Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

« Au service de la république française » vraiment ?

Wolfe Tone en baie de Bantry

Tom Dunne
Traduction de Émile-Jean Dumay

Texte intégral

  • 1 Life of Theobald Wolfe Tone written by himself and continued by his son ; with his political writi (...)

1L’expédition française en Irlande de décembre 1796 tourna court. Elle représente peut-être l’échec le plus triste et le plus énigmatique de l’histoire irlandaise moderne. À bord de l’un des vaisseaux qui parvinrent dans la baie de Bantry se trouvait, sous un uniforme d’officier français, un personnage de légende : Theobald Wolfe Tone, père présumé du nationalisme irlandais. Cette présence nous a toujours poussés à considérer cette expédition comme visant à libérer l’Irlande du joug anglais et nous a encouragés à supposer qu’elle aurait dû vraisemblablement déboucher sur une victoire. Cependant les conséquences réelles d’un débarquement réussi auraient pu se révéler tout autres et Tone lui-même s’inquiétait grandement de la motivation des Français et du danger que pourrait représenter la réussite de l’opération, à savoir une extension de la zone d’influence française plutôt que l’indépendance de l’Irlande. Son journal pour l’année 1795 laisse également à penser qu’il avait personnellement assez appris à connaître désormais le militarisme et l’impérialisme grandissants de la culture politique française pour avoir des sentiments curieusement mitigés sur les résultats à attendre de cette expédition1.

2Il y a quatorze ans parut un essai que j’avais écrit sur la philosophie politique de Tone. Édité en format poche par le regretté Seán Daly de Tower Books, il portait le titre un peu provocateur de Theobald Wolfe Tone : colonial outsider. Sept ans plus tard on voit Brendan Bradshaw le citer dans son très riche article antirévisionniste « Nationalism and historical scholarship in Ireland ». Il le prend comme exemple du « scepticisme irréductible » qui imprègne ce qu’il dit être une « révision », de caractère politique, de l’interprétation nationaliste de l’histoire d’Irlande ; cette « révision » visant à rabaisser les « héros nationaux » comme Tone au rang de simples mortels mus par des intérêts de classe et des idées confuses. Équivoque dans la louange, Bradshaw présentait mon argumentation comme « d’autant plus insidieuse qu’elle est menée avec élégance » : j’avais beaucoup apprécié. Deux ans plus tard, la parution du monument biographique de Marianne Elliott : Wolfe Tone : Prophet of Irish independence, apportait un soutien de taille, quoique involontaire, à mes vues. Assez peu attentive à mes propres efforts, Marianne Elliott n’en confirmait pas moins en fin de compte mon argumentation touchant l’idéologie de Tone, en particulier les limites de son radicalisme ainsi que son nationalisme relativement embryonnaire. Cette biographie remarquable nous apporte maints détails inédits sur Tone et l’évolution de sa pensée dans différents contextes, en particulier le contexte français. L’étude de Marianne Elliott et la mienne se trouvent en fait « complémentaires plutôt que contradictoires ». Je cite ici un essai important de Tom Bartlett qui développe un des thèmes d’Elliott, à savoir que le républicanisme de Tone plongeait pour une grande part ses racines dans la vieille tradition cromwellienne. Capitale dans l’idéologie de l’élite qui fit la révolution américaine, cette tradition, issue de la Renaissance et des Lumières, était centrée sur les notions morales de « vertu civique » et de « volonté populaire ».

  • 2 T. Dunne, Theobald Wolfe Tone : colonial outsider, Cork, 1982 ; B. Bradshaw « Nationalism and hist (...)

3Ce bref rappel de l’historiographie récente ne vise pas à l’autosatisfaction (ou, du moins, pas uniquement !) mais il cherche à bien préciser que les historiens sont presque unanimes sur le personnage de Wolfe Tone. J’ai tenté de le comprendre comme un homme de son temps et de sa classe et je pense qu’aujourd’hui ce travail n’apparaîtrait guère comme une provocation qu’aux yeux de quelques « républicains » qui se disent ses héritiers sans bien connaître son œuvre, hormis les quelques citations rebattues et sorties de leur contexte que l’on trouve dans les différents « morceaux choisis » politiquement marqués publiés depuis cent ans. Ces ouvrages, comme ma propre étude, sont depuis longtemps épuisés, et il n’est peut-être pas inutile de retracer les grandes lignes de cette dernière sur le cheminement des conceptions idéologiques de Tone2.

4Le portrait le plus ressemblant de Tone est celui d’un Irlandais marginal de la classe coloniale dominante. Malgré le déclin de sa famille sur le plan social et économique, Tone s’assura assez d’appuis pour pouvoir étudier à Dublin à Trinity College. Cependant, bien qu’il n’eût jamais manqué d’amis puissants, il ne parvint pas à bâtir une carrière en rapport avec ses espérances et ses dons évidents. Il tenta sans grand enthousiasme de s’engager dans l’armée des Indes, essuya un refus du Gouvernement britannique lorsqu’il lui soumit un plan pour la colonisation des îles Sandwich, ne fit que passer au barreau et, malgré un certain succès comme propagandiste, ne parvint jamais à se faire soutenir durablement par les Libéraux. Ainsi au fil des années s’éloigna-t-il d’abord de l’Ascendancy qui constituait, sous cette nouvelle appellation, une force de plus en plus réactionnaire, puis finalement de la puissance impériale britannique elle-même, sans le soutien de laquelle l’Ascendancy n’aurait pu refuser la réforme du système et l’ouverture de celui-ci à des hommes capables. Tout ceci fit de lui un radical, et, vers la fin de sa courte vie, un révolutionnaire séparatiste, sans toutefois modifier beaucoup l’essentiel de ses conceptions coloniales. Son radicalisme n’allait guère au-delà d’une prise du pouvoir politique par la bourgeoisie. Dans son idéologie, le nationalisme n’occupa jamais le devant de la scène et resta toujours à l’état embryonnaire. Ce n’était qu’un élément secondaire dans son analyse du système colonial exceptionnel auquel était soumise l’Irlande : ce qui lui fit tout d’abord conclure que seule l’union des élites intellectuelles des religions concurrentes en Irlande pourrait saper le soutien apporté par l’Angleterre au pouvoir de l’Ascendancy. Il fut convaincu à la fin que la séparation d’avec l’Angleterre devenait un préalable à une refonte politique. Ce qu’il nommait sa « nouvelle théorie politique » n’était guère plus qu’une reformulation claire et cohérente des propositions fondamentales constantes des Libéraux irlandais : tradition qui, toute sa vie, exerça sur lui la plus forte influence politique. Il ne donna à sa « théorie nouvelle » sa formulation classique qu’au cours de la dernière année de sa vie, mais en même temps il la revendiquait comme son credo politique remontant à la fondation des Irlandais Unis. Il donnait alors de ses « buts » la définition célèbre :

Renverser la tyrannie de notre gouvernement honni, briser les liens avec l’Angleterre, source sempiternelle de tous nos maux politiques, et affirmer l’indépendance de mon pays.

5Quant aux « moyens » mis en avant, il s’agissait

  • 3 Life, i, p. 51.

[d’]unir le peuple irlandais tout entier […] de substituer aux termes de protestant, catholique, ou dissident, celui d’Irlandais3.

6Ce bref aperçu de l’évolution des idées chez un jeune homme remarquable manque nécessairement de nuances ; il n’en fait pas moins ressortir chez Tone, lequel, quatre mois après être arrivé d’Amérique, avait fêté dans la solitude son trente-troisième anniversaire à Paris en juin 1796, un mélange d’idéalisme fiévreux et de carriérisme impatient dont témoigne particulièrement son journal et dont parle si bien le professeur Elliott. En quoi ce qu’il a connu en France a-t-il constitué un enrichissement de ses positions politiques fondamentales, mis à part un durcissement de son programme ? En d’autres termes, quels aspects de la France de 1796 parurent spécialement séduisants à ce radical rompu à la politique, au moment où il plaidait, avec une rapidité et un succès remarquables, une cause qui avait tout pour plaire en termes idéologiques et pratiques au gouvernement français ? Tandis que l’idéalisation de la vertu républicaine du Siècle des Lumières occupe sans aucun doute une place importante dans la pensée de Tone, la plupart de ses références à « la République » concernent le modèle français tel qu’il était finalement devenu en 1796. Alors que ceci modifiait certains des aspects essentiels du républicanisme classique sur lequel insiste Bartlett, d’autres s’en trouvaient exagérément renforcés, en particulier son fondement militaire. La militarisation croissante de cette phase de la Révolution avait tout pour satisfaire Tone à bien des égards et lui ouvrit une carrière qui en fin de compte lui offrit le rôle et l’accomplissement qu’il n’avait cessé d’appeler de ses vœux. Son journal rédigé à Paris donne une idée très nette des aspects de la culture française qui l’attiraient, en particulier le théâtre et le côté théâtral des parades militaires. À l’inverse on y constate l’absence presque totale d’intérêt pour l’idéologie révolutionnaire, le manque d’animation polémique, voire même d’une quelconque réflexion sérieuse sur la manière dont la situation en France pouvait affecter la politique irlandaise. À ce sujet le professeur Elliott écrit :

  • 4 M. Elliott, Wolfe Tone…, p. 309.

Ce qui frappe le plus en effet dans ce journal […] de Tone en mission à Paris, c’est la rareté des références aux concepts de nation, de lutte armée ou de tyrannie anglaise4.

  • 5 Life, ii, p. 46-47.

7L’approbation par Tone de la « République » dans sa version Directoire venait, pour l’essentiel, de sa croyance en un gouvernement dont la force justifiait amplement l’absence de démocratie. Tone, au début, s’était même demandé si ce gouvernement était suffisamment fort ; on peut lire dans son journal, un certain jour de mars 1796, sa satisfaction d’apprendre par une rumeur que les Jacobins sont susceptibles de revenir au pouvoir, car, écrit-il, « je pense qu’aujourd’hui un peu plus d’énergie ne ferait pas de mal au gouvernement français ». Le commentaire réticent, « pas les gens de la Terreur, mais les Jacobins authentiques qui avaient fait débuter la révolution », peut s’interpréter comme une reconnaissance tacite que « les gens de la Terreur » n’étaient pas sans attraits5. Il expliquait la veille dans son journal qu’il avait « quelque peu menti » lorsqu’il avait fait montre d’une certaine réticence à accepter l’opinion des Français selon laquelle, après le succès de l’intervention armée prévue, un gouvernement militaire serait indispensable en Irlande,

  • 6 Life, ii, p. 44.

car mes vœux vont vers un gouvernement fort, dès le début, en d’autres termes vers un régime militaire ; et si je pouvais participer à un tel gouvernement, ou avoir sur lui de l’influence, je pense que je n’en tirerais pas avantage, même si je vois bien comment des démagogues pourraient le faire, à supposer qu’il s’en rencontrât parmi nous6.

8Son expérience de la France révéla chez Tone des tendances à l’autoritarisme. Mais jusqu’à quel point ? On le verra en examinant ses critiques à l’encontre du Directoire accusé de mansuétude envers la presse royaliste (critiques exprimées peu après le retour de l’expédition de Bantry). Bien qu’il ne souhaitât point mettre un terme à la liberté de la presse, il écrivait néanmoins :

  • 7 Life, ii, p. 375-376.

Je lui fixerais certainement des limites qui fussent justes et raisonnables. Bref, voici mon opinion (et si l’occasion m’en est donnée je m’efforcerai de mettre cette opinion en pratique) : le gouvernement d’une république, convenablement organisé, et choisi par le peuple au moyen d’élections libres et fréquentes, doit être un gouvernement fort […] c’est le peuple lui-même qu’on insulte et qu’on avilit dans la personne de son gouvernement7.

9On perçoit ici clairement l’écho de l’équation jacobine « gouvernement = peuple » posée pour justifier la répression étatique.

  • 8 Life, ii, p. 129.
  • 9 Life, ii, p. 213, 496.
  • 10 Life, ii, p. 131.
  • 11 Life, ii, p. 262.

10Cette tendance sortit renforcée de son expérience personnelle dans une France militariste. Fasciné dès l’enfance par la couleur et les sensations fortes de la vie militaire, il accepta le grade d’officier qu’on lui offrait dans l’armée française en déclarant qu’il en serait « extrêmement honoré » et qu’en outre c’était sa « passion »8. La carrière qu’il appelait de ses vœux dans une Irlande indépendante était celle de soldat de métier, et le rôle qu’il espérait voir jouer à l’armée dans ce cas ressemblait à celui joué par les militaires dans la France d’alors9. L’armée n’était pas seulement « le fleuron de la nation, mais la nation en personne »10. « C’est dans sa force armée qu’existe la République », écrit-il avec passion dans son journal lors de l’expédition de la baie de Bantry11. Ce concept de la « nation en armes » relie le jacobinisme de Tone à l’idéal républicain classique tel que Bartlett le met en lumière. Son bonheur, au début, d’être en France venait en partie de ce qu’il y avait trouvé son idéal réalisé et propre à servir de modèle pour l’Irlande. Deux semaines après son arrivée il écrivait :

  • 12 Life, ii, p. 14.

Dans la soirée me suis rendu au Palais-Royal. Des militaires en foule […]. Je comprends aujourd’hui la vraie portée de l’expression « une nation en armes », et je pense connaître un pays qui, compte tenu de son étendue et de sa population, pourrait fournir autant de vaillants garçons que la France. Bon, tout cela viendra à son heure. Il faudra absolument adopter des mesures semblables à celles qui ont fait naître et entretenu cet esprit ici […] je pense que l’Irlande en armes ferait une nation redoutable12.

11Six semaines plus tard il associait cet idéal aux notions de caractère national alors en vogue :

  • 13 Life, ii, p. 78.

Si nous allons en Irlande il nous faudra remuer ciel et terre pour créer le même enthousiasme que j’observe ici, et d’après ce que je connais du caractère irlandais, qui ressemble tant au français, je crois que c’est vraiment possible. L’ennui c’est que les pauvres Paddy ont un peu tendance à s’adonner à la boisson, ce qui n’est pas le cas des Français13.

  • 14 Life, ii, p. 134, 64.
  • 15 Life, ii, p. 64.
  • 16 Life, ii, p. 233-234.

12Le journal de Tone nous révèle un sens de l’humour fort sympathique, et pour ce qui est de l’attrait de la dive bouteille, il ne fait pas mystère d’y être sensible en bon Irlandais. Cependant, même si l’on tient compte de la plaisanterie, Tone reflète bien le stéréotype colonial classique des « Irlandais à juste titre nommés ainsi » en les traitant de « furieux et de sauvages » aussi bien que d’imprévoyants et de moutonniers14. Ces considérations sont bien perceptibles dans le plan qu’il proposait pour recruter des prisonniers de guerre irlandais afin de les enrôler dans le corps expéditionnaire. « Je connais un peu les Irlandais », disait-il. Il suggérait qu’on amenât les prisonniers au port d’embarquement, qu’on leur fournît force vin et alcool, un violon et des filles françaises, et alors, expliquait-il, « quand les Paddies ont le cœur un peu attendri » on peut les persuader facilement « d’aller à nouveau faire un tour au pays voir leurs proches »15. Ceci n’était pas une plaisanterie : on le voit bien lorsqu’il raconte comment il recruta des prisonniers irlandais huit mois plus tard, après leur avoir versé force rasades, sans bien sûr les informer de leur destination. C’est « l’esprit d’aventure de la nation irlandaise » qui les fit bien réagir16.

13À cette époque, dans toute l’Europe, un élément capital rassemblait des gens de toutes classes : l’expérience de la vie des camps et un engouement pour la chose militaire. Comme Tone ne cessa jamais de l’expliquer aux Français, l’armée et la marine britanniques dépendaient pour une très grande part des recrues irlandaises, qu’elles fussent volontaires ou non. Ce fait explique pourquoi les sociétés secrètes réunissant des paysans irlandais s’inspirèrent très largement de l’armée dans leur organisation, leurs discours et leurs rites ; il s’ajoute au fait également que l’armée apportait couleur et animation à la vie quotidienne même dans les régions les plus reculées. L’influence très nette de l’esprit militaire apparaissait nettement aussi dans les ballades en anglais, dans la poésie et dans les chansons en gaélique. Ceci aurait grandement facilité la tâche de Tone dans ses tentatives pour communiquer avec la population locale si le débarquement avait réussi. Le centralisme de la tradition militaire avait aussi des liens avec la tradition centenaire des Jacobites ; l’appui militaire français avait longtemps constitué un espoir, rarement une espérance véritable, et la tradition des descendants de la vieille élite gaélique servant sous le drapeau français était célèbre. D’autre part, la tradition militaire jacobite était monarchiste, catholique et, de fraîche date, antirévolutionnaire : semblable donc aux positions de la hiérarchie catholique dans sa réaction à la menace d’invasion française.

  • 17 Life, ii, p. 129.

14Tout d’abord ému et heureux d’être « un officier au service de la République française », Tone eut bientôt motif de s’inquiéter sur la portée de son geste17. On le prévint en juillet que les Français envisageaient une « ingérence directe » dans tout gouvernement irlandais qu’ils contribueraient à installer ; à la suite de quoi, averti que l’on se proposait de l’envoyer avec l’expédition, il écrivit :

  • 18 Life, ii, p. 160.

J’en restai un peu interdit. Que voulait-il dire ? Vais-je commencer par représenter la République française en Irlande au lieu de représenter la République irlandaise en France18 ?

15Dès le début il fut très conscient du caractère impérialiste de la France dans son engagement à vouloir exporter sa Révolution. Il note dans son journal en avril 1796 :

  • 19 Life, ii, p. 94.

En ce qui me concerne, je ne serai jamais le complice de ceux qui voudraient soumettre mon pays au contrôle de la France ne serait-ce que pour échapper à la tutelle anglaise19.

16Il était en particulier choqué par la manière dont la France avait traité la Hollande et en juillet 1796 il refusa au négociateur français le droit d’agir de même avec l’Irlande. L’argument dont il se servit était en contradiction avec les principes démocratiques et nationalistes, mais il reflétait une position coloniale traditionnelle en Irlande, à savoir que ce pays n’était pas un pays conquis :

  • 20 Life, ii, p. 168.

Les Français avaient conquis la Hollande, et avaient le droit, s’ils le désiraient, de la jeter à la mer, mais il n’en allait pas de même avec l’Irlande. Notre situation ressemblait plutôt à celle de l’Amérique dans la dernière20 guerre.

17Il acceptait pendant ce temps que

  • 21 Life, ii, p. 160.

les Français devaient avoir une grande influence sur les mesures que prendrait notre gouvernement […] mais la sagesse voudrait qu’ils ne rêvent pas d’une ingérence directe21.

18Il énonçait encore le même souci la veille du départ de l’expédition :

  • 22 Life, ii, p. 250.

D’après ce que je vois, nous avons une petite troupe de Commissaires qui partent en Irlande faire fortune. Si nous arrivons à bon port, je crois que je ne quitterai guère des yeux ces messieurs22.

  • 23 Life, ii, p. 416.

19Sept mois après la déception de l’échec de Bantry, il s’inquiétait de la conduite de Napoléon en Italie, qui montrait bien « quel pouvoir considérable les Français auraient pu vouloir s’arroger en Irlande »23. Pourtant ses positions sur le projet d’une nouvelle expédition en Irlande, quelques semaines plus tard, étaient ambivalentes. Elle se proposait, écrit-il,

  • 24 Life, ii, p. 422-423.

non seulement de déterminer lequel de deux despotes s’installera sur un trône, ou si une île appartiendra à tel ou tel état ; elle va changer le destin de l’Europe, émanciper une nation, voire trois, ouvrir les mers au commerce mondial, fonder un nouvel empire, en démolir un ancien, renverser une tyrannie vieille de six cents ans24.

20Ces propos semblent impliquer que son but avéré « de renverser la tyrannie de notre gouvernement honni, et de briser les liens avec l’Angleterre » pourrait fort bien être atteint par une absorption dans la zone d’influence française. En janvier 1798 il s’efforçait de justifier la nouvelle constitution et le nouveau gouvernement imposés par la France à la Hollande, citant à nouveau le droit de conquête et l’incapacité où s’étaient trouvés les Hollandais à s’entendre entre eux :

  • 25 Life, ii, p. 459-460.

Il me faut une fois encore absoudre les Français et je pense que je le ferais même dans le cas de mon propre pays, s’il devait montrer une semblable incapacité dans des circonstances identiques, ce que, toutefois, je suis loin de percevoir25.

21En ce mois d’avril les nouvelles d’une campagne d’Égypte en préparation l’enthousiasmaient, même si cette opération signifiait l’abandon de tout espoir immédiat de voir Napoléon s’attaquer à l’Angleterre. D’un autre côté, il cherchait toujours des assurances sur les intentions des Français concernant l’Irlande :

  • 26 Life, ii, p. 478-479.

[…] la Révolution française n’en est qu’à ses débuts ; Hercule est encore dans les langes. Quel peuple ! […] Une fois encore la situation présente de la République absorbe toutes mes pensées. Nous, les malheureux Irlandais, quels pauvres avortons nous sommes. Mais ce n’est pas notre faute ; nous pouvons nous améliorer pourtant. Ce qui me console considérablement, ce sont les assurances de Merlin et Barras touchant notre indépendance. Je compte fermement dessus26.

22On trouve dans son journal, ici et ailleurs, les signes de l’esprit d’aventure qui avait amené Tone à proposer plusieurs fois au gouvernement britannique un plan pour la colonisation des îles Sandwich. Il semble clair aussi que Tone, à force de se trouver sous l’uniforme français, en vint à se considérer potentiellement au service de la puissance française aussi bien que de la République proprement dite. En mai 1798 il offrit ses services pour une expédition aux Indes dont le bruit avait couru,

  • 27 Life, ii, p. 491-492.

bien que j’aie passé l’âge d’entreprendre […]. Il serait singulier que, finalement, je dusse aller aux Indes. Deux ou trois fois déjà il s’en est fallu de peu que je m’embarque27.

  • 28 M. Elliott, Wolfe Tone…, p. 377-379.

23Trois mois plus tard pourtant c’est vers l’Irlande qu’il faisait voile pour ce qui allait être son ultime aventure. Marianne Elliott voit là un geste de désespoir à la suite de l’échec de la rébellion irlandaise et de l’affaiblissement de sa propre situation en France28. Finalement sa principale préoccupation fut d’insister sur ses droits comme officier français.

  • 29 Life, ii, p. 375.

24Pour ces raisons, on ne saurait que spéculer sur la manière dont Tone aurait pu concrètement représenter la Révolution française pour « le peuple d’Irlande » si l’expédition avait été couronnée de succès. Si la façon dont il présenta aux Français la situation en Irlande avait pour but de les encourager à s’engager dans une expédition, elle n’en reflète pas moins le conservatisme relatif de ses vues politiques à la fin de 1796. Ceci s’applique particulièrement bien à sa manière de voir « les Irlandais à juste titre nommés ainsi », et à sa description révélatrice de la « paysannerie d’Irlande »29. S’il est une expression dans le journal de Tone qui a fait fortune sortie de son contexte, c’est bien celle exprimant sa sympathie pour les « hommes sans biens ». Il ne l’utilisa qu’une fois, après le récit d’une discussion qu’il eut en mars 1796 avec Delacroix, représentant du gouvernement français : ce dernier avait refusé de laisser espérer une expédition d’envergure, laquelle, affirmait Tone, attirerait « les possédants dont on ne pouvait se passer pour former un gouvernement en Irlande ». Le contexte du moment montre clairement que les paroles de Tone n’étaient qu’un élément dans sa stratégie visant à convaincre les Français, lorsqu’il se disait prêt à affirmer que

  • 30 Life, ii, p. 46.

si les possédants refusent de nous soutenir, alors ils doivent tomber. Nous sommes capables d’agir seuls si nous sommes soutenus par la foule respectable de notre communauté, j’ai nommé les hommes sans biens30.

  • 31 Life, ii, p. 60-61.
  • 32 R.R. Madden, The United Irishmen : their lives and times, 2nd series, Londres, 1843, 2 vol., t. ii (...)

25Cependant il n’en continua pas moins à croire et à soutenir que les possédants prendraient la tête de la Révolution irlandaise en gestation, comme ils l’avaient fait en Amérique et en France31. Et de fait, dans tous ses écrits, il apparaît à l’évidence que Tone ne montra que peu d’intérêt et peu de compréhension à l’égard des pauvres, même si en Irlande ces derniers n’avaient cessé de tenir la vedette par plus de trente ans de révolte paysanne. Sur les questions sociales, comme sur la plupart des questions politiques, Tone était nettement plus conservateur que les autres chefs des Irlandais Unis issus de la même classe32.

  • 33 Life, i, p. 166 sq., 478 sq.

26Tone était cependant bien informé sur un aspect particulier de la rébellion paysanne : la politisation rapide d’une société secrète catholique, les Défenseurs, grâce à l’adoption par ceux-ci des idées venues de France et par la multiplication de leurs contacts avec ce pays. Dans son journal irlandais, Tone avait craint que le Comité catholique d’inspiration bourgeoise ne calmât l’agitation, mais dans sa « Pétition » capitale sur l’état de l’Irlande rédigée pour les Français en février 1796 il tient beaucoup à mettre l’accent sur la force du mouvement des « Défenseurs »33 :

  • 34 Life, ii, p. 379.

Le fait est qu’en juin dernier il réunit toute la classe paysanne des provinces d’Ulster, de Leinster et de Connaught, les trois quarts de la nation ; et je suis presque sûr que depuis il s’est étendu au Munster […]. Ces hommes que l’on nomme les « Défenseurs » sont parfaitement organisés sur le plan militaire, divisés selon leurs secteurs respectifs et dirigés par des officiers élus […] leur objectif est l’émancipation de leur patrie, le renversement du pouvoir anglais illégal et l’amélioration de la vie des malheureux paysans d’Irlande. Les yeux de tous ces « Défenseurs » sont tournés vers la France dont ils espèrent ardemment assistance et soutien34.

  • 35 Life, ii, p. 154.

27Les Français, pourtant, continuèrent à considérer la classe pauvre d’Irlande plutôt comme une réplique de la paysannerie catholique vendéenne, guidée par les prêtres et farouchement contre-révolutionnaire. Hoche demanda à Tone si l’on ne risquait pas de voir les catholiques installer un de leurs chefs comme roi d’Irlande35. Et tous les Français que connaissait Tone s’inquiétaient du rôle des prêtres, incrédules qu’ils étaient devant les prédictions désinvoltes de Tone selon lesquelles dès la victoire française le catholicisme irlandais aurait tôt fait de disparaître. De même, quand Hoche demanda :

  • 36 Life, ii, p. 174.

Qui étaient les Orangistes ? Je le lui expliquai et j’ajoutai que, pour ce qui était d’eux, il s’agissait d’un problème mineur que nous réglerions en trois jours à notre arrivée36.

  • 37 Life, ii, p. 215.

28Tone rédigea un « Discours aux Paysans d’Irlande » où il insistait à nouveau sur « les profits considérables que les paysans de France avaient retirés de la révolution » ; cependant on n’y retrouvait guère l’écho des doléances exprimées depuis longtemps par les sociétés secrètes agraires ; d’autre part il ne laissait pas augurer des rapports faciles avec la population locale au cas où les Français auraient débarqué37.

29Tone continua de tenir son journal durant les interminables heures d’attente dans la baie de Bantry. Mieux que toute autre source, ce journal fait bien comprendre un double souci : les conditions météorologiques et la peur de se voir pris au piège par la flotte anglaise ; ce qui conduisit à la décision brutale du 26 décembre, de « couper les amarres et prendre la mer dans l’instant ». Les quelques passages qui donnent un aperçu d’autres considérations politiques plus larges contredisent ce qu’on pense habituellement de Tone, mais confirment le tableau brossé par son journal pour l’année précédente. Le 23 décembre il écrivait :

  • 38 Life, ii, p. 260.

Je me trouve maintenant si près du rivage que je puis d’une certaine façon toucher les bords de la baie de Bantry de la main droite et de la main gauche, cependant Dieu seul sait si je foulerai encore un jour le sol de l’Irlande. Il y a une chose qui me surprend, c’est le sangfroid extrême avec lequel je regarde la côte. J’aurais pensé être très fortement ému ; pourtant je la regarde comme s’il s’agissait de la côte du Japon. Cependant je n’en aime pas moins mon pays pour ne pas avoir à son endroit des sentiments romantiques38.

30Nous pouvons laisser de côté le fait que, à bien des égards, l’ouest du comté de Cork était vraiment pour Tone un lieu étranger et exotique. Pourtant ces lignes nous rappellent que son nationalisme, de même que son républicanisme, avaient un fondement whig ancien, celui du Siècle des Lumières, et ne ressemblaient guère aux différentes nuances du républicanisme irlandais qui plus tard se réclamèrent de lui comme d’un fondateur. Ceci est encore plus clair dans ces lignes qu’il écrivit au moment où la flotte, réduite, quittait la baie de Bantry le 26 décembre :

  • 39 Life, ii, p. 266.

Eh bien, c’est la première fois que l’Angleterre en réchappe de si peu depuis l’affaire de l’Invincible Armada […]. N’y pensons plus. Nous avons perdu, n’en parlons plus. Je suis désormais français et dois régler mes projets d’avenir en conséquence. J’espère que le Directoire ne me chassera pas de l’Armée à la suite de cet échec malencontreux dont on ne saurait m’imputer la responsabilité personnellement […]. Je désire autant retourner en France que j’ai désiré revenir en Irlande39.

31Comme nous l’avons vu, il devait, durant le court laps de temps qu’il lui restait à vivre, se mettre conjointement au service de « la République » et de l’empire que Napoléon s’activait à fonder.

Notes

1 Life of Theobald Wolfe Tone written by himself and continued by his son ; with his political writings and fragments of his diary, W.T.W. Tone (éd.),Washington, 1826, 2 vol. Les autres références à cette source ou les citations qui en sont tirées et qui figurent dans le texte apparaissent sous le mot Life suivi du numéro du volume et du numéro de la page.

2 T. Dunne, Theobald Wolfe Tone : colonial outsider, Cork, 1982 ; B. Bradshaw « Nationalism and historical scholarship in Ireland », Irish Historical Studies, xxvi, no 104, novembre 1989, p. 324-351 ; M. Elliott, Wolfe Tone : Prophet of Irish Independence, Yale, 1989 ; T. Bartlett, « The burden of the present : Theobald Wolfe Tone, republican and separatist », in The United Irishmen : republicanism, radicalism and rebellion, D. Dickson, D. Keogh et K. Whelan (éd.), Dublin, 1993 ; The Best of Tone, P. Mac Aonghusa et L. Ó Réagáin (éd.), Cork, 1972 ; S. Cronin et R. Roche, Freedom : the Wolfe Tone way, Dublin, 1973.

3 Life, i, p. 51.

4 M. Elliott, Wolfe Tone…, p. 309.

5 Life, ii, p. 46-47.

6 Life, ii, p. 44.

7 Life, ii, p. 375-376.

8 Life, ii, p. 129.

9 Life, ii, p. 213, 496.

10 Life, ii, p. 131.

11 Life, ii, p. 262.

12 Life, ii, p. 14.

13 Life, ii, p. 78.

14 Life, ii, p. 134, 64.

15 Life, ii, p. 64.

16 Life, ii, p. 233-234.

17 Life, ii, p. 129.

18 Life, ii, p. 160.

19 Life, ii, p. 94.

20 Life, ii, p. 168.

21 Life, ii, p. 160.

22 Life, ii, p. 250.

23 Life, ii, p. 416.

24 Life, ii, p. 422-423.

25 Life, ii, p. 459-460.

26 Life, ii, p. 478-479.

27 Life, ii, p. 491-492.

28 M. Elliott, Wolfe Tone…, p. 377-379.

29 Life, ii, p. 375.

30 Life, ii, p. 46.

31 Life, ii, p. 60-61.

32 R.R. Madden, The United Irishmen : their lives and times, 2nd series, Londres, 1843, 2 vol., t. ii, p. 85-91.

33 Life, i, p. 166 sq., 478 sq.

34 Life, ii, p. 379.

35 Life, ii, p. 154.

36 Life, ii, p. 174.

37 Life, ii, p. 215.

38 Life, ii, p. 260.

39 Life, ii, p. 266.

Auteur

Professeur associé (histoire), University College, Cork

Émile-Jean Dumay (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540