Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Projets de l’abbé Castel de Saint-Pierre (1658-1743)

 | 
Carole Dornier
, 
Claudine Poulouin

Castel de Saint-Pierre, utopiste ou polémiste ?

Voltaire et « cet homme moitié fou et moitié philosophe nommé l’abbé de Saint-Pierre »

Voltaire and “that man who was a lunatic as much as a philosopher and whose name was Saint-Pierre”

François Bessire

Résumé

Voltaire, qui a connu l’abbé de Saint-Pierre et l’a beaucoup lu, a pour une bonne part déterminé la réception de son œuvre. On se souvient surtout qu’il a jugé que les projets du réformateur et du penseur politique relevaient de l’utopie et qu’il a relégué l’homme au nombre des rêveurs, notamment quand Jean-Jacques Rousseau l’a remis d’actualité. Mais Voltaire a compris aussi qu’il tenait en l’abbé de Saint-Pierre un précurseur et un garant du théisme et l’a fait figurer au panthéon de la libre pensée.

Voltaire, who knew Saint-Pierre and who read him a lot, largely determined the reception of his works. One remembers above all that he regarded the projects of the reformer and political thinker as utopian and that he rated him among the dreamers, especially when Jean-Jacques Rousseau made him topical again. But Voltaire also understood that Saint-Pierre was a precursor and a defender of theism and he ranged him among the great names of freethinking.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les relations ambiguës de Voltaire avec l’abbé de Saint-Pierre ont beaucoup compté dans la fortune de ce dernier. Sceptique devant ses projets jugés « chimériques », Voltaire lui a appliqué sa verve satirique. On connaît son épigramme, qui a beaucoup circulé :

N’a pas longtemps, de l’abbé de Saint-Pierre,
On me montrait le buste tant parfait
Qu’onc ne sus voir si c’était chair ou pierre,
Tant le sculpteur l’avait pris trait pour trait.
Adonc restai perplexe et stupéfait,
Craignant en moi de tomber en méprise ;
Puis dis soudain : « Ce n’est là qu’un portrait ;
L’original dirait quelque sottise »1.

Dans les années de militantisme philosophique, les choses changent : Voltaire fait de l’abbé de Saint-Pierre un porte-parole du déisme et un allié.

Voltaire a connu l’ancien académicien, a lu la plume à la main sa foisonnante production. Pour le meilleur et pour le ...

Auteur

François Bessire est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’université de Rouen. Éditeur de récits de voyage en Afrique et d’œuvres de Voltaire, Fontenelle, Lesage, Mme du Châtelet, etc. Sujets des publications : critique biblique, histoire des idées, histoire et poétique des correspondances, récits de voyage, histoire du livre et de la lecture, etc.

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540