Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

La réforme : concepts, terminologie et médiations documentaires

L’ordre de l’Église. Autour du Contra haereticos d’Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen (c. 1085-1164)

Dominique Iogna-Prat

Résumé

Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen entre 1130 et 1164, appartient à la génération des prélats réformateurs anglo-normands qui suit immédiatement celle de Lanfranc. Il est l’auteur d’un Contra haereticos sive de Ecclesia, qui est l’objet exclusif de l’étude. L’ambiguïté du texte, entre polémique anti-hérétique et traité de l’ordre, fait de cette œuvre bifide une manière de fer de lance de l’Ecclesia militansen lutte pour sa pureté intérieure et contre les dangers extérieurs. D’où la nécessité d’articuler une démonologie à une ecclésiologie, qu’Hugues d’Amiens illustre avec un véritable esprit de système anticipant les traits caractéristiques des futurs traités De uera Ecclesia : défense de l’Église contre une « hérésie générale » ; définition de l’Église comme lieu de réflexion sur le « mystère » chrétien dans le cadre d’un traitement d’ensemble du type Somme ; insistance sur la procession divine de type trinitaire, dont l’Église est la manifestation comme corps du Christ et dans la transmission médiatisée de la Grâce ; importance reconnue aux sacrements édificateurs de la Maison de Dieu ; conception détaillée de la hiérarchie ecclésiastique sous la forme d’un traité de l’ordre (marqué ici par un fort épiscopalisme) et souci de contrôle des laïcs par l’implication des clercs dans le mariage.

Hugh of Amiens, archbishop of Rouen 1130-64, belonged to the generation of reforming Anglo-Norman prelates that immediately followed that of Lanfranc. He wrote a work called Contra haereticos sive de Ecclesia, which is the sole subject of this study. The ambiguous nature of this text, somewhere between an anti-heretical polemic and a treatise on ecclesiastical order, makes this twofold work a sort of spearhead of the Ecclesia militans fighting for its internal purity and against external dangers; hence the necessity to elaborate a demonology in opposition to an ecclesiology that Hugh of Amiens illustrates with a real systematic approach, anticipating the characteristic traits of future treatises on the theme of De vera Ecclesia. These are: a defence of the Church against a “general heresy”; a definition of the Church as a place for reflecting on the Christian “mystery” in the framework of a comprehensive treatment of the Summa type; an insistence on the divine procession of the Trinitarian type, of which the church is the manifestation both as body of Christ and within the mediated transmission of Grace; the recognition of the importance of the sacraments in building God’s House; a detailed conception of the ecclesiastical hierarchy in the form of a treatise on ecclesiastical order (here marked by a heavy stress on episcopalism) and concern about how to control the laity through clerical involvement in marriage.

Note de l’auteur

Cet article se trouve en ligne dans le Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA), hors-série n° 7, 2013 (http://cem.revues.org/12791).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen entre 1130 et 1164, appartient à la génération des prélats réformateurs anglo-normands qui suit immédiatement celle de Lanfranc2. Né vers 1085 dans une famille de la moyenne aristocratie peut-être apparentée aux comtes d’Amiens, Hugues, dit « d’Amiens » ou de « Ribemont »3, possible berceau de sa lignée, est le cousin d’un Clunisien et homme d’Église de grand renom, Matthieu, cardinal d’Albano. Après un bref passage au chapitre cathédral de Thérouanne sous l’épiscopat de Jean de Warneton (1099-1130), puis par Laon, où il fréquente l’école d’Anselme, il entre à Cluny en 1112, tandis que sa mère, Héceline (Hecelina), gagne la recluserie clunisienne de Marcigny-sur-Loire. Son cursus honorum au sein de l’Ecclesia cluniacensis et de sa nébuleuse anglaise est rapide, Hugues étant successivement prieur de Saint-Martial de Limoges (1114), prieur de Saint-Pancr...

Auteur

Dominique Iogna-Prat est directeur de recherches au CNRS et directeur d’études à l’EHESS. Ses travaux portent sur le monachisme latin et particulièrement sur la réforme carolingienne, Cluny et l’ecclésiologie des moines d’Occident. Ses recherches sur les traités théologiques clunisiens l’ont conduit à s’interroger sur le combat des moines noirs et de la papauté contre les dissidents (hérésie, juifs et musulmans) puis sur le phénomène de l’institutionnalisation de l’Église en tant que monument visible ainsi que sur la signification de la confusion entre église et Église. Ses travaux actuels portent sur la place de l’Église dans l’architecture de la société à la fin du Moyen Âge et au début des temps modernes, à un moment où la métonymie église / Église laisse place à un autre jeu d’englobement entre la ville et la cité.

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540