Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Compositions et recompositions du lien social en Irlande

 | 
Anne-Catherine Lobo

Dynamiques contemporaines

L’intégration européenne de l’Irlande : d’une aspiration collective à des projets individuels

Charlotte Rault

Résumé

Cet article met en lumière l’existence d’un paradoxe dans le traitement des questions européennes en Irlande. Alors qu’on peut considérer le débat d’idées autour de ces questions comme un vecteur de lien social, en raison de l’existence d’une société civile dynamique et de la mise en place de stratégies politiques visant à maintenir une cohésion nationale autour du projet d’intégration européenne du pays, nous montrons que ces mêmes débats politiques contribuent en retour à la fragilisation du lien social, dans la mesure où le projet européen irlandais se définit davantage comme une juxtaposition d’intérêts particuliers plutôt que comme une entreprise collective.

This article highlights a paradox in the way European issues are discussed in Ireland. On the one hand, discussions on these issues can be seen as an efficient means to foster social links, because the country is endowed with a dynamic civil society and with political strategies aiming at maintaining a cohesive and national project of European integration. On the other hand, we show that that these very discussions also imply the weakening of social links insofar as the Irish project of European integration can be more easily defined as the juxtaposition of particular interests than as a collective goal.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lors de la première campagne contre la ratification du Traité de Nice en avril 2001, le député Vert John Gormley déclara :

We regard the treaty as a further attack on democracy, a treaty that moves decision-making further away from the Irish people, further into the hands of bureaucrats, ministers and lobbyists. We’ve now less democracy, less accountability1.

En avançant l’argument du déficit démocratique européen, cet écologiste appartenant à un parti qui s’est toujours opposé à la ratification des traités européens par l’Irlande reprenait à son compte une partie des critiques énoncées par les groupes eurosceptiques et souverainistes dans l’Union européenne tout entière, à savoir la dénonciation de la rupture du lien qui existe entre les citoyens et la prise de décision, ainsi que la difficile mise en relation du social et du politique dans le cadre des institut...

Auteur

Université de Toulouse I Capitole

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540