Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

L'éducation

Texte intégral

1Mais il ne faut pas croire que l'œuvre d'évangélisation des Lapons fut entièrement négative ; car partout où les missionnaires passaient, ils contribuaient à la construction d'écoles qui furent érigées dans toutes les paroisses de la Laponie. Et nombre de ces hommes étaient déjà favorables au respect des traditions laponnes : ainsi au xviiième siècle Per Fjällström professeur à l'école laponne de Lycksele ; cet homme remarquable a traduit en lapon le Nouveau Testament, mais il nous a aussi légué une étude très exacte du culte de l'ours chez les Lapons.

LA PREMIERE ECOLE POUR LAPONS : LYCKSELE

2Effectivement l'école laponne de Lycksele dont nous venons de parler était une véritable innovation. Elle avait été créée par Gustave II Adolphe, fils de Charles IX, qui s'intéressait beaucoup aux écoles, particulièrement à celles destinées aux Lapons. C'est ainsi que fut créée l'école spéciale pour les Lapons de Lycksele (skytteanskalappskolan). Plusieurs de ses élèves poursuivirent leurs études à l'Université d'Uppsala et devinrent prêtres au sein de leur propre peuple. L'école comptait déjà au xviième siècle des Lapons parmi ses maîtres.

3Ce mélange constant des problèmes de l'église et de l'éducation, nous le retrouvons dans la Scandinavie d'aujourd'hui sous les traits d'un organisme centrale commun : en Norvège le « Kirke og undervisnings departementet » et en Suède le « Ecklesiastik departementet ».

L'INSTRUCTION EN SCANDINAVIE

4L'instruction en Scandinavie, de nos jours, est obligatoire de l'âge de sept ans à celui de seize ans, c'est-à-dire que l'on doit aller pendant neuf ans à l'école primaire. On choisit, généralement au bout de la cinquième ou sixième année, si l'enseignement que l'on désire suivre sera court ou long. S'offrent alors les possibilités suivantes : soit sept ans de folkeskole et deux ans de realskole, soit sept ans de folkeskole et trois ans d'enseignement théorique, soit sept ans de folkeskole et une huitième ou une neuvième année d'enseignement pratique, soit sept ans de folkeskole et deux d'enseignement technique ou commercial, soit encore neuf ans de ungdomskole. Au bout de ces neuf ans, on a le choix entre interrompre sa scolarité, travailler ou passer un examen pour entrer au « gymnasium » (l'équivalent des "colleges" anglo-saxons), et suivre leur enseignement pendant trois ans pour entrer ensuite à l'Université.

LES ECOLES DE NOMADES

5À priori, il ne devrait pas se poser de problème pour l'enseignement des Lapons, car l'école étant obligatoire, il se produit rarement de défections, les cas spéciaux étant résolus grâce à des assistantes sociales. Néanmoins, on s'est aperçu très tôt que les petits Lapons issus de familles nomades ne pouvaient fréquenter l'école régulièrement et on a créé des écoles spéciales que l'on appelle depuis 1913 des "écoles de nomades".

6Il existe actuellement neuf écoles de nomades en Suède de Karesuando tout au nord, à Storvallen (Härjedal) au sud. Et en Norvège, il existe dans le Finnmark une école d'enseignement pratique et technique à Kautokeino et une école pour Lapons à Karasjok. Toutes ces écoles sont des internats très modernes qui hébergent les enfants durant l'année scolaire. Le schéma des études est semblable à celui des enfants Scandinaves, en ce qui concerne les mathématiques, la langue et la religion. Mais les enfants lapons étudient également des matières plus typiquement "laponnes" telles que : le nomadisme, la langue laponne, l'artisanat d'art et les connaissances régionales. Les sujets d'orientation générale (histoire, géographie, et sciences naturelles) sont présentés d'une manière légèrement modifiée, adaptée aux besoins spécifiques des Lapons. Dans certaines écoles les Lapons apprennent aussi un métier manuel qui leur permettra de s'intégrer plus rapidement à la civilisation qui les entoure. Il est à noter que bien que la langue enseignée soit le Norvégien ou le Suédois, la plupart des livres scolaires sont en langue laponne. Car le but de ces écoles est d'aider l'enfant lapon à connaître son double héritage culturel : lapon et Scandinave, et à s'y ancrer.

LES PROBLEMES ACTUELS

7Malgré cela, bien peu de Lapons vont au « gymnasium » et encore moins à l'Université. Pourtant le plus grand nombre d'entre eux suit des études primaires dans ces écoles spécialisées qui ne sont malheureusement pas assez nombreuses. Et les problèmes que nous allons aborder à présent, traitent des difficultés que va rencontrer l'enfant Lapon qui est obligé de se rendre dans une école communale ordinaire. En effet, bien que l'enseignement soit gratuit en Scandinavie, souvent des questions de distance ou des considérations familiales empêchent les Lapons de rejoindre les internats cités plus haut. D'autre part le nombre trop restreint de ces internats en fait des lieux privilégiés. La première difficulté que l'écolier lapon rencontrera sur sa route, sera celle de la langue ; car presque toujours le petit Lapon qui se rend à l'école, ne parle que lapon et par là-même se trouve inadapté d'une manière totale à un enseignement prévu pour d'autres et par d'autres. Les autres problèmes seront : l'assiduité à la classe, car on a besoin de lui dans sa famille, et aussi ses difficultés de concentration : étant habitué à vivre au grand air, il ne peut rester attentif bien longtemps, et souvent s'endort dans une atmosphère chaude et fermée.

LES EFFORTS DES GOUVERNEMENTS SCANDINAVES

8En dépit de ces nombreux petits problèmes, il serait injuste de vouloir minimiser les efforts des divers gouvernements Scandinaves. Et nous pourrons citer à la décharge de ces gouvernements : en ce qui concerne la Suède, l'école primaire supérieure laponne de Jokkmokk qui joue un rôle important dans le perfectionnement de l'instruction de la jeunesse laponne ; elle est tenue par la Société Missionnaire Suédoise. Les sujets lapons – artisanat d'art lapon, langue laponne, histoire de la culture laponne – ont bien entendu leur place dans l'enseignement dispensé par l'école. Le nombre des élèves se monte annuellement à une trentaine et la durée des études est de deux ans. Quant à la Norvège, elle a fait de gros efforts pour atténuer la tendance de "norvégianisation" des écoles laponnes : à présent on prépare des livres d'école en langue laponne et le lapon est devenu une langue officielle à l'école normale de Tromsø. Des professeurs reçoivent également des bourses pour étudier le lapon à l'Université d'Oslo. Et de ce fait, une proportion de plus en plus grande de jeunes fait des études supérieures, un grand nombre d'entre eux ont passé leur baccalauréat ou suivi l'enseignement d'une école professionnelle.

9Mais ces progrès doivent être constants et pour cela un plus grand nombre de spécialistes et une meilleure connaissance des problèmes sont requis. Les gouvernements Scandinaves font quelque chose pour les Lapons, certes, mais ils pourraient faire beaucoup plus.

LA VIE CIVIQUE CHEZ LES LAPONS

10Les pays Scandinaves offrent une éducation aux Lapons, et ceux-ci par une contrepartie logique, doivent contribuer à la vie civique de leur pays d'adoption. C'est ainsi que les Lapons effectuent comme les Suédois ou les Norvégiens, un service militaire d'une durée totale de douze mois, mais dans des conditions légèrement différentes : on tient compte du fait que les Lapons sont admirablement adaptés au climat nordique, sont très résistants et de bons combattants ; on les utilise donc comme troupes d'intervention le long des frontières russe et finnoise. À citer le fameux « Alta Bataljon » composé uniquement de Lapons qui s'illustra pendant la dernière guerre lors de l'invasion allemande. Il faut pourtant noter cette difficulté constante d'adaptation aux horaires et à la discipline qui vient du fait même que, par essence, le Lapon est un individualiste convaincu. Le service militaire est pourtant, bien souvent, la seule occasion qu'il aura de voyager et de voir des grandes villes.

LE CONSEIL NORDIQUE ET SES DECISIONS

11Nous concluerons ce chapitre sur une note d'espoir. En effet nous pouvons relever dans les archives de 1957 du Conseil Nordique concernant la conférence de Karasjok, parmi les vœux exprimés par cette conférence : "Une action nordique commune pour l'éducation populaire parmi les Lapons". Au mois d'août 1959, se tenait une troisième conférence laponne internordique à Inari (Finlande septentrionale), on y discuta notamment de l'enseignement et de l'éducation populaires chez les Lapons, et la conférence adopta un plan d'instruction scolaire et populaire parmi les Lapons. Les documents de la conférence d'Inari ont été versés aux archives de la septième session du Conseil Nordique (Stockholm 1959). Au cours de cette session, le Conseil Nordique a décidé de recommander "aux gouvernements finlandais, norvégien et suédois d'étudier ensemble sur la base des documents fournis notamment par le Conseil Commun, les problèmes de la population laponne, afin de déterminer les mesures à prendre pour développer la culture de ce groupe de la population et pour en améliorer les conditions de vie".

LE VRAI PROBLEME : LA LANGUE

12Pourtant c'est la langue laponne qui est le problème central, car sur elle repose la véritable identité des Lapons en tant que groupe ethnique. Une condition nécessaire à la survie de la langue laponne est la formation d'une élite qui puisse préserver et développer ses propres valeurs. Du point de vue intellectuel, les Lapons valent les peuples voisins, et, si peu de Lapons seulement font des études, ou occupent une position élevée dans la vie sociale ou culturelle, c'est dû surtout à des difficultés naturelles.

13Il convient donc à présent d'essayer, non point d'étudier en détails la langue laponne, mais plutôt en clarifiant les données que nous possédons sur cette langue, de rendre les problèmes lapons plus accessibles.

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter