Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

Les problèmes d'ordre économique

Texte intégral

  • 1 Ärjemarks : économie combinant la chasse, la pêche et l'élevage du renne domestique.

1À l'origine les Lapons ont assuré leur subsistance grâce à la chasse et à la pêche combinées avec l'élevage d'un petit nombre de rennes domestiques principalement utilisés comme bêtes de somme. Ce mode de vie originel, cette culture dite : « ärjemarkskultur »1 a subsisté jusqu'à nos jours dans la tribu orientale des Skolts, établis aux confins finno-soviétiques. Le trait caractéristique de cette culture était une communauté villageoise spontanément établie et cependant fermement organisée, qui s'appelait la « sita » (ou siida).

LA « SITA » (OU SIIDA)

2Toutes les décisions y étaient prises par l'assemblée communale, groupant tous les chefs de famille. À la tête de la communauté était placé une sorte de syndic appelé : oaiviålmai. Les familles avaient un lieu central de rassemblement, de décembre à avril, c'est-à-dire durant l'hiver. Au cours du printemps, de L'été à l'automne, elles se dispersaient sur les terres communales ; chacune d'entre elles avait ses terres bien délimitées où elle pêchait, chassait et faisait ses provisions pour l'hiver. Pendant ce temps les rennes étaient lâchés en liberté ; on rassemblait cependant les troupeaux en octobre et les ramenait au centre de la commune (talvsit), c'est - à - dire au "village d'hiver", les provisions de poisson et de viande amassées au cours de l'été et de l'automne étaient alors transportées à l'aide des rennes de trait. L'agglomération se dressait généralement au cœur d'une pinède riche en lichen, où les familles pouvaient faire paître leurs quelques rennes durant l'hiver. Chaque sita possédait un cours d'eau. L'assemblée s'occupait de l'admission des nouvelles familles, ainsi que des intérêts de la sita vis-à-vis des voisins ; elle était aussi l'autorité judiciaire en cas de crime, enfin elle s'occupait des pauvres et des malades.

3Dans le système social lapon, bien des caractéristiques se sont transformées ; pourtant certaines d'entre elles sont encore marquées. Par exemple, la distinction entre le travail des hommes et le travail des femmes ; la chasse et le dépeçage sont des travaux masculins, tandis que la préparation des peaux et la couture des habits sont réservées aux femmes. Hommes et femmes prennent part à la pêche et au rassemblement des rennes. Le père de famille s'occupe de l'élevage du renne, mais suit aussi l'avis de sa femme. La femme possède un statut indépendant et élevé, elle prend part aux discussions des problèmes économiques. Les relations entre parents et enfants sont des plus harmonieuses, et les enfants sont très bien traités. De plus, les relations entre les individus de l'ancienne société laponne étaient régularisées par la reconnaissance des liens de parenté, ce qui était très compliqué. Ce système existe pourtant encore de nos jours dans la région du Finnmark. Un trait caractéristique de ce système est la division en groupe d'âge.

4Actuellement, on peut diviser les Lapons en quatre groupes :

  • Les Lapons des montagnes,
  • Les Lapons des forêts
  • Les Lapons des rivières ou des lacs
  • Les Lapons des mers.

5En fait, il existe aussi une classification plus simple mais aussi plus vague : nous dirons qu'il y a les Lapons qui s'adonnent encore à l'élevage du renne et les autres. En d'autres termes, les Lapons des montagnes et des forêts sont encore au stade nomade, les autres ayant de plus en plus tendance à devenir sédentaires. La réalité n'est hélas pas aussi simple ; pourtant, il est possible de faire un inventaire très général, sans entrer dans les détails, des groupes lapons ne se consacrant pas à l'élevage du renne, nous distinguerons donc :

  1. Ceux appartenant encore à une communauté laponne, mais se consacrant de façon plus ou moins durable à d'autres professions que celle d'éleveur de rennes.
  2. Les "pionniers", et autres "cultivateurs" qui possèdent de petites propriétés montagnardes.
  3. Les fermiers.
  4. Les pêcheurs et les chasseurs (un groupe aujourd'hui restreint).
  5. Les cheminots, les mineurs et autres ouvriers.
  6. Les femmes employées dans les professions hospitalières (infirmières, filles de salle dans les hôpitaux, femmes de ménage ou filles de cuisine dans les foyers scolaires).
  7. Les employés de bureaux.
  8. Les instituteurs et autres intellectuels dont quelques universitaires.

6On n'a pas encore dressé de statistiques exactes sur la répartition et la différenciation des diverses professions exercées par les Lapons. De plus, les répartir géographiquement n'est pas aisé, car les groupes correspondent très peu aux limites des états, néanmoins on peut dire que mis à part les Lapons des montagnes que l'on trouve en Norvège depuis Varanger jusqu'au lac Femund, on trouve des Lapons des forêts uniquement en Suède et en Finlande ; les Lapons des rivières vivent près des rivières et près des lacs dans l'intérieur de la Scandinavie, et les Lapons des mers vivent dans les districts à l'intérieur des fjords du Finnmark, du Troms et de certaines parties de la province du Nordland : la majorité d'entre eux sont des descendants des Lapons des montagnes qui se sont établis près des côtes. Les professions citées plus haut se retrouvent à peu près dans tous les groupes, mais plus particulièrement chez les Lapons des mers et ceux des rivières.

7Il reste pourtant que l'une des préoccupations principales de la moitié des Lapons" est le renne. On a appelé les Lapons : "le peuple de la civilisation du renne", et bien que cela ne soit plus entièrement vrai, le renne était, est et sera encore pour quelque temps, le problème lapon par excellence, problème fondamental de cette société que nous venons brièvement de survoler.

Notes

1 Ärjemarks : économie combinant la chasse, la pêche et l'élevage du renne domestique.

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter