Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement Freinet : du fondateur charismatique à l’intellectuel collectif

 | 
Henri Peyronie

Des imprimeurs à l’École moderne : la singularité d’un mouvement pédagogique coopératif, soutien, puis successeur du fondateur charismatique

Qui sont les “instituteurs Freinet” ? Qui entre dans le mouvement Freinet ?

Note de l’éditeur

La version initiale de ce texte est parue dans l’ouvrage collectif : La Pédagogie Freinet, mises à jour et perspectives, P. Clanché, E. Debarbieux, J. Testanière (dir.), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1994, sous le titre « Entrer dans le mouvement Freinet ? », p. 418-435. Le texte présenté ici est enrichi (en particulier par l’insertion d’extraits significatifs d’entretiens avec des instituteurs, mais aussi d’analyses complémentaires, partiellement issues du chapitre : « La Pédagogie Freinet et le mouvement de l’École moderne », in Les enseignants, l’école et la division sociale, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 105-127 [© Éditions L’Harmattan, 2000]). La recherche dont il est rendu compte ici a été réalisée à la fin des années 1980 : il y aurait maintenant [2012] au moins une génération supplémentaire dans la typologie construite alors.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les valeurs philosophiques et politiques dont se réclame le mouvement Freinet se sont transformées depuis 1930, comme se sont transformés les contextes sociaux, politiques et idéologiques, même si, comme dans tout mouvement militant, on invoque la fidélité aux grands invariants des valeurs fondatrices.

Les pratiques concrètes des pédagogues Freinet et la signification sociale de ces pratiques n’ont probablement pas été bouleversées au long des 65 ou 70 années de vie du mouvement. Mais elles ont été retravaillées par les grandes transformations sociales qui ont fait évoluer toute l’institution scolaire française : l’accélération du processus d’urbanisation, le développement des classes moyennes, le rétrécissement du monde des paysans et des artisans, la démocratisation de l’accès à l’enseignement secondaire et l’élévation générale du niveau de scolarisation ont – par exemple – pesé sur l’histoire de la pensée et des pratiques du mouvement, en même temps que la féminisation de la profe...

© Presses universitaires de Caen, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540