Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur l'intime en Irlande

 | 
Thierry Dubost
, 
Anne-Catherine Lobo

Civilisation

L'intime et ses peurs exorcisées : l’exemple des superstitions du 1er mai

Frédéric Armao

Texte intégral

1L’intime, si l’on entend par là le déroulement de l’existence personnelle dans le cadre du cercle familial, de la vie privée, engendre nécessairement, presque par définition, des angoisses. Les influences extérieures sur la cellule familiale d’un individu, l’échec potentiel de sa vie privée, que l’on opposera à sa vie sociale, la nature même de l’homme sont autant de raisons potentielles de crainte. L’homme n’est jamais plus vulnérable que pris dans son individualité, dans l’intime, cette individualité étant précisément le miroir de sa vulnérabilité.

2La vie de l’homme est précaire ; il est mortel, et il s’en rend particulièrement compte lorsqu’il est confronté à ce qu’il ne peut maîtriser. Le meilleur exemple est probablement le rapport qu’il entretient avec le temps, la seule des quatre dimensions sur laquelle il n’a pas d’emprise directe.

3Le temps se situe dans une relation particulière avec l’intime, une relation placée sous le signe de l’appréhension, puisqu’elle renvoie à l’homme son impuissance et sa mortalité ; on ne s’étonnera pas que ce soit dans le cadre d’une fête saisonnière qu’en Irlande, la relation entre le temps, l’angoisse et l’intime trouve peut-être l’une de ses plus fortes concrétisations. C’est effectivement lors de fêtes saisonnières, en particulier celle du 1er mai, qu’il devient possible d’exorciser ces peurs liées à l’intime par le biais de superstitions et de rites précis.

 

  • 1 Ces dates précises sont données par convention. Du fait de l’adaptation des calendriers anciens (lu (...)

4La tradition irlandaise découpe l’année en quatre parties égales, chacune comportant trois mois. Le début de chaque partie est marqué par une fête saisonnière. On estime que le printemps débute le 1er février à la Saint-Brigit, l’été, le 1er mai à Be(a)ltaine (May Day), l’automne, le 1er août à Lughnasa et l’hiver débute à Sam(h)ain le 1er novembre1.

  • 2 Voir Máire MacNeill, The Festival of Lughnasa [1962], Dublin, Comhairle Bhéaloideas Eireann, 1982.

5Il a été démontré, notamment par Maíre MacNeill2, que ces quatre fêtes saisonnières correspondent, au moins partiellement, à quatre célébrations antiques – souvent qualifiées de « celtiques ». La Saint-Brigit est la prolongation folklorique d’Imbolc ; de même, on retrouve des références à Beltaine, Lughnasa et Samain dans les textes les plus anciens à notre disposition. Ces quatre fêtes étaient déjà en vigueur à l’époque celtique de l’Irlande et il est plus que probable qu’elles découlent d’une tradition encore antérieure.

  • 3 Voir Françoise Le Roux et Christian Guyonvarc’h, Les Fêtes celtiques, Rennes, Éditions Ouest-France (...)

6Sur ces quatre fêtes, deux se démarquent par leur importance : Samain et Beltaine. Tout porte à croire que ce sont les célébrations les plus anciennes, qui découpaient l’année en deux parties égales et ce, bien avant l’établissement du calendrier julien : de Samain à Beltaine, la saison hivernale, froide, et par là même plutôt négative – une saison en fait passive – puis de Beltaine à Samain la saison estivale, chaude, une saison qui revêt un caractère positif, une saison active durant laquelle la plupart des activités, qu’il s’agisse des activités pastorales, agraires ou même guerrières, sont entreprises3.

7L’association entre l’intime et la célébration d’une fête, activité sociale par excellence, ne va pas de soi a priori, d’autant plus que la fête antique du 1er mai est avant tout une fête agro-pastorale qui rythme l’activité de l’agriculteur et du fermier, qui rythme la société, c’est-à-dire qui se place apparemment aux antipodes de l’intime.

  • 4 Voir par exemple Whitley Stokes, Three Irish Glossaries, Cormac’s Glossary, O’Davren’s Glossary, A (...)

8L’ancienne fête de Beltaine marque le début de la transhumance. À cet égard, plusieurs textes, rédigés par des moines irlandais, mais censés transcrire des traditions antérieures au christianisme, rapportent que les druides faisaient passer les troupeaux entre deux feux afin de les protéger des maladies et des épidémies pour le reste de l’année avant la transhumance4. Et en effet, dans la plupart des coutumes anciennes associées à Beltaine, on relève une symbolique de protection, ainsi que des rituels prophylactiques ayant principalement pour objet le troupeau et le bétail : on est encore ici loin de l’intime. C’est davantage sous les manifestations plus connues et plus contemporaines de Beltaine que la célébration du 1er mai se trouve associée à l’intime et que la possibilité d’exorciser ces peurs devient envisageable.

9La relation entre l’intime et le 1er mai se distingue en deux catégories relativement larges : d’une part la protection du foyer et de la cellule familiale, et d’autre part la protection de l’individu en rapport avec la peur de la vieillesse, de la maladie et de la mort – peurs liées à l’intime et peurs intimes s’il en est.

Peur du surnaturel et protection du foyer

  • 5 Les exemples qui suivent sont pour la plupart issus des manuscrits 1095 à 1097 de l’Irish Folklore (...)
  • 6 Giraldus Cambrensis est le premier à rapporter directement cette association.

10Dans la tradition folklorique irlandaise, le 1er mai est une période où le surnaturel prédomine5 et ce, depuis au moins le xiie siècle6. C’était en fait un moment où les portes entre le monde des vivants et le monde surnaturel s’ouvraient – phénomène que l’on retrouve à Samain. C’est à Beltaine et à Samain que, selon la croyance, les fées changeaient de lieu de résidence. Les fées, considérées en Irlande rurale comme un « peuple de l’Au-delà », souvent malfaisant, étaient donc particulièrement redoutées à cette période de l’année. Pire encore, c’était à Beltaine que les sorcières étaient censées se réunir et lancer leurs sorts les plus maléfiques. Les fées avaient le pouvoir de tuer ou d’enlever quelque personne que ce soit (en particulier les enfants) et les sorcières pouvaient voler la production de lait ou de beurre, ou exercer leur influence néfaste sur tout individu. Cette peur de l’extérieur, principalement donc des influences néfastes des fées et des sorcières, entraînait un grand nombre de superstitions censées contrer ces influences. On constate un véritable clivage entre l’extérieur et l’intérieur, en d’autres termes entre d’une part les étrangers, et d’autre part la cellule familiale, le foyer, l’intime.

  • 7 Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, Dublin, 1902-1903, vol. XI of the Fifth Ser (...)

11La visite d’« étrangers », c’est-à-dire de personnes étrangères à la cellule familiale (en particulier les femmes) était particulièrement mal perçue à Beltaine. On refusait de donner ou de prêter quoi que ce soit à un étranger ou un voisin, notamment du lait ou du feu, car cela reviendrait à céder symboliquement la « chance » de la maison à celui qui reçoit. On connaît d’ailleurs plusieurs exemples de personnes tuées ou blessées à Beltaine car elles avaient le malheur de se trouver sur les terres d’un fermier un peu trop superstitieux : une personne vue sur son terrain le matin du 1er mai était soupçonnée d’être une sorcière désireuse de voler la chance, ou la production de lait ou de beurre, du propriétaire. Les croyances de ce type étaient très répandues, à tel point que, jusqu’au début du xxe siècle, on trouve référence à des procès pour sorcellerie et « vol magique » de produits laitiers. Ainsi, en 1902, un certain William Murphy fut condamné à trois mois d’emprisonnement dans la prison de Clonmel pour avoir cherché à traire le bétail d’un de ses voisins pendant la nuit du 30 avril au 1er mai, « dans le but évident de l’ensorceler » et de voler le lait des vaches par le biais de la sorcellerie7.

  • 8 Association officialisée par l’Église au xviiie siècle mais dont on trouve les premiers signes au x (...)

12Il existait cependant, jusqu’au milieu du xxe siècle, différentes manières de se préserver de l’influence des fées et des sorcières en Irlande, et d’exorciser la peur intime du surnaturel. Pour se préserver, certains se tournaient vers le christianisme, le mois de mai étant traditionnellement associé à la Vierge Marie8, et il était courant de fabriquer un autel à la gloire de la Vierge Marie dans la maison et de prier pour son salut. De même, un grand nombre de prêtres célébraient des messes et bénissaient le foyer, à la fin expresse de protéger le propriétaire des influences néfastes des sorcières – ce qui est tout de même relativement frappant de la part de membres du clergé.

  • 9 On regroupe sous le terme générique « fleurs de mai » (May flowers) primevères, fleur de sorbier, a (...)

13D’autres préféraient utiliser des fleurs de mai9 pour protéger leur foyer des influences extérieures néfastes. Ces fleurs étaient déposées ou attachées aux portes et aux fenêtres des maisons. Elles étaient parfois suspendues dans la maison et, lorsque c’était le cas, la préférence était donnée à la cuisine. Pour éloigner les fées et les sorcières, on jetait parfois les fleurs de mai dans la source qui fournissait l’eau du foyer et, plus étonnant encore, ces fleurs de mai étaient occasionnellement plantées dans un tas de fumier ; on y attachait alors des rubans de couleur et autres petits objets sans valeur propre.

Peur du temps qui passe

14Partout en Irlande, à l’exception du Kerry et de certaines Gaeltachta (zones gaélophones), la coutume pour les jeunes filles était d’aller se laver le visage, les mains, les bras ou les pieds dans la rosée de mai avant le lever du soleil. La croyance voulait que cette substance leur accordât beauté et jeunesse l’été durant, ou mieux encore pendant toute une année. C’était la beauté et la fraîcheur de la peau, plus particulièrement de la peau du visage, qui semble avoir été au centre des préoccupations des jeunes filles : bon teint, peau blanche et lisse, protection contre les coups de soleil et les taches de rousseur pour toute la durée de l’été à venir. Cette croyance concernait parfois également les personnes âgées soucieuses de leur aspect physique : dans le comté de Mayo, on parlait d’une octogénaire qui, grâce à cette technique particulière répétée chaque année pendant plusieurs décennies, n’avait pas pris une seule ride.

  • 10 À titre d’exemple, dans le comté de Donegal: Bonjour, bonjour, belle achillée / Trois fois bonjour (...)

15Toujours dans cette perspective de la peur du vieillissement, les jeunes femmes qui redoutaient de rester vieilles filles mettaient en pratique, à Beltaine, un grand nombre de superstitions divinatoires ayant pour but de montrer le visage, ou de donner le nom, du futur époux. Ce type de superstition se divise en deux catégories. En Ulster, la jeune fille devait placer une plante, l’achillée, sous son oreiller et prononcer certaines formules magiques10 avant de se coucher, ce qui lui permettait de rêver du visage de son futur époux. Dans le Munster, la coutume est sensiblement différente : le matin du 1er mai, les jeunes filles devaient ramasser le premier escargot qu’elles trouvaient ; elles le ramenaient chez elles et le mettaient sur un plat recouvert de farine ; les traces laissées par l’escargot étaient censées donner les initiales du futur époux et ainsi exorciser la peur du célibat, la peur d’une vieillesse triste et solitaire.

  • 11 Rappelons que si, en France, le proverbe « en avril, ne te découvre pas d’un fil, en mai fais ce qu (...)

16En outre, le mois de mai (et dans une moindre mesure le mois de novembre) était, selon la croyance, particulièrement dangereux, les maladies contractées lors de cette période souvent graves, voire incurables – croyance explicable à la fois par le mysticisme inhérent au mois de mai et à la fête de Beltaine (qui, rappelons-le, annonce l’arrivée d’une saison nouvelle et constitue de ce fait une période de transition du cycle temporel), et par les conditions météorologiques irlandaises souvent peu favorables ou trompeuses durant le mois de mai11. Les rhumes, notamment, étaient réputés être les plus redoutables de l’année : il était ainsi souvent dit qu’un rhume se déclarant le 1er mai perdurerait jusqu’à la fin du mois. Dans le même ordre d’idée, les personnes âgées appréhendaient l’arrivée du mois de mai, car n’importe quel trouble de la santé pouvait s’avérer fatal.

  • 12 Three good feeds of nettles in May/Will keep all disease away.
  • 13 If you take nettle-broth on May Day/You’ll never need a doctor till your dying day.

17Afin de contrer les maladies du mois de mai, il existait un certain nombre de coutumes à respecter, en particulier en rapport avec les vêtements – ultime protection contre les maladies et le mauvais temps. Ne pas refaire le lacet d’une chaussure défaite le matin du 1er mai, retourner son manteau dès les premières heures du jour, acheter les vêtements d’été (tout particulièrement les bottes et les chaussures des enfants) à May Day étaient autant de manières de s’attirer bonne fortune, santé et prospérité. Pour se protéger des maladies du mois de mai, il était également courant, principalement dans le Munster, de faire des repas à base d’orties : il s’agissait de faire bouillir ces orties et de consommer le bouillon pendant au moins trois repas en mai. Deux proverbes renvoient à la coutume : « trois bons repas d’orties en mai repousseront la maladie »12 et « si tu prends un bouillon d’orties à May Day, tu n’auras plus besoin de médecin jusqu’à ta mort »13.

18Dans le même ordre d’idée, des sources sacrées étaient visitées afin de se préserver des maladies. On peut comptabiliser plusieurs dizaines de sources visitées pour Beltaine en Irlande jusque dans le courant du xxe siècle. Les survivances de ce phénomène ayant perduré jusqu’à aujourd’hui sont malheureusement plus rares. L’exemple le plus saisissant demeure probablement la source du City Well (Cathair Chrobh Dearg), à la limite des comtés de Cork et Kerry (entre Killarney et Macroom) : ayant visité le City Well le 1er mai de l’année 2004 dans le cadre de nos recherches, nous avons pu constater que la source est encore très populaire. Il ne s’agit cependant pas d’un pèlerinage organisé et les visites ne sont pas, sur ce point, comparables à celles du Croagh Patrick dans le comté de Mayo : la démarche est avant tout personnelle, familiale ; les visites s’effectuent par petits groupes : une personne seule, un couple, une famille. Les pèlerins boivent à la source, remplissent des bouteilles qu’ils rapportent chez eux et qu’ils boiront pendant toute l’année. Si les superstitions relatives aux fées et sorcières ont nécessairement disparu, la croyance dans l’effet bénéfique de l’eau du City Well, tout du moins d’un point de vue purement médical, perdure : le 1er mai 2004, nous avons dénombré une centaine de personnes s’étant rendue à la source et ayant goûté l’eau du puits.

 

  • 14 Les Fêtes celtiques.

19Les peurs de Beltaine relatives à l’intime sont duelles : d’une part la peur des fées et des sorcières et de leur influence sur le foyer, une peur du surnaturel, d’autre part une peur plus ordinaire, plus naturelle : la peur du vieillissement, de la maladie, de la mort. Le 1er mai est l’un des deux tournants principaux de l’année. C’est une fête saisonnière, une fête de « passage », une « porte de l’année et du temps »14. C’est en fait un tournant de la vie et du cycle vital, un passage de la saison froide à la saison chaude, de la saison « morte » à la saison « vivante ». Nous retrouvons la peur du surnaturel, la peur de certains êtres qui transcendent l’humanité (qu’il s’agisse des fées ou des sorcières) ; cette peur, désormais délaissée au profit d’angoisses que l’on pourrait qualifier de plus matérielles, est justifiée par le fait que Beltaine est une fête « hors du temps », un moment où les deux mondes se rejoignent. La peur du naturel, quant à elle, trouve son fondement dans le fait que Beltaine est aussi une fête saisonnière, une fête de passage du temps, qui rappelle à l’individu le déroulement de ce temps, de sa vie, ce qui induit nécessairement l’omniprésence des thématiques du vieillissement et la mort. La double temporalité de Bealtaine (ce que l’on pourrait appeler sa temporalité mystique, et sa temporalité humaine) renvoie l’individu à ses propres faiblesses : il est simplement humain, ce qui implique qu’il est également mortel – et quoi de plus intime pour un individu que son caractère humain et éphémère ? Les peurs du surnaturel et du naturel appliquées à l’intime, ajoutées à la possibilité que les Irlandais avaient de les exorciser précisément à Beltaine, correspondent parfaitement à l’idée que l’on a de la fête saisonnière du 1er mai : un moment de l’année où le monde des hommes et le monde de l’Au-delà se rejoignent. Un moment de l’année où impératifs sociaux et angoisses existentielles s’interpénètrent. Un moment de l’année où le temps se voit défié par un espace intime protecteur et conjuratoire.

Notes

1 Ces dates précises sont données par convention. Du fait de l’adaptation des calendriers anciens (luni-solaires) aux calendriers julien puis grégorien, il serait plus juste de parler d’une période de célébration avoisinant le 1er février, le 1er mai, le 1er août et le 1er novembre respectivement.

2 Voir Máire MacNeill, The Festival of Lughnasa [1962], Dublin, Comhairle Bhéaloideas Eireann, 1982.

3 Voir Françoise Le Roux et Christian Guyonvarc’h, Les Fêtes celtiques, Rennes, Éditions Ouest-France, 1995, p. 103 pour une citation de La Courtise d’Emer, Standish O’Grady (éd.), New York, Lemma Publishing Corporation, 1970, Silva Gadelica, vol. 2 (translation and notes), p. 292-311 pour La Poursuite du Gilla Decair et de son cheval.

4 Voir par exemple Whitley Stokes, Three Irish Glossaries, Cormac’s Glossary, O’Davren’s Glossary, A Glossary to the Calendar of Oingus the Culdee, Édimbourg, Williams and Norgate, 1862, à l’entrée Beltaine du Glossaire de Cormac.

5 Les exemples qui suivent sont pour la plupart issus des manuscrits 1095 à 1097 de l’Irish Folklore Commission ; ces manuscrits regroupent les réponses à un questionnaire en rapport avec la fête de Beltaine entrepris dans les années 1940. Les croyances et superstitions irlandaises relatives à la fête de Beltaine ont des origines multiples : ajouts normands et européens à un fond a priori celtique, voire préceltique… Le sujet est complexe et il convient de noter que le présent article n’aura pas pour vocation de distinguer les origines de chacune des coutumes qui seront mentionnées.

6 Giraldus Cambrensis est le premier à rapporter directement cette association.

7 Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, Dublin, 1902-1903, vol. XI of the Fifth Series, p. 265.

8 Association officialisée par l’Église au xviiie siècle mais dont on trouve les premiers signes au xiiie siècle.

9 On regroupe sous le terme générique « fleurs de mai » (May flowers) primevères, fleur de sorbier, aubépine blanche, aubépine noire, sycomore, ajoncs, marguerites, fleur de noisetier, fougères, chélidoine, violettes, hyacinthes, iris, fleur de pommier, camomille, etc. La préférence est cependant donnée aux primevères et, en règle générale, à toutes les fleurs sauvages, surtout lorsqu’elles sont jaunes – le jaune étant souvent associé à la couleur de l’été par les Irlandais ruraux mettant en pratique la coutume.

10 À titre d’exemple, dans le comté de Donegal: Bonjour, bonjour, belle achillée / Trois fois bonjour / J’espère qu’à cette heure demain / Tu me diras qui sera mon véritable amour / La couleur de ses cheveux et les vêtements qu’il portera / Et les mots qu’il dira / Et qu’il vienne me courtiser. (Good morrow, good morrow, fair yarrow / Thrice good morrow to thee / I hope by this time tomorrow / You’ll tell me who my true love shall be / the colour of his hair and the clothes he shall wear / And the words that he’ll say / Then he comes to court me).

11 Rappelons que si, en France, le proverbe « en avril, ne te découvre pas d’un fil, en mai fais ce qu’il te plaît » est courant, l’équivalent dans les îles britanniques, et en l’occurrence anglo-saxon, demeure « en mai, ne te découvre pas d’un fil » (Cast not a clout till May is out).

12 Three good feeds of nettles in May/Will keep all disease away.

13 If you take nettle-broth on May Day/You’ll never need a doctor till your dying day.

14 Les Fêtes celtiques.

Auteur

Université de Lille 3

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540