Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

Introduction

Jacqueline Genet, Sylvie Mikowski et Fabienne Garcier

Texte intégral

1Première exploration en France de l’histoire du livre en Irlande, fruit du travail de chercheurs des deux pays, auxquels se sont joints des professionnels irlandais de l’édition et du livre, ce volume analyse le rapport des Irlandais à l’imprimé dans différents contextes. Il s’intéresse d’abord à l’émergence de presses privées qui, dès la fin du xixe siècle, renouvellent une tradition éditoriale et typographique ancienne. Il retrace ensuite l’importance de l’imprimé dans la transmission et la circulation des idées, du Moyen Âge à nos jours, par l’intermédiaire de la traduction, de l’enseignement ou de la propagande. Il souligne finalement le rôle majeur de la publication périodique dans la vie culturelle et dans la construction d’une identité irlandaise, dans un pays où la lecture des livres resta longtemps peu développée.

2La floraison de maisons d’édition est favorisée par le contexte artistique, créé en Angleterre sous l’impulsion déterminante de William Morris. S’inspirant de Ruskin, admirant le Moyen Âge, rejetant la machine lorsqu’elle asservit l’homme, il crée en 1891 la Kelmscott Press, événement majeur qui marque un renouveau dans l’art du livre ; il cherche à faire revivre la qualité des premiers ouvrages imprimés, réalisant des œuvres très décorées dont les bordures et les gravures sur bois sont d’une extraordinaire beauté. Son art passionné contribue à l’éclosion du Mouvement des Arts et de l’Artisanat, force vitale à la fin du xixe et au début du xxe siècle en Angleterre, qui s’épanouit grâce à l’impulsion donnée par des architectes et par des groupes organisés. Les expositions tissent des liens entre artistes de Londres et de Dublin. Dans l’Irlande du xixe siècle, l’exemple de Morris trouve un écho retentissant ; une étape cruciale est franchie lors de la fondation de la Société irlandaise des Arts et de l’Artisanat en 1894. Se crée alors, dans la ligne de la Kelmscott, tant en Angleterre qu’en Irlande, une série de presses privées artisanales. La génération suivante s’emploie à concilier les idéaux de Morris et la production de masse ; des imprimeries commerciales s’associent au mouvement esthétique ; aux environs de 1920, des imprimeurs s’efforcent de concilier la composition à la machine – le plus grand changement depuis l’invention de l’imprimerie – et la tradition du bel ouvrage.

3Parmi les presses privées spécifiquement irlandaises, dans la lignée de Morris, l’une des plus remarquables, la Dun Emer Press, fondée par Evelyn Gleeson, qui sollicite la collaboration des sœurs Yeats, Lily pour la broderie, Elizabeth pour le livre, se présente comme « une entreprise des Arts et de l’Artisanat ». Les trois femmes partagent le goût des arts mineurs et le désir de contribuer au Renouveau irlandais. Cependant difficultés financières et tensions entraînent une scission en 1908, E. Gleeson gardant le nom de Jacqueline Genet, Sylvie Mikowski, Fabienne Garcier Dun Emer et les deux sœurs optant pour celui de Cuala, première presse privée dirigée par une femme qui lui consacre son savoir et ses sentiments artistiques, et dont le directeur littéraire est son propre frère. W. B. Yeats y publie son œuvre personnelle, crée un goût qui la fait apprécier, défend avec vigueur ses décisions éditoriales et suit chaque stade de la fabrication de livres surtout destinés à des bibliophiles. Elizabeth rejette la « surabondance d’ornements » de Morris, estimant qu’une belle police suffit à décorer la page. Outre poèmes, théâtre ou prose de Yeats, les publications comprennent les meilleures des œuvres nouvelles écrites en Irlande, choisies par le poète, en fonction de leur valeur littéraire et de ses préférences. La presse se consacre aussi à des activités annexes ; ses Broadsides reproduisent poèmes et ballades traditionnelles, alliant attrait visuel et littérature. Grâce à la Cuala, Yeats est à l’origine d’un mouvement artistique national auquel il s’identifie ; il fait de Dublin le centre d’une culture littéraire, expression de l’orgueil national. Son travail s’inscrit ainsi dans l’histoire des lettres au xxe siècle. À la mort de Mrs. Yeats, les activités de la presse se poursuivent sous l’impulsion de Michael et Anne, ses enfants, secondés par Liam Miller ; sa dernière production date de 1978.

4Ce dernier, en créant la Dolmen, garde les objectifs prioritaires de ses prédécesseurs, l’art du beau livre et la publication d’œuvres irlandaises. Homme talentueux, il choisit avec grand soin illustrations, matériaux, caractères et reliure pour rendre hommage au texte. Miller bénéficie de la collaboration de poètes tels que Thomas Kinsella. On lui doit la publication d’auteurs encore méconnus qu’il encourage, d’œuvres médiévales, de traductions de l’irlandais et de rééditions. Si ses premiers ouvrages sont, comme à la Cuala, imprimés sur une presse à main, il s’équipe progressivement de machines plus modernes. Quelques-uns de ses ouvrages phares marquent sa carrière : The Midnight Court de Brian Merriman, The Dolmen Miscellany of Irish Writing auquel contribue la génération montante d’écrivains, The Táin, illustré par Louis Le Brocquy, ou encore The Rough Field de John Montague. Son incroyable créativité façonne durablement la vie littéraire irlandaise. Dans la ligne de la Cuala, il contribue à donner à Dublin son statut de capitale littéraire et ouvre la voie à de jeunes maisons d’édition comme la Gallery Press.

5Peter Fallon, son créateur, également écrivain à part entière, permet aux auteurs irlandais d’abandonner les éditeurs anglais chez qui la plus grande partie des œuvres était encore publiée au xixe siècle. Oscar Wilde et G.B. Shaw n’avaient-ils pas même choisi de vivre à Londres ? La génération suivante qui écrit dans les deux dernières décennies du xixe siècle hésite entre Angleterre et Irlande. Yeats, publié par la Cuala, recherche parallèlement une grande presse commerciale. Entre 1926, fermeture de Maunsel & Roberts, et 1951, date de la fondation de la Dolmen, l’écrivain irlandais continue à être publié en Grande-Bretagne ou le fait à compte d’auteur. La censure instaurée en 1929 ne facilite pas un retour au pays. Cependant certains auteurs optent progressivement pour une publication en Irlande, et privilégient la Gallery ; son catalogue est déterminé par leur arrivée. Entreprise familiale comme les presses précédentes, véhicule de la bonne littérature, elle publie les nouveaux poètes – dont beaucoup ont atteint une stature internationale.

6Souscripteur essentiel de CLÉ – l’association d’imprimeurs dont Liam Miller fut l’un des présidents et qui, depuis 1970, soutient les maisons d’édition – l’Irish University Press, la plus grande presse irlandaise de l’époque qui modernise les procédés industriels de fabrication du livre, favorise le lancement de Books Ireland, indirectement par ses contributions et directement par la compétence que Jeremy Addis a acquise en y travaillant comme directeur de production. Son effondrement, s’il est une tragédie, rend disponible des professionnels qui, grâce au « capital culturel » acquis, se réinvestissent dans de petites entreprises. Plusieurs maisons d’édition – on en a noté douze – impliquées dans la renaissance culturelle de la fin du xxe siècle en sont ainsi les héritières. L’une d’elles, la Wolfhound Press de Seamus Cashman, contribue à la publication d’œuvres littéraires entre 1970 et 2001 et accomplit un travail novateur, révélant au lecteur la fiction de Liam O’Flaherty ou publiant des livres pour enfants d’une grande qualité.

7La persistance de petites maisons d’édition reste remarquable. Dermot Bolger, qui crée la Raven Arts Press, comprend que, pour faire entendre la voix de sa classe sociale, celle des ouvriers, il lui faut un nouveau public ; aussi devient-il lui aussi écrivain et éditeur. Installée dans des locaux de fortune, la Raven offre à la littérature irlandaise contemporaine un espace d’expression. Tout en voulant rompre avec la Renaissance celtique, elle est, comme la Cuala, une maison d’édition artisanale. Elle publie de jeunes auteurs encore inconnus, fait découvrir ceux qui, pour diverses raisons, ont été écartés. Les livres qu’elle édite se concentrent sur les problèmes engendrés par l’urbanisation, la révision des mythes nationalistes, la mise en cause de l’Église catholique, la sécularisation de la société, l’ouverture sur d’autres pays, la récupération du gaélique comme langue poétique. Autour de 1990, Raven cède la place à New Island Books, maison d’édition à but commercial autant qu’artistique.

8Ce bouillonnement éditorial favorise la lecture. Au début du xxe siècle, en effet, les Irlandais lisent beaucoup la presse, mais ne s’intéressent guère aux livres, tendance qui persiste longtemps puisque, après Yeats, John McGahern rapporte que, jusque dans les années quarante, la lecture est considérée comme une occupation « dangereuse ». Pourquoi cette nation qui compte tant de grands écrivains ne prend-elle pas l’habitude de lire avant 1960 ? La faute en incombe-t-elle à la pauvreté relative d’un pays où l’achat d’un livre est devenu un luxe, à la compétition avec l’Angleterre qui a mis en place au xixe siècle une édition très puissante, au système éducatif, à l’Église catholique qui combat le modernisme ou au plaisir solitaire de la lecture, guère recherché dans une culture qui prise la convivialité ? Ce n’est qu’aux alentours de 1970 que s’améliore la situation des bibliothèques.

9Outre l’étude de l’édition, l’histoire du livre inclut l’ensemble des conditions de production et de circulation de l’écrit. L’éclectisme de la deuxième section de cet ouvrage reflète l’immense richesse du champ d’investigation abordé, mais aussi toute l’importance qu’il convient d’accorder aux aspects les plus matériels du livre. Elle reflète l’impérieuse nécessité qui semble gouverner la production de l’écrit à travers les siècles, à savoir le besoin de transmettre et de faire circuler les idées, que ce soit sous la forme de la traduction, de l’enseignement, de l’endoctrinement, de la propagande ou encore de la communication visuelle.

10Le lien étroit entre l’aspect matériel du livre et la circulation des idées est mis en évidence par l’histoire des caractères gaéliques : l’évolution de cet élément visuel depuis l’époque d’Elizabeth Ire montre comment la typographie contribue à l’élaboration d’une identité nationale et constitue un enjeu politique dont la reine était déjà parfaitement consciente.

11Autre facteur matériel, la politique de rétribution des artistes à travers la prestigieuse affiliation créée en 1981 par le Premier ministre Charles Haughey et baptisée Aosdána se place en amont de la production artistique et éclaire l’évolution de l’État irlandais concernant le rôle de l’artiste dans la société. Autrefois contrôlés par le biais de la censure et marginalisés socialement, les artistes choisis par une assemblée de leurs pairs sont à présent soutenus et encouragés par des aides financières importantes. Dans la tradition irlandaise domine une culture du livre ; ainsi dans le domaine de l’art pictural et de la musique savante, les modes d’élection à l’Académie poussent artistes visuels et musiciens à soumettre leurs œuvres au jugement de leurs pairs sous forme de catalogues et donc d’ouvrages.

12Transmettre et enseigner fut de tout temps le moteur de la production de l’écrit en Irlande comme partout ailleurs dans le monde occidental : dès le Moyen Âge, les moines irlandais sont réputés pour leur érudition livresque et leur travail de copie et d’enluminure de manuscrits en latin, en irlandais et surtout en grec. L’enseignement du grec s’est poursuivi en Irlande depuis le Moyen Âge jusqu’au xxe siècle, certains établissements scolaires prestigieux ayant gardé un attachement indéfectible à la tradition classique. On peut expliquer cette fidélité par le fait que le grec est considéré comme « double archaïque ou vis-à-vis épistémique du latin », dans un rapport identique à celui du gaélique par rapport à l’anglais. Les grammaires grecques écrites par des Irlandais mettent en évidence la prodigieuse faculté de circulation de l’écrit à travers le temps et à travers les frontières.

13La traduction en donne une autre preuve, comme le montre le travail de Denis Devlin. Le parallélisme entre la carrière de Devlin et celle de son ami St. John Perse, tous deux poètes et diplomates, permet d’appréhender la notion de traduction comme « ambassade » d’une langue à une autre. L’analyse sémantique de certains poèmes de Perse traduits par Devlin fait apparaître le travail de translation opéré par le traducteur, qui dépasse l’opposition traditionnelle entre traductions privilégiant la « source » et celles privilégiant la « cible ».

14On peut aussi percevoir le besoin de transmettre, cette fois d’une génération à l’autre et à l’intérieur du même État-nation, dans les manuels scolaires d’histoire en Irlande après la Partition. Cette catégorie particulière du livre se trouve à la charnière des histoires sociale, culturelle et politique d’un pays. D’abord fondés sur le besoin d’inculquer aux futurs citoyens les bases d’une idéologie déterminée – nationaliste en ce qui concerne le Sud, unioniste au Nord – le contenu et la forme des manuels scolaires ont ensuite évolué vers un plus grand souci pédagogique : on se préoccupe à présent d’accompagner l’enfant dans son développement psychologique et culturel. Par ailleurs, le manuel scolaire a au fil du temps acquis des couleurs et des illustrations, inclus des sources primaires, et bien sûr s’est adapté aux exigences de la « Nouvelle histoire » irlandaise.

15Si les aspects matériels du livre – soutien financier aux auteurs, typographie, présentation des manuels scolaires, diffusion à l’étranger – sont exploités pour transmettre et faire circuler les idées, encore convient-il de s’interroger sur le contenu à transmettre. Cette question est à l’origine de la publication de la célèbre Field Day Anthology of Irish Writing publiée sous la direction de Seamus Deane en 1991. Elle est ce qu’on peut appeler un « acte de définition ». L’anthologie est en effet le moyen par lequel une nation cherche à se doter d’une identité culturelle, et à promouvoir ses canons tels qu’elle entend les définir. L’entreprise « postcoloniale » de Deane vise surtout à faire rentrer des textes jusque-là considérés d’origine anglaise dans le giron de l’identité irlandaise, tout en bousculant les catégories du littéraire et du non-littéraire, afin d’inclure, entre autres, les pamphlets politiques ou encore des formes de culture populaire comme les ballades. Les conséquences ironiques et inattendues de la publication de l’Anthologie Field Day furent les réactions outragées de femmes écrivains ou intellectuelles qui déplorèrent leur sous-représentation dans ce qui se voulait une émanation du génie national. Aussi Deane décida-t-il de lancer la publication de deux volumes supplémentaires entièrement consacrés à leurs écrits. Cette correction après coup a pour effet de souligner, peut-être malencontreusement, à côté de l’opposition irlandais/non irlandais, l’opposition masculin/féminin.

16La publication d’une anthologie est un acte politique éminemment révélateur de l’idéologie consciente ou inconsciente de ses auteurs. Rien d’inconscient en revanche chez Arthur Griffith dans son projet de faire de Sinn Féin l’organe principal du mouvement républicain dans les années 1910. S’y révèle à nouveau l’imbrication profonde entre les aspects matériels – financement du journal, rôle de la typographie, des illustrations, chaîne de responsabilités dans la fabrication – et les enjeux politiques. Les détails concrets de la fabrication de Sinn Féin, comme la tenue de la comptabilité, les souscriptions, le rôle de la publicité permettent de voir comment Griffith, ancien typographe, réussit à garder le contrôle sur le journal, et, par-delà, sur le mouvement républicain, jusqu’à devenir la figure que l’histoire a gardée en mémoire. Ce récit est l’illustration parfaite de la méthode de l’École des Annales et de Roger Chartier consistant à s’appuyer sur les aspects les plus concrets du livre pour reconstituer le trajet des idées et des idéologies.

17L’étude de périodiques parus entre les années 1830 et 2003 aborde encore d’autres aspects de l’histoire du livre. La situation de dépendance de l’édition irlandaise vis-à-vis de l’Angleterre, après l’Acte d’Union de 1800, favorise l’essor de la presse périodique entre 1830 et 2003. Moins coûteux que le livre, plus ancrés dans leur lieu de production et l’actualité du moment, plus proches de leur lectorat et réceptifs à ses réactions, les périodiques profitent de la démocratisation de l’accès au texte imprimé et de la lecture, conséquence directe de l’amélioration du niveau d’instruction de la population irlandaise après l’Émancipation catholique de 1829. Pour ces raisons de proximité et d’empathie avec ses lecteurs, la presse périodique reflète alors la diversité de la société et des cultures de l’Irlande. Elle est souvent, au début des années 1830, l’otage des sectarismes religieux qui diffusent une presse de propagande. Les titres qui apparaissent à cette époque sont éloquents : The Christian Examiner and Church of Ireland Gazette, The Protestant Penny Magazine, The Irish Catholic Magazine, etc. Ce n’est qu’avec une nouvelle génération de revues que des ponts sont jetés entre les communautés et que des tentatives d’union nationale voient le jour. De plus grande envergure intellectuelle que les précédentes, celles-ci sont avant tout littéraires, les sciences (topographie, physique, médecine, psychologie), l’histoire et la philosophie y occupant une place secondaire, quoique non négligeable. La littérature, promue au rang de voix de la nation, est investie de la fonction d’œuvrer à l’unité nationale. Si elle devient l’art majeur, privilégié, c’est donc aussi dans un but politique, parce qu’elle est capable d’exprimer et d’affirmer l’irlandité, concept en cours de définition à l’époque. À l’image de ces illustres prédécesseurs que sont The Dublin University Magazine fondée en 1833 et The Nation fondée en 1842, les grandes revues littéraires contribuent au débat sur la nationalité présent alors dans tous les pays d’Europe ; elles jouent un rôle essentiel dans la dissémination des idées et dans la diffusion des courants esthétiques internationaux. C’est pourquoi les revues constituent les témoins vivants des époques qui les ont vues naître et mourir – les conditions de leur naissance et de leur disparition étant elles-mêmes un aspect fort intéressant de leur étude. Les fluctuations de fortune de leur histoire, avec ses cycles d’expansion (1830-1849, 1892-1922, 1953-1985) et ses cycles de recul (1850-1869, 1923-1939), recoupent l’histoire politique, économique et culturelle, sur laquelle, en retour, ils nous apprennent beaucoup. Pourquoi une revue voit-elle le jour ? Quel rôle vient-elle jouer dans le panorama socioculturel ? Quel lectorat vise-t-elle ? Grâce à quelles aides et subventions, au prix de quelles adaptations se maintient-elle en vie ? Quelle position idéologique défend-elle et comment utilise-t-elle son espace propre pour la diffuser ? Autant de questions, parmi d’autres, qui sont envisagées dans la troisième section de cet ouvrage.

18Une chaîne de relations complexes s’établit, autour du périodique, entre les deux pôles que sont son contexte de production (maison d’édition qui le patronne, politique éditoriale des directeurs, la périodicité et ses contraintes) et la réception par ses lecteurs, en son temps et dans l’histoire. Dans l’immense variété de la publication périodique, se dégagent des constantes – l’hétérogénéité des styles et des tons, le collage des genres textuels, qui font de chaque numéro un espace polémique – et des variables qui permettent de distinguer la revue « mixte » (miscellany review) de la « petite revue » ou de la grande revue littéraire, par exemple.

19Les monographies qui suivent l’étude des genres périodiques concernent quelques-unes des revues les plus marquantes. La première de celles-ci, le Dublin University Magazine (1833-1877), a joué un rôle essentiel dans la construction d’une identité culturelle proprement irlandaise, puisée pourtant à différentes traditions. Elle a acclimaté pour un lectorat anglophone les récits légendaires venus de la tradition orale gaélique, les faisant ainsi entrer dans la tradition écrite. Mais passer de l’oral à l’écrit impliquait aussi le passage d’une culture populaire ancienne à une culture savante et moderne : cette dernière est abondamment représentée dans la revue par des articles sur le mesmérisme et les phénomènes psychiques paranormaux et par des récits fantastiques qui s’inspirent de la littérature romantique allemande et des recherches sur le psychisme.

20Le cosmopolitisme du Dublin University Magazine revient en force, au sein même de la Renaissance littéraire, avec Dana (1904-1905). Se dissociant de la quête « revivaliste » du passé mythique et légendaire, Dana se situe dans une mouvance opposée : un modernisme à l’irlandaise qui prône un scepticisme raisonné et une culture éclectique dans une société qui ne serait plus soumise aux rigidités conjuguées du nationalisme et du catholicisme, mais serait ouverte, cosmopolite et démocratique. Avant-gardiste dans sa vision sociale, Dana ne manifeste pas dans le champ littéraire la même passion de nouveauté, puisqu’elle refuse de publier les premiers écrits en prose de James Joyce.

21Studies, fameuse revue jésuite à la longévité inégalée (puisque fondée en 1912, elle continue à paraître encore aujourd’hui), s’intéresse aux lettres, à la philosophie, aux sciences et à l’histoire, apportant, au fil des décennies, un point de vue chrétien sur la société, le savoir, les événements de l’histoire et de l’actualité. Elle a su remarquablement s’adapter : plus doctrinaire aux époques où la morale catholique traditionnelle dominait la société irlandaise, après l’établissement de l’État libre par exemple, plus tolérante et œcuménique après Vatican II. C’est cette « dynamique de la conciliation » qui a permis à Studies de se maintenir depuis bientôt un siècle.

22Née avec le nouvel État (1922-1970), The Dublin Opinion a une toute autre vocation que Studies. C’est une revue politique et satirique, qui présente l’actualité en images. Ses illustrations initient à l’art visuel la petite bourgeoisie et la classe ouvrière, sous forme de dessins humoristiques, de bandes dessinées et d’annonces publicitaires. Elle exerce aussi une influence notable sur la vie politique, quand elle affaiblit par ses caricatures la campagne du Fianna Fáil en faveur de la représentation proportionnelle, par exemple. Ses remarquables illustrations donnent à voir ce qui a fait pendant tant d’années l’ordinaire de cette initiation au pouvoir de l’image : mythes populaires de l’Ouest séculaire, satire des personnalités politiques, ou parodie de scènes hollywoodiennes.

23Le destin de la revue gaélique Agus illustre la politique linguistique des gouvernements irlandais de 1961 à 1998. Née tardivement à Cork, Agus occupe une place particulière parmi les revues en langue gaélique. Revue provinciale, elle veut donner une voix à la province de Munster tout en entretenant l’ambition de fournir une lecture distrayante et variée à l’ensemble de la population gaélophone de l’île. Mais à la bienveillance de ses ministres de tutelle jusqu’en 1996 succède une politique de rentabilité qui la voue à disparaître. La trajectoire historique de cette revue originale reflète les espoirs mis par les gaélophones dans la publication périodique, le succès de cette publication pendant près de trente ans, jusqu’à son déclin dans l’indifférence des pouvoirs publics à la fin des années quatre-vingt-dix.

24Revue littéraire nord-irlandaise, The Honest Ulsterman ou HU (autre version de son nom) s’inscrit dans la très vivace tradition littéraire et poétique de la province d’Ulster, et offre pendant trente-cinq ans (1968-2003) un espace d’expression, de liberté et d’action à nombre de poètes réputés : Seamus Heaney, Michael Longley, Derek Mahon, Paul Muldoon, Ciaran Carson et bien d’autres. Confrontée aux violences intercommunautaires qui marquèrent la vie de la province de la fin des années soixante à la fin des années quatre-vingt-dix, HU veut se situer au-dessus de la mêlée, en renforçant l’identité culturelle de la province, en cultivant obstinément la qualité littéraire, et en défendant l’idéal de l’honnête homme que son nom affiche, non sans autodérision.

25Engagement, rêve de nouveauté, débat sur l’identité, voix des minorités, les revues irlandaises ont été ou ont exprimé tout cela, en donnant souvent la parole aux écrivains et aux poètes. Le fait que les périodiques étudiés dans ce volume aient presque tous eu une vocation littéraire affirmée illustre les liens privilégiés qu’entretiennent en Irlande création littéraire et publication périodique. Ces affinités électives ont sans doute été un facteur stimulant et pour l’une et pour l’autre dans l’histoire du livre irlandais.

Auteurs

Jacqueline Genet, ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’anglais, docteur ès lettres, présidente honoraire de l’université de Caen, présidente d’honneur de la SAES et de la SOFEIR, docteur honoris causa de la National University d’Irlande et de celle de Würzburg, publie en France, en Angleterre et en Irlande. Outre ses trois livres fondateurs sur Yeats – Les Fondements et l’évolution de la création poétique ; La Poétique ; Le Théâtre –, on lui doit de multiples études sur la littérature irlandaise contemporaine, ainsi que des traductions, collectives ou personnelles. Elle a traduit le théâtre complet de Yeats (3 tomes à l’Arche), publié plusieurs volumes de poèmes de Yeats en bilingue, avec préface et notes chez Verdier (2 tomes). Elle est l’auteur d’une monographie du même auteur aux éditions Aden et de la Littérature irlandaise, en collaboration avec Claude Fierobe (réédition complétée à l’Harmattan).

Sylvie Mikowski, auteur d’une thèse sur les romans de John McGahern, est professeur d’études irlandaises à l’université de Reims-Champagne Ardenne. Elle a publié Le Roman irlandais contemporain aux Presses universitaires de Caen (2004), et co-dirigé Irlande : l’épreuve de l’étranger (Sources, n° 15, automne 2003), Irlande : zones et marges (Études irlandaises, n° 29-2, automne 2004). Elle a organisé un colloque sur l’histoire du livre en Irlande en mai 2004 à Troyes et publié Le Livre en Irlande du xviie siècle à nos jours dans LISA Electronic Journal, http://www.unicaen.fr/mrsh/anglais/lisa, mise en ligne en juin 2005.

Fabienne Garcier, ancienne élève de l’École normale supérieure (Fontenay-aux-Roses), est professeur de littérature anglaise et irlandaise à l’université Charles de Gaulle-Lille 3, membre du CERIUL (Lille 3) et du Centre d’études franco-irlandaises (Tallaght). Elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat d’État sur La nouvelle irlandaise moderne : métamorphoses d’un genre, 1880-1960. Elle a publié plusieurs articles sur des auteurs de nouvelles irlandais : George Moore, James Joyce, Samuel Beckett, Frank O’Connor, John McGahern, Mary Lavin, et contribué à France-Ireland : Anatomy of a Relationship, sous la direction d’Eamon Maher et de Grace Neville (Peter Lang, 2004).

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540