Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

Préface

Bernard Escarbelt et Claude Fierobe

Texte intégral

1Les Français sont dans la baie, titre emprunté à une ballade populaire, serre au plus près la réalité d’une expédition manquée tout en dessinant les contours de son environnement social et politique. C’est dire que la question est traitée depuis plusieurs points de vue dont la combinaison rend justice à la complexité de l’événement. Et à son importance. Pendant ces quelques jours de décembre 1796, le destin de l’Irlande est resté en suspens, et l’histoire a hésité avant de s’engager dans le cours qu’on lui connaît.

2Pour Hugh Gough, l’intervention des Français doit beaucoup à la rhétorique de Wolfe Tone qui, en exagérant l’importance de l’agitation révolutionnaire en Irlande, persuade ses interlocuteurs du Directoire qu’une rébellion paralyserait l’effort de guerre britannique. Or, tout se ligue pour conduire au désastre une expédition à laquelle Hoche ne croyait plus, mais qui aurait pu réussir. Avec une précision minutieuse, John Tyrrell démontre que les conditions météorologiques, en réduisant les options stratégiques de Tone et des Français, furent « à tous les stades de l’expédition, un facteur déterminant ». En examinant les aspects navals et militaires de l’événement, Thomas Bartlett trouve « le véritable sens de l’invasion qui n’eut jamais lieu » dans la conviction renforcée des loyalistes irlandais qu’ils ne pouvaient compter que sur eux-mêmes. Tom Dunne analyse « le conservatisme relatif des vues politiques de Tone » et son peu de compréhension du peuple : son nationalisme a en réalité un fondement libéral dont pourtant se réclameront plus tard les formes diverses du républicanisme irlandais. David Dickson nous convie à une visite du Munster du Sud à la fin du xviiie siècle, se penche sur la nature des lieux, sur le jeu des pouvoirs, et révèle les failles de l’organisation révolutionnaire. En replaçant l’expédition dans son contexte géographique et historique large, Kevin Whelan redéfinit l’attitude des mouvements révolutionnaires et contre-révolutionnaires des années 1790. Gearóid Ó Crualaoich montre à quel point la tradition orale transforme et déforme un événement historique que, par ailleurs, à travers l’étude de la ballade politique, Nicolas Carolan place dans le cadre souvent négligé de l’histoire culturelle. S’inspirant de The Idea of a Town, ouvrage consacré à la ville de Rome par l’historien Joseph Rykwert, Kevin Hourihan conclut à l’identification des habitants de Bantry avec leur cité. De son côté, à propos des regards extérieurs jetés sur Bantry, Seán Ó Coileán médite sur le gouffre qui sépare les cultures.

3Ce livre permet de comprendre les enjeux de la Révolution française à l’extérieur de nos frontières et les motivations de ceux qui étaient au cœur de tous ses combats. Il permet aussi de mieux saisir la nature des relations entre l’Irlande et la Grande-Bretagne en cette fin de siècle qui va être marquée par la disparition du parlement irlandais indépendant. D’autres événements – par exemple, l’insurrection de 1798, l’expédition manquée de Wolfe Tone dans le Donegal, les projets d’invasion de Bonaparte (abandonnés au profit de la campagne d’Égypte) – furent des éléments déterminants de la politique de William Pitt, mais, à coup sûr, l’expédition de 1796 a joué son rôle : l’union législative entre les deux pays parut être alors la condition du maintien du pouvoir de l’Ascendancy protestante mais également une nécessité stratégique dans la lutte contre l’ennemi continental. C’est donc aussi à la lumière de l’Union de 1800 que peut se faire une lecture stimulante de l’expédition des Français en baie de Bantry et des réactions qu’elle a engendrées en Irlande et en Angleterre.

4Un souci d’homogénéité a présidé à l’établissement du texte français. Toutefois, dans le souci d’éclairer le lecteur, et dans quelques cas précis seulement, la traduction de certains termes a été adaptée au contexte car une uniformisation générale aurait nui aux intentions des auteurs.

5Cette traduction est un travail collectif du Groupe de recherche en études irlandaises où sont associés littéraires et civilisationnistes. Dans ce domaine particulier, elle manifeste une volonté de travail en commun dont d’autres publications portent aussi témoignage.

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540