Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

La région du Munster du Sud dans les années 1790

David Dickson
Traduction de Françoise Canon-Roger

Texte intégral

1Aussi déserte et lointaine qu’elle ait pu paraître vue du bord d’un navire en décembre 1796, la baie de Bantry se trouvait dans une région qui avait connu des bouleversements sociaux et économiques remarquables pendant la durée de vie de ses habitants les plus âgés. Elle faisait partie d’une zone commerciale intégrée que l’on peut appeler le Munster du Sud. Cette entité avait été créée par l’essor d’un nouveau centre international de commerce transatlantique, à savoir la ville de Cork dont les tentacules économiques avait traversé les anciennes frontières culturelles et soudé l’ouest de Waterford et le comté de Cork avec le sud de Kerry, en gros de Dungarvan à Tralee. Le prix de la terre et les méthodes agricoles, la nourriture et la boisson, l’habillement et l’habitat, tout avait été profondément affecté par l’intensité des échanges commerciaux aux alentours de ce pôle d’activité qu’était Cork. Selon les critères du monde atlantique de la fin du xviiie siècle, la ville sur les marais faisait relativement figure de géante : à la session d’abattage du bétail en automne il y avait probablement jusqu’à 60 000 personnes, serrées comme des sardines dans ce qui est aujourd’hui le centre historique de la ville.

2La région, la zone de commerce de gros de la ville de Cork, était bien sûr pleine de contrastes en termes de richesses naturelles, avec en particulier d’énormes différences entre l’est et l’ouest dans la qualité du sol et les ressources en pâturages. Mais elle avait aussi des points de convergence importants : le climat y était, y est toujours, doux par rapport au reste de l’Irlande, ce qui fait qu’une herbe précoce et des récoltes précoces elles aussi procuraient à ses fermiers un avantage relatif non négligeable. Ajoutons à cela le pourcentage exceptionnellement élevé de terres cultivées proches de la mer et de nombreuses rivières navigables. Le caractère quasi péninsulaire du sud-ouest et le système fluvial de la rivière Bandon, de la Bride de l’est et de la Blackwater permirent l’exploitation massive de ressources propres aux rivages (le sable et les algues étaient utilisés comme engrais) et offrirent la possibilité de transporter à bon marché de gros volumes de marchandises vers les marchés urbains. De plus, la région du sud du Munster avait bénéficié de l’essor des systèmes commerciaux de l’Atlantique Nord mis en place par la Grande-Bretagne, la Hollande et la France depuis le milieu du xviie siècle et occupait, en matière de transport maritime intercontinental et d’itinéraires de convoi, une place plus avantageuse que toute autre région comparable en Irlande. Forte, bien qu’irrégulière, la demande d’outremer en bœuf salé, beurre, peaux, porc, suif et orge avait continué à augmenter pendant plus d’un siècle. La monétisation des échanges sociaux avait progressé selon un processus lent mais inexorable. Cette évolution fut relayée par plusieurs types d’acteurs au niveau local : commerçants des villes et affréteurs locaux, propriétaires terriens à l’esprit d’entreprise et maîtres laitiers qui louaient des vaches par petits troupeaux à ceux qui étaient trop pauvres pour en posséder.

3La région se distinguait à deux autres titres : au début des années 1790, elle était remarquablement peuplée par comparaison avec le reste de l’Irlande puisqu’elle avait connu une croissance démographique plus forte et pendant une durée plus longue que la plupart des autres régions. La population de la baie de Bantry était alors probablement quatre fois plus nombreuse qu’en 1689, date du dernier mouillage d’une flotte française à cet endroit. La présence d’une abondante main-d’œuvre bon marché était la condition vitale du développement d’un système agraire capitaliste bouillonnant d’activité. La région méridionale du Munster était aussi une zone qui, par rapport au reste de l’Irlande, avait été profondément affectée, pour le meilleur ou pour le pire, par l’immigration anglaise au xviie siècle et, au xviiie siècle, par les manœuvres sociales protestantes de la part de la petite noblesse, du clergé, et d’un appareil d’État qui demeurait profondément anticatholique. Cette combinaison de prospérité économique et de tension ethnoreligieuse se reflète dans nombre de poèmes en gaélique parmi l’abondante production régionale de l’époque, non publiée alors mais déjà largement diffusée. Des observateurs extérieurs eurent tendance à voir seulement des paysages transformés et des cultures matérielles en transition. Charles Valancey, ingénieur militaire, amateur d’antiquités et fréquemment en visite dans la région, comparait l’ouest du comté de Cork tel qu’il était au début des années 1760, à l’époque où

sa population était si clairsemée [qu’] une armée de 10 000 hommes n’aurait pas pu trouver des moyens de subsistance entre Bantry et Bandon,

4avec la situation vingt ans après :

  • 1 Cité dans W.J. Smyth, « Social, economic and landscape transformations in County Cork from the mid (...)

les pentes des collines sont labourées, les abords des marécages sont rendus cultivables et la côte du sud de Skibereen à Bandon n’est qu’une zone ininterrompue de culture du grain et de la pomme de terre1.

5D’autres visiteurs moins aventureux louèrent la beauté du port de Cork qui, avec ses villas de négociants et ses résidences de la petite noblesse, devait tout aux efforts de l’homme, ou encore la reforestation de la vallée de la rivière Blackwater où des feuillus nouvellement plantés marquaient les limites des « grandes maisons » classiques construites côte à côte de Millstreet à Youghal. Au début des années 1790, il y avait environ cinq cents maisons et domaines de ce type dans le Munster du Sud.

6On distingue trois sortes de communautés rurales qui se sont développées dans l’ensemble de la région. Il y avait, premièrement, les secteurs qui présentaient une certaine complexité sociale. Là, la communauté rurale qui venait au-dessous des propriétaires terriens s’étageait selon plusieurs degrés de niveau social et de richesse. Il y avait, en particulier, une couche composée de propriétaires de bétail et de fermiers aisés et, un ou deux étages plus bas, une classe pratiquement dépourvue de terre qui dépendait essentiellement du travail occasionnel que pouvaient leur donner les fermiers locaux. La production agricole était très importante dans ces secteurs qui se trouvaient au nord et à l’est de la région. Deuxièmement, il y avait les secteurs comportant une homogénéité sociale mais des activités diversifiées. L’agriculture, la pêche et l’industrie rurale s’y côtoyaient : c’était le cas dans presque tout le sud-ouest du comté de Cork et sur la péninsule de Dingle. Enfin, il y avait les nombreux secteurs – les membres de la petite noblesse y étaient peu nombreux – qui présentaient une homogénéité sociale et professionnelle ; c’étaient les paroisses où l’élevage d’embouche restait la source principale de revenu. Elles étaient situées dans des régions montagneuses inaccessibles : une émigration saisonnière était nécessaire pour gagner le loyer, la dîme, le fouage et l’argent de la foire.

7En quoi ces paysages d’il y a deux cents ans étaient-ils, à vue de mouette, différents d’aujourd’hui ? Le chiffre total de la population humaine du sud du Munster dans les années 1790 n’était pas très différent de celui qu’elle atteint dans les années 1990. À la fin du xviiie siècle, la population était probablement un peu supérieure mais la différence la plus frappante selon cet angle de vision, c’était qu’elle était beaucoup plus rurale, plus dispersée et, en dépit de quelques regroupements côtiers dans le sud-ouest, mieux intégrée au paysage naturel grâce à la prédominance des matériaux organiques employés pour la couverture des toits. Pourtant toutes les maisons au toit de chaume ou de mottes de terre avaient leur jardin, planté non pas de fleurs mais de pommes de terre et de choux. Presque tous les ménages avaient au moins l’arpent proverbial : ainsi, pour la majorité, les familles subvenaient elles-mêmes à la plupart de leur besoins en nourriture, ce qui n’est pas du tout le cas dans les années 1990. Dans la quasitotalité de la région, les terres agricoles consistaient en champs pierreux mais dans la plupart des secteurs ceux-ci étaient bien plus petits que les parcelles modernes. La mouette des années 1790 aurait vu très peu de bois ou de forêt, et certainement aucune des insidieuses bandes de conifères des années 1990. Au début des années 1790, les forêts sauvages de feuillus indigènes avaient été défrichées presque partout sauf autour des lacs de Killarney et les bois décoratifs dans les domaines étaient encore jeunes mais en nombre croissant dans les secteurs favorisés. Sur les collines, comme Vallancey le donnait à entendre, des travaux de défrichement en plein essor atteignaient des altitudes plus élevées que celles auxquelles on cultive aujourd’hui, beaucoup plus élevées que les limites des pâturages maigres dans de nombreuses paroisses jusqu’à ce que les subventions de l’Union européenne pour l’élevage des moutons ne viennent temporairement inverser le cours des choses. Le processus de mise en valeur des marais et des régions montagneuses devait se poursuivre pendant quarante ans encore dans de nombreux secteurs à l’intérieur des terres, celui de Sliabh Luachra, par exemple, mais le peuplement de la côte au sud-ouest atteignait son point de saturation avant 1800.

8Sur l’horizon rural, mises à part les grandes maisons et les châteaux abandonnés aussi nombreux, se détachaient des dizaines d’églises dont les plus massives et les plus visibles étaient celles de l’Église anglicane d’Irlande. Leur profusion étonnante dans la vallée de la rivière Bandon reflétait la densité des protestants dans le peuplement rural local. Le culte catholique était bien sûr public dans les années 1790 mais il se tenait encore en grande partie sous des toits de chaume et dans des granges ou autres édifices modestes.

9Notre oiseau proverbial verrait peu de routes secondaires, un nombre très restreint de ponts, et une circulation sur roues assez faible à l’écart des grands axes. Le petit noyau urbain de Bantry avait deux routes en 1796 mais aucune ne garantissait un passage facile à la circulation des véhicules lorsqu’il pleuvait beaucoup. Cependant, la campagne foisonnait de garranes (ces chevaux de peine de petite taille), de petits bateaux à voile, et de gens qui se déplaçaient à pied le long des myriades de chemins et de sentiers astreints au droit de passage dont le réseau couvrait toutes les paroisses. Le commerce de gros s’effectuait essentiellement par liaisons maritimes et c’est pourquoi il y avait plusieurs milliers de navires en bois en activité entre Ring et Fenit employés à des tâches différentes liées à l’agriculture, à la pêche, au commerce, selon les saisons. Toutes les voies charretières, ou presque, menaient à Cork qui était probablement cinq fois plus grande que Bandon, la deuxième ville de la région. La ville avait débordé de son îlot d’origine au xviie siècle et avait été témoin de la démolition du dernier de ses vieux remparts au début du xviiie siècle. Son destin était entre les mains des cent à deux cents marchands en gros dont un grand nombre s’occupait aussi d’industrie hydraulique, de développement urbain et de spéculation sur les propriétés rurales. Ils avaient de nombreux goûts en commun, parmi lesquels un penchant pour les demeures richement décorées aux alentours des villes, mais ils étaient divisés quant à leur affiliation religieuse. En nombre, les entreprises catholiques de commerce de gros étaient majoritaires mais les capitaux des protestants, par ailleurs consommateurs ostensibles, retenaient davantage l’attention.

10Nous avons fait le tour de ce qui était visible. Qu’en était-il des types de pouvoir et des lieux de pouvoir ? Comparée à celle qui eut cours au xixe siècle, l’influence de l’État était encore faible, mais elle devenait sensiblement plus forte. Là où, trente ou quarante ans auparavant, une économie clandestine fondée sur la contrebande avait été florissante le long des péninsules du sud-ouest et dans celle d’Iveragh, l’efficacité du service des douanes se faisait alors sentir, parfois de façon brutale, dans les années 1780 et 1790. L’amélioration du service postal fournit de l’aide à la magistrature, c’est-à-dire ces membres de la petite noblesse et du clergé suffisamment bien vus par leurs pairs et leurs supérieurs pour être nommés à la charge de juge de paix. Elle facilita le début de la mise en place d’un véritable réseau de renseignements pour le gouvernement de Dublin en 1798. En termes explicitement militaires, le mouvement des Volontaires pendant la décennie précédente avait été la dernière manifestation d’indépendance des propriétaires locaux envers l’État. La milice, créée en 1793, les gardes nationaux en 1796 et même l’armée régulière offraient un champ d’action étendu pour la mise en œuvre de la protection au niveau local mais, à des degrés variés, toutes ces forces étaient contenues par des règlements et des structures de commandement appliqués à l’échelle de l’État.

11Le pouvoir de la petite noblesse qui avait été si écrasant dans la société rurale pendant presque tout le xviiie siècle se trouvait affaibli. Mais bien sûr son influence, dans la mesure où elle relayait le pouvoir supérieur de l’État, conservait un équilibre précaire. Dans chaque région, des alliances se formaient et entraient en rivalité avec d’autres pour se tailler la part du lion dans la protection gouvernementale. Dans le sud du Munster, le lion avait d’ordinaire été le chef des Boyles de Castlemartyr, anobli par l’attribution du comté de Shannon en 1756. Le deuxième comte (1727-1807) jouissait d’un pouvoir incertain, fondé sur les éléments propres aux familles traditionnelles. C’était un mélange d’idéologie conservatrice, d’astuce prudente dans le jeu parlementaire et d’efforts pour entretenir, dans la région, une ménagerie de clients, cousins et parents dépendants. D’autres coalitions disputaient leur pouvoir aux Shannon : pendant un temps, la plus redoutable comprenait les Longfield, les King et les White de Bantry. Mais deux autres centres de pouvoir régional plus stables se faisaient jour. La classe des affaires de Cork constituait une telle alternative. Elle excluait, bien entendu, les alliés conservateurs des Shannon, mais incluait bon nombre de riches commerçants catholiques. Les Hely Hutchinson, comtes de Donoughmore, étaient les porte-parole de ce groupe. La hiérarchie catholique menée par les évêques Moylan et Coppinger et ce qui restait des propriétaires terriens catholiques conduits par le vicomte Kenmare formaient une autre alternative. Cependant, l’influence politique de ce groupe était essentiellement occulte dans les années 1790. Son existence était connue des autorités à Dublin à la suite de contacts directs et de l’action de groupes de pression et non pas grâce à la mobilisation de l’opinion publique locale.

  • 2 Cité dans S. Ó Coindealbháin, « The United Irishmen in County Cork », Journal of the Cork Historic (...)
  • 3 Le meilleur travail sur le mouvement des Irlandais Unis dans le sud du Munster est toujours celui (...)

12Quels liens y avait-il entre ces changements à l’intérieur de la région et le projet émanant de l’étranger qui mena à la baie de Bantry ? Très ténus, pourrait-on répondre, en prenant pour argent comptant la plaisanterie bien connue que fit le poète et membre des Irlandais Unis, Micheál Óg Ó Longáin aux dépens de ses voisins : « Où sont les hommes du Munster, mais est-ce bien vrai qu’ils sont toujours vivants ? »2. Il n’y eut pas de jacquerie pour apporter son soutien lorsque la nouvelle de l’arrivée de la flotte française fut diffusée dans la région. Et en 1797-1798, la deuxième ville du royaume ne représentait pas une menace à la sécurité comparable à celle que comportaient Dublin ou Belfast. L’échauffourée près de Clonakilty en juin 1798 fut-elle le défi le plus grave que « Cork la rebelle » se trouvait en mesure de lancer au pouvoir en place à l’heure où la situation était des plus graves3 ?

13Le calme relatif qui régnait dans la région de Cork, contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre, soulève un problème passionnant. On pourrait insister sur les contingences fortuites et dire que la région était considérée par le gouvernement comme une cible facile pour une attaque française, qu’elle était donc dotée d’une garnison exceptionnellement forte sur le terrain, ce qui eut pour résultat d’étouffer toute activité révolutionnaire. Ce secteur était effectivement jugé comme étant tout à la fois sujet à des troubles et fauteur de troubles. Les difficultés économiques de la décennie avaient atteint la région de façon particulièrement violente : l’inflation, des récoltes très maigres et la paralysie presque totale du commerce maritime officiel comme la guerre avec la France s’intensifiait. La marée montante ne portait plus tous les bateaux du Munster méridional : le nombre des catégories vulnérables et exposées augmentait et leur détresse s’accentuait. À leur côté, ou plutôt au-dessus d’eux, une couche de fermiers-commerçants catholiques, plus riche bien que politiquement défavorisée, était devenue une composante plus marquée du paysage social. L’effondrement du revenu des fermiers céréaliers à l’automne de 1797 affecta certaines parties du sud du Munster aussi gravement que le fut le comté de Wexford. Et pendant l’hiver 1797 – certains magistrats redoutant une rébellion rurale – leur peur de l’apocalypse renforça la décision stratégique prise par Dublin de saturer la région de milices dont un nombre considérable fut concentré dans le camp qui se trouvait près de Bandon. Cette vision officielle de la situation de Cork, à la fois explosive et exposée, conduisit à une campagne préventive de désarmement dans de nombreuses paroisses, de Carbery à l’ouest à Imokilly à l’est, en avril et mai 1798. Selon le jugement de certains observateurs issus de la petite noblesse, si les généraux Stewart et Moore n’avaient pas mené des actions qualifiées par eux de fermes mais mesurées, Cork aurait été un second Wexford.

14Une autre explication au calme qui régnait dans la région réside dans le fait que l’organisation des Irlandais Unis n’avait pas réussi à développer la masse critique nécessaire pour préparer un affrontement militaire sérieux. Il n’y avait pas eu d’émergence constitutionnelle d’une Société des Irlandais Unis à Cork en 1791-1792 alors que même Limerick et Clonmel eurent pendant une brève période ce genre d’association. L’histoire des élections au parlement dans la ville et le comté de Cork peut avoir eu quelque chose à voir avec la situation. La concurrence entre les principaux candidats nobles aux élections législatives de 1783 et 1790 avait été féroce mais aucune faction en faveur d’une aide aux catholiques ou d’un progrès des réformes n’avait émergé pour s’opposer aux principaux candidats. Même dans la ville le groupe catholique lié aux Hely Hutchinson était essentiellement un lobby conservateur.

  • 4 Cet argument est développé plus avant dans D. Dickson, « “Centres of motion” : Irish cities and th (...)

15Une barrière supplémentaire à une politique radicale dans cette ville résidait dans la faiblesse du poids politique des corporations. À la suite de l’évolution particulière de la constitution civile de Cork, les corps de métiers n’en étaient pas venus à occuper le rôle électoral crucial qu’ils avaient à Dublin et ceci affectait profondément la culture politique locale. À Dublin, c’était dans les guildes que des politiciens-commerçants et des radicaux du peuple avaient fait leurs armes tandis que le gouvernement municipal de Cork avait été contrôlé, depuis les années 1740, par « le Club des Amis », un groupe étendu mais fermé de plusieurs centaines d’électeurs. Ainsi tout rôle politique avait échappé aux corps de métiers. À cet état de fait s’ajoutait la situation démographique plus précaire des artisans protestants par rapport à leur frères de Dublin pour rendre la tâche des radicaux de Cork encore bien plus décourageante4.

16Pourtant, un certain nombre de natifs de Cork ont fini par se détacher pour jouer un rôle de premier plan dans le combat politique radical et révolutionnaire au niveau national, à Dublin et au-delà : Arthur O’Connor, les frères Sheares, John Daly Burk et Richard Dry étant les plus remarquables. La présence à Trinity College d’un certain nombre d’activistes de Cork a pu fournir l’occasion de nouer des amitiés décisives et d’acquérir une formation politique. Quinze pour cent de ceux qui entrèrent à Trinity au début des années 1790 étaient natifs de Cork ; cinq sur les dix-neufs étudiants qui furent exclus en avril 1798 pour leur liens supposés avec les Irlandais Unis étaient originaires du sud du Munster.

  • 5 M. Durie, « Irish Deism and Jefferson’s Republic : Denis Driscol in Ireland and America 1793-1810  (...)

17Des indicateurs du gouvernement comme l’avocat Leonard McNally commencèrent à dépeindre Cork comme un repaire de révolutionnaires mécontents en 1795 et Burk lui-même, dans des écrits postérieurs, affirma que les frères Sheares avaient fondé un club jacobin dans la ville à cette époque-là5. Ceci peut avoir été lié à la décision de Henry Sheares de se porter candidat à l’un des sièges de la ville lors de l’élection partielle en 1795 : son opposant, Richard Hare, le fils de celui qui était probablement le plus riche commerçant protestant de sa génération, devait être anobli peu après pour devenir baron Ennismore. Hare obtint 308 voix, Sheares 18.

  • 6 Ibid., p. 56-76.

18Une preuve plus probante du soutien local aux principes démocratiques et à l’amitié avec la France était la survie et le succès relatif de The Cork Gazette dirigée par Denis Driscol. Son parcours intellectuel de séminariste catholique à déiste radical lui valut un séjour en prison pour écrits séditieux et, pour finir, un exil américain, mais pas avant d’avoir réussi à publier un journal, de manière certes irrégulière, pendant quelque six années. Même par comparaison avec Belfast, ce journal adoptait des positions extrêmes sur les réformes sociales et l’idéologie religieuse qui passionnaient les lecteurs à défaut de les édifier6.

  • 7 S. Ó Coindealbháin, « The United Irishmen in Country Cork », Journal of the Cork Historical and Ar (...)

19La Gazette cessa de paraître à l’automne 1797 devant la menace d’une nouvelle poursuite de son rédacteur. À ce stade, une organisation subversive à grande échelle était en train de se former dans et autour de la ville de Cork. Plusieurs facteurs y contribuèrent : l’intensité de la crise économique régionale pendant l’année 1797 ; la circulation de divers « émissaires » venus de Dublin – la plupart avaient des liens très étroits dans la population locale – qui s’efforçaient d’élaborer l’« Union » sur la base de la cellule et de prestation de serment ; les retombées amères des élections législatives de l’été à Cork auxquelles de nombreux catholiques récemment admis à voter avaient pris part. La lutte avait pour la première fois pris une tournure ostensiblement sectaire et une peur nouvelle des Orangistes, réelle ou imaginée, locale ou lointaine, semble s’être très vite insinuée dans la conscience des catholiques d’origine populaire, notamment dans la ville et dans l’ouest du comté de Cork7.

20Il est encore malaisé de déterminer lequel de ces facteurs fut le plus propre à stimuler l’élargissement du soutien aux Irlandais Unis dans le sud du comté de Munster entre le milieu de l’année 1797 et mai 1798. Il est évident, en revanche, que nombreux furent ceux qui, dans les endroits suivants, firent serment pour être admis comme membres des Irlandais Unis : la vieille banlieue de la ville, notamment Blackpool et Blarney Lane, les Liberties, des paroisses vers l’est, en passant par Imokilly et autour de Youghal, le pays de Roche le long des riches vallées du cours moyen de la rivière Blackwater et de ses affluents et jusque dans l’ouest du comté de Waterford. La vallée de la Bandon fut elle aussi bien infiltrée. Caractéristiques communes à toutes ces zones : complexité de leur structure sociale stratifiée, agriculture fortement orientée vers les labours, contrôle économique des destinées locales exercé par des fermiers aisés.

  • 8 Pour la tentative de justification de Swiney à ce sujet, voir ibid., p. 78.

21Le négociant en drap John Swiney, l’un des principaux organisateurs de la ville et plus tard prisonnier de l’État, fit, dans des déclarations extravagantes après les événements, état de 16 000 et 60 000 personnes qui auraient prêté serment, respectivement dans la ville et le comté de Cork, dont 4 000 auraient été prêts à l’action collective dans la ville8. Le soutien passif ne posa apparemment pas de problème aux organisateurs des Irlandais Unis et il ne semble pas non plus y avoir eu de remise en cause de la capacité des cellules locales à l’échelle paroissiale à s’organiser elles-mêmes. La faiblesse résidait plutôt dans la chaîne de commandement entre la ville et le monde rural à l’extérieur.

22Ceci peut être interprété de deux façons : il peut y avoir eu un défaut de transmission de la direction stratégique et des orientations de la part de ceux qui se trouvaient au niveau du comté et au-dessus à destination du mouvement révolutionnaire du Munster, ce qui conduit à s’intéresser aux compétences des frères Sheares, dont le rôle dans les affaires propres au Munster du sud reste vague. C’est certain, on a dit que l’arrestation des frères Sheares à la veille de la rébellion de Leinster avait jeté les hommes de Cork dans le désarroi. Mais une autre interprétation de la faiblesse de l’organisation révolutionnaire dans le Munster pourrait bien toucher une question plus profonde : y avait-il ou non un fossé culturel entre ceux qui, lettrés, anglophones pour la plupart, s’enthousiasmaient pour la démocratie et pour la « fraternité de l’affection » dans la ville d’une part, et d’autre part les paysans de l’arrièrepays, parlant irlandais en majorité, faibles consommateurs de culture écrite, prêts à accompagner « les enfants du Gaël » dans leur soulèvement par simple réaction nostalgique ?

23Ceci doit rester à l’état d’hypothèses. L’impact des nouvelles mesures politiques sur les classes d’exploitants agricoles aisés ne doit pas être sousestimé, mais il n’en reste pas moins que l’héritage de 1798 dans cette région, du moins pour ceux qui traversèrent « l’époque radicale », consista en un sectarisme exacerbé et une polarisation religieuse en dépit de l’élargissement permanent des horizons politiques propre à cette époque.

Notes

1 Cité dans W.J. Smyth, « Social, economic and landscape transformations in County Cork from the mid-eighteenth to the mid-nineteenth centuries », in Cork : History and Society, P. O’Flanagan et C.G. Buttimer (éd.), Dublin, 1993, p. 673.

2 Cité dans S. Ó Coindealbháin, « The United Irishmen in County Cork », Journal of the Cork Historical and Archeological Society, liii, 1948, p. 115 : « Ca bhfuilid na Muimhnigh, nu an fior go mairid beo ? ». Pour l’ouvrage qui fait autorité sur Ó Longáin, voir B. Ó Conchuir, Scriobhaithe Chorcai 1700-1850, Dublin, 1982, p. 91-133.

3 Le meilleur travail sur le mouvement des Irlandais Unis dans le sud du Munster est toujours celui de S. Ó Coindealbháin dans sa série d’articles, « The United Irishmen in Country Cork », Journal of the Cork Historical and Archeological Society, liii-lvi, 1948-1951.

4 Cet argument est développé plus avant dans D. Dickson, « “Centres of motion” : Irish cities and the origin of popular politics », in Culture et Pratiques politiques en France et en Irlande xvie-xviie siècle, L. Cullen et L. Bergeron (éd.), Paris, 1991, p. 101-122.

5 M. Durie, « Irish Deism and Jefferson’s Republic : Denis Driscol in Ireland and America 1793-1810 », Eire-Ireland, xv, 4, hiver 1990, p. 58-61.

6 Ibid., p. 56-76.

7 S. Ó Coindealbháin, « The United Irishmen in Country Cork », Journal of the Cork Historical and Archeological Society, liv, 1949, p. 77-78.

8 Pour la tentative de justification de Swiney à ce sujet, voir ibid., p. 78.

Auteur

Maître de conférences (histoire moderne), Trinity College, Dublin

Françoise Canon-Roger (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540