Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

Figures de la réforme, milieux réformateurs (II)

Herluin, fondateur de l’abbaye du Bec : la fabrique d’un saint à l’époque de la réforme de l’Église

Lucile Trân-Duc

Résumé

Les débuts du duché de Normandie et le mouvement de restauration monastique qui les accompagne se caractérisent par un intense effort hagiographique. C’est dans ce contexte qu’est rédigée la Vita Herluini par Gilbert Crespin, abbé de Westminster. Celui-ci développe dans son texte le thème de la conversio tardive de son héros. Il conviendra de réfléchir ici à la fonction sociale de ce récit et de montrer qu’il s’agit avant tout d’un outil de reproduction sociale.

The beginnings of the duchy of Normandy and the movement for monastic restoration, which accompanied them, are characterized by an intense hagiographical effort. In this context, Gilbert Crespin, the abbot of Wesminster, wrote the Vita Herluini. He developed in this text the theme of the late conversio of his hero. This is why it is fitting here to think about the social function of this account and to show that it is above all an instrument of social reproduction.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au XIe siècle, au lendemain des invasions scandinaves, les établissements du diocèse de Rouen doivent soit reconstituer leur capital hagiographique, soit s’en constituer un s’ils sont nouvellement fondés comme c’est le cas de l’abbaye du Bec qui voit le jour en 1034, à l’initiative d’un miles dénommé Herluin. Aussi s’agit-il d’une période d’intense renouveau hagiographique au cours de laquelle éclosent de nouveaux modèles de sainteté. En effet, avant le XIIe siècle, la procédure de canonisation n’est pas encore fixée. Jusque-là, la mainmise de la papauté reste incomplète. L’approbation du Saint-Siège n’est alors recherchée « que pour conférer à certains cultes un lustre supplémentaire »1 avant de progressivement se transformer en norme juridique au XIIIe siècle, à la suite de l’insertion du bref Audivimus dans les Décrétales de Grégoire IX2. Avant cette date, les cultes se dévelop...

Auteur

Lucile Trân-Duc est professeur agrégée dans le Secondaire et docteur en histoire médiévale (thèse soutenue le 11 mai 2015 sous la direction de Véronique Gazeau et Claude Lorren, consacrée aux rapports entre culte des saints et enjeux de pouvoir dans les établissements monastiques bénédictins du diocèse de Rouen entre le IXe et la fin du XIIe siècle).

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540