Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation, qualification, emploi en Normandie

 | 
Sophie Devineau
, 
Alain Léger

Avant-propos

Sophie Devineau et Alain Léger

Texte intégral

1Les textes réunis dans le présent ouvrage sont issus des communications présentées à la deuxième journée d’étude « Formation, qualification, emploi en Normandie » qui s’est tenue le 16 novembre 2009 à l’université de Caen Basse-Normandie. Ce colloque a rassemblé une cinquantaine de responsables institutionnels, de doctorants, de chercheurs appartenant aux trois universités normandes (Caen, Le Havre et Rouen), et spécialistes en sociologie de l’éducation, en sociologie du travail ou en sciences de l’éducation, qui œuvrent déjà tous en Normandie sur cette thématique, qu’il s’agisse de travaux sur l’école, la formation, l’insertion, ou les politiques de développement local.

Le programme d’étude de cette journée

  • 1 Cette thématique était également inscrite dans le projet de recherches de l’équipe caenna (...)

2Le but de cette journée était d’exposer les premiers résultats d’un programme normand de recherches pluridisciplinaires qui avait été lancé un an plus tôt à l’université de Rouen sur cette thématique, et qui est inscrit dans le Contrat de plan État-Région de Basse-Normandie (axe Développement des territoires) fédéré par la MRSH et l’université de Caen Basse-Normandie, ainsi que dans l’axe 3 (« Travail, emploi, formation ») de l’IRSHS de Rouen et du Grand Réseau de recherche (GRR)1. L’objectif était d’élaborer une information scientifique mieux intégrée dans le bassin normand, afin de développer les collaborations interrégionales et internationales déjà en place.

3Ce programme a vocation à identifier et expliquer les évolutions qui se produisent en matière de diversification et d’individualisation des parcours de formation, et les conséquences qui en découlent. Du côté de l’école, le bagage scolaire avec lequel les jeunes se présentent sur le marché du travail est l’aboutissement d’un processus de sélection et d’orientation dans le système éducatif, dans lequel la norme de référence est avant tout académique, ce qui entraîne la distribution des élèves dans des filières dont la hiérarchie reproduit le plus souvent la hiérarchie sociale. Il s’agissait donc d’examiner ce processus, d’une part avec un intérêt particulier pour l’enseignement professionnel, peu étudié mais lui aussi très diversifié et hiérarchisé ; d’autre part avec la visée d’élargir ultérieurement ces études à des comparaisons internationales, car la confrontation avec les pratiques de recrutement des jeunes en usage dans d’autres pays européens permettra de mieux cerner en quoi l’usage de la norme académique du diplôme pour repérer les compétences des candidats à l’embauche est une spécificité française. Dans un premier temps, il fallait donc analyser et mettre en évidence, dans toute leur diversité, les trajectoires, parcours de formation ou « carrières » scolaires suivis par les jeunes Français aujourd’hui.

4Une analyse selon le secteur de scolarisation, public ou privé, s’est avérée également indispensable pour traiter de l’enseignement professionnel, mais également pour saisir l’ensemble des stratégies et des choix mis en œuvre en termes de recours au privé ou au public, ainsi que les valeurs et les idéologies spécifiques qui s’y manifestent. Du côté du marché du travail des jeunes, il s’agissait de voir comment les acteurs de la relation formation-emploi utilisent le diplôme comme indicateur d’employabilité, et en quoi l’usage intensif de cette norme conduit à rendre plus vulnérable un pourcentage important de jeunes (environ 8 % d’une classe d’âge qui sort du système éducatif sans qualification). Du côté des élèves, des apprentis et des étudiants, il fallait étudier quelles représentations ils se font des différents secteurs d’activités et des métiers. Ont-ils un ou des projets professionnels, voire pas de projet du tout ? Quelles sont, pour eux, les conditions de l’installation dans l’activité professionnelle ?

  • 2 International Social Survey Program (ISSP), 2002, ECHP « Panel européen des ménages ». Ce (...)

5De façon transversale, l’étude des trajectoires atypiques, initiée en 2004 par un partenariat avec le rectorat de Caen et la délégation régionale aux droits des femmes de Basse-Normandie, a été élargie à l’ensemble du territoire normand. L’objectif était de repérer quels sont les motivations, les trajectoires et les projets de ces jeunes gens en situation atypique. Là encore, les comparaisons internationales sont mobilisées2. Enfin, un volet complémentaire aux analyses des parcours de formation visait à étudier l’engagement des collectivités locales à travers leurs chargés de missions et les chefs de projets. Sans doute l’académie constitue-t-elle un niveau sociologique encore plus pertinent aujourd’hui qu’hier en termes d’analyse des dynamiques. Il s’agissait donc de croiser les points de vue sur l’orientation des jeunes, ceci afin d’identifier certains blocages tels que la résistance à la mixité sociale et sexuée de certaines filières.

6D’autre part, la participation d’une équipe de chercheurs travaillant sur le thème de l’accompagnement a permis d’articuler des observations plus centrées sur le système éducatif à des observations effectuées dans le monde du travail, et notamment auprès des travailleurs sociaux. Cette rencontre a semblé d’autant plus nécessaire que le modèle de l’accompagnement des parcours est déjà fortement présent dans les enquêtes qui ont pu être réalisées, notamment auprès des responsables locaux de l’orientation des jeunes. La temporalité différente des deux programmes de recherche constitue d’ailleurs un atout, puisqu’un certain nombre de résultats du premier pourront utilement nourrir le second.

  • 3 On trouvera en fin d’ouvrage une série de documents statistiques sur les orientations dan (...)

7Par ailleurs, ce programme de recherches communes initiées en Haute et Basse-Normandie s’est déroulé en étroite collaboration avec les deux observatoires universitaires3, pour ce qui concerne les formations post-bac, ainsi qu’avec le centre associé Céreq pour ce qui concerne notamment les bas niveaux de qualification. Il s’agissait de réunir un ensemble de compétences autour du traitement des données de grandes enquêtes statistiques ainsi que des spécialistes de l’investigation longitudinale ou encore de l’analyse des histoires de vie.

8Les interventions qui ont eu lieu au cours de cette journée ont permis tout d’abord de présenter les premiers résultats et les premières conclusions du programme de recherche initié en 2008, afin de dresser un premier état des nouvelles connaissances constituées sur le territoire normand à ce sujet. Ensuite, sur la base de ces connaissances mises en commun, l’échange s’est engagé dans le but de discuter ces résultats et d’alimenter une réflexion préparatoire sur les nouvelles pistes de recherches qui en découlent et sur les autres projets en cours de réalisation. L’ensemble a ainsi permis d’affiner les directions de poursuite des travaux à entreprendre sur la question.

  • 4 Une seconde journée d’étude, centrée sur la question du genre, a eu lieu le 16  (...)

9Les travaux présentés ici marquent donc une première étape dans ce programme pluriannuel qui débouchera ultérieurement sur d’autres publications4, et constituent l’état actuel des connaissances accumulées un an seulement depuis le lancement de ce programme.

Notes

1 Cette thématique était également inscrite dans le projet de recherches de l’équipe caennaise Dyreso (Centre Maurice Halbwachs) ainsi que dans celui de l’équipe rouennaise GRIS (Travail, organisations, institutions). Au total, ce programme réunit 18 chercheurs, 3 laboratoires, 3 OVE, un centre associé Céreq et 7 institutions.

2 International Social Survey Program (ISSP), 2002, ECHP « Panel européen des ménages ». Centre de ressources du CNRS, réseau Quetelet, CMH-ADISP.

3 On trouvera en fin d’ouvrage une série de documents statistiques sur les orientations dans le supérieur, élaborés et commentés par Yannick Le Long, directeur de l’OVEFIP (Observatoire de la vie étudiante, des formations et de l’insertion professionnelle, université de Rouen), et Jean-Michel Nicolas, directeur de l’ORFS (Observatoire régional des formations supérieures, université de Caen Basse-Normandie).

4 Une seconde journée d’étude, centrée sur la question du genre, a eu lieu le 16 décembre 2011 à l’université du Havre et ses actes seront publiés. Par ailleurs, un site Web a été créé pour informer sur l’ensemble des activités du groupe de recherche : http://fqe2.free.fr.

Auteurs

Maîtresse de conférences HDR en sociologie à l’université de Rouen et membre du laboratoire Dysola (Dynamiques sociales et langagières, EA 4701), elle est responsable du projet de recherches pluridisciplinaires « Formation, qualification, emploi en Normandie » et codirectrice de l’axe 3 « Travail, emploi, formation » à l’IRIHS (Institut de recherche interdisciplinaire Homme et Société).

Professeur de sociologie à l’université de Caen Basse-Normandie, ancien directeur de l’équipe Dyreso (Dynamiques et relations sociales) du Centre Maurice Halbwachs (CNRS, EHESS, Normale sup’, université de Caen Basse-Normandie, UMR 8097).

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540