publication par la Presse de la Dun Emer. Ces livres qui sont imprimés par ma sœur dans une très belle police ancienne, ont connu un succès considérable. L’édition est naturellement très réduite, 250 ou 300 exemplaires mais on pourrait vous verser une petite somme pour les droits d’auteur. Ce serait vraiment un petit livre, disons 25 poèmes et il ne pourrait en aucun cas interférer avec la vente des éditions ordinaires. Des livres d’AE., Lionel Johnson, Douglas Hyde et moi-même ont déjà été imprimés et un livre de Lady Gregory suivra la sélection des poèmes de votre mari, si vous m’autorisez à les publier. Nous sommes désireux de faire paraître dans cette collection des livres irlandais représentatifs. J’ai la plus grande admiration possible pour la poésie de M. Allingham. Je suis parfois enclin à penser que ce fut mon maître en poésie irlandaise, me guidant au début de mon chemin, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire. Je pense pouvoir faire de cette œuvre un petit volume qui procurera une grande joie à beaucoup de gens36.

44Le livre suivant, A Book of Saints and Wonders de Lady Gregory, fut publié en septembre 1906 avec un dessin imprimé en rouge de son fils, représentant une cloche, un poisson et une cascade. La typographie en fut reproduite l’année suivante dans les éditions commerciales de Londres et de New York dirigées par John Murray. Elizabeth avait demandé à AE. une deuxième collection de poèmes au début de 1904 car les exemplaires de The Nuts of Knowledge s’étaient vendus le jour même de leur publication ; AE. écrivit à Yeats à ce sujet en avril de cette même année :

  • 37 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 45.

Votre sœur m’a interrogé sur la possibilité de publier un autre de mes livres après celui de Lady Gregory. J’ai dressé au brouillon une liste de poèmes que je pourrais modifier car je l’ai faite pour elle dans la précipitation. Je pourrais peut-être trouver de meilleurs poèmes si je parcourais ce que j’ai plus soigneusement37.

45On sait que l’opinion de Yeats et de sa sœur, concernant la sélection des poèmes, divergea et qu’une polémique s’ensuivit. Le livre, By Still Waters, fut en fin de compte terminé en 1906. L’impression du dixième livre, Twenty-One Poems de Katharine Tynan, à nouveau un choix de Yeats, fut achevée le 20 mars 1907. Dans l’un des poèmes, il supprima quelques strophes. Pour la première fois, le personnel de la Presse est nommé dans le colophon, ce qui allait devenir une caractéristique des volumes à venir – le nom d’Esther Ryan figure encore en 1946 dans le colophon du soixante-dix septième livre imprimé à la Cuala, Stranger in Aran d’Elizabeth Rivers. La page de titre de Twenty-One Poems comporte la gravure sur bois de Lady Emer, debout près d’un arbre, réalisée par Elinor Monsell, qui avait aussi conçu la reine Maeve avec un chien loup, dessin utilisé par l’Abbey Theatre. La pratique d’imprimer un dessin sur la page de titre fut adoptée pour la première fois dans ce livre et devint ensuite une habitude. On y trouve donc toutes les caractéristiques des ouvrages de la Presse, y compris la reliure.

Après 1908

46Les réalisations de la Cuala sont impressionnantes. Elizabeth entendait créer, avec l’aide de son frère, une petite bibliothèque d’œuvres d’éminents écrivains irlandais. Elle publia 66 livres, une trentaine de publications à compte d’auteur, les Broadsides, des gravures peintes à la main, des cartes de vœux, des calendriers, un grand nombre d’ex-libris. Le format resta le même ; même le logo de la Dun Emer fut encore employé. Un second, représentant un arbre dans un paysage irlandais, fut conçu en 1925. D’autres, dessinés par AE. et Robert Gregory, furent aussi utilisés de temps en temps, ainsi que des nouveaux commandés par Yeats à deux artistes extérieurs à l’Irlande, T. Sturge Moore et Edmund Dulac.

Les œuvres de Yeats

  • 38 Gifford Lewis, The Yeats Sisters and the Cuala, p. 65.

47Essai, poésie, théâtre se succédèrent. Le premier livre publié par la Cuala, achevé le 8 octobre 1908, Poetry and Ireland, contenait deux essais, l’un par Yeats, l’autre par Lionel Johnson, traitant de poésie et de patriotisme. Le dessin d’» Emer » figurait toujours sur la page de titre. Selon le Manchester Guardian, ce « pamphlet » était « digne » de Morris. Le volume, The Green Helmet and other Poems, achevé en 1910, réunit la pièce The Green Helmet et 21 poèmes. Il fut suivi de Synge and the Ireland of his time by W.B. Yeats with a note concerning a walk through Connemara with him by Jack Butler Yeats (1911). Dans le prospectus de 1913, un seul titre était annoncé en préparation : New Poems. Il parut sous le titre de Responsibilities en 1914, avec cet erratum d’Elizabeth : « Vous trouverez ici des changements apportés par notre frère après l’impression du livre – ce ne sont donc pas des erreurs de notre part »38, ce qui ne manqua pas de susciter une grande tension. En mai 1913, la Presse publia A Selection from the Love Poetry of William Butler Yeats, tiré à 300 exemplaires. Les poèmes furent sélectionnés dans ses œuvres publiées entre 1890 et 1911. En octobre de la même année, le poète fit imprimer à la Cuala, en 50 exemplaires, les cinq poèmes groupés sous le titre Poems Written in Discouragement 1912-1913. Janvier 1914 vit la version révisée de sa pièce The Hour-Glass précédemment publiée à Florence dans le périodique de Gordon Craig, The Mask.

48Yeats voulut un nouveau logo pour le volume à venir de son Autobiographie ; il s’adressa à T. Sturge Moore, qui lui proposa une licorne bondissante « Monoceros de Astris » (la licorne des étoiles). Ce dessin figure sur la page de titre de Reveries over Childhood and Youth, achevé en 1915. Le livre comporte un deuxième dessin de T. Sturge Moore, « La Bougie dans les vagues », imprimé en rouge. Ce motif, qui figure dans l’ex-libris de W.B. Yeats, fut aussi utilisé pour Michael Robartes and the Dancer (1920). Reveries est le plus long volume publié par la Presse, le seul en deux tomes, un pour le texte, un autre contenant trois reproductions d’E. Walker : deux sont des portraits par John Butler Yeats de lui-même et de son épouse, et la troisième l’aquarelle en couleur de Sligo par Jack B. Yeats, Memory Harbour, avec une note du poète. Memory Harbour : A Revery over Childhood and Youth était le titre sous lequel le livre était annoncé dans le prospectus paru à l’automne 1914. En 1917, s’achevait la publication de The Wild Swans at Coole, other verses and a Play in verse – il s’agissait de At the Hawk’s Well. Le dessin de la licorne de Robert Gregory, déjà utilisé dans Discoveries (1911), apparaît ici pour la deuxième fois. Le théâtre s’intercalait entre poésie et écrits biographiques. Two Plays for Dancers, comprenant The Only Jealousy of Emer et The Dreaming of the Bones s’inspirant du théâtre nô, porte sur la page de titre le dessin de T. Sturge Moore, « Monoceros de Astris » ; il est imprimé en rouge tout comme les didascalies. Quatre cents exemplaires furent publiés en janvier 1919. Michael Robartes and the Dancer de Yeats parut en 1921, avec pour logo « La Bougie dans les vagues » de S. Moore. Four Years fut achevé en octobre 1921 et The Trembling of the Veil, dont Four Years constitue la première section, sortit à Londres en 1922. Four Years utilisait un nouveau dessin de Moore : un épervier attaquant un petit oiseau, imprimé en rouge sur la page de titre. Il répondait à une demande de Yeats :

  • 39 Lettre du 15 mars 1921, citée par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 77.

Mon cher Sturge Moore, je veux que vous fassiez un dessin pour le prochain livre de la Cuala – Four Years 1887-1891 – mon nouveau livre autobiographique ; quelque chose comme votre bougie dans les vagues. Un épervier conviendrait-il ? Votre épervier sur la couverture de Responsibilities est un si bel animal. J’ai utilisé cet oiseau comme symbole une ou deux fois dans le livre. L’épervier pourrait être perché ou voler, ou perché et encapuchonné39.

49En avril 1922 fut terminé Seven Poems and a fragment et en 1924 la pièce The Cat and the Moon.

50À partir de 1925, la production de livres s’accrut et en cinq ans parurent dix nouveaux titres dont The Bounty of Sweden (1925), tiré à 400 exemplaires, Estrangement – une partie de l’Autobiographie – (1926), October Blast (1927), The Death of Synge (1928), A Packet for Ezra Pound (1929) et Stories of Michael Robartes and his friends (1931), avec trois dessins d’Edmund Dulac, destinés à l’origine à la première version de A Vision, imprimée à Londres en 1925. La page de titre était ornée de la licorne, symbole favori de Yeats ; les deux autres dessins, « La Grande Roue » et le « Portrait de Giraldus », furent introduits dans le texte. Plus tard le portrait fut apposé en taille réduite sur la page de titre du volume posthume Pages from a Diary written in Nineteen Hundred and Thirty (1944). Yeats publia ses Words for Music Perhaps en 1932 avec le dessin d’AE., « L’Épée de lumière ». Quant à ses pièces, The Words upon the Window-Pane et The King of the Great Clock Tower, elles parurent en 1934 ; Dramatis Personae en 1935 ; Passages from the Letters of AE. to W.B. Yeats en 1936, Essays 1931-1936 en 1937 et New Poems en 1938.

51Les Last Poems and Two Plays furent publiés après la mort du poète le 10 juillet 1939. Dans sa dernière année, il avait envisagé de faire paraître On the Boiler à la Cuala tout en le donnant à imprimer à une entreprise commerciale de Dublin. Cette première impression ne fut pas satisfaisante ; aussi, à l’exception de 4 exemplaires, fut-elle détruite sur décision de Mrs. Yeats. Une réimpression avec une nouvelle couverture fut réalisée à la Cuala à l’automne 1939.

52Estimant que les mémoires exerçaient une influence sur les générations futures, le poète publia aussi des livres sur sa vie, celle de sa famille et de ses amis : entre 1903 et 1922, ce furent deux sections de son Autobiographie : « Reveries over Childhood and Youth » (1916) et « Four Years » (1921), et son essai Synge and the Ireland of his Time (1911), auquel on peut ajouter deux volumes de lettres de J. B. Yeats : Passages from the Letters of John Butler Yeats (1917) et Further Letters of John Butler Yeats (1920).

Les autres œuvres irlandaises

53Synge avait offert son livre Poems and Translations à George Roberts, directeur de la Maunsel, et envoyé son manuscrit à Yeats en sollicitant son opinion. Le poète lui suggéra de le donner à la Cuala et de faire suivre cette publication d’une édition commerciale à la Maunsel. Roberts protesta mais finit par accepter. Conformément à l’avis de Walker, Poems and Translations fut imprimé par la Cuala à raison d’un texte par page, contrairement à la présentation habituelle des poèmes à la suite les uns des autres. Synge mourut le 24 mars 1909 avant que l’impression ne fût terminée. W.B. Yeats lui rendit hommage dans une introduction insérée plus tard dans son Autobiographie, sous le titre de « The Death of Synge ». Le livre, publié à la Cuala en 1909, sortit chez Maunsel en 1911. La pièce inachevée de Synge, Deirdre of the Sorrows, parut avec une préface de Yeats, en 1910. Après le dix-septième livre – Selections from the writings of Lord Dunsany – présenté aussi par Yeats et achevé en 1912, ce fut le tour, à Pâques 1915, de l’ouvrage de John Masefield, John M. Synge : A Few Personal Recollections, with Biographical Notes, puis en 1923, de An Offering of Swans d’Oliver Gogarty, toujours préfacé par Yeats.

  • 40 The Letters of W.B. Yeats, p. 646.

54Dans l’intention de distraire Lady Gregory après la mort tragique de son fils en 1918, et de donner du travail à la Presse, le poète lui suggéra d’achever son « livre d’extraits gaéliques »40. L’introduction à The Kiltartan Poetry Book est datée de mai 1918 à Coole. D’après le colophon, l’édition en 400 exemplaires fut achevée la dernière semaine d’août. Sur la page de titre figure le dessin de la cloche, du poisson et de la cascade. En 1925 parut Love’s Bitter Sweet, traductions de l’irlandais par Robin Flower, pour lequel Elizabeth utilisa pour la première fois le motif de l’arbre dans un paysage irlandais. L’éventail des publications s’élargit grâce à deux livres édités par Lennox Robinson – Poems du poète irlandais du xviiie siècle Thomas Parnell (1927) et A Little Anthology of Modern Irish Verse (1928) – et grâce à la sélection par Seán O’Faoláin de Lyrics and satires from Tom Moore avec cinq illustrations de Hilda Roberts, livre relié à la Three Candles Press (1929). L’ouvrage de Lady Gregory, Coole (1931), connut un vif succès. Yeats avait aussi sollicité plusieurs fois AE. pour qu’il donnât un texte à la Cuala. Ce livre ne se matérialisa pas mais il écrivit une préface intitulée « An Essay on the character of Irish Literature » pour The Wild Bird’s Nest de Frank O’Connor (1932), poèmes adaptés de l’irlandais. Pilgrimage in the West de Mario M. Rossi, traduit par J. M. Hone (1933), fut l’ouvrage qui se vendit le moins bien. Quant à la collection de poèmes de F. R. Higgins, Arable Holdings, elle fut prête en octobre 1933. Yeats travailla enfin avec Frank O’Connor sur les épreuves de ses traductions de l’irlandais, Lords and Commons (1938), et suggéra plusieurs changements qui furent incorporés dans le texte. Ce fut le dernier livre dont Yeats assura l’édition. La dernière publication du vivant d’Elizabeth, Elbow Room d’Oliver Gogarty, date d’octobre 1939.

Les activités annexes

Les livres hors collection

  • 41 Cité par Clare Hutton, Publishing the Literary Revival…, p. 136.

55Outre les livres hors contexte irlandais, celui de Tagore et celui d’Ezra Pound, tous deux préfacés par Yeats, il y eut des publications en dehors de la série régulière. Un vieil hymne irlandais, The Breastplate of Saint Patrick, fut publié en 1912, avec les lettrines peintes à la main par Elizabeth Yeats. Ce poème, réimprimé en 1920, fut l’un des succès de la Presse. Fut publié anonymement en novembre A Woman’s Reliquary d’Edward Dowden, dont les relations avec Yeats étaient ambiguës – il avait fait l’éloge de The Wanderings of Oisín mais n’approuvait pas la Renaissance littéraire irlandaise qu’il considérait comme une forme de séparatisme en littérature. Cette collection inégale de cent poèmes d’amour parut malgré la désapprobation de Yeats, dont la fureur se manifesta dans le prospectus de 1914 : « ce livre ne fait pas partie de la collection de la Cuala établie par W.B. Yeats »41, ce qui affecta probablement la vente ; bien que tiré seulement à 300 exemplaires, le livre n’était pas épuisé en 1939.

Les ex-libris

56Le troisième prospectus de la Presse en août 1904 mentionnait des ex-libris, parmi eux, plusieurs exécutés par Jack B. Yeats pour John Quinn, Lennox Robinson et Lily Yeats. Ceux qui furent dessinés par T. Sturge Moore pour Yeats et sa femme furent aussi imprimés par la Cuala. Elizabeth en conçut aussi certains qui furent minutieusement peints à la main.

Les Broadsides et les gravures

57Jack Yeats et Pamela Coleman Smith avaient collaboré à Londres au magazine The Broadsheet. Sa disparition incita Elizabeth à faire une production approchante ; aussi un Broadside fut-il publié chaque mois pendant sept ans de juin 1908 à juin 1915. La Cuala en sortit au total 84. Il s’agissait d’un in-folio, réalisé avec le papier cartouche, fabriqué aux usines de Saggart Mill. Les pages 1, 2 et 3 étaient imprimées, la quatrième restait vierge. Les Broadsides reproduisent poèmes et ballades traditionnelles ou composées par des écrivains contemporains. Les illustrations sont généralement au nombre de trois. La police est le Caslon, en 14 points, à l’exception du titre. On doit à Jack B. Yeats les dessins de cette première série. Plusieurs Broadsides reproduisaient un texte du poète avec de belles lettrines et parfois une bordure décorative. Ce furent pendant longtemps les productions les plus populaires de la Presse. D’autres séries virent le jour en 1935 et 1937 avec des dessins de Jack Yeats, Harry Kernoff, Maurice McGonigal et d’autres artistes. En 1933, des Broadsides reproduisant des airs de musique et des dessins – certains encore de Jack B. Yeats – parurent en 100 exemplaires, avec une section préliminaire contenant un essai sur les Anglo-Irish Ballads signé de Yeats et de F. R. Higgins. Suivit une autre série de Broadsides en 1937, éditée par Yeats et Dorothy Wellesley, et tirée à 150 exemplaires. Une autre aventure dans un domaine voisin fut la réalisation de cartes de vœux qui comptèrent plus de 150 dessins.

Les ouvrages à compte d’auteur

58La Presse exécutait aussi des éditions à compte d’auteur, certaines pareilles à celles des livres habituels, d’autres avec du papier cartouche semblable à celui des Broadsides. Le 22 août 1903, l’Irish National Theatre Society donna une représentation de la Deirdre d’AE. et, pour l’occasion, un programme fut imprimé à la Presse sur le même papier que les livres. Ce fut la première commande, un dépliant de quatre pages. En 1907 sortit un petit livre de huit pages, A New Song Called Anna Liffey, imprimé pour E. R. McClintock Dix, contenant trois poèmes et portant sur la couverture une gravure sur bois. Parmi les publications à compte d’auteur, mentionnons encore la deuxième et la troisième série de pamphlets bibliographiques sur les villes d’Armagh et d’Ennis rédigés par le même auteur et imprimés en 1910 et 1912. Une autre publication fut commandée par lui en 1910 : Some Poetical Pieces du capitaine Thomas Dix. Pour sa part, Susan Mitchell, poète satirique qui avait vécu avec la famille Yeats à Londres autour de 1890, fit éditer ses poèmes – Frankincense and Myrrh – avec un frontispice peint à la main par Jack B. Yeats ; le livre fut imprimé en 300 exemplaires (1912). Le livret de Didon et Énée de Nathum Tate fut demandé à la Cuala en juillet 1913 pour une représentation à Dublin. On doit aussi à la Presse deux hommages : un petit livre en 50 exemplaires pour Alexander Hadden, In Memoriam F. H. H. avec un motif décoratif peint à la main sur la couverture et In Memoriam, Last and Inspiring Address de Thomas MacDonagh, exécuté après l’Insurrection de Pâques, qui fut publié en 50 exemplaires en 1916, à la demande de la sœur de George Moore, Mrs. Kilkelly.

59Si les difficultés croissantes qui accablèrent la Presse se manifestent par l’absence de livre entre avril 1922 et juillet 1923, ce manque fut compensé par des commandes : 75 exemplaires de Holiday Verses de Cecil et Desmond Harmsworth, avec quarante pages de texte et huit pages préliminaires, dans le format et avec la reliure habituelle de la Cuala, et A Message for Every Day, anthologie rassemblée par Emmeline Cadbury, in-octavo de 374 pages contenant onze dessins peints à la main par Elizabeth et les premières lettres en rouge tracées aussi à la main. En 1925, les ventes furent lentes et une fois de plus Yeats dut venir en aide à la Cuala. Un plus grand nombre d’éditions à compte d’auteur aida à nouveau à renflouer la caisse. On en compte sept entre 1926 et la fin 1930 ; parmi elles, les poèmes de John Lyle Donaghy, At Dawn above Aherlow (1926) et Wild Apples, volume tiré à 50 exemplaires, commandé par Oliver St. John Gogarty et qui, sous une forme augmentée, avec une préface de W.B. Yeats, fut publié à la Cuala en 1930 en 250 exemplaires. À sa mort, Elizabeth laissait derrière elle une belle liste de livres significatifs, par leur qualité matérielle et leur valeur littéraire.

À partir de 1940

60La Cuala ferma du 17 au 21 janvier. Lors de la reprise du travail parut un hommage écrit par Lily en souvenir de sa sœur. C’est alors que Mrs. Yeats prit la direction de l’entreprise et se lança dans l’impression d’une collection de nouveaux poèmes : en 1940, The Last Ditch de Louis MacNeice ainsi que A Lament for Art O’Leary, traduit de l’irlandais par Frank O’Connor et agrémenté de six dessins de Jack B. Yeats, peints à la main, puis If I were Four and Twenty de Yeats et Some Memories of W.B. Yeats par John Masefield. Une série d’opuscules de Noël fut aussi réalisée. Le premier, The Wren Boys (1940), comportait un frontispice peint à la main par Jack B. Yeats. Un second, Be Thou my Vision – traduction d’un vieil hymne irlandais – parut en 1941. Trois autres livres sortirent cette année-là : les poèmes de Donagh MacDonagh, Veterans and Other Poems, le volume Florence Farr, George Bernard Shaw & W.B. Yeats Letters et Three Tales de Frank O’Connor, achevé en décembre mais publié seulement l’année suivante.

61En 1942, la production ralentit avec deux livres, Seven Winters d’Elizabeth Bowen et The Great Hunger de Patrick Kavanagh, l’une des œuvres les plus significatives de la littérature moderne irlandaise dont on doit la publication à l’intuition brillante de Mrs. Yeats. En 1943 – quarantième anniversaire de la Presse – ce furent La La Noo, pièce de Jack B. Yeats, et A Picture Book de Frank O’Connor avec quinze illustrations d’Elizabeth Rivers. La Presse termina aussi Mosada de Yeats, avec les corrections de l’auteur, en 50 exemplaires, reliés en parchemin souple. Quatre autres livres furent publiés à Palmerston Road : Dafydd ap Gwylym traduit par Nigel Heseltine, Pages from a Diary written in 1930 de Yeats en 1944, puis The Love Story of Thomas Davis en 1945, ainsi que Stranger in Aran, écrit et illustré par Elizabeth Rivers, le dernier des livres qui parut dans Palmerston Road. Gravures et cartes de vœux continuèrent à être produites jusqu’à la mort de Mrs. Yeats en 1968.

62Dans une interview accordée à John Unterecker, Liam Miller explique :

  • 42 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », in Raymond J. Porter, James D. Brophy (éd.), Mode (...)

Quand Mrs. Yeats mourut […] Michael Yeats vint me trouver et me dit qu’il serait bien de continuer la Cuala […]. Aussi nous cherchâmes un sous-sol à Dublin pour y installer […] la presse à main, avec une salle pour l’impression et une pièce d’exposition […]. L’objectif principal de la Cuala est d’imprimer les premières éditions de la littérature irlandaise […], de produire ce qu’il y a de mieux dans la littérature irlandaise moderne, ainsi que des textes inédits du passé […]. Nous avons maintenu la série de gravures peintes à la main – y compris celles que Jack Yeats conçut pour la Cuala – mais nous n’avons pas continué à produire des cartes de vœux peintes à la main car elles seraient aujourd’hui vraiment un produit de luxe. Au lieu de cela, nous avons lancé une série de petits livres imprimés à la main. L’un d’eux est une histoire brève de la Cuala Press, imprimée sur la presse à main et comprenant certains des dessins et motifs d’origine […]. J’espère que la Cuala deviendra le lieu de ce qu’il y a de mieux dans la littérature irlandaise vivante, produite dans le même style et le même format que ceux que conçut pour elle Emery Walker […]. Nous avons persuadé l’entreprise de papier qui a fabriqué celui des premières collections de suivre les mêmes caractéristiques techniques pour les nouveaux livres. Et ainsi de suite. Beaucoup de choses n’ont pas bougé. Mais indubitablement, le prix des livres a changé radicalement42.

63Le premier volume, Reflections, section inédite du journal de Yeats, fut suivi d’une série de petits livres : A Brief Account of the Cuala Press par L. Miller, avec des illustrations des premières publications de la presse ; deux livres de dessins de Jack B. Yeats, Broadside characters avec une préface de Anne Yeats, et A Little Book of Drawings, introduit par L. Miller. Trois autres livres furent publiés successivement : Some Letters of John M. Synge to Lady Gregory and W.B. Yeats (1971), choisies par Ann Saddlemyer ; Notes from the Land of the Dead de Thomas Kinsella (1972), avec une chouette dessinée par Anne Yeats sur la page de titre ; et Letters from Bedford Park, des lettres inédites de John Butler Yeats, éditées avec introduction et notes par William M. Murphy (1972). 1973 vit la parution du roman de Yeats, The Speckled Bird, en deux volumes, à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de la Presse. From a Dark Lantern d’Arland Ussher (1978) fut la dernière publication. La Cuala Press fut donc, dans l’Irlande du xxe siècle, une maison d’édition indépendante, créatrice et intellectuellement libre. Elle fit paraître plusieurs livres qui, s’ils avaient été publiés par des maisons commerciales, auraient été interdits. Mais quel censeur se soucierait de 300 exemplaires diffusés dans le milieu littéraire et artistique ?

La notoriété de la Cuala

64La position d’éditeur permit donc à Yeats de définir ses objectifs esthétiques et de créer un contexte dans lequel son travail était apprécié par un public choisi de lecteurs. La Presse contribua à sa carrière littéraire en publiant les premières éditions de ses œuvres. Elles étaient ensuite données à Londres pour une deuxième édition par une entreprise commerciale. Grâce à ces deux publications, le poète alliait l’orgueil national et la précision textuelle d’une presse privée à l’efficacité d’une maison de commerce. Il put ainsi modeler la Renaissance littéraire et jouer un rôle culturel déterminant.

  • 43 Ibid., p. 35.

W.B. Yeats, éditeur de la Presse de sa sœur [déclare Liam Miller], lui apporta quelque chose que n’avait aucune des presses privées. Il en fit le premier producteur de la littérature contemporaine en Irlande. La Kelmscott est renommée pour la publication de l’œuvre de William Morris et pour son magnifique Chaucer. La Doves Press est surtout connue pour sa Bible […]. Mais Elizabeth Yeats avec sa presse à main, à une époque où il n’y avait pas de réelles publications littéraires en Irlande, consacra ses efforts à publier la nouvelle littérature irlandaise ; […] Si la Cuala n’existait pas, beaucoup de textes […] ne seraient pas imprimés43.

65Elizabeth publia de leur vivant la plupart des grands auteurs de la première moitié du xxe siècle, à un moment crucial dans la littérature irlandaise. Outre les œuvres originales de Yeats, un bon nombre d’ouvrages était consacré à la poésie. La présence du poète suffisait à la publicité de l’entreprise car à l’exception de quelques annonces dans The Shanachie, publication trimestrielle de la Maunsel, la Dun Emer ne s’en souciait guère. Elizabeth se contentait d’imprimer à l’occasion des brochures faisant état des livres disponibles ou à venir. Le fait que beaucoup de titres étaient rapidement épuisés accentuait le sentiment d’élitisme. Le prospectus de 1916 mentionne :

  • 44 Prospectus de la Cuala, 1916, Trinity College, Dublin.

La Cuala Press a publié sous la direction éditoriale de Mr. W.B. Yeats, depuis sa création en 1902, vingt et un volumes, tous maintenant épuisés. Ces volumes ont été choisis parce que, dans l’esprit de l’éditeur, ils ont un lien intime avec le mouvement littéraire dans l’Irlande contemporaine […]. Ils attirent ceux qui aiment la belle littérature et une impression soignée […]. Parmi eux, les premières éditions de Synge, de Lady Gregory et des livres de l’éditeur ainsi que des anthologies de différents poètes irlandais de qualité44.

66À la mort d’Elizabeth, John Masefield écrivit à Lily :

  • 45 Cité par Gifford Lewis, The Yeats Sisters and the Cuala, p. 182.

Nous avons toujours eu le sentiment que votre sœur a fait beaucoup pour permettre à votre frère de devenir ce qu’il était, et pour que le mouvement irlandais reste lié au progrès des arts plutôt qu’à un violent soulèvement politique. Les livres de la Cuala nous seront toujours précieux45.

67À travers la Dun Emer, Yeats put établir des contacts avec d’autres éditeurs ; il entretenait des rapports réguliers avec A. H. Bullen (1857-1920) et Elkin Mathews (1851-1921) qui furent aussi ses propres éditeurs. Il joua un rôle considérable dans le renouveau de l’imprimerie en Irlande grâce à son expérience et sa connaissance du monde de l’édition londonienne. Il consacra beaucoup de temps aux autres écrivains, les conseillant, les orientant vers des éditeurs, ce qui fit de lui l’âme de la Renaissance littéraire.

68Bien qu’elle dût beaucoup de son idéologie et de son idéalisme à la Kelmscott, aux presses privées et à ce phénomène culturel que fut le Mouvement des Arts et de l’Artisanat, la Dun Emer avait son caractère propre ; elle était spécifiquement irlandaise – des cours d’irlandais y furent même organisés –, dirigée par des femmes qui s’employèrent à former des ouvrières, et riche des différents talents de la famille Yeats. Elle rassemblait les intérêts des contemporains pour le nationalisme, le féminisme, la littérature irlandaise. Cependant un des objectifs de Yeats ne fut pas atteint. En tant qu’éditeur, il souhaitait trouver ses lecteurs surtout en Irlande. Il n’en fut pas ainsi. À mesure que sa renommée grandissait, le nombre d’Américains achetant des livres de la Cuala augmenta, celui des souscripteurs britanniques resta significatif, mais les souscripteurs irlandais diminuèrent. Yeats se rendit compte que s’il voulait rendre populaire la Renaissance littéraire irlandaise, il fallait autre chose qu’une presse privée dirigée par une famille.

69Le soixante-dixième anniversaire de la création de la Cuala Press fut marqué par une exposition organisée par la National Book League et ouverte par Michael Yeats à Londres en juin 1973. À cette occasion, la Dolmen Press publia dans la collection « New Yeats Papers » The Dun Emer Press, later the Cuala Press par Liam Miller, alors l’un des directeurs de la Cuala, et le fondateur de la Dolmen. Préfacé par Michael Yeats, ce livre est l’histoire de la Presse dont elle donne la liste des publications. Publié dans une édition commerciale brochée par la Dolmen Press au prix de 2,50 livres, il le fut aussi par la Cuala en une édition signée, limitée à 250 exemplaires, reliée dans un tissu bleu, avec une page de titre spéciale, au prix de 10 livres. Les idéaux de la Cuala allaient être repris par la Dolmen Press.

Fig. 1 – Dame Emer debout près d’un arbre d’Elinor Monsell, logo de la Cuala Press.

Fig. 2 – La Charge de la licorne de Robert Gregory, logo de la Cuala Press.

Fig. 3 – Épervier attaquant un petit oiseau de T. Sturge Moore, logo de la Cuala Press.

Fig. 4 – Licorne d’Edmund Dulac, logo de la Cuala Press.

Fig. 5 – Colophon de la Cuala pour In The Seven Woods.

Fig. 6 – Colophon de la Cuala pour Michael Robartes and the Dancer.

Fig. 7 – Colophon de la Cuala pour If I were Four-and-Twenty.

Fig. 8 – Colophon de la Cuala pour The Speckled Bird.

Notes

1 « Même si de nombreux livres sont imprimés en Irlande, l’art de l’imprimerie y est peu pratiqué depuis le xviiie siècle » lit-on sur un prospectus de la Dun Emer Press reproduit in Liam Miller, The Dun Emer Press, later The Cuala Press (with a preface by Michael B. Yeats), Dublin, The Dolmen Press (New Yeats Paper ; VII), 1973, p. 29.

2 William Butler Yeats, The Collected Letters of W.B. Yeats, vol. II, 1896-1900, John Kelly, Warwick Gould, Deirdre Toomey (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 15.

3 William Butler Yeats, The Letters of W.B. Yeats, Allan Wade (éd.), Londres, Hart-Davis, 1954, p. 387.

4 Ibid., p. 391.

5 Ibid., p. 393.

6 Harold Macmillan, Winds of Change, 1914-1939, Londres, Macmillan, 1966, p. 187.

7 Cité par Clare Hutton, Publishing the Literary Revival. The Evolution of Irish Textual Culture, 1886-1922, D. Phil. thesis, St. Edmund Hall, University of Oxford, 1999 (dactyl.), p. 134.

8 The Letters of W.B. Yeats, p. 807.

9 Cité par Gifford Lewis, The Yeats Sisters and the Cuala, Dublin, Irish Academic Press, 1994, p. 105.

10 Cité par William Martin Murphy, Family Secrets. William Butler Yeats and his Relatives, New York, Syracuse University Press, 2001, p. 223.

11 Ibid., p. 411.

12 W.B. Yeats to Dorothy Wellesley, 17 décembre 1937, cité par William Martin Murphy, Family Secrets…, p. 143.

13 Cité par Clare Hutton, Publishing the Literary Revival…, p. 143.

14 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 89.

15 Allan Wade, A Bibliography of the Writings of W.B. Yeats, 3e éd., révisée et éditée par Russell K. Alspach, Londres, Hart-Davis, 1968, p. 67.

16 Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 99.

17 Ibid., p. 15-17.

18 Ibid., p. 29.

19 William Garden Blaikie Murdoch, « The Cuala Press », The Bookman’s Journal and Print collector, juillet 1922, p. 108.

20 Hugh Kenner, « The Most Beautiful Book », English Literary History, vol. 48, fasc. 3, 1981, p. 596.

21 Lettre à Sydney Cockerell du 18 mars 1903, in William Butler Yeats, The Letters of W.B. Yeats, p. 397.

22 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 99.

23 John Butler Yeats, Letters to his Son W.B. Yeats and Others, 1869-1922, Joseph Hone (éd.), Londres, Faber & Faber, 1945, p. 74.

24 The Letters of W.B. Yeats, p. 430.

25 John Butler Yeats, Letters…, p. 75.

26 Cité par Ann Saddlemyer, Becoming George. The Life of Mrs. W.B. Yeats, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 331.

27 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 31.

28 Ibid., p. 32.

29 James Joyce, Ulysses, 1re éd., Londres, The Bodley Head, 1937, p. 11.

30 The Letters of W.B. Yeats, p. 387.

31 Edward O’Shea, Yeats as Editor, Dublin, The Dolmen Press, 1975, p. 6.

32 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 33.

33 Lettre à T.B. Mosher du 3 novembre 1903, ibid., p. 34.

34 Lettre à Lily du 25 décembre 1903, The Letters of W.B. Yeats, p. 416-417.

35 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 43.

36 Lettre du 7 décembre 1904, The Letters of W.B. Yeats, p. 446.

37 Cité par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 45.

38 Gifford Lewis, The Yeats Sisters and the Cuala, p. 65.

39 Lettre du 15 mars 1921, citée par Liam Miller, The Dun Emer Press…, p. 77.

40 The Letters of W.B. Yeats, p. 646.

41 Cité par Clare Hutton, Publishing the Literary Revival…, p. 136.

42 John Unterecker, « Interview with Liam Miller », in Raymond J. Porter, James D. Brophy (éd.), Modern Irish Literature. Essays in honour of W. Y. Tindall, New Rochelle, Iona College Press, 1972, p. 32-34.

43 Ibid., p. 35.

44 Prospectus de la Cuala, 1916, Trinity College, Dublin.

45 Cité par Gifford Lewis, The Yeats Sisters and the Cuala, p. 182.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Dame Emer debout près d’un arbre d’Elinor Monsell, logo de la Cuala Press.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 2 – La Charge de la licorne de Robert Gregory, logo de la Cuala Press.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 3 – Épervier attaquant un petit oiseau de T. Sturge Moore, logo de la Cuala Press.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 4 – Licorne d’Edmund Dulac, logo de la Cuala Press.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 5 – Colophon de la Cuala pour In The Seven Woods.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Légende Fig. 6 – Colophon de la Cuala pour Michael Robartes and the Dancer.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende Fig. 7 – Colophon de la Cuala pour If I were Four-and-Twenty.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Fig. 8 – Colophon de la Cuala pour The Speckled Bird.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 548k

Auteur

Jacqueline Genet, ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’anglais, docteur ès lettres, présidente honoraire de l’université de Caen, présidente d’honneur de la SAES et de la SOFEIR, docteur honoris causa de la National University d’Irlande et de celle de Würzburg, publie en France, en Angleterre et en Irlande. Outre ses trois livres fondateurs sur Yeats – Les Fondements et l’évolution de la création poétique ; La Poétique ; Le Théâtre –, on lui doit de multiples études sur la littérature irlandaise contemporaine, ainsi que des traductions, collectives ou personnelles. Elle a traduit le théâtre complet de Yeats (3 tomes à l’Arche), publié plusieurs volumes de poèmes de Yeats en bilingue, avec préface et notes chez Verdier (2 tomes). Elle est l’auteur d’une monographie du même auteur aux éditions Aden et de la Littérature irlandaise, en collaboration avec Claude Fierobe (réédition complétée à l’Harmattan).

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540