Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

L’enjeu réformateur : concorde et discorde

Ermenfroi de Sion, l’archevêque Lanfranc et le problème des ecclésiastiques rebelles

Daniel Gerrard

Résumé

Parmi les contributions notables de l’archevêque Lanfranc au gouvernement de Guillaume le Conquérant et de Guillaume le Roux en Angleterre figure le rôle qu’il joua dans la poursuite pour trahison de deux de ses collègues évêques, Odon de Bayeux et Guillaume de Saint-Calais, évêque de Durham. Dans les deux cas, l’argument de Lanfranc consistait à affirmer qu’ils pouvaient être traduits devant une cour civile puisqu’ils avaient commis une infraction en qualité de magnats séculiers. Cette démarche s’inscrit dans la tendance générale, au cours de la période, à la séparation plus évidente du regnum et du sacerdotium et à la distinction plus nette entre temporalia et spiritualia des évêques. L’article étudie les deux cas à la lumière d’autres exemples de procès moins étudiés et montre que l’approche de Lanfranc était plus problématique et moins bien acceptée qu’on ne le croit habituellement.

Among Archbishop Lanfranc’s major contributions to the government of William the Conqueror and of William Rufus in England is the role that he played in the prosecution for treason of two of his fellow-bishops, Odo of Bayeux and William of St. Calais, Bishop of Durham. In both cases, Lanfranc’s argument was that the bishops could be tried in a secular court since they had offended in their capacity as secular magnates. This is normally assumed to be part of a more general shift in the period toward a clearer separation of Regnum and Sacerdotium, or a sharper distinction between bishops’ Temporalia and Spiritualia. The article examines these two cases in the context of other, less well-known trials and shows that Lanfranc’s legal approach was more problematic and less widely-accepted than is usually understood.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1082, Guillaume le Conquérant captura son demi-frère, l’évêque Odon de Bayeux, et l’emprisonna à Rouen pour complot de trahison. Odon déclara qu’en tant que prêtre, il ne pouvait être condamné sans un jugement pontifical1. Guillaume de Malmesbury nous apprend que le roi lui-même n’était pas sûr de pouvoir arrêter l’évêque et que c’est l’archevêque Lanfranc qui lui avait fourni la réponse : puisqu’Odon était comte de Kent aussi bien qu’évêque, le roi était en droit d’arrêter son frère, non en tant qu’évêque, mais en tant que comte2. Guillaume le Conquérant n’avait aucunement l’intention de jamais relâcher Odon et ce n’est que sur son lit de mort qu’on put le persuader de le faire. En 1088, le règne du fils du Conquérant, Guillaume le Roux, venait tout juste de commencer lorsqu’Odon organisa contre lui une rébellion de nobles. Le nouveau roi assiégea Odon à Pevensey et lorsque la...

Auteur

Daniel Gerrard est docteur des universités de St. Andrews et Glasgow, et Fellow de la Higher Education Academy. Depuis 2010, il enseigne l’histoire médiévale à l’université d’Oxford. Il prépare un ouvrage, The Church at War, sur la contribution des clercs à l’organisation et la poursuite de la guerre en Angleterre du Xe au XIIIe siècle, et travaille sur la perception de ces questions par les contemporains.

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540