Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement Freinet : du fondateur charismatique à l’intellectuel collectif

 | 
Henri Peyronie

Des imprimeurs à l’École moderne : la singularité d’un mouvement pédagogique coopératif, soutien, puis successeur du fondateur charismatique

Le mouvement Freinet : un “intellectuel collectif”

Élaboration et ré-élaboration des idées, des outils et des techniques pédagogiques dans le mouvement de l’École moderne-Pédagogie Freinet

Note de l’éditeur

Ce texte est adapté de deux contributions à des ouvrages collectifs : « L’élaboration et la ré-élaboration des idées et des techniques pédagogiques dans “l'intellectuel collectif” que constitue le mouvement Freinet : la métaphore du patrimoine est-elle viable ? », in Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?, J. Houssaye (dir.), Publications de l’Université de Rouen, 2002, p. 143-152 et « En classe coopérative avec Célestin Freinet », in Les citoyennetés scolaires, C. Xypas (dir.), Paris, PUF, 2003, p. 165-187.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le corpus d’idées et de techniques pédagogiques désignées aujourd’hui par l’expression “Pédagogie Freinet” (on disait autrefois “techniques Freinet”1) se distingue des autres pédagogies par ses choix pratiques et théoriques, bien sûr. Mais aussi parce que l’on peut parler, à son propos, d’une élaboration collective et coopérative de ces idées et de ces techniques. Certes Célestin Freinet est l’inventeur essentiel de la pédagogie à laquelle on associe son nom ; mais le propre du mouvement, créé par ce pédagogue-instituteur, est sa capacité à créer – et à recréer – coopérativement ses outils, ses techniques et même ses concepts. Ce fut le cas du vivant de Freinet, et à son initiative, du milieu des années 1920 au milieu des années 1960 d’abord ; puis cela a perduré après la disparition de celui-ci en 1966. Nous l’avons dit, Jean Vial avait particulièrement bien souligné cette singularité de C. Freinet :

Il est évident qu’un des plus grands mérites de Freinet, c’est sans doute d’avoir c...

© Presses universitaires de Caen, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540