Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

« L’invasion qui n’eut jamais lieu »

Aspects navals et militaires de l’expédition française en baie de Bantry, 1796

Thomas Bartlett
Traduction de Catherine Maignant

Texte intégral

  • 1 Pour plus de détails et références, voir mon chapitre « Defence, Counter-Insurgency and Rebellion  (...)

1Durant les années 1790, les autorités du Château de Dublin, siège du gouvernement d’Irlande, se trouvèrent confrontées à deux problèmes « sécuritaires » : tout d’abord, l’entrée en guerre contre la France révolutionnaire en février 1793 les obligeait à prévoir la défense de l’Irlande contre une incursion française ; elles devaient, en second lieu, mettre sur pied une politique efficace de lutte contre le problème croissant de l’agitation des campagnes irlandaises1. Le principal dilemme pour les autorités était que l’on ne pouvait appliquer la même politique dans les deux cas. D’un côté, la défense de l’Irlande impliquait inévitablement une concentration de soldats (accompagnés d’une provision suffisante de tentes, biscuits et bétail) sur les sites probables d’invasion ou à proximité, de façon à ce que l’ennemi soit, dès sa tentative de débarquement, repoussé par une armée bien équipée. De plus, selon les critères conventionnels de l’armée et de la marine une attaque potentielle se déroulerait très probablement sur la côte sud de l’Irlande ou au nord-est de l’île. La côte est de l’Irlande, avec Dublin à la clef, était exclue du fait qu’aucune flotte française ne courrait le risque énorme d’être prise au piège en mer d’Irlande, puis détruite par la Royal Navy. De même, les côtes ouest et nord-ouest de l’Irlande, entre la baie de Galway et le Lough Swilly, étaient-elles généralement éliminées comme point de départ possible d’une invasion du fait d’une mer dangereuse, de l’éloignement de la France et des énormes problèmes de ravitaillement dans l’éventualité où une armée parviendrait effectivement à atteindre le rivage. À l’inverse, il était bien établi qu’une concentration de forces servait les intérêts des principaux agitateurs, les Défenseurs, une société secrète très suivie.

  • 2 Voir T.Bartlett, « Defenders and Defenderism in 1795 », Irish Historical Studies, 24, 1984-1985, p (...)

2Les Défenseurs avaient été créés dans le comté d’Armagh dans les années 1780, mais au cours des années 1790, ils s’étaient répandus bien au-delà de ces limites2. En 1795, Lord Camden, le nouveau Lord Lieutenant, pouvait établir la liste de treize comtés, au sud de l’Ulster, au nord du Leinster et du Connacht, dans lesquels la société secrète s’était implantée. Ce qui se cachait véritablement derrière le mouvement demeurait mystérieux : on trouvait, liés de très près aux doléances agraires au sujet des dîmes, impôts et fermages, des slogans antiprotestants, des aspirations millénaristes à un monde transformé et, de manière inquiétante pour les autorités, des manifestations de soutien aux Français :

Les Défenseurs français défendront la cause
Les Défenseurs irlandais abattront les lois britanniques.

3De plus, les mesures répressives sévères à l’encontre des Défenseurs, exécutions sommaires, arrestations massives et service militaire obligatoire dans la marine britannique pour les suspects, n’eurent pas l’effet escompté. Les attaques de dépôts d’armes, les assassinats et les vols se poursuivirent sans répit en 1795-1796. Ce fut également pendant ces années qu’un fait nouveau inquiétant fut porté à l’attention des autorités de Dublin : le bruit courait que les Défenseurs faisaient cause commune avec les Irlandais Unis.

  • 3 Voir la bonne étude récente de N. Curtin : The United Irishmen, Oxford, 1994.
  • 4 En ce qui concerne les contacts des Irlandais Unis avec la France, voir l’ouvrage désormais classi (...)

4Fondée à Belfast en 1791, la Société des Irlandais Unis cherchait au départ à obtenir des réformes parlementaires par des moyens pacifiques et constitutionnels3. Cependant l’échec de son plan de réforme, l’entrée en guerre contre la France révolutionnaire et, tout particulièrement, l’offre d’aide militaire adressée par les Français aux pays en quête de liberté invitèrent les Irlandais Unis à s’intéresser à des méthodes plus directes pour parvenir à leurs fins. La Société fut interdite en mai 1794, après qu’il eut transparu au procès d’un agent français, le révérend William Jackson, que l’association avait établi des contacts séditieux avec les autorités françaises. Cette décision eut la conséquence involontaire d’éloigner les tièdes et les hésitants, et lorsque la société se fut reconstituée quelques mois plus tard, c’était une organisation secrète, dont les membres étaient liés par serment et qui se fixait pour objectif de mettre en place une république irlandaise avec l’aide militaire de la France. Theobald Wolfe Tone, compromis dans l’affaire Jackson puisqu’il avait informé le pasteur de la situation irlandaise, avait dû quitter l’Irlande pour éviter d’être arrêté. Il s’était rendu aux États-Unis mais n’y avait séjourné que peu de temps avant de s’embarquer pour la France, avec le projet de persuader les autorités françaises du bien-fondé d’une invasion de grande envergure en Irlande. Une fois à Paris, il s’avéra que Carnot, le ministre français de la guerre, et Hoche, le principal général français de l’époque, partageaient le point de vue de Tone. Ce dernier argua auprès des autorités françaises de l’énorme contribution irlandaise à l’effort de guerre britannique en termes d’hommes et de matériel pour recommander une invasion de l’Irlande comme le plus sûr moyen de blesser la Grande-Bretagne, peut-être mortellement. Il insista en outre sur le manque de fiabilité d’importantes parties des forces armées de la Couronne en Irlande et sur l’alliance embryonnaire entre les Défenseurs et les Irlandais Unis. D’autres Irlandais Unis, Arthur O’Connor, Lord Edward Fitzgerald et Edward Lewins, allèrent dans le même sens au cours de leurs négociations avec les autorités françaises et à la fin de l’année 1796, la décision de mener une invasion de grande envergure fut arrêtée4.

5Aux yeux des autorités de Dublin, cependant, la principale menace n’était pas une invasion française, mais une insurrection liée aux activités des Défenseurs dans les campagnes : la possibilité théorique d’une attaque française en Irlande perdait de sa pertinence immédiate face aux attaques, assassinats, saisies d’armes et rixes sectaires qui défrayaient quotidiennement la chronique dans de nombreuses régions d’Irlande. On fit en conséquence peu de cas des rumeurs selon lesquelles la France envisageait un débarquement et on préféra une politique anti-insurrectionnelle à une stratégie défensive. Il s’ensuivit inévitablement une dispersion des forces et le déploiement de centaines de garnisons minuscules dans les zones perturbées. En conséquence, en dépit de rumeurs fréquentes selon lesquelles les Français préparaient un raid contre l’Irlande, aucune mesure ou presque n’avait été prise pour résister à la France en cas de débarquement. Cette attitude optimiste des autorités du Château de Dublin envers la perspective d’une invasion française mérite une explication.

  • 5 Voir la précieuse étude des projets français d’invasion dans M. de la Poer Beresford, Ireland in F (...)
  • 6 Pour de nouvelles perspectives intéressantes sur la marine française sous la Révolution, voir W.J. (...)

6En premier lieu, elles pouvaient se réclamer de l’histoire pour soutenir leur choix d’accorder la priorité à la lutte anti-insurrectionnelle plutôt qu’à la défense, car aucune des nombreuses menaces d’invasion auxquelles l’Irlande avait été confrontée au cours du xviiie siècle n’avait abouti5. Pas une seule fois depuis 1689-1690 les Français n’avaient échappé à l’escadre britannique qui protégeait l’Irlande, pas une fois ils n’étaient parvenus à débarquer des troupes en nombre important (en 1759, le raid de Thurot qui avait alarmé les citoyens de Belfast et de Carrickfergus n’avait été qu’un raid, pas une invasion). De plus, si les Français avaient magistralement échoué à monter une expédition d’importance en Irlande depuis plus d’un siècle, il y avait de bonnes raisons de penser qu’ils n’avaient aucune chance de réussir davantage au cours des années postérieures au début de la Révolution française. Il paraissait évident en effet que la marine française avait notablement perdu de son efficacité depuis la Révolution car les exécutions et les purges avaient considérablement décimé les officiers de marine les plus expérimentés, dont beaucoup avaient également fui à l’étranger. La victoire britannique du « 1er juin glorieux », en 1794 et, bien plus, la reddition indifférente de la base navale de Toulon à la Royal Navy par des membres mécontents de la marine française avaient confirmé l’impression rassurante de la supériorité navale britannique sur les incapables et les traîtres de l’armée française6.

7Pour finir, il allait de soi qu’aucune invasion maritime ne pouvait être couronnée de succès à moins de commander les mers et il était clair que la France en était loin, étant donné la confusion perceptible dans laquelle s’était enfoncée la marine française depuis 1793. Dès les premiers temps de la guerre, les principaux ports français subirent un blocus qui consignait à quai les vaisseaux de ligne français. En décembre 1796, l’amiral Colpoys et ses navires de guerre rôdaient au large de Brest, tandis que son subordonné, Sir Edward Pellew, louvoyait avec ses frégates dans l’embouchure même de ce grand port naturel. Pendant ce temps, protégée par l’île de Wight, une importante flotte de réserve, sous le commandement de l’amiral Bridport, était ancrée à Spithead, attendant le signal de toute tentative française pour forcer le blocus. En dernier lieu, au large de la côte sud de l’Irlande, l’amiral Kingsmill était en station avec une petite escadre en mission d’escorte.

8Pour ces raisons évidentes, on appréhendait donc peu une invasion française par voie de mer : dans les milieux politiques et navals on redoutait même en fait de plus en plus de voir ces couards de Français continuer à tirer au flanc dans leurs ports et ainsi échapper à leur destin. Ainsi, lorsque l’on apprit, au cours de l’automne 1796, qu’une flotte se rassemblait à Brest pour engager une opération amphibie, peut-être à destination de l’Irlande, les Anglais se prirent à espérer que les Français tenteraient une sortie ; celle-ci s’achèverait en effet immanquablement par une destruction de leur flotte et des troupes qu’elle transportait. Un personnage important, le ministre de l’Intérieur britannique, le duc de Portland, n’hésita pas même à faire écho aux propos de Wolfe Tone en exprimant le sérieux espoir qui était le sien de voir les Français mener une expédition en Irlande. En novembre 1796, il déclara franchement qu’il souhaitait que les Français tentent une invasion de l’Irlande

  • 7 Portland à Camden, 29 novembre 1796, PRO, 100 / 62 / 348-349.

car il est peu probable qu’elle réussisse face à la vigilance et la supériorité des escadres qui guettent sa progression7.

9Rétrospectivement pourtant, il est clair qu’à cette date la saine confiance face à la menace française avait cédé le pas à une dangereuse suffisance : ce changement faillit mener l’Empire britannique au désastre.

  • 8 Pour une discussion plus détaillée sur les forces armées et la Couronne à cette époque, voir T. Ba (...)

10À ce stade de notre étude, il convient peut-être d’évaluer les forces dont le Château de Dublin disposait à la fin de l’année 1796. Les autorités avaient répondu par l’intransigeance à l’alliance de plus en plus évidente entre les Défenseurs et les Irlandais Unis. De nouvelles lois furent votées par le parlement de Dublin qui instituaient des couvre-feux, prévoyaient l’arrestation de suspects et prescrivaient de lourdes peines pour toute délivrance ou prestation de serment. L’Habeas Corpus fut suspendu et certaines zones se virent placées sous contrôle militaire. Au prix de grandes difficultés, un important réseau d’espionnage fut mis en place et à la fin de l’année 1796, le sous-secrétaire d’État Edward Cooke se trouvait au centre d’une véritable toile d’araignée d’informateurs, d’agents, d’espions et de renégats. Le problème des autorités de Dublin ne s’était jamais situé au niveau des renseignements car quantité de rapports étaient toujours parvenus au Château ; l’évaluation correcte des renseignements transmis constituait la réelle difficulté. Et en ce domaine, la réussite de la politique anti-insurrectionnelle choisie à la fin des années 1790 dépendait de l’aptitude de Cooke à jauger calmement et en toute impartialité les informations qui lui parvenaient. Les nouvelles lois draconiennes et la mise en place du réseau de renseignement du Château furent accompagnées de dispositions visant à accroître très sensiblement le nombre de soldats dont disposait le Château de Dublin8 et à diversifier leur provenance. Dans le courant de l’année 1793 une Milice irlandaise avait été mise en place. Fondée sur la division territoriale du comté irlandais, formée de soldats catholiques et d’officiers protestants (pour la plupart), ces milices étaient considérées à la fois comme unités défensives et comme une sorte de vivier pour l’armée régulière. Leur fiabilité faisait l’objet de graves inquiétudes ; en effet, lorsque Wolfe Tone avait défendu l’idée d’une invasion de l’Irlande auprès des autorités françaises, il s’était déclaré moralement certain que la Milice déserterait pour rejoindre l’armée française lorsqu’elle débarquerait en Irlande. En décembre 1796, il y avait en Irlande quelque 18 000 miliciens.

11Parallèlement à la Milice irlandaise, il y avait, fin 1796, quelque 9 000 soldats de la Garde territoriale. Ces derniers venaient d’Écosse pour la plupart et ils étaient arrivés en Irlande au cours de l’année 1795 de façon à faciliter le départ vers le front des Antilles des régiments de l’armée régulière alors cantonnés en Irlande. Ils n’avaient rien d’effrayant d’un point de vue militaire dans la mesure où ils avaient, pour la plupart, été jugés inaptes pour l’armée régulière. Le choix de substituer la Garde territoriale aux unités régulières eut pour effet de réduire la cavalerie régulière à 3 500 hommes et l’infanterie à 1 600 fin 1796. Les exigences du front des Antilles avaient été impitoyables, ce qui explique le faible nombre de troupes régulières qui demeuraient en Irlande à la fin de cette année-là.

12Il convient d’ajouter aux unités énumérées plus haut un corps de gardes nationaux de création récente. Les autorités du Château de Dublin avaient, de mauvaise grâce, donné leur accord pour sa mise en place en septembre 1796 et des volontaires s’étaient rués pour former à la fois une troupe de cavalerie et une troupe d’infanterie. Les gardes nationaux avaient une mission de police dans leurs comtés respectifs et, dans l’éventualité d’une invasion, ils avaient pour fonction d’assister la Milice, la Garde territoriale et l’armée régulière en surveillant les dissidents (supposés) dans leur région. Ces gens, pensait-on, étaient susceptibles de tirer profit de l’alerte pour monter une attaque de diversion. Les gardes nationaux, contrairement aux idées reçues, n’étaient pas tous protestants ; ils formaient encore moins une unité orangiste. Mais une très forte proportion des enrôlés étant originaire d’Ulster, ce corps acquit rapidement, dans cette province, une réputation de loyalisme militant, qui s’étendit bientôt à l’ensemble. En décembre 1796, il y avait peut-être 20 000 gardes nationaux, mais il s’agissait de novices qui n’avaient encore jamais vu le feu et qui n’étaient pas totalement équipés.

13Ces troupes, qui comptaient au total quelque 53 000 hommes, étaient partagées en cinq zones, en gros le nord, le sud, l’est, l’ouest et le centre, et elles étaient placées sous le commandement en chef de Lord Carhampton, qui s’était récemment illustré par sa conduite infâme dans le Connacht, où il avait été responsable de dragonnades, fin 1795.

  • 9 Le Château de Dublin avait évalué la situation avec une grande précision : 10 000 hommes pouvaient (...)
  • 10 T. Bartlett, « Indiscipline and disaffection in the armed forces in Ireland in the 1790s », in Reb (...)

14Quelques remarques d’ordre général peuvent être faites à propos de ces forces armées de la Couronne. Tout d’abord, ainsi que nous l’avons indiqué plus haut, elles étaient très dispersées ; il n’y avait de garnison importante qu’à Blaris, près de Belfast, et à Loughlinstown, près de Dublin. Si les Français parvenaient à débarquer une armée de taille respectable, il faudrait plusieurs jours pour mobiliser une troupe capable de l’affronter9. Deuxièmement la large dispersion des soldats avait eu, pensait-on, un effet détestable sur la discipline. Les hommes étaient fréquemment logés trop loin de leurs officiers pour être contrôlables et ils étaient souvent encouragés à passer outre les lois lorsqu’ils poursuivaient les insurgés des campagnes. De surcroît, du fait du relâchement de la discipline, de nombreux régiments de la Milice, en particulier, avaient été infiltrés à la fois par les Irlandais Unis et par les Défenseurs10. Troisièmement, les officiers des régiments irlandais comme les officiers supérieurs de l’armée régulière faisaient l’objet de nombreuses critiques. Beaucoup d’officiers irlandais étaient des absentéistes qui devaient leur nomination à des appuis politiques, tandis que la plupart des officiers d’état-major de l’armée régulière passaient pour médiocres, tout juste aptes à appliquer les mesures anti-insurrectionnelles et surtout trop incompétents pour servir ailleurs. Le débarquement français annoncé dans la baie de Bantry fin décembre 1796 constituerait un véritable test pour les forces armées de la Couronne.

  • 11 Ibid., p. 9-24.

15Hugh Gough a déjà décrit les mésaventures dont fut victime la flotte française qui fit voile depuis Brest ; un certain nombre d’observations s’impose cependant11. Premièrement, la flotte française parvint effectivement au large de la baie de Bantry, bien que tous les navires de guerre et les transporteurs de troupes ne soient pas arrivés en même temps. Cependant la Fraternité, avec Hoche, le commandant militaire, et Morard, le commandant des forces navales, à son bord n’arriva jamais, ce qui condamna l’expédition. Deuxièmement, on ne peut rendre le mauvais temps ni totalement ni même essentiellement responsable de l’échec de l’expédition. On ne peut accepter sans discussion le commentaire désespéré de Wolfe Tone selon lequel

  • 12 Cité par E.H. Stuart Jones, An Invasion that failed : the French Expedition to Ireland, 1796, Oxfo (...)

en dépit de nos erreurs, ce sont l’épouvantable tempête et les vents d’est qui n’ont cessé de souffler furieusement depuis notre départ pour la baie de Bantry qui nous ont menés à notre perte12.

16En réalité, les mauvaises conditions atmosphériques furent un atout plutôt qu’un handicap pour les Français : la tempête leur avait facilité la sortie du port de Brest ; elle avait rendu impossible une poursuite avisée de la part de la flotte chargée de maintenir le blocus ; elle avait retardé l’acheminement auprès de l’amirauté de la nouvelle vitale du départ des Français ; elle avait contribué à retarder le départ de Spithead de l’amiral Bridport ; enfin, elle avait permis à la flotte française de rentrer à son port d’attache sans subir d’attaque ennemie. De plus, durant les trois semaines au cours desquelles la flotte française ou certaines de ses composantes avaient été ballottées au large de la baie de Bantry, pas moins de trois éclaircies s’étaient brièvement manifestées, au cours desquelles un débarquement aurait pu être tenté. Les occasions ne furent pas saisies ; et l’on peut suggérer qu’une piètre habileté à la manœuvre et un commandement inepte (l’absence du charismatique Hoche fut sans doute cruciale dans ce contexte) eurent pour effet l’abandon de l’expédition re infecta.

17Comment la Royal Navy s’était-elle comportée dans cette situation d’urgence ? On oublie parfois que lorsque l’on examine l’expédition en baie de Bantry, on est en présence de deux, sinon trois, échecs. De toute évidence, les Français échouèrent dans leur tentative d’invasion ; mais les Britanniques échouèrent dans leur politique de communication et, de manière cruciale, ils échouèrent dans leur projet d’intercepter les Français que ce soit à l’aller ou au retour. L’échec britannique dans le domaine du renseignement dépasse le cadre de cet article ; mais le fait est que la flotte française rentra à bon port sans que la majorité des navires français ait ne serait-ce qu’aperçu un bâtiment anglais au cours de la traversée. Comment peut-on expliquer cet échec ?

  • 13 Cette présentation est inspirée par E.H. Stuart Jones, An Invasion that failed…, par P.B. Bradley, (...)

18Depuis sa frégate située au large de l’embouchure du port de Brest Sir Edward Pellew vit effectivement les Français partir, mais du fait d’une médiocre visibilité, il fut dans l’incapacité de contacter l’amiral Colpoys et la principale escadre responsable du blocus. De plus, Pellew s’imaginait très sérieusement que les navires avaient pour destination le Portugal. Le résultat fut que Colpoys n’apprit le départ des Français que le 24 décembre, mais, parce qu’il n’avait aucune idée de leur destination (lui aussi croyait en la probabilité du Portugal) il décida de ne pas bouger de son poste au large de Brest. Une frégate isolée fut dépêchée au Portugal pour confirmer la direction prise par la flotte française. Lorsque Colpoys finit par comprendre son erreur, lui et ses bâtiments furent pris par les vents d’est, qui sont très difficile à négocier, et il ne put établir le contact avec les autres vaisseaux britanniques qui louvoyaient au large de la péninsule du Lézard. Au lieu de cela, il se vit contraint de faire route vers Spithead. La nouvelle de l’arrivée des Français à Bantry avait en réalité précédé Colpoys et, le 22 décembre, l’amiral Bridport avait reçu l’ordre de faire immédiatement voile vers Brest afin de confirmer le départ de la flotte française, puis de se diriger vers le cap Clair. Le 24 décembre, cet ordre fut annulé et il fut instruit de se porter directement au cap Clair. Bridport fut incapable de compléter sa flotte avant le 25 décembre ; puis une collision entre deux navires, dont l’un s’échoua, fut à l’origine d’un nouveau retard ; des vents contraires, les 26 et 27 décembre, retardèrent encore le départ et Bridport ne put finalement appareiller avant le 3 janvier. Cinglant vers Brest avant de faire route vers l’Irlande, il arriva trop tard pour intercepter les Français13.

19Le triste catalogue de méprises, erreurs de calcul et autres preuves d’incompétence fut la conséquence directe d’une confiance présomptueuse en la supériorité navale britannique et de la conviction totalement injustifiée que le blocus tel qu’il était alors conçu était efficace. Étonnamment, bien que l’amiral Richery et ses navires corsaires se fussent échappés de Rochefort début 1796, qu’ils eussent atteint Terre-Neuve, pillé les possessions britanniques, et qu’il fussent rentrés triomphants, aucune leçon n’en avait été tirée par l’amirauté. L’attitude de Colpoys au large de Brest est inexplicable : on a clairement l’impression qu’il n’avait aucune envie de se battre contre les Français. Et l’on aurait tort de négliger la terne performance de Bridport à Spithead : il lui fallut trois semaines pour appareiller « immédiatement » ; il fut pris à agir en violation d’ordres permanents en résidant à plusieurs kilomètres du port, à l’intérieur des terres ; il y avait enfin trop de vaisseaux en réserve et trop peu qui fussent engagés à maintenir le blocus (ceci, toutefois, n’était pas de la responsabilité de Bridport). En dernier ressort, cependant, l’incompétence et la confusion dans les rangs britanniques étaient sous-tendues par la certitude que les Français seraient incapables de mettre sur pied une attaque cet hiver-là. Une telle suffisance faillit déclencher la fureur de Némésis :

Oh où était Hood et où était Howe
Et où donc Cornwallis ;
Où étaient Colpoys, Bridport ou Pellew
Et tous leurs braves ?

20Si la réponse navale à l’état d’urgence provoqué par la sortie française fut de qualité médiocre, la préparation à un affrontement terrestre fut à la fois inepte et chaotique. Dans la deuxième moitié de 1796, on avait envisagé des mesures visant à résister à une invasion, mais en réalité pratiquement rien n’avait été fait. La priorité avait été accordée, nous l’avons vu, à la politique anti-insurrectionnelle et, en conséquence, il n’y avait aucune troupe d’importance en cantonnement sur la côte sud ou à proximité ; il n’y en avait en fait nulle part en dehors de Dublin et Belfast. Il était impardonnable que les mesures minimales requises dans différents plans militaires n’eussent en réalité pas été appliquées – la construction de dépôts d’approvisionnement à Waterford, Clonmel, Cork, Bandon, Limerick et Galway, ou la mise en place de balises de communication. En conséquence, même si une armée importante avait été rassemblée pour repousser les Français, on ne voit pas bien comment ses hommes auraient pu être ravitaillés. Sur cette base seulement, si Cork avait été prise par les Français, ce qui aurait sans aucun doute résolu tous leurs problèmes de ravitaillement, il aurait fallu des mois pour qu’une armée bien équipée pût défier les assaillants dans le Munster.

21De plus, de la même manière qu’aucune chaîne de balises de communication n’avait été mise en place, il n’y avait aucun contact direct entre Lord Camden au Château de Dublin et l’amiral Kingsmill à bord de son navire au large de la côte sud de l’Irlande. Camden avait en fait invité Kingsmill au Château de Dublin en septembre 1796 afin de discuter des questions de défense, mais Kingsmill n’avait pas répondu à l’invitation. Il existait peut-être une armée irlandaise, mais il n’y avait pas de marine irlandaise, et Kingsmill répondit à l’Amirauté à Londres, mais pas au Château de Dublin. Ainsi, lorsque les Français se présentèrent au large de Bantry, Kingsmill ne vit aucune raison d’en informer Camden. Le 26 décembre, Camden écrivit à Kingsmill pour s’indigner de ce que l’arrivée des Français lui eût été cachée et de ce qu’il n’eût pas été avisé de « l’opinion de professionnels de haut rang » concernant cette situation de crise. Il écrivit également au comte Spencer à l’Amirauté pour s’élever contre le « silence complet » de Kingsmill. En réalité, Camden avait été tenu bien informé par son agent sur les lieux, le major Brown, un officier du génie ; néanmoins, l’absence d’information de la part de Kingsmill était une humiliation.

22Le 26 décembre 1796, Camden révéla à son terne commandant en chef, Carhampton, la teneur de ses réflexions laborieuses : il lui annonça que, tenant compte des renseignements livrés par le général Dalrymple de Cork, de l’opinion du capitaine Boyle de la Royal Navy, des observations d’autres témoins (dont le major Brown) et de la confirmation du départ des Français du port de Brest, il était parvenu à une conclusion. Ces circonstances, écrivit-il,

ne me laissent aucun doute quant aux intentions hostiles de la flotte qui est apparue il y a quelques jours au large de la baie de Bantry.

23Carhampton reçut l’ordre de mobiliser une armée de puissance suffisante pour marcher à la rencontre des Français, s’ils devaient débarquer : de manière symptomatique, il reçut des instructions pour ne pas la commander en personne, mais pour demeurer à Dublin où il était indispensable.

24En conséquence, trois colonnes furent préparées le 26 décembre au soir sous le commandement respectif des généraux Eustace, Crosbie et Dundas : en raison de « la rigueur du temps, [de] la brusquerie du départ et [de] l’inexpérience des troupes », on distribua aux hommes des rations supplémentaires et une quantité généreuse d’alcool. Le lendemain cependant, après que les troupes eurent avancé péniblement en direction du sud dans des conditions épouvantables, Carhampton conclut qu’il n’y avait aucun danger de voir les Français débarquer à Bantry et il expédia des dépêches ordonnant à ses colonnes de faire halte : Crosbie à Kilkenny, Eustace à Cashel et Dundas à Roscrea. Carhampton redoutait que les Français, contrariés dans leurs projets en baie de Bantry, ne remontent la côte sud-ouest de l’Irlande et ne tentent un débarquement soit à l’embouchure du Shannon, d’où ils feraient route vers Limerick, soit dans la baie de Galway, peut-être au port de Galway même. En conséquence, ses colonnes, stratégiquement placées pour pouvoir intervenir à l’ouest, au sud-ouest ou même au sud, à Cork, devaient désormais attendre de connaître le sens de la manœuvre française.

  • 14 Lettre du capitaine Elphinstone, à bord du Monarch, port de Cork, à Camden, Château de Dublin, 30 (...)
  • 15 Lettre de Vallancey à Abercorn, 19 juillet 1797, PRONI, t 2541 / 1 c5 / 4.
  • 16 H. Montgomery Hyde, The Rise of Castlereagh, Londres, 1933, p. 171-174.
  • 17 Lettre de Thomas Pelham au duc d’York, 4 janvier 1797, in Documents relating to Ireland, 1795-1804(...)

25En réalité, malgré cette disposition, méthodique sur le papier, une pagaille complète s’ensuivit sur le terrain. Il est évident qu’en dépit de son importance symbolique, Cork aurait été abandonnée, le cas échéant, avec ses réserves considérables de provisions. Les trois colonnes mobilisées par Carhampton représentaient à peine 9 000 hommes en tout et ils n’auraient sans doute eu aucune chance de s’imposer en face des 15 000 vétérans français, « soldats choisis vêtus d’écarlate », menés par le charismatique Hoche14. De surcroît, il y avait quelque 1 600 prisonniers de guerre français dans la région de Cork, ce qui constituait un souci supplémentaire pour les autorités du Château de Dublin ; en effet, on présumait que ces prisonniers feraient cause commune avec les ennemis. À Limerick, les troupes s’étaient, dans le plus grand désordre, préparées à répondre à une menace française potentielle : le général Charles Vallancey de service à la Milice écrivit à un correspondant : « La confusion qui régnait ici [à Limerick] était indescriptible »15. Lord Castlereagh, à la tête de la Milice de Derry, en marche de Limerick à Cork, nota que « M. Whiskey » avait causé quelques torts à la discipline des hommes mais que c’étaient les ordres contradictoires des généraux Dalrymple et Smith qui les rendaient le plus furieux16. Le premier était vieux et obèse et il avait manifesté son manque d’énergie dans son précédent poste, l’arène sectaire d’Armagh. En préparant sa marche vers Bandon, la priorité qu’il avait accordée à son propre approvisionnement en poivre de Cayenne et en câpres avait provoqué des murmures parmi ses subordonnés et les observateurs. Dans une lettre adressée au Château de Dublin, un magnat local, Lord Longueville, fit la remarque que les généraux en poste dans la région du Munster « ne valent pas tripette » et il rapporta que lorsque « Dalrymple eut une attaque à Dunmanway et tomba de sa chaise, ses hommes furent navrés qu’il s’en remît ». Les autorités du Château de Dublin furent informées par diverses sources que des généraux abandonnaient leurs soldats et se cherchaient des cantonnements agréables pour eux-mêmes17. Néanmoins, en dépit des marches et contremarches, de l’incompétence et du manque de préparation, l’Irlande ne fut pas envahie et les Français repartirent. Quelles leçons furent tirées de toute cette histoire et quel sens peut-on accorder à « l’invasion qui n’eut jamais lieu » ?

26Suite à la confirmation du départ des Français, le chef de cabinet de Camden, Thomas Pelham, soutint qu’il était désormais

  • 18 Ibid.

temps de méditer ce qui s’était passé, et, tout comme des marins après une tempête, nous ne devrions pas tarder à examiner notre vaisseau, à colmater toutes les fuites et, j’en suis persuadé, à consolider la charpente18.

  • 19 Lettre de Clare à Auckland, 2 janvier 1797, PRONI, t 3229 / 1 / 11 ; lettre de Camden à Portland, (...)
  • 20 Lettre de Camden à Portland, 10 juillet 1797, PRO, HO 100 / 69 / 62-66.
  • 21 À propos des réactions de Cork et Galway, voir les documents des Archives nationales à Dublin, Reb (...)

27Une enquête fut diligentée immédiatement, qui déboucha au départ sur des conclusions positives. « La Providence », remarqua Lord Clare, « nous est venue en aide » ; il s’était en effet agi d’une « délivrance providentielle », argua Camden. Ce n’était pas la première fois qu’un « vent protestant » avait sauvé l’Irlande ; et c’était naturellement rassurant, comme la confirmation de l’incompétence des Français et de leurs piètres qualités de marins19. De plus, tandis que l’on convenait communément que la réponse militaire à la situation d’urgence avait été, dans l’ensemble, plutôt désastreuse, l’on s’accordait à penser que la performance de la Garde nationale nouvellement créée constituait une réussite indiscutable. Ses unités avaient été mobilisées rapidement et s’étaient vu confier des missions de garnison, tandis que leurs officiers, « des hommes dont le revenu se situait au niveau de trois à quatre mille livres par an », n’avaient pas jugé indigne de porter des dépêches urgentes ou d’escorter des convois de bagages20. Finalement, le pays était demeuré en paix ; les évêques catholiques s’étaient comportés magnifiquement (le Dr Moylan de Cork faisait l’objet d’une mention spéciale) et, dans le sud du pays, la population manifestait des signes très positifs de loyauté21. Camden nota que les habitants de cette région avaient évacué la neige de la route sur laquelle les troupes en marche avançaient, et ils avaient partagé leurs maigres vivres avec les soldats. À Carlow, une souscription avait été ouverte pour les troupes, et à Limerick et à Cork, la population les avaient aidées à transporter l’artillerie. « En bref », conclut Camden,

  • 22 Lettre de Camden à Portland, 3, 10 janvier 1797, PRO, HO 100 / 69 / 23-24, 62-66.

la disposition favorable des populations du sud et de l’ouest était si manifeste que si les ennemis avaient débarqué, ils eussent été infiniment déçus dans leurs espoirs d’assistance22.

  • 23 Lettre de Cooke à Auckland, 10 juillet 1797, PRONI, t 3229 / 2 / 19.

28En dehors de cela, il y avait fort peu de raisons de s’autoféliciter ; et même les manifestations de loyauté n’étaient, en privé, pas prises au sérieux. « Si nous avions eu à faire à un véritable débarquement », remarqua Cooke, « c’eût été une tout autre histoire, je le crains »23. Quant au général Dalrymple, il nota dans son rapport concernant la crise :

  • 24 Lettre de Dalrymple à Pelham, 1er février 1797, KAO, u 840 / 0163 / 5 / 2.

Tant que nos Aigles font sus à l’ennemi, le peuple nous suivra sans doute ; mais si nos étendards font volte-face, [railla-t-il,] eux aussi feront probablement volte-face24.

29C’est cependant la réaction butée du nord de l’Irlande, de Belfast tout particulièrement, qui causait le plus d’inquiétude, car, tandis que le reste de l’Irlande avait donné des preuves au moins superficielles de loyauté, ce n’était pas le cas au nord.

30Les rapports que Camden avait reçu de ses informateurs dans cette région étaient si « infiniment alarmants » qu’il ne put se résoudre à donner l’ordre aux troupes d’Ulster de rejoindre les colonnes qui marchaient sus aux Français : Pelham expliqua que

  • 25 « Sketch delivered by Mr. Pelham to the Duke of York on the Military State of Ireland », s. d. (dé (...)

la désaffection des habitants du nord… imposait de considérer les unités cantonnées dans cette zone comme une armée distincte25.

  • 26 Lettre de Pelham à Chichester (Souverain de Belfast), 25 décembre 1796, Archives nationales, Rebel (...)

31Dès qu’il avait eu vent de l’arrivée des Français au large de Bantry, Pelham avait immédiatement ordonné la destruction du Northern Star, le journal publié par les Irlandais Unis à Belfast, dans l’éventualité d’un débarquement26. Mais une réponse mieux calculée et plus draconienne fut annoncée après le retour des Français à Brest. Camden avait promis de prendre des « mesures sévères » à l’encontre du nord et, au cours des premiers jours de la nouvelle année, le général Lake reçut l’ordre de prendre la direction d’une armée dont la mission serait de désarmer la province. Lake se vit conférer des « pouvoirs discrétionnaires », ce qui, pour reprendre les termes employés par Camden, signifiait

  • 27 Lettre de Camden à Portland, 8 janvier 1797, PRO / HO 100 / 69 / 7-9 ; T. Bartlett, « Defence, Cou (...)

qu’il ne devait point tolérer de voir bafouer la cause de la justice par une sensiblerie dont les magistrats auraient pu être à l’origine27.

  • 28 Lettre de Portland à Camden, 2 janvier 1797, PRO, HO 100 / 71 / 3-4.
  • 29 Voir T. Bartlett, « Defence, Counter-Insurgency… », p. 270.

32Portland avait précédemment regimbé contre la sévérité des peines encourues au titre de l’Acte d’Insurrection de 1796, mais maintenant, ébranlé par l’idée qu’une invasion française avait failli se produire, il exprima son soutien plein et entier à ces mesures répressives. « Il est difficile », nota-t-il amèrement, « d’établir une distinction entre indifférence et désaffection »28. À la suite des événements de la baie de Bantry, l’assaut fut déclenché, en Ulster, contre les Irlandais Unis. « Le gouvernement », écrivit Camden, « visait à semer l’épouvante »29.

  • 30 Déposition de Joseph Harvey, marin, 5 janvier 1797, PRO, HO 100 / 71 / 39-40. Voir le message impr (...)
  • 31 Lettre de Camden à Portland, 8 mars 1797, PRO, HO 100 / 69 / 128-130.
  • 32 En français et en italiques dans le texte (N.D.T.).
  • 33 Lettre de Dundas à Camden, 2 octobre 1797, PRONI, t 2627 / 4 / 80.

33L’institution de la terreur en Ulster constituait une forme de réponse à la désaffection manifestée durant le moment de panique qui avait accompagné la peur d’une invasion ; la ferme résolution de rendre les forces armées plus efficaces en les purgeant de leurs éléments déloyaux en fut une autre. Les Français avaient de toute évidence escompté que les fourbes, notamment au sein de la Milice irlandaise, retourneraient leur veste et se joindraient à eux. Lorsque Joseph Harvey, un marin qui avait été pris par les Français, puis relâché, fut interrogé à son retour à Bantry, il révéla que les Français « tiennent pour acquis le soutien de la Milice » ; mais cette révélation ne surprit personne, car les autorités du Château de Dublin étaient déjà parfaitement au courant des tentatives effectuées pour suborner des membres des forces armées de la Couronne30. La crise de la baie de Bantry fut à l’origine d’une rafale d’ordres divers et d’enquêtes ; des cours martiales furent finalement réunies, qui, en l’espace de quelques mois, condamnèrent à mort une vingtaine de soldats et en exilèrent des dizaines. À la suite des événements de la baie de Bantry, les généraux furent également l’objet d’une investigation minutieuse ; et leurs performances furent jugées décevantes. En quelques mois, le général Stewart, souffrant d’apoplexie et considéré « totalement inutile » par Camden, fut contraint de quitter l’armée ; le général Amherst, qualifié par Clare de « méthodiste fou », et accusé par ses camarades officiers d’avoir parfois recours à « un langage très suspect », se vit, peu de temps après, infliger le même sort ; quant au général Dalrymple, dont la fine intelligence militaire était contredite par son apparence physique, il fut rapidement mis à la retraite31. Même le commandant en chef, Carhampton, ne fut pas épargné. Camden n’avait jamais eu confiance en lui et ne l’avait, quatre mois plus tôt, recommandé pour le poste que parce qu’il n’y avait personne d’autre ; il fut la victime la plus notable de l’expédition française en baie de Bantry. Camden put se dispenser des services de Carhampton car il savait qu’il n’aurait aucun mal à trouver quelqu’un de meilleur. Ironiquement, tant que l’Irlande avait été synonyme d’ennuyeuses missions de garnison et d’assistance aux autorités civiles, les meilleurs généraux avaient boudé le poste. La menace d’une invasion française et la perspective d’une nouvelle tentative changea tout cela. L’Irlande était désormais un champ d’opérations sur lequel on pouvait gagner réputation, honneur et gloire : elle pouvait passer pour une Italie de l’ouest aux yeux d’un général britannique ambitieux. Lord Cornwallis, vétéran d’Amérique et d’Inde, fut contacté, mais c’est le général Ralph Abercromby, « entre nous32, l’un des meilleurs, sinon en réalité le tout meilleur officier au service du roi », qui releva le défi33. Il se mit en devoir de reconstituer l’armée irlandaise, de lui imposer une discipline et de la placer sous contrôle militaire strict. Ses efforts en ce domaine eurent pour effet de provoquer un incident avec le Château de Dublin et, à la suite de ses fameux « Ordres Généraux » de février 1798 dans lesquels il dénonçait la discipline des troupes placées sous son commandement, il n’eut d’autre choix que de démissionner. Son départ donna le signal d’une répression militaire accrue qui, en l’espace de quelques mois, allait déclencher le soulèvement de 1798.

34La Royal Navy mena également une investigation concernant ses propres performances durant la crise, mais celle-ci, ainsi qu’il était peut-être prévisible, la disculpa totalement. Son incapacité à intercepter les Français fut excusée car

  • 34 « Narrative of the Proceedings of the Squadron… », janvier 1797, KAO, u 840 / 0170 / 18.

bien qu’il eût été annoncé que les ennemis envisageaient une attaque de l’Irlande, […] les renseignements transmis invitèrent plutôt à croire que les opérations sérieuses allaient selon toutes probabilités se dérouler sur les côtes portugaises34.

  • 35 P.B. Bradley, Bantry Bay…, p. 98 ; lettre de Spencer à Camden, 20 janvier 1797, PRONI, ct 2627 / 4 (...)
  • 36 L’amiral John Byng (1704-1757), incapable d’arriver à temps pour contrer l’attaque française à Min (...)
  • 37 En français dans le texte (N.D.T.).

35Les critiques cinglantes énoncées par le parlement britannique furent vigoureusement rejetées ; et Lord Spencer, de l’Amirauté, trouva même le temps de s’indigner auprès de Camden de l’ingratitude témoignée à la Royal Navy par le parlement irlandais au cours du débat portant sur l’invasion avortée35. La baie de Bantry n’allait manifestement pas produire son Byng36 pour encourager les autres37 ; et pourtant, malgré un parti pris de défense de l’action de la Royal Navy, certaines leçons avaient en fait été tirées à propos de l’efficacité du blocus tel qu’il était pratiqué alors, et elles allaient discrètement porter leurs fruits quelques mois plus tard.

  • 38 E.H. Stuart Jones, An Invasion that failed…, p. 200-201.

36Colpoys fut rapidement écarté, officiellement en raison de la manière déplorable dont il géra la mutinerie de Nore à quelques mois de là, mais on soupçonna que sa piètre performance au large de Brest n’était pas totalement étrangère à son infortune. De même, si l’amiral Bridport fut officiellement soutenu dans les semaines qui suivirent les événements de la baie de Bantry, il fut, au bout de quelques mois, remplacé par Lord St. Vincent, qui rénova l’organisation du blocus en mettant sur pied un système de gardes par roulement de façon à maintenir les capitaines sur le pied de guerre et en occupant un bien plus grand nombre de navires de réserve à des missions de blocus38. Bridport s’était montré incapable de reconnaître qu’aucune bataille navale ne se gagnait jamais au port ; et c’est la tactique de St. Vincent qui retint la flotte française prisonnière jusqu’à ce qu’elle fût détruite à Trafalgar en 1805.

37En définitive, la leçon essentielle de l’épisode de l’attaque française en baie de Bantry fut peut-être celle qu’en tirèrent les loyalistes irlandais. Le Château de Dublin les avait abandonnés ; le renseignement britannique n’avait pas tenu ses engagements à leur endroit ; la Royal Navy ne les avait pas protégés ; quant aux généraux et amiraux, ils avaient singulièrement manqué d’envergure. Seule la Garde nationale, leur propre corps, avait accompli son devoir dignement. Une fois de plus, les loyalistes irlandais avaient compris qu’ils ne pouvaient compter que sur eux-mêmes ; ceci apparut très nettement lors de l’insurrection de 1798. Là peut-être réside le véritable sens de « l’invasion qui n’eut jamais lieu » ?

ANNEXE : Lettres du major John Brown, officier du génie, Cork au comte de Camden, Lord Lieutenant, Château de Dublin, 22 décembre 1796-3 janvier 1797

1 – Lettre du major Brown, Fort de Cove, à Lord Camden, Dublin, 22 décembre 1796 (KAO, Pratt Papers, u 840 / 0170 / 1)

38Monseigneur,

39Je n’ai pas jugé nécessaire de troubler Votre Excellence lors de la dernière alerte car je savais que l’amiral [Kingsmill] vous avait préalablement fait parvenir, au sujet de la nature de l’escadre réputée française, des informations plus fiables que celles dont j’étais détenteur. On sait maintenant que ces bâtiments font partie de l’escadre de l’amiral Mann, dont l’amiral Kingsmill a reçu une dépêche l’informant que l’un de ses croiseurs avait capturé un navire corsaire.

40Je n’ai aucune nouvelle particulière à communiquer à Votre Excellence. Une seule frégate demeure au port. Tous les autres bateaux font voile vers l’ouest ; un ou deux sont attendus aujourd’hui et le Kangeroo demain.

41J’ai dû faire diligence depuis mon arrivée ici, et j’espère réduire bientôt l’énorme dépense dont est responsable notre service ainsi que son train dispendieux. Des impôts de toutes sortes sont prélevés qui dépassent l’imagination et le salaire extravagant qui a été offert aux artisans et aux hommes de peine semble n’avoir eu pour effet que d’encourager l’indolence et la prévarication.

42Les terribles gelées ont eu des effets si déplorables que j’ai dû fermer tous les postes sauf Fort Camden dont l’état était si pitoyable que je dois poursuivre la réfection grossière et temporaire du gros œuvre délabré en attendant que l’Office [des Casernes] donne son accord à un plan de réparations plus satisfaisant que je soumettrai aux autorités compétentes lorsque je me rendrai à Dublin. Je ne désespère pas de terminer le travail sur le terrain suffisamment vite pour pouvoir réaliser ce projet avant la fin de l’hiver. Je vous prie, etc.

2 – Lettre de Brown, Cork, à Camden, Dublin, 23 décembre 1796, 4 heures de l’après-midi (KAO, u 840 / 0170 / 2)

43[Aucune salutation]

44Je suis venu ce matin en raison de la situation alarmante dont Votre Excellence est déjà informée. Aucun renseignement n’est parvenu de Bantry depuis ce matin et, bien que toutes les dispositions soient prises ici pour refouler l’ennemi, personne ne croit qu’il sera nécessaire de les mettre en œuvre. J’ai vu ce matin l’amiral [Kingsmill] qui est nettement d’avis que ces vaisseaux ne peuvent en aucun cas être français car les vents dont nous subissons les assauts depuis quelques jours ne les auraient jamais poussés jusqu’ici. Il dit qu’il s’agit selon toutes probabilités du convoi de Lisbonne ou de Québec, ou encore de John Jervis, en provenance de Méditerranée, que l’amiral Mann déclarait attendre lorsqu’il croisa l’escadre de l’amiral Kingsmill au large du Cap Clair, il y a quelques jours.

45La Milice de Galway [trois mots trop pâles pour être lisibles] et le régiment de Waterford ont rejoint Bandon et Dunmanway avec quatre [canons] légers de six et des ordres ont été donnés pour que, si nous devions nous trouver face aux ennemis, nos hommes éloignent le bétail, dévastent et ravagent tout le pays de façon à rendre aussi difficile que possible leur progression vers cette ville [Cork] ; et j’ai des raisons d’espérer que nous serions en état de leur résister jusqu’à ce que des renforts viennent nous porter assistance.

46Les unités de gardes nationaux sont ici extrêmement actives et utiles, et cette ville-ci paraît extrêmement loyale. 1 200 hommes seront à Bandon dès cette nuit et, dans le courant de la journée de demain, environ 4 000 seront rassemblés autour de Bandon et Dunmanway. Les compagnies légères doivent se porter vers Dunmanway dans la matinée, en compagnie de l’artillerie. Si tout ceci devait en définitive s’avérer une fausse alerte, toute cette activité aurait le mérite de montrer la promptitude des populations et la grande absence de préparation spécifique pour ces déplacements rapides.

477 heures : le capitaine Cotter, qui est parti en reconnaissance à Bantry ce matin, vient de m’adresser une dépêche de Drumaleague, où il a rencontré M. White [qui fuyait] Bantry avec sa famille. Cette dépêche ne m’apprend rien de [définitif ?], si ce n’est qu’une flotte composée de 25 vaisseaux de grande taille est en train de pénétrer dans la baie de Bantry. L’amiral demeure convaincu qu’ils ne peuvent être français ; les récits que l’on en a faits sont jusqu’ici rassurants mais, dans une certaine mesure, contradictoires. Les bateaux qui ont été dépêchés de Bantry en quête d’informations ont tous été retenus, ce qui paraît inquiétant.

48J’ai grande honte à vous adresser ceci, mais si vous aviez connaissance de la précipitation et de la confusion dans laquelle nous travaillons ici, vous m’excuseriez sans doute. Je vous prie, etc.

3 – Lettre de Brown à Camden, samedi 24 décembre [1796], 1 heure du matin (KAO, u 840 / 0170 / 3)

49Monseigneur,

50Une dépêche adressée à l’amiral, datée du 22 [décembre] en mer, m’apprend à l’instant qu’il fait peu de doute que la flotte aperçue dans la baie de Bantry soit française. Le capitaine Boyle, qui a expédié ce courrier, s’est rendu en Angleterre pour en informer l’Amirauté. Les troupes sont toutes en mouvement et, comme le vent est contraire aux ennemis, j’espère que nous aurons suffisamment de temps pour investir les postes les mieux fortifiés avant qu’ils ne soient à même de débarquer. Il paraît que certains vaisseaux se trouvent à présent à Bearhaven, mais le pays est si bien armé et les routes si mauvaises de là à Bantry que j’ai du mal à croire qu’ils tenteront d’accoster en ce lieu, et j’incline à penser qu’ils pousseront jusqu’à Bantry. Je vous prie, etc.

51[Post-Scriptum]

52L’amiral est ici et il aurait aimé écrire à Votre Excellence, mais il ne dispose d’aucun renseignement hormis ce que contiennent les dépêches du général [Dalrymple]. Je dois, demain, me porter en avant avec les troupes.

53J. B.

4 – Lettre de Brown, Bandon, à Camden, Dublin, 24 [décembre 1796], 6 heures du soir (KAO, u 840 / 0170 / 4)

54[Aucune salutation]

55Je me suis porté jusqu’ici avec le général Dalrymple et nous avons trouvé à notre arrivée une dépêche de M. White de Bantry, qui est partie ce matin à 3 heures. Il avait, hier soir, compté la flotte et il affirme qu’elle se compose de 60 navires dont 13 à 17 vaisseaux de ligne. Ils louvoyaient alors à l’entrée de la baie de Bantry, confrontés à des vents contraires. M. White ajoute avoir connaissance de la présence de 6 bâtiments de guerre anglais à Crookhaven. Il leur a envoyé une dépêche pour les avertir du péril qui les menaçait.

56Un officier arrive à l’instant de Dunmanway. Il dit en être parti à 4 heures, avant quoi il a vu un gentilhomme qui a quitté Bantry à 9 heures et qui l’a informé que la flotte louvoyait toujours ; à Dunmanway par contre, on a entendu un feu nourri. Dieu fasse que ce soit la flotte britannique. La poste part à l’instant. Je me rends à Bantry demain. Je vous prie, etc.

5 – Lettre de Brown, Dunmanway, à Camden, Dublin, 25 décembre 1796, 10 heures du soir (KAO, u 840 / 0170 / 5)

57Monseigneur,

58Les nouvelles les plus fraîches et les plus dignes de foi concernant la situation à Bantry me sont transmises à l’instant par le lieutenant Pelling de la Royal Navy, datées de 4 heures cet après-midi. J’apprends que la flotte a jeté l’ancre au large de Bearhaven à 6 heures hier soir. Elle se compose de 17 bâtiments, dont 8 vaisseaux à deux ponts, des frégates, des lougres et quelques navires de grande taille dont il n’a pu voir s’il s’agissait ou non de bâtiments de guerre. Il apparaît donc que l’essentiel de la flotte a été éloigné par les vents et demeure invisible depuis cette partie de la côte. Il vente extrêmement frais depuis la nuit dernière, légèrement en direction du sud-est. Si j’osais émettre une opinion, je m’aventurerais à les considérer en posture fâcheuse et périlleuse.

59Je me tiens aux ordres du général Dalrymple et il me tarde de me rendre compte par moi-même de la situation de cette flotte. Le général Coote et le général Dalrymple sont tous les deux ici et ils ont l’intention de se porter à Bantry demain matin. Mais nous avançons lentement.

60Je me permets d’espérer que vous accepterez de me rappeler au souvenir de Lady Camden et je vous souhaite à tous un joyeux Noël, convaincu comme je le suis qu’une attaque n’est point à redouter ici. Tant que ce temps durera, les circonstances leur demeureront contraires. Il fait un froid intense et il gèle si fort que les déplacements sont très difficiles. Je vous prie, etc.

6 – Lettre de Brown, Bantry, à Camden, Dublin, lundi 26 décembre [1796], 2 heures de l’après-midi, incluant un mémorandum d’une conversation avec M. White et le lieutenant Pelling, de la Royal Navy (KAO, u 840 / 0170 / 6)

61Monseigneur,

62Le mémorandum ci-dessus contient la substance d’une grande partie de la conversation que j’ai eue avec M. White et le lieutenant Pelling de la Royal Navy qui m’a été dépêché sur un cotre par l’amiral Kingsmill, mais qui est arrivé jusqu’ici par voie de terre depuis Castlehaven. Il est maintenant ici et il semble persuadé qu’aucune flotte au monde n’aurait pu étaler la tempête que nous avons subie ces derniers jours par une mer profonde de 40 brasses comme c’était le cas là où se trouvaient les Français. Un messager vient d’arriver, qui est l’homme de confiance de M. White. Il affirme que la flotte a levé l’ancre, qu’il était en position de voir parfaitement le lieu où elle avait mouillé, mais qu’il n’y avait plus aucun navire en vue.

63La journée est très brumeuse et, bien sûr, il ne voyait [?]. Si les vaisseaux sont tous partis, ce qui ne fait pratiquement aucun doute, ils ont dû lever l’ancre pendant la nuit. Les derniers coups de feu ont été tirés comme signal aux alentours de 10 heures. La tempête continue de souffler, accompagnée de pluie et de neige fondue, qui tombent dru. Le général Coote et le général Dalrymple sont ici.

64Le lieutenant Pelling pense que le vent a dû les repousser loin des côtes car ils ne peuvent aborder nulle part en Irlande et, tant que le vent souffle dans cette direction, ils ne peuvent s’en retourner vers leur pays. Votre Excellence pense peut-être que j’aurais dû me rendre en personne sur le lieu où cette flotte avait mouillé, afin de constater par moi-même si elle était vraiment partie, mais le temps est si brumeux que je serais incapable d’y voir à deux miles ; par ailleurs, à la suite du voyage que j’ai effectué depuis Dunmanway, par la journée la plus épouvantable par laquelle il m’ait été donné de chevaucher, je suis paralysé de froid au point d’avoir peine à écrire ; enfin, comme les navires étaient ancrés à environ 7 lieues d’ici par la route la plus mauvaise d’Irlande, il me serait impossible de m’y porter cette nuit. Je le ferai demain matin si le temps se lève. Je vous prie, etc.

65[Post-Scriptum]

66Depuis que j’ai écrit cette lettre, un certain M. O’Sullivan est arrivé ici de Bearhaven en compagnie d’un officier français prisonnier qui, avec six hommes, s’est trouvé jeté sur le rivage près des îles Dursey samedi dernier. Les généraux sont maintenant en train de l’interroger et ils vous feront bien évidemment parvenir sur la question des informations plus précises que moi. Le prisonnier a dit à M. O’Sullivan que la flotte française était constituée de cinquante bâtiments, dont 25 vaisseaux de ligne, que Richery commandait une escadre et que les troupes, 25 000 hommes en tout, étaient placées sous le commandement du général Hoche. M. O’Sullivan, avec qui j’ai conversé, affirme qu’il a quitté Bearhaven ce jour à une heure, qu’à cette heure une partie de la flotte était encore à l’ancre et que le mauvais temps l’a sans doute empêché de voir le reste.

67Lorsque j’ai écrit la première partie de cette lettre, je pensais que le général allait vous adresser une dépêche dès son arrivée. Il est maintenant précisément minuit.

68[Annexe]

69Mercredi 21, la première dépêche adressée, depuis Bearhaven, par M. Bailey à M. White, avisait ce dernier qu’il avait repéré 23 vaisseaux de grande taille au large des îles Dursey, trois ou quatre bricks et deux lougres orientés SSE. Cette information a quitté Bantry à 10 heures.

70Jeudi 22, M. White ayant eu vent qu’une flotte croisait au large de la baie de Dunmanway, il s’est rendu sur le rivage et a nettement vu sept navires qui faisaient route vers la baie de Bantry. À son retour, il trouva une dépêche rédigée par M. O’Sullivan de Bearhaven, qui indiquait qu’une flotte française louvoyait en direction de la baie de Bantry. L’attendaient également une lettre de M. Bayley dont la teneur était similaire et la déposition de trois hommes qui juraient avoir été arraisonnés par la flotte française et s’être échappés pendant la nuit en laissant quelques membres de leur équipage à bord. Cette information a été envoyée à 5 heures jeudi soir.

71Vendredi 23, M. White a vu une flotte et un navire [sic] dans la baie, composée de dix-sept vaisseaux ; il a, dans le même temps, reçu une troisième dépêche de M. Bayley, l’avisant que cette flotte était très certainement française. Elle vint, ce soir-là, jeter l’ancre au large de l’île de Bear.

72Samedi 24, information du lieutenant Pelling : la flotte a levé l’ancre et a continué à avancer jusqu’à la nuit, mais en faisant peu de toile, ce qui est la preuve que les navires n’avaient pas l’intention d’entrer très avant dans la baie. Durant la nuit, ils se sont à nouveau ancrés au large de l’île de Bear. À ce stade, il y avait huit navires à deux ponts, deux frégates, deux bricks et trois bâtiments qui se trouvaient trop loin pour que l’on pût déterminer s’il s’agissait de vaisseaux de ligne ou de frégates.

73Dimanche, ils sont restés à l’ancre toute la journée, et ont été vus par le lieutenant Pelling de la Royal Navy, à une distance d’environ 3 miles à 2 heures de l’après-midi. C’est alors qu’il fit l’observation, portée plus haut, concernant la force de cette flotte. Samedi soir et dimanche, tout le monde dit qu’un vent de direction est-sud-est continua de souffler très fort jusqu’à se muer en tempête dimanche.

7 – Lettre de Brown, Bantry, à Camden, Dublin, 27 décembre 1796, 3 heures de l’après-midi (KAO, u 840 / 0170 / 7)

74Monseigneur,

75Je rentre à l’instant de voir la flotte française ancrée à l’entrée de cette baie. Leurs navires sont déployés entre l’île de Bear et Sheep’s Head et j’ai pu distinguer dans la brume sept gros vaisseaux et trois plus petits. Les trois petits bâtiments mouillaient entre l’île de Bear et moi, très près de la côte à ce qu’il m’a semblé. Il fait peu de doute que les dix-sept qui ont été repérés hier demeurent ancrés là également. Le vent a soufflé violemment la nuit dernière et toute la matinée, accompagné des pluies les plus fortes qu’il m’ait jamais été donné de voir. Le temps s’est maintenant levé et il fait beau, avec un vent soufflant au sud. La marée a presque fini de monter et l’on estime que les Français ne vont pas lever l’ancre cette nuit, à moins qu’ils ne tentent de parer les [amarres ?].

76J’ai proposé au général [Dalrymple] de nous rendre en barque aussi près que possible afin d’évaluer leur force autant qu’il est en mon pouvoir, mais les marins ici disent que c’est impossible. Si la mer se calme d’ici demain matin, je ferai certainement la tentative.

77Douze gros bâtiments, dont on suppose qu’ils font partie de la flotte ennemie, ont été aperçus hier au large des îles Dursey. Les généraux demeurent ici cette nuit, ce qui paraît singulièrement imprudent car ils courent certainement le danger d’être emportés. Le vent souffle très fort maintenant et donne tous les signes de forcir encore. Il est orienté SE quart E ; il a tourné depuis que j’ai commencé cette lettre. Je vous prie, etc.

8 – Lettre de Brown, Bantry, à Camden, Dublin, 27 décembre 1796, minuit (KAO, u 840 / 0170 / 8)

78Monseigneur,

79Je vous ai écrit il y a quelques heures mais comme je crois comprendre que la poste n’est rapide que jusqu’à Cork, cette lettre-ci est susceptible de vous parvenir plus tôt ; je vous répéterai donc la substance de ma première dépêche.

80À deux heures, ce jour, le temps s’est levé pendant une heure environ et j’ai eu tout juste le temps d’apercevoir la flotte française qui mouille actuellement à l’entrée de cette baie. J’ai vu distinctement dix vaisseaux, dont 7 très gros, entre Sheep’s Head et l’île de Bear. Aucune nouvelle les concernant ne nous est parvenue depuis et nul marin ne comprend comment ils parviennent à étaler les coups de vent violents qui nous assaillent depuis plusieurs jours. Ils sont ancrés en un lieu exposé et par une mer profonde de 40 brasses et, en ce moment même, il vente plus fort que jamais. Si notre propre flotte est en sûreté, j’espère que nous n’avons rien à redouter.

81Douze bâtiments ennemis ont été vus hier au large des îles Dursey ; ils doivent maintenant avoir été emportés par le vent et je suis convaincu que rien n’invite la flotte française à demeurer là où elle mouille actuellement si ce n’est la crainte de se voir entraînée vers l’ouest, en plein océan, alors que ses navires sont chargés d’hommes et que les vivres, comme l’eau, sont probablement sur le point de manquer.

82Les généraux rentrent à Bandon demain et j’ai reçu l’ordre de les accompagner. Un certain M. [Puxley] est parti cette nuit pour Bearhaven et a offert de manière fort galante de sortir sur un cotre en dépit du risque, afin d’examiner la flotte et porter des renseignements à l’amiral britannique si l’on peut le trouver. Le vent souffle maintenant en tempête au SSE et il pleut excessivement : je suis convaincu que c’est là la fin de cette expédition. Si la chose est possible, je vais tenter de retourner voir la flotte avant que nous ne rentrions.

9 – Lettre de Brown, Bantry, à Camden, Dublin, 29 décembre 1796, 1 heure de l’après-midi (KAO, u 840 / 0170 / 9)

83Monseigneur,

84Je vous ai écrit quelques lignes la nuit dernière et il ne s’est rien produit ici depuis. Le vent a soufflé assez fort au sud toute la nuit et ce matin il souffle à l’ouest-sud-ouest (le temps paraît à la tempête), accompagné de pluies violentes et d’un [fort] brouillard.

85Sir James Duff est arrivé ici très tard la [nuit] dernière et il retourne aujourd’hui à Mallow. Je crois que le général Dalrymple et le général Coote demeurent ici. Leurs quartiers sont plaisants et très confortables. Je crois comprendre que les troupes sont immobilisées dans l’attente d’ordres nouveaux. En toute hâte, je vous prie, etc.

10 – Lettre de Brown, Bantry, à Camden, Dublin, 1er janvier 1797, 10 heures du matin (KAO, u 840 / 0170 / 10)

86Monseigneur,

87Hier après-midi vers trois heures, deux grandes chaloupes (contenant chacune environ 80 hommes) ont été mises à la mer par les vaisseaux ennemis et ont contourné l’île de Whiddy par l’ouest. L’une d’entre elles a accosté un brick américain devant la maison de M. White, a pris son second maître et ses carnets de navigation à son bord puis est retournée vers la flotte française en contournant l’île par l’est. Les marins ne cessaient de sonder les fonds à mesure qu’ils progressaient.

88Au cours de la nuit, l’ennemi a été rejoint par une autre frégate. La flotte se compose maintenant de deux canonnières de 74 bouches à feu, quatre frégates et un lougre ; deux gros bâtiments viennent d’être repérés à l’entrée de la baie au large de Bearhaven. J’espère l’amiral Elphinstone, qui est arrivé hier de Crookhaven avec l’intention d’examiner cette baie [sic]. C’est un homme chanceux car j’escompte que les bâtiments ennemis qui mouillent ici offriront peu de résistance. Les ennemis ne manifestent aucune intention de quitter leur position. Le faible vent qui souffle aujourd’hui vient du nord.

89Quelques hommes qui étaient montés à bord des bateaux ennemis à leur arrivée ici ont été débarqués hier. Ils rapportent que les navires regorgent de troupes commandées par le général Lee, un Irlandais originaire de cette région, qui s’est montré d’une courtoisie peu commune à leur endroit. Ils ajoutent que la partie de la flotte qui naviguait en tête n’a pas été vue, que les navires qui mouillent ici en ce moment n’en ont aucune nouvelle alors qu’ils escomptaient retrouver leur amiral et le reste de la flotte dans la baie.

90Si les Français avaient dû débarquer, ils auraient aisément pu le faire hier toute la journée ou ce matin, car les conditions étaient propices ; je commence donc maintenant à penser qu’ils ne tenteront rien à moins d’être rejoints par leurs compagnons.

91Je présente à Votre Excellence, ainsi qu’à Lady Camden, mes meilleurs vœux pour l’année nouvelle, et vous prie, etc.

11 – Lettre de Brown, Bantry, à Camden, Dublin, 2 janvier 1797, 11 heures du matin (KAO, u 840 / 0170 / 11)

92Monseigneur,

93Les bâtiments ennemis au nord de l’île de Whiddy demeurent stationnés exactement au même endroit que je vous ai indiqué hier et n’ont manifesté aucune intention de tenter un débarquement.

94Hier vers midi, une colonne de vaisseaux de combat est arrivée de l’ouest et a jeté l’ancre au large de la pointe est de l’île de Bear ; au crépuscule, une colonne de vaisseaux de combat et une frégate précédées par un cotre sont arrivées du sud et ont contourné Sheep’s Head. J’espère de tout cœur qu’il s’agit de l’amiral Elphinstone et de sa frégate, la Diana. La colonne de vaisseaux de guerre, dont je suppose qu’elle accompagne l’amiral El., a jeté l’ancre pour la nuit près de la côte sud du cap de Sheep’s Head et le cotre, peut-être le Polyphemus, a continué à louvoyer entre elle et l’autre colonne de vaisseaux de guerre près de l’extrémité est de l’île de Bear, ce qui me convainc que ces flottes sont l’une et l’autre amies ou ennemies.

95Le vent est maintenant au SE et souffle on ne peut plus favorablement pour que la flotte britannique vienne à notre secours. Les Français auraient pu sortir de cette baie hier ou même ce jour, s’ils l’avaient voulu, mais ils paraissent parfaitement inactifs ; ils ne sont pas formés en ligne et ne sont ainsi nullement en position de se défendre si notre flotte devait se présenter. Je vous prie, etc.

12 – Lettre de Brown, Bantry, à Camden, Dublin, 3 janvier 1797, 6 heures du soir (KAO, u 840 / 0170 / 12)

96Monseigneur,

  • 39 La pièce maîtresse de l’exposition de l’Armada française à Bantry House est une maquette au 1 / 6e(...)

97D’après mes informations, les bâtiments qui ont appareillé d’ici la nuit dernière sont allés s’ancrer au large de Bearhaven. Le brouillard et la tempête étaient tels que j’ai eu beau guetter toute la journée depuis l’île de Whiddy, je n’ai pu apercevoir que deux frégates, l’une au large de la pointe ouest de l’île de Whiddy et l’autre sous la côte nord. Je voyais nettement le mât de hune de la frégate qu’ils ont sabordée et qui a coulé la nuit dernière39 et à l’ouest, au large de l’île de Whiddy, j’ai vu l’autre frégate s’éloigner d’environ deux miles de son point d’ancrage. Le rivage à proximité duquel elle a mouillé passe pour très rocheux et si le vent forcit, elle ira certainement se fracasser sur la côte qui fait face à l’île Whiddy au nord.

98Le vent est au sud, un quart ouest ; accompagné de fortes pluies, il souffle fort et paraît fraîchir encore. À la manière dont il a soufflé toute la nuit dernière et aujourd’hui, il fait peu de doute que tous les bâtiments repérés hier se trouvent encore quelque part dans cette baie, certainement dans une situation déplorable.

99Je suis cette nuit relevé par un certain major Conway et j’ai reçu l’ordre de rejoindre le général [Dalrymple] à Bandon, ce que je ferai demain matin. Je vous prie, etc.

Notes

1 Pour plus de détails et références, voir mon chapitre « Defence, Counter-Insurgency and Rebellion : Ireland 1793-1803 », in A Military History of Ireland, T. Bartlett et K. Jeffrey (éd.), Cambridge, 1996, p. 247-293.

2 Voir T.Bartlett, « Defenders and Defenderism in 1795 », Irish Historical Studies, 24, 1984-1985, p. 373-394 ; J. Smyth, Men of No Property : Popular Politicisation in Ireland in the 1790s, Londres, 1992.

3 Voir la bonne étude récente de N. Curtin : The United Irishmen, Oxford, 1994.

4 En ce qui concerne les contacts des Irlandais Unis avec la France, voir l’ouvrage désormais classique de M. Elliott : Partners in Revolution : the United Irishmen and France, New Haven – Londres, 1982.

5 Voir la précieuse étude des projets français d’invasion dans M. de la Poer Beresford, Ireland in French Strategy, 1691-1789, M. Litt., TCD, 1975 (mémoire de Trinity College, non publié).

6 Pour de nouvelles perspectives intéressantes sur la marine française sous la Révolution, voir W.J. Cormack, Revolution and Political Conflict in the French Navy, 1789-1794, Cambridge, 1995.

7 Portland à Camden, 29 novembre 1796, PRO, 100 / 62 / 348-349.

8 Pour une discussion plus détaillée sur les forces armées et la Couronne à cette époque, voir T. Bartlett, « Defence, Counter-Insurgency… ».

9 Le Château de Dublin avait évalué la situation avec une grande précision : 10 000 hommes pouvaient être réunis en 5 jours à Cork, 4 jours à Limerick et 7 jours à Galway : ce qui aurait pu se produire dans l’intervalle était matière à conjectures : « Return of the number of days required to assemble 10 000 troops in the following towns », février 1797 ; PRO, HO 100 / 71 /100.

10 T. Bartlett, « Indiscipline and disaffection in the armed forces in Ireland in the 1790s », in Rebels, Radicals and Establishments, P. Corish (éd.), Belfast, 1985, p. 115-134.

11 Ibid., p. 9-24.

12 Cité par E.H. Stuart Jones, An Invasion that failed : the French Expedition to Ireland, 1796, Oxford, 1950, p. 147 ; en ce qui concerne les conditions atmosphériques en général, voir dans ce volume la contribution de John Tyrrell, « Du rôle de la météorologie dans le destin politique », p. 29-50.

13 Cette présentation est inspirée par E.H. Stuart Jones, An Invasion that failed…, par P.B. Bradley, Bantry Bay : Ireland in the Days of Napoleon and Wolfe Tone, Londres, 1931, et par « Narrative of the Proceedings of the Squadron under the respective commands of Vice-Admiral Colpoys and Admiral Lord Bridport », 12 janvier 1797, Kent Archives Office (KAO), Pratt Papers, u 840/0170/18.

14 Lettre du capitaine Elphinstone, à bord du Monarch, port de Cork, à Camden, Château de Dublin, 30 décembre 1796, KAO u 840 / 0170.

15 Lettre de Vallancey à Abercorn, 19 juillet 1797, PRONI, t 2541 / 1 c5 / 4.

16 H. Montgomery Hyde, The Rise of Castlereagh, Londres, 1933, p. 171-174.

17 Lettre de Thomas Pelham au duc d’York, 4 janvier 1797, in Documents relating to Ireland, 1795-1804, J.T. Gilbert (éd.), Dublin, 1893, p. 101.

18 Ibid.

19 Lettre de Clare à Auckland, 2 janvier 1797, PRONI, t 3229 / 1 / 11 ; lettre de Camden à Portland, PRO, HO 100 / 69 / 62-66.

20 Lettre de Camden à Portland, 10 juillet 1797, PRO, HO 100 / 69 / 62-66.

21 À propos des réactions de Cork et Galway, voir les documents des Archives nationales à Dublin, Rebellion Papers, 620 / 26 / 180, 198.

22 Lettre de Camden à Portland, 3, 10 janvier 1797, PRO, HO 100 / 69 / 23-24, 62-66.

23 Lettre de Cooke à Auckland, 10 juillet 1797, PRONI, t 3229 / 2 / 19.

24 Lettre de Dalrymple à Pelham, 1er février 1797, KAO, u 840 / 0163 / 5 / 2.

25 « Sketch delivered by Mr. Pelham to the Duke of York on the Military State of Ireland », s. d. (début 1797), KAO u 840 / 0189 / 6.

26 Lettre de Pelham à Chichester (Souverain de Belfast), 25 décembre 1796, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 18 a / 5.

27 Lettre de Camden à Portland, 8 janvier 1797, PRO / HO 100 / 69 / 7-9 ; T. Bartlett, « Defence, Counter-Insurgency… », p. 270.

28 Lettre de Portland à Camden, 2 janvier 1797, PRO, HO 100 / 71 / 3-4.

29 Voir T. Bartlett, « Defence, Counter-Insurgency… », p. 270.

30 Déposition de Joseph Harvey, marin, 5 janvier 1797, PRO, HO 100 / 71 / 39-40. Voir le message imprimé « To the Militia of Ireland » (novembre 1796) dans Life of Theobald Wolfe Tone written by himself and continued by his son ; with his political writings and fragments of his diary, W.T.W. Tone (éd.), Washington, 1826, 2 vol., t. ii, p. 325-326.

31 Lettre de Camden à Portland, 8 mars 1797, PRO, HO 100 / 69 / 128-130.

32 En français et en italiques dans le texte (N.D.T.).

33 Lettre de Dundas à Camden, 2 octobre 1797, PRONI, t 2627 / 4 / 80.

34 « Narrative of the Proceedings of the Squadron… », janvier 1797, KAO, u 840 / 0170 / 18.

35 P.B. Bradley, Bantry Bay…, p. 98 ; lettre de Spencer à Camden, 20 janvier 1797, PRONI, ct 2627 / 4 / 63.

36 L’amiral John Byng (1704-1757), incapable d’arriver à temps pour contrer l’attaque française à Minorque au début de la guerre de Sept Ans, se laissa ensuite convaincre de ne pas intervenir pour secourir la garnison assiégée. À l’origine d’une crise politique, il fut finalement condamné à mort et fusillé pour négligence (N.D.T.).

37 En français dans le texte (N.D.T.).

38 E.H. Stuart Jones, An Invasion that failed…, p. 200-201.

39 La pièce maîtresse de l’exposition de l’Armada française à Bantry House est une maquette au 1 / 6e de cette frégate, la Surveillante, qui repose par 100 pieds de fond dans la baie de Bantry et qui a été classée monument historique.

Auteur

Professeur (histoire irlandaise moderne), University College, Dublin

Catherine Maignant (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540