Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur l'intime en Irlande

 | 
Thierry Dubost
, 
Anne-Catherine Lobo

Civilisation

Le Sinn Feín ou la reconnaissance sociale et économique

Dominique Sève

Texte intégral

1Le discours du Sinn Feín, qu’il soit politique, social ou économique, présente un aspect contradictoire : en effet, la vision communautaire, celle d’un groupe idéalement homogène, se mêle à un discours quelque peu romantique, voire utopique, sur le bien-être individuel. Au-delà de la construction d’un corps social organisé et policé, on sent poindre la nécessité de la prise en compte de l’intime, cet intime qui reste cependant voilé, masqué par l’idéologie puissante du parti.

2Avec la mise en place du processus de paix et des institutions nord-irlandaises, les héros n’existent plus, qui pourraient proposer un modèle d’intime, de dépassement et d’accomplissement de soi. Les préoccupations économiques et sociales, au niveau national et local, laissent finalement peu de place à un développement des revendications individuelles ; l’intime peut-il malgré tout avoir sa place ?

3À première vue, l’individu, dans la rhétorique du Sinn Feín, semble s’effacer au profit du corps social, que ce soit le peuple irlandais (« the people of Ireland »), ou la référence quasi intouchable : l’Accord du Vendredi saint, sésame censé résoudre d’emblée tous les conflits, passés et actuels. Mais ce corps social est divisé, les nationalistes s’opposant aux unionistes. On assiste à l’affrontement de deux groupes retranchés, jouant de plus en plus au blame game ; le Sinn Feín idéalise le peuple irlandais et rejette à la fois Tony Blair et Bertie Ahern, accusés de nuire au peuple irlandais dans son ensemble. Ces derniers deviennent dès lors des antihéros, sur lesquels pourrait se cristalliser la haine des Irlandais supposés unifiés. L’intimité, l’individualité des citoyens irlandais s’effacent au profit d’un retour marqué à la polarisation et à l’amplification dans les médias des discours des groupes paramilitaires. Gerry Adams lui-même cède à la tentation destructrice : « The peace process could be as transient as Mr Blair’s time in Downing Street »1. Les menaces, les intimidations, les accusations, les surenchères (il est question de « up the ante ») se font plus pressantes envers cet Autre, négation de l’intime par son anonymat. L’IRA, de son côté, menace, en février 2005 : « Do not underestimate the seriousness of the situation ».

4Les partis irlandais se trouvent impuissants face à une situation que personne ne semble vraiment maîtriser, se contentant de déplorer que la guerre des mots qui sévit depuis le début 2005 menace non seulement l’État irlandais mais aussi le peuple irlandais.

5L’Ulster Unionist Party demande la remilitarisation de la Province en réponse aux menaces de l’IRA. À un intime agressé répond un autre intime, blessé dans son intégralité physique et morale, imaginant se préserver en élevant à nouveau le spectre du sectarisme. La mentalité d’assiégés refait surface au sein des unionistes :

If we consider […] the Northern Bank heist and the IRA’s sinister pronouncements, it is perfectly clear that not only must demilitarisation end, but this process must be reversed, to ensure law-abiding society is equipped to defend itself2.

  • 3 Ibid.

6Cette société policée de l’extérieur (c’est-à-dire par l’armée britannique) est-elle une réponse à l’épanouissement de l’intime ? Ce dernier, se sentant menacé, tente de trouver refuge dans un groupe, ou plutôt une nébuleuse (l’establishment) qui le sécuriserait (l’étoufferait ?) par sa pesanteur et sa hiérarchie. Le représentant de l’UUP poursuit : « When that threat increases, the security establishment must react and increase its capacity to meet that threat ». Mark Durkan, du SDLP, souligne le devoir des groupes politiques envers une population souvent négligée au profit de luttes intestines entre personnalités : « We cannot allow stalling by the IRA to stop progress for all of the people of this island »3.

7Le Sinn Feín, récemment attaqué de tous côtés, directement ou indirectement, se voit contraint de renforcer ses arguments politiques habituels, au détriment des individus formant la société irlandaise, société que le Sinn Feín reconnaît être multiraciale, puisqu’il oppose les Protestants et Loyalistes aux Catholiques et désormais aux minorités ethniques, ces deux derniers groupes étant considérés comme pareillement brimés. Les groupes ethniques sont considérés dans leur ensemble, comme autant d’électeurs potentiels pour un Sinn Feín se portant garant des droits de l’homme. Qu’en est-il du décalage qui existe entre le discours du Sinn Feín sur l’inclusion de tous et leur mise à l’écart de la majorité de la population nord-irlandaise ? Au lieu de prendre en compte les individualités et les aspirations des Loyalistes, le Sinn Feín se réfère à l’Accord du Vendredi saint qui, à l’instar des Évangiles, apparaît comme une référence immuable, à laquelle les citoyens doivent s’adapter, et non l’inverse :

Our priority in the time ahead is to defend the peace process, to pursue the full implementation of the Good Friday Agreement and to uphold the integrity of Sinn Feín and the rights of our electorate, alongside the rights of all other citizens4.

  • 5 Ibid.

8Les droits des différentes communautés sont renvoyés dos à dos, comme si l’intime des uns n’existait qu’en négation de celui des autres. Car la menace permanente, pour le Sinn Feín, trouve son origine chez cet autre qu’on ne nomme pas, ces autres que l’on cherche dans des entités extérieures, étrangères, comme les cibles faciles que sont les gouvernements irlandais et britannique. L’intime des Catholiques est, pour le parti nationaliste, attaqué par des symboles culturels rejetés en bloc, sans considération pour la majorité des nord irlandais. En effet, le Sinn Feín demande régulièrement la neutralité des symboles dans les tribunaux, la suppression du titre de QC (Queen’s Counsel), de l’adjectif royal dans « Royal Courts of Justice », ou de tout autre « British cultural symbol displayed in courts »5.

9Ignorant la majorité en Irlande du Nord, le Sinn Feín demande une discrimination positive, notamment en matière économique, en République d’Irlande, justifiant ainsi une ségrégation culturelle dans son programme intitulé « For a Future as Equals » : « The Department of Economic Development should establish an investment fund for Irish language enterprises »6.

10On s’aperçoit dès lors que ce rejet de l’intime de l’Autre (le but avoué sur le site du parti est en effet : « energetically campaigning for unity and independence ») est en contradiction flagrante avec le principe affiché par le Sinn Feín : son attachement au peuple. Les racines du parti, selon ses porte-parole, sont dans la communauté (à défaut de communautés plurielles). Le Sinn Feín déclare vouloir tout mettre en œuvre pour le développement des zones défavorisées, c’est-à-dire selon lui, nationalistes.

11En Irlande du Nord, le combat politique concerne surtout le processus de paix et l’Accord de Belfast. Au Sud, le Sinn Feín est certes plus proche des individus et impliqué dans ce qu’il appelle « community politics ». L’aspect sectaire disparaît donc, remplacé par la lutte contre la pauvreté et contre les privatisations annoncées par le gouvernement de Dublin (à cet égard, le parti a pleinement joué son rôle politique lors des élections législatives de 2002). Mais, sans doute en raison de sa division nord-sud, le parti semble courir le risque d’éloignement des classes moyennes en République.

12La volonté de rétablir la justice sociale est louable ; « many diverse groups and sections of Irish society need enhanced protection from the State »7, indique le parti qui souligne que les catégories menacées sont les enfants, les personnes âgées et les handicapés. Mais comment l’intime peut-il se développer pleinement lorsque subsiste une catégorisation religieuse qui entraîne le dénigrement de cet Autre intime, que l’on ne souhaite entendre que par médias interposés ?

13Parmi les références actuelles du Sinn Feín sont les United Irishmen des années 1790. Le parti actuel croit toujours que seule une Irlande indépendante garantirait l’égalité et la prospérité du peuple irlandais, tout en excluant une partie de ses individualités.

14Une voix radicale, celle d’un étudiant de la NUI, déclare :

Sinn Feín […] is committed to achieving […] the end of British rule in Ireland. Sinn Feín is nationalist and internationalist. It is anti-imperialist, antifascist and anti-racist8.

15Au travers de cet exemple, on voit que l’intime s’efface devant l’internationalisation des préoccupations. D’ailleurs, cet aspect international de la pensée du Sinn Feín est évident dans ses théories économiques. On sent poindre en filigrane le thème de la lutte des classes lorsque le Sinn Feín dénonce en force le paradoxe du Tigre celtique et la réalité pour les individus ou les infrastructures du pays. Les communautés locales, pour le parti, s’opposent aux industries qui font la renommée de l’Irlande en matière de télécommunications, d’énergie ou de transport.

16L’économie est donc un thème où peuvent se développer les idées politiques du Sinn Feín, qui, plutôt que d’insister sur la macroéconomie, privilégie le développement économique local. Rejetant l’idée d’une « roaring Tiger economy », le parti tente de promouvoir les droits de l’individu, opposant « the right to private property and enterprise superseding public right and welfare »9.

  • 10 Ibid.

17Le développement régional, incluant tous les acteurs d’une région, est une priorité pour les nationalistes qui accusent le gouvernement central de Dublin d’avoir favorisé une expansion radiale de la métropole à l’origine de l’appauvrissement de la périphérie. Le « Border Corridor » notamment est un objet de récriminations : « The discrimination that has underpinned regional development in Ireland is compounded and stimulated by the existence of the border »10.

18Cette frontière, réelle mais aussi surtout psychologique, mythique, diabolisée par le discours nationaliste, est, pour ce dernier, à l’origine de la destruction de l’intime, des privations économiques, sociales et spatiales qui compromettent, toujours selon le discours officiel, les chances de survie de la population frontalière. Image romantique de l’individu écrasé par la société qui l’entoure ? Car le Sinn Feín ne cite aucun exemple de chances de survie réduites, se contentant de réaffirmer la nécessité de prise en compte des droits de l’homme. Dans le programme officiel, la liste de maux rédhibitoires est impressionnante, et semble accréditer l’idée de dépendance et d’oppression de l’Irlande du Nord :

  • 11 Ibid.

Life in the Border Corridor is defined by low wage culture, high unemployment, low educational attainment, the debilitating duality of services and service providers, poor roads, inadequate transport systems, insufficient energy supply and broadband networking, and underdeveloped environmental opportunities11.

19Comment l’intime peut-il s’épanouir dans ce milieu présenté comme hostile par une ardente propagande politique ? Comment peut-il avoir sa place dans un développement qui doit être à la fois « intégratif et participatif », sans exemple ou initiative concrets à offrir, avec le Sinn Feín qui déclare être contre l’étatisation responsable, selon lui, de la polarisation villes-campagne, mais qui parallèlement fait appel à la centralisation des initiatives d’aide, au risque d’étouffer l’individu ? La faible place accordée aux initiatives locales est critiquée également par le programme Interreg III (2000-2006) pour la République d’Irlande et l’Irlande du Nord :

In general, borders can constrain economic activity by limiting market areas, preventing optimal allocations of resources and limiting competition. The Northern Ireland/Ireland Border has certainly thus affected economic relationships in the past. The border remains a social and psychological barrier which is an impediment to the exchange of ideas and information and a barrier to effective co-operation and the development of effective local policies and strategies.

20Le Sinn Feín critique donc sans cesse les structures rigides au niveau des gouvernements, mais utilise un vocabulaire général pour encourager les initiatives individuelles ; il faudrait, d’après lui, promouvoir une « intégration systématique », une « participation inclusive », une « intégration intensive » et œuvrer pour « construire une communauté inclusive tournée vers la réunification ». Le discours reste ainsi au niveau collectif, où se situaient les querelles quasi quotidiennes à Stormont, portant sur la place des drapeaux et autres points litigieux.

21Autre paradoxe : à l’heure où l’Union européenne insiste sur la mise en œuvre d’initiatives individuelles et locales, le Sinn Feín cherche providentiellement des solutions à l’extérieur. Selon lui, Enterprise Ireland n’aide les entreprises qu’au fort potentiel à l’export ; il fait donc appel à la North-South Ministerial Conference et à l’Union européenne afin qu’il n’y ait pas de discrimination : « The EU must recognise the island as one economic unit when it comes to the allocation of EU funds and the application of policy »12.

22Si l’intime doit être protégé, pour le Sinn Feín ce doit être non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan juridique. Le parti entreprend une sorte de déballage, et propose des accusations publiques en vue de redresser les torts subis par la population catholique dans le passé. Le Sinn Feín prend comme exemple les « Commissions de vérité et de réconciliation » au Chili et en Afrique du Sud, et suggère la tenue de procès supervisés par des instances internationales. Mais l’on sait la difficulté qu’ont les commissions internationales (comme celle sur le désarmement) à travailler en Irlande du Nord. La réponse, cette fois encore, est attendue de l’extérieur :

  • 13 Ibid.

Effectiveness […], in serving the objective of truth recovery requires full cooperation and disclosure by all relevant individuals, organisations, institutions and governments13.

  • 14 Ibid.

23En 2002, le projet « Healing through Remembering » avait rassemblé des représentants des victimes des « Troubles », des ex-prisonniers et des prêtres : travail de pardon, de confrontation et de guérison de l’intime (des intimes) donc, mais il y a danger de multiplication des instances de contrôle, telles que « a body to monitor the implementation of the other recommendations »14. À quoi servent donc ces organismes, ces « corps » s’ils ne lient pas les individus, s’il n’y a pas tentative d’unification des efforts afin que l’intime retrouve sa place dans une société déchirée ?

  • 15 Ibid.

24Le programme du parti donne quelques pistes de réflexion. L’agriculture, par exemple, une des principales activités économiques de l’île, est à soutenir, d’abord pour maintenir les emplois dans les campagnes puis en vue de l’unification : « It will provide a much-needed reorientation of the Irish economy from its present east coast focus into a real all-Ireland focus »15.

25La prise en compte de l’individu et de son épanouissement passe aussi par la diversification de l’économie irlandaise, et le Sinn Feín montre un intérêt pour une « nouvelle économie », c’est-à-dire fondée en priorité sur la spécificité des différentes régions du pays. Afin de contrebalancer le poids dangereux, selon le parti, des groupes agro-alimentaires internationaux (qui conduit à un « economic disempowerment »), les entreprises indigènes sont encouragées à créer des coopératives, à mettre en place de nouvelles orientations économiques, comme le tourisme vert, l’agriculture biologique. Il semble y avoir là un phénomène de mode ou de société. Remarquons que l’intime irlandais et ses spécificités économiques sont inévitablement confrontés à une ouverture internationale, à la mondialisation inévitable auxquelles semble se résoudre le Sinn Feín. Cependant, apparaît encore une vision bucolique, idyllique, des campagnes irlandaises où régneraient le quasi-plein emploi et le bonheur simple des Irlandais, vision éloignée d’une agriculture « haute technologie » :

  • 16 Ibid.

And it should come as no surprise that the average internet and ICT users are young male office workers living in an urban setting while the least likely people to have access to these new technologies are wives of farmers. It is this dichotomy and others like it that highlight the inequalities of current economic strategies that must be addressed in any new rural development plan16.

26Les grands thèmes de la société actuelle, tels que le développement durable ou le retraitement des déchets et plus généralement le respect de l’environnement sont abordés, de même, qu’au niveau du Parlement européen, l’inquiétude quant à la privatisation des services publics. Le Sinn Feín sait donc s’engager dans le débat social contemporain, avec la prise en compte des individus les plus exposés qui composent la société irlandaise, et se lance dans une vision aux accents lyriques, voire quelque peu utopiques :

We have a vision for a different future – a fully accessible and fully inclusive Ireland of Equals where all people with disabilities can reach their true potential as individuals, because society no longer disables but enables them17.

27Cette vision unificatrice contraste malgré tout avec le discours que tient le Sinn Feín sur la résolution de l’impasse actuelle en Irlande du Nord. Le 9 février 2005, Gerry Adams déclarait qu’il fallait « re-populariser la lutte Républicaine », en prenant comme référence le Sinn Feín de 1905.

28Le Sinn Feín est désormais le premier parti nationaliste en Irlande du Nord. Mais à quel prix ? Il semble tiraillé entre sa base électorale traditionnelle et des aspirations à une redistribution des richesses d’un pays à l’économie florissante. La rhétorique hésite entre l’intime et le groupe, par peur sans doute des dégâts d’une mondialisation que le parti ne contrôlerait pas ; le « peuple irlandais » si souvent mentionné paraît manipulé de tous côtés, et apparaît même comme un mythe, un jardin d’Éden nostalgique.

29L’intime irlandais, avec ses spécificités, ses conflits difficiles à cerner par un observateur étranger, est confronté violemment à la mondialisation, aux problèmes inévitables de l’élargissement de l’Union européenne. Le Sinn Feín se lancerait-il dans un combat perdu d’avance ?

Auteur

Université du Havre

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540