Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

Figures de la réforme, milieux réformateurs (II)

L’ordre de Tiron et le pouvoir épiscopal

Kathleen Thompson

Résumé

Les débats sur la composition de la vie de Bernard de Tiron dominent aujourd’hui les études tironiennes. La vita transmet, conformément à la vision des moines tironiens, une image apaisée et respectueuse des rapports entre le fondateur Bernard et les autorités du diocèse. Il existe cependant d’autres sources sur la haute histoire des moines tironiens : un cartulaire, écrit vers 1130, et des liasses de documents. Conservé à Chartres, aux Archives d’Eure-et-Loir, le cartulaire témoigne également du maintien d’échanges cordiaux entre Tiron et les évêques de Chartres et, tout particulièrement, dans les premières années. S’il est possible qu’un cercle d’évêques réformateurs aient été au service des premiers Tironiens, ces relations chaleureuses n’ont pas perduré. À l’opposé, les Cisterciens s’appuyèrent sur un puissant réseau amical d’évêques. Au bout du compte, Tiron manqua d’amis haut placés et ne bénéficia pas longtemps de la faveur épiscopale.

Debates on the life of Bernard of Tiron currently dominate Tironensian studies. The Vita preserves the Tironensian monks' preferred image of relations between their founder, Bernard, and the diocesan authorities. It endeavours to portray a respectful and comfortable relationship, but there are other sources on the early history of the Tironensians: a cartulary, written about 1130, and bundles of documents. The cartulary, preserved in the archives of the Eure-et-Loir at Chartres, also bears witness to the pursuit of cordial relations between Tiron and the bishops of Chartres and, clearly, in the early years. A coterie of reformist bishops may have been of service to the early Tironensians, but these warm relations did not continue. In contrast, the Cistercians developed a strong network of friendly episcopal support. Thus Tiron lacked friends in high places and did not have the advantage of episcopal favour for long.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La vie de Bernard d’Abbeville, fondateur de l’abbaye Saint-Sauveur de Tiron dans le Perche, est bien connue1. Qui peut oublier Bernard, nouveau saint Antoine retiré au désert ? Elle évoque aussi les vastes solitudes aux confins du Maine et de la Bretagne, telles une seconde Égypte. L’assemblée des ermites, réunie sous la direction de Vital de Mortain, demeure l’exemple parfait de l’expérience érémitique du XIIe siècle. Si la traduction française de Bernard Beck de la Vita Bernardi a mis cette source hagiographique à la disposition de tous2, les débats sur la composition de cette vie dominent les études tironiennes encore aujourd’hui3. Beaucoup reste à étudier sur les origines et l’histoire de l’ordre de Tiron ; cette communication en esquisse les débuts4 avec un regard centré sur les relations entre les moines et les évêques pendant les premières années de la nouvelle fondation.

...

Auteur

Kathleen Thompson a publié des ouvrages et des articles sur l’histoire française et anglaise des XIe et XIIe siècles : Power and Border Lordship in the Medieval France : the County of the Perche, 1000-1226 et, avec David Crouch, elle a dirigé Normandy and its Neighbours, 900-1250. Essays for David Bates (Brepols, 2011). Son livre sur l’histoire de Tiron, The Monks of Tiron : a Monastic Community and Religious Reform in the Twelfth Century, est paru en septembre 2014 (Cambridge University Press) et elle a présenté une intervention au colloque du 900e anniversaire de l’abbaye de Tiron, organisé par l’Association de l’Ordre de Tiron à Paris en avril 2014. Elle est Fellow de la Society of Antiquaries, de la Royal Historical Society et Honorary Senior Research Fellow du département d’histoire de l’université de Sheffield.

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540