Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Vincent Amiel est professeur d’études cinématographiques à l’université de Caen. Il collabore régulièrement aux revues Positif et Esprit. Il a publié de nombreux essais sur le cinéma, dont Les ateliers du 7e art (Paris, Gallimard Découvertes, 1995), Esthétique du montage (Paris, Nathan, 2001, et Paris, Armand Colin, 2005) et Joseph L. Mankiewicz et son double (Paris, PUF, 2010, Prix du meilleur livre de cinéma 2010).

 

2Pierre Bouet a enseigné le latin médiéval à l’université de Caen de 1970 à 2002. Spécialiste des historiens anglo-normands des XIe-XIIe siècles, il a dirigé de nombreuses recherches collectives sur la Normandie médiévale et l’expansion normande en Europe, dans le cadre de l’Office universitaire d’études normandes (OUEN), dont il est le directeur honoraire. Ses dernières publications concernent l’histoire du Mont Saint-Michel et le règne de Guillaume le Conquérant.

 

3Catherine Bougy, maître de conférences en histoire de la langue française et dialectologie de la Normandie, a centré ses recherches sur les témoignages de la variation normande de la langue d’oïl dans les documents écrits du Moyen Âge (Le Roman du Mont Saint-Michel de Guillaume de Saint-Pair, Presses universitaires de Caen, 2009) à nos jours (Expressions familières de Normandie, Paris, Bonneton, 1998, avec René Lepelley) mais aussi dans les témoignages oraux contemporains.

 

4Olivier Bouzy, docteur en histoire médiévale, travaille depuis 1988 au Centre Jeanne d’Arc à Orléans. Il a publié en 1999 Jeanne d’Arc, mythes et réalités, et en 2006 La révolte des nobles du Berry contre Louis XI. Guerre et économie en 1465. Il a contribué au dictionnaire sur Jeanne d’Arc, publié sous la direction de P. Contamine, et prépare une nouvelle biographie de Jeanne d’Arc à paraître aux Éditions Fayard.

 

5Nadine-Josette Chaline est professeur émérite de l’université d’Amiens, où elle a dirigé la faculté d’histoire et géographie et le centre de recherche d’histoire. Spécialiste d’histoire religieuse, elle a présidé l’Association française d’histoire religieuse contemporaine. Ses publications portent notamment sur les catholiques normands aux XIXe et XXe siècles, ainsi que sur les constructions d’églises et l’art religieux en France à cette époque.

 

6Philippe Contamine, membre de l’Institut, professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne, ancien directeur de la Fondation Thiers, a consacré l’essentiel de sa longue carrière dans l’enseignement et la recherche à l’histoire des derniers siècles du Moyen Âge occidental (fin XIIIe-début XVIe siècle), volontairement examinés selon de multiples approches. L’état le plus récent de sa bibliographie figure dans le livre qui vient de lui être offert : Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge. « Liber discipulorum » en l’honneur de Philippe Contamine, ouvrage dirigé par Patrick Gilli et Jacques Paviot (Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2012).

 

7Anne Curry est professeur d’histoire médiévale à l’université de Southampton, où elle est aussi actuellement le doyen de la Faculté des Lettres. Ses recherches portent sur les guerres franco-anglaises du XVe siècle, et en particulier sur l’armée anglaise en Normandie et sur les relations entre soldats et civils. Elle a dirigé un projet visant à répertorier tous les soldats anglais connus servant entre 1369 et 1453 (www.medievalsoldier.org). Elle a également beaucoup travaillé sur la bataille d’Azincourt et a publié The Battle of Agincourt. Sources and Interpretations (2000) et Agincourt. A New History (2005).

 

8Julie Deramond est docteur en histoire contemporaine, auteur d’une thèse soutenue sous la direction de Patrick Cabanel à l’université de Toulouse II : Jeanne d’Arc en accords parfaits. Musiques johanniques entre 1800 et 1939. Elle enseigne à l’IUT A de l’université Paul Sabatier à Toulouse et est également chanteuse lyrique.

 

9Olivier Desbordes est maître de conférences (Langue et littérature latines) à l’université de Caen. Membre de l’équipe qui édite aux Belles Lettres (CUF) les « auteurs » de l’Histoire Auguste, il collabore également à l’édition de travaux de l’historiographie normande d’expression latine (Textes fondateurs du Mont Saint-Michel ; Geoffroi Malaterra ; Anonymus Vaticanus ; Dudon de Saint-Quentin). Il a fait partie du groupe de travail sur Jeanne d’Arc, qui s’est réuni à la MRSH de Caen de 2007 à 2009. En collaboration avec Pierre Bouet, il s’est attaché à étudier le latin du procès de condamnation.

 

10Deborah Fraioli a été professeur de français au Simmons College de Boston. Elle est spécialiste de la littérature française de la fin du Moyen Âge. Elle a écrit deux livres sur Jeanne d’Arc : Joan of Arc, the Early Debate (2000) et Joan of Arc and the Hundred Years War (2005). Elle est aussi, avec Earle Havens, l’auteur d’un catalogue d’exposition sur des livres rares et des œuvres d’art consacrés à Jeanne d’Arc, provenant de la collection du cardinal Wright (Boston Public Library, 2006). Elle travaille également sur la correspondance d’Abélard et d’Héloïse.

 

11Pierre-Gilles Girault est conservateur du patrimoine, directeur adjoint du château et des musées de Blois. Titulaire d’une maîtrise d’histoire et diplômé de l’EHESS, il a animé durant dix ans le Centre de l’enluminure et de l’image médiévale de l’abbaye de Noirlac (Cher), où il a réalisé les expositions Un langage sans parole, l’image au Moyen Âge (1992), L’aventure cistercienne (1998) et Histoire du calendrier, images du temps (2000). Au château de Blois depuis 2001, il a collaboré à plusieurs expositions, notamment Louis d’Orléans et Valentine Visconti (2004). Il a conçu les expositions François Ier, images d’un roi (2006) et Fêtes et crimes à la Renaissance, la cour d’Henri III (2010), dont il a dirigé les catalogues. Il a publié de nombreux articles et communications sur l’histoire et l’art du Moyen Âge et de la Renaissance. Auteur d’une Jeanne d’Arc (Gisserot, 2003), il poursuit de longue date des recherches sur la fausse Pucelle.

 

12Michèle Guéret-Laferté, professeur de langue et de littérature médiévales à l’université de Rouen, a d’abord développé sa recherche sur les récits de voyage en Orient (Sur les routes de l’empire mongol, Champion, 1994 ; Marco Polo, Le devisement du monde, édition sous la direction de P. Ménard, livre I, Droz, 2001 ; Poggio Bracciolini, De l’Inde. Les voyages en Asie de Niccolo de’ Conti, édition et traduction, Brepols, 2004). Puis elle s’est intéressée à l’historiographie normande (Aimé du Mont-Cassin, Ystoire de li Normant, édition du manuscrit BnF fr. 688, Champion, 2011). Elle travaille en outre sur la réception de l’héritage antique par la littérature médiévale et a étudié dans ce cadre le rapprochement entre Camille, l’héroïne virgilienne, et Jeanne d’Arc (« Camille et Jeanne : l’influence du courant humaniste sur l’image de Jeanne d’Arc », in Images de Jeanne d’Arc, PUF, 2000, p. 99-108).

 

13Philippe Lardin, maître de conférences à l’université de Rouen, a travaillé sur la Normandie de la fin du Moyen Âge et s’est intéressé plus particulièrement à la construction, aux monnaies, aux impôts et au port de Dieppe.

 

14Françoise Michaud-Fréjaville est agrégée, docteur d’État et professeur émérite de l’université d’Orléans. Spécialiste d’histoire rurale et particulièrement du Berry des XIVe-XVe siècles, elle a été amenée à diriger le Centre et la Maison de Jeanne d’Arc à Orléans (1990-2002) et à relire l’histoire et l’historiographie de Jeanne d’Arc. La fréquentation des archives rurales et urbaines l’a également portée à se pencher sur la capitale ligérienne, ses métiers et ses travailleurs, ainsi que sur les voyageurs et les pèlerins.

 

15François Neveux est professeur émérite de l’université de Caen en histoire du Moyen Âge, membre du CRHQ et de l’OUEN. Spécialiste du clergé, des villes et de la Normandie, il a publié une biographie du principal juge de Jeanne d’Arc, intitulée L’évêque Pierre Cauchon (Denoël, 1987). Par la suite, il a écrit plusieurs articles sur la question, et notamment sur les deux procès de Rouen. Dans les années 2007-2009, il a dirigé à l’université de Caen un groupe de travail sur Jeanne d’Arc, dont les recherches ont abouti à l’organisation du colloque de Cerisy consacré aux procès de condamnation et de réhabilitation (2009), puis à la publication du présent ouvrage.

 

16Sophie Poirey est maître de conférences en histoire du droit à l’université de Caen, membre du CRHQ et du Pôle maritime de la MRSH de Caen. Elle est directrice du Certificat juridique d’études normandes (formation d’aspirants avocats issus du Commonwealth au barreau de Guernesey), directrice adjointe de la Société du droit et des institutions des Pays de l’Ouest et directrice adjointe du projet « Nef normande », chargée spécialement des relations avec les îles anglo-normandes.

 

17Yann Rigolet est doctorant en histoire contemporaine à l’université d’Orléans. Il prépare, sous la direction de Jean Garrigues, une thèse intitulée : Marianne et Jeanne d’Arc. Rivalité, contiguïté, substitution, deux symboliques féminines de la France de 1830 à 1930. Il appartient au laboratoire Polen (Pouvoirs, lettres et normes) et enseigne depuis 2007 au Lycée / Pôle supérieur Sainte-Croix Saint-Euverte d’Orléans.

 

18Alain Sadourny est maître de conférences honoraire de l’université de Rouen. Il fut longtemps doyen de la Faculté des Lettres de cette université. Il a consacré l’essentiel de ses recherches à la ville de Rouen à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle).

 

19Vincent Tabbagh est professeur émérite de l’université de Bourgogne, où il a enseigné de 1989 à 2011. Il est l’auteur d’une thèse sur le clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge, soutenue à Paris IV en 1988. Ses travaux de recherche ont porté sur la prosopographie du clergé français des XIVe et XVe siècles, ses institutions, sa place dans la société politique et l’économie du royaume, l’influence des ordres mendiants, le comportement religieux des fidèles et certaines de leurs pratiques culturelles comme la lecture.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540