Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur l'intime en Irlande

 | 
Thierry Dubost
, 
Anne-Catherine Lobo

Civilisation

Le sexe des anges

Catherine Maignant

Texte intégral

1On note ces derniers temps, par toute la chrétienté, une furieuse reprise d’activité des anges, gardiens ou déchus, une fois de plus engagés dans la sempiternelle lutte du bien contre le mal. Si l’on en croit l’actuel catéchisme de l’Église catholique :

L’existence des êtres spirituels, non corporels, que l’Écriture Sainte nomme habituellement anges, est une vérité de foi. Le témoignage de l’Écriture est aussi net que l’unanimité de la Tradition1.

2Esprits créés par Dieu en nombres prodigieux, ils sont les messagers du Christ, les guides et protecteurs du peuple de Dieu qui assistent l’Église dans ses combats. À la lecture des Écritures, il convient d’ajouter à ces éléments de base des données qui font des anges des entités plus complexes et proposent une vision plus ambiguë de leur identité.

  • 2 Gn 6, 1.
  • 3 Lc 10, 18.
  • 4 Za 3, 1-2.
  • 5 Jn 14, 30.
  • 6 Ap 9, 11-15 ; 12, 7-9.
  • 7 2 P I, 19.
  • 8 René Girard, Je vois Satan tomber comme l’éclair, Paris, Grasset, 1999, p. 63.

3On sait, tout d’abord, qu’il existe de bons et de mauvais anges, ces derniers incarnant le principe même du mal. La Genèse voit en eux des fils de Dieu, jaloux des hommes qui, pour avoir souhaité épouser leurs filles2, furent condamnés par le Créateur aux flammes éternelles. Ils sont les anges de Satan, archange créé par Dieu, mais corrompu par l’orgueil lié à sa beauté et projeté dans les enfers du haut du ciel où, selon Luc, il tomba comme l’éclair3, entraînant avec lui nombre de ses disciples. Son nom signifie « l’accusateur », car il est celui qui, dans le livre de Zaccharie, accuse les saints4. Il est donc l’ennemi de Dieu et de l’Église. Il est de plus, selon Jean, « Le prince de ce monde »5, tentateur de la race humaine, qu’il cherche à corrompre. C’est lui qui mènera l’humanité à l’Apocalypse, lui « L’ange des abîmes », lui le « dragon », lui, le « vieux serpent » dont l’armée démoniaque sera défaite par les troupes angéliques de l’Archange Michel6. Sous son nom étrange de Lucifer, traduction proposée par la Vulgate de « l’astre brillant » du livre d’Isaïe, sa personnalité se révèle plus complexe encore. Il faut savoir en effet, qu’Isaïe désignait par cette expression un roi humain de Babylone, mais que cette même locution d’« astre brillant » a, par la suite, été utilisée pour désigner l’étoile du matin7, puis le Christ et enfin Satan, à partir du Moyen Âge seulement. Parler alors de double mimétique de Dieu et du Christ en référence au diable est sans doute pertinent, particulièrement en ce qui concerne la définition de modèles posés devant l’humanité. Jésus, déçu de la réaction de Pierre face à la première annonce de la Passion, ne lui dit-il pas en effet : « Passe derrière moi, Satan, car tu es pour moi un scandale ». Pierre est alors aux yeux du Christ « le Satan qui détourne les hommes de Dieu au profit des modèles rivalitaires », le Satan qui « sème les scandales et récolte la tempête des crises mimétiques », si magistralement analysé par René Girard8.

  • 9 Dn 9, 21.
  • 10 He 13, 2.
  • 11 Cité par Michel Meslin, « Êtres surnaturels », in Le Merveilleux, M. Meslin (éd.), Paris, Bordas, 1 (...)
  • 12 Ibid., p. 4.
  • 13 Ex 3.
  • 14 « Sermo » VII, « De Scripturis », cité dans l’article « Angels », Catholic Encyclopædia, p. 6 (http (...)

4Pour davantage accroître la confusion, notons que les anges, bons et mauvais, peuvent prendre l’apparence humaine, généralement celle d’un homme : ainsi parle-t-on de « l’homme Gabriel » en référence à l’ange du même nom9. L’Ancien Testament nous dit pareillement que certaines personnes furent amenées à accorder l’hospitalité à des anges en croyant accueillir des voyageurs humains10. Quant au diable et aux démons, ils sont versés dans l’art du travestissement, car il faut bien qu’ils soient visibles pour entraîner leurs victimes humaines vers des voies de perdition. Certes, ils se métamorphosent en bêtes monstrueuses de toutes sortes, mais Satan peut se manifester également sous forme humaine, celle d’une femme jeune et belle, par exemple. Quant aux démons, un père du désert nous enseigne qu’« ils forment de grands corps, telles des troupes de soldats »11. Comment donc les reconnaître ? Comment donc nier l’identification possible entre les anges et les hommes, eux aussi fils de Dieu ? Dans la langue de l’Apocalypse, les « anges des sept églises » sont par ailleurs généralement tenus pour les évêques de ces diocèses, et St Grégoire de Nazianze appelle par deux fois « anges » les évêques de Constantinople auxquels il s’adresse12. Si l’on suit enfin l’analyse que Saint Augustin propose de l’épisode du buisson-ardent13, il y a également confusion entre le Seigneur et l’ange du Seigneur, confusion possible car, nous dit l’exégète, « il était Christ, donc prophète »14. Les anges, pris tous ensemble, sont ainsi insaisissables et omniprésents, tout à la fois images du bien et du mal, esprits invisibles ou êtres visibles multiformes, dans lesquels se retrouvent l’humain, le divin et le religieux.

5Qu’il nous suffise d’ajouter que les anges sont psychopompes et que, dans une perspective apocalyptique, ils interviennent toujours dans un contexte de combat spirituel entre forces du bien et armées du mal, et nous comprendrons qu’ils sont intrinsèquement liés à la question du salut et au devenir des hommes dans l’au-delà.

6Que de telles considérations théologiques soient d’actualité peut surprendre. Elles le sont pourtant, que ce soit au cœur de l’Église, à Rome, ou dans les croyances populaires liées à la vogue actuelle de l’astrologie et du paranormal. Se référant à l’exemple très significatif de l’Irlande, l’objet du présent article est de proposer une interprétation de manifestations indicatives de la rivalité contemporaine entre deux visions du monde.

7Au début des années 2000, le pape Jean-Paul II révélait à la chrétienté la troisième vision de Fatima, tenue secrète par tous ses prédécesseurs en raison de son caractère terrifiant car hautement apocalyptique. Sœur Lucie, dernier témoin survivant de l’apparition de la Vierge Marie à Fatima en 1917, la relate en ces termes :

[…] Nous avons vu sur le côté gauche de Notre Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche, elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde, mais elles s’éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre Dame en direction de lui ; l’Ange indiquant la terre avec sa main droite, dit d’une voix forte : « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! » Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu […] un Évêque vêtu de blanc (nous avons eu le pressentiment que c’était le Saint-père), divers autres Évêques, Prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix […] ; avant d’y arriver, le Saint-père traversa une grande ville à moitié en ruine et, moitié tremblant, d’un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu’il trouvait sur son chemin ; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches ; et de la même manière moururent les uns après les autres les Évêques, les Prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs […]. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s’approchaient de Dieu15.

8Selon le cardinal Ratzinger, la parole clé de la vision est le triple appel à la pénitence. Pour lui, « comprendre les signes des temps signifie comprendre l’urgence de la pénitence – de la conversion – de la foi ». Et il poursuit :

  • 16 Ibid.

L’ange avec l’épée de feu à la gauche de la Mère de Dieu rappelle des images analogues de l’Apocalypse. Il représente la menace du jugement qui plane sur le monde. La perspective que le monde pourrait être englouti dans une mer de flammes n’apparaît absolument plus aujourd’hui comme une pure fantaisie : l’homme lui-même a préparé l’épée de feu avec ses inventions. La vision montre ensuite la force qui s’oppose au pouvoir de destruction – la splendeur de la Mère de Dieu et, provenant d’une certaine manière de cette splendeur, l’appel à la pénitence16.

9Jean-Paul II comprit que cette vision avait annoncé l’attentat dont il fut victime en 1981 et que Marie avait alors arrêté la balle meurtrière et l’avait sauvé du martyre. Avertissement il y avait pourtant bien eu alors et, à moins de faire pénitence, Rome, l’Église et l’humanité étaient menacées de subir les affres de la fin du monde. La Mère de Dieu avait transformé la destruction en chance à saisir, d’où la détermination du Pape de placer la chrétienté sous sa protection à l’aube du nouveau millénaire, d’où également les regrets exprimés pour les sanglants péchés de l’Église au cours des âges, d’où, enfin, sa préoccupation de plus en plus marquée pour les agissements du Malin.

10À la mi-février 2005, l’inquiétude papale face aux succès de Satan a trouvé son expression et sa réponse dans la mise en place, au prestigieux Athenaeum Pontificium Regina Apostolorum, d’une formation d’exorciste. Sont au programme l’histoire du satanisme, les rites d’exorcisme, la prière de libération et une formation visant à aider les âmes en contact avec l’occulte et la magie. Jean-Paul II, qui affirme avoir lui-même pratiqué trois exorcismes au cours de sa carrière, a, par ailleurs, actualisé le manuel catholique du rituel d’exorcisme, long de 90 pages et a déclaré :

  • 17 Anne Dempsey, « Exorcising the Devil. Is it really all in the Mind ? », The Irish Independent, 23 f (...)

Le diable, “prince du monde”, poursuit son action insidieuse, et tout un chacun est tenté par le diable lorsqu’il s’y attend le moins17.

11En Irlande, la nouvelle a été accueillie avec enthousiasme par le père Pat Collins, qui juge nécessaire le développement de compétences de cette nature dans son pays. Même si, à ce jour, il n’y recense aucune possession complète par le démon, diverses manifestations paranormales dont il a été le témoin ou qui lui ont été relatées, donnent à entendre que les puissances infernales sont à l’œuvre. Les maisons hantées sont légion et nombreux sont ceux qui se sentent possédés. RTE a récemment diffusé une émission où le Père Pat Collins et son collègue de l’Église d’Irlande Billy Lendrum tentaient ainsi d’exorciser une maison. Billy Lendrum, qui affirme avoir rencontré le mal d’origine démoniaque, a même publié un ouvrage intitulé Confronting the Paranormal, a Christian Perspective, pour inviter les prêtres chrétiens de toutes obédiences à prendre la menace au sérieux. Relayée par Catholicireland.net, la création de la nouvelle formation proposée à Rome devient l’occasion de dénoncer l’insidieuse progression des religiosités syncrétiques, elles aussi l’œuvre du diable :

[…] Because of the situation that the spread of magic and superstitious religiosity has contributed to generate, there is an ever more urgent need for priests to impart blessings, to cancel the negative effects of alleged curses, or to exercise the ministry of exorcism on those allegedly possessed by the devil18.

12Questionnés par le Saint-Siège sur les manifestations et les causes de l’incroyance dans leur pays, les évêques irlandais, représentés par Donal Murray, évêque de Limerick et membre du Conseil pontifical pour la culture, signalent ainsi l’importance croissante des nouveaux mouvements religieux, tels qu’ils sont énumérés sur le site de Dialogue Ireland, l’organisation œcuménique chrétienne qui sert d’observatoire des nouveaux cultes19. Pat Collins redoute même que, par manque d’experts agréés en exorcisme en Irlande, les possédés ne se sentent contraints de s’adresser aux nouveaux gourous20, dont, dès 1994, l’Irish Theological Commission dénonçait les idéaux satanistes21. Le relatif succès de la magie blanche ou wicca sert également de prétexte au grand pourfendeur de satanistes en Irlande, Jim Cairns pour déplorer le laxisme de la société irlandaise en ce domaine :

  • 22 Jim Cairns, « Satanic Ritual Abuse, Murder, Missing Persons and Mayhem Comparisons in Ireland and t (...)

There has been a great effort made to actively promote everything pagan, mystical, and even openly promote the so-called virtues of witchcraft. At Hallo’een 1999, RTE ran a program about the so-called white witches of Clonegal Castle County Wicklow. The priestess or witches whatever they call themselves proclaimed that “witchery is perfectly compatible with Christianity !” the very fact that they are able to get onto prime-time RTE and utter these words without so much as a ripple of condemnation from the so-called Christian churches tells the reader just how far Irish society has come under the influence of evil and the Satanic network, or what David Icke would call the Satanic Brotherhood22.

  • 23 Patrick Heron, Apocalypse 2000, Dublin, The Collins Press, 1999.

13Patrick Heron est d’accord, qui, annonçant l’Apocalypse à la patrie « des pécheurs et des pervers », voit en toute sorcellerie la marque du culte de Satan23. Et que penser des adeptes de la « thérapie par les anges », qui proposent des ateliers visant à identifier son ange gardien et apprendre à guérir et progresser grâce à lui ? Joe Mullaly, qui se présente comme ATP (Angel Therapy Practitioner) professionnel et ancien élève de la très renommée Doreen Virtue, gourou américain de cette forme de thérapie, propose ainsi des séances de ce qu’il appelle « angel reading », qu’il définit ainsi :

An angel reading session is a sacred space where we can truly open and listen to our angels receiving their direct advice, predictions and support on those issues which are particularly concerning us24.

14Il organise en outre une « soirée anges » chaque mois au Reflections Holistic Centre de Blackrock. Sa publicité est simple : « The angels lovingly ask you to come along ». Méfions-nous toutefois de ces anges étranges que Joe Mullally, adepte du shamanisme, lie aux esprits de la terre et aux ancêtres. Mary Haiden, medium et « Angel Energy Healing Master Instructor », propose le même genre de services à Dublin et Gorey (Co. Wexford), mais dans un contexte reiki25 de recherche d’une énergie universelle26.

15Plus grave encore, le syncrétisme démoniaque s’est, selon certains, immiscé au cœur même de l’Église, qui a besoin, aujourd’hui, de prêtres fiables dans le but précis de combattre les attaques sataniques. Catholicireland.net se réjouit ainsi doublement de l’initiative papale, dans laquelle il voit l’occasion de marginaliser les religieux qui se sont laissé séduire par les attraits des spiritualités nouvelles :

  • 27 « Pontifical College launches Course on Satanism and Exorcism ».

To offer future priests a balanced and profound theological, moral and spiritual formation will serve to avoid, or at least reduce considerably, the risk of having presbyters who are seduced by risky theological speculation, or liturgical and pastoral experimentations with undeniably syncretistic connotations. Therefore it is good to recall that the Church is in ever greater need of holy priests, not of priests who preach ambiguous theological theses and strange liturgical and pastoral practices, because only holy priests are able to renew the Church27.

  • 28 Donal Dorr, Time for a Change, Dublin, The Columba Press, 2004.

16On pense naturellement immédiatement à des personnalités clés du monde catholique irlandais contemporain, comme Mark Hederman, dont le monastère de Glenstal est celui qui séduit le plus les jeunes attirés par la vie monacale, et qui prêche tout ensemble la relativité de la vérité, l’utilité des pratiques de méditation zen et l’intérêt des tarots. On pense aussi entre autres aux adeptes de l’éco-théologie, comme Daniel O’Leary ou à Donal Dorr qui, dans son récent ouvrage, Time for a Change, manifeste une grande ouverture d’esprit envers les nouvelles approches que les spiritualités contemporaines permettent au sein du catholicisme28.

  • 29 Michel Maffesoli, La Part du diable, Paris, Flammarion, 2002, p. 52.
  • 30 Ibid., p. 38-39.
  • 31 Cité par Michel Maffesoli, ibid., p. 39.

17Ce qui est ici particulièrement dangereux pour la doxa catholique est le « polythéisme des valeurs » suggérées, qui « se relativisent l’une l’autre »29. Selon Jean-Paul II, la Vérité est une et indivisible. On ne peut en aucun cas négocier avec elle. Dans son encyclique intitulée Foi et raison, il rappelle qu’aucune forme de relativisme ou de syncrétisme n’est acceptable, car les hommes sont appelés à se soumettre à la Vérité qui les transcende. Celle-ci n’est soumise à aucune mode et n’a pas évolué au gré des opinions individuelles car elle est, par essence, éternelle et universelle. « C’est contre la violence totalitaire de cet universalisme que ressurgit […] la sagesse démoniaque », affirme le sociologue Michel Maffesoli, cette sagesse « qui met en relation tous les éléments constitutifs de la nature jusque et y compris aux plus sauvages », pour « brouiller les codes rationnels » patiemment élaborés notamment par le christianisme30. Selon Jung, la sorcellerie a pour « but diabolique de renverser l’ordre divin et d’établir à la place un désordre infernal »31. Voilà bien ce que redoute l’Église catholique : la lumière s’oppose aux ténèbres et il ne peut en être autrement de toute éternité.

  • 32 Ibid., p. 76.
  • 33 « The glory of God is humanity fully alive » (Mark Hederman, Kissing the Dark, Dublin, Veritas, 199 (...)
  • 34 Mark Hederman, Kissing the Dark, p. 34.
  • 35 Michel Maffesoli, La Part du diable, p. 16-17.

18Là se situe précisément un malentendu fondamental, proclament les partisans du pluralisme et des syncrétismes. L’erreur du christianisme a été d’asseoir l’essentiel de son message sur une fausse dualité bien/mal, qui est à l’origine de ce que Mark Hederman nomme la « culture schizoïde » prescrite par l’Église. Le mal absolu n’existe pas davantage que le bien total. La tradition jungienne, reprise par Maffesoli, insiste sur le fait que Satan souligne à jamais « l’imperfection de la création », puisqu’il existe une zone d’ombre, une divinité des abîmes qui lie en Dieu la bonté infinie et la cruauté insigne32. L’Église catholique place aujourd’hui au banc des accusés ceux qui cherchent à se réconcilier avec le mal inné en tous dans une perspective positive. Hederman lui reproche ainsi d’avoir nié la part de ténèbres qui est notre fardeau commun et imposé aux hommes un modèle angélique en opposition avec leur humaine nature, créée et voulue par Dieu33. Il convient aujourd’hui, selon lui, de réhabiliter ce qu’il appelle « the proper dark of the Roman Catholic tribe »34. Voici résumée, d’après le sociologue Michel Maffesoli, une revendication centrale de notre temps : « la personne plurielle s’affirme, la personne composée […], antagonique, contradictoire » ; et « […] La réaffirmation de la personne plurielle, dans un monde polyculturel, aboutit à réintégrer le mal comme un élément parmi d’autres »35.

19Or, dans l’esprit de la morale catholique binaire, la dialectique du bien et du mal se reflète dans l’opposition entre l’esprit, ou l’âme, et le corps. Hederman voit en cela une étonnante incompréhension du dessein divin :

  • 36 Mark Hederman, Kissing the Dark, p. 27.

Our invitation to become children of God, which is what the incarnation was about, […] became an invitation to renounce being human and to set about becoming divine, to stop being animals and to start being angels. […] If “spiritual” is interpreted in this way, it means renouncing or repudiating everything that is not spiritual, which means our nature, our flesh and, above all, our sexuality36.

  • 37 Michel Maffesoli, La Part du diable, p. 44.
  • 38 Mt 22, 30 et Lc 20, 34-36.
  • 39 « Doreen Virtue, Ph.D. Biography ».

20Si l’on suit toujours l’analyse de Maffesoli, « La peur de l’animalité est le fondement de la perspective universaliste. Elle est le fonds de commerce, intangible, de tous les moralistes »37. Ce qui distingue, finalement, les bons des mauvais anges, c’est le sexe. Les anges rebelles désiraient les filles des hommes et se sont accouplés avec elles pour donner naissance à des enfants monstrueux. La sexualité mène aux portes de l’enfer. Les bons anges, par contre, ont acquis la réputation d’être asexués, d’où le débat à l’issue incertaine sur le genre des anges. Ce que nous disent les Écritures sur la sexualité des anges est bref, mais clair. Matthieu et Luc, évoquant la résurrection, notent ainsi le fait que les humains ne pourront, dans l’autre monde « se marier ou donner en mariage », car ils seront alors comme les anges38. Il est significatif de voir certains, dans notre ère dionysiaque, tenter malgré tout de re-sexualiser les bons anges. Doreen Virtue, maître à penser de Joe Mullally et autres thérapeutes par les anges, affirme ainsi que son ange gardien lui parle d’une voix très distinctement mâle39, tandis que d’autres s’interrogent sur la question de savoir si les anges sont capables de relations sexuelles avec des humains. La réponse est certes embarrassée, et on laisse entendre que la probabilité est plus forte avec un ange déchu qu’avec un bon ange ; toutefois, un organisme qui s’intitule Christian Apologetics and Research Ministry suggère qu’il n’y a aucune impossibilité :

We can see from Matt. 22 : 30 and Luke 20 : 34-36 that angels do not marry, but this does not mean they can’t take human form and have relations. I am not here advocating that they do have sexual relations with people. It is just that we cannot assert either position from this passage, especially when the Bible tells us that people have entertained angels without even knowing it (Heb. 13 : 2)40.

21Somme toute, par-delà le bien et le mal, se situe l’intégrité de la création divine que le démiurge n’a pu vouloir que sexuée. Tel est le message, non seulement des néopaïens et syncrétistes de tout poil, mais de tous les progressistes qui ne cherchent rien de plus que de renouer avec leur humanité.

22D’après Donal Dorr, théologien irlandais, missionnaire et consultant auprès du Conseil pontifical pour la justice et la paix, il n’y a rien là que de très légitime. Et il s’interroge :

  • 41 Donald Dorr, Time for a Change, p. 100.

Why is it that shame is so inextricably linked to what should be such a positive and enjoyable experience as sexual activity41 ?

23L’Église n’a rien compris, ajoute-t-il, qui, pendant des siècles, a présenté la sexualité comme strictement biologique et reproductive au lieu d’y lire une manifestation de l’amour de Dieu. Il est urgent d’inventer une spiritualité de la sexualité qui soit plus conforme à l’enseignement de l’Évangile :

  • 42 Ibid., p. 116.

[…] I have devoted several pages to the exploration of shame and various damaging reactions to it. It is because this throws a lot of light on the distorted and dysfunctional theology and spirituality of sexuality which was dominant in the church in recent centuries – at least up to Vatican II, and to some extent even up to the present. If we are to develop a healthy spirituality of sexuality, we must face the challenge of correcting the inadequate and at times distorted theology and spirituality which we have inherited. We cannot any longer assume that what is presented to us as the “traditional catholic teaching” on sex and sexuality is an accurate and adequate reflection of what Jesus stands for42.

  • 43 Peter De Rosa, Vicars of Christ [1988], Dublin, Poolbeg, 2000, p. 238.
  • 44 Peter De Rosa, Vicars of Christ, p. 319.
  • 45 Donald Dorr, Time for a Change, p. 124-126.

24Les Catholiques perdent de vue l’humanité de Jésus43, renchérit Peter de Rosa, prêtre défroqué maintenant fixé en Irlande, ancien professeur de métaphysique et d’éthique au séminaire de Westminster et doyen de la faculté de théologie de Corpus Christi Collège, Londres. En effet, démontre-t-il dans sa magistrale et très critique étude de l’histoire de la papauté, la phobie du sexe au sein du dogme catholique peut historiquement être attribuée à Saint Augustin, jeune homme aux mœurs dissolues, devenu pur esprit après sa conversion. Il prit alors en horreur les amours illicites, voire sordides, de sa jeunesse, interdit sa maison aux femmes et n’accepta plus de leur parler qu’en présence de témoins. Et De Rosa conclut : « His conviction that sexual appetite is of its nature evil became the great tradition of the Church »44. La tradition de l’Église dans ce domaine comme dans tant d’autres est donc strictement humaine et non divine. Et Donal Dorr de rappeler l’extrême sensualité du texte du Cantique des Cantiques, qui peut être lu comme une glorification de l’amour sexuel, l’un des plus beaux présents de Dieu. Jésus par ailleurs ne rejetait pas les femmes, bien au contraire : il les traitait en égales, ce qui, à l’époque, passait pour scandaleux. L’héritage de Saint Augustin trahit donc la parole du Christ, et l’Église s’est rendue coupable d’un abus de pouvoir totalement illégitime au vu de l’enseignement divin45.

25L’Église s’inquiète naturellement de tels débordements, provenant de ses propres rangs. On la comprend. C’est effectivement beaucoup plus grave et inquiétant que les propos fumeux d’une poignée d’illuminés néopaïens. En tête des profanateurs vient la Catholic Theological Society of America, qui, se lamente Living Tradition, l’organe du forum théologique romain, a totalement trahi sa vocation :

  • 46 Living Tradition, « On Human Sexuality : a Response of the Holy See to Parents ». http://www.rtforu (...)

The CTSA report proclaimed to Catholic educators a long series of morally irresponsible, shocking, and pastorally devastating « conclusions » such as the following : a) that Sacred Scripture does not necessarily forbid any form of genital behaviour whatsoever ; b) that adultery can be morally acceptable ; c) that contraception can be wholesome and moral ; d) that premarital intercourse can be a morally good experience ; e) that evaluations of premarital intercourse that are “sin-centred” should be avoided ; f) that obscene words are now part of the common vocabulary and may be used in polite conversation ; g) that pornographic material is not immoral ; h) that masturbation is not sinful ; i) that homosexual intercourse is not wrong in itself […]46.

26Ces conclusions sont un excellent résumé de ce que disent les progressistes catholiques en Irlande également. Partout dans le monde, d’ailleurs, des instructeurs catholiques se font ainsi les agents du démon :

  • 47 Ibid.

Teachers in Catholic schools […] are not only in effect propagating the spirit of the world, the flesh and the devil, but doing so with the apparent blessing of the Church47.

27Le catéchisme de l’Église catholique est pourtant clair sur la question ; le document de référence publié par le Conseil pontifical pour la famille, « The Truth and Meaning of Human Sexuality : Guidelines for Education within the Family », l’est aussi. Le sixième commandement, « Tu ne commettras pas l’adultère », avec son corollaire, selon lequel tout homme qui a regardé une femme avec concupiscence a déjà commis l’adultère en son cœur, sert de base aux directives catholiques en matière de comportement sexuel. Celles-ci sont résumées de la manière suivante :

Tout baptisé est appelé à la chasteté. Le chrétien a “revêtu le Christ” (Ga 3, 27), modèle de toute chasteté. Tous les fidèles du Christ sont appelés à mener une vie chaste selon leur état de vie particulier. Au moment de son Baptême, le Chrétien s’est engagé à conduire dans la chasteté son affectivité. La chasteté doit qualifier les personnes suivant leurs différents états de vie : les unes dans la virginité ou le célibat consacré, manière éminente de se livrer plus facilement à Dieu d’un cœur sans partage ; les autres, de la façon que détermine pour tous la loi morale et selon qu’elles sont mariées ou célibataires (CDF, décl. « Persona humana » 11). Les personnes mariées sont appelées à vivre la chasteté conjugale ; les autres pratiquent la chasteté dans la continence.

28En raison et en mémoire du péché originel, toute activité sexuelle en dehors de celle qui vise à la procréation est condamnable. La grande erreur de notre temps est, selon Living Tradition, liée à l’évolution du sens du mot « sexe » depuis le début du xxe siècle :

  • 48 « On Human Sexuality : a Response of the Holy See to Parents », Living Tradition.

“Having sex” is now taken to mean, not “being male or female”, but “having genital intercourse”. Thus, “sex education” comes to mean “learning about genital intercourse” apart from its context in the human vocation and in the moral realities which should surround it48.

  • 49 « Cultures et foi. Plenaria 2004, A Response from Ireland ».
  • 50 Pour une analyse sociologique complète de ces questions (en perspective religieuse), voir Measuring (...)
  • 51 Inglis Tom, Lessons in Irish Sexuality, Dublin, UCD Press, 1998.

29Ces « fils de Dieu » que sont les humains ne paraissent pas convaincus. En Irlande comme ailleurs l’angélisme n’est plus de mise. Répondant au questionnaire de Rome sur l’incroyance en Irlande, l’évêque de Limerick précise, se référant à la dernière enquête européenne sur les valeurs (1999-2000), que si l’athéisme demeure extrêmement marginal dans son pays, l’autorité de l’Église et l’adhésion aux valeurs qu’elle véhicule ont reculé de manière très inquiétante, en partie du fait d’un relativisme ambiant en matière de moralité49. Les résultats de toutes les enquêtes sur la question sont effectivement parlants : à la question de savoir si l’Église proposait des réponses satisfaisantes dans le domaine de la moralité, 31 % ont répondu par l’affirmative en 1999 contre 53 % en 1981. 27 % pensaient les enseignements de l’Église adéquats en matière de vie familiale contre 48 % en 1981, et 24 % croyaient en la valeur de ses préceptes sociaux, une baisse de douze points par rapport aux résultats de 1990. Par ailleurs, il est remarquable de noter l’éloignement marqué de l’opinion publique par rapport aux enseignements de l’Église en matière de morale sexuelle. Certes, 30 % de la population globale trouvaient toujours condamnable, en 1998, d’avoir des relations sexuelles avant le mariage, 63 % rejetaient absolument l’adultère et 60 % l’homosexualité, mais l’écart des résultats selon les générations, tout à fait spectaculaire, faisait perdre beaucoup de son sens à cette moyenne. Environ 90 % des plus de 69 ans condamnaient en effet sans appel les trois pratiques, mais 8 % seulement des 18-28 ans dénonçaient l’immoralité absolue des relations sexuelles avant le mariage, 43 % l’adultère et 30 % l’homosexualité50. Le refus de l’Église de libéraliser son message en matière de morale sexuelle apparaît en réalité comme l’une des raisons principales de sa perte de crédit. Pour Tom Inglis, écrivant ses Lessons in Irish Sexuality51, la chose est absolument indiscutable. Selon lui, le premier défi sérieux de l’État à l’autorité de l’Église en ce domaine se présenta, en 1991, sous la forme du « Stay Safe Programme », qui, visant à limiter la pédophilie, proposait une formation à l’usage des écoles primaires sur la base d’une approche psychologique donnant priorité aux affects et sensations individuelles. Le carcan moral et religieux y disparaissait totalement. La tendance se confirma avec la mise en place, en 1997, du « Relationships and Sexuality Education (RSE) Programme » dirigé vers un public d’enfants des classes primaires et collèges, qui se fixait pour objectif principal d’acquérir confiance en eux, apprendre à exprimer leurs sentiments et leurs émotions, partager et prendre des décisions sans que des critères prédéfinis de « bien » et de « mal » ne soient annoncés. Nous sommes là bien loin des idéaux et Vérités universelles de Rome.

30Si nous suivons l’analyse de Jacques Ellul, le sexe a en réalité pris, dans le monde occidental, une valeur tout à fait nouvelle, liée à la sacralisation du corps :

  • 52 Jacques Ellul, Les Nouveaux Possédés [1973], Paris, Mille et une nuits, 2003, p. 122-123.

Le sexe n’est plus un domaine d’activité naturelle libre, il est un instrument de combat – combat pour la liberté. Liberté sexuelle ? non point. La liberté tout court […]. Combat pour s’affirmer autonome et apte à vivre en soi, combat contre un ordre : il ne s’agit plus de désacraliser le domaine sexuel mais de désacraliser l’ordre par la transgression sexuelle. […] Mais comme toute force de transgression, elle devient aussitôt sacrée. Seul le sacré peut détruire le sacré52.

31On peut aller plus loin en pensant à tout ce qui a été dit plus haut à propos de la réintégration du corps, comme du mal, dans la dimension divine de l’humanité. Cette sacralisation à demi païenne du corps ne fait en réalité peut-être que

  • 53 André Akoun, Mythes et croyances du monde entier, Paris, Lidis – Brepols, 1985, tome V, p. 266.

prendre le relais tout en la travestissant de celle chrétienne et traditionnellement philosophique de l’âme : comme celle-ci autrefois, le corps aujourd’hui est un instrument de salut et, en tant que tel, le fondement et le véhicule d’un dogme53.

  • 54 Patrick Heron, Apocalypse 2000, Cork, p. 45.

32C’est en soi, au cœur des ténèbres, nous enseigne par exemple Hederman que, une fois devenu totalement humain, on peut prétendre trouver Dieu. Rien d’étonnant alors que le bibliciste irlandais Patrick Heron ait vu d’un mauvais œil le projet d’ériger en lieu et place de l’ancien Nelson Pillar un obélisque de cent vingt mètres de haut en métal noir : « This is a phallic pole to honour the god of our humanist, secular, material society, a monument to man’s ego »54.

  • 55 Ibid., p. 126.

33Deux modèles d’interprétation du bien et du mal, comme de Dieu et du salut, s’opposent donc bien aujourd’hui. Mais où est l’ordre divin et où est le désordre infernal ? Certains anti-satanistes et biblicistes affirment que Satan s’est infiltré au cœur même du Vatican. Patrick Heron, accusant l’Église d’exercer le « ministère du mensonge »55, s’en prend violemment à la tradition de l’Église. Il rappelle que le Christ déjà s’était vu contraindre d’accuser les religieux de son temps :

  • 56 Mt 15, 1-3 et 7-9.

Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu avec votre tradition à vous ? […] Hypocrites, il a bien prophétisé de vous, Isaïe quand il a dit : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur se tient éloigné de moi. C’est en vain qu’ils prétendent m’honorer, puisqu’ils enseignent les préceptes des hommes »56.

34Tenu de déjouer le complot des prêtres qui en voulaient à sa vie, il avait ajouté :

  • 57 Jn 8, 44.

Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père […]. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fond, parce qu’il est menteur et père du mensonge57.

  • 58 Patrick Heron, Apocalypse 2000, p. 120.

35Si la Vérité est absolue et ne sait connaître aucune évolution, à quel titre les Pères de l’Église et les papes successifs se sont-ils arrogé le droit de revenir sur l’enseignement des Écritures ? Et Heron de poursuivre avec ce qu’il nomme la « conspiration mariale »58. Non seulement, dit-il, les thèses de la virginité post-maritale de Marie, de l’immaculée conception et de son admission privilégiée au Paradis sont en contradiction totale avec le texte de la Bible, mais il est notoirement impie de prier la sainte pour obtenir son intercession ; s’incliner, enfin, devant des statues qui la représentent est dénoncé dans les commandements de Dieu comme idolâtre. Que dire alors des apparitions de la Vierge à Fatima, Lourdes ou Knock, poursuit Heron, sinon qu’elles sont le fait de Satan ? C’est un démon ou Lucifer lui-même, l’ange de lumière déchu, l’astre brillant, qui a pris alors les traits de la mère de Dieu pour tromper les hommes avec la complicité des hommes d’Église. Et citant la deuxième épître de Paul aux Corinthiens, il propose l’explication suivante :

  • 59 2 Cor 11, 13-15.

Car de tels êtres sont de faux apôtres, des agents trompeurs déguisés en apôtres du Christ. À cela, rien d’étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Ce n’est donc pas extraordinaire si ses ministres se déguisent aussi en ministres de la justice. Leur fin sera selon leurs œuvres59.

  • 60 Voir par exemple The Church and Child Sexual Abuse : towards a Pastoral Response, E. Conway, Eugene (...)
  • 61 « Cultures et foi. Plenaria 2004, A Response from Ireland ».

36Si une preuve supplémentaire de la soumission de l’Église au diable était encore nécessaire, poursuit Heron, il n’est que d’examiner la plus que douteuse moralité de beaucoup de ses membres. Comme Ève à l’origine des temps, nombre de religieux ont été séduits par Satan qui les a menés, au cours des siècles, sur des sentiers de perdition où ils ont, à leur tour, entraîné les Chrétiens. L’histoire sanglante et, somme toute, peu édifiante d’une Église catholique impitoyable et contaminée jusqu’au cœur par tous les vices dénoncés par les Saintes Écritures se poursuit aujourd’hui sur un ton à peine différent. Peter de Rosa accuse, par exemple, l’Église de Jean-Paul II de mettre en danger la survie de l’espèce lorsqu’elle s’oppose à la contraception et la trouve coupable de meurtre avec préméditation lorsqu’elle interdit l’utilisation du préservatif dans le contexte de la pandémie du sida. En Irlande, l’Église est entachée par son passé récent de cruauté envers les enfants des orphelinats ou des écoles, d’inhumanité envers les filles mères et de déviances sexuelles de tous ordres. L’implication de religieux dans une série de scandales de mœurs en général et d’affaires de pédophilie en particulier cadre effectivement mal avec l’exigence d’angélisme et de chasteté prônée pour le commun des mortels. La tentative de l’Église de protéger les coupables et de les excuser, par exemple en rejetant la faute sur certaines mères, ou en prêchant le pardon60, alimente également les accusations d’hypocrisie qui fusent de toutes parts. Un certain Jim Cairns, qui anime un forum de discussion sur Internet et se présente comme un enquêteur privé dans le domaine des sévices à l’encontre des enfants et des disparitions suspectes, va plus loin et attribue la pédophilie des religieux à leur implication supposée dans des pratiques sataniques. Il ne manque pas, bien sûr de se référer aux déclarations fracassantes de l’Archevêque et exorciste Emmanuel Milingo qui avait, lors du Congrès de Fatima 2000 sur la paix dans le monde tenu à Rome en 1996, publiquement accusé les hautes autorités de l’Église de protéger Satan dans leurs rangs. David Icke, qui voit des satanistes dans toutes les institutions irlandaises, va évidemment dans le même sens, mais si l’on peut sourire des propos excessifs de ces marginaux, l’archevêque de Limerick, Donal Murray, confirme l’effet dévastateur des scandales de mœurs sur la crédibilité de l’Église en Irlande61.

37Satan le semeur de scandale est, en tout état de cause, manifestement à l’œuvre aujourd’hui en Irlande, si l’on prend pour référence les critères bibliques, objet de croyance pour l’Église catholique et les 54 % d’Irlandais qui croient au diable et à l’Enfer. Les anges déchus semblent bien en position de domination et Satan règne, en dernier ressort paradoxalement le maître de l’ordre et du désordre, bien loin de la chute annoncée. Marc a écrit :

  • 62 Mc 3, 23-24.

Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume-là ne peut subsister. Et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison-là ne pourra se maintenir. Si donc Satan s’est jeté contre lui-même et s’est divisé, il ne peut pas tenir, il est fini62.

38Si, finalement Satan se maintient, comme c’est évidemment le cas dans la situation qui nous occupe, c’est que Satan a le talent particulier de se rejeter lui-même pour survivre. René Girard propose de cet étonnant phénomène l’explication suivante :

  • 63 René Girard, Je vois Satan tomber comme l’éclair, p. 65.

Le Satan expulsé est celui qui fomente et exaspère les rivalités mimétiques au point de transformer la communauté en une fournaise de scandales. Le Satan qui expulse est cette même fournaise lorsqu’elle atteint un point d’incandescence suffisant pour déclencher le mécanisme victimaire. Afin d’empêcher la destruction de son royaume, Satan fait de son désordre même, à son paroxysme, le moyen de s’expulser lui-même. C’est ce pouvoir extraordinaire qui fait de Satan le “prince de ce monde”. […] S’il était simplement destructeur, Satan aurait perdu son domaine depuis longtemps63.

39Il est l’accusateur, celui, donc, qui déclenche le processus de victimisation. Celui-ci est clairement engagé aujourd’hui : les Irlandais se sentent victimes des abus de pouvoir passés de l’Église, l’Église se dit victime des médias, les prêtres pédophiles sont présentés par Donal Dorr comme les victimes d’un système qui les a broyés, et plusieurs analyses présentent l’Église irlandaise dans son ensemble comme victime expiatoire ou bouc émissaire. Parlant de l’acquittement d’une religieuse faussement accusée d’avoir été complice d’un viol sur mineur, un journaliste conclut ainsi dans l’Irish Times :

  • 64 Cité par Mary Kenny, Goodbye to Catholic Ireland, Dublin, New Island, 2000, p. 313.

No priest or nun is given the doubt any more. The accusation serves as a conviction, the allegation as a proof, the hallmark of the true witch-hunt64.

40Cette chasse aux sorcières d’un nouveau genre fait naturellement écho à celle qui fut lancée par le pape en février, lançant l’Église sur la trace des possédés.

  • 65 René Girard, Je vois Satan tomber comme l’éclair, p. 66.

41Peut-être pouvons-nous suggérer pour conclure que Satan, « principe d’accusation systématique qui jaillit du mimétisme exaspéré par les scandales »65, peut sans doute être envisagé comme figure métaphorique des douleurs de l’enfantement qui ont saisi le monde occidental à l’aube d’une ère nouvelle. L’actuelle angoisse de l’avenir a clairement ravivé les craintes millénaristes et remis au goût du jour toute la mythologie chrétienne la plus médiévale. Mais qui naîtra de cet enfantement ? Le Christ de retour après l’Apocalypse, Satan lui-même plus que jamais maître du monde en voie de détrôner Dieu, ou un homme-dieu mi-ange mi-démon ? Il y a fort à parier que si le principe démocratique si odieux à Jean-Paul II triomphe, ce sera en tous les cas un être sexué.

Notes

1 Catéchisme de l’Église catholique, part. I, sect. 2, chap. 1, art. 1, § 5, 328. http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P1B.HTM.

2 Gn 6, 1.

3 Lc 10, 18.

4 Za 3, 1-2.

5 Jn 14, 30.

6 Ap 9, 11-15 ; 12, 7-9.

7 2 P I, 19.

8 René Girard, Je vois Satan tomber comme l’éclair, Paris, Grasset, 1999, p. 63.

9 Dn 9, 21.

10 He 13, 2.

11 Cité par Michel Meslin, « Êtres surnaturels », in Le Merveilleux, M. Meslin (éd.), Paris, Bordas, 1984, p. 131.

12 Ibid., p. 4.

13 Ex 3.

14 « Sermo » VII, « De Scripturis », cité dans l’article « Angels », Catholic Encyclopædia, p. 6 (http://www.newadvent.org/cathen/01476d.htm).

15 « Le message de Fatima », http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20000626_message-fatima_fr.html.

16 Ibid.

17 Anne Dempsey, « Exorcising the Devil. Is it really all in the Mind ? », The Irish Independent, 23 février 2005.

18 « Pontifical college launches course on satanism and exorcism », http://www.cinews.ie/article.php?artid=744.

19 « Cultures et foi, Plenaria 2004, A Response from Ireland », http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/cultr/documents/rc_pc_cultr_20031503_doc_i-2003-ple_en.html#1.

20 « Exorcism Experts urged for Irish Dioceses », http://www.greenspun.com/bboard/q-and-a-fetch-msg.tcl?msg_id=00CkLo.

21 Irish Theological Commission. « A Catholic Response to the New Age Phenomenon.

22 Jim Cairns, « Satanic Ritual Abuse, Murder, Missing Persons and Mayhem Comparisons in Ireland and the USA », http://www.hiddenmysteries.org/news/europe/ireland/101600a.html.

23 Patrick Heron, Apocalypse 2000, Dublin, The Collins Press, 1999.

24 http://anamspirit.com/joemullally.html.

25 Méthode de développement personnel et de guérison naturelle, en particulier par imposition des mains. La recherche d’une énergie universelle pour ce faire est essentielle.

26 http://www.reikifederationireland.com/

27 « Pontifical College launches Course on Satanism and Exorcism ».

28 Donal Dorr, Time for a Change, Dublin, The Columba Press, 2004.

29 Michel Maffesoli, La Part du diable, Paris, Flammarion, 2002, p. 52.

30 Ibid., p. 38-39.

31 Cité par Michel Maffesoli, ibid., p. 39.

32 Ibid., p. 76.

33 « The glory of God is humanity fully alive » (Mark Hederman, Kissing the Dark, Dublin, Veritas, 1999, p. 28).

34 Mark Hederman, Kissing the Dark, p. 34.

35 Michel Maffesoli, La Part du diable, p. 16-17.

36 Mark Hederman, Kissing the Dark, p. 27.

37 Michel Maffesoli, La Part du diable, p. 44.

38 Mt 22, 30 et Lc 20, 34-36.

39 « Doreen Virtue, Ph.D. Biography ».

40 http://www.carm.org/questions/sex_angels.htm.

41 Donald Dorr, Time for a Change, p. 100.

42 Ibid., p. 116.

43 Peter De Rosa, Vicars of Christ [1988], Dublin, Poolbeg, 2000, p. 238.

44 Peter De Rosa, Vicars of Christ, p. 319.

45 Donald Dorr, Time for a Change, p. 124-126.

46 Living Tradition, « On Human Sexuality : a Response of the Holy See to Parents ». http://www.rtforum.org/lt/lt62.html.

47 Ibid.

48 « On Human Sexuality : a Response of the Holy See to Parents », Living Tradition.

49 « Cultures et foi. Plenaria 2004, A Response from Ireland ».

50 Pour une analyse sociologique complète de ces questions (en perspective religieuse), voir Measuring Ireland : Discerning Values and Beliefs, E. Cassidy (éd.), Dublin, Veritas, 2002.

51 Inglis Tom, Lessons in Irish Sexuality, Dublin, UCD Press, 1998.

52 Jacques Ellul, Les Nouveaux Possédés [1973], Paris, Mille et une nuits, 2003, p. 122-123.

53 André Akoun, Mythes et croyances du monde entier, Paris, Lidis – Brepols, 1985, tome V, p. 266.

54 Patrick Heron, Apocalypse 2000, Cork, p. 45.

55 Ibid., p. 126.

56 Mt 15, 1-3 et 7-9.

57 Jn 8, 44.

58 Patrick Heron, Apocalypse 2000, p. 120.

59 2 Cor 11, 13-15.

60 Voir par exemple The Church and Child Sexual Abuse : towards a Pastoral Response, E. Conway, Eugene Duffy et A. Shields (éd.), Dublin, Columba, 1999.

61 « Cultures et foi. Plenaria 2004, A Response from Ireland ».

62 Mc 3, 23-24.

63 René Girard, Je vois Satan tomber comme l’éclair, p. 65.

64 Cité par Mary Kenny, Goodbye to Catholic Ireland, Dublin, New Island, 2000, p. 313.

65 René Girard, Je vois Satan tomber comme l’éclair, p. 66.

Auteur

Université de Lille III

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540