Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Résumés français et anglais

Texte intégral

Les représentations de Jeanne d’Arc au cinéma

1Vincent Amiel

2L’épopée de Jeanne d’Arc a été portée à l’écran plus d’une centaine de fois, dans de multiples pays et sur presque tous les continents. D’authentiques chefs-d’œuvre – les films de Dreyer et Bresson, par exemple – en ont résulté. Mais ce qui frappe dans une telle production, c’est la diversité des interprétations du personnage dont rendent compte ses incarnations : le choix des actrices, leur type de jeu, leur aspect physique, au-delà des dialogues et situations écrites pour elles, éclairent ou révèlent les courants historiographiques. Nationalisme, féminisme, mysticisme s’y relaient avec la même fausse évidence que donne le cinéma aux choix les plus différenciés.

3The saga of Joan of Arc was brought to the screen more than a hundred times, in multiple countries and almost every continent. Authentic masterpieces, like Dreyer and Bresson’s movies for example, have resulted from it. But what is striking about these productions is the diversity of the character’s interpretations which reflect its incarnations: the choice of actors, their play, their physical appearance, beyond the dialogue and written situations for them, enlighten or reveal the historiographic currents. Nationalism, feminism, mysticism take turns with the same false evidence that gives the cinema the more differentiated choices.

Le latin des interrogatoires de Jeanne d’Arc

4Pierre Bouet et Olivier Desbordes

5Jeanne d’Arc fut condamnée à Rouen, le 19 mai 1431, par une assemblée de 51 ecclésiastiques qui se rangèrent à l’avis des Maîtres de l’université de Paris. Ces Maîtres avaient été consultés par Pierre Cauchon, qui avait fait réaliser à leur intention un dossier, rédigé en latin, résumant les points essentiels de l’accusation et apportant comme preuves les paroles que Jeanne avait prononcées durant le procès. Aucune étude systématique de la traduction en latin des déclarations de Jeanne n’a été effectuée jusqu’à ce jour par des latinistes pour apprécier la qualité et la justesse de cette traduction. Pierre Cauchon et ses notaires ont-ils trahi Jeanne par des traductions tendancieuses, voire inexactes, ou ont-ils eu le souci de respecter très fidèlement ce qu’elle avait déclaré devant ses juges ? C’est à cette question que veut répondre l’étude présentée par Pierre Bouet et Olivier Desbordes, qui ont entrepris une comparaison rigoureuse des paroles de Jeanne traduites en latin, dans le dossier d’accusation, avec ses déclarations faites en français, telles que nous les connaissons par la minute française du procès. Cette première étude, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, a permis d’apprécier la qualité du travail effectué par les juges de Jeanne durant tout le procès.

6Joan of Arc was sentenced in Rouen, in May 19th, 1431, by a congregation of 51 ecclesiastics who fall in with the opinion of the Masters of the University of Paris. These masters were consulted by Pierre Cauchon who had make a folder for them, written in Latin, summarizing the main points of the charge and bringing as evidence the words that Jeanne had pronounced during the trial. No systematic study of the Latin translation of Joan statements have been made so far by Latin scholars to assess the quality and accuracy of the translation. Have Pierre Cauchon and his notaries betrayed Jeanne by tendentious or inaccurate translations, or have they been careful to observe very closely what she had said in front of her judges? This is the question that the study presented by Pierre Bouet and Olivier Desbordes will answer. They undertook a rigorous comparison of the words of Jeanne translated into Latin in the prosecution case and the statements she made in French as known in the minute française of the trial. The first study, which does not pretend to be exhaustive, was used to assess the quality of the work done by Joan’s judges throughout the trial.

La langue des deux textes en français des interrogatoires de Jeanne d’Arc

7Catherine Bougy

8Les interrogatoires en français de Jeanne d’Arc nous sont parvenus dans le manuscrit d’Urfé (BnF ms. lat. 8838) et le manuscrit d’Orléans (BM Orléans 518), qui sont des copies de copies de la minute française mise au point en 1431 par Guillaume Colles et Guillaume Manchon (notaire de l’officialité archiépiscopale de Rouen). Les deux textes sont globalement proches par le contenu, bien qu’ils présentent parfois de notables différences. Ils sont surtout différents par leur forme linguistique. Le manuscrit d’Urfé se situe dans la tradition du texte de 1431 : sa langue, ses graphies sont archaïques et marquées dialectalement, révélant un rédacteur ou un copiste normand. Le rédacteur du manuscrit d’Orléans, qui a copié le texte pour un grand seigneur français, l’a débarrassé de ses dialectalismes normands et adapté aux habitudes langagières orales et écrites de son temps : il présente un état de langue déjà proche de celui du français moderne. On a pu parfois émettre l’hypothèse d’une antériorité dans le temps du manuscrit d’Orléans par rapport à celui d’Urfé. Une étude linguistique s’y oppose catégoriquement.

9Interrogation in French of Joan of Arc reached us in the manuscript of Urfé (BnF ms. lat. 8838) and the manuscript of Orléans (Orleans BM 518), which are copies of copies of the French minute developed in 1431 by Guillaume Colles and Guillaume Manchon (notary of officiality of the archbishop of Rouen). Both texts are broadly similar in content, although sometimes significantly different. They are mainly different in their linguistic form. The manuscript of Urfé is close to the tradition of the text of 1431: its language, spellings are archaic and dialectally marked, revealing a Norman writer or transcriber. The writer of the manuscript of Orleans, who copied the text for a French nobleman, got rid of its Norman dialecticisms and adapted it for suitable oral and written language habits of its time. The author wrote in a language already close to modern French. It has sometimes been hypothesized that the manuscript of Orléans was written before Urfé’s one. One linguistic study is categorically opposed to that conclusion.

Le souvenir des procès dans l’historiographie de Jeanne d’Arc

10Olivier Bouzy

11Quoique les premiers historiens de Jeanne d’Arc (Jean du Tillet, Denis Godefroy, Charles du Lys) aient prétendu avoir lu le procès pour rédiger la biographie de la Pucelle, force est de constater qu’il faut attendre 1612 pour trouver une véritable utilisation de ce procès par Jean-Papire Masson. Il y a à cela une raison : c’est que le procès est une pièce de procédure, d’une lecture assez rébarbative, de surcroît assez difficile à trouver avant sa publication imprimée par Quicherat. L’essentiel de la documentation utilisée avant le XIXe siècle provient donc d’autres sources, essentiellement la chronique de Monstrelet et les pièces du dossier provenant de la chancellerie de Charles VII.

12Although the first historians of Joan of Arc (Jean du Tillet, Denis Godefroy, Charles du Lys) claimed to have read the trial to write the biography of the “Pucelle”, it is clear that it takes 1612 to find a real use of this trial in Jean-Papire Masson’s writings. There is a reason for this: that the trial is a pleading, a reading somewhat off-puting, moreover difficult to find before its publication printed by Quicherat. Thus, most of the materials used before the nineteenth century comes from other sources, mainly chronicles of Monstrelet and the documents from the Charles VII’s chancellery.

Images de Jeanne d’Arc aux XIXe et XXe siècles

13Nadine-Josette Chaline

14Si Jeanne a été peu représentée avant le XIXe siècle, statues, tableaux et vitraux se sont ensuite multipliés, surtout à partir des années 1870. Chaque époque a mis l’accent sur un aspect de la personnalité de Jeanne : la « Pucelle d’Orléans », la guerrière, la suppliciée de Rouen ou, à partir de 1914, l’allié des « Poilus » pour « bouter l’ennemi (allemand et non plus anglais) hors de France ». Sa canonisation survenue en 1920 donne lieu à de grandes cérémonies, où personnalités civiles, militaires et religieuses se retrouvent pour la première fois depuis la Séparation des Églises et de l’État. Droite et gauche revendiquent « la sainte de la patrie » ou « la fille du peuple ».

15If Jeanne was poorly represented before the nineteenth century, statues, paintings and stained glass were then multiplied, especially in the 1870s. Every era has focused on one aspect of the personality of Jeanne: the “Pucelle of Orleans”, the warrior, the tortured victim of Rouen, and since 1914, the ally of the French soldiers in order to “kick the enemy (not English anymore but German) out of France”. Her canonization occurred in 1920 resulting in large ceremonies, where civil, military and religious personalities meet for the first time since the Separation of Churches and State. Both French leading political party claim “the Saint of the fatherland” or “the Daughter of the people”.

La réhabilitation de la Pucelle vue au prisme des Tractatus super materia processus : une propédeutique

16Philippe Contamine

17Le procès de 1455-1456, qui devait aboutir à l’annulation de la sentence de condamnation de 1431, s’appuya non seulement sur des témoignages recueillis sur le lieu de naissance de Jeanne d’Arc, à Orléans, à Paris et à Rouen (à vrai dire, bien d’autres lieux, bien d’autres personnes auraient pu être sollicités), mais aussi sur une douzaine de mémoires écrits en latin entre 1450 et 1456 par des « experts » parfaitement repérables, parfois très qualifiés, dont la compétence ne saurait être mise en doute. À aucun degré il ne s’agit de consultations anonymes : leurs auteurs prenaient leurs responsabilités. Certaines d’entre elles, ainsi celle de Robert Ciboule, ne figurent pas seulement dans un ou plusieurs des manuscrits du procès de réhabilitation, mais à l’époque même ont été copiées ailleurs. Longtemps négligées, sous prétexte qu’elles n’apportent presque rien de nouveau quant aux faits, elles sont désormais à l’honneur, dans la perspective notamment d’une meilleure connaissance de l’esprit et des méthodes de la scolastique tardive, pour ce qui est du droit et de la théologie. Leur mérite est aussi, inévitablement, de peser le pour et le contre, car il leur fallait réfuter de façon argumentée les accusations de 1431. Au-delà de leurs divergences sur des points mineurs, elles s’accordent à mettre en avant le principe du secret (l’Église est incompétente pour juger ce qui est secret entre Dieu et telle de ses créatures) et celui de la présomption d’innocence. Ce second principe ne vient-il pas à l’encontre de la présomption de culpabilité qui était à la racine même des procès d’inquisition ? Enfin, alors que le procès de condamnation avait délibérément tenté de se situer au-dessus des options politiques, les mémoires produits un quart de siècle plus tard placent ouvertement ces options au premier plan, ce qu’il est permis de juger plus « honnête ».

18The trial of 1455-1456 that led to the cancellation of the sentence of condemnation of 1431 relied not only on evidence collected in the birthplace of Joan of Arc, in Orleans, in Paris and in Rouen (to tell the truth, many other places, many others people could have been asked). But it also relied on about a dozen memoirs written in Latin between 1450 and 1456 by “experts” perfectly identifiable, sometimes highly skilled whose competence could not be doubted. At any level these consultation were anonymous, the authors took their responsibilities. Some of them, like Robert Ciboule’s one, are not only in one or more of the rehabilitation trial manuscripts, but even at the time have been copied elsewhere. For a long time neglected under the pretext that they bring almost nothing new about the fact, its’s now in the spotlight, particularly in view of a better understanding of the spirit and methods of late scholasticism concerning the law and theology. Their merit is also, inevitably, to weigh up the pros and cons, because they had to refute in an argued way the accusations of 1431. Beyond their differences on minor points, they agree to put forward the principle of secrecy (the Church is incompetent to judge the secret between God and his creatures) and the presumption of innocence. Did this second principle not violate the presumption of guilt that was at the root of trial inquisition? Finally, while the trial of condemnation had deliberately tried to be above political options, the memoirs products a quarter of a century later openly put these options in the foreground, which is possible to judge more “honest”.

Les Anglais face au procès

19Anne Curry

20La première mention de Jeanne d’Arc dans les dossiers du gouvernement en Angleterre semble datée de juin 1434, quand elle figure dans une note du Régent Bedford comme « un disciple et limier de l’enfer appelé la Pucelle qui use de faux enchantements et de sorcellerie ». Ceci a conduit à des défections parmi ceux qui avaient précédemment soutenu les droits de Henri VI à la couronne de France établis par le traité de Troyes (1420). Les commentaires de Bedford ont été, bien sûr, écrits en prenant du recul. Dans cet article, un effort est fait pour aborder le sujet de manière purement chronologique, afin d’établir la réaction et le portrait de Jeanne par la double monarchie aux différentes étapes de sa carrière. Il met l’accent sur la façon dont cette réaction a été liée à des efforts pour préserver l’accord de Troyes. Il étudie plus particulièrement l’importance de la visite du jeune roi Henri VI en France, sa résidence au château de Rouen au cours du procès, ainsi que les opérations militaires anglo-bourguignonnes communes liées à cette visite et à la capture de Jeanne en mai 1430.

21The first mention of Joan of Arc in the records of the government in England appears to be in June 1434 when she is mentioned in a memorandum of the Regent Bedford as “a disciple and leme of the fende called the Pucelle that used fals enchantement and sorcerie”. This had led to defections of those who had previously supported the title of Henry VI to the crown of France, as established by the treaty of Troyes (1420). Bedford’s comments were, of course, made with hindsight. In this paper, an effort is made to approach the subject in a strict chronological manner, in order to establish the reaction to, and portrayal of, Joan by the double monarchy at the different points of her career. It emphasises how this response was linked to efforts to preserve the Troyes settlement. In particular, it explores the importance of the visit of the young king, Henry VI, to France and his residence in the chateau of Rouen throughout the trial, as well as the joint Anglo-Burgundian military operations linked to this visit and to the capture of Joan in May 1430.

Jeanne d’Arc en procès, au théâtre et en musiques

22Julie Deramond

23Au XIXe siècle, Jeanne d’Arc est l’héroïne de beaucoup de drames, de tragédies et d’opéras. Les procès de condamnation et de réhabilitation y occupent une double place : ce sont des sources éventuelles pour les auteurs soucieux de « vérité » historique, ce sont des « épisodes » de la vie de Jeanne d’Arc – essentiellement pour le procès de condamnation – qu’il est de bon ton, ou non, de présenter au public. Enfin, Jeanne d’Arc subit au cours de sa vie posthume un dernier procès, bien contemporain cette fois, puisqu’il s’ouvre en 1874 et s’achève en 1920 : la canonisation. Bien davantage qu’un vague arrière-plan au sein du paysage dramatique, il alimente et oriente bien des plumes. Nous tenterons ainsi d’établir une succincte chronologie pour définir la place des trois procès de condamnation, réhabilitation et canonisation, à la fois sources et représentations au théâtre, au cours du XIXe siècle.

24In the nineteenth century, Joan of Arc is the heroine of many dramas, tragedies and operas. The condemnation and rehabilitation trials occupy a double place: these are potential sources for the authors concerned with historical “truth”, these are “episodes” of the life of Joan of Arc – mainly for the condemnation trial – which are fashionable or not to present to the public. Finally, Joan of Arc undergoes during her posthumous life one last trial, although contemporary this time, since it opens in 1874 and ends in 1920: the canonization. Much more than a vague background in the dramatic landscape, it nourishes and directs many authors. Thus, we will try to establish a short timeline in order to define the place of the three trials: condemnation, rehabilitation and canonization, which were at once sources and performances in theatre, during the nineteenth century.

Images des deux procès de Rouen dans la littérature française du XVe siècle

25Deborah Fraioli

26On peut se demander si le drame de Jeanne d’Arc, qui a maintenu son point de vue contre ses juges lors du procès de condamnation de 1431, était si profondément dramatique qu’aucun poète du XVe siècle n’ait osé l’embellir de ses vers. En prenant en considération à la fois les procès de 1431 et 1456, nous constatons qu’un seul poète, Martial d’Auvergne, connaissait l’une des pièces du procès. [Il est probable qu’il a lu uniquement les procédures du procès de réhabilitation]. Le Ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan et le Mystère du Siège d’Orléans, d’un auteur anonyme, ont tous deux été écrits trop tôt pour exploiter les documents du procès. Le Ditié anticipe, explique ou minimise certaines charges avancées ultérieurement par les juges de Jeanne. Le Champion des dames de Martin Le Franc énonce de manière informelle, à travers le personnage de L’Adversaire, des charges contre Jeanne, connues par ouï-dire ou par la lecture d’un document antérieur, intitulé De mirabili victoria. La connaissance précise du procès de réhabilitation est finalement décrite dans Les Vigiles du roi Charles VII de Martial d’Auvergne, mais il n’existe aucune preuve que ce dernier connaissait aussi le texte du procès de condamnation. Révélant ses préjugés politiques, il prend le parti de minimiser le rôle de Jeanne tel qu’il l’a trouvé dans sa source, Jean Chartier, et salue avec sympathie l’image de la bergère candide décrite par Christine de Pizan et le procès de réhabilitation. Pour trouver une représentation de Jeanne d’Arc comme une adolescente héroïque, qui a parlé avec sagesse et aplomb à Rouen, il faut attendre le XVIe siècle.

27We might wonder whether the inestimably vital drama of Joan of Arc, standing her ground against her judges at the condemnation trial of 1431, was so inherently dramatic that no fifteenth-century poet dared to embellish it with verse. But this paper concludes that, taking both the trials of 1431 and 1456 into consideration, only one poet, Martial d’Auvergne, knew either of the documents of the proceedings at first hand. [It is likely that he touched and read only the rehabilitation trial proceedings]. Whereas both Christine de Pizan’s Ditié de Jehanne d’Arc and the anonymous Mystère du siège d’Orléans were written too early to exploit trial documents, the Ditié anticipates, as well as answers or minimizes, certain charges later raised by Joan’s judges. Martin Le Franc’s Le Champion des dames lays out informally in the persona of L’Adversaire charges against Joan known by hearsay or by reading an earlier document titled De mirabili victoria. Explicit knowledge of the rehabilitation trial proceedings is finally found in Martial d’Auvergne’s Les Vigiles du roi Charles VII, but there is no proof that he also knew the text of the condemnation trial. As an act of political bias he diminished the importance of Joan found in his source, Jean Chartier, and only nodded with sympathy at the image of the guileless shepherdess as depicted in Christine de Pizan and the rehabilitation trial. For a trial-based depiction of the heroic adolescent who spoke wisely and with aplomb at Rouen we must await the sixteenth century.

Les procès de Jeanne-Claude des Armoises

28Pierre-Gilles Girault

29La dame des Armoises, fausse Jeanne d’Arc qui paraît en 1436, connaît un parcours aventureux qui la confronte plusieurs fois à la justice tant ecclésiastique que séculière. Nous interrogeons les sources sur les différentes formes de confrontation avec la justice, les juridictions, les procédures, les accusations portées contre elle, et ainsi sur ce que les documents nous apprennent de la fausse et – en creux – de la vraie Jeanne. Ces sources relatives aux procédures à l’encontre de Jeanne des Armoises sont relativement nombreuses. Dès avant 1434, elles signalent un possible pèlerinage expiatoire à Rome pour un cas réservé. En 1436, c’est une convocation par l’inquisiteur de Cologne et l’excommunication pour non-présentation. En 1440, on observe la convocation par le roi puis, à Paris, par le parlement et l’université, sanctionnée par une prédication publique et une amende honorable. S’y ajoutent, en 1456-1457, l’emprisonnement, le bannissement et la rémission accordée par René d’Anjou. Si, dans l’histoire de la dame des Armoises, c’est l’usurpation et l’imposture qui ont frappé les historiens depuis le XIXe siècle, pour les contemporains, Jeanne-Claude avait d’abord le tort d’endosser l’identité d’une femme jugée et brûlée comme hérétique ; à ce titre, même une fois l’imposture révélée, elle était elle-même suspecte d’hérésie.

30Lady des Armoises, false Jeanne d’Arc that appeared in 1436, has an adventurous path that confronts her several times to both ecclesiastical and secular justice. We analyze the sources of the various forms of confrontation with the law, the courts, the procedures, the charges against her, and so what we learn from documents of the false and – indirectly – of the real Jeanne. These sources relating to proceedings against Jeanne des Armoises are relatively numerous. Even before 1434, a possible expiatory pilgrimage to Rome was reported for a reserved case. In 1436, it is a summoning by the inquisitor of Cologne and her excommunication for her no show. In 1440, she was summoned by the king, the parliament and the University in Paris sanctioned to go through a public preaching and to make admends. In 1456-1457, the imprisonment, the banishment and the remission granted by René d’Anjou was added to that. If, in the history of Lady des Armoises, since the nineteenth century, the historians have focused on the usurpation and the fraud, to the contemporary, Jeanne-Claude had first wrongly assume the identity of a woman judged and burned as a heretic, as such, even after the fraud revealed, she was herself suspected of heresy.

Jeanne la Preuse, Jeanne la Sainte : la « Pucelle » dans le Ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan

31Michèle Guéret-Laferté

32Le Ditié de Jehanne d’Arc, que Christine de Pizan acheva de composer le 31 juillet 1429, peu après le sacre de Charles VII à Reims, constitue un témoignage remarquable sur les événements dramatiques que connaît alors la France. Mais son intérêt réside aussi dans le formidable élan de subjectivité qui anime d’un bout à l’autre le poème, où Christine tour à tour proclame sa joie, s’engage en faveur de son roi et exprime son admiration attendrie envers Jeanne. Véritable testament de l’auteur, le Ditié représente l’aboutissement de sa trajectoire intellectuelle, car l’événement qu’il célèbre constitue un heureux point de convergence entre les deux préoccupations principales qui déterminent son œuvre : sa réflexion sur le bon gouvernement et sa défense du sexe féminin. C’est donc en fonction de ses ouvrages antérieurs qu’on peut comprendre le portrait tout en nuance de Jeanne, que le Ditié nous livre, entre la preuse et la sainte.

33The Ditié de Jehanne d’Arc, that Christine de Pizan completed to compose in July 31th 1429, shortly after the coronation of Charles VII in Reims, is a remarkable reminder of the tragic events experienced France by then. But its interest lies also on the tremendous momentum of subjectivity that animates from one end to the other the poem, where in turn Christine proclaims her joy, committed herself to her king and expressed her tender admiration towards Jeanne. True testament of the author, the Ditié represents the culmination of her intellectual trajectory as the event it celebrates is a happy convergence point between the two main concerns that shape her work: her thoughts on the good government and the defence of female conditions. According to her earlier works we could understand the very subtle portrait of Jeanne, shown in the Ditié, between the Saint and the Valiant.

Le château de Rouen au moment du procès de Jeanne d’Arc

34Philippe Lardin

35Le château de Rouen, dans lequel les Anglais enfermèrent puis jugèrent Jeanne d’Arc, était un lieu important pour la ville et le pouvoir. Forteresse construite au temps de Philippe Auguste, ce bâtiment de grande ampleur était inséré dans l’enceinte de la ville, mais ne logeait en général qu’une garnison peu nombreuse. Pourtant, c’était un objectif militaire récurrent à l’occasion de la plupart des grands événements de la vie locale ou nationale. C’est qu’en effet, il représentait le pouvoir royal qui y avait installé une administration importante. Le roi lui-même y résidait lors de ses séjours à Rouen. Ainsi le régent Bedford et le jeune roi Henri VI y séjournaient au moment où on jugea celle qui avait pu un temps menacer leur pouvoir. Le château abritait en effet aussi un tribunal et une prison. C’est donc là, pour des raisons de sécurité avant tout, que se déroula le procès de Jeanne d’Arc. Il s’agissait bien sûr théoriquement d’un procès ecclésiastique, assez informel d’ailleurs dans son déroulement, mais pour les Anglais, il s’agissait avant tout d’un procès politique, et rien ne pouvait mieux le montrer que de le tenir dans le château de Rouen, centre militaire, administratif et résidentiel de leur autorité sur la Normandie et les territoires qu’ils voulaient contrôler.

36Rouen Castle, where the British locked up and then judged Jeanne d’Arc, was an important place for the city and power. Fortress built in the time of Philip Augustus, this large scale building was inserted into the walls of the city but generally housed only a small garrison. Still, it was a recurring military target during most major local or national life events. Because it represented the royal power which had installed there a large administration. The king himself resided there during his stay in Rouen. Thus the regent Bedford and the young King Henry VI stayed there when the one that had once been threatening their power was judged. Indeed, the castle housed a court and a prison. So this is where the trial of Joan of Arc that took place, mainly for safety reasons before. It was of course theoretically an ecclesiastical trial, also quite informal in its development but for the English, it was first and foremost a political trial. Nothing could better show it than to carry the trial out in the castle of Rouen, military, administrative and residential centre of their authority over Normandy and the territories they wanted to control.

D’un procès à l’autre : Jeanne en habit d’homme

37Françoise Michaud-Fréjaville

38Changer d’apparence par l’inversion des codes du vêtement et de la chevelure était, il y a un siècle encore, un acte grave. Il l’était bien plus encore au XVe siècle. Qu’il s’agisse d’une décision contraire aux usages locaux et généraux reconnus, mais plus encore à la loi biblique et à l’usage canonique, est évident : partout l’habit faisait le moine. Avec la Pucelle ce choix devint, de plus, une transgression sociale : Jeanne, armée et entrant dans le groupe nobiliaire, s’insérait doublement dans la société de rang supérieur. Enfin le procès de Rouen poussa l’accusée à lier ces initiatives personnelles à une volonté divine reçue sans médiation. Même si on les sait impartiaux, il n’en reste pas moins vrai que les juges de Rouen firent éclater ce que les textes contemporains (Christine de Pizan, Gerson, Gélu) ne laissaient pas toujours transparaître : le scandale du vêtement inquiéta réellement les consciences. La lecture des traités utilisés pour le procès en nullité de la condamnation confirme la gêne des savants : cette nouveauté n’était valable que pour ce cas, voulu de Dieu, et ne pouvait être en rien un modèle. Quant aux témoins de la vie quotidienne de l’héroïne, de son enfance à sa mort, la solution fut, pour l’écrasante majorité, de se libérer d’un souci en passant la question sous silence.

39Change of appearance by reversing the codes of clothing and the hair was still a century ago a serious offense. It was even more in the fifteenth century. Whether it was a decision contrary to local and generally recognized customs, but even more contrary to biblical law and canonical usage, is obvious: everywhere the clothes make the man. With “La Pucelle” this choice became more a social transgression: Jeanne, entering the army and the noble group, is inserted herself in the higher rank society in two ways. Finally, the trial of Rouen pushed the accused to link these personal initiatives to a divine will received without mediation. Even if they were known as impartial, it remains true that the judges of Rouen showed what contemporary texts (Christine de Pizan, Gerson, Gelu) did not always presented: the scandal of the clothes really worried people consciences. The reading of the treaties used for the rehabilitation trial confirms discomfort of the scholars: this novelty was only valid for this case, willed by God, and could not be a model. As for witnesses of the daily life of the heroine from her childhood to her death, the solution was, for the overwhelming majority, a way to be free from a concern kept under silence.

Le contexte historique des procès de Jeanne d’Arc

40François Neveux

41Pour comprendre les procès de Jeanne d’Arc, il faut se replonger dans l’histoire de son temps. La seconde phase de la guerre de Cent Ans est causée par la folie de Charles VI (1392), par la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, et par la déposition de Richard II (1399). En 1415, le roi d’Angleterre, Henri V, débarque près d’Harfleur et bat les Français à Azincourt, puis il entreprend de conquérir la Normandie (1417-1419) et s’allie avec le duc de Bourgogne. En 1420, le traité de Troyes fait de lui l’héritier de Charles VI. Le dauphin, fils de Charles VI, est déshérité et ne règne plus que sur le « royaume de Bourges », au sud de la Loire. En 1429, Jeanne vient le trouver et le persuade de sa légitimité. Grâce à son action, le siège d’Orléans est levé (8 mai) et Charles VII est couronné à Reims (17 juillet). Cependant, lorsque Jeanne est faite prisonnière (en 1430), le roi de France ne tente rien pour la faire délivrer : elle est condamnée par un tribunal ecclésiastique et brûlée à Rouen (1431). Vingt ans plus tard seulement, quand il a « recouvré » la Normandie (en 1450), Charles VII entame une procédure qui aboutira à l’annulation du procès de condamnation de Jeanne, et donc à sa réhabilitation (1456).

42To understand the trial of Joan of Arc, we must immerse into the history of her time. The second phase of the Hundred Years War is caused by the madness of Charles VI (1392), the civil war between Armagnacs and Burgundians, and the deposition of Richard II (1399). In 1415, the King of England, Henry V, landed near Harfleur and beat the French at Azincourt. Then, he began to conquer Normandy (1417-1419) and formed an alliance with the Duke of Burgundy. In 1420, the Treaty of Troyes made him the heir of Charles VI. The dauphin, the son of Charles VI, was disinherited and no longer ruled the “kingdom of Bourges,” in the south of the Loire. In 1429, Jeanne came and persuaded him of its legitimacy. Through her action, the siege of Orleans was raised (8th of May) and Charles VII was crowned at Reims (17th of July). However, when she was imprisoned (in 1430), the King of France does nothing to free her: Jeanne is condemned by an ecclesiastical court, and is burned at Rouen (1431). Twenty years later only when he “recovered” Normandy (in 1450), Charles VII began a process leading to the cancellation of the condemnation trial of Jeanne, and thus to her rehabilitation (1456).

La procédure d’inquisition et son application au procès de Jeanne d’Arc

43Sophie Poirey

44En janvier 1431 s’ouvre le premier procès de Jeanne d’Arc, son procès de condamnation. Le contexte est éminemment politique dans la mesure où Jeanne est jugée à Rouen, alors tenue par les Anglais. Et de fait, les soupçons d’impartialité qui pèsent sur le jugement seront corroborés par la tenue d’un second procès, vingt-cinq ans plus tard, qui désavoue les premiers juges en réhabilitant la Pucelle. Cette contribution entend examiner ce premier procès sous un angle juridique, à l’aune des règles qui prévalent en matière inquisitoriale. En effet, le procès fait à Jeanne fut avant tout un procès d’inquisition obéissant à des règles précises. Il s’agit donc de savoir si ses juges ont offert à Jeanne « un beau procès », comme le souhaitait son principal juge, Pierre Cauchon, ou si, inversement, le caractère politique de l’enjeu les a conduits à prendre certaines libertés par rapport à la procédure d’inquisition.

45In January 1431 opened the first trial of Joan of Arc, the condemnation trial. The context is eminently political considering the fact that the trial takes place in Rouen, which is at the time occupied by the English. And indeed, suspicions of impartiality facing the judgment will be corroborated by the conduct of a second trial, twenty-five years later, which disavows the first judges and rehabilitate the Pucelle. This contribution intends to examine this first trial from a legal perspective, by the yardstick of the rules prevailing in an inquisitorial way. Indeed, the trial against Joan was primarily an Inquisition trial obeying particular rules. It is therefore whether its judges offered Joan “a beautiful trial,” as the main judge, Pierre Cauchon, wanted or if, conversely, the political nature of the issue has led them to take certain liberties with the Inquisition procedure.

Entre procès d’intention et générations successives : historiographie du mythe Jeanne d’Arc de la Libération à nos jours

46Yann Rigolet

47De sa puissante résurgence au XIXe siècle jusqu’à sa récupération polymorphe et polysémique pendant la Seconde Guerre mondiale, le mythe Jeanne d’Arc n’a cessé de cristalliser les passions, qu’elles soient politiques, nationales ou identitaires. Qu’en est-il cependant dans la seconde partie du XXe siècle, et jusqu’à nos jours ? Doit-on conclure à une évidente accalmie autour du mythe Jeanne d’Arc ? Peut-on parler d’un déclin progressif, voire d’une certaine désaffection du public, ou bien l’héroïne de Domrémy reste-t-elle encore cette figure de proue de notre mémoire collective, perpétuellement revisitée et réinvestie ? De la figure « gaullienne » à la vestale « lepéniste », en passant par l’« européenne supranationale » devenue « mata-hari » d’un nouveau « Da Vinci Code » médiéval, l’auteur présente un panorama historiographique d’une figure complexe et fascinante de notre histoire de France.

48From its powerful resurgence in the nineteenth century until its polymorphous and polysemous recovery during the Second World War, Joan of Arc myth has steadily crystallized passions, whether it was political, national or about identity. However, what about it in the second part of the twentieth century to the present day? Should we conclude that a clear calm came around the Joan of Arc myth? Can we speak of a gradual decline or even some sort of public disaffection; or Domremy’s heroin is still the figurehead of our collective memory, constantly revisited and reinvested? From the “Gaullist” figure to the “Le Penist” vestal and through the “supranational European woman” who became the “mata-hari” of a new medieval “Da Vinci Code”, that is an essay on a historiography overview of a complex and fascinating figure of the French history.

Rouen au temps des procès de Jeanne d’Arc (1431-1456)

49Alain Sadourny

50Deux procès concernent Jeanne d’Arc : celui de la condamnation, de janvier 1431 au 30 mai de la même année, et celui de d’annulation ou de réhabilitation, en 1456. Lors du premier procès, la ville de Rouen était dans son ensemble favorable aux Anglais mais, en 1449, les attitudes de ralliement tant de la part des archevêques, du chapitre cathédral et de l’aristocratie urbaine étaient prédominantes. Le second procès ne changea pas le comportement des Rouennais, qui avaient négocié très âprement la reddition à Charles VII (en octobre 1449). Ensuite la ville sembla très réticente à l’égard du nouveau pouvoir, à l’exemple du chapitre cathédral. Mais peu à peu Charles VII répondit aux attentes des Rouennais en rétablissant progressivement les institutions normandes, dont l’Échiquier de Normandie, en 1453, puis en confirmant la Charte aux Normands, en 1458.

51Two trials concern Joan of Arc: the condemnation trial of January 1431, which last until May 30th of the same year, and the cancellation or rehabilitation trial, that took place in 1456. At the first trial, the whole city of Rouen was in favour of the English, but in 1449, the rallying attitudes from the archbishops, the cathedral chapter and the urban aristocracy predominated. The second trial did not change the behaviour of the people of Rouen, who had keenly negotiated the surrender of Charles VII (October 1449). Then the city seemed very reluctant towards the new power, like the cathedral chapter. But gradually Charles VII answered the expectations of the people of Rouen progressively restoring the Norman institutions such as the Exchequer of Normandy in 1453, or then in confirming the Charter to the Normans in 1458.

Les assesseurs du procès de condamnation de Jeanne d’Arc

52Vincent Tabbagh

53Le procès de Jeanne, affaire de haute importance tant pour le gouvernement de la France anglaise qu’aux yeux de l’Église, mobilise un grand nombre d’ecclésiastiques, gens en place à Rouen ou intellectuels ambitieux attirés par son caractère exceptionnel. Ils y participent selon des modalités et des degrés divers. Autour des deux juges et du promoteur de la cause, soucieux de larges consultations, qui ont atteint jusqu’aux facultés parisiennes de théologie et de droit canonique, 104 prêtres nommés par les sources peuvent être qualifiés d’assesseurs, qu’ils aient pris place dans les séances du procès ou envoyé une position écrite. Parmi eux, 68 ont participé aux délibérations importantes. Ces assesseurs présentent un niveau de formation très élevé : neuf sur dix ont fait des études universitaires et près du tiers ont atteint le doctorat, dont une bonne trentaine de théologiens. Jeanne a été jugée par l’élite ecclésiastique de la France anglaise, avec des chanoines séculiers, qui constituent le groupe le plus nombreux, des frères mendiants des couvents de Rouen, les abbés et moines les plus gradués des abbayes normandes, des avocats en cour ecclésiastique. Entre eux des nuances apparaissent dans l’analyse du comportement de l’accusée et dans l’attitude à adopter envers elle. Ils ne la jugent pas sorcière, mais ne peuvent excuser le port d’habits masculins, l’insoumission à l’Église, la volonté guerrière et la haine des Anglais. Très majoritairement ils n’ont pas voulu sa mort, mais, marqués par une culture de conformité et d’humilité, ils ne pouvaient tolérer les prétentions d’une jeune fille qui refusait leur autorité au nom d’une inspiration qu’ils jugeaient ne pouvoir être celle des saints.

54The trial of Jeanne, case of utmost importance both for the government of the English France and in the eyes of the Church, mobilized a large number of ecclesiastic, people in place in Rouen or ambitious intellectuals attracted by its exceptional nature. They participate in different ways and varying degrees. Around the two judges and the promoter of the cause, conscious of extensive consultations that have reached up Parisian faculties of theology and canon law, 104 priests appointed by the sources can be qualified assessors, whom took place in sessions of the trial or sent a written position. Among them, 68 participated in the important deliberations. These assessors are highly qualified: nine out of ten studied in university and nearly a third have attained a doctorate, of whom a good thirty are theologians. Jeanne was judged by the ecclesiastical elite of English France with secular canons, which constitute the largest group, mendicant friars from the convents of Rouen, the abbots and monks the most graduates of Norman abbeys and lawyers in ecclesiastical court. Between them, shades appear in the analysis of the behaviour of the accused and the attitude towards it. They do not judge her a witch, but can not excuse the wearing of male clothes, the rebelliousness to the Church, the warrior’s will and the hatred of English people. As a majority, they did not want her dead, but marked by a culture of compliance and humility, could not tolerate the claims of a young woman who refused their authority on behalf of an inspiration they felt unable to come from the saints.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540