Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

Introduction

John A. Murphy
Traduction de Christophe Gillissen

Texte intégral

1Ce livre est issu des conférences données en juillet 1996 à l’université d’été de la baie de Bantry. Cette université fut organisée dans le cadre du bicentenaire de l’arrivée d’une armada française dans la baie de Bantry en décembre 1796. Cette expédition apparut à l’époque comme l’accomplissement des aspirations de Theobald Wolfe Tone et des Irlandais Unis, qui avaient longtemps espéré l’aide de la France révolutionnaire afin de « rompre le lien avec l’Angleterre » et d’établir une République irlandaise fondée sur l’égalité de tous les Irlandais et sur les Droits de l’homme.

2En l’occurrence, la grande entreprise fut en proie à toutes sortes de difficultés, en particulier les intempéries hivernales ; le débarquement ne survint donc jamais et la flotte dispersée dut regagner la France tant bien que mal. Mais, comme le remarqua Tone, « l’Angleterre ne l’avait jamais échappé de si peu depuis l’Armada espagnole », et un spécialiste de l’histoire contemporaine a pu écrire : « Ce fut une victoire d’extrême justesse, mais l’Angleterre en a l’habitude. »

3La baie de Bantry fut choisie par les dirigeants de l’expédition pour la qualité de sa rade, ainsi que pour sa relative proximité de la France (à moins de deux jours de mer de Brest, en temps normal) et de Cork, seconde ville florissante du royaume et dépôt principal de ravitaillement de la marine britannique. De nos jours, la plupart des historiens abondent dans le sens de W.E.H. Lecky : si les Français avaient débarqué à Bantry, Cork aurait été prise assez facilement et un soulèvement de la nation entière aurait pu s’ensuivre.

4Durant l’année du bicentenaire de cette expédition, la ville moderne de Bantry fut tout à fait consciente de cet aspect de son héritage ; ainsi, elle entretient le souvenir de Wolfe Tone, personnalité prédominante des événements de 1796, qui nous en a laissé un récit de première main frappant. Il aurait été ravi de savoir qu’un pub ainsi qu’une rue portent son nom ! Surplombant le panorama de la baie de Bantry, dans les étables exposées à l’est de la magnifique Bantry House, une exposition permanente sur l’armada française présente de façon vivante l’histoire de cette mission manquée. Il y a quelque ironie dans le choix du lieu, puisque le propriétaire de Bantry House (ou Seafield House telle qu’elle s’appelait alors), Richard White, fut anobli et devint Lord Bantry en 1796 en raison de la vigilance et de la loyauté dont il fit preuve durant cette crise ; il put ainsi asseoir la fortune de sa famille sur de solides fondations.

5L’échec du débarquement français n’amoindrit pas la fascination qu’il exerce sur les spécialistes, pas plus qu’il n’en diminue l’importance historique. Dans ce livre, comme durant l’université d’été, d’éminents chercheurs étudient et analysent divers aspects de cette entreprise épique : l’arrière-plan révolutionnaire et la stratégie française sous-tendant l’expédition ; le rôle joué par Wolfe Tone ; les contextes militaires et navals, britanniques et irlandais ; les croyances et espérances populaires ; le point de vue des ballades politiques ; la dimension locale ; le cadre social et politique plus étendu ; et, enfin, l’influence des intempéries sur le destin politique. Après tout, l’expédition de Bantry aurait pu modifier le cours de l’histoire des îles Britanniques si le temps l’avait permis !

6En tant que président de l’université d’été 1996 de la baie de Bantry et directeur de cette publication, je tiens à remercier en premier lieu le Comité de la baie de Bantry 1996, présidé par Matt Murphy, et les divers mécènes pour leur initiative et leur générosité dans le financement de l’université d’été, dont ce livre est issu. Capitaine demeuré sur la touche, j’aimerais également exprimer ma reconnaissance envers les auteurs, pour leur participation enthousiaste aux travaux de l’université et leur coopération active à la préparation de ce livre. Je suis heureux que la parution de cet ouvrage perpétue l’ancienne et honorable association entre la maison d’édition Mercier et la recherche universitaire irlandaise.

7Enfin, les auteurs se joignent à moi pour dire à quel point nous avons apprécié le travail enthousiaste des deux organisateurs locaux de l’université d’été de la baie de Bantry, Jennie McCarthy et Seán Kelly, à qui ce livre est dédié.

Auteur

Professeur émérite (histoire irlandaise), University College, Cork

Christophe Gillissen (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540