Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement Freinet : du fondateur charismatique à l’intellectuel collectif

 | 
Henri Peyronie

La Pédagogie Freinet : quels effets sociaux et humains ?

La Pédagogie Freinet, une pédagogie pour les enfants des nouvelles classes moyennes ou une pédagogie alternative en milieu populaire ?

Jalons pour une étude de l’itinéraire social et professionnel des pratiques et des manières d’être au métier “d’instituteurs Freinet”

Note de l’éditeur

La version initiale de ce texte est parue dans Actualité de la pédagogie Freinet (Actes du symposium de l’Université de Bordeaux 2, 26-28 mars 1987), P. Clanché, J. Testanière (dir.), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1989, p. 97-118, sous le titre : « La Pédagogie Freinet serait-elle devenue une pédagogie pour les enfants des nouvelles classes moyennes ? ». Le texte présenté ici est enrichi et mis à jour.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude sur les enjeux sociaux de la Pédagogie Freinet, dont il est rendu compte ici, a été réalisée en 1986. On était en France, depuis le début des années 1980, dans un contexte culturel et politique de “réaction” dans le champ pédagogique : les droites traditionalistes et les gauches académiques en matière scolaire dénonçaient – parfois à juste titre – les innovations pédagogiques les moins contrôlées. Mais ces courants idéologiques dénonçaient aussi des innovations pédagogiques peu contestables. Et, sans jamais l’avouer explicitement, elles protestaient ainsi contre le processus des politiques scolaires qui ont instauré en France l’accès généralisé des jeunes à l’enseignement secondaire : ce qu’on a appelé la « démocratisation de l’enseignement » (puis, parfois, la « massification de l’enseignement secondaire »). La sociologue F. Muel-Dreyfus a bien noté la signification inavouée de cette protestation :

La réaffirmation de la distance symbolique entre les deux ordres d’enseigneme...

© Presses universitaires de Caen, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540