Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

Anatomie d’un échec

La baie de Bantry et l’invasion française de 1796

Hugh Gough
Traduction de Christophe Gillissen

Texte intégral

1Les Français étaient en grand nombre sur la mer durant l’hiver 1796. Le 16 décembre, une flotte de quarante-huit navires, sous les ordres du vice-amiral Morard de Galles, quitta Brest avec plus de 13 000 soldats aguerris à bord, en route pour la baie de Bantry, sous le commandement de l’un des généraux français les plus charismatiques, Lazare Hoche. Ils devaient y débarquer, rejoindre les insurgés locaux et prendre la ville de Cork avant la fin du mois. Hoche devait alors marcher sur Dublin, convoquer une Convention irlandaise afin de donner une constitution républicaine au pays, et préparer une invasion de l’Angleterre. Le projet était ambitieux, certes, mais non irréaliste, compte tenu des victoires déjà remportées ailleurs en Europe de l’Ouest par les armées françaises.

2Si l’opération avait réussi, le cours de l’histoire européenne en aurait été modifié : la Grande-Bretagne aurait demandé un armistice qui, en toute probabilité, aurait mis fin aux guerres révolutionnaires, la France aurait eu le contrôle de la plus grande partie de l’Europe occidentale, et la crise militaire qui amena Napoléon Bonaparte au pouvoir trois ans plus tard ne se serait vraisemblablement jamais produite. L’Irlande, quant à elle, serait devenue une république, étroitement liée avec la France sur le plan commercial, mais endettée par le coût de l’expédition de Hoche.

3Toutefois, l’expédition fut un échec, et au début de l’année 1797 les vestiges de la flotte dispersée mirent le cap sur Brest après deux semaines en mer, sans avoir pu débarquer un seul soldat sur le sol irlandais. Défiant toute probabilité, la Grande-Bretagne parvint à continuer la lutte contre la France dix-huit années durant, et l’intégration de l’Irlande à la Grande-Bretagne se trouva renforcée quatre années plus tard, avec l’adoption de l’acte d’Union.

4Pourquoi les Français risquèrent-ils la vie de tant de soldats dans une invasion de l’Irlande en plein hiver ? Qu’espéraient-ils accomplir, et pourquoi échouèrent-ils ? Que se serait-il passé en Irlande si l’expédition avait été couronnée de succès ? Le but de cet article est d’apporter des éléments de réponse à toutes ces questions, en mettant l’accent sur le côté français des événements, les conséquences éventuelles d’une invasion victorieuse étant développées dans d’autres chapitres. Il permettra d’éclairer les buts et ambitions sous-tendant une expédition vouée à l’échec, qui laissa un bâtiment de guerre, la Surveillante, par le fond dans la baie de Bantry, et plus de 1 500 soldats et marins français noyés dans l’océan Atlantique, entre Bantry et la côte bretonne.

5Lorsque la Révolution française éclata en 1789, la plupart des gouvernements européens se réjouirent de voir l’un des plus puissants pays d’Europe détourné de la scène internationale pour se consacrer au processus compliqué d’une réforme intérieure. Les révolutionnaires français partageaient d’ailleurs cette satisfaction, affirmant que la guerre était l’œuvre de rois ambitieux et non de peuples libres. En mai 1790, ils proclamèrent que la France vivrait en paix avec ses voisins, abandonnant ainsi l’idée d’une guerre offensive. Cependant la promesse fut de courte durée, car en moins de deux ans un groupe de radicaux, les Girondins, prit l’ascendant et déclara que la guerre offrait une solution aux problèmes grandissants posés à la Révolution par les divisions politiques, le schisme religieux et la contre-révolution. De fait, la France déclara la guerre à l’Autriche en avril 1792 et les Girondins étendirent rapidement le conflit pour en faire une croisade européenne, proclamant que les armées françaises aideraient tout peuple souhaitant se défaire du joug de la tyrannie.

6À l’approche de l’été 1793, cette déclaration de guerre virtuelle contre les monarchies européennes incita le Premier ministre britannique, William Pitt, à former la première coalition contre la France. Ses victoires initiales renversèrent les Girondins, remplacés par un Comité de salut public, dirigé par les Jacobins ; ces derniers instaurèrent la Terreur pour museler la dissidence interne et fondre les armées françaises en une formidable machine de guerre. Dès l’été 1794, ces armées prirent l’offensive, annexèrent les Pays-Bas autrichiens (la Belgique moderne), envahirent les Provinces-Unies, conquirent la rive gauche du Rhin, et s’approprièrent Nice et la Savoie. La première coalition s’étiola alors et, au printemps 1796, une grande partie de l’opinion en France désirait la paix et un retour à la normalité politique. Mais l’Autriche ne pouvait guère accepter la perte de la Belgique et des États rhénans du Saint Empire romain germanique, tandis que la Grande-Bretagne demeurait implacablement opposée à l’expansion française en Belgique et en Hollande.

7Durant l’automne 1795, un nouveau régime politique fut instauré en France, le Directoire, où le pouvoir exécutif était détenu par cinq Directeurs et le pouvoir législatif par deux Conseils élus. Les Directeurs préparèrent une offensive militaire pour le printemps 1796, une attaque contre l’Autriche sur trois fronts : deux armées avanceraient à travers l’Allemagne et une troisième, sous les ordres de Napoléon Bonaparte, nouvellement nommé, passerait par l’Italie du Nord. Pourtant, le Directoire caressait aussi le projet d’une attaque de diversion sur l’Angleterre, afin de la contraindre à demander un armistice. Trois années auparavant, en automne 1793, le Comité de salut public avait ordonné la mobilisation de 100 000 hommes sur les côtes bretonnes et normandes en prévision d’un tel débarquement. Au même moment, Hoche, alors commandant en chef de l’armée de la Moselle, avait pressé le Comité de salut public de le laisser diriger une force d’invasion plus petite :

  • 1 G. Escande, Hoche en Irlande 1795-1798. D’après des documents inédits, Paris, 1888, p. 4-5 ; voir (...)

Un homme courageux à la tête de 40 000 autres causerait beaucoup de dégâts dans ce pays, et forcerait les tyrans ligués contre nous à solliciter la paix […]. Je veux être le premier à poser le pied sur le sol de ces brigands politiques1.

  • 2 A. Rousselin, Vie de Lazare Hoche, général des armées de la République, Paris, 1798, 2 vol., vol. (...)

8Mais aucun de ces projets ne vit le jour, car les moyens manquaient, et même lors de l’hiver 1795-1796, l’importance de l’offensive contre l’Autriche excluait encore toute possibilité d’invasion sérieuse. Néanmoins, Lazare Carnot, Directeur chargé de la guerre et ancien membre du Comité de salut public, était un anglophobe qui désirait se venger de la Grande-Bretagne pour son aide apportée à la guérilla menée par les chouans depuis 1793 en Vendée et en Bretagne. Ce sentiment était partagé par Hoche, commandant de l’armée de Vendée, qui avait pacifié la région en 1795-1796. Lorsque Carnot lui soumit le projet en avril 1796 pour organiser un débarquement de diversion en Angleterre, il réagit aussitôt avec enthousiasme2.

  • 3 Archives nationales, AF iii 186b, dossier 860, pièce 1.
  • 4 É. Desbrière, Projets et Tentatives de débarquement aux îles Britanniques (1793-1805), Paris, 1900 (...)

9Le plan de Carnot prévoyait de recruter quelque 2 000 prisonniers, de leur fournir des uniformes et un armement rudimentaires (pour chaque homme, un fusil à deux coups, deux pistolets, un couteau et des munitions), puis de les débarquer à différents endroits dans le sud de l’Angleterre3. Ils se disperseraient alors en petits groupes afin d’attaquer les convois gouvernementaux, détruire les hôtels de ville, faire sauter les ponts et couper les routes. Le but était de répandre, parmi la population civile, une panique telle que Pitt serait obligé de rappeler des troupes pour protéger les civils, et se verrait contraint de demander la paix. Les prisonniers retourneraient alors en France en hommes libres, avec l’autorisation de conserver leur butin de guerre, à hauteur de 100 000 francs4. Hoche promit à Carnot qu’il pourrait trouver un millier de têtes brûlées provenant de sa propre armée pour l’expédition, ainsi que 1 200 prisonniers supplémentaires, condamnés aux travaux forcés ou aux galères pour infractions disciplinaires, pour un autre débarquement au Pays de Galles.

  • 5 M. Elliott, Partners in Revolution : The United Irishmen and France, New Haven–Londres, 1982, chap (...)

10Cependant, ce plan curieux fut rapidement supplanté par l’idée d’une expédition en Irlande, car Wolfe Tone était arrivé au Havre en provenance d’Amérique au début de février 1796, décidé à convaincre les Français d’organiser précisément une telle invasion. Ses chances de réussite pouvaient sembler minces au début, car la Révolution avait appris à se méfier de l’optimisme d’exilés politiques, qu’il fussent des Provinces-Unies, de Belgique, ou des États rhénans. Tous, comme Tone, avaient assuré qu’une invasion française serait le catalyseur d’un grand soulèvement révolutionnaire. Or, à chaque fois, lorsque les armées françaises avaient envahi le pays, la population dans sa vaste majorité avait rejeté les réformes proposées et protesté contre l’occupation militaire. C’est pourquoi la France, en 1796, exigeait des preuves de ferveur révolutionnaire avant de risquer hommes et fonds dans une action de libération politique. Les Irlandais ne s’étant guère manifestés jusque-là parmi les communautés d’exilés, Tone ne rencontra qu’un scepticisme poli quand il présenta son projet au ministère des Affaires étrangères à la mi-février 1796. Mais l’audience publique du 24 février, durant laquelle Tone put approcher Carnot, lui permit de retourner la situation, comme l’a montré Marianne Elliott, et ce pour trois raisons : le pouvoir de persuasion de Tone, son exagération de l’agitation révolutionnaire en Irlande, et son assurance qu’un soulèvement irlandais paralyserait l’effort de guerre britannique5. Ce dernier argument fut décisif, Carnot vouant une haine particulière à l’Angleterre. Tone lui affirma que si 20 000 soldats français débarquaient en Irlande, 100 000 Irlandais les rejoindraient en quelques semaines, paralysant ainsi la marine britannique par la désertion des marins irlandais.

  • 6 Archives nationales, AF iv 1597 ; É. Desbrière, Projets et Tentatives…, vol. 1, p. 107-108.

11Carnot prit aussitôt le projet à son compte, dans l’espoir de faire de l’Irlande la Vendée de la Grande-Bretagne. Le 19 juin 1796 (1 messidor de l’an iv du calendrier révolutionnaire), le Directoire donna son aval à l’invasion. Le plan original prévoyait une offensive compliquée sur trois fronts, l’expédition irlandaise étant incorporée au précédent projet d’une invasionguérilla de l’Angleterre et associée à une expédition navale en Inde. À la mi-août, 5 000 soldats devaient être débarqués dans la baie de Galway, pour conquérir le Connaught, les navires poursuivant leur route vers l’Inde pour y attaquer des possessions britanniques. Pendant ce temps, 5 000 autres soldats seraient débarqués sur la côte du Yorkshire en Angleterre, et 6 000 hommes seraient envoyés à Galway en renfort, dont un détachement de cavalerie et un bataillon constitué de criminels et d’anciens chouans de Bretagne et de Vendée, la « Légion des Francs ». Un groupe de 5 000 déserteurs étrangers viendrait de Hollande, amenant les forces d’invasion à un total de quelque 16 000 hommes6.

12Hoche ne fut pas initialement nommé commandant de cette force d’invasion, car le Directoire la jugeait trop petite pour un général de son envergure. Mais quatre jours plus tard, Carnot changea d’avis et lui demanda de la diriger

  • 7 Sur l’admiration que Carnot portait à Hoche, voir Mémoires sur Carnot par son fils, Paris, 1861-186 (...)

si votre absence [en Bretagne] n’entraînait pas de nouveaux troubles et si l’un de vos officiers pouvait vous y remplacer temporairement7.

13Hoche se réjouit du défi lancé, et fut officiellement nommé commandant le 20 juillet 1796 (2 thermidor an iv), avec ordre de rassembler 15 000 soldats et officiers de son armée de Vendée.

  • 8 M.-L. Jacotey, Le Général Hoche, l’ange botté dans la tourmente révolutionnaire, Langres, 1994.

14C’était un général talentueux et ambitieux, qui était passé rapidement par les différents grades depuis 1789. Adjudant-général en 1793 sur le front nord-est, il reçut le commandement en chef de l’armée de Moselle en Alsace, puis celui de l’armée des côtes de Brest en 1794, et celui de l’armée de l’Ouest ; il mit fin à la guerre civile en Vendée et en Bretagne, et repoussa un débarquement d’émigrés organisé par les Anglais dans la baie de Quiberon en juillet 1795. Intelligent et volontaire, il n’avait alors que vingt-huit ans. Ses démêlés avec les paysans rebelles dans l’ouest de la France l’avaient pourvu d’une expérience militaire et de négociateur qui aurait été inestimable en Irlande, et il se lia rapidement avec Tone d’une amitié qui, malgré la barrière de la langue, était fondée sur une confiance et une affection mutuelles8.

15À la fin du mois de juillet, Hoche modifia le plan d’invasion initial. L’opération devait désormais se faire en deux temps, et avec deux fois plus de soldats : 15 000 hommes devaient faire route en partance de Brest, suivis quelques semaines plus tard par une seconde vague d’invasion de 16 000 hommes. Mais le calendrier prit du retard. Les négociations ayant traîné en longueur à Rennes, Hoche n’arriva à Brest qu’à la fin du mois de septembre, compromettant le départ prévu pour le mois d’août. À son arrivée, il fut consterné par la lenteur des préparations navales. Le ministre de la Marine, Laurent Truguet, appuyait entièrement l’expédition, mais le vice-amiral commandant la flotte à Brest, Villaret-Joyeuse, y était franchement hostile. Très attaché à l’expédition en Inde prévue dans les plans initiaux, il ne voulait pas d’un détour par l’Irlande, qu’il considérait inutile et dangereux en raison de la supériorité de la marine britannique. Le Directoire n’écarta complètement l’idée d’une expédition indienne que le 13 octobre, mais Villaret-Joyeuse, par son attitude, s’était déjà fait un tel ennemi de Hoche que le Directoire le remplaça le 15 septembre par Morard de Galles, marin aguerri d’une cinquantaine d’années.

16Toutefois, Villaret-Joyeuse ne fut pas l’unique problème, car la marine française elle-même était en piteux état. Un programme impressionnant de construction de navires dans les années 1770-1780 l’avait dotée d’un grand nombre de bateaux modernes, l’amenant à un niveau comparable à celui de la marine britannique. Mais la Révolution avait provoqué une émigration massive parmi les officiers, d’origine noble pour la plupart d’entre eux, et des problèmes de discipline accrus parmi les marins. Sept amiraux sur neuf avaient démissionné, seuls trois vice-amiraux sur dix-huit étaient restés à leur poste, et les trois quarts des capitaines de navires étaient partis. Plusieurs bateaux avaient déjà été détruits par la marine britannique en Méditerranée et dans l’Atlantique, alors qu’une inflation galopante et le poids des restrictions budgétaires avaient accumulé les arriérés de paiement des salaires des marins et dockers. La vitesse du travail de préparation s’en ressentit, les semaines s’étirèrent en longueur, et les soldats commencèrent à s’agiter. Hoche était exaspéré. Le 8 décembre il écrivit au Directoire, menaçant d’abandonner carrément le projet. Cinq jours plus tard, le Directoire annula l’expédition suite à un appel urgent de Bonaparte, qui réclamait des renforts en Italie. Mais le temps que la missive atteigne Brest, il était trop tard : les préparatifs étaient terminés, les bateaux prêts, et la flotte prit la mer le 15 décembre.

  • 9 Il y a plusieurs excellents récits de l’expédition. En plus des ouvrages de Marianne Elliott cités (...)

17Le départ se fit dans la confusion9. Durant le trajet de trois milles entre l’arrière-port et le détroit encaissé du goulet de Brest, quatre navires entrèrent en collision, causant des dégâts mineurs. Mauvais présage, et le pire restait à venir. Le plan initial de Morard avait été d’éviter toute détection par un escadron de la marine britannique patrouillant au large de Brest en gagnant la haute mer par le raz de Seine, plus au sud (si malgré tout les Anglais l’avaient détecté, Morard espérait ainsi leur faire croire qu’il partait pour le Portugal). Cependant, dans l’après-midi du 16 décembre, il changea d’avis au dernier moment, et prit, vers l’ouest, la direction du chenal d’Iroise. Mais la majeure partie des bâtiments avait déjà mis le cap sur le raz, en dépit des tirs de canons de Morard pour les avertir, car le bruit fut confondu avec les signaux de détresse tirés par le Séduisant, un navire de la flotte qui sombrait, ayant heurté des récifs. En conséquence, de nombreux vaisseaux ne surent rien du changement de plan, et la flotte se scinda avec dix-sept bateaux passant par le raz – dont l’Indomptable, qui transportait Wolfe Tone – et le reste par l’Iroise, dont la Fraternité, avec Morard de Galles et Hoche à son bord. Une grande partie de la flotte se retrouva le 19 décembre au large de Mizen Head, mais non la Fraternité qui avait dérivé au sud-ouest après avoir quitté les côtes françaises, et qui ne devait plus rejoindre l’essentiel de la flotte. Tone nota sèchement dans son journal :

Je crois que c’est le premier cas recensé d’un amiral qui, dans une frégate en parfait état et bénéficiant d’un temps clément ainsi que de nuits claires, se sépare de sa flotte.

18Hoche et Morard ainsi éliminés de l’opération, leurs seconds, Emmanuel de Grouchy et François Joseph Bouvet, prirent le commandement. Grouchy, ancien noble âgé de trente ans, était resté dans l’armée après 1789, et avait servi sous Hoche en Vendée. Bouvet, de treize ans son aîné, avait une grande expérience navale, acquise en Extrême-Orient et dans l’Atlantique. Une fois au large de Mizen Head, ils ouvrirent les lettres écrites par Hoche et Morard avant le départ, qui contenaient les ordres détaillés pour le débarquement. Ils découvrirent alors que leur destination était la baie de Bantry, information tenue secrète jusque-là pour éviter qu’elle ne filtre vers des espions britanniques en activité à Brest. La préférence de Tone allait dans le sens d’un débarquement en Leinster ou en Ulster, où les Irlandais Unis et les Défenseurs étaient le plus nombreux, mais le Directoire, inquiet de la présence de la marine britannique dans ces eaux, avait opté pour la baie de Galway dans le plan du 19 juin. En septembre, les Britanniques avaient eu vent de ces informations et Carnot s’en était alors remis à Hoche et Morard pour la décision finale. À la mi-novembre, ils choisirent Bantry, où un débarquement français victorieux avait eu lieu en 1689. La côte sud-ouest offrait à la flotte une bonne chance d’éviter les patrouilles navales britanniques ; de surcroît, Bantry possédait un excellent port naturel, à peine à 270 milles (soit trente-six heures de mer) de Brest. En outre, Carnot considérait Cork comme une ville stratégique, à prendre le plus vite possible après le débarquement, car elle approvisionnait la plupart des dépôts de ravitaillement de la marine britannique.

19Selon le plan de Morard, la flotte devait mettre le cap sur Mizen Head, puis passer Three Castle Head et Sheep’s Head, avant de se diriger vers la baie de Bantry. Là, elle choisirait entre trois mouillages, selon la direction des vents, et débarquerait l’infanterie dès que possible. Au matin du 21 décembre, la flotte, réduite à présent à trente-cinq bateaux, avait légèrement manqué son objectif et se dirigeait vers l’île de Dursey. Elle eut cependant la chance de recueillir des pilotes irlandais, qui croyaient aller à la rencontre d’un escadron anglais rentrant de Jamaïque ; ils acceptèrent d’aider les Français à atteindre la baie. L’opération se révéla compliquée, car elle impliquait de lutter de front contre les forts vents sud-est, et dans la soirée du 22 décembre, quinze navires seulement, transportant quelque 6 400 hommes, y étaient parvenus. Parmi eux figurait l’Immortalité avec Bouvet et Grouchy à son bord, mais Bouvet accrut les difficultés en jetant l’ancre à l’est de l’île de Bear, au milieu du chenal, plutôt que dans le détroit entre l’île et la terre ferme, comme prévu dans le plan de Morard. Cette position aurait offert aux navires un abri contre le vent, et l’erreur s’avéra fatale, puisque le lendemain les quinze navires furent la proie de bourrasques de vent et de rafales de neige jusqu’en fin d’après-midi.

20Mais les vents tombèrent au matin du 24 décembre et, après une rapide réunion avec ses officiers, Grouchy pria Bouvet de se préparer à un débarquement imminent. Celui-ci ordonna à ses vaisseaux de se préparer à jeter l’ancre à Bear Haven, mais après avoir louvoyé plusieurs heures, ils n’avaient que peu progressé ; vers six heures de l’après-midi, un grand vent se leva, arrêtant net tout progrès. Il se transforma en tempête, qui souffla pendant deux jours ; tout espoir de débarquer était perdu, et durant la soirée de Noël, l’Immortalité chassa sur ses ancres et se retrouva en train de dériver vers l’île de Bear. Bouvet décida aussitôt de quitter la baie, utilisant un porte-voix et une salve de canon pour ordonner aux autres navires de le suivre. Il dévia d’environ trois cents milles dans l’Atlantique, mais de toute manière un seul bateau, le Platon, avait compris qu’il partait ; le reste de la flotte était demeuré sur place. Le lendemain, l’officier le plus gradé restant, Bedout, organisa une brève réunion où il fut décidé de lever l’ancre et de se diriger vers l’embouchure du Shannon dans l’espoir de rencontrer le reste de la flotte, qui était demeurée hors de la baie. Neuf bâtiments y arrivèrent au matin du 28 décembre, mais après une attente de vingt-quatre heures, ils perdirent espoir et rentrèrent en France, arrivant à Brest le jour de l’an. Le Droits de l’Homme, séparé des autres peu après Bantry, n’arriva jamais : repéré par deux frégates britanniques alors qu’il approchait des côtes bretonnes, il échoua sur un banc de sable dans la baie d’Audierne, et sur les 1350 hommes à bord, près d’un millier se noyèrent.

21Suite à la décision de Bedout, il n’y avait plus de Français dans la baie de Bantry le 28 décembre, mais les jours suivants, les navires qui n’étaient pas parvenus à entrer avec Bouvet les 21 et 22 décembre y arrivèrent enfin, non sans mal, et jetèrent l’ancre au large de l’île de Whiddy. Parmi eux, une frégate, la Surveillante, arriva le 31 décembre, mais prenait l’eau de telle sorte qu’elle dut être abandonnée et sabordée dans la baie, deux jours plus tard, à un mille des côtes, du côté de Glengarriff. L’officier commandant cette seconde vague, le contre-amiral Durand-Linois, se trouva alors avec quatre navires de haut bord, quatre frégates et quelque quatre mille marins à sa disposition. Mais cette petite force commençait à manquer de provisions, elle ne disposait d’aucune artillerie, et tant Durand-Linois que ses officiers étaient persuadés – à tort en l’occurrence – qu’une milice de 5 000 hommes au moins était prête à les affronter s’ils débarquaient. Il fut donc décidé de quitter la baie le 2 janvier et de croiser deux jours au large afin de renouer avec le reste de la flotte. Le départ prit un retard de deux jours – à cause, cruelle ironie, d’une mer d’huile – mais ils partirent finalement dans la nuit du 5 au 6 janvier, et croisèrent trois jours au sud-ouest de l’île de Dursey avant de rentrer sur Brest, où ils arrivèrent le 13 janvier.

22Hoche et Morard de Galles, à bord de la Fraternité, étaient les seuls acteurs principaux du drame encore présents. Après le fiasco du départ de Brest, ils avaient dévié au sud-ouest à cause des grands vents et aggravèrent la situation en prenant des mesures pour fuir ce qu’ils prirent à tort pour des navires britanniques. Le 28 décembre, ils se trouvaient à deux cents milles au sud-ouest de la côte irlandaise, mais le vent vira de nouveau à l’ouest, leur permettant de naviguer vers Bantry. Le 30 décembre, ils étaient à quelque vingt-huit milles au sud-ouest de Dursey, et avaient d’ores et déjà rejoint la Révolution, qui était arrivée dans la baie avec Bouvet le 21 décembre mais avait perdu beaupré, encablures et ancre dans une collision pendant la tempête du 26 décembre. Le bateau, en très mauvais état, transportait 2 200 hommes dont les rations étaient réduites de moitié. L’après-midi du 31 décembre, Morard et Hoche jugèrent que le débarquement était voué à l’échec, et décidèrent de rentrer à Brest avec la Révolution. En fait, s’ils avaient continué jusque dans la baie de Bantry, ils y auraient trouvé Durand-Linois, ses quatre navires et 4 000 hommes, englués dans une mer d’huile. Mais il est peu probable que Hoche eût pris le risque d’un débarquement avec des forces aussi réduites, et la décision de retourner à Brest ne changea sûrement pas grand-chose à l’issue de l’expédition.

23Sur les quarante-cinq bateaux partis le 15 décembre, trente-cinq seulement parvinrent à Brest, et beaucoup tellement endommagés qu’ils nécessitèrent plusieurs mois de réparation avant de pouvoir de nouveau prendre la mer. Mis à part la perte de la Séduisante à la sortie de Brest et le sabordage de la Surveillante à Bantry, le Scévola avait sombré le 30 décembre (les 820 hommes à bord furent toutefois sauvés), le Droits de l’Homme avait coulé dans la baie d’Audierne et la Tortue, l’Atalante, le Ville-de-Lorient, le Suffren et l’Allègre avaient tous été capturés. Plus de 1 500 soldats et marins s’étaient noyés et 2 000 autres avaient été faits prisonniers par les Anglais. Les survivants furent traumatisés par cette expérience, et quand des rumeurs d’une seconde tentative commencèrent à se répandre à Brest durant la mi-janvier, il y eut menace de mutinerie. Harcelée par les intempéries, gênée par un manque de compétence navale et handicapée par une malchance considérable, l’expédition fut un désastre complet.

24De toute évidence, les conditions météorologiques furent décisives, car les tempêtes que rencontra la flotte à l’approche de Bantry et qui continuèrent de façon intermittente durant deux semaines rendirent un débarquement hasardeux. Les tempêtes n’ont rien d’exceptionnel au sud-ouest de l’Irlande en hiver – le docteur John Tyrrell analyse en détail les conditions météorologiques de l’expédition dans un autre chapitre de ce livre – cependant les difficultés qu’elles engendrèrent n’étaient pas insurmontables et elles furent exacerbées par des erreurs humaines. La première fut la décision impromptue de Morard de changer de cap à la sortie de Brest le 16 décembre, car ceci divisa la flotte, et isola définitivement les chefs, Morard et Hoche, du reste de l’expédition. Ce choix pesa lourdement sur le destin de l’expédition, car seul Hoche avait le charisme et la compétence nécessaires pour surmonter les difficultés rencontrées à Bantry ; il aurait certainement agi de manière plus prompte et décisive que ne le fit Grouchy lorsque le vent tomba le 24 décembre. Il aurait peut-être même tenté un débarquement de l’infanterie du côté sud de la baie (au lieu de Bear Haven), à Gortnakilly ou sur l’une des plages voisines protégées du vent d’est dominant. Ces alternatives présentaient certes leurs propres risques, mais Hoche et ses troupes étaient habitués à des opérations délicates similaires en Bretagne, et un débarquement à ce moment eût ouvert la route de Bantry et de Cork. Grouchy était un général de valeur mais ne possédait ni l’énergie, ni la compétence de Hoche, bien qu’il eût tenté par la suite d’expliquer l’échec de l’expédition par les instructions trop sommaires de Hoche.

25En plus de l’absence de Hoche, le manque d’expérience de nombreux marins et le mauvais état de la plupart des bateaux furent aussi décisifs. Le manque de technicité navale fut à l’origine non seulement des collisions survenues au départ de Brest, mais aussi des problèmes de navigation du reste de la flotte à l’approche de Bantry, sans compter ses difficultés à entrer dans la baie. Les bateaux de Bouvet y pénétrèrent contre le vent les 21 et 22 décembre, mais ceux sous les ordres des amiraux Richéry et Nielly en furent incapables et demeurèrent à l’extérieur. Le 23 décembre, Bouvet mouilla au large des côtes orientales de l’île de Bear, au milieu du chenal, laissant ses navires exposés aux forts vents d’est, alors que les ordres de Morard précisaient clairement qu’il devait soit passer entre la pointe est de l’île et Roancarrig, jusqu’à l’ancrage de Bear Haven, soit louvoyer le long de la baie pour jeter l’ancre au large de Whiddy. Les deux solutions auraient assuré un abri salutaire contre la tempête, le laissant bien placé pour procéder ensuite à un débarquement, mais Bouvet n’en choisit aucune.

26Un troisième facteur fut la peur, car durant toute l’expédition les officiers étaient convaincus qu’ils risquaient une bataille rangée avec la marine britannique : cela avait été l’une des raisons avancées par Villaret-Joyeuse pour refuser l’expédition au début, cela avait causé le fiasco au départ de Brest le 16 décembre, et la peur d’être pris au piège hanta les marins français à partir du 22 décembre, une fois arrivés à Bantry. Ce fut un facteur décisif : Bouvet quitta la baie rapidement le 26 décembre et la seconde vague de bateaux partit le 5 janvier. Cependant, ironie du sort, entre le 22 décembre et le 6 janvier pas un seul navire ou soldat britannique n’apparut dans la zone de Bantry. Les Français eurent les mers du sud-ouest de l’Irlande pour eux et, s’ils avaient eu conscience de leur chance, ils seraient à coup sûr restés plus longtemps, pour ensuite débarquer les troupes.

  • 10 Voir É. Guillon, La France et l’Irlande…, p. 193-196 ; F.-A. Aulard, Paris sous la réaction thermi (...)

27Dans ce cas, les instructions de Hoche sur la marche à suivre en Irlande, avec les Irlandais, étaient détaillées dans sa correspondance avec le Directoire au long de l’été 179610. Dans leur lettre du 19 juin, les Directeurs expliquaient leur décision d’envahir l’Irlande pour les raisons que Tone avait largement définies au cours des mois précédents, à savoir que l’Irlande souffrait sous « l’odieux joug » de l’Angleterre et qu’une force considérable de « défenseurs » était prête à se soulever dès l’arrivée des Français. À cela, ils ajoutèrent une troisième raison, le coup porté à la Grande-Bretagne, ce que Carnot exprima ainsi :

Détacher l’Irlande de l’Angleterre, c’est réduire l’Angleterre à une puissance de deuxième rang et lui ôter beaucoup de sa supériorité maritime. Il n’est guère utile de développer les avantages que l’indépendance irlandaise apporterait à la France.

28La victoire en Irlande amènerait

la chute de nos plus implacables et dangereux ennemis. J’y vois pour la France la tranquillité pour les siècles à venir et […] une nouvelle et glorieuse carrière pour vous.

  • 11 A. Rousselin, Vie de Lazare Hoche…, vol. 1, p. 267-303.

29Si l’Irlande devait servir de tremplin pour amener une défaite de l’Angleterre – et c’était sans aucun doute la priorité de Hoche – elle devait aussi être transformée par la même occasion, car les Directeurs rendaient hommage, au moins en paroles, à l’affirmation de Tone selon laquelle la vaste majorité des Irlandais voulait vivre dans une république de type français11. On signala à Hoche que

plus les Irlandais se rapprocheront du système de gouvernement que nous avons adopté, plus nous pourrons compter sur une alliance permanente entre la France et leur pays.

30On le poussa à cette fin à prendre l’initiative dans le domaine politique dès son débarquement, et à empêcher les radicaux irlandais d’imposer leur propre programme. En effet, il devait prendre la direction de toute armée irlandaise qui se matérialiserait, contrôler le gouvernement de l’île jusqu’à ce qu’un accord de paix fût conclu avec l’Angleterre, et superviser tous les hommes en poste. Par-dessus tout, il devait contrôler lui-même la vie politique, et éviter d’être écarté comme simple dirigeant d’une force auxiliaire à l’insurrection irlandaise. Les Directeurs étaient convaincus que cela ne poserait aucun problème,

car vous dirigerez toujours les nouveaux représentants selon les souhaits du Directoire, dans le sens de la liberté et du bonheur qui l’assure.

31Ils l’encouragèrent également à user de la persuasion plutôt que de la force dans la mesure du possible, et à conduire les affaires des Irlandais avec

un tact tel qu’ils ne se rendent pas compte de la main qui les guide vers l’indépendance et le bonheur de leur pays.

32Le Directoire avait aussi défini le cadre général dans lequel Hoche devait faire usage de « tact ». Il lui était conseillé d’autoriser le Comité catholique et les Irlandais Unis à former une assemblée consultative dès son arrivée, en attendant l’élection d’une assemblée permanente. Cette assemblée serait restreinte, avec deux ou trois représentants par comté, et il pourrait la dissoudre si jamais une majorité se dégageait en faveur du maintien du lien avec la Grande-Bretagne. Il y avait donc des limites à la démocratie qu’il devait exporter en Irlande, car le but de l’assemblée était de produire une république irlandaise sur le modèle français, avec une constitution écrite et un parlement bicaméral. Si toutefois les Irlandais préféraient une monarchie, ils pourraient en avoir une, à condition que le monarque fût francophile, catholique, et ennemi déclaré de l’Angleterre – le Directoire pensait que cette clause était une garantie solide d’un antagonisme durable entre les deux pays. Elle fut peut-être l’œuvre du général Clarke, conseiller de Carnot au ministère de la Guerre et Irlandais de la deuxième génération ; il ne pensait pas que le républicanisme fût aussi répandu en Irlande que l’affirmait Tone, et prévoyait plutôt une restauration de la monarchie Stuart.

33Quant à la religion, le souhait évident du Directoire était d’encourager la montée d’une idéologie laïque, comme en France où, après la déchristianisation, la séparation de l’Église et de l’État avait détruit la richesse et le pouvoir de l’Église catholique. Il paraissait toutefois peu probable au Directoire que les Irlandais fussent prêts à un tel changement, et il lui fallut admettre que les trois confessions dominantes – anglicane, presbytérienne et catholique – ne pourraient pas être remises en cause dans un avenir proche. Néanmoins, l’Église anglicane serait séparée de l’État puisque toutes les Églises devraient rémunérer leurs prêtres, et l’Église catholique serait surveillée de près

car ses doctrines s’opposent aux saines institutions de la philosophie et de la moralité, ainsi qu’au progrès des connaissances.

34Si la destruction du pouvoir britannique devait malgré tout encourager les catholiques à

se libérer des superstitions de l’Église de Rome, à laquelle les trois-quarts de la population sont actuellement assujettis

  • 12 Archives nationales, AF iii 186b, dossier 859, pièce 58.

35– libération que le Directoire appelait de ses vœux –, on ne leur permettrait pas de se tourner vers l’anglicanisme ou le presbytérianisme ; ils seraient incités à embrasser la religion « naturelle » et à devenir déistes. Mais la libération et les bienfaits du culte de la Raison avaient leur prix : l’Irlande aurait à prendre en charge le coût de l’expédition, sous la forme de règlements en liquidités et d’avantages commerciaux accordés à la France12.

36Il est impossible de savoir la tournure que tout ceci aurait pu prendre. Les Directeurs s’appuyaient de toute évidence sur les propos de Tone, qui avait exagéré l’importance du sentiment républicain en Irlande, mais ils tinrent compte du fait que les choses pourraient ne pas se dérouler comme Tone le prévoyait. Il faut préciser qu’en Belgique et en Rhénanie, les soldats français, par leur comportement, leur anticléricalisme et leurs exigences en nourriture, chevaux et autres biens, s’étaient rapidement aliéné les populations locales. Les soldats français auraient eu besoin de provisions, et surtout de chevaux, peu après le débarquement. Il est difficile de savoir à quel point ces besoins auraient été compris par la population du sud-ouest de l’Irlande, mais la possibilité d’un conflit entre civils et militaires ne peut être écartée. Ceci dit, Hoche, général astucieux, savait gérer les relations entre civils et militaires. Les ordres reçus par ses hommes avant le départ insistaient sur l’importance de la discipline, et l’on peut supposer qu’un degré raisonnable de coopération aurait permis à toute l’opération de réussir facilement.

37Mais nous ne le saurons jamais. Tout ce que nous savons c’est que, dès son retour, Hoche fut transféré en Rhénanie, à la tête de l’armée de Sambre-et-Meuse. Tone l’accompagna et, durant un court moment du printemps 1797, la signature d’une trêve préliminaire entre Bonaparte et les Autrichiens à Leoben en avril permit d’espérer une seconde invasion organisée par Hoche. Mais les Français avaient déjà entamé des pourparlers avec l’Angleterre, et le Directoire avait décidé que l’Irlande devrait d’abord fomenter sa propre révolte avant d’espérer l’aide de la France. La mort prématurée de Hoche en septembre mit fin à tout espoir d’action en 1797.

  • 13 P. Horn, The Last Invasion of Britain : Fishguard 1797, Fishguard, 1980.

38La seule suite donnée à l’histoire cette année-là vint sous la forme de l’infortunée expédition à Fishguard. Le 16 février, quatre navires quittèrent Brest avec une petite armée composée d’anciens prisonniers, de soldats connus pour leur indiscipline, et d’une poignée de soldats rescapés de la première expédition de Bantry, sous le commandement d’un marchand américain de soixante-dix ans, William Tate. Leur destination était Bristol, où ils devaient débarquer et semer le trouble comme prévu dans le plan de Carnot du printemps précédent ; mais au lieu de cela, ils débarquèrent près de Fishguard, dans le Pembrokeshire, dans la nuit du 22 au 23 février. Affamés et très indisciplinés, ils effectuèrent une descente dans une ferme des alentours qui, par hasard, contenait plusieurs caisses de vin, récupérées d’un naufrage sur la côte galloise quelques jours auparavant. Cela ruina tout espoir de succès même éphémère, car ils burent rapidement le tout et, complètement ivres, se déchaînèrent, assaillant les fermes de la région, à la recherche de nourriture, avant d’être cernés par la milice locale. Tout cet épisode désolant dura à peine plus de quarante-huit heures. Deux Gallois furent tués, et une femme touchée à la jambe ; quatre soldats français périrent, deux tués par un fermier pour vol de bétail, un autre blessé à mort par un paysan armé d’une fourche pour vol de nourriture et de bière ; quant au quatrième, il fut abattu par la milice. Parmi les survivants, un jeune Irlandais, Barry St. Ledger, déclara avoir essayé de maintenir la discipline en prévenant ses hommes que les pillards seraient abattus. Pour toute réponse, ils lui avaient dit qu’ils tiraient aussi bien que lui13. Fin pitoyable d’un hiver misérable pour les Français, et décevant pour Tone, les Défenseurs et les Irlandais Unis.

Notes

1 G. Escande, Hoche en Irlande 1795-1798. D’après des documents inédits, Paris, 1888, p. 4-5 ; voir aussi H. Calkin, « Les invasions de l’Irlande pendant la Révolution française », Carnets de la Sabretache, vol. 4, 1955, p. 60-80.

2 A. Rousselin, Vie de Lazare Hoche, général des armées de la République, Paris, 1798, 2 vol., vol. 1, p. 267 sq.

3 Archives nationales, AF iii 186b, dossier 860, pièce 1.

4 É. Desbrière, Projets et Tentatives de débarquement aux îles Britanniques (1793-1805), Paris, 1900-1902, 4 vol., vol. 1, p. 61-67.

5 M. Elliott, Partners in Revolution : The United Irishmen and France, New Haven–Londres, 1982, chap. 4. Les chapitres 21-25 de l’ouvrage du même auteur, Wolfe Tone : Prophet of Irish Independence (New Haven–Londres, 1989), constituent une analyse magistrale de la participation de Tone à toute l’expédition.

6 Archives nationales, AF iv 1597 ; É. Desbrière, Projets et Tentatives…, vol. 1, p. 107-108.

7 Sur l’admiration que Carnot portait à Hoche, voir Mémoires sur Carnot par son fils, Paris, 1861-1863, 2 vol., vol. 2, p. 79-80.

8 M.-L. Jacotey, Le Général Hoche, l’ange botté dans la tourmente révolutionnaire, Langres, 1994.

9 Il y a plusieurs excellents récits de l’expédition. En plus des ouvrages de Marianne Elliott cités plus haut, Wolfe Tone et Partners in Revolution, voir É. Desbrière, Projets et Tentatives…, vol. 1, chap. 4 ; É. Guillon, La France et l’Irlande pendant la Révolution. Hoche et Humbert, Paris, 1888, p. 246 sq. ; E.H. Stuart Jones, An Invasion that failed: the French Expedition to Ireland, 1796, Oxford, 1950. Pour des récits de première main publiés, voir Mémoires du général Bigarré, aide de camp du Roi Joseph 1775-1813, Paris, s. d., p. 56-70 ; Mémoires du maréchal Grouchy, Paris, 1873-1874, 5 vol., vol. 1, p. 263 sq.

10 Voir É. Guillon, La France et l’Irlande…, p. 193-196 ; F.-A. Aulard, Paris sous la réaction thermidorienne et sous le Directoire, Paris, 1898-1902, 5 vol., vol. 2, p. 140-144, 660-662, 688-689.

11 A. Rousselin, Vie de Lazare Hoche…, vol. 1, p. 267-303.

12 Archives nationales, AF iii 186b, dossier 859, pièce 58.

13 P. Horn, The Last Invasion of Britain : Fishguard 1797, Fishguard, 1980.

Auteur

Maître de conférences (histoire moderne), University College, Dublin

Christophe Gillissen (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540