Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

Avant-propos

Clare Hutton

Texte intégral

  • 1 John S. Crone, « Avant-propos », The Irish Book Lover, 1, 1909, p. 1.
  • 2 Pour un index et des échantillons de la revue, voir Bruce Stewart (éd.), The Irish Book Lover. An (...)
  • 3 Donald Francis McKenzie, « History of the Book », in Peter Davison (éd.), The Book Encompassed. St (...)

1En août 1909, John S. Crone lance The Irish Book Lover, revue de « typographie irlandaise, de bibliographie, et autres sujets voisins », dans l’espoir d’établir « des liens entre tous les amateurs de livres irlandais et de livres en rapport avec l’Irlande, quel que soit leur lieu de publication »1. Impressionné par l’imposante collection de livres irlandais légués à la bibliothèque de l’université de Cambridge par Henry Bradshaw (1831-1886), Crone fait immédiatement appel aux talents d’Ernest Reginald McClintock Dix (1857-1936), autre grand collectionneur d’éditions irlandaises et figure de proue de la bibliographie irlandaise pendant les trois premières décennies du xxe siècle. Tout au long de ses 227 numéros, The Irish Book Lover reprend les bibliographies de Dix, qui faisaient autorité dans les domaines de l’impression et de l’édition irlandaises, et inclut aussi des biographies, des notices nécrologiques, des questions et commentaires, et des comptes rendus d’ouvrages contemporains par divers auteurs2. En dépit de son ton léger et familier ce périodique qui se classe parmi les plus pérennes des journaux littéraires irlandais du xxe siècle est à la fois fascinant et impressionnant. Cela montre que le travail des bibliographes inclut implicitement l’histoire des livres. En effet, comme l’observe D. F. McKenzie, « l’écriture, la copie, la diffusion et la réception des textes » ont toujours été des sujets légitimes « d’investigation et d’analyse »3 pour les chercheurs en bibliographie.

  • 4 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958.
  • 5 Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Jean-Pierre Vivet (éd.), Histoire de l’édition française, Paris (...)

2La bibliographie – l’activité qui consiste à classer, décrire et commenter les livres – précède nettement le concept historiographique plus abstrait d’« histoire du livre », tel que l’ont établi Lucien Febvre et Henri-Jean Martin avec la publication en 1958 de L’Apparition du livre : cette œuvre de pionniers analyse les changements que l’invention du livre imprimé introduisit dans la société européenne, avec leurs causes et leurs effets4. Elle inaugure la prééminence des Français dans l’histoire du livre considéré d’un point de vue national, prééminence confirmée plus tard par la publication de l’Histoire de l’édition française en plusieurs volumes5. Quelques commentaires sur la démarche intellectuelle de cette œuvre fondatrice s’imposent ici.

  • 6 Francis Steward Leland Lyons, « The Burden of Our History », in Ciaran Brady (éd.), Interpreting I (...)

3Febvre et Martin s’intéressent à l’apparition du livre comme objet matériel et culturel, et ils ont à cœur de substituer à la tradition de l’histoire événementielle une approche historique plus analytique et interdisciplinaire, l’histoire-problème, beaucoup plus conforme au type d’historiographie associé aux Annales d’histoire économique et sociale, la revue fondée par Febvre en 1929. Ils désirent aussi accorder plus d’importance à la façon dont les individus pensaient et se comportaient dans le passé – l’histoire des mentalités – au lieu de s’en tenir plus traditionnellement aux questions d’histoire politique. En Irlande au contraire, l’histoire politique – d’inspiration nationaliste – a eu tendance à l’emporter dans les décennies qui ont suivi l’Indépendance et la Partition. Selon l’explication avancée par F.S.L. Lyons, il s’agissait alors de « récrire l’histoire politique irlandaise […] impératif dicté par le fait que c’est la politique qui suscite le plus de mythes historiques ». Et bien que Lyons lui-même ait souhaité « un cadre de référence plus large » et « une théorie générale du développement de la culture en Irlande », l’histoire économique et sociale faisait alors défaut, et l’histoire de la culture dans son ensemble, si courante en France, n’existait pour ainsi dire pas6. Les spécialistes du patrimoine écrit irlandais étaient pour la plupart des bibliographes plutôt que des historiens influencés par les modes de pensée abstraite et analytique qui caractérisaient l’École des Annales.

  • 7 Mary Daly, David Dickson (éd.), The Origins of Popular Literacy in Ireland. Language Change and Ed (...)
  • 8 David FitzPatrick, « “A Share of the Honeycomb”. Education, Emigration and Irishwomen », ibid., p. (...)
  • 9 Niall O’Ciosain, « Printed Popular Literature in Irish, 1750-1850. Presence and Absence », ibid., (...)

4Ces tendances se sont progressivement inversées, et de multiples manières. Un signe évident que le livre imprimé et les compétences qu’il requiert pour sa compréhension ont fini par retenir l’attention des historiens irlandais a été la publication, en 1990, des Origines de l’alphabétisation du peuple irlandais : changement linguistique et développement de l’éducation, 1700-1920, recueil de dix articles rassemblés par Mary Daly et David Dickson7. Cet ouvrage, qui s’appuie sur les approches interdisciplinaires mises en œuvre par les historiens en France, aborde l’une des questions essentielles que pose l’histoire du livre irlandais : quels liens y a-t-il entre le déclin de la langue irlandaise, l’acquisition de compétences en anglais, et l’effet de ces évolutions sur la culture populaire et les comportements politiques ? Tous les articles inclus dans Les Origines de l’alphabétisation du peuple irlandais répondent à cette question de manière intéressante, mais pour les besoins de la démonstration, je n’en retiendrai que trois. L’article capital de Garret FitzGerald sur « Le Déclin de l’irlandais, 1771-1871 » montre que le rythme de passage d’une langue à l’autre a considérablement varié, entre les jeunes générations à différentes époques, et selon les régions de l’île. Dans « Éducation, émigration et femmes irlandaises », David FitzPatrick démontre que les Irlandaises de la fin du xixe siècle étaient plus instruites et plus mobiles que les hommes (« un mari, même le plus humble, ou un emploi loin de chez elles était préférable à l’absence de mari ou d’emploi chez elles »), et il suggère que le désir d’émigrer les poussait souvent à vouloir apprendre à lire et à écrire mieux que la moyenne8. L’article de Niall O’Ciosain, « La littérature populaire imprimée en irlandais, 1750-1850. Présence et absence » – précurseur de son importante monographie Imprimerie et Culture populaire en Irlande, 1750-1850 – développe l’idée qu’« imprimer en irlandais implique les mêmes compétences qu’imprimer en anglais » : cette proposition générale est étayée par des renvois à des textes en irlandais qui « représentent une phase de transition dans l’alphabétisation […], imprimés en orthographe phonétique basée sur le système anglais »9.

  • 10 Mary Pollard, Dublin’s Trade in Books, 1550-1800, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 31.
  • 11 La croissance de la presse provinciale dans la deuxième partie du xixe siècle est analysée en déta (...)
  • 12 Un travail exemplaire sur les rapports auteur-éditeur a été fait par Warwick Gould, « Playing at T (...)
  • 13 Les périodiques irlandais ont fait récemment l’objet de plusieurs études marquantes. Voir par exem (...)

5L’introduction de l’imprimerie en Irlande est indissolublement liée à la domination et au pouvoir coloniaux. L’édition irlandaise à ses débuts « montre que le commerce du livre était solidement fondé sur le pouvoir anglais, dans l’intérêt de ce dernier et celui d’une classe dirigeante protestante anglophone »10. La façon complexe et progressive dont cette situation a évolué, avec la transition vers l’alphabétisation perçue comme l’anglais acquis des « colonisateurs », avec l’accès à l’imprimé et au pouvoir culturel et politique qu’il confère, est un thème majeur de l’histoire du livre irlandais, particulièrement pour la période précédant la Famine. L’émergence d’un nationalisme spécifiquement catholique, évolution facilitée par l’augmentation très rapide du nombre de journaux régionaux et par l’action d’éditeurs dublinois comme James Duffy, est un champ d’étude capital pour la période qui va de la Famine à la Renaissance littéraire irlandaise11. L’époque de cette Renaissance, qui peut retenir l’attention des chercheurs en études littéraires et culturelles pendant plusieurs décennies encore, est bien entendu un autre domaine de recherche pour les historiens du livre, particulièrement pour ceux qui s’intéressent aux rapports auteur-éditeur12. De nombreux écrivains irlandais de première importance ont été publiés presque exclusivement à Londres et en d’autres lieux plus lointains, parce que l’Irlande, jusqu’à une date récente, était trop pauvre pour entretenir une véritable industrie de l’édition culturelle, surtout si l’on tient compte de la féroce concurrence de Londres. La conséquence de cela est que les périodiques, souvent utilisés par les écrivains irlandais pour toucher un lectorat national, ont joué un rôle particulièrement important dans la culture littéraire irlandaise13. L’histoire des périodiques, qui fait l’objet d’une partie séparée dans ce volume, est pour cette raison un aspect essentiel de l’histoire du livre irlandais ; l’histoire de la lecture en Irlande et sur l’Irlande en est un autre, en raison de l’écart évident entre ce qui a été produit et présenté comme la littérature « irlandaise » canonique et ce que lisait le peuple irlandais lui-même.

  • 14 Une équipe de chercheurs anglais et irlandais a travaillé sur le sujet et publié le volume 3 de Th (...)

6Étant donné la nouveauté des méthodes de recherche, l’inaccessibilité et la difficulté intrinsèque de certaines archives, et l’envergure du sujet lui-même, beaucoup reste à faire. La période présente est très stimulante pour les spécialistes du livre irlandais, et les contributions d’une équipe française – la France ayant fourni l’essentiel du cadre conceptuel de l’histoire du livre – sont particulièrement opportunes et bienvenues14.

7traduit par Fabienne Garcier

Notes

1 John S. Crone, « Avant-propos », The Irish Book Lover, 1, 1909, p. 1.

2 Pour un index et des échantillons de la revue, voir Bruce Stewart (éd.), The Irish Book Lover. An Irish Studies Reader, Gerrards Cross, Colin Smythe (The Princess Grace Irish Library Series ; 14), 2005.

3 Donald Francis McKenzie, « History of the Book », in Peter Davison (éd.), The Book Encompassed. Studies in Twentieth Century Bibliography, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 290.

4 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958.

5 Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Jean-Pierre Vivet (éd.), Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1983-1986, t. I, Le Livre conquérant : du Moyen âge au milieu du xviie siècle ; t. II, Le Livre triomphant : 16601830 ; t. III, Le Temps des éditeurs : du romantisme à la Belle Époque ; t. IV, Le Livre concurrencé : 1900-1950.

6 Francis Steward Leland Lyons, « The Burden of Our History », in Ciaran Brady (éd.), Interpreting Irish History. The Debate on Historical Revisionism 1938-1994, Dublin, Irish Academic Press, 1994, p. 92-94.

7 Mary Daly, David Dickson (éd.), The Origins of Popular Literacy in Ireland. Language Change and Educational Development 1700-1920, Dublin, Department of Modern History, Trinity College and Department of Modern Irish History, University College Dublin, 1990.

8 David FitzPatrick, « “A Share of the Honeycomb”. Education, Emigration and Irishwomen », ibid., p. 175.

9 Niall O’Ciosain, « Printed Popular Literature in Irish, 1750-1850. Presence and Absence », ibid., p. 47. Voir aussi du même auteur Print and Popular Culture in Ireland, 1750-1850, Londres, Macmillan, 2003.

10 Mary Pollard, Dublin’s Trade in Books, 1550-1800, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 31.

11 La croissance de la presse provinciale dans la deuxième partie du xixe siècle est analysée en détail par Marie-Louise Legg, Newspapers and Nationalism. The Irish Provincial Press, 1850-1892, Dublin, Four Courts Press, 1999.

12 Un travail exemplaire sur les rapports auteur-éditeur a été fait par Warwick Gould, « Playing at Treason with Miss Maud Gonne », in Warren Chernaik, Warwick Gould, Ian Willison (éd.), Modernist Writers and the Marketplace, Londres, Macmillan, 1996, p. 38-80. Voir aussi Katherine E. Kelly, « Imprinting the Stage. Shaw and the Publishing Trade, 1883-1903 », in Christopher Innes (éd.), The Cambridge Companion to George Bernard Shaw, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 25-54, et Alistair McCleery, « The Return of the Publisher to Book History. The Case of Allen Lane », Book History, 2, 2002, p. 161-185.

13 Les périodiques irlandais ont fait récemment l’objet de plusieurs études marquantes. Voir par exemple Tom Clyde, Irish Literary Magazines. An Outline History and Descriptive Bibliography, Dublin, Irish Academic Press, 2003, et Frank Shovlin, The Irish Literary Periodical, 1923-1958, Oxford, Clarendon Press, 2003.

14 Une équipe de chercheurs anglais et irlandais a travaillé sur le sujet et publié le volume 3 de The Oxford History of the Irish Book : Raymond Gillespie, Andrew Hadfield (éd.), The Irish Book in English, 1550-1800, Oxford, Oxford University Press, 2006. Le prochain volume sera celui de Clare Hutton, Dermot Keogh, Patrick Walsh (éd.), The Irish Book in English, 1891-2000, Oxford, Oxford University Press, à paraître en 2007.

Auteur

Clare Hutton a étudié à Dublin, Londres et Oxford. Titulaire d’un doctorat, elle est actuellement maître de conférences en anglais à l’université de Loughborough. Elle a dirigé The Irish Book in the Twentieth Century (2004) et co-dirigé le volume 5 de The Oxford History of the Irish Book (à paraître en 2007). Auparavant, elle a été chargée de recherches à l’Institut d’études anglaises de l’université de Londres. Ses domaines de recherche couvrent la théorie et l’édition critique des textes, la réception de la littérature et l’histoire de l’édition. Elle achève un ouvrage sur Yeats, Joyce, et la culture textuelle de la Renaissance littéraire irlandaise.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540