Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Projets de l’abbé Castel de Saint-Pierre (1658-1743)

 | 
Carole Dornier
, 
Claudine Poulouin

Castel de Saint-Pierre, utopiste ou polémiste ?

Le soi-disant abbé de Saint-Pierre défenseur de la bulle Unigenitus

The so-called Saint-Pierre, advocate of the Unigenitus bull

Catherine Maire

Résumé

L’article remet en cause l’attribution de certains libelles relatifs à la défense de la bulle Unigenitus à l’abbé de Saint-Pierre. Il révèle l’existence d’un homonyme qui a pris le pseudonyme de « l’abbé de Saint-Pierre » en référence au souverain pontife et qui n’est autre que le capucin intransigeant André de Grazac. Le véritable abbé de Saint-Pierre s’est lui-même étonné et défendu d’avoir pu rédigé de tels écrits si contraires à ses principes sur la charité bienfaisante.

This paper questions the attribution of lampoons concerning the defence of the Unigenitus bull to Saint-Pierre. It reveals that actually the uncompromising Capuchin André de Grazac used “Saint-Pierre” as a pseudonym in reference to the Supreme Pontiff. The real Saint-Pierre himself was amazed and denied being the author of pieces of writing so much against his principles on salutary charity.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’abbé de Saint-Pierre fut-il vraiment un antijanséniste engagé et un partisan de la bulle Unigenitus ? Rappelons que cette Constitution romaine a été promulguée le 8 septembre 1713 par le pape Clément XI, sur la demande insistante de Louis XIV, pour condamner cent une propositions extraites du livre de l’oratorien janséniste, Pasquier Quesnel, Le Nouveau Testament en français accompagné de réflexions morales. Elle a fait l’objet d’une polémique passionnée. Plusieurs ouvrages de défense de cette bulle antijanséniste seraient dus à « l’abbé de Saint-Pierre ». Mais lequel ? Il y a tout lieu de douter que ce soit le personnage historique dont ce colloque interroge l’œuvre. D’où le « soi-disant » du titre. La formule de suspicion est du reste d’époque. Nous l’empruntons au rédacteur des Nouvelles ecclésiastiques, l’hebdomadaire clandestin du parti janséniste. Dans le numéro du...

Auteur

Catherine Maire est chargée de recherches au CNRS et rattachée au Centre de recherches politiques Raymond Aron à l’EHESS à Paris. Elle est spécialiste de l’histoire des rapports entre l’Église et l’État sous l’Ancien Régime et la Révolution française. Elle a soutenu une thèse sur le mouvement janséniste au XVIIIe siècle : De la cause de Dieu à la cause de la Nation. Publications : Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1998, rééd. 2005 et collabore notamment au Dictionnaire Montesquieu ainsi qu’aux œuvres complètes du même auteur.

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540