Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

40 ans des sciences de l’éducation

 | 
Alain Vergnioux

Les recherches en sciences de l’éducation et dans les disciplines éponymes

Présentation : Maturité et indépendance

Alain Vergnioux

Texte intégral

1Sociologie, histoire, psychologie, philosophie… définissent des questions théoriques et des domaines de recherche anciens, au passé souvent prestigieux, auprès desquels les sciences de l’éducation peuvent apparaître bien modestes. Mais on pourra remarquer que la psychologie, quand elle s’est constituée comme science à la fin du XIXe siècle, s’est directement intéressée, avec Binet et Claparède, à des questions d’éducation, et que la philosophie, ancêtre tutélaire, s’est dès son origine penchée sur le problème de la genèse des connaissances, sur les conditions de la pédagogie et sur le sens de l’éducation dans la politique de la cité. Mais il est vrai également que les sciences de l’éducation, dans leurs spécialisations régionales, se sont constituées à partir de ces disciplines mères : elles en ont défini les soubassements théoriques et méthodologiques.

2Ainsi la question posée par le colloque est double : les développements de la sociologie, de l’histoire, de la psychologie et de la philosophie dans les espaces nouveaux ouverts par les sciences de l’éducation les ont-elles amenées à définir de nouveaux objets, poser des questions inédites, spécifier leurs méthodes ? Corollairement, la sociologie « de l’éducation », la psychologie « de l’éducation », l’histoire « de l’éducation » et la philosophie « de l’éducation » ont-elles conquis, au cours de leur courte histoire, leur autonomie vis-à-vis des disciplines éponymes, en termes de problématiques, d’élaborations théoriques et d’approches méthodologiques ?

3Les contributions présentes dans cette troisième partie de l’ouvrage vont tour à tour aborder ces questions et fournir des réponses qui nous amèneraient à conclure qu’au cours de ces quarante années, les sciences de l’éducation, avec une diversité qui fait leur richesse, ont acquis une solidité et une pertinence qui devraient convaincre les plus sceptiques.

4Yves Dutercq montre comment la sociologie française, de Durkheim à Bourdieu, s’est abondamment préoccupée des problèmes d’éducation et de socialisation, tandis qu’à partir des années soixante, les questions d’éducation ont largement puisé dans les travaux des sociologues. Cette convergence n’a fait que se renforcer, mais s’est aussi démultipliée : la recherche en éducation s’est diversifiée et la sociologie ne saurait faire cavalier seul ; à côtoyer ses disciplines sœurs en sciences de l’éducation, la recherche en sociologie de l’éducation a progressivement construit des problématiques spécifiques et renouvelé, de façon relativement autonome par rapport à la discipline mère, ses questions et ses approches ; il analyse en particulier en quoi, par quels biais, l’articulation entre sociologie et autres sciences de l’éducation a de nombreuses incidences sur la démarche du sociologue en éducation : c’est dans ces va-et-vient, ces frottements, voire les débats que les confrontations suscitent, que les sciences de l’éducation « apportent » quelque chose de neuf à la sociologie, en même temps que cette dernière les incite à « sortir » de leurs cadres familiers. À partir de l’ethnologie, les analyses de Julie Delalande aboutissent à des conclusions similaires et vont plus loin : elle montre qu’à la convergence entre la tradition anthropologique et les méthodes de l’investigation ethnologique, de nouvelles approches se sont mises en place concernant l’étude de l’enfance et qu’une nouvelle discipline en particulier est en train de naître sur les frontières, dans les croisements ou les juxtapositions : l’ethnosociologie de l’enfance, domaine pluridisciplinaire s’il en est.

5Concernant les recherches historiques, François Jacquet-Francillon indique que l’histoire de l’éducation et de l’enseignement est une histoire-mémoire qui présente trois caractéristiques principales : i) elle se centre sur des auteurs et des œuvres ; ii) elle s’intéresse aux origines et au devenir des doctrines et des institutions ; iii) elle prête aux idées dans l’histoire une efficacité particulière. Ses avancées au cours des dernières années méritent d’être remarquées, en particulier sur le terrain de l’histoire des savoirs scolaires – où elle manifeste sa différence et son originalité par rapport aux cadres canoniques de l’histoire socioculturelle et de l’histoire patrimoniale.

6À partir de cela, Jean-Noël Luc peut analyser l’essor d’un champ de recherche, qui s’est développé à partir des années soixante-dix, à l’intérieur de la discipline historique mais en travaillant aussi sur ses frontières et avec d’autres disciplines : la sociologie chez Viviane Isambert-Jamati, la philosophie avec Mona Ozouf… ; mouvement qui s’accompagnait d’un important développement éditorial : création de revues ou de collections. De nouveaux territoires et / ou de nouveaux objets d’études sont apparus, mobilisant des dynamiques plus larges : économiques, démographiques, sociales ou religieuses. Dans ce contexte, « l’historien de l’éducation est amené à traverser avec profit d’autres champs de recherche, relatifs à l’histoire de la famille, des enfants, des jeunes et du genre ». Ainsi, riche de sa pluralité et de la transversalité de ses curiosités, l’histoire de l’éducation peut elle accéder à la place privilégiée d’« observatoire d’une société ».

7Quant à Loïc Chalmel, il développe plus particulièrement dans sa communication l’idée que la recherche historique en éducation travaille sur la mémoire et sur l’archive – entre les traces de pratiques devenus lointaines et le sens que des sujets leur ont accordées. Du point de vue épistémologique, il défend la thèse d’une histoire herméneutique de la pédagogie (des idées ou des doctrines pédagogiques).

  • 1 Drouin-Hans & Hannoun 1994.
  • 2 Vergnioux 2006.

8Jusqu’à une période récente, la philosophie de l’éducation a connu un statut et une identité problématique. Quand est-elle devenue un domaine « détachable » de la philosophie pour définir ses objets et ses méthodes de façon propre ? Dans une première période, elle est identifiée parmi les sciences de l’éducation à partir des tâches qui lui sont dévolues : la réflexion sur les valeurs et les fins de l’éducation. Il a fallu attendre les années 19801 ; pour qu’elle trouve son identité théorique et institutionnelle (dans les départements de sciences de l’éducation à l’Université, et pour la formation des enseignants dans les Écoles normales et les IUFM). Les rencontres, les confrontations, les interrogations sur l’identité de la discipline ont conduit au cours de cette période la communauté des chercheurs à définir ses domaines de réflexion à partir de trois grands axes : l’orientation axiologique (où elle croise la philosophie morale et la philosophie politique), l’élucidation critique (herméneutique) des réalités éducatives : pratiques, discours pédagogiques, dispositifs institutionnels et didactiques…, l’analyse épistémologique enfin (où elle croise l’épistémologie des sciences) qui peut porter tour à tour sur la genèse et les conditions de constitution des discours de la formation, des théorisations pédagogiques, sur la généalogie des problématiques de l’éducation2. Dans sa communication, Jean Houssaye reprend la question de la constitution de la philosophie de l’éducation en se penchant sur l’histoire des professeurs de philosophie dans les Écoles normales à partir des missions qui leur furent confiées par l’Inspection générale dans la formation des maîtres : c’est dans ce cadre institutionnel, à la fois contraint et ouvert, que cette communauté professionnelle a défini, inventé, exploré des questions spécifiques – délaissées par la philosophie universitaire, leur a donné corps à partir d’hypothèses théoriques extrêmement diverses pour délimiter in fine un domaine propre, animé par les tensions et les dynamiques qui ont présidé à son émergence et qui entretiennent sa vitalité. De ce travail, Didier Moreau fournit une belle illustration, en se livrant à la déconstruction critique des discours politiques sur l’école à partir des travaux de Derrida qui fait de l’éducation une question centrale en philosophie et de l’herméneutique philosophique fondée par Gadamer autour de la question de la Bildung.

9Pour présenter la place qui revient, dans cet éventail, à la psychologie de l’éducation, nous céderons la parole à Jacques Arveiller, qui s’était livré avec brio à cette tâche le deuxième jour du colloque :

Psychologie et sciences de l’éducation sont des disciplines sœurs. Au moment de leur fondation universitaire, en 1967, les sciences de l’éducation se situent dans la filiation de cette autre discipline, qui est son aînée de vingt ans. Mais la psychologie, quoi qu’en ait voulu Daniel Lagache en 1947, n’est pas unifiée, ni dans ses modèles, ni dans ses méthodes, ni dans ses pratiques. On pouvait penser, en 1967, qu’un tel projet d’unification autour du paradigme psychanalytique était encore en marche. Les quarante ans qui ont suivi ont prouvé qu’il n’en était rien, et la psychologie a persisté dans ses branches spécialisées, entre autres et pour ce qui nous occupe aujourd’hui : psychologie sociale, psychologie du développement, psychologie clinique et pathologique, sans oublier son dernier et vigoureux rejeton, les sciences cognitives.
Mais ce même Lagache avait introduit en 1947 dans notre pays une autre nouveauté de taille : le fait que la psychologie universitaire puisse déboucher, pour ses étudiants, sur des pratiques socialement opératoires à large échelle, visant certes à étudier la réalité des hommes, mais aussi à transformer cette réalité. Projet réalisé, celui-là, d’une psychologie praticienne, et plus seulement d’une pratique tout juste périphérique à celle du laboratoire, comme du temps d’Alfred Binet.
Pas plus que la psychologie n’a trouvé d’unité, la part des sciences de l’éducation qui s’en inspire depuis quarante ans est partagée dans ses modèles. Les fondateurs, comme Gaston Mialaret ou Maurice Debesse restaient psychologues de l’enfant, avec une référence tant sociale (Henri Wallon) que génétique (Jean Piaget), et une ambition expérimentale. La génération qui a suivi a témoigné d’avancées importantes du côté clinique et psychodynamique, à partir du modèle freudien, pouvant donner l’impression, pendant une vingtaine d’années, d’une référence massivement binaire, entre des anciens, tenants d’une psychologie restée traditionnelle, et des nouveaux centrés sur la psychanalyse. Mais les directions développées ultérieurement ont connu d’autres inspirations, la psychologie cognitive a connu son essor, et s’il persiste aujourd’hui bien des manières de faire de la psychologie en général, les manières de s’y référer ne sont pas moins nombreuses dans l’espace des sciences de l’éducation.
Dès lors qu’elles ont pris consistance, institutionnellement parlant, les sciences de l’éducation ont pu reprendre à leur compte, élargir et développer, cette branche définie dès 1904 par Édouard Claparède, d’une pédagogie basée sur la connaissance psychologique de l’enfant, d’une psychopédagogie. Avec ce risque d’un côté de ne voir dans l’exercice pédagogique que terrain d’application de connaissances produites ailleurs, sur le modèle sciences fondamentales vs sciences appliquées. Avec certes la garantie corollaire d’une frontière toujours poreuse, jamais fermée, entre les développements désormais parallèles de la psychologie d’une part et des sciences de l’éducation de l’autre. Mais avec ce nouvel écueil, émergent, d’un recouvrement de travaux finalement comparables, menés de part et d’autre de la frontière, de nouvelles questions. En psychologie de l’enfant, comment en effet ne pas intégrer la dimension des apprentissages ? Et si l’on se penche sur la pédagogie, saurait-on, de l’autre côté, ne pas tenir compte de celle qui s’adresse aux enfants ?
Entre les sœurs parfois ennemies, il y a d’autres inconforts : risquer de voir, pour un pédagogue, les règles d’une bonne pédagogie définies par d’autres disciplines que la sienne ; ou encore les soupçons, voire les procès dénigrant la valeur scientifique d’une recherche qui, comme la recherche en éducation, resterait fondamentalement au service d’une visée de modification, voire d’amélioration des pratiques pédagogiques. Mais la psychologie elle-même, avec d’autres sciences humaines, échapperait-elle donc à ce travers ? Serait-elle donc une discipline si bien fondée épistémologiquement que cela justifierait un établissement institutionnel indiscutable ? De grâce, ma sœur, un peu de modestie et de parité dans la fratrie, je vous prie. La cadette possède aussi sa personnalité et ses droits. Et d’ailleurs : si l’on remonte un peu plus avant, qui est réellement la cadette de l’autre, de la pédagogie et de la psychologie ?
Rassurons-nous cependant : pour notre discipline, l’âge de la maturité, s’il existe, n’est pas celui de la non-contradiction, qui est l’apanage de la sénescence et de la mort. Allons plus loin : les sciences de l’éducation peuvent sans doute prétendre à une telle maturité, non pas en dépit, mais peut-être grâce aux relations polymorphes, contradictoires, parfois conflictuelles, qu’elles ont toujours entretenues et qu’elles continuent à entretenir avec les sciences psychologiques. Tant mieux. La conférence de Claudine Blanchard-Laville va, je le pense, illustrer cette vitalité, du côté clinique et psychanalytique.

Bibliographie

Drouin-Hans A.-M., Hannoun H. (dir.) (1994), Pour une philosophie de l’éducation, Dijon, CNDP-CRDP.

Vergnioux A. (2006), « Philosophie et éducation », in Traité des sciences et des pratiques de l’éducation, J. Beillerot, N. Mosconi (dir.), Paris, Dunod, p. 489-500.

Notes

1 Drouin-Hans & Hannoun 1994.

2 Vergnioux 2006.

Auteur

CERSE

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access