Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Projets de l’abbé Castel de Saint-Pierre (1658-1743)

 | 
Carole Dornier
, 
Claudine Poulouin

Éducation et formation morale

Le duel : un emprunt inavoué de Rousseau à Castel de Saint-Pierre

Le Mémoire contre le duel de Castel de Saint-Pierre et son Addition, sources de la digression sur le duel dans la Lettre à d’Alembert sur les spectacles de Jean-Jacques Rousseau

The duel: Rousseau’s unavowed borrowing from Saint-Pierre

Élisabeth Lavezzi

Résumé

Le Mémoire pour perfectionner la police contre le duel (1715) et l’Addition au mémoire sur le duel (1717) de Castel de Saint-Pierre sont les deux premiers ouvrages du siècle des Lumières sur le duel, sujet repris par Montesquieu, Voltaire, Boucher d’Argis, Duclos, Cerutti, Diderot et Rousseau entre autres. Duclos et Montesquieu analysent le statut juridique ancien du duel et son rapport au serment, alors que l’abbé de Saint-Pierre vise à faire disparaître cet usage paradoxalement par un serment au roi. L’analyse de l’opinion vulgaire et les remèdes contre le duel exposés par l’abbé sont très largement empruntés par Jean-Jacques Rousseau dans une digression consacrée à l’opinion publique qu’il fait dans la Lettre à d’Alembert. Rousseau trouve aussi chez l’abbé des idées sur le théâtre, et notamment sur la réinterprétation des pièces classiques.

The Memoir on the Improvement of the Police in the Fight against the Duel (1715) and the Sequel to the Memoir on the Duel (1717) by Saint-Pierre were the first two pieces of writing of the Enlightenment on the duel, a topic then taken up by Montesquieu, Voltaire, Boucher d’Argis, Duclos, Cerutti, Diderot and Rousseau among others. Duclos and Montesquieu focus on the old juridical status of the duel and its relation to oath, whereas Saint-Pierre aims at suppressing this custom and replacing it paradoxically by an oath to the king. The study of the common opinion and the answers to the duel provided by Saint-Pierre were to a large extent borrowed by Jean-Jacques Rousseau in a digression he devoted to the public opinion in the Letter to d’Alembert. Rousseau also found ideas on the theatre and especially on the reinterpretation of the classical plays in the abbot’s works.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’où vient que, dans la Lettre à d’Alembert, ouvrage consacré au théâtre, Jean-Jacques Rousseau réfléchit à l’opinion publique en utilisant l’exemple du duel ? C’est qu’il a lu les réflexions de l’abbé de Saint-Pierre sur cet usage et qu’il en emprunte de nombreuses idées.

Castel de Saint-Pierre (1658-1743) s’approche de la soixantaine quand paraissent en 1715 le Mémoire pour perfectionner la police contre le duel, puis en 1717 son Addition au mémoire sur le duel1, quelques semaines avant la mort de Louis XIV et quelques mois après, sous la Régence2. Les deux textes partent d’un constat d’échec : en dépit des mesures que le roi Soleil a prises contre le duel, cet usage perdure de façon clandestine, mais l’appréciation de l’échec varie d’un ouvrage à l’autre ; alors que, dans le Mémoire, l’abbé de Saint-Pierre affirme que cette coutume a repris de plus belle « dans nos dernières guerres »...

Auteur

Élisabeth Lavezzi est professeur des universités en littérature française à l’université européenne de Bretagne – Rennes 2 et membre du CELLAM (Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes). Elle est spécialiste en littérature d’art à l’âge classique.

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540