Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation, qualification, emploi en Normandie

 | 
Sophie Devineau
, 
Alain Léger

L’égalité à l’école

Le genre des formations techniques : apprenti(e)s et lycéen(ne)s atypiques

The question of gender in technical training: atypical apprentices and secondary school students

Clotilde Lemarchant

Résumé

Porter un regard sur les formations techniques par le prisme des garçons et filles faisant des choix d’orientation atypiques permet de montrer la constance des aspects compartimentés de ces formations en termes de genre : les filles sont toujours aussi rares en mécanique ou électronique, et les garçons, en secrétariat ou coiffure. Les aspects contrastés des expériences et de l’accueil entre filles et garçons minoritaires se retrouvent au lycée comme au CFA, les contrastes se trouvant renforcés en CFA.

Focusing on boys’ and girls’ atypical choices as regards professional orientation in technical training enables one to show the consistency with which professional training remains compartmentalized with respect to gender: girls are still as noticeably absent from mechanics and electronics sectors as boys from secretary and beauty training. The contrast between the girls’ and boys’ experience and integration in atypical fields can be found in secondary schools as well as in apprentice training centres (CFA: Centre de formation d’apprentis), this contrast proving greater in the CFA centres.

Texte intégral

  • 1 Couppie et Epiphane 2001.

1Nous proposons d’apporter un regard sur les formations techniques par le prisme des « minoritaires de genre », c’est-à-dire ces garçons et filles faisant des choix d’orientation scolaire atypiques au sein de formations techniques courtes (par exemple, les filles venues en mécanique, les garçons en secrétariat). Le seuil qui définit la situation minoritaire ici est de 20 %, ce qui correspond à des classes comptant au plus quatre garçons (ou filles) dans une classe de vingt individus : assez peu pour être remarqués pour leur rareté ; assez pour tester l’hypothèse d’un éventuel effet de seuil et l’idée que la situation change peut-être si l’on est le seul garçon, la seule fille de la classe ou si l’on est trois ou quatre. L’on s’intéresse pour commencer uniquement aux formations techniques courtes : filières professionnelles et technologiques de niveaux IV et V (CAP, BEP, baccalauréats professionnels et baccalauréats technologiques). Des études préalables ont montré en effet que le baccalauréat correspond à un niveau significatif à bien des égards1.

  • 2 Prost 1986 ; Tanguy 1991.

2Le point de départ de nos réflexions est centré sur le constat de l’existence de spécialités de formations comportant une dimension très sexuée, et ce de façon constante, malgré les tentatives d’actions publiques menées dans le sens d’un développement de la mixité vers la parité. Les formations techniques sont, depuis longtemps, des formations officiellement mixtes en France – même si elles l’ont été plus tardivement que les formations d’enseignement général2. Pourtant, le peuplement des diverses spécialités se fait selon des mécanismes de tris des garçons et des filles très compartimentés et pérennes, ainsi que le montrent ces données nationales (tableau 1).

  • 3 Source du tableau : Rosenwald 2006.

Tableau 1 : Des spécialités très sexuées3

1984 2002
Secrétariat bureautique Filles : 98 % Filles : 95 %
Électricité – électronique Filles : 2 % Filles : 3 %

3Nous nous proposons d’inverser le questionnement de cette permanence en nous intéressant aux élèves et apprenti(e)s qui innovent en matière d’orientation scolaire. À quelles sources ont-ils, ont-elles puisé ces nouvelles idées ? Comment ces jeunes s’intègrent-ils / elles dans leur classe et leur établissement ? Quels sont leurs projets professionnels ?

4Pour répondre à ces questions, deux séries d’enquêtes quantitatives et qualitatives ont été menées en Haute-Normandie, l’une en milieu lycéen, l’autre dans le milieu de l’apprentissage.

  • L’enquête en lycée :
    • 166 questionnaires retournés (taux de retour : 43 %) dont 21 en agriculture, sur 384 élèves contactés dans 32 établissements publics de Haute-Normandie.
    • 10 entretiens de lycéennes (en groupe ou individuels).
    • 30 entretiens individuels auprès d’adultes des lycées (enseignants, proviseurs, infirmières, chefs de travaux, COP, CPE…) dans 4 lycées (Eure et Seine-Maritime).
    • Visites de lycées et observation.
  • L’enquête en CFA :
    • 132 questionnaires retournés sur 390 envoyés (taux de retour : 34 %).
    • 23 entretiens individuels d’apprenti(e)s.
    • 18 entretiens individuels d’employeurs.
    • Entretiens et observation dans 5 CFA de l’Eure et de Seine-Maritime : 29 entretiens individuels d’adultes des CFA.

5Deux axes de comparaison sont privilégiés : le sexe et la différence entre lycéens et apprentis. Deux hypothèses sont à tester : l’effet genre et l’effet contrat de travail. Il s’agit, d’une part, de comparer filles et garçons placés en situation minoritaire et, d’autre part, de tester l’influence éventuelle de la proximité avec le monde du travail, proximité plus grande chez les apprenti(e)s, par définition.

Les mêmes différences se retrouvent entre filles et garçons minoritaires au lycée et au CFA

Une large proportion va (plutôt) bien…

6En matière d’accueil et d’intégration, une large proportion de jeunes minoritaires s’estime bien ou plutôt bien lotie. Huit jeunes sur dix se sentent (plutôt) à l’aise dans leur classe au moment de l’enquête (c’est-à-dire plusieurs mois après la rentrée, en décembre et janvier 2008). Tous, toutes défendent le principe de mixité, se détournant de l’hypothèse de classes non mixtes dans leur spécialité de formation. Fort heureusement, seuls 5 % cochent l’item « je ne me suis jamais senti(e) accueilli(e) ». Si c’était à refaire, 66 % des jeunes interrogés referaient le même choix, ample majorité. Notons enfin que certains et surtout certaines saluent le bon accueil qui leur a été réservé dans leur classe : « Dès la rentrée, j’ai tout de suite été acceptée par les garçons. »

… mais seules les filles ont des difficultés

7Toutefois, ces indicateurs décrivant un certain bien-être s’épuisent assez vite et ne forment pas de réel contrepoids face aux indicateurs qui rendraient plus pessimistes, surtout dès lors que l’on rentre dans les détails. En effet, quelle que soit la spécialité de formation, l’on retrouve le même schéma : des filles minoritaires vivant des difficultés d’accueil, notamment durant les premiers mois de l’année scolaire, difficultés d’autant plus visibles que les garçons minoritaires, eux, n’en rencontrent pas. Ce schéma se rencontre chez les lycéennes comme chez les apprenties. Laissons-les s’exprimer.

  • Apprenties :

Ils disent : tu n’as pas ta place ici.

Ils disent : les filles, c’est fait pour faire le ménage.

On m’a donné un coup dans le dos avec une table.

  • Lycéennes :

Les garçons sont trop machos car ils me lançaient des réflexions du style « une fille n’a rien à faire dans cette formation » ou « les filles, c’est à la cuisine » !

Les mecs nous traitent de salopes parce qu’on est au lycée.

Ce qui me plaît, c’est qu’il y a des débouchés, que la matière est passionnante ; ce qui me déplaît, c’est le machisme.

À l’inverse, des garçons chouchoutés

8À l’inverse, les garçons se décrivent comme choyés, attendus, aidés par les filles de leur classe et n’expriment pas de problème d’intégration dans leur classe ou au lycée. S’ils énoncent parfois des difficultés, elles sont d’un autre ordre (orientation non choisie, parents au chômage, etc.). Leurs propos dans les entretiens donnent une tout autre tonalité.

  • Lycéens :

Ce que j’ai vécu, et les gens que j’ai rencontrés, je ne l’oublierai jamais.

Je me suis senti parfaitement à l’aise.

Toutes les filles sont gentilles avec moi.

Ce qui me plaît, c’est que je suis le seul garçon, […] les filles sont là pour m’aider.

  • Apprentis :

J’ai l’impression que les garçons sont un peu les chouchous des filles.

J’ai été très à l’aise le premier jour.

9Le tableau 2 ci-dessous résume les principaux sentiments ressentis par ces jeunes minoritaires de genre et montre des résultats différents selon le sexe : les filles répondent surtout que « l’accueil a été moyen au début, mais aujourd’hui ça va » (45,4 %) et qu’elles ont « eu peur avant la rentrée » (32,4 %) ; les garçons qu’ils « se sont sentis chouchoutés » (36,3 %).

Tableau 2 : L’accueil des minoritaires de genre. L’exemple des lycéens de Haute-Normandie

Accueil Filles (%) Garçons (%)
Moyen au début 45,4 24,1
Se sent chouchouté 25 36,3
Peur avant la rentrée 32,4 22,4
S’est senti aidé 28,7 27,6
Impressionné le premier jour 25 29,3
Ne se sent pas accueilli 5,6 5,1

Des filles plus motivées

10Les garçons minoritaires de genre se décrivent comme peu motivés à l’entrée de la formation, plutôt attirés par un niveau à atteindre pour rebondir par la suite. Les filles sont plus motivées et pragmatiques. Motivées car « l’essentiel, c’est d’écouter ses goûts ». Mais aussi pragmatiques car les débouchés professionnels de la formation sont la première raison de leur choix atypique : lycéennes (53 %) comme apprenties (54 %). Leur motivation est différente selon les spécialités (plus forte chez les filles minoritaires en électronique, moins forte parmi celles venues dans les formations industrielles).

La conscience d’une différence sexuée

11La façon de se projeter dans l’avenir professionnel diffère nettement entre filles et garçons parmi les minoritaires de genre. Les filles notamment ont une forte conscience de l’existence d’une différence sexuée sur le marché du travail et anticipent les difficultés : 31,5 % des lycéennes pensent que leur sexe sera un inconvénient dans leur métier contre seulement 3,4 % des lycéens (tableau 3).

Tableau 3 : Garçons / filles, avantage dans votre métier ?

Filles (%) Garçons (%)
Avantage 18 36
Difficulté 31,5 3,4
Ni l’un ni l’autre 49 57

12Il faut dire que l’expérience de la recherche d’un lieu de stage rend lucide. Alors que les garçons minoritaires avancent confiants sur le marché du travail, l’expérience du stage s’avère être délicate pour les filles, confrontées aux refus et aux mensonges des entreprises.

13Quelques lycéennes témoignent :

J’ai déjà fait des lettres de motivation et j’ai eu beaucoup de refus.

On m’a déjà refusé un stage sous prétexte que j’étais une fille.

Pour trouver un stage, on est toujours en dernier. Ils ne veulent pas trop de filles.

Ils disent que des filles mélangées avec des mecs, ça peut poser des problèmes.

Des différences entre lycéen(ne)s et apprenti(e)s ou l’effet contrat de travail

14Comparer la situation au lycée et en CFA permet de tester l’effet « contrat de travail » : y a-t-il ou non effet de renforcement de l’expérience de travail ? La proximité plus grande des apprenti(e)s avec le monde professionnel est-elle un élément facilitateur pour les minoritaires de genre, et notamment pour les jeunes filles ?

15En définitive, on observe les mêmes tendances chez les apprenti(e)s que chez les lycéen(ne)s mais accentuées. Par exemple, 20 % des lycéens et seulement 10 % des apprentis disent qu’être rare dans leur classe est un inconvénient. Les lycéens se sont sentis chouchoutés dans leur classe (36 %) mais les apprentis encore plus (46 %). Les apprenties sont celles qui ont appréhendé le plus avant la rentrée et été le plus impressionnées le jour de la rentrée : 42 % et 36 % (tableau 4).

Tableau 4 : L’accueil des minoritaires de genre au lycée et en CFA

Apprentis (%) Apprenties (%) Lycéens (%) Lycéennes (%)
S’est senti(e) chouchouté(e) 46 23 36 25
Peur avant la rentrée 36 42 22 32
Impressioné(e) à la rentrée 32 36 29 25
Moyen au début 28 33 24 45

16Le sentiment de privilège présent chez la majorité des garçons minoritaires se trouve renforcé dans le monde du travail. Les résultats sont plus contrastés encore quand les jeunes se positionnent sur leur avenir : les apprentis sont les plus sereins (ils ne conçoivent tout simplement pas que leur situation de minoritaire de genre puisse constituer un inconvénient !) ; les apprenties les plus inquiètes : 41,7 %, avec presque 10 points de plus que les lycéennes, 31,5 % (tableau 5).

Tableau 5 : Être un garçon, un privilège ?

Apprentis (%) Apprenties (%) Lycéens (%) Lycéennes (%)
Avantage 54,4 20,2 36,2 18,5
Inconvénient 0 41,7 3,4 31,5
Ni l’un ni l’autre 41,3 34,5 56,9 49

17En définitive, la démarche innovante en matière d’orientation scolaire reste plus confortable, en moyenne, pour les garçons que pour les filles, au lycée comme en CFA. Le coût de la transgression pour ces dernières est sensible. Il resterait désormais à voir si leur persévérance sera payante de quelque manière à l’avenir. Pour l’heure, les premiers contacts avec le monde du travail laissent présager les difficultés qui les attendent et qu’elles anticipent.

Bibliographie

Arrighi J.-J. et Brochier D. (2009), NEF [Céreq], no 40, L’apprentissage au sein de l’Éducation nationale : une filière sortie de la clandestinité.

Baudelot C. et Establet R. (2007), Quoi de neuf chez les filles ? Entre stéréotypes et libertés, Paris, Nathan.

Couppie T. et Epiphane D. (2001), Bref [Céreq], no 178, Que sont les filles et les garçons devenus ? Orientation scolaire atypique et entrée dans la vie active.

— (1997), « Formation au masculin, insertion au féminin ? », in Femmes sur le marché du travail. L’autre relation formation-emploi, Paris, Céreq (Études, 70).

Daune-Richard A.-M. et Marry C. (1990), « Autres histoires de transfuges ? Le cas de jeunes filles inscrites dans des formations “masculines” de BTS et de DUT industriels », Formation emploi. Revue française de sciences sociales, no 29, p. 35-50.

Duru-Bellat M. (1990), L’école des filles. Quelles formations pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harmattan.

Guichard-Claudic Y., Kergoat D. et Vilbrod A. (dir.) (2008), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lemarchant C. (2007), « La mixité inachevée : garçons et filles minoritaires dans les filières techniques », Travail, genre et sociétés, no 18, novembre, p. 47-64.

— (2008a), « Sciences et techniques au lycée : la mixité inachevée », in Sciences et techniques : un avenir pour filles et garçons ! (Actes du colloque de l’École nationale de chimie, physique et biologie, Paris, 24 novembre 2007), Paris, Association Femmes et Sciences, Mission pour la place des femmes au CNRS, p. 60-68, disponible sur http://www.femmesetsciences.fr/colloques/colloque07/actes07.pdf, consulté le 10 mars 2010.

— (2008b), « Unique en son genre… Orientations atypiques de lycéens et lycéennes au sein de filières techniques et professionnelles », in L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Y. Guichard-Claudic et al. (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 57-69.

— (2009), Être minoritaire au lycée et en CFA : garçons et filles atypiques dans les formations techniques courtes en Haute-Normandie, Rapport d’une recherche effectuée en partenariat avec le SAIO / Rectorat, le conseil régional, la DRDFE, la DRAAF et l’université de Caen Basse-Normandie, Caen, Centre Maurice Halbwachs, septembre.

Lemarchant C. et Tudoux B. (2008), « Orientation scolaire et genre : les élèves de CAP et BEP typiques et atypiques », Relief [Céreq], no 24, Derrière les diplômes et certifications, les parcours de formation, p. 233-244.

Marry C. (2001), « Filles et garçons à l’école : du discours muet aux controverses des années 1990 », in Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, J. Laufer, C. Marry et M. Maruani (dir.), Paris, PUF, p. 25-41.

— (2004), Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Paris, Belin.

Maruani M. (2003), Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte.

— (2005), Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Moreau G. (2003), Le monde apprenti, Paris, La Dispute.

Mosconi N. et Dahl-Lanotte R. (2003), « C’est technique, est-ce pour elles ? Les filles dans les sections techniques industrielles des lycées », Travail, genre et sociétés, no 9, avril, p. 67-86.

Prost A. (1986), L’enseignement s’est-il démocratisé ?, Paris, PUF.

Rosenwald F. (2006), « Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans », Données sociales [INSEE], p. 87-94, disponible sur http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/donsoc06i.pdf, consulté le 20 décembre 2011.

Tanguy L. (1991), L’enseignement professionnel en France. Des ouvriers aux techniciens, Paris, PUF.

Vouillot F. (dir.) (2000), Filles et garçons à l’école : une égalité à construire, Paris, CNDP (Autrement dit).

Notes

1 Couppie et Epiphane 2001.

2 Prost 1986 ; Tanguy 1991.

3 Source du tableau : Rosenwald 2006.

Auteur

Maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Caen Basse-Normandie, elle est membre du Centre Maurice Halbwachs (CNRS, EHESS, Normale sup’, université de Caen Basse-Normandie, UMR 8097) et du centre associé Céreq de Basse-Normandie.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540